AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-48%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour homme
68 € 130 €
Voir le deal

[St Val 2019] Acte I: Wedding War Z

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Minos
Minos

°• Roi Démon •°

♦ Équipage : La Légion

Feuille de personnage
Dorikis: 4970
Popularité: +355
Intégrité: -114

Jeu 14 Fév 2019 - 20:54

Rappel du premier message :

Invasion du tour 4. Cette carte sera ponctuellement mise à jour durant les tours.

Spoiler:
 


La Folie des Iom


Début de soirée, la fête bat son plein. Les "je le veux" résonnent encore dans les langues de certains invités et, si beaucoup dévalisent les tables heureusement surchargées en nourritures diverses, de plus en plus d'hôtes se prennent à danser sur les rythmes enthousiastes de l'orchestre présent, ou profitent d'une petite baignade tant que le soleil battant toute la journée influence encore la température de l'eau de la piscine. La villa Iom ressemble à une énorme dé blanc d'où vont et viennent les domestiques et serveurs, les bras armurés de plateaux et verres vides. Au menu, des plats simples, mais magnifiés par la qualité de leurs ingrédients ainsi que le savoir-faire des cuisiniers:
Le chef cuisinier, un certain Rhee K. Killiaz a écrit:

Mise en bouche : carpaccio d'artichaut ( pour les coeurs d'artichauts héhé ) avec son eau de rose ( pour les nunuches), herbes de south blue

Entrée : Comme une déclaration - salade florale, bourrache, bégonia, dahlia ( noir, si ça tourne mal ), fleurs et boutons de capucines. Vinaigrette passion ( il en faut dans une relation ), toast de pain retrouvé ( how how )

Deuxième entrée : Homard plancha flambé devant les convives ( pour Brigetbar D. Eau, la fameuse activiste ) . Palets de poireaux rôties, bouillon de l'empire de east blue levant gingembre-soja-céleri-vinaigre de riz

Entracte : Salsifis maintenant ! Coeur glacé de poire-salsifis, paprika

Plat : Pigeon ( pas le marié, un autre ) tourné à la broche, réduction vin rouge montée au beurre, arc-en-ciel de choux du jardin ( pour les ligues LGBT )

Pré-dessert : l'Alliance : mini Paris-Brest habillé de sa feuille d'or. Un anneau pour les gouverner tous

Et si les softs se composent de jus de fruits naturellement pressés la matinée même, certaines mandarines de Cocoyashi ont eu droit à une procédé de fermentation pour créer la Cocozaki 12 ans d'âge, un alcool frais et assez traître, mais bien rafraichissant par ces chaleurs. Sans oublier les bières de Hat Island.

A la table principale, entre roucoulades et échanges d'usage envers leurs invités, le couple Iom fait une petite pause entre la nourriture et les tours de table pour profiter un peu de ce moment à deux. Si Adamant s'est peint en noir pour simuler les motifs d'un costume, France est vêtue de blanc. Mas sa traine a depuis longtemps été coupée avec son couteau de chasse et son voile doit flotter quelque part du côté de la piscine. A son allure de soldat en toute circonstance, contraste une voix douce et terriblement sereine. Une voix qui séduit les hommes et inspire les femmes.

Vous semblez soucieux, Monsieur Iom.
Négatif, citoyenne-mariée. Ceci est le plus beau jour de ma création.
C'est vrai ? Mieux encore que celui où tu as perdu au morpion ?
Touché, ce jour est le second plus beau jour de ma création. Mais cette cérémonie reste magnifique. J'aurais aimé que ma carte-mère soit là pour nous voir.

Elle rit pour deux sous son regard rouge et fixe. Mais elle le sait, que ça l'amuse également. Lorsque ses zygomatiques se détendent, elle lui caresse le visage, froid mais vivant.

Qu'est-ce que tu regardes ?
Visage de Madame Iom. Plan Italien.
Hin hin ! Garde de la mémoire pour le dessert mon escaméra. Il y aura d'autres plans à immortaliser.

Une trappe dans la nuque d'Adamant s'ouvre pour laisser échapper de la vapeur, ainsi qu'une fusée qui s'élance dans les airs pour exploser en feu d'artifices rouge et blanc. A une époque, les armes qu'il renfermait étaient bien plus dévastatrices. Devant le soudain intérêt teinté d'incompréhension de l'assistance, Adamant se lève et précise à la foule, avec les geste accentués d'un acteur de théâtre pour contrebalancer son timbre artificiel:

Pas de panique, citoyens-invités. Ceci était l'annonce de l'heure du gâteau. En espérant que vous serez réjouis par les saveurs subtiles de ce paradis sucré.

Il invite le personnel à apporter la-dite pièce et se réinstalle. La musique enjouée continue de motiver les danseurs improvisés et de revisiter des thèmes populaires. En ce moment, c'est le Yohohoho de Brook, un classique. Peu après la disparition des derniers rayons solaires, la pièce principale arrive sous les éclairages des lampions et applaudissement de l'assemblée. La mariée dégaine une machette pour en distribuer les parts. Lorsqu'elle se rend compte, entre deux flashs des journalistes admis à la fête, que le public contenu derrière la grille à changé. Ceux qui étaient une nuée de bras et appels ou encouragement sont à présent une marée calme, bien endiguée derrière les barreaux. La même seconde, elle se met à scintiller de lueurs rouges, les mêmes que celles que possède Adamant. L'orchestre se tait quand plusieurs silhouettes passe par-dessus le rempart pour investir les jardins. Personne ne comprend véritablement la situation, mis à part Adamant qui aura immédiatement reconnu la main d'oeuvre du terrible Docteur Z.

Citoyens-invités, veuillez rester à couvert. Ceci est une invasion.


France le fixe, craignant avoir compris aussi bien que lui ce dont il s'agit. Mais hors de question de gâcher ce jour. C'est elle la mariée, la mariée a tous les droits le jour de son mariage. Alors, plutôt qu'une énième part de gâteau, c'est la cage thoracique d'un chien mécanique qu'elle perfore d'un coup puissant et immobilise en lui atteignant le coeur de métal rougi. Avant que la cérémonie ne soit pas un fiasco, elle improvise, à l'attention de tous les guerriers parmi les convives:

Vous pensiez vraiment que le paradis sucré, c'étaient des calories ? Animateurs, aux armes ! Une prime attendra les plus acharnés d'entre vous à offrir un spectacle de son et lumière à tous les invités.

Lui emboîtant le pas, Adamant se lève et renvoie aux grilles une autre monstruosité dont la tête explose avec l'artifice qu'il lui a collé dans le cou. Insuffisant, toutefois, l'humanoïde se relève et poursuit son avancée. Il semble que la seule façon de les éteindre soit bien de détruire leur coeur rouge.

Citoyens-animateurs, l'ennemi est l'équipe du Docteur Z. Nous serons donc les A, la A-team. Permission de massacrer tout cyborg illicitement introduit sur le domaine accordée. Ils ne passeront pas !

_________________
[St Val 2019] Acte I: Wedding War Z  - Page 4 28i5dow
Spoiler:
 


[St Val 2019] Acte I: Wedding War Z  - Page 4 Hannem10


Dernière édition par Minos le Mer 20 Fév 2019 - 13:14, édité 6 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t956-minos-kahezaro-en-courshttp://www.onepiece-requiem.net/t985-techniques-de-minosEn ligne
Raphaël Andersen
Raphaël Andersen
Administrateur
L'Anderswag

♦ Localisation : Weatheria
♦ Équipage : Gambling Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 5386
Popularité: +313
Intégrité: -216

Lun 18 Fév 2019 - 23:57

Zone 2 - Tour 4

"J'ai quand même rudement l'impression de me faire avoir." remarqua Raphaël pour lui-même, une de ses mains auscultant son menton d'un air pensif, alors qu'il venait de se faire larguer comme un colis aéropostal.

L'atterissage fut bien plus brutal qu'il ne se l'était imaginé lorsque cette idée brillante lui avait traversé l'esprit et il eut peine à se raccrocher aux arrêtes métalliques qui sillonaient la colonne vertébrale du mastodonte. En comparaison, le Tyranosaure de Jotunheim était un bébé lézard, Reptar un tétard. Il en eut le souffle coupée, mais athlétique et ayant déjà subi bon nombre de chutes au cours de la soirée, il réussit à tenir du bout de ses doigts.

La réanimation du Roi Minos l'avait gonflé d'une nouvelle énergie et son intérêt pour la soirée regagné grâce à l'apparition -tant espérée- d'un robot du plus grand intérêt, il était prêt à mettre définitivement ses premiers jugements au placard. Alors, que cette soudaine euphorie soit provoquée par une nouvelle étape de son ébriété, par sa douche froide, ou une étrange combinaison de tout cela catalysée par le fait qu'il avait faillit éclater comme un ballon à cause du bouche à bouche de son sauveur, peu importait. Il était de retour dans la soirée.  Il aurait tout le temps de parler à France plus tard, de rattraper ces vieux souvenirset de critiquer son androïde de mari, il aurait tout le temps de réclamer des verres à Izya et de plonger dans la pièce montée.

L'heure était à la fête.

S'aidant de ses mains supplémentaires comme prise, ainsi que de la distraction accordée par un négociateur - par qui le vert ne tarderait pas à se faire reconnaître- et deux demoiselles qui provoquaient la mâchoire trois fois plus grande qu'elle d'eux,  pour escalader le dos de la bête mécanique, Raphaël se jucha contre l'arrière du crâne d'où dépassaient un florilège de câbles électriques multicolores. D'expérience avec cette espèce jurassique qu'il avait côtoyé plusieurs semaines durant sur Little Garden, il savait qu'il s'agissait d'un très bon emplacement pour asseoir sa domination et calmer sa férocité.

Sauf qu'à l'époque... le lait de coco tapait un peu moins que la liqueur sur son petit crâne.

"Faut pas le brusquer ! " cria-t-il aux deux donzelles, cramant au passage toute la discrétion qui lui avait été accordé pour se mettre en position "C'est comme toute bestiole ! Faut communiquer ! Sans agressivité !... Mais en restant ferme !... Pas de violence !.. Mais montrer qui est le patron ! " lâcha-t-il de toute la puissance des poumons dilatés par son dernier bain, non sans reprendre son soufffle entre chaque injonction "Ou l'inverse, voyez l'idée ?!"

Partout sur le corps du TyrannoZaur, des petites créatures blanches à cinq doigts étaient apparues pour le caresser, sans animosité, mais en profitant pour casser, ôter ou écrêter les pointes trop mortelles de son corps. Deux d'entre-elles avaient d'ailleurs trouver judicieux d'utiliser une grosse plaque métallique -reste du décor délabré de la chapelle- pour commencer à limer les trop nombreuses canines de la bête.

Trop occupé par l'ambassadeur du Gouvernement Mondial, le docteur Z n'avait pas encore lâché la fureur de son arme qui, malgré de piètres signes de protestations, ne s'était pas encore décidée à répliquer.

Pour combien de temps encore, c'était assez préoccupant, d'autant qu'un feu gagnait du terrain au loin et que des robots animaliers, fillettes boîte de conserves et autres horreurs mécanisées continuaient de poursuivre les convives.

"Bon Dino, je vais t'appeler Reptar II." acheva-t-il en lui tapotant la tête.

... Tout le monde ne pouvait pas prétendre aux mêmes préoccupations.
Spoiler:
 

_________________
[St Val 2019] Acte I: Wedding War Z  - Page 4 Poudla10
Spoiler:
 


Dernière édition par Raphaël Andersen le Mer 20 Fév 2019 - 2:17, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t14957-raphael-andersen-je-suis-vierge-ascendant-lionhttp://www.onepiece-requiem.net/t15094-jeux-de-mains-jeux-de-vilEn ligne
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mar 19 Fév 2019 - 1:16

Remarquant du coin de l'oeil que trop de ses nombreux caméras se coupent en même temps, le Docteur Z sort soudainement des rêves dans lesquels l'avaient plongés les mots dorés de l'ambassadeur du Gouvernement Mondial.

Sa bombe à retardement plus en vue, la zone des jardins en proie aux flammes et les Iom qui organisent le repli de tout le monde à l'intérieur de leur propriété.
Tout ça devant son nez.

AH ! La Zupercherie est découverte ! Trop tard ! Je retiens votre nom MyoZotis De Ville, je comprends à préZent que vous eZayiez de gagner du temps ! Vos paroles sont belles mais Zi vous ne déZirez pas me remettre cette expérienZe raté qu'est Adamant Iom, vous périrez touZ ! Trop TARD !

La bombe est sur le point d'exploser et tout ces misérables vont disparaître en même temps que leur mépris de son génie. On s'était trop souvent moqué de lui, à présent ceux qui ne l'écoutaient périraient de la pire des façons, commes des exemples pour le reste du monde.

Compteur à 3.

Un dernier mot, MonZieur Myozotis ?

Compteur à 2.

Là où vous nous quitter, vous n'abuZerez plus perZonne.

Compteur à 1.

Le sourire maniaque, le génie du mal se rapprocha avec délectation de ses écrans, comme pour voir avec plus d'intensité le grand final de son plan en tout point machiavélique. Mais au lieu de l'intense détonation qu'il attendait, ce ne fut qu'n *plouf* étouffé qui parvint à ses oreilles. Il commença par vérifier le son de son moniteur, mais se rendant compte qu'en arrière-plan une traînée de nuages compactes s'étendaient vers les cieux comme un geyser, il changea de point de vue et apperçut la machination des invités. Le corps de ExZtanktor avait été séparé en deux, et bien qu'une erreur de coordination ait eu lieu chez les sauveurs, la chance avait fait que la charge explosive principale bel et bien confinée entre la piscine olympique et des nuages denses n'avait occasionné des dégâts que sur cette zone limitée.

J'ENRAGE ! Z'EST INADMIZIBLE !

Ivre de colère, incapable de contenir sa colère de scientifiques fous, il actionna la multitude de boutons rouges qui entouraient ses tableaux de commande.

Le détonateur de la charge explosive secondaire de l'ExZtanktor se mit à faire tic tac à son tour, rougissant au milieu du buffet.

Les yeux du TyranoZaur et de tous les robots présents -armures mécaniques comprises- brillent soudainement plus intensément, des rangées de nouvelles armes sortent de leur corps et bientôt on entend partout une symphonie de ferraille tordue et défoncer. Les barrières de la propriété ont cédé et c'est un véritable tsunami de nuisibles à boulons qui se déverse de toutes les directions.

Citoyens-invités, ceci n'est pas un exercice. Nous perdons le territoire extérieur, tout convive doit se rendre au plus vite à l'intérieur du manoir où nous pourrons organiser nos défenses. Citoyens-invités, je répète, ceci n'est pas un exercice.

La voix d'Adamant Iom résonne partout grâce à son gigantesque porte-voix intégré, lui et France, escortés par les plus valeureux des invités, sont aux portes de leur résidence où s'engouffre une foule de convives dont la plupart ne sait plus bien s'ils sont toujours en train de participer ou non à une animation de mariage. France est légèrement blessée, elle regarde au loin les limites de sa propriété disparaître sous le flot d'envahisseur.

D'une pression sur une grosse télécommande, elle active le système de défense de son manoir. D'épaisses plaques d'acier tombent du toit et obstruent, fenêtres et portes, à l'exception de l'entrée principale qu'elle compte franchir en dernière.  On lui avait vendu une protection susceptible de résister à un Buster Call.

Elle commençait toutefois à avoir quelques doutes.


Dernière édition par PNJ Requiem le Mar 19 Fév 2019 - 1:53, édité 1 fois
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville
Admin en Chef
Ambassadeur du Gouvernement Mondial


Feuille de personnage
Dorikis: 5727
Popularité: 220
Intégrité: 126

Mar 19 Fév 2019 - 1:46

Zone 3 - Tour 5

- Vite ! Il faut qu’on se tire d’ici !

- Butterfly, restez pas là ! Cria Myosotis à l’inspectrice qui s’éloignait déjà de lui.

Myosotis et Scarlett couraient à perdre haleine pour fuir la nouvelle invasion d’automates qui semblaient affluer comme des termites qui envahissent une fourmilière. Derrière eux, le dinosaure mécanique paraissait également relativement remonté et était susceptible de réduire à néant tout ceux qui passaient à portée de ses crocs acérés. Il fallait être d’une idiotie sans borne pour vouloir lui faire face, ça n’était pas un ennemi qu’on pouvait faire tomber si facilement. L’ambassadeur et son amie quittèrent le NégoZiator avec un unique but : se réfugier dans le manoir du domaine pour rester en sécurité et réfléchir à leur prochain plan. Ils avaient gagné un peu de temps pour permettre aux convives de fuir, mais peut être que certains étaient encore dehors… Tant pis, il n’y avait plus de temps à perdre, la fuite était de rigueur face à cette invasion massive, le repli pour une meilleure contre-attaque.

- Fuyez ! Mais qu’est ce que vous fichez ici ?!

- Ce...c’est la panique ! Y a des robots partout !

- Calmez-vous, suivez nous, vous avez entendu les Iom ? On sera en sécurité dans leur propriété. Scarlett, ouvre la marche, je couvre l’arrière.

Un groupe d’une vingtaine d’invités civils les avait rejoint, espérant trouver un samaritain salvateur en la personne du dignitaire gouvernemental. L’androgyne ne se fit pas prier et leur ordonna de courir derrière sa camarade. Les convives ignoraient tous si les autres avaient réussi à se dépêtrer de la bombe, mais Scarlett leur indiqua que quelque chose allant à l’encontre des plans du Docteur Zilver s’était produit sur le dispositif de l’ExZtanktor. Des cris et des bruits massifs de grincements ou vrombissements se faisaient entendre un peu partout autour d’eux, les jardins devaient être absolument constellés de créations de Z. Ce type était sacrément dangereux, qui sait si Vegapunk lui-même pouvait rivaliser avec ses connaissances en ingénierie d’automates ? Cette simple pensée suffisait à terrifier le jeune De Ville si bien qu’il préféra la chasser de son esprit.

- Le domaine, le voilà !

- Enfin… Ne faiblissez pas, une fois à l’intérieur vous ne craindrez plus rien.

Myosotis et Scarlett s’échangèrent un regard inquiet. Est-ce qu’ils seraient parfaitement en sécurité une fois là-bas ? Ils pensaient que Zilver ne serait qu’une formalité, mais ce type avait réussi à retourner sa veste plusieurs fois depuis le début de ce mariage. Et compte tenu de ses compétences, il était certain qu’il avait plus d’un tour dans son sac… En tout cas, l’ambassadeur, sa garde et les civils qu’ils avaient croisés avaient réussi à attendre le manoir et à y entrer. Le jeune homme en venait à espérer que d’autres les rejoindraient, surtout Elizabeth qu’il avait perdu de vu à cause du T-Rex… Il ne se faisait pas de soucis pour elle, elle était forte. Mais les autres…

- Tu penses qu’on sera tranquilles ici ?

- Non. Je pense qu’on a plongé dans une souricière, un bref moment de répit mais Z finira par percer nos remparts. Si on trouve pas une solution intelligente, on finira très mal.

- Quant aux autres ?

- Imprévisibles. Autant gérer un régiment de singes dans une verrerie de cristal. Mais ce facteur peut être notre arme face à Z qui ne saura pas à quoi s’attendre. Si toi et moi on peut continuer de leur donner le loisir d’agir comme on l’a fait avec ma mousse et le NégoZiator, Zilver finira aux fers ou aussi détraqué que son ExZtanktor.

- J’adore quand on joue les stratèges dans les coulisses.

- C’est notre boulot darling, c’est notre boulot.

Le duel stratégique entre Myo’ et Zilver ne faisait que commencer, et le jeune homme était bien décidé à lui faire mordre la poussière comme jamais !

Spoiler:
 

_________________


[St Val 2019] Acte I: Wedding War Z  - Page 4 1500824581-kakyoin



Spoiler:
 



Dernière édition par Myosotis De Ville le Mer 20 Fév 2019 - 0:11, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t15222-http://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myosotEn ligne
Izya
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Allods d'Akeem

Feuille de personnage
Dorikis: 9947
Popularité: 849
Intégrité: -628

Mar 19 Fév 2019 - 11:26

Super. Et maintenant, je me baigne comment ?
...
En plus, t'a fait des nuages solides ! Comment pourrir une piscine, bravo la rousse.
...
Et tu oses m'ignorer. Regardez, je rêve pas ! Elle m'ignore vraiment !
Je me demande quand même si le pauvre type qu'elle a jeté dans la piscine peut respirer... Faut que j'aille le sauver aussi ?
Quoi ?! Elle a jeté quelqu'un dans la piscine avant de la boucher ?! Mais t'es complètement cinglé ma pauvre Izya !
Tu as fini ?
Ah, tu réponds maintenant ?
Oui et./

BOOM

Le souffle contenu dans la piscine fait trembler toute la terre autour de nous, nous projetant tous les trois qui étions resté près du bassin en arrière jusqu'à fini le cul dans l'herbe. Et, un instant nous restons au sol, légèrement sonné par la bombe qui, en plus d'avoir soulever pour un temps mon bouchon de nuage, en a profité pour nous éclaboussé une nouvelle fois avec l'eau de la piscine.

Une fois mes esprits repris, je me relève enfin difficilement avant d'entendre des bruits mécanique plutôt inquiétant dans mon dos. Alors lentement, je me retourne pour voir ce qu'il en est.

La prochaine fois que tu jettes une bombe dans une piscine, ce serait bien de prévenir !
Pour une fois, je suis assez de son avis.
On verra ça plus tard ! Courrez !

Et sans plus de façon, je me relève en vitesse et cours vers eux pour aider d'abord Léo l'invité important, et, ensuite, me transformant en dragon, je donne un coup de patte au demi géant.

Quoi ?! Mais que...
DES ROBOTS PARTOUT !

Et se décidant à m'imiter alors que c'est vraiment pas le moment de trainer, les deux hommes se retourne pour regarder le spectacle. Le long des grilles qui entoure le terrain du mariage, des nuées de robots sont entrain d'escaladé. Et bien évidemment, tout ce poids appuyant sur de pauvres piqués de métaux fait tomber la rambarde et ouvre une ouverture bien plus acceptable pour laisser passer un flot d'ennemis.

Une animation, ça ? Mon œil oui. C'est clairement une attaque non programmé.
Faut vraiment que j'arrête d'aller à des mariages où je ne suis pas invitée, je suis sûre maintenant que ça porte malheur.

Sans plus de façon, Léo grimpe sur mon dos tandis que je tente d'aider le géant à courir plus vite en le soulevant par intermittence pendant sa course, mais au bout de deux fois à faire ça, je me rends compte que je l'aide pas vraiment alors je prends l'initiative de plutôt tenter de ralentir la marée de robots en balançant une mini tornade dans le tas, puis en créant un rapide mur de nuage électrique, et un autre mur de nuage dense.

J'suis pas sûre que ça les retienne bien longtemps, mais j'espère que ça les ralentira au moins assez pour que toute la zone puisse être évacuer sans encombre.

Regarde le manoir, il a l'air blindé !

Effectivement, de nombreuses plaques de métal viennent d’apparaître pour sceller l'intérieur de la demeure. Ni une, ni deux, je me dirige vers l'entrée en volant et remarque la foule de civil qui s'y précipite grâce notamment à l'intervention rapide de la fille qui étaient plus tôt avec nous à la piscine et d'autres gens. Mais comme il n'y a qu'une entrée, elle est complètement bouchée.

Heureusement que dans les manoirs, les portes sont très hautes. Alors je passe au plus haut et dépose rapidement Léo à l'intérieur avant de faire demi tour !

Non mais ! Reste ! Tu vas te faire tuer !
J'abandonne personne MOI !

Petite pique glissée comme ça, c'est cadeau, parce que oui, il y a des années, c'est lui tout seul qui a décidé de partir à l'aventure sans moi. Alors je retourne dehors et je compte bien récupérer l'énergumène vert et ivre avec qui je suis arrivée à ce mariage !

Récap:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Caramélie
Caramélie
Donneuse de récompense
••• Agent de catégorie II •••

♦ Localisation : L'Archipel aux Eveillés

Feuille de personnage
Dorikis: 3607
Popularité: +199
Intégrité: 159

Mar 19 Fév 2019 - 14:30

Tour 5, zone 2 puis devant la villa

Cher journal,

Je regarde avec satisfaction les invités s'empresser de se diriger vers la villa. Enfin, un peu de paix ! Je retourne vers la piscine avec pour seule envie de m'affaler sur un transat et d'attendre qu'un serveur me propose une boisson chaude, quand...

FLOUCH !!!

Une énorme carcasse atterrit dans la piscine, provoquant une énorme vague qui m'asperge à nouveau ! Il y en a qui ont de la suite dans les idées quand même !! Et c'est encore un coup de la dragonne en plus ! Je crois qu'elle m'en veut... Celle-là si je l'attrape je la pousserai dans la piscine pour qu'elle apprenne la politesse ! Et je ferais ça pendant qu'elle tient sa part de gâteau, na !

Je me relève de mon transat, trempée, dégoulinante d'eau et passablement irritée, quand...

BRAOUPLOUF !!!

Le transat et moi volons à la renverse, et je me réceptionne sans douceur sur le gazon.

"- Aïe !!"

C'est moi ou... on vient de faire exploser un truc dans la piscine ?! Tu sais que je suis une fille têtue journal, mais là je crois que c'est un signe. A un moment, quand le monde s'acharne à ce point pour m'éloigner d'un endroit je ferais aussi bien de ne pas insister ! Je vérifie juste que les quelques personnes restées autour de la piscine -dont le roi des maillots de bain-  vont bien, et je suis les gens qui se dirigent vers la villa. Vu les bruits que j'entends il doit y avoir de chouettes animations dans les autres parties du jardin et même un feu d'artifice, mais moi j'ai eu mon compte pour le moment. Ce dont j'ai besoin là, c'est d'une boisson chaude et de vêtements secs !

Je me dirige donc avec empressement vers le bâtiment, mais je n'ai fait que quelques pas lorsque atterrissent devant moi avec un bruit sourd trois gros robots sombres et massifs. Leurs yeux rouges luisent d'une lueur agressive, et leurs épais bras métalliques semblent capables de broyer un crâne humain d'une simple pression ! Menaçant, le premier frappe son torse avec ses poings de manière provocante ; le second gratte le sol de sa patte, et le troisième roule des mécaniques en s'approchant de moi d'un air patibulaire.

"- ... Soru ♪"

En un bond je disparais de leur champ de vision. Je freine plusieurs mètres derrière eux, et profite de leur étonnement -ainsi que, très certainement, devant leur admiration face à un rokushiki aussi parfaitement maîtrisé. Sans rire, ce ne sont pas ces pirates sortis d'on ne sait ou qui copient notre art martial avec un manque de classe navrant qui feraient aussi bien !- pour me mêler discrètement à la foule.
Tu voulais un combat ? Oh c'est bon hein, journal, j'ai eu mon compte de péripéties pour la journée ! Le cassage de robots je laisse ça aux grosses brutasses dont le cerveau a migré dans les biceps et qui ont surement bu assez d'alcool pour que leur haleine suffise à me rendre saoule !

Beaucoup de monde se presse à présent vers la villa. Pas seulement les gens que j'y ai dirigé mais tous les invités, semble-t-il. S'ils croient que je vais faire la queue, ils connaissent mal Caramélie-la-grugeuse ! Je slalome entre les gens avec rapidité et efficacité, à grand renfort de "pardon pardon", "désolée", et de grands sourires. Mais le plus important c'est de prendre l'air de celle qui sait ce qu'elle fait, exactement comme si j'étais dans mon bon droit en faisant ça. Je récolte évidemment un flot de protestations -à raison, je ne supporte pas les gens qui ne respectent pas les files d'attente ! Seulement moi je suis noble, agent du gouvernement, et trempée, alors merci bien !- mais cela n'entrave pas ma progression.

Soudain, je tombe nez à nez avec la Mort. Ce n'est pas une figure de style hein, journal: il s'agit vraiment de la silhouette décharnée et voûtée vêtue d'une grande robe sombre ! Je dois t'avouer que je n'en même pas large ! Et tu vas peut-être me dire, journal, qu'il ne peut rien m'arriver de grave puisque je suis en train de te raconter mon histoire, mais qui te dit dans quel état je suis au moment ou je te la raconte ?
Je bredouille:

"- Je suis vraiment désolée vous savez. Je... je ne pensais pas que c'était si grave de doubler dans la queue ! Enfin si, je sais qu'il existe un enfer pour les gens qui font ça, mais... je peux avoir le droit à une seconde chance ?"

Pour couronner le tout, la foule se disperse soudain autour de nous et laisse place aux trois gorilles-robots que j'avais semés à l'instant, visiblement décidés à ne pas abandonner leur proie !

Pas très sereine mais réfléchissant à cent à l'heure je regarde les robots, puis le cavalier de l'apocalypse, puis mes pieds, puis la mort à nouveau, et je dis finalement avec un sourire angélique:

"- Je crois qu'ils sont là pour vous !"

Et un soru plus tard (un très élégant soru cela dit en passant, exécuté avec grâce, délicatesse, et qui ferait presque regretter que le mouvement soit instantané tant il aurait été beau à observer !), je laisse la silhouette décharnée en compagnie des trois robots vindicatifs !


Résumé des actions:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t21479-caramelie-la-critiqueusehttp://www.onepiece-requiem.net/t21492-l-envers-du-journal#23135En ligne
Daemon Wall
Daemon Wall

♦ Localisation : Whiskey Peak
♦ Équipage : N/A

Feuille de personnage
Dorikis: 5455
Popularité: -484
Intégrité: -458

Mar 19 Fév 2019 - 16:22

Zone 4 Tour 5

Oh bordel de merde. Quelques secondes avant tout ce tintouin j’étais totalement consterné, voir la dragonne que j’ai écouté partir avec le cadavre du robot mais sans la bombe… madremilla ! J’avais envie de pleurer tellement que j’étais désemparé.

M’enfin bon. L’heure n’est pas au dégoût vu que la bombe que nous avions gardé semble être seulement un explosif secondaire et moins puissant, heureusement !

Sauf que ce n’est pas encore le moment pour fêter ça ou encore se réjouir. Surtout quand je vois toutes ces panoplies de boîtes de conserves foncer sur nous, défonçant le grillage, provoquant un immense capharnaüm, notre échappatoire ? Le manoir pardi.

Je chope le petit gars qui a retiré la bombe et les autres gars qui m’ont aidé à protéger les invités.

- REPLIES STRATÉGIQUES BANDE D'ESCARGOTS ÉCERVELÉES !

Voyant les invités un peu plus prestigieux que nous se « délecter » de ce spectacle je leur colle quelques baffes avant de les faire bouger à coup de pied dans le cul ! Putain, ils ont vraiment un grain ceux-là !

Je prends un invité sur mon épaule avant de commencer à courir avec les autres en groupe.

- RESTONS GROUPE ! ET CEUX QUI PEUVENT ATTAQUER A DISTANCE N’HÉSITEZ PAS !

D’ailleurs j’en fais partie, sans plus attendre je montre le démarche à suivre, je lance en arrière quelques maladroites lames d’airs sur nos poursuivants, pas évident de viser avec une invitée sur l’épaule !

Notre course semble être une éternité tout comme ce moment, je ne veux pas laisser ma peau ici ! Puis maintenant je commence à avoir une putain de rage contre ce docteur foldinguo ! Je te jure ! Si je le trouve je l’étripe ! Il va connaître Daemon Wall celui-là !

Ceci dit, malgré le brouah, notre course me permet de capter certaines choses.

Si il nous a envoyé tout ça, bien qu’il soit un inventeur de génie, il doit commencer à étouffer ses atouts… enfin… je l’espère ! Maintenant que nous sommes obligés de tous nous replier au manoir j’ai bien peur que c’est quasiment échec et mat pour nous. Il nous a bien eu le salop.

Seulement, il ne connaît pas bien ses adversaires. Moi ? Abandonner ? Je vais le poursuivre jusqu’au bout du monde si il le faut !

Bref, il faut continuer de courir !

Je relance de nouveau en tournoyant rapidement une lame d’air sur les automates, bien que ça ne les ralentis pas, au moins les plus proches de nos culs prennent un peu d’écarts ou ils sont détruis… mais bien trop vite remplacés par leurs congénères !

Allez ! Tenons bon ! Le manoir n’est qu’à seulement quelques mètres !

Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t12658-daemon-wall-le-borgnehttp://www.onepiece-requiem.net/t12699-daemon-wall-le-borgne
Le Cavalier
Le Cavalier

♦ Localisation : Rokade-South Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 2170
Popularité: -45
Intégrité: -35

Mar 19 Fév 2019 - 21:20

Zone 4 - Tour 5 (devant l'entrée)

Au moment où les barrières extérieures cédèrent sous le poids de la masse destructrice des robots mal-lunés, l'expérience des champs de bataille foireux du Cavalier l'avertit que le temps était venu de prendre la poudre d'escampette. Soulevant les bas de sa soutane d'une main, histoire d'offrir plus d'espace aux battements des mollets blanchâtres, le fier pirate piqua un sprint sans un regard pour le benêt de tatoué et son tic-tac inquiétant. "Que chacun s'exerce dans l'art qu'il connaît" comme il se disait, le sien était la fuite des causes perdues alors que c'était de les tenir à bout de bras pour le fameux Tim. Paix à son âme. Ce talent au repli stratégique se traduisait chez le vieux roublard par le soin qu'il employait à ne pas courir en ligne droite sous une pluie de projectiles hostiles, mais dans un zigzag travaillé. Il n'était pas le plus rapide loin de là, mais par cette course de poulet décapité et par sa canne d’appoint, servant également à dévier pieux et obus trop collant, il parvint à prendre une légère avance sur la horde feraillante et d'ainsi se retrouver bloqué devant les portes en un seul morceau. En arrière un groupe de valeureux crétins ralentissaient l'avancée.

Il n'avait jamais rien connu de plus rapide qu'un poltron, et poltrons le mariage en comptaient à la pelle semble t'il. Coïncidence, beaucoup des invités étaient liés au Gouvernement Mondial. A la limite de se piétiner, l'ensemble des convives s'était rejoint à l'entrée salvatrice du nouveau bunker. Gentil petit troupeau rentrant du pâturage embrasé. Il contemplait songeur le bouchon avançant au compte goutte, quand une demoiselle sortit du lot la mine penaude. Au milieu de cette aventure au parfum de fin du monde, elle semblait le prendre pour un videur de taverne tendance qui avait quelque chose à foutre de la sacré sainte réglementation des circulations de piétons. Sans laisser au bonhomme le temps de trouver quoi répondre, trois masses métalliques s'écrasèrent à leurs côtés. La faux fit un arc de cercle en prévision de la confrontation. Le colis délivré, la poule mouillée réfléchit un bref instant et s'éclipsa dans un pschitt. Grondant les trois machines quant à elle restèrent avec l'envie d'en découdre.

Lorsque le premier balança son poing, le Cavalier se glissa le long comme une ombre. De la même manière il semble passer au travers de la deuxième puis de la troisième attaque. Usant davantage sa minceur pour se glisser entre les corps robustes que de son arme pour contrer chaque offensive, il sembla danser un bref instant avec ses adversaires. Mais déjà la cavalerie l'avait rejoint. Le maudit de la chambre noire en tête, le groupe déboulonna les robots pris par le surnombre des pointures du mariage. Tout le monde semblait être arrivé, mais l'armée robotique continuait d'approcher. Le Cavalier éleva la porte la porte des limbes en bouclier contre les projectiles adverses, les combattants se rapprochaient à reculons de l'entrée. Les derniers invités à trainer pour entrer se prenaient maintenant l'aide de puissants coups de pied au derrière.

Récapitulatif a écrit:
Sprint du Cavalier pour atteindre l'entrée, trois robots qui viennent l’embêter, destruction des robots avec le groupe de daemon, protection des civils, aide à coup de pied pour que les derniers entrent


Dernière édition par Le Cavalier le Mar 19 Fév 2019 - 22:56, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t14330-il-sortira-des-blues-un-jour-ou-l-autrehttp://www.onepiece-requiem.net/t14965-fiche-technique-du-dada#1
Robina Erwolf
Robina Erwolf

♦ Localisation : royaume de la veine
♦ Équipage : aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 2520
Popularité: 46
Intégrité: 26

Mar 19 Fév 2019 - 22:53

Tour 5 Zone 3

Robina voit l’homme aux cheveux verts gratter le dinosaure cybernétique pour en faire ton animal de compagnie. Elle ne sait pas si cela va réellement marcher, après tout, c’est un robot et non pas un être pensant. Quand tout à coup les yeux du TyrannoZaur deviennent rouges, il s’agite et commence à ruer pour se défaire de Raphaël qui semble en mauvaise posture.

Sans réfléchir réellement, elle tire avec le lance-roquette en directement de la tête du dinosaure. Le bras dans la déflagration, se détache en tombant au sol, inutilisable. La cuisinière se retourne et peut cependant voir qu’elle n’a pas blessé l’invité qu’elle défendait lorsqu’elle avait trébuché sur la queue de la cible de la Sanderrienne.

Le missile explosa au niveau du museau de la créature qui rugit de plus belle. L’attaque ne lui avait pas réellement fait mal, mais l’avait surprise. Il rua et fit perdre son assise à l’archéologue en herbe qui commença sa chute. Aidée de son cyborg, l’ancienne seconde du palais de Sanderr s’élança dans la direction des pieds du Robotzilla. L’homme tombait à une vitesse folle, elle sauta pour ne gagner un peu de temps pour le rattraper.

Alors qu’il se trouvait à deux mètres du sol, le bras gauche, le dernier valide du mecha que contrôlait Robina, attrapa le plus délicatement possible Raphaël. Il s’accrocha tant bien que mal au bras mécanique avant de prendre une meilleure position. Il se met à l’aise en s’asseyait sur le bord du cockpit pour ne pas se retrouver agripper sur le canon tous le long du voyage.

Bonjour, je suis désolé de vous avoir fait tomber. Mais je pense que si vous étiez resté là-haut vous auriez finis en amuse-gueule pour dinosaure. Je suis désolé, mais je dois maintenant aider les autres invités de la fête.

Elle court avec le cyborg qui commence à ne pas répondre aux commandes qu’elle lui donne. Elle doit plusieurs fois donner à maintes reprises la même indication pour qu’il exécute l’action. Elle se démène comme elle peut pour que les invités qu’elle trouve se dirige le plus vite possible vers la villa et qu’ils se mettent en sécurité. Elle se retourna et pousse lentement le joystick de commande de mouvement pour que les pas se fassent lentement vers l’arrière.

Les invités les plus retardataires sont couverts par la pluie de billes explosives qui pleut sur les cyborgs envahisseurs. Les pas se font de plus en plus lents. Elle ne contrôle pour ainsi dire plus le mécha. Il semble être presque passé sous le contrôle du docteur Z. Elle lance une dernière salve de billes explosives sur les méchas qui arrivent à toute vitesse vers elle et l’entrée de la villa. Raphaël Anderson semble descendre pour se mettre à l’abri lui aussi.

L’appareil ne répondait cependant plus aux différentes commandes qu’elle lui donnait, elle descendit donc de son allié temporaire. Elle récupéra cependant sa poêle à flamber, il lui fallait bien garder quelque chose pour se défendre contre l’envahisseur. Alors qu’elle attrapait son arme, le robot pointa le dernier canon valide vers la Sanderrienne. Elle frappa d’un grand coup de poêle pour écarter la bouche crachant les billes explosives qui volèrent dans les airs vers les envahisseurs sur la gauche de la villa.

Elle enfonce alors sa poêle dans le panneau de commande qu’elle utilisait, il y a quelques instants. Elle ne pouvait plus l’utiliser, mais au moins elle avait fait ce qu’elle pouvait. Il espérait que l’homme aux cheveux verts allait bien. Avec de se retourner pour attendre les derniers invités et se mettre à l’abri elle aussi.

Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t21186-termine-robina-erwolfhttp://www.onepiece-requiem.net/t21190-un-robinet-qui-coule
Tim Uzi
Tim Uzi
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Quelque part sur les Blues
♦ Équipage : Chaque chose en son temps...

Feuille de personnage
Dorikis: 1510
Popularité: 20
Intégrité: 15

Mar 19 Fév 2019 - 23:10

Tour 5, Zone 4 (puis manoir)

Occupé par une dizaine de robots-singes assez excités, Uzi commençait à peiner, fortement handicapé par son biceps invalide. Il n'avait maintenant qu'une envie, celle de trouver une solution pour son bras gauche et de se reposer un petit moment au chaud dans le manoir. C'est en se tournant vers celui-ci et en apercevant les plaques métalliques qui étaient apparues autour que l'idée pour se débarrasser de ces satanés petits primates lui vint. Il utilisa le mousquet qu'il avait déjà dans la main pour tirer directement sur la surface d'acier. Alertés par le bruit, les dix adversaires eurent un moment d'inattention. Le tatoué en profita pour dégainer son fidèle fauchon et de les balayer d'un grand coup.
Neuf d'entre eux tombèrent violemment sur l'herbe et se désactivèrent sur-le-champ. L'un des deux agents, qui tentait déjà d'intégrer la masse difforme d'invités désorganisés qui souhaitaient rentrer au plus vite, eut la malchance de se prendre le dernier dans la figure. Fatigué et convaincu que le Cipher Pol n'avait pas besoin d'agents qui refusaient de se battre, le sniper décida de les laisser tous les deux. Ils allaient s'amuser, après tout.

Son regard croisa de nouveau le bras robotique que le pirate Clotho Tas'Natak avait, peut-être intentionnellement, jeté non loin de lui. Il était vrai qu'enfiler cette chose n'allait pas régler le problème de son incapacité à bouger le bras ; mais peut-être qu'elle pouvait au moins le protéger, et empêcher le micro-trou béant de s'aggraver par un coup violent supplémentaire au même endroit. Il courut donc vers le membre, étonnamment intact, et rangea sa lame avant de tirer deux coups de poudrière dans la zone où les câbles étaient visibles, et de secouer le bras pour laisser tomber les deux balles. Il l'enfila ensuite lentement, serrant la mâchoire lorsque certains bouts de fils passaient sur sa blessure. Lorsqu'il finit d'encastrer son membre ballant dans le bras robotique, un cyborg-rhinocéros se mit à le bousculer et le renversa.

"RESTONS GROUPE ! ET CEUX QUI PEUVENT ATTAQUER A DISTANCE N’HÉSITEZ PAS !"

"Restons groupe" ? Peu importait, il n'y avait plus le temps pour combattre en un contre un contre un rhino. Si ça ne tenait qu'à lui, le jeune agent serait allé combattre le gros dinosaure, mais s'il ne le faisait pas c'est qu'il y avait une raison. Il était plus que temps d'aller rejoindre la demeure avec les autres.
L'ex-artilleur accourut vers le pirate Daemon Wall et se dirigea, comme lui, vers l'entrée du manoir que France ne comptait manifestement fermer que quand tous (tous les vivants) seraient rentrés. Uzi haussa le ton, mais ne put crier.

"Par ici ! Le manoir est sécurisé pour le moment !"

Le "pour le moment" n'était pas franchement rassurant, mais être rassurant n'était de toute façon pas sa tasse de thé.
L'agent à la peau brûlante sortit de nouveau son mousquet et visa à l'aveugle les robots qui étaient encore à leurs trousses, à lui, au pirate et à tous les autres. Normalement, tous les invités étaient devant eux, ce qui était plutôt un bon point car ça lui permettait de tirer au hasard sans blesser qui que ce soit d'innocent. L'avantage du mousquet était la fumée importante qu'il produisait à chaque coup de feu, fumée qui déstabilisait un peu plus les Z à chaque fois qu'il tirait. Il put entendre quelques robots se désactiver grâce à ses tirs, et aux lames d'air de Daemon, mais pas forcément autant que ceux qu'il aurait pu avoir de face.

Il fallait vite atteindre la demeure, qui n'était d'ailleurs plus si loin.

Récapitulatif:
 


Dernière édition par Tim Uzi le Mer 20 Fév 2019 - 7:57, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t21315-tim-uzihttp://www.onepiece-requiem.net/t21326-uzi
Raphaël Andersen
Raphaël Andersen
Administrateur
L'Anderswag

♦ Localisation : Weatheria
♦ Équipage : Gambling Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 5386
Popularité: +313
Intégrité: -216

Mar 19 Fév 2019 - 23:57

Zone 4 - Tour 5

Heureux de se réceptionner pour la première fois depuis le début de la soirée sur ses propres jambes, Raphaël se laissa descendre de l'armure robotisée et laissa celle qui la dirigeait s'en débarasser pour éviter qu'elle ne retombe dans les mains de l'ennemi. Ils étaient les derniers derrière, permettant aux autres de prendre de l'avance en retenant la menace qui approchait.

Et pour cela, La poêle à frire avait beau ne pas être une arme commune, elle avait le mérite d'être efficace... Contre les circuits imprimés en tout cas, les dinosaures cyborgs géants c'était une autre paire de manche.

"Mon petit Reptar II, nous avions vécu tellement de belles choses ensemble..." dit-il en jetant un regard attristé derrière-lui, les bras le long du corps, impuissant.

Le sourire poli et les dents bien rondes du monstre jurassique lui répondirent. Une larme coula sur la joue du vert lorsque le TyranoZaure se mit à agiter ses petits bras trophiés dans sa direction, comme pour réclamer un peu d'amour. Il ressentit un pincement au coeur, cette vision était bien trop touchante

Ce fut tout de moins ce qu'il cru ressentir au moment où une griffe rouge l'attrapait violemment au vol et qu'un cratère se forma là où il s'était trouvé quelques instants plus tôt. La bestiole de neuf metres venaient de lui tirer deux tirs d'air sous pression et il ne devait encore sous salut qu'à l'intervention d'Izya.

"T'es souvent mort en dressant tes dinosaures ?
-Gnagnagna, et toi t'en as pas marre de voler partout, on voit pas les étoiles.
-Epargne à tes neurones tes blagues de merde, occupe toi d'ELLES plutôt..."

Il comprit aussitôt de qui elle voulait parler.

Plus tenaces que des insectes, tordues et défigurées mais arrivant toujours à faire marcher leurs fonctions les plus insuportables, les robots fillettes tournaient encore autour d'Izya.

"... je dois ramasser les derniers civils.
-Et lui ?"

Peu enclin à recommencer une troisième fois à taper sur ses indésirables, Raphaël pointa à son amie une autre menace encore plus pressante. Reptar II, ce garnement, venait de se décider à les charger. La terre se mit à trembler, les robots à tressauter.

"Merde Raphaël, AIDE !"

Et tandis que la dragonne se mettait à la hauteur de Robina, qui malgré sa course énergique et ses coups de poêle énergiques se faisaient rattraper, le vert grimaça de cette réprimande, mais s'exécuta.

Il serra les bras et toutes les créatures blanches, qui s'étaient mises un peu plus tôt à cajoler le TyranoZaure, virèrent au noir et se massèrent au niveau de ses chevilles. Formant dans leur ensemble une prise plus solide, elles s'opposèrent subitement à l'inertie du géant.

L'effort aussi instantané qu'il fut, estomaqua le vert. Sa prise se relâcha aussitôt, le monstre n'avait pas basculé. Il avait tout du moins perdu de son élan. Haletant, les bras en feu, Raphaël s'avachit entre les griffes d'Izya tandis que d'un terrible coup d'ustensile de cuisine la jeune femme aux cheveux bleus décapitaient l'une des cyber-demoiselles en même temps qu'elle rejoignait leur vol.

"Je vous remercie, vous n'aur- MERDE ! Là-bas, il y a encore quelqu'un !"

Et effectivement, à quelques mètres d'eux, Raphaël reconnut la seconde demoiselle ayant provoqué Reptar II. Elle s'était arrêtée dans sa fuite jusqu'au manoir et était présentement en train de chercher la position la plus confortable pour s'endormir dans un buisson.

"Hm... laissez-moi là. À moitié robot, l'inspectrice AnnaZ... EliZabeth  Butterfly, ne craint rien ! BUUUUUUURPS" se disant elle rôta assez fort pour projeter une onde sismique qui réduisit le reste des cyber-demoiselles en pièces détachées.

La blonde chancela, mais fut aussitôt rattrapé dans une des serres d'Izya.

"Vite, ils sont en train de fermer les portes !"

Les vagues de monstres mécaniques des zones avaient déjà convergé vers l'entrée du manoir, les derniers invités étaient rentrées et déjà les défenseurs de la demeure, qui maintenaient encore les envahisseurs à distance, se repliaient derrière les portes. Elle se refermaient, lentement mais inexorablement.

"On ne va pas réussir à rentrer !" commença à paniquer Raphaël tout en tenant à distance toutes les bestioles aériennes qui essayaient de s'interposer à coup de tatanes hakisées.
- OH CA NON, ON NE RESTERA PAS DEHORS !"

Prise d'une soudaine inspiration, ne faisant même plus attention au TyranoZaure qui la poursuivait, Izya agita le corps de l'ivrogne blonde dans sa patte arrière. Une fois. Deux fois.

"BUUUUUUURPS"

L'effet fut immédiat, projeté par une onde sismique qui creusa une tranchée dans la mer de robots qui les poursuivaient, la dragonne et ses rescapés couvrirent la distance qui les séparaient du manoir en une fraction de seconde.

Raphaël fut surpris, mais eu le temps d'invoquer deux mains pour retenir un instant de plus les portes et guider leur voie. Habituée des séances de haut-vol, Izya fit serpenter sa forme longiligne dans l'interstice.

Le grondement de Reptar II se fit entendre dehors.

Le bout de la queue d'Izya venait de disparaître à l'intérieur du manoir.
Résumé:
 

_________________
[St Val 2019] Acte I: Wedding War Z  - Page 4 Poudla10
Spoiler:
 


Dernière édition par Raphaël Andersen le Mer 20 Fév 2019 - 0:33, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t14957-raphael-andersen-je-suis-vierge-ascendant-lionhttp://www.onepiece-requiem.net/t15094-jeux-de-mains-jeux-de-vilEn ligne
Peeter G. Dicross
Peeter G. Dicross

♦ Localisation : North Blue - Manshon.

Feuille de personnage
Dorikis: 1831
Popularité: 26
Intégrité: 0

Mar 19 Fév 2019 - 23:59

Tour 5 - Zone 4 / Manoir

Bon, j'ai finalement réussi  à me sortir de ce merdier que représentait la meute de robots loups, c'est une bonne chose. Je suis un de ces survivants à qui il arrive que des merdes, coup sur coup, mais qui parvient toujours à s'en tirer. Bon j'ai été un peu aidé cette fois avec la zone d'ombre qui est tombée dans toute la salle, elle m'a permis de me tirer discrètement pendant que mes poursuivants galéraient à avancer sans y voir que dalle. Maintenant, ce qu'il se passe ici est le genre de scénario où t'as pas le droit de poser ton cul trente secondes dans un coin sans rater trente-six actions qui s'enchaînent les unes après les autres à la vitesse de la lumière. Du coup, quand j'ai eu la bonne idée, ou plutôt le besoin irrépressible de me griller une clope pour me remettre de mes émotions et souffler un peu, c'est comme si j'étais parti pisser en pleine manche d'un Davy Back Fight.

Y'a plus de bombe qui menace de nous péter à la gueule, elle a fini à la baille. Par contre, y'a toute une floppée de nouveaux robots ultra vénères qui ont déboulé, les grilles de la villa ayant cédées. Et c'est un peu panique à bord, maintenant. Y'a tout le monde qui fout le camp dans la même direction, le manoir au centre du domaine. Tous fuient à toutes enjambées sans vraiment prendre la peine de venir en aide à ceux dans la galère. Sauve tes miches, parce que je viendrais pas sauver les tiennes trop occupé que je suis à mettre les miennes à l'abri. C'est un peu la tendance générale qui se dégage. Alors comme d'habitude, on a quelques exceptions qui sortent du lot. L'autre beuglard de tout à l’heure, les deux en fait, le rouquin comme le borgne, balancent des espèces de lames d'air qui frappent la horde cybernétique. Ça a au moins le mérite d'en ralentir quelques uns et offrir de précieuses secondes aux invités.

Je suis le mouvement, flingue à la main, logeant quelques balles dans la carcasse des machines qui s'approchent un peu trop près de moi. Si ça les neutralise pas, ça m'évite de finir le cou brisé ou le corps démembré. J'arrive à rejoindre le groupe guidant les invités et assurant leur retraite, dans ces moments-là je préfère être avec des gens balèzes que seul contre tous. Le type tatoué dont le bras s'était fait transpercé par un robot pressa la foule et ses tirs me permirent de le rejoindre sans me faire dézinguer au passage. Une fois arrivée à sa hauteur, je me mis un genou à terre, du côté de son bras inutilisable, et fit feu à mon tour. J'ai repéré sa blessure tout à l'heure, mais j'ai pas vraiment eu le temps de m'y pencher dessus. Quand on sera rentré à l’intérieur on profitera du bref moment de répits gagné pour voir ce qu'on peut faire pour lui éviter de perdre son bras, ou de crever accessoirement.

ALLEZ ON SE BOUGE LES MICHES ! ATTENDEZ PAS QU'UN DE CES FOUTUS ROBOTS VOUS LES BOUFFE ET DÉPÊCHEZ DE RENTRER A L’INTÉRIEUR !

Comme on constituait le dernier rideau, nous avions tout le loisir d'arroser dans le tas sans crainte. Tournant la tête vers le tatoué, un rapide croisement de regard entre nous suffit à nous mettre d'accord. Ce gars était comme moi, formé au tactique de combat. Le repli par bonds successifs, il connaît. J'intensifiais alors le feu pendant qu'il entamait une course d'une dizaine de mètre en arrière, avant de stopper sur place et de reprendre le tir. C'était le signal pour que je me retire à mon tour, le dépasse et recule encore à mon tour de plusieurs mètres, reposant un genou à terre et reprenant le tir. Et ainsi de suite, jusqu'à atteindre une zone sûre.
Citation :
Peeter rejoint Tim Uzi et aide au repli des invités jusqu'au manoir.



Suite du rp à l'acte II
http://www.onepiece-requiem.net/t21474-peeter-g-dicrosshttp://www.onepiece-requiem.net/t21486-peeter-g-dicross
Contenu sponsorisé



Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4