AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Qu'est ce que le soleil ?

avatar
Miyazaki Tanio
•• Vice Lieutenant ••


Feuille de personnage
Dorikis: 665
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 15 Juin 2018 - 2:06




*Les armes antiques, les ponéglyphes, les fruits du démon, la volonté du D... Toutes ces choses peuplant notre monde semblent inconcevable, pourtant je suis convaincu que tout est lié. L'histoire du siècle perdu est retranscrite sur ces étranges stèles dont le langage m'est inconnu. A travers mes recherches, j'ai pu trouver quelques indices sur le contenu de celles-ci, rien de bien concret, rien de bien sur, néanmoins à présent je peux établir un semblant de théorie. Commençons par la signification du "D". A mes yeux, les personnes portant cette lettre dans leur nom ne sont que les descendants d'une civilisation perdue, une sorte de race humaine plus évoluée, plus résistante.
A force de réflexion et de trouvailles, j'en arrive à la conclusion suivante. Le "D" doit probablement signifier "daemon", "double" et "dead". En regardant l'histoire de notre civilisation, les plus grandes pontes en tout temps possédaient cette lettre dans leur nom. "Daemon", "double", "dead", à mes yeux ces personnes la sans le savoir peuvent acquérir les pouvoirs de deux fruits du démon. Les armes antiques ont à coup sur étaient fabriquées pour éradiquer...*



-"Sous-Lieutenant Miyazaki, le commandant Bringer vous convoque sur le port ! Vous êtes là ?"


*Quelle stupidité, terminer sa phrase par une question qui ne menera à aucune réponse en cas d'absence.*


Dehors, les soldats semblaient s'adonner à une beuverie qui avait commencé la veille au soir. C'était chaque jour la même chose, 6h30 l'alarme pour le réveil des troupes, 7h30 début des hostilités, 7h30 Tanio décollait son visage de ses bouquins chaque jour plus agacé. Etait_ce possible d'avoir un peu de paix et de tranquillité ? Et voilà que maintenant ce bon vieux commandant l'appelait pour une balade romantique sur le port de la base. Le pied. Autant s'extasier devant la magnificience d'un tableau sans peinture, au moins le vide suggéré par une toile blanche laissait la liberté d'esprit de s'imaginer tout et n'importe quoi. Non, la vie de Marine ne lui convenait pas, en tout cas pas enfermé dans une base à courir telle une poule chassant son grain à chaque fois qu'un supérieur le priait de se ramener.

-"Non je ne suis pas là, veuillez repasser plus tard !", dit Tanio.

Un soupir d'agacemment se fit entendre derrière la porte, puis d'un air lasse et foncièrement habitué le soldat répondit:

-"C'est chaque fois la même réponse m'sieur, et avec tout le respect que j'vous dois, je ne pense pas que le commandant ait la patience d'attendre aujourd'hui."

C'était pas bon ça, vraiment pas bon. En général, par respect pour ses recherches, la hiérarchie le laissait  tranquille ne faisant guère office de ses égarements comportementals. Si le nettoyeur de parties communes insistait pour que Tanio presse le pas, c'est que MONSIEUR Bringer en avait gros sur la patate. En d'autres termes, la conversation serait longue, tendue et ennuyeuse à souhait. Les ordres étaient les ordres, et aussi passionné par ses recherches fut-il, le jeune Sous-lieutenant ne pouvait pas déroger à ses obligations.

-"Fuh fuh..~ J'ai compris, 10 minutes et je suis à lui."

Pas de réponse. Bien, Tanio aimait lorsque les conversations s'écourtaient, surtout lorsque celles-ci n'étaient en rien instructives et constructives. Fallait donc rejoindre le commandant sur le port.
Tanio ferma le journal sur lequel il était en train de répertorier ses théories, il aurait tout le temps de revenir dessus plus tard, puis lentement il commença à enfiler son uniforme. La pièce dans laquelle il passait ses journées était de taille standard, carrée, un lit, un bureau, une fenêtre donnant sur cours servant de toilette à petite commission en cas de flemmingite aigüe, et des livres étalés du sol jusqu'au plafond. Une pièce à vivre tout ce qu'il y'a de plus sain.

Une fois prêt, Tanio prit soin de bien refermer la porte de sa chambre puis se dirigea dans le couloir de l'aile Est, celui donnant sur le port et passant devant les ecaliers des géoles. Les géoles... C'était probablement l'endroit qu'il préférait, en bas se trouvait divers criminels, les plus bavards laissaient parfois s'échapper quelques bribes d'informations sur Grand Line, rares étaient ceux qui en revenaient certes, pour la plupart ils étaient devenus fou, d'où leur présence ici, mais la folie à parfois ses bons côtés, notamment une tendance à balancer un peu tout ce que le cerveau ne peut plus gérer, trier, accepter. Les trômatismes. Et lorsqu'il y'a trôma, il y'a information, parfois utile, parfois non.




Aujourd'hui, l'information vint à Tanio, pas besoin de descendre vers les cellules, un cri strident retentit dans l'escalier.

-"Rah trois boiiiiis... Urgh".

Plus rien. Le silence, ce bruit de strangulation n'était pas naturel, pas en cas d'étouffement involontaire. Il fallait descendre vérifier ce qu'il se passait, mais ou étaient les gardes bon Dieu ? C'était sans se douter que sa journée banale allait virer au feuilleton d'enquête que Tanio descendit les marches menant aux géoles... Sans se douter que cette aventure marquerait le début de sa carrière de Marine de terrain.
Page 1 sur 1