AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Dérogation.

avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7301
Popularité: -935
Intégrité: -768

Mar 27 Mar 2018 - 0:52


Cela fait maintenant quelques jours que je suis sur les Précieuses, mon île. L'Indépendance étant enfin acquis, j'ai pu mettre en place plusieurs projets pour l'avenir de la citadelle. De cette manière, je peux m'absenter des mois entiers pendant que l'agglomération s'agrandit selon mes plans. Je me suis accordée du temps pour me reposer et fortifier des liens avec des personnalités importantes. Maintenant, je dois désormais mettre les voiles pour Alabasta avant que je ne rate le créneau idéal pour le pillage. Alors que je prends mes dernières affaires dans ma chambre, le jeune employé de mon hôtel toque à la porte.

— Dame Nakajima, venez vite! Il se passe quelque chose de terrible au port.

Je lui réponds machinalement.

Qu'est-ce que c'est encore?!

J'espère que ce n'est rien de grave. Je suis moralement fatiguée de devoir régler les problèmes divers. Lors de la séparation avec Armada, des partisans des Neufs Flibustiers se sont retrouvés du mauvais côté. Ne voulant pas mal finir, ces derniers m'ont rapidement juré l'allégeance. Je ne suis pas très emballée pour les laisser tranquille, car quelques-uns font encore un peu de grabuge. Loin de mener une mutinerie, ils causent quand même des perturbations. Je suis obligée d'intervenir pour les clamer. Je songe à créer une zone pour contenir les habitants qui sont un peu hors de contrôle, mais qui ne sont pas réellement une menace pour moi ou pour les Précieuses.

Ne me voyant pas toujours pas sortir, le garçon de chambre insiste.

— On se fait attaquer!!

Je manque de peu de déraper en forçant trop sur ma valise tant je suis surprise.

QUOI?!

Déjà que faire mes affaires m'agace, alors apprendre une telle nouvelle me donne une très mauvaise humeur. Laissant à l'abandon mes biens, je sors de ma pièce en essayant de calmer ma colère. Je tombe nez-à-nez avec mon interlocuteur et une autre personne. Est-ce Armada qui réplique? Est-ce le Malvoulant qui nous a retrouvé?! Ou est-ce la Marine?! L'idée qu'on puisse attaquer ma jeune citadelle me révolte. Je commence à peine à trouver mes aises qu'on vient déjà saloper mon travail. Je prends alors la parole.

Que se passe t-il, au juste? Qui nous attaque?

L'autre individu ne fait pas partie de la maison et semble plutôt être un docker déjà d'un certain âge. C'est lui qui me répond.

— Euh... Bah, Capitaine, c'est un monstre marin qui...
Tu me fais déranger pour un monstre marin de rien du tout?

Mon regard est noir. L'ouvrier du port et le jeune homme détournent leurs yeux, presque d'un air honteux. Toutefois, le vieux trouve la force de répondre.

— C'est... C'est qu'il est coriace, Capitaine.
Les défenses de l'île ne suffissent pas à l'abattre une bonne fois pour toutes?
— Non, Dame Nakajima. C'est pour ça qu'on a besoin de vous tout de suite.

Je souffle. Je pensais que le problème était plus grave. Dans un sens, ça me rassure.

Bon. Prenez mes affaires et suivez-moi.

Il ne manquait plus que ça! Il fallait qu'une créature aquatique surgisse des abysses pour retarder l'heure de mon départ... Les travaux de restauration sont encore en cours. Mon île est encore vulnérable et peine à reprendre de la couleur. Accompagnée des deux hommes, je me dirige vers le port et je constate les dégâts. Le monstre semble enragé et s'attaque à tout. Les quelques canons du coin ne peuvent pas l'arrêter. Au loin, je vois un navire arriver. Est-ce que le bâtiment traque cette maudite chose? J'espère juste que ce n'est pas un énième problème, car je peine à identifier le vaisseau.


Dernière édition par Nakajima D. Aoi le Mer 23 Mai 2018 - 23:53, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Daemon Wall

♦ Localisation : Whiskey Peak
♦ Équipage : Les Pirates du Prince

Feuille de personnage
Dorikis: 4855
Popularité: -439
Intégrité: -431

Mer 18 Avr 2018 - 17:18

Voilà plusieurs jours que l’on a quitté Wiskey Peak, je me rétablis assez rapidement, je recommence à être à la barre du navire, à revoir un peu le jour après être resté deux jours allongé, ne bougeant aucun orteil.

Nous avions fait le plein de vivre mais la viande manque cruellement sur ce rafiot et il se trouve que j’ai envie de viande, ça m’aide à mieux éponger le rhum que je m’empiffre la journée.

La tête dans le brouillard je dresse sur le pont, clignant de l’oeil, le temps de m’adapter aux lueurs du jour, j’entame une démarche lente et lourde jusqu’au gouvernail du navire, bouteille de rhum à la main, j’en prends une gorgée.

- Dégages. C’est ma place ici.

L’homme à la barre se décale en me laissant prendre en main la direction du navire, j’observe le log pose et j’oriente le bateau dans la direction indiquée. J’ai faim. Mon ventre n’arrête pas de gargouiller et cri famine. Nous ne mangions ces derniers jours seulement des légumes, du pain et de la vieille soupe.

Certains s’improvisent en tant que pêcheurs, dont Arhye et Matt qui semblent attendre que les lignes fassent mouche.

Les voyant poireauter je souris, quelques têtes de glands ces deux-là.

Moka quand à lui s’est enfermé dans sa piaule, Léonardo garde un œil sur moi, inquiet. Vasco et les autres s’exécutent, nettoient le pont, ils trouvent des occupations.

Plusieurs heures passent. Sans que rien ne montre le bout de son nez au bout des lignes.

Je reste à mon poste même avec ce soleil de plomb. Je m’allume une cigarette, je grogne pour qu’on m’apporte une nouvelle bouteille de rhum.

Les trucs ordinaires de pirate quoi.

Soudainement un hurlement dans les profondeurs résonne, une immense masse se glisse sous le navire, l’eau s’assombrissant, nous distinctions la masse se déplacer lentement, sans faire attention à notre bateau.

Les autres n’osent pas faire un geste, pas un bruit.

La seule chose que voit mon œil est une montagne de viande, ce genre de montagne qui vous nourri toute une vie.

Salive en bouche, je décide de suivre l’ombre, je vais leur montrer ce que c’est que la vrai pêche !

L’ombre gargantuesque nous devance mais le rafiot semble suivre l’allure.

La traque dure, le monstre ne montre toujours pas le bout de sa tête.

Plusieurs heures passent.

A l’horizon une île émerge, notre repas semble s’y diriger.

Alors qu’il nous a distancer, au loin, nous observons d’un coup le monstre s’exciter et sortir de l’océan pour attaquer cette « île ». C’est notre jour de chance et l’occasion ultime pour enfin bouffer de la viande parmi cet océan !

Je commence à dégaine mon sabre, pointant du doigt le matelot à ma gauche je lui ordonne de prendre le contrôle du navire, je titube jusqu’à la proue.

- Suis bien le monstre ! Prends le vent maudit escargot ! Ne laisses pas notre chance de bouffer s’échapper ! Aller rapproches-toi ! Et vite ! Faut qu’il soit à ma portée. Les autres révélé le drapeau ! Nous allons faire deux pierres un coup. Fufufufu.

Arhye se tenant derrière je l’entends soupirer.

- Cela ne présage encore rien de bon… .

- Tais-toi gamin. Ne te mets pas entre notre repas et moi.
http://www.onepiece-requiem.net/t12658-daemon-wall-le-borgnehttp://www.onepiece-requiem.net/t12699-daemon-wall-le-borgne
avatar
Arhye Frost
Modérateur

♦ Localisation : En mer, avec les fous
♦ Équipage : Non

Feuille de personnage
Dorikis: 3575
Popularité: -201
Intégrité: -190

Jeu 19 Avr 2018 - 12:51

- Et voilà ça recommence !

   Il ne pouvait pas s'en empêcher : les yeux plus gros que le ventre, Daemon fonçait tête baissée sur tout ce qui le mettait en appétit. Et tous les sens du terme étaient bons.
   Je préférai de loin la pêche traditionnelle, à l'image des vieux-jeux et des paysans usés par le travail quotidien. J'avais déjà tenté la pêche au gros, mais là... On parlait quand même d'un monstre marin ! Je ne savais pas comment cette tête de bourrique avait pu survivre aussi longtemps en ayant une notion aussi tordue des choses ! Mais ce n'était plus le moment de grimacer, ni de reculer. Avec Moka, le capitaine, occupé dans sa cabine à ruminer les événements récents et à se retrouver, le borgne devenait le maître à bord.
   Et ce n'est pas comme si je ne m'y étais pas habitué :

- Matt, tu restes avec Léonardo. Je vais préparer les canons.

   Parce que s'il y avait bien une chose que j'avais apprise récemment, c'était mon potentiel en tant que canonnier... Ou bien n'était-ce que de la chance ?
   Je courrais donc en direction des pièces d'artillerie et, levant la tête, remarquais enfin ce qui se tramait du côté de l'île.
   Sans que l'on sache encore pourquoi, la créature s'était dressée devant ce qui ressemblait à un port et détruisait tout ce qui passait à portée en hurlant. Sa voix caverneuse et puissante faisait trembler l'air autour d'elle. C'était une sacrée bestiole... Ou plutôt c'était la chose la plus énorme que j'ai vue jusqu'à présent. Et les tirs de barrage en face la ralentissait avec peine ! Je commençais à me dire que mon idée était particulièrement mauvaise. Mais impossible de reculer : Daemon en avait décidé ainsi. Nous devions terrasser cette chose et refaire le stock de provisions.

   L'armement du navire de la Marine que nous empruntions était de bonne qualité ! Même mes mains et mes yeux d'amateur pouvaient le certifier sans peine. Et le tout était fait de sorte à faciliter l'insertion des projectiles et le changement de trajectoire : fixés sur des sortes de colonnes rotatives, les canons pouvaient tourner sur 90° et s'élever jusqu'à 165°. Certains bateaux étaient conçus pour obtenir de tels résultats, mais la Marine était en avance en terme d'efficacité à ce niveau-là ! L'ensemble était parfaitement huilé.
   Je remerciais intérieurement le commodore Miltiades, à qui nous avions volé le navire, avant de secouer la tête pour le chasser de mon esprit.
   Je hélais Vasco et deux autres types et leur demandais de m'apporter les gargousses de poudre. Nous irions plus vite à plusieurs. Nous pûmes ainsi charger quatre canons et je m'occupai ensuite du pointage.

   En faisant cela, je remarquai le drapeau qui flottait en haut de certains vaisseaux amarrés au port, ainsi que sur l'un des plus grands bâtiments de la ville derrière... Et je frémis : c'était un pavillon noir. Et nous approchions avec un navire de la Marine. Si je pouvais les remarquer, alors ils le pouvaient eux aussi. Nous risquions d'avoir des problèmes très rapidement s'il fallait combattre sur deux fronts.
   Je me dépêchais d'ajuster les pièces d'artillerie avec Vasco et regardai Daemon, lequel souriait comme un dément à la proue.
   Je criai :

- Hé ! Donnes-moi vite la permission de tirer ! Parce que si on s'approche davantage, ça risque d'être la merde !
- Attend !


    Mais oui. Mais bien sûr... Attendre...

- Daemon ?! C'est pas le moment là ! Il y a des pirates en face !
- Et alors ? Nous aussi !
- C'est pas ce que dit notre bateau !
- Tu attends !
- Mais bordel de...
- TA GUEULE ! Je me concentre.
- Mais c'est pas vrai...
- ...
- ... Daemon ?
- ...
- Oh ?!
- On y est presque... Il va se retourner...
- CONNARD DE CYCLOPE !
- MAINTENANT !


   J'allumai la mèche de chacun des quatre engins face à moi et très vite les détonations retentirent. Face à nous, le monstre marin se dressait de toute sa masse et affichait son flanc. C'était ce qu'attendait le borgne : une ouverture. Personne ne devrait douter de ses talents de chasse. Ce n'était sûrement pas sa première fois. C'était un navigateur, un habitué de Grand Line. Il savait tout des risques de la mer. Du moins plus que moi. Je devrai davantage lui faire confiance... Mais il fallait avouer que vivre à ses côtés était mauvais pour le cœur !
   Les quatre boulets percutèrent la bête et elle poussa un cri de surprise et de colère. Quelques égratignures, et les écailles manquantes par endroits, laissèrent supposer que nos tirs et ceux de la défense du port ont eu de l'effet. Mais c'était loin d'être suffisant pour la terrasser.

   Et évidemment, elle se tournait vers nous maintenant.

- Faut que j'arrête d'avoir des idées à la con moi...

   L'influence des fous.
   Le monstre marin s'étirait, prenait de la hauteur, grognait de plus belle. Nous ? Nous commencions à déglutir. Certains tremblaient, d'autres cherchaient un échappatoire, même fictif. Moi je regardais Daemon, lequel ne bronchait pas.
   Je ne savais pas d'où je puisais cette confiance, mais je savais que rester à côté de lui, là tout de suite, me mettait en sécurité. Je le rejoignis à l'avant du navire, une cigarette à la main. Je l'allumai, à moitié rassuré, alors que le monstre entamait sa descente : sa tête se penchait sur nous, de plus en plus vite. Toutes dents dehors, les pupilles luisantes et plissées en une expression rageuse, la bête s'apprêtait à nous happer.

   C'est là qu'elle partit : la lame d'air du borgne. J'avais à peine vu le mouvement et pourtant l'homme en kimono à côté de moi venait de décrire un arc de cercle parfait avec son sabre, et l'une des attaques les plus terrifiantes que je lui connaissais partit en direction de l'assaillant.
   Un nouveau hurlement retentit tandis que la créature reculait vivement, éprise de douleur. Dans l'agitation, je la vis : la plaie sanglante qui lui parcourait l’œil jusqu'au sommet de son crâne.

   Sur l'île, quelque chose semblait se préparer.

_________________
Spoiler:
 


Thème d'Arhye Frost :
http://www.onepiece-requiem.net/t18482-le-corbeau-de-north-bluehttp://www.onepiece-requiem.net/t18490-ft-de-arhye-frost
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7301
Popularité: -935
Intégrité: -768

Dim 22 Avr 2018 - 2:04



Monstre Marin de l'Équipage de l'Écume Sanglante.


Sujet: Œuvre originale.
Illustration par JamesCombridge.

La créature recule dans la baie du port, faisant alors chavirer plusieurs petites embarcations et endommageant sévèrement un navire de taille moyenne. Si elle disposait des mains, elle les poserait immédiatement sur sa plaie sanglante. Pour la première fois depuis très longtemps, la bête souffre le martyre. Sans se fier au bruit insupportable qui sort de sa gueule béante, tout le monde peut voir la manière dont elle se crispe et lire l'expression sur son "visage". La chose est en colère. L'entaille qui lui parcourt l'orbe oculaire jusqu'au sommet du crâne n'est pas assez profonde pour la tuer. Comme pour délivrer un message au borgne, encore une fois, elle s'apprête à le happer, lui et ses camarades. Œil pour œil, dent pour dent et... Queue pour queue!

— Attention!!

C'est un docker qui s'égosille à l'attention des nouveaux arrivants. Avec l'extrémité de son corps, le serpent de mer cherche à balayer le navire Marine où se trouvent les Pirates du Prince. D'un revers, la bête ramène l'autre bout à la manière d'un tentacule. Le remous s'écume partout sur ses écailles luisantes. L'inévitable semble s'annoncer. Seulement, il se passe bien quelque chose au port. Ni une, ni deux, Aoi laisse les habitants de son île recharger les canons pendant qu'elle s'élance à son tour dans la mêlée. Sautant de structure en structure, elle fait son dernier bond juste au-dessus de l'animal enragé. Son poing droit sécrète de la lave et devient de plus en plus gros. Quadruplant de volume, le bras de la femme-magma vient alors s'abattre violemment.

Titanic Strike!!

Le coup est dévastateur. Le choc est si violent qu'il fait des répercussions à l'intérieur du corps du monstre marin. Il ne serait pas étonnant d'y voir des os se fêler tant la frappe est titanesque. Du liquide pâteux se mélange alors au sang, mais la créature aquatique semble résister encore. Une dernière salve coordonnée entre les nouveaux arrivants et les citoyens des Précieuses devrait pouvoir l'achever. Loin d'être une arme vivante inébranlable du Malvoulant, le serpent de mer peut encore se battre un peu.

Alors que la bête replonge dans l'eau, pour éviter la noyade assurée, la Capitaine des Ombres du Chaos ressaute sur la première surface solide accessible. Autrement dit, le navire des Pirates du Prince. Bien que le bâtiment soit de la Marine, le pavillon noir qu'il arbore lui laisse croire qu'elle peut se mettre en sécurité. Il ne serait pas logique qu'un cuirassé du Gouvernement Mondial vadrouille seul dans le coin même pour une reconnaissance. Pour la Reine Rouge, cela signifie qu'une chose. Des nouveaux forbans désireux de rejoindre son île. Et donc, des potentiels alliés. Son membre revenu à la normale, elle atterrit juste devant Arhye et ouvre la parole.

Il va revenir. Nous ferons les présentations après.

Effectivement, la créature compte bien revenir à la charge. N'étant pas un Roi des Mers, la chose semble pouvoir s'attaquer au navire Marine. Le Granite Marin qui couvre la coque ne l'affecte pas. Il faut dire que la bête est dressée pour le combat. Et ce que tout le monde ignore, c'est que le serpent de mer est envoyé par l'Équipage de l'Écume Sanglante. Il s'agit en réalité des rescapés lors de l'affrontement entre les Précieuses et Armada qui cherchent à délivrer leur Capitaine, Tomoe Togashi, dit la Grande Reine Naga. Leur acte est impulsif et n'est pas commandité par les Neuf Flibustiers ou les Usuriers. C'est tout simplement des Homme-Poissons qui veulent se venger. De ce fait, alors que la créature aquatique revient à l'assaut, des H-Ps se faufilent sous l'île à la recherche de la zone la plus fragile de la citadelle afin de la saboter.


Dernière édition par Nakajima D. Aoi le Mer 23 Mai 2018 - 23:54, édité 7 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Daemon Wall

♦ Localisation : Whiskey Peak
♦ Équipage : Les Pirates du Prince

Feuille de personnage
Dorikis: 4855
Popularité: -439
Intégrité: -431

Lun 30 Avr 2018 - 19:32

C’est qui celle-là ? En tout cas elle ne semble être vraiment hostile, je me contente de sourire tournant le dos à notre arrivante de dernière minute. Une idée me traverse la tête tel un éclair. Le monstre s’est replongé dans les profondeurs, il ne semble pas attaquer tout de suite, nous pouvons apercevoir son ombre faire le tour du navire, il doit attendre le bon moment.

- Fufufufufu !


Je me retourne brusquement, jetant un œil en direction de notre collaboratrice, avant que mon regard se dépose sur Arhye, le visage se déformant à cause de mon sourire machiavélique.

- Ohoh… non, je ne sais pas à quoi tu penses mais c’est non !


J’effectue une moue devant la réponse de mon compère.

- Aller s’il te plaît ! Mon plan est d’enfer ! Et en plus tu t'es très bien débrouillé là !

Arhye se retourne et commence à bouder.

- Non ! Tes plans sont tordus ! Et j’ai l’impression que plus le temps passe… et plus tes plans sont tordus !

Je hausse les épaules, m’avançant vers lui le regard hagard en direction du ciel, faisant comme ci de rien n’était.

- Je souhaite simplement t’accrocher cette corde… Lui dis-je en attachant rapidement ses pieds au bout de corde que j’ai récupéré sur le pont. Et tu sais Arhye, pour attraper un gros poisson il faut… un… APPAT DE SON ENVERGURE ! FUFUFUFUFUFU !

Je commence à le tirer violemment avant que je ne sente la corde céder, quoi ? Il est si gros que ça ce con ?!

J’aperçois Matt sabre en main, il semble être le fautif. C’est lui qui a tranché la corde ?!

- Putain ! MATT ! TU VEUX NOUS LAISSER MOURIR DE FAIM ?!

Il déglutit avant à son tour et pour la première fois hausser sa voix contre moi.

- MAIS PUTAIN T’ES VRAIMENT QU’UN VIEUX CON DE BORGNE FOU ! REGARDES-TOI ! TU ES TELLEMENT AFFAME ET FOU QUE TU SOUHAITES JETER TON COMPAGNON A LA FLOTTE POUR POUVOIR PEUT-ÊTRE PÊCHER !

Je me gratte le crâne, réfléchissant à la gravité de ma manière d’agir… non, je ne vois pas ce qui a de mal.

- Mais t’es bourru ?! J’peux pas le faire ! J’suis un putain de maudit sinon j’y serai allé à l’eau !

Je sens tout à coup quelque-chose s’enfoncer en moi, c’est fin, tellement fin que pour un peu je ne m’en aperçus pas. Il s’agit de Léonardo, il semble m’avoir enfoncé une seringue dans le dos.

- Tu me fais quoi là, Léonardo ?


- T’en fais pas, c’est une seringue de sédatif, elle va te calmer un peu boss, tu es trop sur les nerfs en ce moment. Tu ne vas pas t’endormir mais ça va déjà un peu plus te détendre.


- Espèce de raclure… .

Lorsque je me tourne pour frapper Léonardo j’entrevois du coin de l’œil une immense ombre se frayer un chemin dans l’eau à toute vitesse, je chope mon médic’ et l’envoie valdinguer sur le pont du navire avant de voir se monstre effectuer un saut défonçant la proue du navire et sa figure, avant d’atterrir de nouveau dans l’eau, nous laissant de nombreuses vagues à affronter et ma foi, assez immenses.

A cause des secousses je suis tombé à la renverse, ce qui me m’agace fortement.

Je me relève et sens mes muscles s’alourdir.

- Grrrr…. Tu serais mort si je ne t’aurais pas envoyé valser ailleurs du con. Alors vous avez un meilleur plan ?!
http://www.onepiece-requiem.net/t12658-daemon-wall-le-borgnehttp://www.onepiece-requiem.net/t12699-daemon-wall-le-borgne
avatar
Arhye Frost
Modérateur

♦ Localisation : En mer, avec les fous
♦ Équipage : Non

Feuille de personnage
Dorikis: 3575
Popularité: -201
Intégrité: -190

Mer 2 Mai 2018 - 23:19

- Oh merde... Matt ! Occupe-toi de Léonardo !
- Compte sur moi !


   Et le voleur blond couru en direction du médecin, choqué par ce qui venait de se passer. De mon côté, j'étais à quelques pas de Daemon et m'empressais de l'aider. Nous nous éloignâmes suffisamment de l'avant du navire, jusqu'à nous retrouver de nouveau proches de l'étrange femme à la chevelure flamboyante.
   Cette inconnue était arrivée là, devant nous, depuis l'île. Et j'étais resté scotché par son irruption. Même si les récents événements m'avaient appris à ne plus me laisser surprendre par les utilisateurs de fruits du démon. Mais le sien semblait particulièrement puissant.

   Comme elle l'avait dit : nous n'avions pas le temps pour les présentations : la bête se dressait à nouveau et nous empêchait tout mouvement de retraite ou d'accostage. Derrière elle, les défenses du port se réorganisaient pour une attaque jointe. Et moi je ne pouvais plus tirer au canon, la créature étant trop proche pour me laisser le temps de recharger. De toute manière, j'avais un navigateur gueulard bien que shooté au calmant sur l'épaule et mon oreille en souffrait :

- VOUS ÊTES VRAIMENT UNE BELLE BANDE DE LOPETTES ! EN PLUS D'ÊTRE CONS !
- Au lieu de brailler, fais marcher ta cervelle et trouve une solution qui N'IMPLIQUE PAS de me jeter par dessus bord !

   Je disais ça, mais je n'étais pas mieux loti niveau inspiration. Tout ce qui me venait à l'esprit là, tout de suite, c'était de demander à la rousse ardente et à ce foutu borgne d'unir leur force pour balayer le monstre serpentiforme... Mais l'un n'était plus au mieux de sa forme et l'autre était une étrangère. En somme : un autre danger potentiel. Impossible de l'impliquer dans quoi que ce soit qui puisse nous contraindre à lui devoir quelque chose. Nous ne savions pas ce qui pourrait lui passer par la tête...
   La pression et l'agitation me faisaient serrer les dents et battre le cœur. Trop vite à mon goût. C'était désagréable... J'avais envie d'une cigarette.

- Attention !

   Matt avait remarqué le mouvement du monstre et m'avertit de son attaque. Cette fois, elle allait fondre droit sur nous, sans crainte aucune : elle avait dû se rendre compte de la fragilité de ses proies, et sans doute de l'état de l'une d'entre elles. Cette fois Daemon ne pourrait pas l'empêcher de nous happer.
   Pourtant il s'y essaya : il voulut sortir son sabre et finir ce qu'il avait commencé mais la piqure de Léonardo agissait de plus en plus et sa réaction fut lente. D'instinct, je nous propulsai en arrière et seule le nez de la bête nous percuta, nous envoyant tout de même bouler contre la poupe.

   Elle se redressa et se préparait à un nouvel assaut. Je me relevais en grimaçant légèrement. J'avais mal bien entendu, mais sans doute moins que l'autre vieux fou, lequel recouvrait tout juste ses forces de notre lutte face au commodore Miltiades.
   C'était là que je réalisai deux choses : d'abord le fait que j'étais l'un de ceux qui en avaient le moins bavé lors du combat sur Whiskey Peak ; ensuite le fait que tous les efforts fournis jusqu'à présent, toutes mes séances d'entraînement ainsi que les journées harassantes passées aux côtés de cette bande de pirates déjantés m'avaient endurci au delà de ce que pensais possible. Je n'avais pas si mal. Cette bête était énorme, et mes os étaient tous entiers. Autrement dit : j'avais mes chances.
   Du moins c'était ce que je me disais, dopé à l'adrénaline que j'étais.

   Nous nous lancions l'un vers l'autre au même moment, elle avec ses crocs, moi avec le sabre du borgne en main. Je n'étais pas aussi bon bretteur que Moka, mais les quelques notions acquises lors de mon entraînement de marine sur Luvneel me revenaient en mémoire.
   Je bondis à peu près en même temps qu'elle, prêt à frapper, la lame tenue à deux mains sur le côté. Sa gueule se rapprochait dangereusement.
   Des coups de canon retentirent et le sifflement caractéristique des projectiles fut accompagné du bruit des boulets voulant se frayer un passage dans une coque.
   Autrement dit : ses écailles.

   Cela ne dura qu'une petite seconde : la bête ferma l’œil et se raidit à l'impact, ralentissant sa course. J'arrivai à sa hauteur et frappai. Le sabre lui entailla un crochet et le haut de la mâchoire tandis que mon élan m'entraînait vers le haut de sa tête. Lorsqu je vis le sommet de son crâne, bruni par l'attaque précédente de la rousse, je n'hésitai pas. Je pivotai sur le côté et, le corps à l'horizontal, je décochai un coup de pied magistral sur le monstre. J'avais tout mis dedans ! Et l'effet fut celui escompté : le serpent géant percuta violemment le pont, faisant craquer les planches sous lui et manquant de le faire s'enfoncer dans les étages inférieurs. Sa tête se releva, comme après un rebond et la douleur se transforma en sensation d'engourdissement. Il oscillait de gauche à droite, sonné par l'impact, le corps s'enfonçant petit à petit dans l'eau.

  En retombant sur le navire, je soufflais fort. Je réalisai ce que je venais de faire et fus partagé entre la stupeur, la fierté et la joie d'être en vie. J'imaginai même la tête des autres avant de les regarder un à un et...
  Ils ne me regardaient pas. Leur attention était focalisé sur autre chose derrière moi. Tout à coup paniqué je fis volte face, m'attendant à ce que le serpent géant revienne à la charge mais il n'en était rien.
   En y prêtant davantage attention, il me sembla entendre des cris.

   Sur l'île, des gens criaient. Vu l'intonation, et mes expériences récentes, ça n'annonçait rien de bon. J'osais regarder la femme sur notre navire, curieux de sa réaction.

_________________
Spoiler:
 


Thème d'Arhye Frost :
http://www.onepiece-requiem.net/t18482-le-corbeau-de-north-bluehttp://www.onepiece-requiem.net/t18490-ft-de-arhye-frost
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7301
Popularité: -935
Intégrité: -768

Dim 20 Mai 2018 - 21:16


La scène qui se dévoile sous les yeux d'Aoi lui semble irréaliste. Elle se demande comment un équipage pareil peut encore prétendre naviguer sur Grand Line avec autant d'inorganisation. Sans nul doute, il ne s'agit pas de Marines déguisés. Cette conclusion peut paraître hâtive, mais l'expérience des rencontres fortuites et ses sens lui poussent à croire que les forbans à bord de ce navire sont bien les Pirates du Prince. Maintenant, les avis de recherche lui reviennent en tête avec plus de clarté.

Momentanément, la Reine Rouge perd le fil des événements tant, ses pensées obscurcissent son esprit. Ce n'est seulement après la charge du monstre que la Capitaine des Ombres du Chaos réalise qu'elle se retrouve à l'autre bout du navire. En se relevant, elle voit alors le dénommé Arhye porter un puissant coup au serpent de mer, mettant alors la bête hors de contrôle pour un petit temps.

Aoi reconnaît les cris d'agonie de ses citoyens. Elle fait un bref échange de regard avec le blondinet, puis, s'élance immédiatement au sommet de la dunette. Sans perdre une seconde, elle empoigne une corde et coupe à l'extrémité ce qui la retient. Aussitôt, la femme-magma décolle avec élégance du bastingage et atterrit lourdement sur un navire amarré au quai. Ce bâtiment est en effervescence tant, son équipage s'active pour réparer les dégâts. Ne se souciant pas de ses occupants, la dirigeante des Précieuses s'éclipse à nouveau à vive allure pour joindre le port.

Des Homme-Poissons massacrent les dockers et s'imposent comme étant indéniablement les plus forts. Rien à voir avec une armée ou un équipage, ces adversaires sont simplement un commando aux attitudes étrangement suicidaires. Ils frappent furtivement et disparaissent aussitôt. Aoi se demande comment des H-Ps peuvent être aussi agiles. Elle maudit Dame Nature et se précipite sur la place du port. Il n'y a que deux explications possibles pour elle. Soit, elle a affaire à l'Équipage de l'Écume Sanglante, soit, elle doit faire face à une mutinerie. La dernière option lui semble peu probable. Sans s'adresser à ses ennemis, la Reine Rouge dégaine son sabre. Et dans le même mouvement, elle effectue une frappe circulaire visant à créer une lame d'air droit devant elle à l'horizontale.

Firebreathing!!

Immédiatement, le groupe d'élite fracasse le sol de concert. Se craquant de part en part, les planches se disloquent et permettent aux Homme-Poissons de s'engouffrer dans l'ouverture béante, évitant alors l'attaque de justesse. La technique de la Reine Rouge poursuit alors sa course jusqu'à couper les maisons au fond. Tuant involontairement ses camarades, Aoi ne peut s'empêcher de cracher un juron. Cette vision n'est que trop similaire à l'épisode de l'Indépendance. Fulminant de tous les tuer sans exception, Aoi décroche son Den Den Muchi qui sonne juste à cet instant.

Capitaine Nakajima?
Je t'écoute, Hody.

On ressent dans sa voix qu'elle est exténuée moralement. Le dénommé Hody reprend.

Nous avons affaire à l'Équipage de l'Écume Sanglante.
Quelle dévotion!! Ils sont là pour Tomoe...
Exactement. Je dois vous mettre en garde. Ils sont beaucoup plus organisés que le jour de l'Indépendance.

Aoi sait que son interlocuteur s'est déjà battu face à ces adversaires. Elle lui fait pleinement confiance.

Que préconises-tu?
Laissez-moi m'occuper des groupes commandos. Vous êtes plus en mesure de maîtriser les plus grosses menaces.
Les grosses menaces comme un serpent de mer, par hasard?
Oui, mais aussi par le seul Wotan dans leur rang.

Aoi fronce les sourcils. Elle sait de quoi il s'agit. Ou plutôt, de quel genre de créature son camarade parle. L'ancien Équipage des Saigneurs en possédait un. Qu'est-ce qu'il y a de pire que le croisement entre un Géant et un Homme-Poisson? Serrant les poings, la Reine Rouge ne peut se retenir de crier.

QUOI?!!

Cherchant à se calmer, la dirigeante des Précieuses réfléchit un court instant. À ce moment-là, le monstre marin resurgit à nouveau. La bête est enragée et fracasse le port de plus belle, coulant alors plusieurs navires. Voir autant de dégât oblige la femme-magma à prendre une décision plus rapidement.

Nous nous ne laisserons pas faire. Je vais demander à mon équipage entier et aux Gardiens de mon île de faire le nécessaire pour repousser l'invasion. Toi, veille à ce que les Abysses ne soient pas sujettes à un démantèlement. Je compte sur toi.
Entendu.
Gotcha.

Aoi espère que les Pirates du Prince peuvent assurer leur travail. S'ils veulent se reposer sur les Précieuses, ils n'ont de toute manière pas le choix. Ils débarquent au mauvais endroit, au mauvais moment.
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1