AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un géant et les verts

Atoum Bahara
Atoum Bahara

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: +50
Intégrité: -11

Mar 29 Jan 2019 - 7:53

Une floppée de nouvelles affiches étaient apparues et certaines retenant plus l'attention d'Atoum que d'autres. Chasseur de prime depuis peu, a part quelques mec n'excédant pas les 800 000 berrys il n'a rien eu de bien croustillant à se glisser sous la dent. A vrai dire il n'est ni assez discipliné ni assez informé pour viser plus haut. C'est pour cela qu'il a décidé de prendre les devants et de récupérer de la paperasse pour savoir ce qu'il se passe dans le monde.
Feuilletant pages après page, il tombe nez à nez avec des hommes dont la simple vu inspire la terreur, d'autre qui le fond éclater de rire et tellement d'autres bien trop banal pour être remarqué. Assis sur son fauteuil dans cet hôtel minable, les cafards ayant élus domicile également dans le salon, le natif de Kage Berg se prépare. Son corps lui demande de l'action mais lui est affalé comme un vulgaire sac de tissu. La vie de fier chasseur de prime qu'on lui a compté est largement démonté par ce qu'il a vécu jusqu'à présent. La pauvreté et les galères s'enchaînant, il n'a pas vraiment profité de la reconnaissance, des femmes et de l'alcool à foison. Enfin, ce n'est pas si grave car c'est en pêchant de gros poissons qu'on devient un bon pêcheur.
Terré dans la pénombre octroyée par le pont sous lequel Atoum a trouvé un petit coin de repos, il observe inlassablement ses feuilles. Il se doit d'en attraper un, il ne peut rester là plus longtemps à boire de la piquette et ne rien faire. Dans un regain d'énergie il se décide à se lever et une fois debout pointe le nez dehors. Le soleil vient lui taper directement dessus et une douce chaleur le recouvre aussitôt. Aux anges il sort tout entier et plie les affiches qu'il range immédiatement dans sa poche.
Remontant au niveau de la civilisation, le fraîchement chasseur de prime décide de se mêler à la population locale, composée de savants et autres civiles bien trop intelligents pour l'esprit embrumé par l'alcool d'Atoum. Repérable comme un géant chez les tonttatas, bien trop excentrique à cause de son armure violette sur les épaules, le chasseur de prime arpente les rues. Marchant sur les pavés, croisant une foule de monde et ne retenant pas un seul visage il n'est que légèrement interpellé par un chat fonçant à toute allure et poursuivit par un poissonnier. Détournant le regard, nonchalant au possible l'homme au chignon glisse maladroitement sur le rebord d'une brique mal posée au sol. Bousculant une femme qui elle-même fait tomber un homme vient comme le salut divin ou comme un coup de pouce du destin sauver la mise du petit félin. Le dernier de la lignée de domino s'écrase sur le poissonnier qui bien évidemment perd de vue le voleur.

S'époussetant sans pour autant s'excuser et ce, malgré les remontrances des locaux, Atoum poursuit sa route quelques mètres plus loin. Une jolie taverne lui fait face, il en meurt d'envie. S'imaginant d'ors et déjà le doux liquide alcoolisé à outrance parcourir son œsophage il en salive presque.
Cependant, une femme apparaît à sa droite comme une furie énervée d'avoir été bousculée.

> Monsieur vous êtes un goujat ! Vous n'avez donc aucun scrupule à bousculer une femme ?! vocifère-t-elle outrée.
> Elle m'veut quoi Marie pervanche ? Casse toi d'là ! répond Atoum avec un élan de flemme dans la voix.

Pestant, la dame sort d'un petit sac de toile une poignée dont le contenu est inconnu au natif de Kage Berg puis le lui balance droit dans les yeux. Aussitôt ses yeux le brûle et il ne peut les ouvrir. La douleur lui arrache un râle gras. Portant ses deux mains au visage il tente d'enlever le mal mais n'y peut rien. La femme se carapate ensuite à toute vitesse, ne souhaitant pas subir de quelconques représailles.

> La salooooope ! P'tain d'merde !

Essayant de rejoindre tant bien que mal sa terre promise, Atoum avance à tâtons tandis que les passants le dévisagent avec méfiance. Un être aussi bizarre ici, ce n'est pas vraiment aux goûts de ces hommes et femmes qui préfèrent éviter tout problème, on ne sait même pas pourquoi d'ailleurs, enfin quoi que…

Après deux ou trois minutes d'aveuglement, le chasseur de prime arrive enfin à pousser une porte et peut ouvrir les yeux. Il se sent à l'abri, la salive lui coule dans le coin des lèvres tant l'alcool lui fait envie mais ce n'est nullement l'odeur de quelques savoureuses années de maturation qu'il renifle. Non, c'est la poussière de l'âge qui lui obstrue les narines, le faisant éternuer bruyamment. Quel est cet endroit, des livres, absolument partout et des gens qui les scrutent avec une attention religieuse dans un silence morbide. Quelques "chut" lui sont envoyés mais il n'en a rien à faire.

> Oi c'par où pour picoler dans c'te ville ?!
http://www.onepiece-requiem.net/t21402-les-bouteilles-d-un-ivrog
Sakina
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2855
Popularité: 74
Intégrité: 23

Sam 9 Fév 2019 - 10:34

Je marche non loin du grand arbre, l'attraction phare de l'île, enfin attraction on se comprend, les moutons de Tanuki sont bien plus amusant que les millions de bouquins que renferme ce tronc. Sans parler de ce silence plus que perturbant qui règne à l'intérieur.
Cette première journée avec Bastet avait bien démarrée ! Hier elle a mangé un fruit du démon, le fruit de l'homme. C'était encore ma petite boule de poiles tout innocente et inconsciente, aujourd’hui la voilà dotée de "conscience".. Puis à vrai dire je la trouve bien plus calme depuis qu'elle a mangé ce fruit, qui l'eut cru. En même temps ça doit être un assez gros bouleversement dans la vie d'un chat, ouais… Ca doit être le bordel là-haut !

Du coup pas de raison que ça change, je sens un bon vent derrière nous ! Je me sens de plus en plus à ma place dans cette vie de chasseuse de prime. Ma détermination pour me faire un max de thune n'a jamais été aussi profonde. Avec Bastet à mes côtés je vais pouvoir chasser de bien belles sommes !

-Ho regarde Bastet ! Ca, ça pourrait t'aller !

Je suis pas fort shopping d'habitude mais j'ai trouvé Bastet si belle hier,  quelques habits ne feraient que la mettre en valeur, puis ça lui évitera de se retrouver en petite tenue ou complètement nue à sa prochaine transformation.

Je me pose devant la vitrine et montre l'ensemble du doigt.

-Noir et gris, avec le col et les manche qui tiennent bien, comme ça tu seras pas gêné. T'en pense quoi ?

-Hum...

-Putin elle est où.. BASTET !!!!


Les quelques gens à proximité se tournent vers moi, je remarque vite qu'aucun ne me regarde pour m'aider. Non ils regardent plus qui les dérange un si beau matin, je me calme vite avec la pression des alentours avant de voir Bastet sortir d'un bâtiment à toute allure ! Je la vois me chercher du regard tout excitée jusqu'au moment où elle m'aperçut.

REVIENT ICI SALOPRIE !!!

Deux secondes d'inattention et c’est fait ! QU’EST-CE QUE TU AS CHOURE ? ARRÊTE-TOI !

Elle arrive vers moi la gueule remplie d'un gros poisson doré, derrière-elle, un pêcheur avec un petit couteau de vidage. Ne vous méprenez pas, la tête de l'homme suffit à elle seule à rendre l'homme terriblement effrayant. Puis, c’est pas forcement la taille qui compte et ça mon père me l’a bien appris ! Bastet me passe entre les jambes telle une souris franchirait le pas de son trou. Me voilà face au chat, tout ça n'a aucun sens ! Bastet n'est pas une souris, le chat est un cuisinier et je suis loin d'être un simple trou ! Une seule solution possible dans un moment aussi trouble.

ATTEND-MOI BASTET !!!

Il le sait pas ce gars mais la fuite ça me connait, même durant mes combats je fuis. Rester le plus loin possible de ma cible et l'allumer. Ici j'ai même pas à me préoccuper de l'allumer puis n'oublions pas que c’est un simple vendeur de poisson ! Je suis Bastet jusqu'au moment où un illustre inconnu me lance un gros coup d'épaule qui me fait entrer dans un gros carambolage. Plusieurs personnes vacillent ou trébuchent finissant leur course au sol. Le pêcheur a fait une sale chute et Bastet a pu filer c’est cool mais ce bouffon ne paye rien pour attendre !!

Je me redresse et lui adresse quelques mots comme pour lui laisser une chance de s'excuser mais qu’ose-t-il me répondre alors qu'il venait de me bousculer ???! Un « casse-toi de là » j'ai pas le temps de discutailler maintenant ! Je glisse ma main dans mon petit sac à poussière d'étoile et lui en jette un max dans la face. Mais cette attaque est à double tranchant, le vent est contre moi et une partie me revient en pleine narine !! Mais je ne perds aucun instant et reprends la fuite. Mmm

AAAAAH
AAH

AAAAAHHH

AAAAAHTchOUM !!!!! HE !!! ON SE RETROUVERA, TU PAYES RIEN POUR ATTENDRE !!!!!


HO ho attend ! Si tu montes sur l'arbre et que tu m’laisses seule je te tire dessus j’déconne pas Bastet !!!

Je la suis et heureusement pour elle, elle longe le gros arbre très vite le cuisinier est hors de vu, suivant la courbure du tronc nous tombons rapidement sur la porte d'entrée. L'entrée de notre refuge !

A peine la porte ouverte que Bastet s'engouffre à l'intérieur avec son butin, je la suis de près remplie d'une excitation semi enfantine. Les gens devant l’accueillent nous regardent, je prends une petite respiration pour me calmer. j'hoche la tête en signe de respect et passe. La bibliothécaire replonge vite dans son travail.

Le poisson, j'en suis malade mon odorat est pas vraiment développé hormis pour ces bestioles-là. Le pire c’est que Bastet en raffole, moi ça me fait vomir. C’est simple tant plus j'ai la nausée tant plus je me rapproche de ma compagne et son butin. J'entre dans plusieurs allées remplies de grosses étagères en bois lourdes, elle-même remplies de livres, venant j'imagine du monde entier. Ok c’est impressionnant mais quand on a vu une allée on les a toutes vus… Bref ! L'odeur s'intensifie elle ne doit plus être loin je commence même à l'entendre déguster son repas. Cette idée me donne des relents, c’est à ce moment qu'un petit claquement retentit dans la bibliothèque suivit d'une demande d'aide de ce qui semble être un alcoolique. Ces sages paroles envoient un blanc dans toute la bibliothèque, moi qui la pensais déjà silencieuse.

Quelques secondes suffisent pour que certain bruit refasse surface, le déclencheur ? La vieille bibliothécaire, je la pensais fébrile mais elle a la réprimande facil.

Bastet rejoint moi quand tu as fini !

Je ne la voyais pas mais je peux le garantir, elle m’entendait. Je reviens sur mes pas pour revenir à l'entrée et qui vois-je ? L'homme qui a osé me bousculer alors que j'étais en pleine fuite. Il est vraiment impoli ce type !!!!

Bon sang, et vous avec votre armure à la noix ! Ecoutez ce que vous dit la vieille bibliothécaire ça se fait pas de parler si fort en un lieu consacré à l'intellect ! Nous ne sommes pas dans un Zoo, ici, monsieur !! En plus de ça vous vous permettez de bousculer des jeunes filles fragiles et innocentes comme moi !!

Hein comment ça ?

Bah oui j’vous jure m'dame, avant que j'entre ici, il m'a bousculé sans la moindre raison, cet homme n'est qu'un sauvage !

HO mais jeune homme ! En plus de crier dans ma bibliothèque vous bousculez cette charmante jeune fille !? Comment vous osez vous permettre de telles choses, en plus avec vos allures de jeune vicelard je suis sûre que t'en a profité pour peloter ! Bon sang les jeunes de nos jours !! Et j'en ai pas fini avec toi je vais t'apprendre à respecter une bibliothèque mon garçon !

Haha voilà ce que ça coûte de me bousculer ! Après tous elle est quand même fun cette bibliothèque !
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
Atoum Bahara
Atoum Bahara

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: +50
Intégrité: -11

Sam 9 Fév 2019 - 13:29

Entre les réprimandes d'une bibliothécaire et celle de la fameuse demoiselle qu'il a poussé tout à l'heure, Atoum se fait bombardé de tous les côtés. N'ayant même pas le temps de rétorqué, il doit faire le sage et attendre qu'elles aient fini. Se faisant grondé comme jamais, le chasseur de prime se tait.

> Bon j'men branle ! dit-il avec un air d'une arrogance sans nom. J'me fais chier ici y'a qu'des livres ! Il est où l'bar histoire que j'me mette un truc dans l'gosier ?!  Puis d'ailleurs, mon armure elle t'emmerde toi !
> Je n'ai jamais vu personne aussi malpolie et avec si peu de savoir vivre que vous ! Je vais appeler la sécurité, il va voir, non mais sérieux pour qui il se prend celui-là ! Puis il s'est cru à la campagne ? Nous sommes dans un lieu civilisé ici, Ohara ce n'est pas pour ces hommes sans aucunes manières.. Non mais sérieusement..

Observant avec étonnement le long monologue de la bibliothécaire remontée comme une pendule, Atoum s'ennui à mourir. Il se met à bâiller, avec la fâcheuse manie de ne pas mettre sa main devant sa bouche pour couronner le tout. Puis son regard se porte sur les alentours et notamment le chat, poisson dans la gueule qu'il a vu tout à l'heure dans la rue. Alors c'était la bestiole de cette dame. Comment quoi tout se recoupe, les situations sont marrantes parfois faut bien se le dire.

La tranquilité de la bibliothèque troublée par ces trois individus, les intellectuels commencent à en avoir marre. Leur concentration n'est plus optimale et, perturbés par ces bruits, ne peuvent effectuer leurs recherches dans le meilleur environnement possible. Agacé, certains commencent à se lever en refermant leurs bouquins pour lire ailleurs. D'autres, plus courageux semble-t-il décident d'aller s'adresser à ces troubles-fêtes pour en finir rapidement.

> Bon mes dames je m'en fou d'vos état d'âme ! J'me tire !
> Garçon, c'est quoi ça ?! questionne l'un des lecteurs assidus de la bibliothèque.
> Calmez-vous nous allons évacuer cet homme, annonce un homme de la sécurité en mettant la main sur l'épaule d'Atoum.
> T'es qui toi lâche moi ! hurle le chasseur de prime en se dégageant.

Exaspérés, une quinzaine d'intellectuels se pressent dans le hall d'entrée de la bibliothèque pour faire face à Atoum.

> Monsieur c'est innaceptable, nous demandons votre départ immédiat d'Ohara ! Ce n'est pas un lieu pour vous !
> Oui tu as raison Edward !
> T'es l'roi d'ce bled ?!
> Hein ?
> Il veut dire "es-tu le roi de cette île" son langage est assez primitif il faut dire ! rétorque un autre binoclard.
> Suivez-moi monsieur, averti une seconde fois l'agent de sécurité.
> Bon tu m'saoules toi ! lui répond Atoum du tac au tac en le poussant en arrière. J'bougerais pas d'ici tant qu'on m'aura pas dit où s'trouve l'bar !


Décidant de bouder tel un enfant, le chasseur de prime s'assoit au sol, croise bras et jambes pour ne finalement plus bouger du tout. Sa position de siège trouvé, il reste dès lors stoïque comme un roc.

> C'est un gamin ce type ! s'indigne Edward le chef de file improvisé des intellectuels.
> Bon on en fait quoi ?! 
> Laissez je m'en occupe, annonce l'agent de sécurité. Il tente de glisser ses mains sous les aisselles du fauteur de trouble à plusieurs reprises mais n'y parvient pas. Quelqu'un peu m'aider, il est vraiment chiant ! 


Bien plus loin dans la ville, accroupit dans une salle partiellement adapté, un colosse bois un tonneau. Il rigole avec nombre d'amis à lui et la fête va bon train. L'un des bars d'Ohara exulte du bonheur de ses hôtes du jour. 

> Ils l'ont fait ! 
> C'est fantastique oui, on va y aller prudemment maintenant mais d'abord, fêtons ça ! commente une voix caverneuse et inquiétante. Celle-ci fait presque trembler les murs tant elle porte comparé à celle d'un humain normal.
http://www.onepiece-requiem.net/t21402-les-bouteilles-d-un-ivrog
Sakina
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2855
Popularité: 74
Intégrité: 23

Jeu 14 Fév 2019 - 20:52

L'odeur de poiscaille se rapproche devant ce spectacle, comme cette géniale idée d'un petit travail tranquille !

Bastet lâche ça, on a du travail !

Puh !

Le reste du poisson file sous une armoire, Bastet se rapproche de moi léchant ses babines. C’est une idée à deux sous, surtout après les 7 000 000 que je me suis fait il y a trois jours ! Mais n'oublions pas que ce débile m’a poussé, du coup ! J'avance de quelques pas l'air embêté..

PFFFFFFfff muarf moi qui voulais lire tranquille... Bon je vais vous aider, je vais le sortir d'ici laissez-moi faire.

L'homme de sécurité me regarde pensif quelques petites secondes et puis fait trois pas en arrière, il va à sa ceinture et attrape un petit vaporisateur. Sûrement du poivre, vu comment il la prend ça doit être son arme de dernier recours. Après tout un vrai garde de sécurité lui aurait sûrement mis un bon gros poing dans la gueule, alors que moi je vois bien plus loin.

Bon du coup je dois te payer un verre pour qu'on puisse lire tranquille ?? Pas loin il y a une petite taverne, ils ont le meilleur rhum de west blue et du saké spécial savoir une spécialité de l'île !!

Les gens de l'île doivent me regarder bizarrement mais je reste pleine de confiance, d'un coup dans un mouvement rapide l'homme à l'armure se lève. Le sourire aux lèvres, il prend une pause de gagnant avant de tendre le bras vers la porte de sortie.

Dans ce cas, après toi ha ha ha ! VOILA !!! J'ai juste très soif les abrutis !

On se dirige vers la sortie, les gens sont presque émus de cette grande victoire je me demande même si certaines personnes n'hésitent pas à m'applaudir. Dans son coin, Edward ronchonne en retournant à sa lecture.

CLAP nous voilà tous les trois dehors, un petit coup d’œil rapide aux alentours à la recherche du pêcheur... Tout semble ok ! Je vais pouvoir me focaliser à fond sur ce débile.

Dans une ou deux minute on i sera, Tu sais déjà ce que tu vas prendre..HO En faite, tu t'appelles comment ?? Moi c’est Sakina et elle Bastet.
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
Atoum Bahara
Atoum Bahara

♦ Localisation : West Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 1470
Popularité: +50
Intégrité: -11

Dim 17 Fév 2019 - 8:51

Un verre, en voilà une idée formidable qui redonne le sourire à Atoum. Après s'être fait embêter par l'agent de sécurité cette proposition est plus que bienvenue. Après tout c'est la seule chose qu'il demande, savoir où l'on peut se bourrer la gueule sur cette île d'intellos. Enfin, accompagné de la femme qu'il a poussé tout à l'heure le voilà qui sort de la bibliothèque soulagé. Ce genre le lieu lui donne le cafard, non pas qu'il soit illettré ou phobique des livres mais ce n'est simplement pas sa tasse de thé.
S'imaginant d'ores et déjà le meilleur rhum de West Blue lui couler dans la gorge le fait frémir d'impatience. Il ne cherche cependant pas à prendre de l'avance car, après tout, il ne sait pas où se trouve cette taverne. Le chasseur de prime entend des acclamations dans son dos et sourit. Il s'imagine être encouragé par les binoclards de la bibliothèque et, pas des plus modestes pour le coup, place ses mains au dessus de sa tête tout en leur faisant signe d'augmenter le son de leurs applaudissements. Edward, chef de file des "Chercheurs Enervés Contre Atoum" (le CECA), retourne à ses livres déçu de ne pas être la star, s'étant fait piquer la vedette par la jeune femme et son chat. Les 3 compagnons de fortune s'en vont donc, laissant derrière eux une bibliothèque retrouvant son calme et sa sérénité.

> J'prend c'que j'veux du coup ?! Demande Atoum en espérant avoir la réponse qu'il espère. Le meilleur rhum de West Blue, ça ne se loupe pas.
> Un verre, après c'est toi qui paye ! Rétorque la jeune femme. Putain Bastet reste là ! Hurle-t-elle à son chat prêt à chiper à nouveau un poisson à un commerçant du coin.

Ayant pour espoir d'être récompensé en alcool, Atoum prend les devants et saute sur le chat, qui, obnubilé par l'odeur de poisson fraîchement pêché ne l'a pas anticipé.
Saisissant le félin à deux mains, il parvient à le maintenir même si celui-ci se débat. Finalement, stressé d'être pris en tenaille par quelqu'un d'autre que sa maîtresse le chat panique et commence à sortir les griffes. Il lacère le bras gauche de l'alcoolique avant de tenter de l'atteindre au visage tout en sifflant agressivement.

> 'tain l'connard !

Remuant dans tous les sens l'animal de compagnie parvient à se libérer de l'étreinte d'Atoum et court se réfugier dans les jupons de sa mère.

> Il y va pas d'main morte, c'est un chat-tigre ou quoi ! Râle le chasseur de prime. Bon allez on s'grouille j'ai soif !

Le petit groupe reprend sa route et finalement arrive devant une belle enseigne. Le bâtiment est impressionnant de par sa hauteur mais pas seulement. Depuis la porte on y entend une ambiance endiablée, parsemée de rires et de chants. La bonne humeur semble y être contagieuse et déjà atteint Atoum à le souriré aux lèvres. Il sent déjà presque l'alcool lui couler dans le gosier et s'apprête à chanter ses meilleures chansons paillardes. Oui, le natif de Kate Berg est le parfait compagnon de beuverie.

Heureux comme tout il pousse la porte d'un coup de pied enjoué et s'imprègne des lieux avec un souriré communicatif. Comme si de rien n'était il passe devant un géant, un vrai géant au sens littéral du terme, comme s'il ne l'avait pas vu. Il s'accoude au comptoir d'un barman à la moustache grisonnante et bien fournie puis l'interpelle.

> J'prendrais l'meilleur rhum qu'vous avez, on dit qu'c'est l'meilleur de tout West Blue ! Puis c'est la d'moiselle qui paie !

PS:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t21402-les-bouteilles-d-un-ivrog
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1