AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Armada, nous voilà !

avatar
Apollon de Linciel

♦ Localisation : Là où le vent ou ses camarades d'un soir le mènent
♦ Équipage : La curiosité et l'amour

Feuille de personnage
Dorikis: 1930
Popularité: 5
Intégrité: 0

Dim 5 Aoû 2018 - 22:11

Peu après la victoire de Krypt dans l’arène de Carcinomia, Apollon, lui et son petit personnel étaient monté à bord de la Translinéenne afin de rejoindre Jaya le plus rapidement possible.
Le navire filait à bonne allure, le voyage se passait bien, et les compères avaient pu faire plus amples connaissances.
Intrigué par ce curieux personnage, le barde avait choisi de faire route avec lui. Sa curiosité était déjà tout naturellement piquée par son côté fantasque, mais il lui avait tenu quelques mots qui l’avaient grandement intéressé : une guerre se profilait loin à l’horizon et il voulait y participer.

Il ne pouvait se permettre de rater un tel événement. Il se devait d’en être témoin pour être le premier à la relater dans un livre ou une chanson. Ce n’était pas un bon combattant, ni un combattant tout simplement, mais il allait se faire le plus petit possible pour ne gêner personne et surtout, survivre. Un témoin mort ne faucherait nulle gloire.
Et depuis quelques jours, il avait jeté son dévolu sur la deuxième option : il en tirerait une chanson. Parce que la musique sublime la guerre, tant son horreur que son triomphe. Et une telle chanson reste dans les mémoires. Même si souvent, personne ne connaissait son auteur, alors il entrerait quand même dans la postérité, même anonymement. Bien sûr, cette idée lui paraissait amère alors il renforcerait sa postérité par un livre dans lequel il crierait au monde entier quel événement cela allait être et comment il allait élaborer ce chant honorifique.

Le vainqueur lui importait peu, beaucoup moins que sa survie ou la qualité de sa chanson. Du fait, il se mit en tête de s’entraîner pour briller le moment voulu. Et pour cela, il avait partagé sa cabine avec la clique des Sombrerivage.

- Gloire et honneur
Au plus sombre des vainqueurs ! ♪


Apollon chantait d’une voix claire et triomphante tout en grattant sur son luth. Peu satisfait de sa trouvaille, il arrêta de soulager son instrument de musique pour s’atteler à sa trempe, visiblement contrarié.

- Non, ça ne va pas ! Pas du tout !
- Pourtant, je trouve cela très beau
, assura Valefor, le majordome prévenant de Krypt.
- Mais non ! C’est pauvre ! Aussi pauvre que moi !
- C’est peut-être digne de vous, alors.


La phrase d’Abyss, le colosse qui accompagnait Krypt avait claqué dans l’air. Le visage d’Apollon avait viré au rouge colère immédiatement mais le Baron calma le jeu.

- Je ne critiquerai pas un chant à ma gloire, hahaha !

Le bateleur releva la tête, comme s’il essayait de ne pas être vexé mais de par ses airs de diva qu’il prenait de temps à autre, il était dans l’exagération et le mensonge qu’il tentait de faire passer n’était mis à jour que de plus belle.

- Eh bien sachez pour votre gouverne que non, ce n’est pas à la hauteur de mes talents, même si ces paroles rasent mes richesses personnelles ! Sinon je ne saurais le remarquer !

Krypt étouffa un rire, tout en chouchoutant son animal de compagnie.

- Mais la pression augmente sur mes épaules ! La date fatidique approche, et il me faut être prêt ! Mais plus elle approche, plus j’angoisse ! Et plus j’angoisse ...
- Un thé peut-être ? Pour préparer vos cordes vocales ? Et qui sait ? Peut-être trouverez-vous l’inspiration.
- Pile ce qui me fallait ! Un thé avec une grosse cuillère de miel ! Et un peu de citron si vous avez !
- Hélas, je n’ai que du thé noir.
- Ah ... J’imagine que je n’ai pas le choix donc ? Va pour du thé noir alors ...
- Ne vous méprenez, monsieur. L’amertume de ce thé vous rapprochera de celle de la guerre et en sondant les abysses de votre tasse, peut-être que les images viendront y tournoyer.


Apollon se gratta la barbichette.

- Vendu ! Peut-être n’avais-je pas la bonne approche après tout ... Je cherchais l’édulcoré, la douceur ! Mais cela ne ressemble pas à la guerre ! J’avais déjà en tête les images de la fin, l’ère où le chant lézarde la gloire des vainqueurs au monde entier !

Mais pour toute réponse, une voix emplit toutes les cabines et le navire tout entier.

- Mesdames, messieurs, nous approchons de Jaya ! Nous serons à quai dans une heure, veuillez vous assurer que vous serez prêts à temps !
http://www.onepiece-requiem.net/t21105-un-drole-d-olibrius-que-voilahttp://www.onepiece-requiem.net/t21117-note-a-l-editeur
avatar
Krypt SombreRivage

♦ Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1095
Popularité: -37
Intégrité: -23

Lun 6 Aoû 2018 - 1:01

Krypt déposa délicatement Ghoul dans un petit nid fait de draps et de tissus confortables trouvés dans la cabine. Son aile n’était toujours pas guérie et il préférait ne prendre aucun risque. Son compagnon allait voler de nouveau, il fallait qu’il le puisse ! Il était insupportable pour Krypt de le voir dans cet état… Il ressentait son impuissance et sa peur de ne plus pouvoir parcourir cette immense étendue battue par les vents qu’était le ciel.

Depuis Carcinomia, le lien entre le corbeau et son maître s’était renforcé. Grâce à son nouveau pouvoir, ce dernier commençait à percevoir les émotions de son compagnon. Leur lien était encore diffus, mais il se précisait de jour en jour. Le baron avait compris au cours du voyage que les animaux ne communiquaient pas exactement de la même façon que les humains. Ils se partageaient des images, des souvenirs, des sentiments, des impressions plutôt que des mots. Le long trajet lui avait permis de se familiariser avec ce nouveau monde et chaque nouvelle découverte provoquaient chez lui un intense plaisir. Les nouvelles possibilités que son fruit lui offrait semblaient infinies...

Le jeune homme releva les yeux et regarda Apollon qui rassemblait ses affaires, ponctuant chacun de ses gestes d’une pose théâtrale, comme s’il se trouvait sur une scène devant une salle pleine plutôt que dans une cabine de bateau. À l’origine, il avait accepté ce personnage à ses côtés dans l’unique but de le voir écrire chansons et histoires à son sujet. Il n’était clairement pas un combattant, mais ses talents pouvaient lui permettre de se ranger du côté des forts. Sous sa plume, la légende du Baron Corbeau allait pouvoir prendre vie.

Au fil du voyage vers Jaya, Krypt s’était habitué à la présence de ses trois compagnons.
Mephisto semblait être partout à la fois, anticipant le moindre de ses désirs. Son ancien professeur le connaissait depuis son plus jeune âge et savait parfaitement décoder la moindre de ses paroles, le moindre de ses gestes. Nul autre que lui n’aurait pu tenir le rôle de majordome auprès du pirate et il était vite devenu indispensable.
Ulul Abyss restait silencieux la majeure partie du temps, lâchant parfois un commentaire ironique ou un sermon enflammé. Il couvait Ghoul d’un regard protecteur et foudroyait à peu près toutes les autres personnes qui s’approchaient de lui. La flamme de folie dans ses yeux ne semblait jamais devoir s’éteindre et sa présence imposante faisait qu’il ne passait jamais inaperçu quand il sortait sur le pont.
Depuis leur rencontre, tout s’était enchaîné très vite et cette pose sur le navire de la Translinéenne avait permit à chacun d’évaluer les autres et de trouver sa place dans le groupe.
C’était également le cas pour Apollon.

Le jeune baron s’était petit à petit attaché au personnage. D’un simple outil, il était devenu un compagnon à part entière. Au fur et à mesure du voyage, il était même arrivé à Krypt de rechercher sa compagnie. Il avait le don pour le mettre de bonne humeur et il lui était arrivé une ou deux fois de le faire rire. La première réaction de Mephisto avait d’ailleurs été de vérifier que leur repas et leurs boissons ne contenaient aucune drogue hallucinogène ou aucun produit qui aurait pu affecter l’humeur de son maître.

Rire… Il y a si longtemps que ça ne lui était pas arrivé. Non pas qu’il s’agissait d’un fou rire suite à une plaisanterie particulièrement drôle. Non, il s’agissait plutôt d’un rire de bonheur. Le barde lui faisait oublier ses plus noirs démons et ce voyage avait sans doute été l’un des meilleurs de la vie de Krypt. Il avait l’esprit libre, aérien, tourné vers un avenir qui promettait d’être sanglant.

Mephisto finit de boucler la dernière valise et ils se dirigèrent ensemble vers le pont. Ulul portait précautionneusement le petit nid dans lequel reposait Ghoul, Apollon réaccordait son luth, Mephisto peinait sous le poids des bagages et Krypt menait la marche, sa canne frappant le bois du sol de la coursive.
Ils émergèrent à l’air libre et profitèrent de l’air marin tout en observant l’île grandir au fur et à mesure qu’ils s’en rapprochaient. Apollon continuait de tirer quelques notes de son instrument, notant les accords et les paroles qu’il considérait comme étant correctes, tout au plus. Après l’avoir vu à l’œuvre pendant quelque temps, le jeune baron savait qu’il allait en retravailler la moitié et en supprimer l’autre, la jugeant trop pauvre. Le navire finit par accoster.

Jaya… Ils avaient suivi les rumeurs jusqu’ici et c’était sur cette île qu’allait devoir se jouer la dernière étape de leur périple. C’est Mephisto qui en avait parlé le premier : Armada, la fameuse île des Libres-Capitaines, recrutait des pirates pour une opération d’envergure sur Grand Line. L’occasion rêvée pour le Baron Corbeau de se confronter à cette dangereuse mer et de commencer à faire parler de lui, aux côtés de plusieurs des plus célèbres pirates.
L’âge des ténèbres était révolu, place à celui de la lumière, la lumière des projecteurs ! Rien de mieux qu’une guerre pour permettre au corbeau de vivre.

Une fois débarqué, le petit groupe s’isola. Les quais étaient recouverts par tous les passagers désireux de se dégourdir les jambes sur la terre ferme, de trouver une auberge ou un hôtel pour passer la nuit ou simplement de flâner en regardant les navires et la mer.
Ils s’assirent donc sur quelques caisses de marchandises et les regards noirs d’Ulul dissuadèrent les badauds de s’approcher d’un peu trop près.

-D’après tout ce que j’ai entendu, les rumeurs concordent pour dire que c’est ici que l’on trouvera un contact avec Armada. Plus précisément, il a souvent été mention de “Là-dessous”, mais je ne sais pas à quoi ces termes correspondent…
-Je vois.
-Et bien, je présume que mes quelques talents pourront nous être utiles. Je connais certaines techniques pour délier la langue des gens. Des femmes plus particulièrement ! Ces charmantes créatures ne peuvent résister à quelques notes de musique !
-J’en connais une ou deux pour te faire taire.

Ulul semblait prendre plaisir à provoquer Apollon qui ne manquait jamais de tomber dans le piège. Krypt préféra désamorcer la situation avant qu’il ne fasse un scandale.

-Parfait. On va s’installer dans cette auberge juste là. Il désigna un bâtiment donnant sur le port dont l’enseigne indiquait ‘À la Renaissance”.
Retrouve nous ce soir avec les informations que tu auras glané. Mephisto, tu feras également un tour en ville. Ouvre yeux et oreilles. Je sens que nous sommes sur la bonne voie…

Le groupe se sépara et Krypt et Ulul se dirigèrent vers l’auberge qui semblait déjà animée, malgré le fait qu’il soit encore tôt dans l’après-midi.
http://www.onepiece-requiem.net/t20844-ft-du-baron-corbeau#22541
avatar
Apollon de Linciel

♦ Localisation : Là où le vent ou ses camarades d'un soir le mènent
♦ Équipage : La curiosité et l'amour

Feuille de personnage
Dorikis: 1930
Popularité: 5
Intégrité: 0

Lun 6 Aoû 2018 - 20:27

Quelques jours plus tard, la mauvaise troupe avait fait de cette auberge leur quartier, ce qui leur avait permis de prendre leurs aises. Comme à son habitude, Apollon troquait ses services contre le gîte, et les pourboires que les clients voulaient bien lui concéder contre le couvert.
Mais depuis la veille, il passait son temps à faire autre chose que ce qu’il devait. Il ne séduisait plus les femmes et n’animait plus l’auberge. Non, en contrepartie, juste à côté du seuil de la porte d’entrée de l’établissement, il se donnait en spectacle. Un spectacle de marionnettes !



Affublé d’une simple tenue de troubadour chamarrée de jaune, de fushia et de bleu, il animait des pantins de fortune sous un cadre de même qualité, représentant une scène de théâtre surmontée d’un rideau rouge. Masqué et chapeauté, son personnage se nimbait de mystère et on parvenait fort aisément à l’oublier au profit de ses marionnettes qu’il avait confectionné de bric et de broc. Elles représentaient un homme engoncé dans une cape noire, un corbeau et une énorme colosse. Cette pièce, il l’avait rôdé, il l’avait joué des dizaines de fois !

- ET VLAN ! PAN ! PAN ! GHOUL, ATTAQUE ! Avec moi, les enfants !

MAUVAIS AUGURE !!!


La foule qui s’était massé devant lui était, en effet, principalement composée de gamins issu de la pauvreté. Les parents les surveillaient d’un peu plus loin, un verre à la main, discutant entre eux, l’air ravi.

- Ainsi le terrrrrrible Baron Corbeau vint à bout de ses ignobles adversaires ! Parce que la grâce et la droiture de coeur prévallent toujours ! Mais pourtant ! Souvenez-vous : Plumes noires ...

Yeux rouges et bec d'argent, le Baron Corbeau ne saurait sourire en vous saluant !!!

La porte de l’auberge s’ouvrit à la volée, soulevant un épais nuage de poussière, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

- Apollon ! Qu’est ce que tu fabriques à la fin ?!

Le bateleur fut surpris, mais ne se laissa pas prendre au dépourvu pour autant. Avec toujours autant d’astuce, il rebondit sur cette situation avec une facilité déconcertante.

BARON CORBEAAAAAAAAAAU !!!

Apollon se pencha à l’oreille de Krypt pour lui chuchoter quelques mots :

- Allez-y, laissez-vous faire, ils n’attendent que vous ! Par contre, j’espère qu’Ulul ne jouera pas les rabais-joie, ce ne sont que des enfants !

Puis il se redressa pour clamer à la foule infantile et déchaînée qu’il allait tenter de calmer :

- Qu’est-ce que je vous ai dis ?! Doucement ! Le Baron Corbeau n’est pas des plus à l'aise en société !

Mais elle n’en avait cure. Alors Apollon se pencha à nouveau à l’oreille de son nouvel ami, aussi débordé qu’embarrassé :

- Sitôt que je lui séduis, les femmes d’ici n’en veulent qu’à mon argent et je n’en ai pas ! C’est pour cela que j’ai changé d’approche ! Et d’ici, j’ai pu entendre les parents discuter : il y aurait un recruteur après le pont à l’est, après la sortie de cette ... ville ...
http://www.onepiece-requiem.net/t21105-un-drole-d-olibrius-que-voilahttp://www.onepiece-requiem.net/t21117-note-a-l-editeur
avatar
Krypt SombreRivage

♦ Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1095
Popularité: -37
Intégrité: -23

Mar 7 Aoû 2018 - 0:07

Cette fois-ci, il allait le tuer. Ce maudit barde l’avait entraîné dans un guet-apens. Au début, Krypt s’était réjoui que ses petits talents leur aient permis de loger à l’œil. Mais en le voyant revenir chaque soir avec une femme différente et constatant qu’il n’apportait pas plus d’indices le lendemain, il avait commencé à douter de son efficacité. Mephisto n’obtenait pas plus de résultats de son côté… Si les gens d’ici étaient plutôt accueillants, ils n’étaient pas du genre à partager leurs connaissances avec des étrangers.

Le baron avait alors décidé de réunir ses compagnons pour changer de plan. Et bien évidemment, Apollon était aux abonnés absents. Il avait autant la capacité de faire sourire Krypt que de provoquer chez lui un profond agacement. Et cet agacement atteignait ses limites… Le jeune homme était parti pour lui expliquer le fond de sa pensée quand il était tombé dans ce piège.

Ils devaient former un joli duo. Lui dans sa tenue composée de morceaux de tissu colorés qui ne semblait tenir que par miracle et le baron vêtu de noir et enveloppé dans son long manteau, les yeux protégés derrière ses verres teintés. Les voilà qui se tenaient au milieu d’une foule d’enfants miséreux qui contemplaient leur “héros” avec des étoiles dans les yeux après avoir suivi ses soi-disant exploits, dont la moitié au moins avaient été inventés par le conteur…

Il ne savait s’il devait se sentir flatter ou transpercer la gorge du “mystérieux marionnettiste” pour l’avoir tourné en ridicule. Il choisit finalement de n’en rien faire, ledit marionnettiste lui ayant révélé à voix basse ce qui pourrait être leur première piste solide. Si jamais elle s’avérait fausse, Apollon n’aurait nul part où se cacher pour éviter le courroux de son compagnon.

En soupirant, Krypt dégaina sa lame d’un geste souple et la pointa vers le ciel.

-Plumes noires, ...
-Yeux rouges ...

Et ils reprirent tous ensemble, Apollon joignant joyeusement sa voix à celles du jeune homme et des enfants :

-Et Bec d’argent ! Le Baron Corbeau ne saurait sourire en vous saluant !


Puis, d’un geste théâtral, le Baron Corbeau rengaina sa lame, fit une révérence puis fendit la foule en martelant chaque pas d’un coup de canne sur le pavé. Direction la sortie de la ville et le pont est.

Plusieurs sentiments l’assaillaient… Tout d’abord un puissant sentiment de honte, il avait horreur de se produire en spectacle. Mais, à chaque fois qu’il se tenait devant des enfants, il se revoyait aux côtés de Ghoul, son frère, parcourant les rues de Zaun... Au début, il avait développé une haine profonde envers ces insectes qui osaient lui jeter ces souvenirs au visage. Puis la haine avait progressivement été remplacée par la culpabilité. Jamais plus il ne tuerait d’enfants, après tout, ils avaient tous le potentiel de prendre leur place parmi les forts. Mettre fin à ce potentiel n’apportait rien à Krypt.
Ensuite, il s’interrogeait sur cette devise qu’Apollon lui avait trouvé, un soir qu’ils avaient tous deux bu, chose encore un fois assez exceptionnelle pour lui. Sur le coup, ça lui avait semblé être une bonne idée… Il en doutait désormais. Quoi qu’en dise le proverbe, le ridicule pouvait tuer aussi sûrement qu’une balle dans la nuque ou qu’un poignard dans le cœur.
Enfin, il s’interrogeait sur ce mystérieux contact, sur le pont. Était-ce encore une fausse piste ? Ou bien Armada s’était-elle décidée à lui envoyer un émissaire ? Après tout, seul un aveugle sourd pouvait désormais ignorer la présence du Baron Corbeau en ville....

Ses réflexions et ses pas l’avaient mené jusqu’au pont. Le jeune homme s’arrêta, mains posées sur le pommeau de sa canne devant lui.
Accoudée au rebord, une magnifique jeune femme contemplait le cours d’eau qui coulait paresseusement sous le pont. À son approche, elle releva la tête et le fixa, un demi-sourire aux lèvres. Le soleil d’après-midi jouait avec sa chevelure rousse, qui semblait faite du feu le plus pur.

Krypt sentit les palpitations de son cœur s'accélérer, mais il les força à lentement ralentir. Il savait qui était cette femme, et laisser ses pulsions de mâle prendre le dessus le conduirait inévitablement à une situation extrêmement dangereuse…
Toutes ses pensées précédentes avaient été balayées par la surprise de voir La Charmeuse, la seconde du capitaine Anstis, en personne. Il ne faisait aucun doute que l’information d’Apollon était fiable, tout comme les rumeurs sur Armada. Sinon que pouvait bien faire une telle pirate sur Jaya ?!

Il marcha lentement vers elle et se posta à ses côtés, contemplant l’eau, mais toute l’attention de son corps portée vers celle qui se tenait à ses côtés. Elle fit une petite moue et contempla l’eau à son tour. Le jeune homme devait mobiliser toute sa volonté pour ne pas la dévorer du regard. Il se décida à briser le silence.

-Ainsi, les rumeurs sont donc fondées…

Elle eut un petit rire.

-Toute rumeur comporte une part de vérité et une part de mensonge. Je suis curieuse de savoir ce qu’il en est pour celles vous concernant, “Baron”.


Elle ponctua de nouveau sa phrase d’un petit rire. C’était décidé, Apollon ne survivrait pas à leur prochaine rencontre… Comment être pris au sérieux par des pirates quand tout le monde parlait de vous comme si vous faisiez parti d’une jolie histoire, pleine de belles valeurs et de morale. Et puis cette devise était décidément ridicule.

-Quoi qu’il en soit, elles ont au moins eu le mérite d’attirer notre attention.
-Je n’en espérais pas moins.

Perdu pour perdu, autant prétendre qu’il s’agissait d’une manœuvre volontaire…

-Vous êtes particulièrement difficiles à dénicher.
-Nous ne pouvons nous permettre la moindre fuite. Mon rôle et de jauger de quel côté vous vous trouvez réellement et si vous serez capable de faire face à ce qui va vous attendre…

Bien, c’était un excellent début. Elle envisageait la possibilité de l’intégrer. Maintenant, il allait devoir faire particulièrement attention, la moindre erreur pourrait le faire exclure, ou inciter La Charmeuse à se débarrasser de lui et de ses compagnons. Le monde des pirates n’est pas un monde fait de bons sentiments et d’honneur. Elle allait exiger quelque chose de lui et il allait devoir s’y conformer, quoi que ce soit.

-Que dois-je faire ?

-Rendez-vous ici même, à minuit. On vous invitera à découvrir “Là-dessous”. Dès que vous y serez, vos options seront limitées à deux. La mort ou l’engagement. Je suivrai vos choix avec la plus grande attention Baron… Mais je ne m’en fais pas, après tout la grâce et la droiture de cœur prévalent toujours, pas vrai ?

Elle lui fit un clin d’œil puis sauta du pont, droit dans le courant. Krypt la perdit de vue. Cette sortie en fanfare et sa dernière phrase le laissaient seul avec des sentiments mitigés. Il fit volte face et entama le chemin qui allait le mener “A la Renaissance”. Il allait avoir une discussion avec ce maudit barde... Après avoir exposé la situation à ses compagnons.

Leur objectif était à portée de main ! Krypt eut un petit sourire en pensant à la réaction d’Apollon quand il allait rencontrer l’envoûtante jeune femme. Quand il s’en aperçut, il marqua un temps d’arrêt. Décidément, cet énergumène avait une grosse influence sur lui, bonne ou mauvaise. Cela, il ne l’avait pas encore défini...
http://www.onepiece-requiem.net/t20844-ft-du-baron-corbeau#22541
avatar
Apollon de Linciel

♦ Localisation : Là où le vent ou ses camarades d'un soir le mènent
♦ Équipage : La curiosité et l'amour

Feuille de personnage
Dorikis: 1930
Popularité: 5
Intégrité: 0

Mar 7 Aoû 2018 - 10:20

La petite réunion eut lieu dans la soirée, dans la chambre de Krypt, et Ulul gardait la porte de toute oreille indiscrète. Ce n’était pas sans rassurer le barde -de nouveau vêtu normalement- qui n’osait pas avoir un mot plus haut que l’autre envers la clique du baron en sa présence. Le Baron était assis sur son lit miteux, Ghoul sur son épaule droite, Méphisto était affairé au bureau et le bateleur oscillait entre la chaise et les cents pas à chaque indignation. Autant dire que la chambre était bien remplie.

- C’était quoi ... ce ... cette mascarade ?!
- La gloire, mon très cher ami ! Si vous voulez vous faire connaître, il vous faudra l’accepter !


Apollon n’en menait pas large pour autant. Sa réponse avait l’aplomb de l’assurance, mais cela ne se voyait pas sur lui. Elle avait cette aplomb car c’était la vérité, mais la vérité ne plaisait pas toujours.
Et dans de tels cas, il adorait en rajoutait. Chaque moment comme celui-ci devait théâtral, voire même dramatique, à clamer dans de grands gestes, sentiments décuplés.

- Ce n’était pas un piège, je n’ai pas l’intention de vous nuire. Votre personnalité a piqué ma curiosité, et j’ai répondu à vos attentes à ma façon ! J’ai sublimé la réalité, voyez-vous ! Je vous ai fait connaître à l’oreille du recruteur, et je suis parvenu à connaître son emplacement !
- A ce propos ...


Apollon et Krypt se figèrent un instant, interrompu par Méphisto. Une fois qu’il savait que leur attention était captée, il continua.

- Si même de simples parents connaissent cette personne, il y a fort à parier que c’est le cas pour beaucoup de personnes. Par la force des choses, j’imagine. Donc, il se pourrait qu’il y ait quelques indésirables dans le lot.
- Exact, mais je fais confiance au Capitaine. Cet Anstis n’est pas né de la dernière pluie, et même si c’est sa seconde qui supervise le recrutement ...
- Sa ... seconde ?
- Oui, c’est une femme, une rousse.
- Ah ... la rousseur ! Le feu de la passion ! L’épice de la cannelle ! La douceur acidulée de l’orange ! Les roulades dans les feuilles mortes de l’autom...
- Hm.
- Pardon ...


Entre le séducteur et le clown de service, Apollon pensait au moins faire pencher ses interlocuteurs entre le rire et la contrariété. Mais le sérieux de l’instant les avaient coincés dans la seconde option. Alors il s’assit et Krypt put reprendre.

- Donc, je disais. Même s’il a délégué son pouvoir, m’est avis qu’ils ne se laisseront pas surprendre. Donner un deuxième rendez-vous permet de filtrer les potentiels taupes. Si elles ne viennent pas, c’est soit qu’elles sont dégonflées, soit qu’elles espionnent vraiment. J’imagine que cette Seconde n’est pas seule ici. Sitôt que des têtes manquent à l’appel, les siens partent à la recherche des absents.
- Mais ... Et moi ? Je n’ai pas été à leur premier rendez-vous !
- Nous non plus, mais vous êtes avec notre Maître. Il saura nous faire accepter. Et puis, il vaut mieux être un nouvel arrivant qu’un absent. Surtout si vous êtes avec une personne attendue.
- Bon, reposons-nous un peu, la journée n’est pas finie et ce n’est que le début de nos aventures.


[...]

Quelques heures plus tard, minuit approchant, la mauvaise troupe au complet faisait route vers le fameux pont, repus et en forme.

La route n’avait pas été bien longue ni très mouvementée. Ils échangeaient quelques mots en chuchotant, à la lueur de leur torche.
Une fois sur place, ils s’aperçurent qu’ils étaient plus nombreux que prévu. Beaucoup de monde avait dû faire comme eux : venir d’ailleurs jusqu’ici pour aider les pirates. La recruteuse semblait seule mais ses équipiers ne devaient être guère plus loin.
Krypt lui présenta alors son équipe. Sceptique au départ, elle admit ces inattendus quand le Baron lui expliqua que toute célébrité se devait d’avoir son équipe en coulisse. Après tout, il s’était présenté et il était venu. C’était signe de bonne volonté.

Presqu’immédiatement après l’avoir vu, Apollon fondit d’amour pour elle. Il avait glissé subrepticement jusque derrière son dos et, alors qu’il allait poser sa main sur son épaule, elle lui tint ces quelques mots :

- Bah alors ? Pourquoi tu n’approches plus ?

Il n’approchait plus parce qu’au même instant auquel elle avait commencé à lui parler, il avait senti son poing se poser sur le haut de sa cuisse. Il baissa les yeux et comprit qu’au moindre pas supplémentaire, ses bourses seraient percées dans les grandes largeurs par la dague qu’elle serrait fort, anéantissant clairement leur usage.
Apollon tressaillit d’effroi, sa colonne vertébrale électrifiée d’un frisson glacial.

- Garde tes distances, il vaut mieux pour nous deux.

Il rejoignit donc ses camarades sous la risée générale, tout penaud.

- Rude coup, à la hauteur de votre indélicatesse cependant. ... Allez ... Reprenez-vous ! Ne soyez pas si abattu après un éch...

Un sourire mi-pervers, mi amoureux se dessina sur le visage d’Apollon, les yeux pétillant de mille étincelles ! Avec cette grimace flippante, il toisa Méphisto.

- Abattu ? Non ! Je suis ... roussi ! Héhé ! NON ! Calciné ! Calciné par les feux de la séduction ! Par son braséro ! Par son brasier ! QUE DIS-JE ?! Par sa géhenne !
- Sa géh.. HÉRÉSIE !
s’indigna Ulul.
- Tout doux mon grand, c’est un jardin qui m’est interdit et hautement défendu ! Je ne m’y risquerais pas !
- C’que vous êtes bruyants !

- BON ! Il est minuit tapantes, un dernier récapitulatif : lors de notre premier entretien, je vous ai dit que vous aviez deux choix, ils étaient purement rhétoriques. Maintenant que vous êtes ici, vous suivez. Sinon, vous mourrez. Vous vous dégonflez ? Vous mourrez. Vous trahissez notre confiance ? Vous mourrez. Ca peut vous sembler dur mais c’est nécessaire. On ne peut se permettre aucune fuite et Là-dessous est l’endroit idéal pour accomplir notre mission et ses besoins. Ah, et je m’appelle Sybil Mia, seconde du quartier Mascarade sur Armada, représentante du Capitaine Anstis.

Alors qu’elle continuait de parler, Apollon ne l’écoutait plus. Il l’entendait, et cela suffisait à l’enivrer complètement. Il papillonnait de recrue en recrue, pour les déranger, pour leur demander si eux aussi trouvaient cette personne aussi belle que lui la voyait.
Les compères de Sombrerivage étaient particulièrement gênés ou renfrognés de le voir agir ainsi.

Mais ... alors que le barde amoureux fou aborda un petit groupe de personne noyé dans la foule, un des hommes de ce groupe le repoussa vivement d’un geste du bras, énervé par son attitude.
Sauf que dans l’élan, sa cape vola et divulga un petit escargophone noir, attaché à la chemise, à moitié camouflé dans un de ses plis.

Apollon jouait les imbéciles pour dédramatiser la tension du moment, mais il gardait ses sens en alerte.

- Oh ! Mais quel joli petit escargot noir vous avez au dessus de votre ceinture ! cracha-t-il tout haut avant de se fondre dans la masse en ondulant, un sourire satisfait aux lèvres.
http://www.onepiece-requiem.net/t21105-un-drole-d-olibrius-que-voilahttp://www.onepiece-requiem.net/t21117-note-a-l-editeur
avatar
Krypt SombreRivage

♦ Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1095
Popularité: -37
Intégrité: -23

Mar 7 Aoû 2018 - 18:57

Le trajet nocturne vers le pont avait réservé une bonne surprise à Krypt. Ghoul, qui depuis sa blessure se cantonnait à rester perché sur son épaule droite, avait soudainement déployé ses ailes et s’était envolé. Quand il revint se percher sur l’épaule de son maître, il lui envoya une foule de sensations. Son aile le faisait encore souffrir, mais cette souffrance était balayée par l’immense bonheur que lui avait procuré la sensation de retrouver les cieux. Ainsi, de l’auberge au pont, il n’avait cessé de faire des allers-retours entre les nuages et l’épaule, communiquant images et sensations au jeune homme à chacune de ses pauses.

C’est donc de très bonne humeur que le baron et ses compagnons rejoignirent le petit attroupement de pirates et autres malfrats. Cela faisait un moment que Jaya n’avait pas dû en voir autant réunit au même endroit, il n’y avait donc que très peu de chance que ledit attroupement soit resté secret.

Après avoir salué la merveilleuse Sybil et obtenu sans trop de mal l’engagement d’Apollon, Mephisto et Ulul dans l’opération, Krypt n’accorda que très peu d’attention aux déboires amoureuses du barde et au discours de la Seconde. Il était plutôt focalisé sur son corbeau qui survolait le groupe, quelques croassements à l’appui. Il se posa sur le bras gauche tendu de son maître, ses serres s’enfonçant dans le brassard de cuir prévu pour protéger la peau du pirate. Dans la tête du jeune homme apparut alors une étrange image…

Celle d’un groupe d’hommes enveloppés dans des capes noirs, fondus dans la masse. L’un d’eux semblait cacher quelque chose sous son vêtement et tous scrutaient les visages de ceux qui les entouraient, plutôt que de se concentrer sur Sybil. Ils devaient être les seuls, avec Krypt et Apollon, à ne pas prêter attention à celle qui retenait tous les regards, même ceux d’Ulul et Mephisto. La dernière image que Ghoul lui envoya confirma ses soupçons. L’un des hommes sortait discrètement un escargophone photographique avant de le ranger précipitamment, l’un des pirates ayant jeté un coup d’œil dans sa direction.

Le Baron Corbeau commença donc à se décaler discrètement afin de se trouver derrière le groupe. Son mouvement passa inaperçu, la moitié du groupe buvant littéralement les avertissements de la rousse et l’autre moitié repoussant Apollon qui sautait partout. Mephisto le regardait d’un air totalement gêné, puis il remarqua l’absence de son maître à ses côtés. Dès qu’il le vit, un peu plus loin, ils communiquèrent rapidement par langage des signes et le majordome se mit lui aussi à contourner les hommes en noir. Ghoul décolla de nouveau, prêt à rapporter tout ce qui se passait. Jusqu’à présent, les nouveaux dons de Krypt ne lui apportaient que des avantages. Ghoul était néanmoins le seul animal avec qui il parvenait à communiquer aussi bien, il avait essayé durant son séjour sur quelques chiens et oiseaux, sans succès...

Il atteint son objectif au moment où Apollon attirait l’attention de l’autre moitié des pirates. Il avait également repéré un escargophone sur l’un des hommes en noir. Krypt sourit à nouveau. Bien joué. Les espions allaient vouloir reculer et ils allaient buter sur un obstacle de taille. L’occasion rêvée pour faire ses preuves devant La Charmeuse qui avançait elle aussi vers ceux qui reculaient pas à pas.

Quelques lames commençaient à sortir des fourreaux. L’un des six hommes rejeta alors vivement son capuchon en arrière et porta son bras gauche, sur lequel se trouvait un escargophone noir, devant lui. Son visage exprimait clairement la panique et la peur de mourir.

-Ici le Lieutenant Dutytr, demande de renfort immédiatement ! Nous avons été démas…

Un chakram vint faire gicler quelques gouttes de sang et réduire définitivement le lieutenant au silence. Aussitôt, les cinq autres Marines dégainèrent leurs sabres et tournèrent les talons pour fuir. Mais entre la ville et eux se tenaient Krypt SombreRivage et Mephistoyamastemalphasamnutukku Valefor, armes en mains.

Le baron pointa son pistolet et fit feu. Un autre homme en noir s’effondra, une fleur pourpre s’épanouissant sur sa poitrine, tandis qu’un chakram se plantait dans le bras d’un troisième.
Le pirate prit son temps pour rengainer son arme fumante et s’avança vers les survivants en affermissant sa prise sur le pommeau de sa canne. La Rousse venait de rejoindre les survivants et sa dague mit fin à la vie d’un autre espion qui rejoignit ses camarades au sol, une expression de pure surprise peinte sur le visage. Les autres pirates encerclaient progressivement la zone de combat, l’air mauvais. Mais pouvait-on réellement parler de combat ?! Les braves soldats du Gouvernement étaient tellement paniqués qu’ils n’étaient même plus capable de réagir. Ce qui devait être une simple mission de repérage s’était transformé en une véritable boucherie.

D’autres chakrams, minuscules anneaux d’acier aiguisé, achevèrent le blessé tandis que la canne-épée de Krypt se chargeait de transpercer le cœur de l’avant-dernier. Lentement, la dague de la rousse glissa sur la gorge du dernier survivant, laisser une légère entaille rousse.

-Rassure-toi, tu ne vas pas mourir tout de suite. Avant, j’aurai quelques questions à te poser. Baron, si vous voulez bien me faire l’honneur d’escorter notre invité…

Elle fit demi-tour, son éternel petit sourire sur les lèvres, et entreprit de suivre un petit chemin qui rejoignait l’eau en dessous du pont. Comme dans un cauchemar, le soldat vit le pirate essuyer sa lame sur sa cape, l’imbibant ainsi de sang. Puis il le vit la rengainer dans sa canne et s’emparer de l’escargophone noir de son lieutenant pour y murmurer quelques mots. Enfin, il se laissa guider par une puissante main qui s’abattit sur son épaule. Un immense colosse à la peau noire venait de le prendre en charge. Le baron marchait devant et il fut vite rejoint par le personnage en habits colorés qui avait vendu la mèche quelques instants plus tôt. À ses côtés, à l’opposé du colosse, marchait un autre personnage vêtu de noir et coiffé d’un chapeau. Ce personnage lui chuchota d’une voix dure.

-À dire vrai, j’ai horreur des menteurs et autres falsificateurs dans votre genre. Si ça ne tenait qu’à moi, vous baignerez en ce moment même dans une mare de sang, aux côtés de vos pareils…

L’espion prit alors conscience qu’il ne reverrait sans doute plus jamais ni sa fiancée, ni ses vieux parents qui vivaient de sa solde… Il s’était porté volontaire pour servir le Gouvernement et il venait de découvrir la réalité de la vie dans le monde des pirates. Brutale, sanglante et courte. Il n’avait pas été assez fort pour y survivre.

-Mon cher Apollon, tu viens de nous accorder notre ticket vers Armada.


Décidément, Krypt était d’excellente humeur cette nuit. Ghoul croassait joyeusement au-dessus du petit groupe...
Les autres pirates suivirent, laissant cinq cadavres sur le pont, ce qui n’allait certainement pas plaire aux habitants de Caravelle lorsqu'ils allaient les découvrir le lendemain.
Au poignet de l’un des morts, on pouvait entendre une petite voix provenant d’un escargophone noir, exigeant en vain qu’on lui explique qui était ce “Baron Corbeau” qui avait répondu à la place du lieutenant.
http://www.onepiece-requiem.net/t20844-ft-du-baron-corbeau#22541
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1