AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


L'attaque du gros glaçon

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 8508
Popularité: -662
Intégrité: -550

Jeu 2 Aoû 2018 - 10:04

Rappel du premier message :

Plus le temps passait, plus je trouvais que c’était un mauvais plan. Que j’avais fait le mauvais choix en suivant Ragnar. Je savais que cette pensée provenait du cœur et non de la raison, mais elle ne cessait de battre de plus en plus fort dans ma poitrine. Alors qu’Izya avait rejoint Little Garden pour se faire capturer par la marine, j’étais à Armada pour préparer nos troupes. Cette armée n’avait aucunement la taille de celle qui s’était déferlée contre l’Empereur. Je savais que nous n’avions pas encore regagné la confiance de nos concitoyens, et cet assaut n’était donc pas un ordre mais une proposition pour les volontaires. Ainsi, nous n’aurions que les valeureux guerriers, fiers d’être présents à nos côtés, et ils ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes en cas d’échec. Les mauvaises langues, elles, attendront sagement notre retour à Armada. Triomphant, espérons.

Un plan qui nous permettra de trouver de nouveaux alliés, de renforcer Armada et de récupérer l’estime que nous avions perdue au sein des nôtres. Malgré tout, ce projet ne m’enchantait plus. Parce que je savais qu’il était trop tard pour faire marche arrière à présent. Qu’Izya était déjà en chemin pour la prison de glace et que je ne pouvais rien y faire. Pour le moment.

Alors nous voilà, fiers pirates sur plusieurs bâtiments à suivre la trace d’Izya jusqu’à Jotunheim. Tous les capitaines de navires étaient réunis sur le mien pour que l’on répète le plan une ultime fois avant d’atteindre le fameux iceberg flottant.

« Notre but est d’attirer l’attention du gouvernement ailleurs qu’à l’intérieur. Au signal de Ragnar, nous agirons en attaquant à la surface. Combien de pirates de grandes renommées sommes-nous ? Avec un nom suffisamment célèbre pour leur faire songer être en danger j’entends. Ceux-là seront les commandants de nos différents bataillons. Nous attaquerons sur des fronts et à un temps différent pour accaparer encore davantage leur attention. Mais laissons toujours une voie maritime de libre. Ne les encerclons jamais complètement : un ennemi qui se sait sans issue combattra plus dangereusement encore. Peut-être que certains d’entre eux tenteront de prendre la fuite. Tant mieux. Et de toute façon, ils hésiteront en se demandant s’il ne s’agit pas d’un piège. Car évidemment, ils seront moins à l’abri que dans leur gros glaçon flottant.
Si un gros benêt venait à s’en prendre à vous, signalez-le en tirant quelque chose haut dans le ciel. Et une seconde fois si vous êtes en difficulté à cause de cela, les bataillons adjacents viendront alors vous soutenir.
Autre point très important : prenez garde au comportement des troupes en face. S’ils retournent à l’intérieur ou que leur expression change subitement, c’est soit qu’Izya s’est libérée, soit que nos amis révos ont été découverts à l’intérieur. Il nous faudra alors redoubler d’effort dans l’attaque.
Des questions ?
Rejoignez vos navires et suivez mon bataillon en retrait. Je serais le premier assaut frontal – quoi de plus légitime pour eux que de me voir les attaquer étant donné la prisonnière – et vous vous mettrez en place pendant ce temps.
Montrons au monde qu’Armada n’a pas perdu de sa force ! »
http://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttp://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8848
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 29 Aoû 2018 - 15:07



" Heu ... capitaine ?
Hmmm.
... Capitaine ?
Quoi ?!
C'est l'heure. Il faudrait peut-être ... faire quelque chose.
On fait rien, c'est déjà quelque chose.
Pas faux. Mais pas vrai. J'parlai*/
Je sais c'quoi t'parlais. Mais j'ai pas envie. Avise le reste, on fait demi-tour et on rentre à la maison. On va faire un gros dodo.
... ... Pardon ?
Non, j'pardonne pas, tu l'sais.
Mais. Mais. Mais.
Mais ta gueule putain. Laisse moi dormir.
Si tu veux pas le faire, j'vais le faire à ta place. "

Il s'approche de mon lit, et tire le matelas d'un seul coup. Manque de pot, je vois le coup venir et retient la texture moelleuse en m'accrochant au mur. Il tire autant qu'il peut, mais ça ne fait absolument rien. Alors il change de tactique. Il me saute dessus et utilise l'une de mes faiblesses. Celles qu'on ne découvre pas sans effort. Il met ses mains sous mes pieds et me chatouilles. Ma réaction ne se fait pas attendre. Je me mets à gigoter comme un asticot sur un hameçon pour tenter de m'en sortir. Malheureusement, Tor me fait une prise de soumission. Même si je la vois venir et sait comment elle fonctionne, je ne parviens pas à m'en libérer. Il me chatouille jusqu'à ce que rire s'en suive. Et jusqu'à ce que j'implore la fin de ce supplice.

" Lève ton cul et fais ton taff. Promets. Sinon je continue. Et je vais chercher une araignée.
Ah non ! Pas ça ! Tu sais que j'ai horreur de ces bestioles !
Alors bouge toi.
Tu ne peux pas me mettre d'araignée devant moi, et tu le sais très bien. Tu te souviens de l'incident du jeudi sombre. "

C'est une référence que seuls les membres d'équipages connaissent. En sortant de ma douche, un jeudi ordinaire, je suis tombé nez à nez avec un monstre. Il était énorme, répugnant, velu, luisant de bave, un corps noir comme les ténèbres sans âme qui l'habitent. Descendant de son fil pour venir se mettre à deux centimètres de mes yeux, il m'a nargué avant que l'information ne parvienne à mon cerveau. Là, non seulement j'ai crié comme jamais, mais j'ai fait un bond qui m'a fait transpercé le navire sur tous les étages jusqu'à atterrir dans la vigie. Manque de pot, un arachnide de taille humaine m'attendait. Là, même si je savais que ce n'était pas possible, mon cerveau est passé en mode attaque ou fuite. Et évidemment, la fuite a été la seule réponse. Geppous pour sauter dans le ciel et être en sécurité. Mais j'avais les pieds glissants. Ce qui devait arriver arriva. Je suis tombé sur le pont supérieur, la chose devant moi.

Alors j'ai brisé le mât, l'ait arraché à son support pour m'en servir comme d'un marteau. J'ai écrasé la chose une bonne centaine de fois après que son liquide visqueux et dégouttant se soit répandu partout, non sans m'éclabousser jusqu'à me recouvrir entièrement. C'est là que je me suis réveillé dans l'eau. C'est là qu'on a appris que je suis somnambule parfois. C'est aussi dans cette heure qu'on s'est fait avaler par un monstre marin gigantesque, de la taille d'une île. On a passé quelques jours à l'intérieur, dans le noir. Pour ça qu'on a appelé ça le jeudi sombre, parce que tout a commencé un jeudi, et qu'il a fait sombre. Tor arrête sa prise et me libère. Je me relève avant qu'il ne puisse faire de même. Je prends ma lame et la pointe dans son dos, droit vers son cœur.

" Vas-y, tu attends quoi ?
... Tu sais ce que j'attends.
Et tu sais que tu peux attendre. Le toubib a dit que c'était mauvais de s'épuiser avant une bataille.
Allez, un pt'i coup rapide, personne ne le saura.
Nope. J'ai pas envie d'avoir l'échec de la mission sur ma conscience.
Alors fais comme moi, débarrasses toi de ta conscience. T'es vachement plus tranquille sans.
Tant que l'attaque ne sera pas terminée, on aura aucune relation.
Allez ! Steuplaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiit !
Non. Si t'es pressé, magne ton cul, vas faire diversion, tue quelques marines, puis reviens une fois que tout sera finit. "

Je lâche mon sabre et plaque Tor contre le mur. Il se dégage et sort de ma cabine en me disant qu'on m'attend. Je me laisse tomber sur le lit pour faire redescendre la pression. Rahhhhhhhhhhhhhhh. Ça m'agace ! J'aime pas attendre ... Plus vite on finit l'iceberg, plus vite on pourra jouer ensemble. J'enfile des vêtements adaptés, puis je monte les marches.

" Et bah ? Vous branlez quoi ? Pourquoi personne n'attaque ?
C'est à dire que ... c'est au capitaine de donner des ordres ...
Et donc sans moi vous êtes bons à rien.
Ouais.
On peut dire ça.
Carrément.
Pour sûr !
Et comment !
... Alignez les bateaux de la flotte, tir de couverture. Dégommez moi tout ce qui traîne. Je passe voir si il n'y a pas de cadeaux, restez là en attendant. "

Équipé entièrement, je me laisse tomber du bateau puis allie soru et geppous pour arriver sur l'île. Mon bon gros manteau m'empêche d'avoir froid. Mon écharpe me réchauffe, ma capuche empêche mes oreilles de geler sur place. Va falloir bouger si je ne veux pas devenir une glace vivante. Première étape, haki de l'empathie, vérifions l'endroit. Pas d'âme qui vive proche de moi. Mais je sens des armes pointées vers nous. Je saute aussi haut que possible, puis je retombe comme une masse, faisant autant de dégât que possible. Je brise une partie du sol où je suis et aux alentours. Je me doute que la marine a un passage précis pour livrer les prisonniers, comme à Impel Down, Navarone ... Tout le reste étant inutilisé par les mouettes, il peut être utilisés par d'autres factions. Donc il est dangereux. Et la marine détruit ou piège ce qui est dangereux pour elle. Donc par précaution, je brise la couche supérieure de la glace. Ce qui me permet, entre autre, de mieux tenir debout avec les adhérences provoquées par les fissures. De plusieurs soru à gauche, je me décale très rapidement. J'enfonce mes mains dans la glace, provoque une fissure, utilise la force dans mes jambes pour faire levier et extirper un bloc de glace aussi gros qu'une maison hors de son socle. Puis je me balance droit sur la prison. S'il y a des pièges, on va vite le savoir. Et si rien ne se passe, alors cool, mes hommes pourront débarquer. De là où je suis, il est presque impossible pour les marins de dire qui je suis. Mais mon drapeau, collé dans mon dos, ne trompe pas. Le bloc de glace se fait déglinguer par les canons, les tourelles, et autres armes de défenses. Ok, on va commencer par s'occuper de ça. Ça commence à me viser, même si je suis à une très longue distance.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Jotunheim.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 7391
Popularité: -965
Intégrité: -768

Mar 4 Sep 2018 - 21:22


Cela fait maintenant quelques jours que la bataille entre les habitants des Précieuses et les Pirates de l'Écume Sanglante est terminée. Il s'agissait d'un événement pénible et inattendu que la Reine Rouge devait faire face alors qu'elle s'apprêtait de se rendre à Alabasta. Et aujourd'hui encore, ses plans sont chamboulés. En effet, elle est en route pour Jotunheim, une destination qui lui est complètement inconnue. Afin d'arriver au bon endroit au bon moment, deux émissaires de Monsieur Etzmurt accompagnent la rousse.

Seulement, naviguer dans le Courant Taraï n'est pas évident. La Flotte Rouge, nom donné aux vaisseaux qui composent l'armada d'Aoi, doit faire confiance aux deux Révolutionnaires qui suivent l'itinéraire via une Vive Card. La Capitaine des Ombres du Chaos mène alors ses cinq bâtiments dans le sillage de celui des Révos avec un léger doute sur la finalité de la situation. Ne se jette t-elle pas droit dans la gueule du loup? L'Alliance avec l'utilisateur du Fruit de l'Encre lui permet-elle de fructifier ses affaires? Il est trop tard pour se poser des questions. Dame Nakajima veut honorer son contrat. L'As de la Révolution lui demande de l'aide pour sauver leur leader Jonas Mandrake, alors elle le fait. Elle ne possède qu'une parole.

La quarantenaire est en compagnie deux trois équipages alliés également. D'abord, Hody Lynch, dit le Visqueux, est un Homme-Poisson d'un parent de la famille des homme-crabes de type Crabe de cocotier et d'un autre des homme-requins du genre Mégalodon. Sa spécialisation est de démanteler les navires de ses adversaires dans une rapidité incroyable. Ensuite, le borgne Edward Culliford, dit le Terrible, dirige les Terreurs des Mers. Il est habile avec le Haki de l'Armement et il est prêt à l'enseigner à ceux qu'il juge prometteur. Enfin, les Pirates du Prince, représentés en les personnes de Moka Charlotte, de Daemon Wall et d'Arhye Frost. Ensemble, ils arrivent sur ce qui semble être un début de combat.

Arrivant en retard en cet après-midi hivernale, les hommes qui forment la flotte ne sont pas habitués au froid constant de leur destination. Étant pourtant encore à bonne distance, ils ressentent le gèle qui parcourt leur corps. Il commence à neiger de petits flocons irréguliers. L'horizon se voile petit à petit, mais ne semble pas s'obscurcir de sitôt. Il est encore possible de distinguer les pavillons des navires qui encerclent l'île de glace avant que leurs silhouettes ne disparaissent dans un brouillard opaque.

Se tournant vers l'un des hommes de Ragnar, Aoi lui pose une question.

Je reconnais les couleurs d'Armada. D'après les informations que vous m'avez indiqués, l'ensemble des pirates doivent faire diversion pendant que d'autres s'infiltrent, c'est ça?

Il acquiesce d'un léger mouvement de tête. Depuis le gaillard d'arrière, la Reine Rouge se place bien en évidence juste à côté du maître d'équipage. Et sans encouragement, elle balance son discours.

Nous allons nous insérer entre les navires des Capitaines Anstis et Tas'natak. Nous devons laisser aucun espace et fermer hermétiquement ce glaçon géant de toutes sorties possibles. Que l'Abaddon et le Moloch virent à tribord et que l'Astaroth et le Belzébuth fassent de même à bâbord. Quant aux restes, nous allons faire une percée.

Le marin à côté d'elle relaye alors les ordres aux hommes et aux autres bâtiments. S'approchant alors de plus en plus, les navires de la Capitaine des Ombres du Chaos et ceux de ses alliés viennent compléter l'encerclement de l'armada déjà présente. Faisant véritablement siège, les bateaux pirates et Révos semblent tout faire pour empêcher tous les Marines d'entrer ou de sortir.

Remarquant alors deux activités isolées sur la surface de l'iceberg, Aoi parvient à distinguer malgré son seul œil valide la présence de Reyson et de son style de combat. Elle voit des soldats qui sortent de partout sur le sol gelé afin d'empêcher l'intrusion des Supernovas. Elle invite alors les plus braves à venir la joindre au-devant de son bâtiment. Rapidement, Hody, Edward, Moka, Daemon et Arhye arrivent auprès d'elle. Se tenant en équilibre sur le mât de beaupré, la rousse parle à ses amis une dernière fois avant de se lancer sur la prison d'elle-même.

Pour votre sécurité, éviter de joindre Reyson là-bas. Avec son Fruit, il est tout aussi dangereux que moi. Et, inutile de préciser qu'à partir de maintenant, vous allez devoir me fuir comme la peste. Cette fois-ci, je vais me déchaîner. Alors, je vous conseille d'aller voir du côté de Clotho.

Sans plus attendre, la Reine Rouge sécrète de la lave de son bras droit jusqu'à le faire grossir. Une fois le poing de magma gigantesque façonné, elle l'expulse droit en avant et en hauteur. En un éclair, en couplant avec le Soru, elle est capable de s'y glisser à l'intérieur. Devenant alors une boule pâteuse incandescente, la Capitaine des Ombres du Chaos part loin dans les airs. À mi-chemin dans le ciel, Aoi fait à nouveau couler son liquide rouge pour l'éjecter une nouvelle fois vers le zénith.

Heavenly Punishment!!

La quarantenaire propulse dans les nuages gris une pluie de météorites constituées de roches à noyaux de magma liquide. À l'impact, ils explosent en propageant du magma sur le centre pénitencier, décimant aléatoirement ça et là des canons et des hommes. Alors que Dame Nakajima retombe, elle observe le spectacle incendiaire opérer sous son œil. Le flot se déverse. Sous le choc thermique, la surface dure de la banquise se fragilise. Afin de finir en beauté, la Reine Rouge s'enveloppe dans une boule épaisse de magma et vient se fracasser contre le sol de glace. La collision est si violente qu'elle ébranle toute la prison.


Dernière édition par Nakajima D. Aoi le Dim 9 Sep 2018 - 21:56, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Yamamoto Kogaku
••• Commandant d'élite •••

♦ Équipage : The Dawn Swift

Feuille de personnage
Dorikis: 8053
Popularité: +1036
Intégrité: 958

Dim 9 Sep 2018 - 18:16

On s’échange un regard, décidément on a attiré une belle brochette de salopard.  Comme si tous les gros noms de la piraterie s’étaient réunis pour faire la fête ici. La bataille sera ardue, on est en sous-effectif, mais la défaite est inacceptable. Vasco ferme les yeux quelques instants et reprends la parole peu après.

-On a une série de beaux clients à bord.
-Ah oaui ?
-Ils ont lâchés quelques vagues de royal, inutile de préciser que la plupart de nos troupes sont dans les choux.
-Messieurs, vous savez ce qu’on fait dans un établissement de standing ?
-du blé ?
-On s’occupe de ranger les carrosses des clients
-En parlant de carrosses…

C’est alors que la flotte de Nakajima se rapplique comme s’il n’y avait pas assez de bateau présent. Nan mais c’est bon, le courant Tarai est devenu une plaine de jeux. La pirate nous fait même l’honneur de nous offrir un joli petit spectacle pyrotechnique. Bien entendu, nous ne sommes pas en reste, d’un rapide échange de regard, on décide de faire un petit truc de la marine. Une petite barrière de haki pour renvoyer une partie des obus de la dame dans les fonds marins.

-Bien messieurs, qui veut se la faire ?

-Pas moi.
-Moi non plus.
-Bon… on voit ça au Jan-ken pon ?
-Ou alors on y va tous les trois, et on élimine la plus grande menace.
-Je fais filer l’info.

On balance à trois une bonne bordée de lame d’air sur la flotte, histoire de bien les occuper. Ca fait longtemps que en n’avais plus croisé la criminelle, malheureusement pour elle, me rencontrer est toujours un mauvais moment à passer. On se laisse alors tous les trois tomber de notre observatoire, le colonel d’élite agrippé au dos du vice-amiral. Je prends la tête de l’offensive en m’inspirant de mon bras droit. En associant Geppou et soru, j’imprime à ma hache de puissantes rotations pour lui offrir un déluge de lame d’air renforcée de haki. De quoi quelque peu nous assurer de ne pas être accueilli par trop de lave. M’approchant alors, je me propulse dans son angle mort pour une attaque de fauche renforcé par le halo de froid de ma hache et par mon Haki. Au même moment, le colonel d’élite est lâché sur une surface dépourvue de lave pendant que le vice-amiral attaque par un autre angle. Il ne reste plus qu'au colonel Kaas Brick à attendre le bon moment pour nous régaler de son lancé de menotte en granit marin.
http://www.onepiece-requiem.net/t2499-yamamoto-kogaku-dit-lame-fini-test-rp-finihttp://www.onepiece-requiem.net/t2619-fiche-de-yama
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Jotunheim.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 7391
Popularité: -965
Intégrité: -768

Mer 12 Sep 2018 - 23:51


Les Capitaines John Mohr, Agar Chandrasekhar, Tiana Maïga, Johannes & Katrin Henszlein laissés à la tête de la Flotte Rouge se retrouvent vite en mauvaise posture avec la lame d'air combiné du Commandant d'Élite, du Colonel d'Élite et du Vice-Amiral. Afin d'éviter le pire, ils se retrouvent à faire des manœuvres complexes tout en semant les projectiles des artilleries. En l'absence de bons combattants sur les navires de la Reine Rouge, les Brutes font tout leur possible tout en gardant un minimum de corrélation avec le reste de l'armada. Malheureusement, le Belzébuth voit sa coque s'entailler sur toute la longueur au niveau de la bordée du pont supérieur. La découpe neutralise une bonne partie des canons et des hommes. Les dégâts restent considérables, mais n'empêchent pas le bateau de garder sa stabilité pour attaquer. Étant les moins expérimentés, le couple est victime de leur manque d'organisation et de réactivité.

Dame Nakajima ne se tourne même pas pour vérifier l'état de sa flotte ou pour s'assurer que ses marins obéissent à son commandement malgré la contre-attaque ventée. L'Avernus, son navire personnel transportant il y a peu Hody, Edward, Moka, Daemon et Arhye, continue son avancée sur l'iceberg inexorablement. Pour rien au monde, Aoi ne se laisse déconcentrer sur son combat. Et alors qu'elle se redresse fièrement sur la banquise, elle fait appel à ses compétences et ses réflexes pour contrer l'assaut du triel. Pendant que la retombée volcanique bombarde la surface dure de la glace, la Capitaine des Ombres doit reculer de pas mal de pas salvateurs. En effet, les vagues d'air de la hache de Yamamoto Kogaku renforcées du Fluide viennent fissurer le sol.

La Reine Rouge reconnaît en cet instant le gamin qui autrefois l'arrêta pour la première fois. Elle ne peut s'empêcher de faire une remarque.

Toi?! Ici?? Comme on se retrouve...

Aoi manque plus de temps pour exprimer son dégoût, car elle doit à nouveau refaire parler son jeu de jambes. La hache chargée du Haki de l'Armement vient lui effleurer sa chair. Au même moment, l'Ankou atterrie sur une surface dépourvue de lave pendant que le Chasseur de Rookies attaque par un autre angle. Celui-ci cherche le meilleur timing pour utiliser ses menottes en Granit Marin. Seulement, la Reine Rouge fait un bond arrière pour éviter le tout. Son mouvement de répit permet au trio Marine de faire une attaque coordonnée décisive, mais l'utilisatrice du Fruit du Démon fait une démonstration de son pouvoir sans prévenir.

Divine Wrath!!

La rousse projette alors du magma en s'explosant d'elle-même sous forme de boule. Les gicles couvrent soudain une surface sphérique brûlant. N'ayant pas le Haki de l'Empathie, Kaas Brick voit son visage tacher de lave incandescente à lui griller l'épiderme. Il recule alors instinctivement. Profitant de cette occasion, Aoi dégaine son sabre et d'un seule mouvement, tente de lui entailler l'abdomen. La quarantenaire ne perd pas la face et cherche à réaliser l'impossible. Tout en reculant les assauts répétés à coup de hache, d'épée ou de bracelet en Kairōseki, elle se met à sécréter continuellement du magma sous la surface translucide de la glace qui se met immédiatement à fondre, créant alors de la vapeur opaque. Inutile de croire de pouvoir faire des coups en traître, mais la Capitaine des Ombres étudie son environnement pour un assaut sismique sans précédent.

Se battant dans une mauvaise posture, Aoi sait qu'elle ne peut tenir longtemps. Résigner à faire l'impossible, elle réalise alors une lame d'air visant ses trois assaillants pour les départager. Seulement, le magma qu'elle infuse sous la glace n'est pas aussi efficace que ce qu'elle espère. En effet, tout le monde peut voir à cause de la transparence son liquide s'étendre petit à petit. Le but est clair. Piéger ses adversaires en un seul coup. La quarantenaire se défend avec difficulté. C'est alors, après avoir reçu une coupure légère, qu'Hody débarque à son tour.

Poing des 100 Tuiles!!

Le coup de poing est assez puissant pour déstabiliser la cible au loin. Et la frappe percute le Chien de chasse de la Marine de plein fouet. Débarrassé temporairement de lui, ce dernier perd ses entraves. Montrant sa dévotion, l'Homme-Poisson se tient à côté de la Reine Rouge avec le sourire aux lèvres. Il s'adresse aux deux Officiers, l'air mauvais.

Maintenant qu'il y a un peu plus d'équilibre, je vais pouvoir m'amuser.

De toute évidence, Kaas va revenir.


Dernière édition par Nakajima D. Aoi le Sam 15 Sep 2018 - 11:14, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Reyson D. Anstis

♦ Localisation : Jaya
♦ Équipage : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 8508
Popularité: -662
Intégrité: -550

Jeu 13 Sep 2018 - 13:24

La flotte prend un sacré coup. Des navires coulent et d’autres poursuivent leur avancé. Ils n’ont pas encore atteint l’iceberg, mais ça ne saurait tarder. Les explosions continuent de part et d’autre, camouflant les cris et les ordres. Moi je n’entends rien. Ni les cris ni les explosions. Je suis là avec mon dilemme tandis qu’un autre resurgit. Je fais face à ce mur où Izya attend derrière, mais son image s’efface doucement de mon esprit. Je ne regarde plus sa vive card à mon poignet. Je fixe ce mur devant moi, ignorant les soldats allongés tout autour de moi. Ils ne sont plus là dans ma tête. Il n’y a que ce mur… Un mur d’iceberg. Un mur de glace. Froid et blanc. Comme cet enfer-là. Cet enfer là-bas, dans les tréfonds d’Impel Down. Là où j’ai perdu mon esprit, où on m’a craquelé et brisé. Je me souviens de ce blanc, de la glace et du froid. Je me souviens du toucher horrible, des pieds nus qui restent collés au sol et dont la chaire se décroche à chaque pas. Des repas qu’il faut engloutir d’une traite avant qu’il ne se congèle et contre lesquels on sacrifie une nouvelle dent à chaque vain espoir de se rassasier. De cette forêt blanche et couverte de neige qui aurait pu être belle à voir si le sol n’a pas été tâché de sang par les loups mangeurs d’hommes. De ce compagnon d’évasion raté qui a été dévoré sous mes yeux. De cette cyborg gardienne qui m’a fait croire me libérer pour s’amuser de cet espoir brisé.

La neige rappelait de bons souvenirs par le passé. Des retrouvailles et des fêtes, de l’amusement. Maintenant, la glace est telle qu’on la perçoit : froide. Un froid profond qui vous dévore votre être sans vous laisser la moindre chance. Elle absorbe lentement votre énergie, vous dérobe votre chair et fige même les larmes. Elle vous empêche de bouger pour vous réchauffer et de pleurer votre sort. Elle ne vous permet qu’une chose : attendre la fin. Elle vous pousse à espérer qu’une chose : que la fin se dépêche. Elle est sans pitié.

Et ces hommes inertes autour de moi… Allongés sans défense, déjà engloutis par le froid sur cette longue étendue… Longue ? La cellule n’est pas si grande que ça. Je ne suis pas dans ma cellule ? On est donc dehors ? Là où la neige se colore de rouge ? Les loups vont venir ! Ils vont les dévorer. Ils vont me dévorer ! Je dois retrouver ma cellule. Mon abri. Mon refuge ! Vite. Vite !

De ma lame je frappe le mur qui me fait face, je le frappe et refrappe encore. Frénétiquement. Je dois m’échapper avant que les loups ne viennent ! Non. Je dois m’enfermer avant qu’ils ne viennent ! On ne peut pas s’évader d’Impel Down. On en reste toujours prisonnier. L’enfer vous prend et jamais ne vous relâche. Jamais.
http://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marinehttp://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-met
avatar
Moka Charlotte

♦ Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 2752
Popularité: -200
Intégrité: -128

Sam 22 Sep 2018 - 15:44

Naviguer sur Grand Line revenait à se laisser porter par les flots d’une mer impitoyable et ce constat, Moka l’avait fait il y a plusieurs semaines, alors qu’il arrivait aux Précieuses sur un coup de chance, perdant l’essentiel de son équipage mais gagnant une puissante et redoutable alliée en la personne de la Reine Rouge. Ne souffrant d’aucune comparaison avec les quatre lacs paisibles qu’étaient les Blues, Grand Line était réellement le lieu de toutes les gloires et de toutes les pertes. En peu de temps, le prince déchu et son équipage avaient perdu deux navires, fui des ennemis terrifiants, mais ils avaient aussi vaincu. L’eau salé aux écumes traîtres battait les flancs du navire alors que Moka, se ressassant les événements passés, observaient la citadelle de Jotunheim, ce bagne de la Marine réputé inviolable et dont les murs, parsemés de canons et de soldats prêts à en découdre, ne laissaient que peu de place à l’improvisation…ou à une attaque frontale comme celles qu’ils allaient mener dans quelques instants.

- Nous voilà devant Jotunheim, à devoir faire diversion et à risquer nos vies pour des forbans que nous ne connaissons pas…J’espère que ça en vaudra la peine et que nous trouverons dans les capitaines qui sont nos camarades dans cette bataille un secours pour nos projets à venir, dit Moka, l’air grave.

- Tu ne t’associe pas avec n’import’ qui Cap’tain, regarde les pavillons autour de nous, c’est le fameux Red qui mène la barre ici, répartit Vasco, accoudé contre la rambarde aux côtés de son capitaine.

Red, ce nom avait été longtemps soufflé dans les tavernes de pirates du monde entier comme futur Roi de tous les Pirates. Il avait été un homme de poigne, qui avait su unifier autour de lui bon nombre d’équipages, tous plus connus les uns que les autres, dans le but de contester la domination des Yonkou. Néanmoins, cela faisait bien des mois qu’il avait disparu, sans doute mort au cours d’une bataille contre l’un des terribles empereurs, Manfred D. Teach.

- Je le connais, en effet. N’est-il pas mort ?


- Oui, mais j’crois bien qu’son esprit est toujours là, avec tous ces « Libres Capitaines » comme ils s’appellent eux-mêmes…Et pis, son repère d’Armada tiens toujours j’crois et…

- Je vois, assez palabré, Aoi est déjà passée à l’attaque, répondit Moka, coupant son interlocuteur pour admirer l’attaque d’Aoi qui déclenchait les hostilités.

Alors qu’une pluie de lave s’abattait sur la prison, Vasco déglutit, avant de s’élancer sur le pont.

- J’vais prévenir les autres !

Suivant les plans de Reyson D. Anstis, les navires de l’alliance pirate étaient tous disposés de façon éparse autour de Jotunheim, l’assaillant de toutes parts afin de laisser le temps à une équipe d’infiltration de libérer leur comparse, une certaine Izya, réputée pour le pouvoir de son fruit du dragon, mais aussi de nombreux autres alliés potentiels. Sans perdre un instant, et puisque la bataille semblait avoir commencé sur les chapeaux de roues, Moka se dirigea vers le pont de commande où Daemon manœuvrait le navire, discutant avec Edward, un ami de longue date d’Aoi qui avait décidé de leur prêter son navire pour l’occasion, voyant en l‘Equipage du Prince un fort potentiel.

- Daemon, essaie de te rapprocher de la prison, il faut que nous puissions faire feu sur les remparts.

- Ne t’inquiète pas Moka, je sais ce que je fais hehe !

BOUM !

Une explosion assourdissante retentit à bâbord, et une violente secousse fit tanguer le navire dangereusement et il ne fallut que la dextérité de Daemon pour éviter que le bâtiment n’empreinte une trajectoire fatale. Le navire qui voguait à leur côté venait d’être touché, sans doute au niveau de la zone de stockage de poudre à canon, à en juger par les flammes qui le dévoraient de toutes parts. Le spectacle de marins hurlant, se jetant à la mer alors que leur corps était en proie au feu décida Moka

- Et ben, ça se gâte ! C’est là que ça devient intéressant !

- Il faut riposter et viser les postes de tirs, ou nous risquons de perdre d’autres navires !


Moka prit son escargophone en main et appela Arhye, qui se trouvait en cale, avec les canons situés à l’intérieur du navire.

- Arhye, attends mon signal avant de faire feu.

Il se tourna vers Daemon.

- Fais-moi bouger ce rafiot en position de tir, vite !

- C’est comme si c’était fait Moka, accrochez-vous bien les gars !


Le navire obliqua à tribord d’un coup, à une vitesse fulgurante qui manqua de faire tomber Moka. La main cramponnée à la rambarde, l’autre à l’escargophone, le capitaine attendait que le navire se place correctement.

- Nous y sommes presque, attendez…

Enfin, l’on pouvait espérer tirer en touchant le fort.

- Feu !

La seconde qui suivit fut celle d’une salve d’une quinzaine de boulets de canons qui filèrent vers le fort, peu atteignant leur but, suivie quelques minutes plus tard d’une autre, qui fit mouche en touchant plusieurs postes de tirs, fissurant le mur d’enceinte et le couvrant de poudre noire.
http://www.onepiece-requiem.net/t18223-moka-charlottehttp://www.onepiece-requiem.net/t18328-ft-de-moka-charlotte
avatar
Arhye Frost
Modérateur

♦ Localisation : En mer, avec les fous
♦ Équipage : Non

Feuille de personnage
Dorikis: 3815
Popularité: -236
Intégrité: -210

Dim 23 Sep 2018 - 20:45

- Allez mon grand, tu peux le faire...

    J'allumais la mèche du dernier canon et me bouchais les oreilles avant que le puissant "BANG" retentisse et que la pièce d'artillerie recule de près d'un mètre. Canonnier était un métier à risques, mais d'une importance capitale dans ce genre de situations.
    Moka souhaitait que je dirige l'équipe réduite d'artilleurs. Nous étions quantité négligeable depuis les derniers événements, il faut l'admettre, mais j'étais content d'avoir toujours Matt à mes côtés. Ce blondinet maniéré et peureux était mon premier ami et partenaire depuis mes débuts dans la piraterie. Et il avait de bons yeux. Toutes les ressources sont bonnes à prendre pour prendre d'assaut Jotunheim... Je me demandais toujours pourquoi nous étions là. Qu'est-ce qui était passé par la tête de notre capitaine ? Etait-ce à cause d'Aoi, la rousse que nous avions croisé sur les Précieuses ? Avait-on suggéré un immense banquet pour faire ainsi saliver de bonheur Daemon ? Dans tous les cas, nous y étions. Un peu en retard par rapport à certains, mais nous avions suivi les grandes lignes, grâce à ce qui nous a été rapporté par les autres personnes impliquées dans la bataille.

   Et je me retrouvai là, à l'intérieur de notre nouveau navire, à contempler la scène par les ouvertures de la bordée de canons. La dernière salve avait fait mouche et une nouvelle brèche naissait plus loin, provoquée par l'incandescente Nakajima D. Aoi, aussi spectaculaire que lors de notre rencontre.
   La chose à savoir quand on est à l'intérieur du bateau, c'est qu'on se sent vite oppressé : se retrouver ainsi enfermé entre des planches de bois, à attendre les ordres du pont, risquant à tout moment d'être la cible des projectiles ennemis, ça n'avait rien d'exaltant. Pour palier au stress, chacun de nous se tuait à la tâche pour que chaque canon soit prêt à faire feu aussi vite que possible et n'osait penser à rien d'autre. Un seul mot d'ordre : "efficacité".

   ... Pourquoi n'étais-je pas sur le pont moi aussi ?

   Je croisai le regard de Matt, lequel avait la mâchoire serrée. Je le comprenais mais ne dis mot. Nous étions dans la même galère et partagerions sans doute le même sort si les choses tournaient mal. La vue d'un navire allié en train de flamber juste à côté de nous n'améliorait pas notre moral.
   Tout le monde braillait, les explosions et les craquements alentours couvrant la plupart de nos paroles, certains frôlaient l'hystérie, se trouvant tout à coup les syndromes de la claustrophobie. Mais il fallait tenir bon. Nous finirions sans doute par accoster, comme la plupart des assaillants à nos côtés. Nous nous rapprochions lentement mais sûrement des côtes. Et du danger...
   Un éclair de lucidité réveilla l'espoir en moi : nous avions le borgne ! Dans les circonstances actuelles, son pouvoir pouvait nous aider ! Avec un tel atout dans notre manche, impossible que les choses tournent mal.

   Non, impossible...

- HÉ ! CYCLOPE ! J'ESPÈRE POUR TOI QUE T'ES PAS TROP ROUILLÉ PARCE QU'ON AURAIT BIEN BESOIN D'UN MIRACLE POUR APPROCHER SANS NOUS FAIRE DEFONCER LA COQUE !

    D'entre les planches, j'étais certain qu'il m'entendait. Je ne savais pas exactement comment fonctionnait son fruit du démon, ni quelle était la portée de son enveloppe, mais s'il y avait bien quelqu'un pour nous permettre d'arriver sains et saufs sur l'île de glace, c'était bien lui, notre navigateur et timonier auto-proclamé, Daemon Wall.
   Il m'arrivait de penser que la folie n'était pas un mal par moments... Ce qui me rappela que j'avais besoin de me détendre un coup : quitte à y laisser ma peau, autant en profiter jusqu'au bout ! Je sortis mon paquet de cigarettes et, n'ayant pas de briquet à portée, utilisai la torche d'allumage du canon devant moi pour embraser mon anti-dépresseur ainsi que la mèche.

   Le coup partait tandis que je tirais ma première latte de la journée. J'invitai Matt à suivre le mouvement, histoire qu'il cesse de trembler à son tour. Je fermai les yeux et attendis la réponse d'un de nos compagnons d'au dessus.
   A cet instant, je n'avais plus aucun souci : que les boulets de la Marine nous touchent, que des copeaux rentrent par la bordée et nous empalent, qu'une balle perdue m'atteigne, que les monstres aux pouvoirs surhumains se déchaînent ou qu'une mutinerie voit le jour, je n'en avais cure. A ce niveau-là, peu importait d'avoir confiance en Moka ou un autre, peu importait que nous réussissions ce pourquoi nous étions venus, peu importait que nous fuyions... Seul l'instant présent comptait et je m'en nourrissais le plus possible avant que la fin ne vienne.

- "Oh la vie de pirate, c'est la plus belle des vies..." Ahah... Mais bien sûr.

_________________
Spoiler:
 


Thème d'Arhye Frost :
http://www.onepiece-requiem.net/t18482-le-corbeau-de-north-bluehttp://www.onepiece-requiem.net/t18490-ft-de-arhye-frost
avatar
Yamamoto Kogaku
••• Commandant d'élite •••

♦ Équipage : The Dawn Swift

Feuille de personnage
Dorikis: 8053
Popularité: +1036
Intégrité: 958

Mar 25 Sep 2018 - 11:30

Notre assaut rapide n’est pas aussi concluant que je ne l’espérais, a trois nous n’avons pas réussi à causer de dégâts signifiants à la pirate mais ça ne saurait tarder. Alors que je réussi à porter un coup qui laisse une estafilade vite réchauffée par le magma de la dame, je me fais percuter par un homme poisson qui réussit à me faire glisser quelques mètres plus loin. Je le scrute rapidement avec mon haki, plus une gène qu’une menace. Je profite de cette seconde libérée du corps à corps pour analyser la situation. Elle s’est créé un nuage de vapeur en fondant la glace à ses pieds. Juste à ses côtés, l’homme poisson, désolé mon grand mais tu vas manger. Techniquement, c’est un coup de pute, mais pour une fois, on ne va pas se la jouer honorable. Mais bon comme on dit, poing pour poing, larbin pour larbin. D’un « one flap by bird » je me propulse avec l’aide du geppou et du soru dans les airs avant de fondre sur lui d’un « Black Bull ». Je le percute alors de toute ma masse, coude en avant entièrement couvert de Haki. Le pauvre gus n’a pas le temps de comprendre qu’il percute la reine rouge avant de se rouler au sol brulé par la dame. Il a de la chance, il a de quoi le refroidir. Mais je dois admettre que la dame me déçoit. Autant la dévotion de la poiscaille semble en béton, se jeter seul dans un combat entre un volcan et trois officiers de la marine faut le faire. Autant, elle ne semble pas le considérer plus que ça. J’espérais qu’elle aurait la décence de redevenir normale, intercepter l’homme avec amour avant de se faire mettre ko par mon coéquipier profitant de l’ouverture. Moi qui voulais lui montrer une preuve d’amour, j’ai jeté un froid dans leur relation, pas d’amour ardent, mais une sbirezone. Comme quoi, le Minono magazine a raison, je suis le plus gentil capitaine du monde.

Pendant ce temps la, Kaas s’est couvert le visage de neige pour apaiser les brulures. Le gars de la régulière a repris un peu d’altitude. Le tout est d’en finir avec la dame sans perdre trop de plumes. Il serait possible que l’un de nous trois l’attrape avec le haki pendant que les deux autres lui passent du granite marin ou la pourfende. Mais cette tache demande beaucoup de coordination et beaucoup de risques. Un faux mouvement et on plonge sa main dans du magma bouillant. Mais manifestement, mon comparse à une autre idée. Il me fait un signe de la main et projette une série de lame d’air qui pénètrent profondément la glace qui perds rapidement de sa stabilité. Kaas saute en arrière pendant que le sol se disloque… en fin de compte, c’est plus simple de l’envoyer sous la flotte.
http://www.onepiece-requiem.net/t2499-yamamoto-kogaku-dit-lame-fini-test-rp-finihttp://www.onepiece-requiem.net/t2619-fiche-de-yama
Contenu sponsorisé



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2