AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Dans l'ombre du geyser

avatar
Roy D. Aston
Modérateur

♦ Localisation : Archipel aux Éveillés
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3769
Popularité: -393
Intégrité: -283

Mer 11 Juil 2018 - 16:42

Le regard rivé sur son Log Pose, Moria releva les yeux dans la direction pointée par l'outil de navigation. Une île se démarquait lentement à l'horizon, ses contours se précisant à mesure que le Matheson Sorrow s'en approchait. La fière caravelle pirate avançait avec allure, ses voiles noires gonflées sous le vent généreux qui les soutenait depuis leur départ du Port des Jumeaux.

Au côté de Moria, Roy s'appuya sur le bastingage du navire et observa leur future escale, un sourire paisible sur le visage. Cela faisait un petit moment que Merry avait repéré la terre depuis la vigie, mais l'apercevoir de ses propres yeux n'en restait pas moins un soulagement. La traversée avait été difficile, rien ne les ayant préparés à la pure dangerosité et imprévisibilité des eaux de la Route de tous les Périls. Entre les changements de climat soudain et les visites de monstres marins curieux, l'équipage du Tyran avait à maintes reprises frôlé la catastrophe. Heureusement pour eux, l'expertise de leur navigateur leur avait permis d'en réchapper sans trop de dégâts, même si Moria s'était, à maintes reprises, laissé surprendre par des phénomènes dont il n'avait jusque-là jamais soupçonné l'existence. Naviguer sur les Blues était une partie de plaisir en comparaison, mais il s'en était sortie.

 - Le climat s'est stabilisé, lâcha-t-il en baissant son bras droit et le Log Pose qui y était accroché, ça doit être parce qu'on approche de l'île.

 - Encore une histoire de champ magnétique j'imagine, répondit Roy à ses côtés, cela dit c'est moi où il y a plusieurs îles devant nous là ? ajouta-t-il en plissant les yeux.

En réponse, le navigateur tira son fusil de son dos et observa la terre en vue au travers de la lunette de l'arme.

 - Je crois qu'on est tombé sur un archipel, finit-il par lâcher au bout de quelques secondes.

 - Un archipel ? s'étonna Roy. Mais du coup comment ça marche avec ton... avec ta boussole ?

 - Le Log Pose ne pointe toujours que vers une direction : la plus grosse île de l'archipel. Je crois que tout l'archipel compte comme une seule île au regard du champ magnétique, de notre progression sur Grand Line ; t'as pas à t'en faire.

Rassuré, le jeune capitaine pirate hocha la tête avant de se redresser. Posant une main sur l'épaule de son bras droit, il lui flanqua une franche tape sur le dos avant de passer une main autour de son cou, guilleret.

 - Je savais que j'avais fait le bon choix en te recrutant dans mon équipage, s'écria Roy avec un sourire, tu as réussi mon salaud ! Tu nous as fait naviguer sur la Route de tous les Périls !

 - Hé hé, tu en avais douté ? s'enquit Moria en ricanant, avant de regarder à nouveau au travers de la lunette de son arme.

Bien qu'il pose en navigateur émérite et sûr de lui, le sourire qu'il n'avait pu dissimuler ne trompait personne. Il avait passé le test ultime. Toutes ces années passées en mer avaient fait de lui un marin plus que compétent, apte à naviguer sur la mer la plus dangereuse du monde. Soulagé et heureux, il pouvait enfin se détendre et apprécier le moment, ses preuves étaient faites.

Roy lui tapota encore le dos, un sourire plaqué sur ses lèvres, avant de se retourner et de prendre congé de son bras droit, qui resta là à observer l'archipel au loin. Voulant se préparer à l'amarrage, le jeune capitaine se mit à la recherche du reste de son petit équipage.

 - Notre première escale sur Grand Line, murmura-t-il ce faisant, sautillant quasiment sur place.


Dernière édition par Roy D. Aston le Jeu 12 Juil 2018 - 23:45, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t19004-roy-d-aston-presentationhttp://www.onepiece-requiem.net/t19055-fiche-technique-d-aston-d
avatar
Roy D. Aston
Modérateur

♦ Localisation : Archipel aux Éveillés
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3769
Popularité: -393
Intégrité: -283

Jeu 12 Juil 2018 - 18:54

Il se réceptionna souplement sur les planches de bois de la jetée, avant de se retourner pour aider Lily à descendre du navire. A ses côtés, Moria, Mochi et Merry le suivirent sans avoir besoin de son assistance et ils se retrouvèrent bientôt tous ensemble sur la plus grande île de l'archipel. Derrière eux, le Matheson Sorrow était solidement amarré et verrouillé, ils étaient fin prêts pour explorer.

 - Ce n'est pas trop ce à quoi je m'attendais, lâcha Roy d'un air circonspect, presque déçu en observant leur nouvel environnement.

 - Et à quoi est-ce que tu t'attendais ? ricana Merry, avec cet air ennuyé permanent qui la caractérisait. Une forêt maléfique avec des bêtes sauvages qui nous auraient attaqués dès notre premier pas sur l'île ?

 - Ben... ouais, avoua le jeune homme, ouais non ouais carrément, regarde ça, c'est trop... civilisé...

D'un geste il avait désigné le paysage qui s'étendait devant eux, au-delà de la jetée en bois. Suivant son geste du regard, les membres de son équipage détaillèrent à leur tour leur nouvel environnement.

Il y avait des arbres au-delà de la plage, certes, mais assez peu et des chemins s'ouvraient dans la végétation pour permettre le passage. On devinait aisément que l'endroit était régulièrement traversé par les autochtones, qui ou quels qu'ils soient. L'endroit était assez escarpé par endroits : sur leur droite, une massive colline se dressait sous leurs yeux, striée de passages qui l'encerclaient jusqu'à son sommet et bordée de quelques habitations. Autrement, l'île faisait figure d'oasis, avec le reste du terrain plat et couvert d'arbres. Ces derniers semblaient tous appartenir à la même espèce, un arbre feuillu de taille moyenne dont les fruits, étrangement, semblaient phosphorescents. Même si le soleil était encore haut dans le ciel, la lumière qu'ils dégageaient était suffisamment importante pour que Roy et son équipage ne l'aient remarqué.

L'île semblait volcanique eu égard aux jets de vapeur qu'ils apercevaient ici et là au-delà de l'horizon. De taille honorable, ses plages s'étendaient sur une généreuse superficie et l'eau était d'une belle couleur bleutée. L'endroit faisait figure de paradis, si ce n'était les nombreuses habitations qu'ils apercevaient ici et là depuis la jetée. De la bicoque modeste au pavillon avec jardin, les habitants de l'île semblaient savoir y faire avec le travail du bois. Toujours était-il que, comme l'avait fait remarquer Roy, ils étaient bien loin de l'île sauvage et inexplorée à laquelle ils s'étaient attendus.

 - Réflexion faite, on n'aurait peut-être pas dû amarrer le Matheson Sorrow au premier embarcadère qu'on a aperçu, lâcha Moria tandis qu'ils se mettaient en mouvement vers la plage. Si l'endroit est aussi civilisé qu'il en a l'air il y a de grandes chances que la Marine soit en charge de l'endroit, ou soit au moins présente sur l'île.

 - Relax, voulut immédiatement le rassurer Roy, on est sur Grand Line maintenant, on a plus de raisons de s'attendre à croiser la Marine à chaque coin de rue. J'ai entendu parler d'îles tellement dangereuses que même le GM n'a pas pu en prendre le contrôle.

 - Oui enfin jusqu'à preuve du contraire la Route de tous les Périls est toujours surnommée "le cimetière des pirates" et non pas "le cimetière des marines". Y'a une raison à ça, on gagnerait à être prudent.

 - Bof, dans tous les cas on reste des inconnus sur Grand Line, vous l'avez bien vu au Cap des Jumeaux. Peu importe la taille de nos primes respectives, je sens qu'on va pouvoir souffler un peu.

Moria hocha la tête tandis qu'il se remémorait leur passage en catastrophe devant les gardiens du cap lors de leur entrée sur Grand Line. Lesdits gardiens leur avaient naturellement demandé d'où ils venaient, avant de s'en désintéresser immédiatement de la réponse obtenue : ils n'avaient jamais entendu parler de Roy et ses hommes. Bien que le jeune équipage du Tyran dispose d'une solide réputation sur West Blue - et les Blues en général d'ailleurs -, cette renommée n'avait pas encore atteint la Route de tous les Périls visiblement. Cela avait naturellement déçu Roy quand il l'avait appris, alors que l'information avait réjoui Moria et Lily. Mochi et Merry n'avaient pas semblé s'en soucier le moins du monde.

Ils dépassèrent rapidement la plage de sable fin et s'enfoncèrent dans la végétation éparse qui couvrait l'île. Là, ils purent détailler plus en profondeur les étranges fruits luminescents que portaient les arbres particuliers à cet archipel. Naturellement, la curiosité de Roy le poussa vouloir goûter à l'un d'eux, mais une vive tape de Lily sur le haut de sa main fit tomber le fruit au sol. S'ensuivit une vive discussion entre le jeune homme et la femme-poisson alors qu'ils poursuivaient leur route en direction des habitations, l'un argumentant qu'il avait juste voulu en prendre une petite bouchée pour connaître le goût et qu'elle n'avait pas besoin d'être aussi intraitable, l'autre répliquant que même une toute petite bouchée aurait pu le tuer si le fruit était très toxique.

Le reste de l'équipage admirant le paysage plutôt que de se soucier de leur querelle, ils atteignirent bientôt un genre de centre-ville, à trois cents mètres de la plage à peine.

 - En fait d'être civilisé, cet archipel a même l'air très peuplé, commenta Mochi en prenant acte de l'effervescence qui régnait à cet endroit, avant de relativiser : quoiqu'on ne sait pas comment se porte les autres îles de l'archipel.

Quelques regards s'étaient tournés vers eux à leur arrivée, mais dans l'ensemble ils étaient passés relativement inaperçus. Les habitants de l'île étaient tout ce qu'il y avait de plus humain, même si leurs accoutrements semblaient suivre une mode tout à fait propre à la culture locale. La plupart des hommes étaient torses nus, ou portaient des chemises ouvertes ou des t-shirts aux couleurs vives. Il faisait assez chaud sur l'île, ce qui justifiait qu'ils soient tous en short ou en pantacourt. Les femmes quant à elles portaient des robes légères ou des ensembles paréos et haut de maillot pour couvrir leur poitrine. Ils évoluaient tous pieds nus ou en sandales. A côtés d'eux, l'équipage du Tyran, avec leurs habits sombres et amples, achetés dans la sordide île de Las Camp sur West Blue, se démarquait telle une tache noire au milieu d'un arc-en-ciel.

Les bâtiments autour d'eux étaient tous de taille relativement modeste, dépassant rarement un étage, étaient tous en bois et surtout, semblaient tous dégager une faible luminosité rappelant celle du fruit que Roy avait failli avaler. Considérant les troncs coupés qu'ils avaient aperçus en chemin, les haches que portaient certains habitants à leur ceinture et les caisses de fruits que l'on trouvait ici et là dans le centre-ville, il n'était pas bien difficile de comprendre sur quoi marchait l'économie par ces contrées.

 - C'est quoi le plan alors ? demanda bientôt Merry, alors que l'équipage s'était arrêté au détour d'une rue, en bordure pour ne pas gêner les autochtones, marchands, acheteurs et autres qui évoluaient dans l'endroit.

 - En premier lieu il faut qu'on détermine combien de temps prendra la recharge du Log Pose, énonça Moria, et puis il faut qu'on refasse notre stock de vivre et qu'on prépare notre prochaine traversée.

 - Et pourquoi pas acheter de nouveaux vêtements, compléta Roy à ses côtés, on se démarque pas mal du reste des habitants de l'archipel. Je me demande ce qu'il y a d'intéressant à faire par ici sinon.

Comme en réponse à son interrogation, un bruit étrange résonna soudain dans l'air et leur fit lever la tête à tous. Sans pouvoir en déterminer ni l'origine ni la nature, ils notèrent tout de même les sifflements et râles exaspérés que poussèrent nombre des habitants de l'archipel à mesure que le bruit s'élevait dans l'air, vrombissant par à-coups, avant de se réverbérer sur la colline un peu plus loin et de résonner de plus belle au-dessus de leur tête. C'était un mélange étrange entre le grondement d'un moteur, le souffle du vent et des éclaboussures d'eau, qui détonnait dans l'air calme de l'archipel et couvrait aisément les conversations dans le centre-ville. On ne s'entendait plus parler.

D'un signe de tête, Roy fit signe à Moria, lequel comprit immédiatement et courut vers vers son capitaine. Ce dernier, les mains placées en coupe devant lui, réceptionna son bras droit et le propulsa dans les airs, avant d'escalader à son tour la façade du bâtiment. Ils se retrouvèrent rapidement tous deux sur le toit, où ils purent profiter d'une vue dégagée pour déterminer d'où venait le bruit. Moria en aperçut le premier la source et tandis qu'il désignait le point à Roy, il décrocha son fusil et l'observa au travers de la lunette. A ses côtés, plissant les yeux pour distinguer au mieux de quoi il retournait, le jeune capitaine découvrit de petits engins évoluant sur l'eau au loin, à une vitesse ahurissante.

Avec la distance il ne pouvait être très précis, mais il comprit rapidement que lesdits engins étaient en fait des véhicules de taille modeste, tout juste assez grands pour accueillir un pilote. De formes et de conceptions variés, ils avaient tous en commun la traînée d'écume ahurissante qu'ils laissaient sur leur passage, à mesure qu'ils avalaient des dizaines de mètres à la seconde. Slalomant avec expertise sur un circuit délimité par des balises flottantes, les engins s'esquivaient, se doublaient et se talonnaient dans un bal gracieux et sauvage, monstrueusement dangereux, à mesure qu'ils progressaient dans ce qui était une course de toute évidence. Son regard dépassant les véhicules, Roy suivit les balises à la recherche de la zone d'arrivée. Le circuit disparaissait derrière le profil de la colline avant de réapparaître un peu plus loin, pour aller se perdre au tournant d'une des huit autres îles qui constituait l'archipel.

Les yeux écarquillés, le jeune capitaine en revint aux véhicules qui poursuivaient leur course effrénée sur le circuit aquatique. Chacun d'entre eux possédait un moteur au bruit distinct, qui se combinait aux autres pour créer un puissant vrombissement qui résonnait dans l'air de l'archipel tout entier. Dans un vacarme assourdissant, ils contournèrent l'île principale, disparurent un instant derrière le profil de la colline, et s'en allèrent en direction de l'île suivante sur leur circuit. Le bruit des moteurs s'atténua en les accompagnant, mais il ne disparut jamais vraiment : à chaque virage du circuit, les modulations du fracas mécanique qui leur parvenait changeaient, leur permettant quasiment de suivre la progression des pilotes comme s'ils y étaient.

Finalement, quand les derniers échos de la course s'estompèrent et qu'il n'y eut plus trace du moindre engin aquatique, Moria baissa enfin son fusil. En silence, il tourna la tête vers son capitaine, lequel n'avait pas esquissé le moindre geste, ni prononcé le moindre mot depuis une solide minute. Les yeux toujours écarquillés, le jeune homme semblait avoir perdu la voix.

 - Ça, finit par lâcher Roy, soufflé, je veux faire ça pendant notre séjour sur l'archipel.

Sans répondre, le navigateur de l'équipage du Tyran regarda à nouveau au travers de la lunette de son arme, à la recherche des mystérieux engins qui avaient émerveillé son capitaine.
http://www.onepiece-requiem.net/t19004-roy-d-aston-presentationhttp://www.onepiece-requiem.net/t19055-fiche-technique-d-aston-d
avatar
Roy D. Aston
Modérateur

♦ Localisation : Archipel aux Éveillés
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3769
Popularité: -393
Intégrité: -283

Mar 17 Juil 2018 - 13:58

Quand ils eurent retrouvé le plancher des vaches, Roy et Moria trouvèrent le reste de l'équipage en pleine discussion avec des autochtones. Le temps qu'ils arrivent à leur niveau cependant, les individus avaient déjà repris leur chemin, laissant le soin à Lily de les accueillir avec un œil prudent, presque inquiet.

 - Tout va bien ? s'enquit Roy en s'arrêtant près d'elle, tout en s'époussetant les mains sur les cuisses pour en enlever la poussière qui s'était agglutiné en redescendant du bâtiment.

 - Qu'est-ce qu'ils voulaient ceux-là ? renchérit Moria en suivant du regard le trio qui s'en allait.

 - Oui..., voulut les rassurer Lily, non sans un peu d'hésitation. Ils ont vu que l'on ne comprenait pas trop ce qui se passait alors ils sont venus nous rassurer, ou nous mettre en garde, je ne sais pas trop encore.

 - Nous mettre en garde ? Contre quoi ?

 - Vous avez vu une course de module c'est ça là-haut ? demanda Mochi en réponse (le capitaine et son second hochèrent la tête), eh bien ils se sont excusés du vacarme au nom de tous les habitants de l'Archipel aux éveillés - c'est là qu'on a atterri apparemment - et ils nous ont hum... "recommandé" de ne pas nous y intéresser...

 - ...avant de nous conseiller d'autres destinations touristiques comme les magasins d'ébénisteries ou le geyser, "pour échapper au boucan" comme ils ont dit, compléta Liy.

Un petit silence accueillit les explications du docteur et de la comptable, le temps que les nouveaux arrivants prennent la mesure de ces nouvelles informations. Un peu plus loin, adossée à un mur, Merry se désintéressait totalement de la situation, observant le vide devant elle comme si elle était absorbée dans ses pensées. En temps normal, autant de détachement aurait attiré l'attention de Roy, mais au moment présent ce dernier avait l'esprit ailleurs :

 - Alors c'est comme ça qu'ils appellent ces engins, des "modules" ?

 - Roy a immédiatement flashé dessus, lâcha Moria avec un sourire en coin, comme Lily et Mochi semblaient étonnés par l'intérêt que portait leur capitaine aux véhicules de course.

 - Ah j'en étais sûre..., lâcha Lily avec un hoquet d'exaspération (elle attrapa le bras du jeune homme et l'entraîna avec elle, emportant tout l'équipage au passage tandis qu'elle reprenait leur balade dans le centre du village), eh bien oubli-les pour l'instant Roy, je ne sais pas qui est à l'origine de ces courses mais mieux vaut ne pas nous en mêler pour le moment.

 - Et pourquoi ça ? s'enquit distraitement le capitaine, le nez levé et la tête tournée dans la direction où il avait aperçu les majestueux et rugissants modules, un air pensif sur le visage.

 - Ce ne sont pas les éveillés qui s'occupent des courses et à voir les trois gus qui nous ont accostés, les autochtones n'ont pas l'air de porter les modules - et tout ce qui a de près ou de loin un rapport avec eux - dans leur cœur, lui apprit Mochi quelques mètres en arrière.

 - Quoi, vous pensez qu'on va se mettre à dos la population si on commence à s'intéresser aux courses ? Vous avez parlé à trois mecs à peine, souligna Moria avec un scepticisme évident.

 - Pour l'instant on passe relativement inaperçu, ils doivent être habitués aux touristes par ici, j'ai vu pas mal de navires amarrés un peu partout sur les côtes. Mais si on commence à se mettre la population à dos, qu'on attire l'attention en insultant leurs coutumes et que par-dessus le marché ils découvrent les jolies voiles noires du Matheson Sorrow et la belle prime de Roy, là il ne faudra pas s'étonner que ça pète. Je sais pas si c'est le genre des gugusses de cet archipel, mais à choisir je préférerais éviter de devoir me défendre contre une horde de bûcherons enragés.

La tirade de Lily eut pour mérite de donner matière à réflexion aux deux hommes. Douché dans son enthousiasme par ce retour la réalité, le jeune capitaine fût forcé de reconnaître la logique derrière les mots de la femme-poisson, laquelle marchait à présent avec assurance vers une destination connue d'elle seule. Le reste de l'équipage suivant le mouvement, elle traînait toujours Roy par le bras.

 - Ok ça fait du sens, concéda ce dernier, mais c'est quoi le projet alors, et où est-ce que tu nous emmènes comme ça ?

 - Eh bien je n'aime pas trop les regards qu'on nous jette depuis que vous avez si discrètement escaladé la façade d'un bâtiment au premier signe de vie des modules ! On va voir le fameux geyser mystique de cette île, ça calmera les esprits.

 - Oh très peu pour moi, se désolidarisa immédiatement Moria en prenant à gauche au détour d'une ruelle. Amusez-vous bien au pays des licornes et des geysers magiques, moi je vais me mettre un peu au jus sur le climat de cette île. A plus.

Ceci dit, il disparaissait aux yeux du reste de l'équipage. Merry ne tarda pas à le suivre, se retournant avant de les quitter sans un regard en arrière, prenant juste le temps de leur donner une brève explication :

 - J'ai des choses à faire aussi, je vous laisse.

Réduit au nombre de trois, le petit groupe poursuivit son chemin au travers du centre-ville, dans une direction que Roy savait maintenant être celle de la colline de l'île.

 - Je savais qu'on se dirigeait vers le geyser, jubilait Mochi ce faisant, j'ai hâte.

 - Pas moi, rouspéta le capitaine en boudant, et pourquoi est-ce que tu es aussi content toi ? demanda-t-il bientôt, exaspéré par l'allégresse palpable du docteur.

 - Il y a une légende des autochtones qui tourne autour du jet d'eau, répondit Lily à la place de ce dernier. Apparemment celui qui parvient à rester debout dessus quand il explose s'éveille spirituellement ou quelque chose dans le genre.

 - Qu'est-ce que ça veut dire ça ? s'étonna le jeune capitaine avec perplexité.

 - Aucune idée, en tout cas ça a eu l'air d'intéresser notre ami boulonné.

 - On va obtenir des pouvoirs mystiques Roy ! s'écria Mochi en réponse.



Un peu plus loin, jurant avec son environnement et les habits colorés des éveillés, un homme en costume noir complet se redressa du mur auquel il était adossé en apercevant le passage des trois tyrans. Resserrant sa cravate rouge tandis qu'il observait plus en détail les nouveaux arrivants, il confirma rapidement leurs identités : un jeune homme basané avec un sabre au côté droit, une femme-poisson à la beauté envoûtante et un docteur en blouse blanche dont le crâne était traversé par un énorme boulon. Il était difficile de les manquer.

Remontant sa manche gauche, l'homme dévoila un bébé Den Den Mushi. Décrochant le combiné à l'abri des regards, il composa rapidement un numéro et attendit. La sonnerie de l'escargophone retentit pendant quelques secondes entre les murs de la ruelle avant que quelqu'un ne finisse par décrocher.

 - Ouais ? lâcha l'escargophone en prenant un air flegmatique, presque endormi.

 - Ils sont là, l'informa l'homme en noir en parlant dans le combiné.
http://www.onepiece-requiem.net/t19004-roy-d-aston-presentationhttp://www.onepiece-requiem.net/t19055-fiche-technique-d-aston-d
avatar
Roy D. Aston
Modérateur

♦ Localisation : Archipel aux Éveillés
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3769
Popularité: -393
Intégrité: -283

Lun 23 Juil 2018 - 15:45

Déglutissant devant les remous de l'eau bouillonnante à ses pieds et les jets de vapeur brûlants qui s'en dégageaient, lesquels engloutissaient son visage et le faisaient suffoquer, Roy se prépara à sauter. Il avait déjà vu le geyser exploser trois fois, il reconnaissait les signes indiquant que l'eau allait jaillir à présent. Le sol tremblait légèrement, un grondement sourd résonnait sous ses pieds et la quantité de vapeurs qui s'échappait à gros bouillons venait de redoubler. Il n'était plus temps de tergiverser, Mochi avait déjà accompli l'exploit, c'était au tour du capitaine ; pour l'honneur.

Au moment critique, Roy sauta à pieds joints. Sous lui, l'eau se mit à enfler, débordant de son trou - une incision étroite dans la roche dissimulée sous une large flaque - en une fraction de seconde avant d'exploser dans un nuage de vapeur et de gouttelettes. Un jet large et brûlant jaillit en ligne droite vers le ciel dans une puissante détonation qui fit siffler les oreilles du pirate, lequel parvint à se se réceptionner avant d'être catapulté dans les airs. Pendant une seconde il crut avoir réussi, mais la puissance brute du geyser lui arracha sans ménagement ce court instant de triomphe. Suffoquant dans cet air saturé de vapeur brûlante, ses cinq sens assaillis de tous les côtés par l'eau sous pression, Roy perdit instantanément l'équilibre et bascula en arrière avant d'être éjecté sans ménagement du flux.

Voltigeant dans un nuage de gouttelettes, illuminées par le soleil rougeoyant du crépuscule, il fit trois pirouettes en arrière sans avoir le moindre contrôle sur sa chute. Complètement désarçonné, le fier pirate percuta la carcasse d'un tronc d'arbre mort, fit une dernière pirouette - en avant cette fois - et termina son vol plané sur le sol rocheux de la colline, où il resta sans bouger face contre terre.

Alors que ses oreilles commençaient doucement à arrêter de siffler, des mains inconnues l'empoignèrent et entreprirent de le retourner sur son dos. Sonné et confus, Roy suivit le mouvement. Quelques gouttes obstruant sa vision, il cligna plusieurs fois des yeux avant de les ouvrir prudemment, luttant contre la clarté du soleil directement dans son champ de vision. Dodelinant de la tête, on l'aida à se redresser et il aperçut bientôt Lily et Mochi agenouillés devant lui, l'observant d'un air inquiet. Toujours assourdi, il voyait leurs lèvres bouger mais ne lui parvenait qu'un écho bourdonnant, qui se précisait lentement à mesure que ses oreilles faisaient l'impression de se déboucher. Tournant la tête en marmonnant quelques mots inintelligibles, le capitaine pirate découvrit les deux éveillés qui avaient eu la gentillesse de venir à son secours, un charmant couple de quadragénaires qui l'observaient eux aussi d'un air inquiet. Prenant son mal en patience, il attendit de recouvrer complètement son ouïe tout en étudiant les alentours. Une foule d'autochtones dans leurs habits colorés s'était rassemblée autour de lui et semblaient discuter à son sujet, non loin du tronc d'arbre qu'il avait percuté.

 - ...suis médecin, entendit-il bientôt Mochi s'adresser aux éveillés autour d'eux, laissez-moi m'occuper de lui.

Entendant ces mots, Roy bondit quasiment sur ses pieds, faisant sursauter le couple qui l'avait redressé. Tandis que le brouhaha de l'assistance se faisait de plus en plus bruyant autour de lui, il oscilla quelque peu sur ses appuis et remercia chaleureusement les époux quand ils firent mine de les soutenir, avant de leur faire signe que ce n'était pas nécessaire.

 - Nan, c'est bon, merci je vais très bien, fit-il à l'adresse du médecin, qui avait immédiatement fait un pas vers lui pour l'ausculter, avant de reprendre plus fort à l'attention de la foule : pas d'inquiétude à avoir, c'est bon, tout baigne comme vous voulez vous inquiéter pas.

 - Vas-y Roy fait pas l'idiot, insista Mochi quand une main du capitaine sur son torse le tint à distance, laisse-moi au moins vérifier que t'as rien de cassé !

 - Je n'ai rien de cassé, c'est bon je te dis.

 - Mais laisse Mochi faire bon sang, s'exclama Lily un peu en retrait, c'est pour ton bien !

- Vous devriez écouter le docteur jeune homme, renchérit gentiment la gentille dame qui le soutenait, une main sur son épaule et l'autre empoignant la sienne pour lui procurer un appui.

Sa mine était soucieuse, tout comme celle de son mari, du médecin, de la femme-poisson et du reste de la foule, une bonne quinzaine de personnes qui allèrent chacun de leur commentaire pour convaincre Roy de se laisser faire. Pendant ce temps évalua, ce dernier évalua rapidement son état et confirma son diagnostic initial et irresponsable : il allait bien, façon de parler.

 - Je vous assure que je ne suis pas blessé, reprit-il plus fort pour mettre fin suppliques, cinq minutes de pause, puis je retourne grimper sur ce geyser et je me dresse à son sommet, tenez-le vous pour dit ! s'écria-t-il ensuite en pointant du doigt la flaque d'eau fumante qui faisait la fierté de l'archipel.

Son assurance aurait pu être impressionnante, s'il n'avait pas manqué de trébucher au terme de son mouvement. Remerciant néanmoins le couple qui n'avait cessé de le soutenir jusqu'à maintenant, il leur fit signe de le lâcher et s'ébroua, avant de parvenir à se redresser bien droit, plus ou moins sûr de ses appuis.

 - Vous allez vous tuer étranger, lâcha quelqu'un depuis la foule. Votre pote a réussi à tenir sur le geyser, une personne sur deux c'est déjà bien ! Vous devriez lâcher l'affaire !

Evidemment ces mots ne firent que renforcer la détermination du fier pirate. Hors de question de rester sur un échec aussi humiliant. Avisant la mine triste de Mochi, Roy en fut réduit à grommeler dans sa barbe : le médecin boulonné était atteint d'un trouble psychologique rare qui lui faisait afficher des expressions contraires à son humeur ; sa mine triste ne trompait pas donc pas le jeune capitaine, Mochi jubilait intérieurement.

 - Eh mollo mollo mollo, s'il a réussi je peux très bien y arriver moi aussi ! leur affirma Roy, un brin d'orgueil dans la voix qui fit lever les yeux au ciel à Lily. Laissez-moi juste un peu d'espace s'il vous plaît, le temps que je récupère. Vous inquiétez pas pour moi.

Répondant à sa demande, la foule s'ébranla lentement et groupe par groupe, les autochtones finirent lentement par se disperser aux alentours, permettant enfin aux trois pirates de respirer. Remerciant une dernière fois le gentil couple pour leur assistance, Roy promit à leur demande de se montrer prudent, après quoi ils s'éloignèrent à leur tour de l'équipage du Tyran.

Sa peau basanée prenant peu à peu une teinte rouge vif, probablement abîmée par la chaleur du geyser, il se retourna en direction de ce dernier. Sans pouvoir s'en empêcher, il déglutit une nouvelle fois quand l'eau bouillante jaillit à nouveau des profondeurs, en une majestueuse - et terrifiante - colonne aqueuse.
http://www.onepiece-requiem.net/t19004-roy-d-aston-presentationhttp://www.onepiece-requiem.net/t19055-fiche-technique-d-aston-d
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1