AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Les hontes du rang

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Nimar Ombrien
Matelot 1ere Classe

♦ Localisation : Cocoyashi
♦ Équipage : Aucun.

Feuille de personnage
Dorikis: 388
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 27 Fév 2018 - 20:13

Rappel du premier message :

Cocoyashi possède environs 3000 conscrits. C'est un score honorable pour le quel l'île peut se venter mais c'est surtout très compliqué d'encadrer un si grand nombre d'hommes. Si on cherchait des exemples pour prouver que le nombre entraîne des failles on en aurait beaucoup... mais un en particulier, date de quelques jours à peine. La faille n'est par ailleurs toujours pas réparée.

Un soir ou le ciel sombre éclairé par quelques étoiles était libre de l'emprise du moindre nuage, un petit groupe de soldats apparemment hors de leurs fonctions se sont avérés... ronds comme des queues de pelles. En cet honneur, le groupe eut la bonne idée de se pavaner en tenue de gardiens de la paix en abusant de leur pouvoir et en devenant violents lors de tentatives de prise de contacte pacifistes de civils. Une patrouille plus sobre est alors arrivée et est parvenue à arrêter un des suspects en fuite. L'homme larmoyant, donna plusieurs informations qui demeurent encore à l'heure actuelle détenues par les plus hautes autorités de la base en attente d'au moins un sous officier pour prendre l'enquête. Le suspect n'a ceci dit pas dévoilé d’identités car abattu froidement d'une balle dans le dos par un fuyard craignant pour son grade. C'est plus ou moins tout ce que Nimar et son groupe savent de l'affaire à la quelle ils ne s'intéressent de toute manière pas. Du moins jusqu'à apprendre une mauvaise nouvelle...

Nimar -Comment ça Luna est derrière les barreaux?!

Geoffrey-J'ai appris ça ce matin Nimar et je suis aussi surpris que toi. Elle était apparemment sur les lieux la nuit même de l'accident.

Nimar resta alors bouche bée par la faute de la nouvelle livrée par Geoffrey...

Nimar-Mais c'est con! C'est complètement con! déjà elle boit pas, en un verre elle est pas bourrée elle est raide morte! Dis lui Serim!

Serim-Oui et puis il y a juste un assassinat. Je suis sure que "elle tient pas l'alcool" ça l'innocentera aux yeux du colonel.

Nimar fit quelques pas entre avec une expression semblant déchirée entre la colère et la réflexion...

Nimar-Serim, va demander au colonel de nous mettre sur l'affaire.

Serim-On peut pas avec nos grades. En plus il paraît qu'un étranger viendra afin d'éviter que l'un des traître ne prenne la directive de l'enquête.

Nimar-On s'en branle! dis lui qu'on fera la basse besogne de l'étranger, qu'on pilleras plus le garde manger, tout ce que tu veux tant qu'on est pas impuissants! Il va quand même pas bosser seul.

Serim s'éclipsa alors pour tenter, de fil en aiguille d'être mis sur le coup. En attendant, Nimar et Geoffrey allèrent dans la prison du coin pour rendre visite à leur amie. Le lieu était certes apte à retenir une évasion mais surtout délabré. De la peinture de mauvaise qualité et de mauvais goût se cassait des murs tant bien extérieurs, qu'intérieurs. Une odeur semblable à un rat crevé en pleine fin de décomposition flottait dans l'air et se faisait plus présente au fil de la marche des deux hommes. Une fois les heures de visites arrivées, Ils allèrent immédiatement se faire guider jusqu'à la cellule. Une fois arrivés ils trouvèrent Luna accroupie en position fœtal dans un coin, fixant le mur avec un regard plus vide que celui d'un cadavre...

Geoffrey-Tes tortionnaires sont arrivés. Lança Geoffrey comme pour remonter le morale à la jeune femme.

Luna leva alors les yeux et, sous l'effet de l'adrénaline, accouru vers les barreaux en s'étouffant avec ses propres mots...

Luna-Nimar! Geoffrey! J... Je vous jure que je suis innocente. J'étais la bas mais j'ai rien fais de mal, j'ai juste vu quelques mouvements de foule. J'étais la bas pour faire des courses et j'ai entendu un coup de feu! J'ai rien fais, rien vue... J'étais même pas armée. La jeune fille laissa ses mains, jusqu'alors accrochées aux barreaux, glisser le long de son frêle corps tremblant, et entre deux sanglots murmura. Je vous jure que je suis innocente...

Ces paroles et ces actes étaient contradictoires avec l'habituelle assurance de la demoiselle. Peut être était-ce la peur? La honte de se voir traitée comme ce qu'elle devait combattre? Ce désespoir semblant irréelle sortant de la voix de Luna laissa Geoffrey bouche bée. Heureusement, il subsiste toujours une grande gueule...

Nimar-Tu vas pas nous faire une déprime quand même? Allez sois fier comme tu l'as toujours été bordel! Tu nous dis que t'es innocente? On te crois sans hésiter! Il y a que les cons pour en douter! Tu as peur qu'une erreur judiciaire te jette au fond du gouffre? Alors garde la tête haute et prouves que tu vaux mieux que les enfoirés qui ont abattu leur camarade! Tu seras déclaré innocente, je te le jure! On va aider à cette enquête!

Hurler sur une jeune fille qui pleure pour lui remonter le morale? Drôle de stratégie, certes, mais pour une raison ou pour une autre, c'est un sourire qui s'afficha sur le visage aux larmes essuyées de Luna...

Luna-Merci...

Geoffrey-Nimar, ça va faire deux heures qu'on attends ici. Allons voir si Serim a réussi son boulot... soit forte Luna.

En adressant un salut de la main, les deux hommes partirent du lieur du quel s'échappait une odeur devenant étouffante. A peine à l'air libre, ils firent face à Serim qui avait couru jusqu'ici...

Serim-Bordel! Enfin je vous trouves, c'est pas dommage. Le colonel a accepté de nous voir. On va accompagner un mec venu de Shell Town. Il est déjà arrivé et on est attendu dans le bureau du colonel. Bougez vous!

Arrivé à l'instant, l'homme repris déjà ses jambes à son cou vers les dits bureaux. Nimar et Geoffrey le suivirent alors dans la course effrénée au bout de la quelle, ceux qui devaient avoir l'aire de beaux bras cassés, poussèrent sans toquer la porte du colonel pour arriver directement devant ce qui leur apparaissait de par sa taille comme étant un jeune garçon

Nimar-Euh... Mon colonel il est à vous le gamin?


Dernière édition par Nimar Ombrien le Sam 3 Mar 2018 - 20:17, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t20510-nimar-ombrien-un-grain-de-sable-dans-cocoyashihttp://www.onepiece-requiem.net/t20661-ft-nimar-ombrien
avatar
Nimar Ombrien
Matelot 1ere Classe

♦ Localisation : Cocoyashi
♦ Équipage : Aucun.

Feuille de personnage
Dorikis: 388
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mer 9 Mai 2018 - 15:55

Ikeda - Euh non, je vais plutôt rentré chez moi, à Shell town, Je vais monter sur le premier ferry je pense

Geoffrey*J'y étais presque!*

La réponse était celle à la quelle s'attendait Geoffrey, l’erreur en moins bien entendu. On est toujours un peu peiné de voir partir un compagnon de fortune, mais les premières classes n'allaient pas non plus coller aux jambes du pauvre caporal. C'était plus ou moins la conclusion que Geoffrey fit dans sa petite tête après ce court dialogue, Luna enchaîna instantanément par des remerciements et une inclinaison offrant, sans que personne ne le remarque un point de vue perturbant fortement le Caporal. Personne ne comprit vraiment le problème sur le moment. La jeune fille involontairement responsable des malheurs de sont supérieur alla même demander si tout allait bien. Ce à quoi Ikeda répondit qu'il s'agissait probablement de sa blessure avant de fuir vers l'infirmerie. Le groupe le suivit de loin, les trois mâles laissant Luna passer devant pour parler entre eux.

Geoffrey-Qu'est ce qui lui arrive au caporal, c'est bizarre que ça s'infecte maintenant.

Serim-Moi je serais tenté de dire que le fait que Luna se soit baissée en même temps, c'est peut être pas un hasard, vous voyez où je veux en venir?

Nimar -Prends pas ton cas pour une généralité, il y a que toi qui regarde ça en premier. Pis il y a rien à regarder.

Luna De quoi?

-Nan rien!-

La jeune fille n'eut pas le temps de poser plus de question sur la fin de la phrase d'Ombrien qui avait résonné dans les dix mètres alentours. En effet, il leur fallut peu de temps pour atteindre l'infirmerie. Ikeda était déjà entré, ce qui n'empêcha aucunement chacun des intrus de glisser une oreille pour écouter la suite des opérations. Comme l'eut prédit Serim, tout allait bien, seul le pêché de l'envie était suspect du "coup de chaleur". A peine le caporal sortit de son rendez-vous, la troupe s'ammusa à le casser dans tout les sens.

Nimar Oh l'caporal, la prochaine fois regarde pas, t'auras moins chaud, ah ah!

GeoffreyTu m'as l'air perdu caporal, demande donc à mon frère, il s'y connait dans ce genre de choses. Au fait, vous aviez bien dit que vous partiez au premier Ferry? Il va partir dans dix minutes

SerimEh, je t'emmerdes Geoffrey, ça se dit pas ç... Le prochain Ferry?

En effet, l'information sur le départ du caporal n'avait pas été communiquée, inutile de dire que chacun en alla de sa petite réaction. Geoffrey était plus ou moins le seul au courant et se contenta de rester neutre à la suite des événements. Serim fit une petite moue de contrariété, c'est qu'il s'attache vite le brave p'tiot. Luna s'y attendait et n'avait pas eu l'occasion de faire plus ample connaissance, quand à Nimar... Eh bien Nimar... Et si nous le laissions expliquer?

Nimar QUOOOOI?! Tu pars déjà?! Payes moi au moins le repas, nan, tu sais quoi? Luna le paye! Allez je commençais à peine à re-bien t'aimer depuis le coup du bol dans la tronche!

Inutile de dire que le géant avait l'air bien peu crédible avec ses yeux de chiens battu, ses bras secouant Ikeda comme un prunier et sa moue semblable à ce que faisait un enfant contrarié de ne pas avoir eu ce qu'il veut. C'était sans doutes expliqué par le fait qu'outre ses camarades, Nimar n'avait que peu d'amis par la faute de ses lacunes sociales. Mais le rappelle à l'ordre fut vite fait.

Il a des obligations Nimar, il peut pas juste ne pas rentrer à sa caserne une fois la mission accomplie sous prétexte qu'il buvait un coup avec les soldats locaux.

Heureusement, Nimar n'insista pas plus, au contraire, ce dernier se remit droit comme il le fallait, et après un court instant de réflexion, reprit son sourire habituel.

NimarDix minutes avant le prochain ferry?

GeoffreyNon, huit seulement, maintenant.

Nimar se tourna alors vers le port qui se trouvait à plus de dix minutes de marche des jeunes gens présents. Puis avec sa détermination habituelle il regarda le caporal Ikeda, il lui prit le bras et se mit à courir avec lui comme si le diable était à leurs trousses. Le reste du groupe décida alors de suivre leurs camarades...

Nimar Tu vas être en retard l'caporal! Bouges ton derrière!
http://www.onepiece-requiem.net/t20510-nimar-ombrien-un-grain-de-sable-dans-cocoyashihttp://www.onepiece-requiem.net/t20661-ft-nimar-ombrien
avatar
Karuma Ikeda
• Caporal •

♦ Localisation : Shell town

Feuille de personnage
Dorikis: 797
Popularité: +11
Intégrité: 7

Sam 12 Mai 2018 - 17:09

Ikeda se gratta la tête sans comprendre devant les remarque des premières classes. De quel genre de chose il parlé ? il n’arrivait pas à comprendre. Geoffrey l’informa que le prochain ferry partait dans dix minutes. L’information fit comprendre à tout le monde que du coup le caporal partait tout de suite. Ce qui avait l’air de les chagriné un peu. Mais encore une fois, cela lui passa au-dessus. Juste Nimar, qui lui avait clairement espéré un second repas gratuit secoua Ikeda comme un prunier qui se laissa faire, sans trop comprendre.

Luna – Il a des obligations Nimar, il peut pas juste ne pas rentrer à sa caserne une fois la mission accomplie sous prétexte qu'il buvait un coup avec les soldats locaux.

Arrêtant de malmener son caporal au dire de Luna, Nimar se remit droit pour réfléchir. Ikeda, qui ne faisait pas attention à ce qui se disait autour de lui eu juste de se secouer la tête pour se remettre les idées en place. Nimar se saisit encore une fois de lui avant de courir en direction du port

Ombrien - Tu vas être en retard l'caporal! Bouges ton derrière!

Au bout de quelles instants de course, Karuma réussi à se dégager des bras du géant. Mais ce n’était que pour courir de lui-même pour faire la course. La rapidité étant son point fort, il distança rapidement Nimar. Il arriva au port dans les temps. Mais comme il due parcourir tous les quais, il rata le départ du ferry. Enfin quand Nimar arriva enfin au port, il put regarder le caporal Karuma courir tout le long d’un quai. Arriver au bout, il effectua un énorme saut. En l’aire il dégaina ses tonfas pour les planter dans l’arrière du bateau qui venait de partir. Une fois à bord, il fit un signe de la main à son ancien subordonné avant de se faire aborder par les membre d’équipage.

Avec son uniforme, il ne mit pas de temps à convaincre les membres d’équipage de qui il était. Dans cette mer très calme, les gens était peu soupçonneux. Il prit tout de même le temps de payer son ticket. Le temps étant moins beau qu’a son premier voyage et surtout, ayant moins le droit de faire tout ce qu’il voulait sur le bateau, il en profita beaucoup moins. Cela dit, il pu s’offrir de bien meilleur repas.

Le voyage se passa rapidement, sans encombre. Karuma se contenta de s’entrainer. Evidement il ménagea son épaule blessée, en faisant seulement la moitié des pompes habituelle. Quand le ferry arriva enfin. Karuma ne penser être aussi heureux de rentrer chez lui.

- Port de ShellTown – 14h30 –

Ikeda - Whouaa ! CA FAIT VRAIMENT DU BIEN DE RENTRER !!!!

soldats – Caporal Ikeda! Le colonel vous attend !

Deux soldats aux gardes à vous attendez Ikeda. Grâce à la magie des escargophones ils étaient prévenue avant même son arrivé. Il suivit les deux soldats jusqu’au au bureau du colonel. Ils ouvrirent la porte pour laisser entrer le caporal et la refermères derrière lui. Le colonel qui regardait par la fenêtre se tourna avec un grand sourire.

Colonel Pal Véhachez – Heureux de vous revoir caporal ! et intacte, enfin presque…

Ikeda - Merci colonel, nous avons réussi à appréhender le suspect, c’était un sergent véreux, nous l’avons mis hors d’état de nuire….

Colonel Pal Véhachez – Je sais je sais, on m’as transmis le rapport, rapport que vous devriez certainement apprendre à rédiger correctement un jour….

Ikeda - Je ne vois pas l’intérêt de rédiger des rapports monsieur… c’est une perte de temps, je pourrais faire plein d’autre chose plutôt que

Colonel Pal Véhachez – Oui c’est bon, je connais votre points de vue, mais il y a des règles, elles sont tout autant valable pour vous.

Ikeda - Si vous reconsidérer ma demande d’intégration des bataillons d’élites , je ne poserai plus ce genre de problème

Colonel Pal Véhachez – vous savez très bien que ce n’est pas à moi de prendre ce genre de décision. Je verrais ce que je peux faire… prenez-vous une journée de repos. Je suppose que vous n’en voudrais pas plus de toute manière, même pour votre convalescence.

Ikeda - Non, je suis déjà d’attaque, pas besoin de repos supplémentaire.

Colonel Pal Véhachez – Aucune importance, je ne veux plus vous voire pour la journée, dégagez !

Le caporal fut encore une fois jeté à la porte du bureau d’un colonel. Cela devenait presque une habitude. Il prit la direction de la sorti de la base. Il en profita pour allez chez ses parents. Cela leur ferrait sans doute plaisir de le revoir.


TO BE CONTINUED
http://www.onepiece-requiem.net/t20646-karuma-ikedahttp://www.onepiece-requiem.net/t20689-karuma-ikeda#224194
Contenu sponsorisé



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2