AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Le demi-géant, le requin et l'esclavagiste [PV Alizee]

avatar
Marek Aldebaran

♦ Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 606
Popularité: -1
Intégrité: -1

Sam 18 Aoû 2018 - 23:40

Spoiler:
 

Et ben, tu as encore fait un massacre. Pas de doute tu es très fort  ...
Tu m'as encore envoyé des pignoufs, tu as pas de vrais combattants sous la main ?
Le seul que j'avais, tu l'as tué pour prendre sa place, je te rappelle !
Ah oui, c'est vrai ...
Tu auras peut être mieux durant le combat de ce soir !


Je commence à l'apprécier ce Mido Rima, il était d'un grand secours.  Il avait pris mon entrainement très à coeur, et a même pris un tonneau de bière à la taverne pour me motiver à bien bosser. Il ne m'avait pas ménager, mon entrainement avait été particulièrement intense durant les deux jours précédents.  Mais comme dit souvent Mido Rima : Entrainement difficile, guerre facile. Au moins avec ça, je suis prêt pour ce soir. Et si je perds, j'aurai quand même maximisé mes chances. Mais qu'est ce que je raconte ? Je ne dois pas penser comme ça. Je suis là pour gagner, autant en puissance qu'en victoire, et surtout. Je suis venu pour affronter le champion, et je ne partirai pas tant que je ne l'aurai pas battu.  C'était mon objectif ici après tout. Quant à Mido Rima, son seul objectif était de s'en mettre plein les poches en me rendant plus fort et en empochant les sommes d'argents que je lui rapporterai. Je bois une grosse gorgée de bière puis j'entend un applaudissement derrière moi. Je vois un jeune homme en costume, les cheveux blonds faisant une sorte de banane sur sa tête.  Il a un sourire narquois en me regardant puis en se tournant vers Mido, il ajoute.

Alors comme ça tu as changé de poulain ? Moi qui m'étais fait une joie de me dire que, ce soir, j'allais assister à la mort de ton bretteur à deux berries.
Jonas, quel mauvais vent t'amène ?
Oh, j'étais venu voir si ton poulain était prêt à mourir ce soir.
Mon poulain va surtout tuer le tien, encore une fois.
N'y compte pas, je me suis attaché les services d'un homme poisson. Un vrai requin ! Il va manger ton poulain !
Peu importe, j'ai confiance dans mon Béhémoth, il va te le détruire !
On verra ça ce soir, prévoit les mouchoirs, c'est une vrai bête que j'ai préparé pour t'affronter ! Profites de tes derniers moments de vie HAHAHAHA !


Il s'en va ensuite, les mains dans les poches, fier comme un coq.  Je n'ai même pas eu besoin de parler, c'est quand même avantageux d'avoir un Mido Rima qui fait la conversation à sa place. Moi j'ai pu tranquillement finir mon tonneau de bière à grande gorgée. C'est quand même désaltérant, faut avouer !  Mido a l'air préoccupé maintenant, se fait il du soucis pour moi ? Ou bien appréhende t'il pour son argent? Autant de question dont je ne saurai jamais la réponse. C'est ainsi malheureusement, je n'y peux rien, Mido est quelqu'un de très silencieux. Il n'est pas du genre à me faire part de ses pensées. Et moi de toute façon, je ne suis pas du genre non plus à demander quoi que ce soit. C'est alors que, contrairement à ce que je pensais, il me dit tout haut ce qu'il pensait tout bas :

Je crois que ça va se corser pour ce soir ...
Qu'est ce qui t'inquiète ? Parce que c'est un homme poisson ?
Si tu préféres, nous, les bookmakers, avont des yeux et des oreilles partout dans le pays. J'ai entendu des rumeurs d'un monstre venu de la mer qui venait se mesurer aux hommes de la surface. On raconte que le dernier village d'humain qu'il a rencontré, il aurait massacré plusieurs hommes par pur plaisir. Ils l'ont appelé Le Squale écarlate.
Rien qui m'intéresse. C'est un combat comme un autre.
Méfie toi de lui ! Nombreux sont les hommes qui ont péri sous ces coups. On dit qu'il n'a pas encore connu la défaite
Je ne suis pas un homme, je te rappelle ! Et faut bien un début à tout !


Je lui ai lancé un regard tellement froid et énervé qu'il n'a pas osé relever.   Invaincu qu'il disait ? Et ben on verra bien ça ce soir. C'est facile d'être invaincu quand on a affronter que des pignoufs ou que l'on s'est battu que deux fois. En soit, être invaincu ça ne veut rien dire. Dis moi qui tu as vaincu, je te dirai qui tu es. Pour l'instant, lui comme moi n'avons pas fait de combat sur cet île. On sera sur un pied d'égalité, et si c'est vraiment un monstre, j'ai hâte de l'affronter. Mon objectif c'est d'être la pire des bêtes des mers. Et si ce requin à l'intention de me prendre la place, je rayerai son nom de ma liste.  J'ai intérêt à m'amuser ce soir ! Si Mido voulait me motiver, il a réussi son coup !  Je suis plus que prêt pour affronter ce poiscaille. Je jette le tonneau derrière moi, entendant la complainte d'un des survivants de mon entrainement. Il s'est sans doute pris le tonneau à la retombée. Pas bien grave, l'avis des faibles ne m'intéresse pas. S'il avait été plus fort, ça aurait été à lui de faire ce qu'il veut. C'est la loi de la jungle, le plus fort mange le plus faible. Je sortais du terrain d'entrainement, inutile de rester ici. Je vais me reposer un peu, puis j'irai briser du squale.

Quelques heures plus tard :


J'étais en train de m'échauffer tranquillement dans mon coin, il y avait une bonne douzaine de combattant pour ce soir. Je ne vois pas le géant dont on m'a parler avant d'arriver sur l'île. Par contre, je vois plutôt bien l'homme poisson dont on m'a parlé. Il doit mesurer dans les quatres mètres de haut. Il est armé d'une épée longue qui fait presque sa taille. Enfin une lame que je pourrais craindre. C'est vrai après tout, c'est pas tous les jours qu'on voit ça ! Il me plait beaucoup ce squale. Il a une peau bleue, des branchies, et des cheveux bleues marine. Il n'a pas cessé pendant tout son échauffement à me fixer. Il a l'air motivé, ça me plait. De toute façon la mort nous attend à la fin de ce combat, autant ne pas louper ce moment ! Je suis surexcité et Mido essaie de tempérer mes ardeurs, je ne l'écoute plus, je suis à fond dans mon match. Heureusement que l'on est les premier à passer en tant que nouveaux adhérents, je n'aurai pas supporter de devoir attendre encore avant de l'affronter.  Pour une fois que je vais affronter quelqu'un qui fait à peu près ma taille.  Mido me donne des conseils, de bien bouger, de garder mes yeux sur sa lame et rien d'autre. Je vois soudain, une douzaine de personne s'approcher de chaque côté de l'arène. Je m'étonne en voyant des cages vides être transportés jusqu'ici.

C'est qui ces guignols Mido ?
Hum ? Oh eux ? Ah c'est des esclavagistes. Si les participants qui ont perdu restent en vie, les esclavagistes viennent négocier les tarifs. Si tu lui laisses la vie sauve, tu peux le revendre aux esclavagistes. Après tout, vu que tu gagnes, c'est comme si sa vie t'appartenait. Mais après, je sais pas si ça va te rassurer, mais cela m'étonnerait que le squale te laisse en vie si tu perds.


Cette remarque m'amuse. J'affiche un grand sourire. Hors de question de laisser à ces mercenaires une âme si combative. Les esclavagistes cassent ce genre de comportement alors que moi ça me plait. Je n'aime pas les faibles humains, et si je tolère Mido à mes côtés, c'est vraiment parce qu'il est très pratique. En vérité, je n'ai plus besoin de lui à l'heure actuelle. Mais il peut encore m'être utile donc je ne m'en débarasse pas.  Il sait comment fonctionne cette île et je pense qu'il a encore beaucoup de chose à m'apprendre.  Bref, assez perdu de temps en des élucubrations stériles. Mon combat va commencer.  Le requin n'a pas cessé de me fixer. J'espère que cette fois, j'aurai un combat digne de ce nom. Je veux me battre contre quelqu'un de mon niveau. Le speaker entre sur le terrain et annonce notre combat. Je m'avance tout en fixant le squale dans les yeux. Amuse moi, tu as un bon gabarit, ça serait dommage de te battre trop facilement.

Le premier combat va commencer Mesdames et Messieurs ! A ma droite, entrainé par Jonas, il nous vient tout droit de South Blue,  premier combat officiel dans nos arènes ! J'ai nommé le Squale Ecarlate ! A ma gauche, entrainé par Mido, c'est un pur produit de North Blue, premier combat officiel pour lui également !  J'ai nommé le Béhémoth !

D'après l'expression du public, j'ai un peu plus la côte que lui. Les gens d'ici sont assez chauvin donc je pense que le fait que je sois de North Blue et lui de South Blue me donne un meilleur soutien de leurs parts. Ou peut être est ce parce qu'il est un homme poisson et qu'il s'agit de la race la plus détestée des environs ? Je n'en sais rien. En tout cas, j'ai beaucoup d'affection pour cet animal. L'arbitre nous fait signe de nous avancer. Il énonce des règles simples qui se résument seulement à ne pas sortir de la zone de combat et à ne pas s'en prendre aux membres du public. Je ne l'écoute que d'une oreille, mon adversaire et moi avions déjà commencé le combat. Actuellement on se jauget, on était prêt à débuter depuis longtemps.  Le requin ouvrit enfin la bouche après que l'arbitre a fini d'énoncer les règles.

Tu as intérêt à me divertir un peu. Demi-Géant !

Etrange j'allai te dire la même chose. Homme-Poisson !


Il grogne un coup, énervé que je me sente supérieur à lui. Il a du mal à calmer ses nerfs. Cela lui jouera des tours durant ce match. On se met chacun d'un côté et après avoir fait quelques squats pour être prêt je fais signe à l'arbitre qu'il peut lancer. L'homme requin sort son épée et la fait tournoyer et fait un signe désinvolte de la tête pour indiquer qu'il est prêt. Presque comme si on s'était mis d'accord sur un même plan, on se mit à sourire tous les deux au même moment avant de s'attaquer. C'est le premier round d'échauffement, sa lame percute mes gants et vice versa. Il m'entaille légérement le bras, je lui met un coup de poing dans le ventre pour le faire reculer et lui entailler l'abdomen. Nos échanges durent bien cinq minutes avant que nous nous arrêtions. Je suis légérement déçu, je le pensais plus puissant. Je vois bien que mes coups sont légérements plus puissants. Il m'attaque en force, et c'est mon domaine de prédilection, malheureusement pour lui.  Je vois qu'il a compris car il se met à mettre de la distance entre nous. Je souris, il est intelligent, il a vite changer sa technique. Le requin marque un temps arrêt et se met à me tourner autour de moi.  Puis il accélère , il essaie de me destabiliser. Les coups d'épée pleuvent, je me prend le premier coup, surpris par ce changement de rythme. Après j'arrive à parer, mais il m'est difficile de contre-attaquer.  J'essaie de rompre sa technique en feintant de m'excentrer pour provoquer sa technique. Cela ne loupe pas, son attaque me frôle et je peux lui mettre un grand coup dans les côtes et le faire s'écarter. Il me regarde tout sourire.

Le premier a arrêté mon Pas Tranchant ... je savais que ce combat allait être intéressant !

Oui, je suis un peu déçu, si t'as rien de mieux à me montrer, je vais terminer le combat dès maintenant.
Je te réserve une dernière petite surprise. Tu vas goûter à mon "Croc de Requin"


Je vois qu'il se prépare puis il saute très haut. Il se met à tournoyer au dessus de moi, puis il redescend en pique vers moi, pointe devant.  Je le vois arriver vite, et j'ai à peine le temps de me décaler pour qu'il me transperce au niveau des côtes. J'ai le réflexe d'attraper la lame avec mes mains pour éviter qu'il ne la bouge. Puis je profite du fait qu'il ait sa lame bloqué pour tenter de lui mettre un coup de pied chassé dans le ventre. Il recule pour l'esquiver, et je souris, ça y est, je vais gagner. Je retire la lame de mon ventre et regarde son épée. Elle est de bonne qualité nul doute, une lame émoussé n'aurait pas pu me transpercer aussi bien. Maintenant, c'est à mon tour d'attaquer. Contrairement à ce à quoi je m'attends, son visage ne reflète aucune crainte. Il semble content d'être là, même s'il doit sentir que le vent vient de tourner. Je vais t'en donner une raison de sourire moi ! Je plante son épée à même le sol puis je me fais craquer la nuit

Bon, assez attendu, à mon tour maintenant !
Vas y essaie de me ...


Il n'a pas le temps de finir que je lui rentre mon poing dans les côtes, les piques se trouvant sur mes gants entaillant profondément son ventre. J'ai mis toute ma force dans le coup. Il est encore debout. Mais je sens que le coup lui a coupé la respiration.  Il ne manque plus qu'à le finir . Je prend mon élan, et lui assène un coup de pied violent pour l'envoyer en l'air.  Puis une fois en l'air, je saute, l'attrape au vol par la taille et lui assène une supplex monumentale face la première contre le sol. Je n'y suis pas allé de main morte ! Mais pour une fois, mon adversaire semble encore en vie. Il se relève, je suis impressionné par sa résistance ! Ils sont pas beaucoup à pouvoir se relever de ça. Il est titubant mais je vois qu'il veut quand même continuer. L'idiot, il ne veut vraiment pas abandonner ? Je le regarde avec respect et ajoute d'un ton calme

Il ne sert à rien de continuer ce combat, l'écart est trop grand, et en plus tu n'as pas ton épée, arrêtons là !
Jamais, je ne perdrai pas contre toi ! Je vais te battre et te rendre au centuple les coups que tu m'as porté !
Et comment tu vas faire ça idiot ? Tu ne tiens même plus debout !


Je le regarde tituber puis je lui assène un violent coup de coude en plein visage pour le faire tomber au sol. Je me met à califourchon sur lui, je retire mes gants et me met à l'enchainer de coup de poing jusqu'à ce qu'il soit à la limite de tourner de l'oeil. Il ne doit même plus voir clair à l'heure actuel. Je soupire et décide de me relever. J'avais vu de belles choses durant ce combat, mais il n'était clairement pas aussi fort que ce que j'attendais. Mais il a montré quelques choses qui m'a plu, et je pense que je ne vais pas le tuer. C'est un monstre, comme moi, et je pense que c'est avec ce genre de monstre là que je veux me battre. Le speaker annonce ma victoire tandis que je remet mes gants. L'argent passe de main en main tandis que je regarde le cadavre de mon adversaire à même le sol.  Je vois qu'il me regarde et qu'il est incapable de se relever tout seul. Je lui tends ma main pour l'aider à se relever. Il hésite quelques secondes, puis finalement se décide à l'attraper. Il pousse un soupire et ajoute.

Tu es vraiment un monstre ... personne n'a jamais réussi à me mettre dans cet état
Merci, c'est un compliment que j'apprécie.
Je suppose que tu veux me vendre aux esclavagistes ? Je préfererais encore la mort dans ce cas là.
Non, tu seras mon adversaire pour mes prochains entrainements. J'ai beaucoup apprécié t'affronter. Je veux que tu m'accompagnes dans ma quête au sommet. Est ce que ça te tente ? Je suis sûr qu'en t'entrainant un peu, tu pourrais vite devenir un adversaire à mon niveau.
Ha, tu as des paroles qui me plaisent ! Mais rêve pas trop ! Quand je te battrais je te tuerai !
Je rêve déjà de ce moment là.


Nous sortons du ring, l'aidant légérement à marcher. Je vois finalement que deux personnes nous regardent avec insistance. Il y a d'abord une femme d'une certaine hauteur et un vieil homme qui l'accompagne. C'est quoi ça ? Des fans ? Des esclavagistes ?  Je ne sais pas trop. J'attrape le bandage que me tend Mido et commence déjà à entourer ma blessure. Je vois ensuite Mido qui prend son rôle très à coeur m'apporte à boire une gourde de bière avant de se diriger vers les deux personnes.  Aurait il lu dans mes pensées ? J'allais justement lui demander de voir avec eux ce qu'ils me veulent. Je l'entends d'ici leur dire

Bonsoir Monsieur, Madame, Que puis-je faire pour vous ? Vous êtes venu pour le mécénat ?
avatar
Alizée Sakiwa


Feuille de personnage
Dorikis: 810
Popularité: -20
Intégrité: -20

Ven 24 Aoû 2018 - 15:13

On dirait que tu t'es loupée ... t'es trop nulle hi hi ~
Ferme la Lulu ... ça te regarde pas ...
Bla bla bla ... trucs de grands ... gna gna gna ... JE SUIS PAS PETITE !!


Belle semaine de merde, clairement. Elle ne pouvait pas en dire le contraire. La Matriarche avait bien tentée de tirer profit de sa petite virée sur Poiscaille ... mais pour quoi faire ? Elle avait trouvée la perle, elle l'avait chassée, mais ... elle avait rien attrapée. On allait pas se mentir, elle était bien dégoutée, pas de doute là-dessus, elle avait même envie de frapper quelques choses, mais ... elle était assez intelligente pour savoir que, à part s'abimer les paluches, cela ne lui apporterait rien, hormis peut-être ce sentiment de s'être défoulée ? Bof ... elle s'en fout pas mal. Rien ne pourrait la défouler là, comprenez la. Elle l'avait entre les mains, elle la tenait, mais cette pauvre abrutie de poissonnière c'est cassée le poignet ! Comment tirer profit de ça ? Vendre un esclave cassé aurait ternie sa réputation, elle en a pas encore, mais cela aurait été un bien piètre début dans le métier. Non, aussi rageant que cela soit, elle ne pouvait pas vendre une ordure  abimée ... alors elle s'était faite une raison ... elle la choperait plus tard ... oui, dans quelques mois, le temps qu'elle se soigne.

En attendant, elle avait bien d'autre chose à gérer. Rentrer à Rhétalia depuis quelques jours déjà, elle avait eu vent d'un esclavagiste qui serait bien volontaire pour racheter les quelques marchandises attraper par sa sœur et Ohime. Toutes les deux étaient plutôt douée. Elles usaient de leurs charmes pour attraper des hommes bien bâtis. Certes, c'est pas très varié au niveau du choix, mais ... c'est une source de revenue assuré. Toujours mieux que rien n'est-ce pas ? Bref, Edward avait réussi à obtenir un créneau pour qu'elle puisse le rencontrer et lui refourguer une ou deux marchandises. Si elle pouvait même tout lui refiler, ça l'arrangerait bien. Enfin, c'est à voir tout ça et ... il était temps pour elle de se rendre chez l'esclavagiste. Accompagnée donc des quatre esclaves, ainsi que de Ohime et Mahike, la voilà qui entrait dans la boutique.

Bien le bonjour mesdames. Je vois que vous amenez de beaux spécimens, vous m'en voyez ravis ...
Ils vois plaisent ? Tant mieux. Parlons prix, si cela ne vous dérange pas très cher.


Le maître des lieux se mit alors à tourner autour des esclaves, un par un, son regard, froid, assez calculateur, examinait le moindre petits détails. Il semblait assez compétent dans le domaine pour jauger la valeur de ces quatre hommes, de base, cela aurait été 500.000 B chacun, mais ... elle ne pouvait en aucun cas se permettre de faire la fine bouche, elle était fauchée comme les blés. Il tournait ainsi durant bien une demi heure, jugeant, commentant, se moquant de la marchandise, il semblait satisfait mais ... hésitant. Un des trois semblait être sourd, fait exprès ou non ... cela allait pourrir la vente et l'acheteur avait remarqué ...

Les trois là, j'les prend a 500.000 mais lui, j'le prend qu'à 200.000, pas plus ...
Je vous le mets à moitié prix, 250.000 B, si il vous convient pas, vous aurez qu'à le revendre pour des affrontements ... un sourd peut se battre, si toutefois il s'avère qu'il est vraiment sourd ... sinon, vous y êtes tout à fait gagnant ...
Mh ... exact, marché conclus, ce fut un plaisir de faire affaire avec vous très chère.
Moi de même, au plaisir de vous revoir.


Mahike et Ohime amenèrent alors les hommes entre les mains de l'esclavagiste avant de suivre la patronne, ce fut un bon bénéfice en soit, elle en avait tiré 1.750.000, alors, ce n'es peut-être pas le un quart de ce qu'elle aurait gagnée avec la peau bleue, mais ... c'est toujours bon à prendre ...

On dirait que ma sœur a vraiment envie de renflouer ses poches ~
Et elle a réussie, c'est déjà ça de pris. Allez va, tu la choppera l'autre conne, c'est une question de temps avant qu'elle ne soit entre les mains des dresseurs de l'île.
Je sais ... c'est bon. Bref, je vais aller faire un tour à Zaun avec Edy, j'vous laisse gérer ici, et faites gaffe à la gamine, elle est intelligente cette petite ... elle pourrait même être utile pour chopper de quoi vendre ...
Tu va foutre quoi là-bas ?
T'a oubliée ce qui c'est passée ?
Je sais ... mais il y'a des combats là-bas j'vous rappelle ... c'est un bon endroit pour chopper des esclaves, les perdants, voir même les gagnants ...


Elles y avaient pas pensées, et le fait que Alizée veuille retourner là-bas les inquiétait légèrement, bien qu'en soit, elle avait pas tort sur le fait que cela était le, ou du moins, l'un des meilleurs endroits pour y chopper des esclaves. De plus, Alizée cherchait toujours de la main d'œuvre, elle devait avoir le bras long dans le gâteau, pouvoir rivaliser avec Pepito sur le domaine de l'influence ... mais ... il fallait pour ça des hommes de mains, des subordonnées, des types à qui elle peut confier des tâches, un moyen sûr d'obtenir des gains. Elle ne pourra pas toujours aller elle-même à la pêche. Enfin, elle partit le lendemain même, accompagnée de Edward, qui d'ailleurs ne perdit pas l'occasion de se rincer l'œil en voyant que Alizée avait pris la peine de se lever la veille au soir, si elle l'apprend ... il risque fortement de le regretter, mais bon ... elle n'en savait rien pour le moment, et ce n'est qu'un détail dont tout le monde se fout ... non ? Bref ! Déjà à bord du navire marchand qui se rendait là-bas, rien de bien fameux ne se produisit le long du voyage, mis à part quelques baffes de la part de Alizée sur ... Edward encore. Disons qu'il y va franco le vieux pervers. Il avait quand même osé demandé à la Matriarche de quelle couleur était sa culotte. Non, mais, tout de même, faut pas abuser.

En arrivant alors sur l'île ... le maître mot était : discrétion. Munis tout les deux d'une cape, encore, comme toujours quand elle se déplace, Alizée rejoignit la zone éloignée de l'île, se rendant directement sur le lieu où se déroulait généralement les combats, il y avait parfois des morts là-bas, mais en soit, qui s'en préoccupe ? La plupart sont bien souvent des types peu fréquentables. Pirates, esclaves, fripouilles, ce genre de milieu. Bon, de temps en temps, il y'a aussi des types bien, des gros durs qui se prennent pour des héros. Ils s'en sortent parfois, ou pas ... ça dépends en fait. En revanche, le combat durant lequel elle arrivait était fort intéressant ... un géant contre ... un homme poisson. D'ailleurs, la première chose qui lui sauta aux yeux, ce fut leurs tailles à chacun. Aussi grande soit elle, à côté d'eux, Alizée faisait bien petite ... elle osait à peine imaginer la force brute des deux colosses face à elle, mais elle eu l'occasion de la voir à l'œuvre. On peut pas nier le fait que le plus grand dominait largement son adversaire, mais ... l'aquatique avait à son honneur, l'endurance et la volonté, et même une certaine puissance brute qui semblait exalter le géant. Cependant, c'est sans surprise que le vainqueur fut le plus haut. L'homme poisson était à bout, vaincu et ... il semblait se tramer quelque chose entre les deux ... aucune chance pour elle de faire de ces deux-là des esclaves. Elle pourrait en tirer un tout autre profit ... d'ailleurs, le regard de la Matriarche semblait démasqué. Un homme vint lui demander ce qu'elle voulait, c'est en se levant, bien plus haut que lui, qu'elle lui lança un regard froid et passant à côté de lui.

Tire toi guignol ... je traite pas avec les cafards.

Edward suivant la patronne, celle-ci rejoignant les deux titans, heureusement que ces derniers étaient assis d'ailleurs, ce serait plus simple pour paraître crédible auprès des deux. Retirant alors sa capuche, révélant son visage, manipulatrice et ... ambitieuse, Edward, lui, restait en arrière, servant surtout à ... à rien en fait, il était juste là dans le cas où la jeune femme avait besoin d'une couverture ou d'une monnaie d'échange. Parce que oui, elle n'aurait aucun scrupule à le laisser crever pour obtenir un bénéfice.

Félicitation pour ce spectacle ... Vous êtes puissants. Tout les deux. Dommage que vous ne vous limitiez qu'à des petites bagarres de rues ... des hommes comme vous, ça devrait viser plus haut, plus gros ... dites moi ... vous cherchez quoi ? J'veux dire, vous restez ici pour le plaisir ? Je pense pas, si ?
avatar
Marek Aldebaran

♦ Localisation : North Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 606
Popularité: -1
Intégrité: -1

Ven 24 Aoû 2018 - 15:55

Je n'arrivais pas à décrocher mon regard de l'arrivante. Le squale a beau être très intéressant, je me rends compte que cette dernière l'est tout autant. Déjà c'est une humaine, normalement elle gagne pas des points de bases, par contre elle mesure bien dans les deux mètres quarante. C'est plutôt pas mal pour quelqu'un de son espèce. J'ai developpé une sorte de sympathie pour les gens "différents", ceux que l'on peut appeler des monstres.   Elle est accompagné d'un vieil homme qui semble veiller sur elle, son père ? Un fan ? Un collaborateur ? J'en sais rien, mais il se dégage quelque chose de lubrique dans les yeux de cet homme qui me fit sourire. J'aime quand les gens sont incorrectes dans le façon de faire. Les gens qui n'ont pas peur de risquer leur vie pour pouvoir continuer à exister de la façon dont ils l'entendent. C'est ça la liberté n'est ce pas ? Les forts soumettent les faibles et les faibles ne sont que tout juste bon à nous servir de punching ball. C'est peut être cette vision manichéenne, de la force l'emportant sur la faiblesse qui fait que je suis aujourd'hui aussi attaché au combat dans les cages. Dommage que mon mode ne pensée ne soit pas partager sur d'autres terres, cela aurait été un bon endroit où s'installer. Loin de la pollution, des odeurs nauséabondes et des freluquets de cette île.

La grande humaine coupa court à la conversation avec Mido. Celui-ci,habitué à parler avec des gens plus cordiaux ne compris pas. Par contre, il a eu le bon réflêxe de s'enlever du passage de la dame. Je ne l'ai pas vu se battre, mais elle me semble bien trop puissante pour lui. Appart lui servir de paillasson, il n'aurait rien fait de plus dans un combat. Et s'il espérait que j'intervienne pour lui filer un coup de main, il peut rêver. Ce n'est pas aux forts de faire le combat des faibles. Soit tu as le niveau et tu mênes tes propres combat, soit tu ne l'as pas et tu continues de la boucler quand les grandes personnes parlent.  En parlant de grande, la voir s'approcher aussi près ne me met guerre en confiance. Elle a une grande stature et du fait de notre position assise, elle a l'avantage psychologique lors de cette confrontation. Je tiens droit pour la dépasser de quelques centimètres. Je ne sais pas si c'était son attention de faire un duel psychologique entre nous deux, mais je n'ai jamais refuser un duel. Encore plus maintenant que je suis chaud bouillant. Je reste impassible de la voir arriver, malgré ma posture qui change. Elle n'a rien montrer d'agressif pour l'instant. Et peut être que c'est mieux pour elle. Je ne connais pas son niveau mais j'aimerai bien l'affronter un de ces jours quand je serais au top de ma forme. Elle ne doit pas avoir l'habitude d'affronter quelqu'un de sa taille.

"Félicitation pour ce spectacle ... Vous êtes puissants. Tout les deux. Dommage que vous ne vous limitiez qu'à des petites bagarres de rues ... des hommes comme vous, ça devrait viser plus haut, plus gros ... dites moi ... vous cherchez quoi ? J'veux dire, vous restez ici pour le plaisir ? Je pense pas, si ?"

"Qu'est ce que ça peut te foutre l'esclavagiste, j'ai pas confiance dans les personnes dans ton genre."
"Tais toi, Squale. Vu ton état, la seule personne que tu peux encore inquieter ici c'est Mido"
"COMMENT ? TU TE FOUS DE MOI ?"
"Reparle moi encore comme ça, et je ferai ensorte que tes dents me servent de collier."


Le squale grogne, mais il voit bien qu'il n'est pas en éta t de la combattre. Tiens ? Je me pose la question ? S'ils s'affrontent tous les deux en plein combat avec chacun au top de sa forme, qui l'emportera ? Je chasse cette idée saugrenue de ma tête. Le squale doit encore s'améliorer, il est trop colérique et se laisse trop guider par ses pulsions. Ha, qui un cru que je dirais ça un jour d'une autre personne que moi. J'attrape mon fût de bière, posé sur un tronc d'arbre couché et en boit une gorgée avant de la poser à côté de moi. Je fais un signe de la tête à la femme de s'assoir si elle en a envie. J'aurai pas proposé au vieux, car il est tout petit, mais pour la grande, c'est pile à la bonne hauteur. D'autant que si on veut discuter affaire, la première règle est avant tout de jauger son adversaire. Va t'elle s'assoir ? Ou rester debout pour rester plus haute que moi ? Je n'en savais rien, mais le fait est que cela me permettra de savoir si elle est vraiment là pour négocier ou bien pour entrer en rapport de force. Je bûs une autre gorgée du tonneau qui me sert de verre, et je dis :

"Ici, c'est pas pire qu'ailleurs. La bière y est bonne, les combats sont parfois intéressants, la marine se tient loin. Que faut il de plus ? Après, si l'offre que tu as à nous faire est intéressante, on est prêt à en parler. L'idée d'aller me battre ailleurs me pose aucun problème. A condition que, votre présence à tous les deux sur cet île ne soit pas un prétexte pour essayer de récupérer deux esclaves gratuitement. Ce serait vraiment énervant."


Je prononce ma dernière phrase avec froideur. On aurait cru reconnaitre les propos de la géante quand elle a fait partir Mido. Celui-ci d'ailleurs surveille d'un oeil inquiet la transaction. Il n'aime pas trop faire de vague, et quand des esclavagistes viennent voir des bêtes de foires comme nous, il a toutes les raisons de s'inquiéter. Après avoir scruter pour voir où se trouve Mido, je plonge mon regard dans le sien. Tu as beau être une jolie humaine géante, tu ne pourras pas m'embobiner avec des paroles mielleuses. Je crois qu'elle a compris que la flatterie fonctionne autant sur nom qu'une tapette à mouche pour arrêter un éléphant. Si j'ai besoin d'être flatter, j'ai Mido pour ça.  Si j'ai envie de me battre, j'ai le squale pour ça. Maintenant, toi, qui te tient devant moi sans t'être présenté. Dis moi, que peux tu m'offrir que je n'ai déjà ? A condition bien entendu que tu ais quelques choses à m'offrir. Vu l'animosité du squale écarlate, je n'aurai pas de scrupule à partir au pugilat avec les esclavagistes. Si ça peut me permettre de me divertir un peu ....
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1