AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Ciels pourpres

avatar
Amber Frost
PNJ
Le Fléau
♦♦♦♦ Empereur ♦♦♦♦

♦ Localisation : Dans la tempête
♦ Équipage : Sunset Pirates

Feuille de personnage
Dorikis: XxX
Popularité: -900
Intégrité: -1200

Sam 24 Mar 2018 - 17:42

Il ne put s’empêcher de pousser un juron.

Mère était à ses côtés, mais n’était clairement pas là pour l’aider à se sentir mieux. Pour lui, c’était ça : de la simple torture. Dans les mains de la femme d’âge mûr se tenait un bandage taché de sang. Celui de l’amiral, qui ressemblait pratiquement à une momie il y avait encore une semaine de cela, mais commençait déjà à cicatriser de ses plus vilaines blessures.

« - Salopard de Tetsuda, la prochaine fois je veillerai à ce qu’il ne puisse pas m’échapper.

- Cesse-donc d’être aussi dur envers toi-même. Rares ont été ceux qui ont pu tenir tête à Green Wolf et en ressortir vivants. Tu n’es même pas si amoché que ça… »

Pourtant cette semi-victoire était un coup dur pour la première flotte et les pertes avaient été nombreuses. Frost avait pratiquement autant souffert pour ses hommes que pour lui-même, ainsi que pour l’injustice de ce monde qui s’évertuait à lui prouver que le Gouvernement Mondial pouvait continuer à le narguer. Lui aussi bien que tous les peuples qui refusaient de se soumettre à son autorité. Ombralia en avait fait les frais et elle n’était pas la première, mais c’était véritablement l’équivalent d’un Buster Call qui l’avait ravagée et polluée.

Ses plaies le faisaient souffrir, tandis qu’à l’intérieur de lui-même il bouillonnait.

A l’issue du combat, le capitaine des Sunset s’était replié sur l’île au smog. Certes, ce n’était pas l’endroit le plus adapté pour profiter des meilleurs soins… mais une récente découverte liée aux poissons volants avait permis de grandement résorber la plupart de ses brûlures.

Trois navires. Trois navires sur la douzaine qui composaient auparavant la première flotte : c’était tout ce qu’il lui restait. Et ils étaient actuellement occupés à pomper le maximum d’oxygène pour que les souterrains de la ville demeurassent habitables et l’air respirable. Un étrange système de ventilation avait d’ailleurs été installé à la hâte pour faire le lien entre les épaisses bombonnes remplies d’air frais et les canalisations où s’étaient reclus les survivants. Le smog, lui, restait à la surface.

A cause de tout cela et des récents événements, tous les hommes avaient dû mettre pied à terre. Une faiblesse logistique que l’ancien vice-amiral digérait amèrement.

« - Ne crois-tu pas qu’il serait temps de devenir plus forts, Mother ? Notre première flotte est en miettes et vu mon état, nous ne serions même pas capable de résister à un second assaut de la Marine.

- Hum… commença la femme drapée de blanc, tout en changeant un nouveau bandage, provoquant par-là les grimaces douloureuses de son capitaine. Tu voudrais le faire maintenant ? Ce n’est pas sans danger…

- Nous avons trop longtemps attendu, privilégiant la stratégie à la puissance de feu. Si nous l’avions fait auparavant, Tetsuda ne s’en serait pas tiré aussi facilement.

- Et on aurait probablement perdu plus d’enfants.

- Ce ne sont pas des enfants, Mother, » s’exaspéra le flibustier, conscient que le dire ne changerait rien à l’affaire. Mes commandants sont des bons éléments et je veux les avoir sous la main.

- Et McKlayn ? releva la Mère. Il s’agissait là d’une corde sensible qui, pourtant, revenait souvent dans leurs conversations.

- Un cas isolé, son orgueil a eu raison de lui. Je ne pensais pas qu’il serait capable de ce genre de choses, lorsqu’il a embarqué avec nous à Impel Down. »

D’une main fébrile, Frost caressa alors son épaisse barbe qu’il n’avait pas eu le temps, ni l’énergie, de désépaissir ces derniers jours. Celle-ci avait finalement pris des allures sauvages, conférant au pirate le portrait typique d’un guerrier barbare.

« - Je pense que c’est le bon moment. Nous ne pouvons pas prendre le risque d’attendre plus longtemps. Nous avons déjà perdu la cinquième flotte et j’ai besoin de tous mes hommes si je veux accomplir le plan. Nous ferons sans cette arme antique.

- Ne penses-tu pas qu’il faudrait te rétablir avant ? »

Frost le savait : répondre « non » serait de la mauvaise foi pure et simple. Les médecins les plus talentueux de sa flotte lui avaient prescrit un bon mois de repos… minimum. Toutefois l’amiral souffrait davantage de sa position allongée constante, dans une couche sale au fin fond des égouts, que de sa lente cicatrisation. Tout ce qu’il voulait, c’était pouvoir à nouveau goûter à l’air marin et à ses vapeurs d’iode, reprendre le combat et sentir les odeurs du sang et de la poudre à canon dans l’air. Ce que tout pirate désirait plus que tout. Plus que la santé elle-même.

« - Non, c’est maintenant ou jamais. Si Red a échoué à Thriller Bark, son assaut a toutefois grandement affaibli le Malvoulant. J’ai des contacts qui peuvent me dire où il se terre désormais, quel était son point de chute. Lorsque le serpent est endormi, il ne faut pas attendre qu’il se réveille pour lui couper la tête…

- Certains serpents dorment d’un seul œil, tu sais ? Mais je comprends ta décision et je ne veux pas te contredire. Je sais dans quels états tu te mets lorsque l’on te dit que tu as tort. On dirait un enfant.

- Je ne suis pas un enfant !

- Exactement, vous êtes tous des enfants. »

Mother ne put s’empêcher de ponctuer sa phrase d’un petit gloussement qui acheva de faire perdre patience à son supérieur. Celui-ci avait recouvré son sérieux et la regardait désormais avec des yeux empreints d’ambition et de volonté.

« - Fais passer l’Ordre, Mother. Je veux que d’ici une semaine tous les commandants et leurs flottes soient dans le Nouveau Monde. Qu’ils empruntent la Flaque, le Réseau Marijoan ou encore l’Île des Hommes-Poissons, cela m’est égal. Nous avons déjà trop attendu et ils doivent y être préparés. Évidemment il nous faut nous attendre à quelques pertes, mais qu’en sera-t-il lorsque nous serons attaqués par un autre Amiral ou par Teach lui-même ? Au moins comme cela, nous serons au complet, prêts à agir les premiers. J’ai déjà laissé passer trop d’opportunités de grandir, je ne laisserai pas celle-ci me filer entre les doigts. »

Serrant les poings par réflexe, le capitaine ignora la douleur lancinante qui lui tailladait les paumes et les phalanges. La détermination était lisible sur son visage, si bien que sa Lieutenante ne pipa mot et acquiesça simplement par un hochement du chef, avant de quitter la petite cellule dans lequel il avait été installé temporairement. Les locaux s’étaient d’ailleurs excusés : ils ne possédaient pas plus confortable dans ces souterrains qui n’avaient jamais été conçus pour être habités.

« - Tu as bien réussi ton coup Tetsuda, tu seras parvenu à me faire chier jusqu’à la fin… » ironisa une dernière fois le capitaine, avant de souffler la flamme de la bougie sur sa table de chevet et tirer la couverture par-dessus lui.

Ce n’était pas qu’il avait froid. Mais il préférait ne pas voir les blessures que lui avait infligées son adversaire. Car à chaque fois elles lui remémoraient la vision cauchemardesque de ses navires et de ses hommes happés par l’acide.
avatar
Amber Frost
PNJ
Le Fléau
♦♦♦♦ Empereur ♦♦♦♦

♦ Localisation : Dans la tempête
♦ Équipage : Sunset Pirates

Feuille de personnage
Dorikis: XxX
Popularité: -900
Intégrité: -1200

Sam 24 Mar 2018 - 17:42

Ombralia avait beau être inaccessible, elle ne permettait pas non plus d’accueillir toute les flottes des Sunset Pirates avec ses maigres ressources et son port ravagé par l’acide. Après un temps de repos qui avait semblé beaucoup trop long à Frost, celui-ci avait donc signé le départ de ses hommes et de leurs navires restants en direction de Mangrove Works. Mother, de son côté, s’avérait de plus en plus inquiète de découvrir le nombre d’enfants qui n’avaient pas survécu aux nombreuses épreuves de la traversée de Red Line.

Mais le regard du flibustier, lui, était tourné vers l’île enveloppée dans sa brume toxique qui ne se remettrait probablement jamais de la catastrophe provoquée par l’Amiral. Progressivement, elle s’éloignait.

« - Foutue Marine, en voilà une belle preuve de leur protection. Une énième affaire passée sous silence, je parie.

- Mmh, acquiesça timidement la femme longiligne qui, elle, regardait fixement l’horizon. Et si l’un des amiraux s’était mis en travers de leur route… ?

- C’est un risque que l’on doit considérer. Il est convenu qu’ils reprendront contact avec nous lorsqu’ils referont surface, alors on saura. »

Le temps passa, les jours filèrent. Et moins d’une semaine après, alors que Mangrove Works apparaissait finalement comme un point sur l’horizon, les premières nouvelles vinrent à travers l’escargophone du capitaine : la troisième flotte était pratiquement au complet ; seuls trois équipages manquaient à l’appel. Ils faisaient déjà voile vers Mangrove, se repérant grâce à la Vivre Card de Mother. Heureuse et à la fois attristée par ces nouvelles, celle-ci s’était progressivement rendue malade au point de ne plus pouvoir sortir de sa cabine lors du dernier jour en mer. Et puis ils avaient finalement débarqué et elle avait été contrainte de renouer avec la réalité.

Par chance, le séjour à terre, qui commença sous de bons hospices, la remit rapidement d’aplomb grâce aux conseils de son supérieur. Car, mine de rien, Frost veillait sur ses plus fidèles éléments et il appréciait réellement Mother comme une mère ; il avait d’ailleurs été le premier à lui donner ce curieux surnom.

Selon ses ordres, elle avait donc pris temporairement congé le temps de s'aérer l'esprit.

***

« - Toujours aucune nouvelle de la quatrième flotte. »

Positionné au centre du campement de fortune, le capitaine donnait les indications et prenait des nouvelles.

Cela faisait désormais trois jours qu’ils avaient accosté et la seconde flotte venait d’arriver, en une seule pièce évidemment : celle-ci opérait déjà dans le Nouveau Monde. Les retrouvailles furent donc chaleureuses et les pirates festoyèrent en bord de plage toute la soirée. Mais aujourd’hui la reprise était dure et c’était sans bonne nouvelle que l’amiral des Sunset se tenait debout face à la table sur laquelle se trouvaient nombre de documents qu’il inspectait soigneusement du regard.

En la présence du nouveau commandant de la seconde flotte, tous les capitaines présents avaient été réunis pour faire un point sur ce qui avait été observé. La fillette n’était clairement pas la plus bavarde mais son premier capitaine s’en chargeait bien pour elle. Et Frost connaissait le vieux Daniel comme un vieil ami, dont il respectait l’infinie sagesse.

« - Mais nous ne pourrons pas nous permettre d’attendre éternellement… Les choses bougent et le Malvoulant ne va pas rester à terre pour toujours. Nous devons frapper ! »

- En effet, les choses bougent et quelque chose se prépare. Nous avons remarqué de curieux mouvements de notre côté de l’océan, mon capitaine. Lola et moi vous conseillons d’attendre et de voir ce qui va se passer.

- Attendre quoi ? Une opportunité ? Le Malvoulant est mal en point, affaibli et nous serons bientôt au complet : quelle meilleure chance que celle-là ? »

Le vieux briscard savait quelque chose, mais il ne disait rien. Amber le lisait dans ses yeux mais il comprenait aussi le poids que pouvait avoir la moindre information. Il n’allait pas pousser son subalterne à sortir des paroles en l’air, même si la curiosité le rongeait désormais.

Toutefois, après un long silence et un échange de regards entre le vieillard et la fillette, celui-ci hocha la tête et fit étalage des rumeurs qu’il avait entendues.

« - Ce… Cette raclure de Kidd n’est donc pas morte ? Mmh, il y a peut-être une carte à jouer évidemment.

- Tout porte à croire qu’il convoite lui aussi la place d’Empereur. Vous n’êtes pas le seul à avoir remarqué l’impuissance temporaire du Malvoulant, mon capitaine.

- Nous pensons qu’il va attaquer avant nous. L’un de nos équipages surveille ses agissements depuis l’attaque de Nursery et une flotte importante a quitté le port de Raijin il y a quelques jours... avança soudainement une voix douce, aiguë et enfantine. Même si le ton et certaines sonorités, ainsi que les mots, sonnaient incroyablement adultes. S’il est bien en partance pour Treize, nous avons un plan en tête qui pourrait limiter de nombreuses pertes et nous assurer la victoire. »

Frost sourit. Il n’avait pas placé Lola à la tête de sa seconde flotte sans raison : outre son pouvoir imposant, la fillette était une fine stratège et possédait un raisonnement bien souvent infaillible. Il ne devait, après tout, sa puissance qu’à la force de ses hommes et les capacités de réflexion de ses lieutenants.

Ce fût à cet instant que l’escargophone sonna.
avatar
Amber Frost
PNJ
Le Fléau
♦♦♦♦ Empereur ♦♦♦♦

♦ Localisation : Dans la tempête
♦ Équipage : Sunset Pirates

Feuille de personnage
Dorikis: XxX
Popularité: -900
Intégrité: -1200

Sam 24 Mar 2018 - 17:43

Il fallut une semaine supplémentaire pour que toutes les flottes et tous les équipages des Sunset Pirates soient à quai. Entre temps, le minuscule campement était devenu un complexe de tentes et de constructions primitives qui occupait bien la plage sur des kilomètres. Après état des lieux, les troisièmes et quatrièmes flottes ne comptaient plus qu’une dizaine d’équipage réunis, ce qui poussa Frost à revoir la distribution des rôles.

Évidemment, il y eut des égos froissés et parfois même une tension palpable propre au combat, toutefois la menace d’une tempête soudainement apparue remit tout le monde dans le droit chemin, tandis que la voix de l’amiral se faisait entendre :

« - Cessez vos âneries. Vous voyez bien que nous ne pouvons plus nous permettre de continuer de façon aussi disparate. Il n’y a pas de place pour ce genre de conflits stériles dans le Nouveau Monde. Maintenant respectez les supérieurs que l’on vous a donnés car vous leur devrez probablement la vie. Et si vous n’êtes pas d’accord avec cela, la porte reste grande ouverte. »

Le tonnerre avait grondé et les disputes avaient finalement viré aux embrassades et à l’alcoolisme notoire d’une armée heureuse et vigoureuse. Bien évidemment, il restait toujours des éléments qui ne rentraient pas dans les rangs, mais ceux-là Amber les avait à l’œil.

Entre temps Mother était revenue, elle semblait resplendissante. Elle s’occupait de chacun, prenait des nouvelles et les appelait tous macabrement « mes enfants ». Mine de rien, ces automatismes lui permettaient souvent d’être proches de certains jeunes pirates qui rêvaient d’avoir une mère ; ils lui livraient tous leurs secrets, qu’elle transmettait à son capitaine.

Le même soir, l’un des capitaines de la troisième flotte qui fomentait en secret une mutinerie fut pendu haut et court, sans la moindre forme de sommation. Son cadavre, emballé dans un sac de toile, fut jeté en haute mer le jour suivant. Pour rappeler que Frost restait le maître ici-bas.

Plus aucune protestation ne se fit alors entendre : ni de vive voix, ni dans les commérages.

Un second état-major se tînt alors avec, cette fois-ci, des informations précises au sujet de tout. Mais notamment de l’évolution de la flotte au bord de laquelle se trouvait, c’était désormais certain, l’Empereur des Machines dont tout le monde parlait. Et sa lettre ouverte ne faisait désormais cas d’aucune discrétion : elle avait été envoyée à tous les capitaines de chaque grand équipage. Amber Frost compris.

Le visage abscons, celui-ci avait alors décacheté la lettre sous les yeux de ses commandants et entrepris de la lire. Figurait avec, traditionnellement, une marque noire signifiant que le Kidd voulait la mort de tous ses rivaux, même si ses plans étaient plus complexes.

« - À vous tous, sombres raclures, phoques infâmes et rejetons d’excréments de planctons qui vous proclamez pirate, j’envoie cette lettre.

Dans trois jours, j’attaquerai le Malvoulant, replié sur ses terres et je l’achèverai. Je détruirai ses îles, massacrerai les habitants qui refuseront de se soumettre au règne des machines. Je deviendrai Yonkou et assoirai le modèle mécanique à tous les déchets organiques qui oseront me défier.

Vous tous, je m’occuperai de vous lorsque j’en aurai terminé, lorsque la tête de Teach se tiendra au bout d’une pique et que j’aurai fait de ses plus fidèles lieutenants mes propres machines. Je viendrai vous voir et je vous poserai cette question : la pitoyable mort de votre malheureuse existence ou bien la supériorité d’un règne à mes côtés ?

Vous voici prévenus, mécréants, car voici venir le prochain Empereur. L’Empereur des Machines, Jin Blackbone.
»

La première pensée qui traversa l’esprit de l’ancien vice-amiral fut que son adversaire semblait ne pas plaisanter mais, peut-être, n’avait-il plus tous ses boulons en place.

Trois jours lui semblaient suffisants pour occasionner le déplacement du Malvoulant hors de son île, même s’il se doutait que celui-ci ne comptait pas fuir le combat. Non, cette mise en garde était visiblement les aboiements d’un chien puéril qui faisait un caprice pour changer le monde à sa manière. Dans les idéaux du Kidd, Amber Frost ne voyait ni piraterie, ni chaos, mais l’un de ces désirs de devenir Dieu dans un monde où existaient déjà les Tenryuubitos. L’homme ou la machine ne pouvait se proclamer pirate ainsi et les taches noires ne signifiaient rien : il ne pouvait le laisser faire.

Trois jours, c’était à peu près l’information que lui avait fournie au matin la commandante de la seconde flotte qui conservait un navire éclaireur dans le sillon de la flotte du Kidd. Avec un vent normal, les Sunset pouvaient espérer atteindre Treize en une semaine grand minimum... mais les voyages de Frost ne bénéficiaient jamais de vents normaux.

Rapidement, il s’enquit alors de savoir si l’un de ses commandants possédait dans ses réserves un Eternal Pose pour Treize, cette île où la piraterie violente et sanguinaire était tolérée. Il eut cette chance, même si les doutes l’envahirent lorsque le commandant qui lui ramena l’objet le fit en précisant qu’il le tenait d’un ancien rejeton du Malvoulant. Ce dernier avait rallié la troisième flotte après la semi-défaite de Teach à Thriller Bark, un capitaine du nom de Silly Jones, réputé pour sa loyauté légendaire. Il avait heureusement péri lors de la traversée de Red Line ; personne ne le regrettait.

Alors, après une rapide conclusion avec ses majors, l’amiral sonna brusquement le départ, tandis que des nuages gris chargés en eau et en vent gagnaient lentement la stratosphère comme pour présager un voyage mouvement. Trois jours, c’était risqué mais la mise était trop importante.

Sur ce coup de poker, il devait tout parier.
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1