AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Comment avoir des vacances quand votre patron vous les refuse

Caramélie
Caramélie
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Shell Town, sur un fauteuil, en train de boire un thé glacé

Feuille de personnage
Dorikis: 800
Popularité: 0
Intégrité: 0

Sam 16 Fév 2019 - 15:33

Cher journal,

La prochaine fois que je voudrais faire mon voyage dans un bateau de croisière plutôt que sur un navire de la marine sous prétexte qu'on y mange mieux et qu'il y a une piscine, fais moi penser que c'est une très mauvaise idée !
Bon, cela dit la piscine était très chouette ! J'y ai passé au moins une demi-heure à barboter avant d'aller bronzer sur le pont. Au final je n'ai pas bronzé vu que j'ai dû me tartiner de crème pour ne pas prendre de coup de soleil, mais enfin c'était agréable ! J'en ai profité pour sympathiser avec quelques passagers en plus. Je n'ai pas retenu leurs noms, mais ils étaient vraiment gentils.

Évidemment, je n'aurais pas pu prévoir qu'au bout d'une demie-heure de voyage la piscine serait rendue inaccessible par un souci technique communément appelé "les enfants ne devraient jamais arrêter de porter une couche avant l'âge de six ans". Je n'aurais pas non plus pu prévoir que le soir même une violente tempête se serait abattue sur nous, faisant dériver le navire loin de sa trajectoire avant de le faire s'abîmer en mer !



Épuisée, je me laisse tomber dans le sable. Je ferme les yeux et reste quelques secondes dans le noir, la respiration sifflante. Pour la première fois depuis cette nuit (non, depuis la fermeture de la piscine cet après-midi !) j'éprouve une sensation de joie: la terre ferme, enfin ! J'ai eu de la chance dans mon malheur que le navire soit déporté à proximité d'une île avant de sombrer. J'ai passé une partie de la nuit à nager, à me faire ballotter, à me laisser dériver, et ce n'est qu'au petit matin lorsque la tempête s'est calmée que j'ai pu enfin me traîner ici avec mes dernières forces. Je ne remercierai jamais assez mon entrainement au rokushiki qui m'a donné assez d'endurance pour tenir ! Quoique... sans le Cipher Pol je ne serais jamais montée dans ce bateau, alors on va dire que ça l'excuse juste un peu !

Je me redresse péniblement. Mes vêtements sont trempés, usés par le sel, et maculés de sable humide. Quel malheur... des vêtements tout neufs, pratiquement tout la prime de ma dernière mission était passée dedans ! Et le pire ce sont mes chaussures que j'ai dû abandonner pour nager...
Je fais tomber ma veste et l'essore lamentablement. Ma robe est toute trempée elle aussi et elle me colle horriblement à la peau, mais elle devrait sécher vite avec le soleil qui monte déjà.

A ma gauche comme à ma droite il n'y a que du sable à perte de vue. Une vraie plage paradisiaque avec du joli sable fin et pas de déchets ni de cailloux qui font mal aux pieds: un petit coin comme on en rêve pour passer des vacances au soleil loin de tout ! Derrière moi il n'y a que la mer, et crois le ou non journal je pense que je vais faire une allergie à l'eau ! Devant, la plage se termine pour laisser place à un petit sous bois garni de palmiers et de plantes basses.
Bon allez, c'est bien gentil tout ça mais les naufrages et la natation nocturne en robe ça va bien cinq minutes ! Accessoirement, j'ai une mission à accomplir à Bliss moi. Le temps de passer un appel, et dans la minute qui suivra une équipe sera lancée à ma recherche ! Je sors de la poche de ma veste Dinosaure, mon escargophone qui... qui a perdu son dispositif de communication...

Oh non, pitié ! Je ne veux pas rester sur cette plage moi ! Je veux un canapé, un thé bien glacé, et ne plus rien faire pendant deux jours pour récupérer de mes émotions !!
Ce n'est pas grave, il doit bien y avoir des gens ici qui me dépanneront. Je veux dire: vu le nombre d'îles qui débordent d'habitants à travers le monde et la propension du GM à poser des bases de la marine dessus, il y en aura forcément aussi sur la mienne !

Je pose Dinosaure sur mon épaule, prends ma veste sous le bras, et je commence à marcher le long de la plage. L'île n'est pas très grande alors je devrais rapidement en avoir fait le tour et rencontrer de sympathiques pêcheurs, de gentils autochtones, ou mieux, un vacancier installé à l'ombre avec une boisson bien fraîche à m'offrir, un transat à me prêter, et un bateau amarré pas loin !

http://www.onepiece-requiem.net/t21479-caramelie-la-critiqueusehttp://www.onepiece-requiem.net/t21492-l-envers-du-journal#23135
Sakina
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2855
Popularité: 74
Intégrité: 23

Lun 18 Fév 2019 - 22:21

Le sable c’est pas bon, surtout après une quasi noyade. Ca met un sacré coup au moral, si le capitaine s’en est sorti j’le bute, ouais ! J’le bute ou j’lui fais bouffer un fruit du démon et j’le noie putin !

J'ai encore le bout de bois qui nous a sauvé la vie contre moi, attaché solidement à mes deux bras. Bastet a fait de beaux nœuds mais elle ne s'est pas encore réveillée. Je tente de me relever mais le bois trempé est bien plus lourd maintenant qu'il a pris l'eau. Attendons Bastet.. Elle est pas à porter de pied sinon elle se serait déjà prise une talonnade mais c’est pas grave, cette pause me fait apprécier ce moment, être en vie après tout ça, c’est un miracle !

Quelques minutes plus tard, ma compagne se réveille ! Elle se met sur ses deux pattes arrières, difficilement et s'approche du panneau la griffe de son indexe droit sortie et la main gauche posée sur ma tête admirant le lever du soleil. Deux coups de griffe et me voici libérée du bout de bois sauveur.

Purée, t’as cru ma tête c'était un pose pied !

Muarf, plus jamais je monte sur un bateau.

Elle se laisse tomber vers l'arrière et admire le ciel. Le soleil fait du bien et à peine me suis-je redressée que je sens le vent bien trop frais se fracasser contre ma peau encore humide et mes habits bien trempés.

Le naufrage aurait pu mieux se passer, genre avec un bateau de sauvetage mais Bastet a tellement stressé qu'il a fallu que je l'attrape avant de monter dans l’un d'eux et quand je l’ai enfin choppé, il était trop tard toutes les barques avaient été jetées à l'eau.

Bon il est temps de bouger chercher des gens, on va chopper la crève à rester ici.

Porte-moi..

Niarck.. Je poigne dans la nuque de Bastet et la fou sur mon épaule, je regarde une dernière fois vers la mer au cas ou un bateau passerait le long de la cote. Mais il n'y a que quelques débris portés par les vagues. Mon gun est toujours à ma ceinture, avec tout ce sel j'ai intérêt à le nettoyer comme il faut...

Je regarde vers l'intérieur de l'île, une forêt m’attend. J'ai un mauvais souvenir des forêts, j'attrape mon gun et le pointe vers le haut. CLic, clic, clic...

Purée, je te porte mais si ça dégénère, t’as intérêt à te réveiller vite fait..

Ouais ouais.. laisse-moi juste encore un peu récupérer.. C'était effrayant !

Je me dirige vers la forêt, deux minutes de marche suffise à m'emmener à l'abris du vent derrière le premier palmier que je passe. Dos au tronc j'envoie Bastet à terre puis je me laisse glisser jusqu’au sol, j'enlève mes gants, ma veste en cuire souple, j'attrape mes chargeurs et mets le tout au soleil.

Derrière ces quelques mètres de palmier, je peux entrevoir un petit renfoncement avec de l'eau dans une zone plus dénudée d'arbres. Avec un peu de chance, c’est un début de village, plus loin une forêt dense surplombe le décore. Si cette petite ligne de palmier semble bien inoffensive, j’aimerais ne pas devoir m'aventurer dans cette sombre étendue d'arbres..

Vingt minutes, le temps que tout sèche puis on bouge, ça va ?

Je prends mon arme et commence à la démonter, j'enlève le chargeur, la balle dans la culasse et le séchage commence. J'ai horreur d'une situation comme celle-ci, sans arme je me sens encore bien trop vulnérable. Mon fruit ne suffit pas encore à combler la sécurité que me procure une arme à feu.

Ouais ok pour vingt minutes, mais il y a une femme qui arrive vers nous.

Hein ?!

Un coup d'oeil plus tard.

Ho tu m'as fait peur... C’est bon elle a l'air inoffensive, elle vient par ici en plus. Elle a dû nous voir quand on était sur la plage. On était sur un bateau de croisière ça doit être une bourge terrorisée, elle est encore trempée..

Donc j'peux continuer à m'reposer ?

Ouais, ouais tranquille. Avec son air, si quand elle voit mon arme elle tombe pas dans les pommes, on a de la chance !

Je continue d'astiquer mon arme alors que l'inconnue s'approche et que Bastet soupire.

Alors t'a aussi fais naufrage je suppose ou tu kiffe prendre des bain habiller haha ?? Si non, Tu connais l'île où on a dérivé ?
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
Caramélie
Caramélie
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Shell Town, sur un fauteuil, en train de boire un thé glacé

Feuille de personnage
Dorikis: 800
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 19 Fév 2019 - 13:01

Cher journal,

Tu vois, je t'avais dit de ne pas t'inquiéter ! Les deux femmes là-bas ont l'air d'être de charmantes autochtones ! Sans doute des pêcheuses à pied ou des ramasseuses de coquillages. Et voilà, les ennuis sont terminés !
Soulagée et même joyeuse, je m'approche d'elles en réfléchissant à la manière de les aborder: "Bonjour ! Mon navire a fait naufrage ici ! Pouvez-vous me dire sur quelle île on se trouve ?". Non, attends, tu es bête journal. Je me fiche royalement de savoir sur quelle île je suis ! Ce que je dois leur demander c'est un escargophone, ou non, un bateau ! Et à boire également. A manger aussi !
Alors que j'arrive à leur niveau, toute souriante, l'une des deux femmes -celle qui astique son bout de tuyau- m'aborde la première:

"- Alors t'as aussi fait naufrage je suppose ou tu kiffes prendre des bains habillée haha ?? Sinon, tu connais l'île où on a dérivé ?"

Ah. Merde.
Pardon journal, je voulais dire zut !
Zut zut zut !
Du coup, c'est inutile que je leur demande si elles ont un bateau ?

"- J'imagine que vous n'êtes pas de gentilles habitantes de l'île très serviables qui s'apprêtent à me proposer un bateau pour rentrer chez moi ?"

Bah quoi, on ne sait jamais ! Ce n'est pas plus improbable que de manger un fruit maudit qui me transformerait en femme-savon ! De toute manière leur réaction met rapidement un terme à mes illusions, et j'ajoute:

"- Je suis contente qu'il y ait d'autres survivantes. Je pensais que tout le monde se serait noyé quand le navire a coulé."

J'ai beau avoir le cœur serré en pensant à tous les disparus, tous ne seront pas une grosse perte. Les enfants de la piscine par exemple. Là au moins ils auront toute l'eau qu'ils veulent pour faire leurs cochonneries !

Bon allez: même si ce n'est pas exactement ce que j'espérais je suis quand même contente d'être tombée sur d'autres rescapées. Et puis arrête donc d'être défaitiste journal, ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de la civilisation ailleurs dans l'île ! Tu vas voir, on va marcher ensemble cinq minutes et cette fois on tombera sur un vrai pêcheur avec un bateau. Et même que lui il aura du thé glacé bien frais !! En attendant, quitte à être dans les ennuis ensemble autant faire équipe, aussi je leur dis:

"- Je m'appelle Caramélie, et vous-oh mais tu es une femme-chat !!?"

Regarde journal ! La fille assise, la ! Elle n'est pas juste décoiffée comme je l'avais cru: elle a de vraies oreilles de chat !! Tu crois que je peux lui caresser la tête et lui toucher les oreilles ? Et lui faire des papouilles dans le cou ?!

"- Tu es mignonne comme tout !!! Tu les as eues comment tes oreilles ? Tu es née avec ? Tu es plus chatte ou humaine ? Ce sont des vraies ou c'est juste du cosplay -pardon, une déformation de naissance- ?"

Tu me trouves impolie ? Eh bien moi je te trouve bien insensible journal. C'est une femme-chat, tu réalises ? Et ça a l'air d'être une vraie ! Comment peux-tu ne pas trouver ça génial ? Parfois, j'ai vraiment l'impression que tu n'es qu'un tas de papier inerte...

Tout en faisant les présentations j'en profite pour détailler les deux naufragées. La femme chat est... oui, bon, ça va journal, je sais bien que j'en ai déjà assez dit à son sujet. Alors qu'elle est plutôt distinguée, sa compagne -l'astiqueuse- ressemble plus à une baroudeuse: c'est une fille à l'allure simple et sans chichis si ce n'est une très longue chevelure complètement détrempée. Un peu brutale, c'est visiblement une baroudeuse, peut-être une bandit ou quelque chose comme ça ; quand elle n'est pas naufragée en tout cas. On dit qu'il ne faut jamais juger les gens sur leur apparence mais moi je sais que c'est faux, je le fais tout le temps et j'ai un pourcentage de réussite assez correct ! Évidemment, dans le cas présent le naufrage ne nous met pas à notre avantage.

"- J'étais en train de faire le tour de l'île histoire d'en trouver les habitants sans trop tarder. Vous voulez m'accompagner ?"

Parce qu'il y en a. Évidemment qu'il y en a ! Fais-moi confiance journal, ce soir je dormirai dans un vrai lit !
http://www.onepiece-requiem.net/t21479-caramelie-la-critiqueusehttp://www.onepiece-requiem.net/t21492-l-envers-du-journal#23135
Sakina
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2855
Popularité: 74
Intégrité: 23

Lun 25 Fév 2019 - 17:43

Cette fille est tout feu, tout flamme, les questions fusent, si bien que le plaisir habituel que je prends à astiquer une arme se dissipe. J'aime pas les étrangers mais au moins, elle a réussi à me réveiller.

Non, non, je suis même pas de South Blue.. Et j'ai pas de bateau, d'ailleurs faudra que j'pense à m'en prendre un, un jour. J'en ai marre de couler à cause des autres !

HA ha ha, non, me noyer non, non, j'ai toujours su nager depuis toute petite..

Ouais j'ai mangé un fruit, je sais que je sais plus nager.. Mais j'ai toujours su et j'ai aussi toujours trouvé pitoyable les gens qui ne savaient pas nager, mais moi je sais juste plus, avec cette histoire de fruit ça change la donne. Maintenant je trouve que ceux qui tentent sont super courageux, héhéhé, mais ce serait bien trop long et compliqué à expliquer ! Alala, à mon avis c’est l'eau de mer qui me rend si gentille, bon quand j'aurais fini de faire mon arme, on part avec elle du coup...?

Caramélie ? Ses parents devaient kiffer le caramel.. Moi c’est Sakina et elle...

Aussitôt elle s'intéressa à Bastet et son côté chat, elle a bien vu les oreilles de Bastet, ce qui semble avoir existé deux fois plus cette fille qu'elle ne l'était déjà, heureuse de sa découverte, elle se tourne vers Bastet et lui pose un tas de questions. Quand elle verra sa queue, elle deviendra complètement folle.

mon amie a poil se redresse aussitôt. Ho je suis humaine et un peu chat seulement ! Mais ouais... Quand je suis née j'avais des poils partout et je ressemblais plutôt à un chat, c’est vrai.. HO et lui c’est Eugène, attends, regarde !

elle va vite jusqu’à ma veste chercher une petite boîte où est enfermé notre troisième compagnon, j'ai bien eu trop peur de le perdre pour le laisser libre pendant le naufrage.. Même s’il a de la poigne, j'ai vraiment pas envie d'être séparée d'un de ces deux-là !

Bastet ouvre la boîte et prend le coquillage en main, rapidement Eugène sort sa tête, seule Bastet peut le comprendre mais ça se devine, il râle, il jette un œil vers moi puis regarde Caramelie la pince vers elle.

GNA GN GNA ?
Eh, c’qui elle ?

C’est Caramelie, elle a dérivé avec nous !


Gn gngngna gna gna gnagnaa nana, gn gnagna !
Ho enchanté, moi c’est Eugène Pagu, le voleur !

Bastet traduit...

L'équipe de choque est réunie occupant Caramélie, mes yeux se baissent jusqu'à mes mains, je vais enfin pouvoir savourer pleinement le reste du nettoyage de mon gun vu qu'elle semble occupée avec Bastet. MERDE, quand mes yeux se posent sur l’arme, je m'aperçois que je viens de finir le travail et en plus c’est bien fait ! Bon sang tout s’est passé si vite ! Mouarf je me lève, j'attrape ma veste et je l'enfile, je range les chargeurs et choppe mes gants que je fourre en poche.

Le tour de l'île, ouais ça nous permettra de voir s’il y a un port, pas bête, puis, si un danger arrive ça me fera une cible mouvante haha.

Je charge mon arme et la range à ma ceinture. Tout le monde est déjà debout et même si je suis tentée d'aller dans la petite zone entre la ligne de palmiers et la forêt dense, je dois bien avouer que son idée est moins risquée.

Bien, je suis prête, on peut y aller.


J’crois que ça fait pas vingt minutes, si ?


J’crois que si, le soleil est monté dans le ciel de vingt minutes, j'ai bien regardé. C’est sûrement à cause qu'on a parlé. Allons-y !

Ah bon, bah ok alors

Ok j'ai déjà fait ce bout de plage là, on continue par là-bas ?

Ouais, en tout cas tu as l'air de bien bonne humeur pour une fille qui vient de se prendre un naufrage, faudra me dire ton secret ! D'ailleurs si on tombe sur quelqu'un je te laisse t'en charger si ça te gène pas ?? Ca a l'air de te plaire, la causette.

On marche un bon moment le long de la plage tout en faisant connaissance, on se raconte quelques petites histoires. Je lui parle surtout d'armes puis de Suna Land, la seule île de South Blue que j'avais visité. Aussi, ma première rencontre avec Eugène qui est un cadeau de Papa Minoël. On est entièrement sec et tout est resté très calme depuis qu'on a commencé la balade sur le sable.

Ho regardez là-bas, un super beau bateau !!!


Nos visages, à moi et Caramelie attrapent un grand sourire, nos yeux, une lueur d'espoir, enfin une porte de sortie ! Mais à peine ceux si posés sur le "super beaux navire" que mes illusions s'effacent. Moi qui me voyais déjà reprendre la route... Sur le sable des débris, la moitié d'un bateau fracassé en deux, sûrement par une énorme vague ou que sais-je. L'autre moitié est en partie dans l'eau, s’il y a un truc caché à l’intérieur, j'espère qu'il est dans la partie qui a dérivé sur la plage. Après une matinée comme celle-ci, hors de question que je mette le moindre orteil dans l'eau.

Ho ce ne sont que des débris..

Ouais Bastet regarde mieux, ça t'évitera de dire des conneries GRRRRR, enfin qu’est-ce que tu penses, on va voir ce qu'il y a dedans ?

Oui faut aller voir peut-être qu'il reste une barque ou autre chose qu'on pourrait utiliser !

Quel optimisme, c’en est effrayant, la moindre chose la fait sourire, je me demande à quoi une fille comme ça peut bien passer ses journées... Se balader dehors peut-être ? Ou justement c’est parce qu'elle se balade jamais et qu'il ne lui arrive peut-être jamais rien qu'elle réagit comme ça ?? On continue notre chemin jusqu’à l'épave.

Dis-moi tu fais quoi dans la vie ? Pour notre part, nous sommes chasseuse de prime depuis un petit moment déjà. J'ai déjà envoyé quelques criminels derrière les barreaux mais bien plus important je me suis déjà fait un beau petit paquet de thune héhé !

Une des rares choses qui me fait sourire dans quasi n'importe quelles circonstances. Penser à tous mes sous, parler de sous ou encore voir, toucher, sentir un max de berrys !

On est proche du bateau, ou plutôt de la partie avant du bateau se trouvant sur la plage. C’est un navire assez imposant et ce qui est embêtant c’est que le cockpit est à l'arrière, donc dans la partie qui se trouve encore dans l'eau. Enfin ça nous laisse quand même pas mal à fouiller !

Du coup on fouille un coup ? Ce serait dommage de passer à côté d'un truc intéressant ou d'une barque..

Je l'avoue pas à voix haute mais si on trouve une barque je l'éclate direct, hors de question de dévoiler cette nouvelle phobie ridicule qu'est l'eau de mer à cette fille. Nunuche sur les bords, si elle se moque j'aurais vraiment du mal à pas lui coller un nion, ouais j’vais pas utiliser mon arme sur une bourge de ce genre. Puis c’est dur de tuer un truc avec lequel on a un peu parlé et qui surtout ne rapporte aucun berry, ça ferait clairement de moi une vulgaire tueuse alors que non, moi je mets fin à des vies pour une raison plus que louable. Mon porte feuille.
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
Caramélie
Caramélie
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Shell Town, sur un fauteuil, en train de boire un thé glacé

Feuille de personnage
Dorikis: 800
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 8 Mar 2019 - 0:15

Cher journal,

Je suis tombée sur un drôle de duo ! Euh, de trio ! Mais peu importe, je les trouve amusants et mignons. Nous prenons le temps de faire connaissance tout en marchant, et j'essaie de cerner un petit peu mieux leurs personnalités. La jolie Sakina est la plus terre à terre, la plus brutale aussi, mais c'est toujours une bonne idée d'avoir une brute comme amie quand on est en territoire inconnu.

"- Mon secret pour rester de bonne humeur malgré le naufrage ? Oh, tu n'y es pas ! Je suis heureuse d'avoir survécu au contraire. Ça aide à relativiser tu ne crois pas ?"

Bastet est un peu plus fantasque, c'est encore une jeune chatte à mon avis. Je le sais parce que sinon elle nous toiserait d'un air méprisant en réclamant des câlins et de la nourriture à son esclave humaine. Elle essaie également de me faire croire que son bernard-l'hermite est intelligent et qu'il nous parle, mais je sais très bien qu'elle fait semblant et qu'elle invente ce qu'il dit ! Je ne suis pas une cruche quand même ! Amusée malgré tout (et ce n'est pas parce que je suis obnubilée par cette femme-chat, pas du tout ! Je sais me contrôler journal, tu sais), je rentre dans son jeu et sors mon escargophone de ma veste:

"- Enchanté Eugène. Voici Dinosaure mon escargophone. Dis bonjour, Dinosaure !"

En réalisant que j'exhibe sous leurs yeux quelque chose qui pourrait leur donner de faux espoirs, je les détrompe tout de suite:

"- Il a perdu son dispositif de communication pendant que je nageais et il ne sert plus à rien dans cet état, hélas."

Ces filles et ce crustacé sont chasseurs de primes (enfin Sakina est chasseuse de primes et les autres sont des mascottes). Pour ma part, pouvant bien évidemment pas révéler ma véritable profession, je me présente comme...

"- [...] une fonctionnaire du gouvernement. Je résous des problèmes, puis remplis de la paperasse, ce genre de choses. Tu n'imagines pas ce que la moindre action implique en formulaires à remplir !"

Ce qui est la vérité. Pas toute la vérité, et présentée sous un jour un peu inhabituel, mais la vérité quand même ! Vivement que je sois promue agent de catégorie I tiens, et que j'aie une secrétaire pour faire la paperasse à ma place !
Alors que nous bavardons, nos pas nous conduisent près d'une épave qui se décompose sur la plage. C'est très bon ça journal, ça veut dire que des bateaux s’approchent parfois de l’île. Ou alors ça signifie juste que des bateaux échouent ici... Mais ne t'inquiète pas, je suis certaine que c'est très encourageant !

"- Du coup on fouille un coup ? Ce serait dommage de passer à côté d'un truc intéressant ou d'une barque.."

J'affiche une moue dubitative:

"- Vas-y si tu veux, mais je préférerais continuer à faire le tour de la plage. J'ai déjà plein de sable entre les doigts de pied, et j'ai vraiment hâte de trouver les aimables autochtones qui vont nous ramener chez nous !"

La rapide inspection du bateau est quelque peu décevante: il s'agit d'un nid de bois pourri incrusté de milliers de coquillages et d'algues. Si ce navire a autrefois contenu quelques trésors, ils ont soit été déplacés, soit disparu depuis longtemps. A la limite le bois pourrait être utilisé à quelque chose, mais on a clairement d'autres priorités que de se lancer dans du bricolage vu notre situation.

Notre tour de l'île se poursuit pendant une bonne heure où nous ne croisons rien d'autre que du sable, des vagues, des coquillages et des rochers, ainsi qu'une seconde épave échouée, plus petite que la précédente et que je refuse catégoriquement de visiter ! Visiblement journal nous ne sommes pas les seules à avoir connu des mésaventures aux abords de cette île. Quoi de plus étonnant, elle a tout le charme d'un spot pour naufragés !
Le soleil a entamé avec entrain son ascension dans le ciel, et il fait déjà chaud. Je songe avec regret à mon chapeau qui est resté dans ma valise avec mes autres affaires, et qui doit maintenant nager à plusieurs dizaines de mètres de profondeur quelque part au large...

Soudain, joie, j'aperçois quelque chose qui rompt la monotonie du sable !

"- Là, regardez, des traces de pas !"

Nous cessons aussitôt notre passionnant débat sur le thème "chasseuse de primes, bonne ou mauvaise situation ?" et nous élançons dans leur direction ! Hélas je déchante très vite: les traces proviennent de la mer ; pire encore, les pieds imprimés dans le sol ont exactement la même forme et la même taille que les miens ! Soit une Caramélie bis s'est échouée quelque part sur l'île, soit nous devons nous rendre à l'évidence: nous avons fait le tour sans rencontrer personne, et sommes bel et bien échouées sur une île déserte. Je me demande ce qui serait le pire entre les deux !

Dépitée, je m'agenouille dans le sable. Je réalise avec horreur que je suis coincée sur une île déserte, sans la moindre trace d'une structure civilisée, de nourriture ou je ne sais quoi, avec pour compagnie une inconnue nerveuse, une femme chat, un escargot, et un bernard-l'hermite ! Zut, zut, zut alors ! Je n'ai aucune envie de perdre mon temps ici moi ! La plage ce n'est bien que s'il y a une serviette sèche qui nous attend, avec une bonne boisson, un parasol, et surtout un hôtel où rentrer se détendre ensuite ! Et puis j'ai une mission à accomplir moi, je ne peux pas rester ici ! J'en ai peut-être pour des semaines, des mois voire des années avant qu'un bateau ne nous retrouve. Quelle horreur ! Tu imagines qu'on reste coincées ici ? Dans quelques semaines je ressemblerai plus à une sauvage qu'à une humaine ! Tu crois qu'on peut désapprendre à être civilisée ?!

Non ! Je ne dois pas me laisser aller. Cesse de te décourager journal, montre un peu l'exemple pour une fois !! Que dirait Yakutsuki Rei s'il me voyait en ce moment ?! Je suis une personne civilisée, mes compagnes probablement aussi, et il faut plus qu'un naufrage et une île déserte pour nous abattre ! Heureusement ma formation au Cipher Pol m'a beaucoup appris, et pas seulement des trucs comme de me déplacer avec élégance, à tirer au pistolet avec mes doigts et à faire des attentats en faisant porter le chapeau à la révolution.
La première chose à faire, c'est de répondre à la question "que fait-on ?". Et si possible de se décider vite.

"- Bon... on est bonnes pour se débrouiller toutes seules je crois. J'espère que la tempête ne nous a pas déviées trop loin de notre itinéraire: si c'est le cas d'autres bateaux finiront bien par passer."

J'ai un sourire désabusé:

"- Il faut simplement qu'on tienne jusque-là. Si ça vous va, on devrait peut-être explorer un peu l'intérieur de l'île en espérant tomber sur de l'eau. Ou à manger. Ou n'importe quoi d'autre mais surtout de l'eau ! Et puis on fera des feux tout autour de l'île, de grands feux !"

J’ai déjà soif, oh la la la ! Je soupire:

"- Ce n'est vraiment pas comme ça que j'imaginais passer ma journée !"
http://www.onepiece-requiem.net/t21479-caramelie-la-critiqueusehttp://www.onepiece-requiem.net/t21492-l-envers-du-journal#23135
Sakina
Sakina

♦ Localisation : Zaun

Feuille de personnage
Dorikis: 2855
Popularité: 74
Intégrité: 23

Mar 19 Mar 2019 - 20:44

Relativiser ? Être en vie ? C’est pouvoir faire ce que tu veux quand tu veux, avoir un gros château juste pour toi toute seule, puis un cuisinier, un jardinier, un portier même un gars qui viendrait t'apporter ton p’tit déjeuner. Quand j’me lève j’veux que mon lit se fasse réarranger et là chui dans le sable en train de galérer et pour pas un rond, en plus j'ai failli me noyer.

Enfin au moins il y a un truc positif c’est sa présence, elle me débarrasse un peu de Bastet ça me fait une belle pause. Jusqu'à la fouille du bateau. Ce bateau tout pourrit m’a pas vraiment remonté le moral. Mais bon on reprend la promenade, une grande promenade. Mes pieds sont enfin secs, comme tout le reste. A ce moment, notre nouvelle compagne de route rentre en extase.

"- Là, regardez, des traces de pas !"

Mais il y a comme un cailloux dans la godasse, ou plutôt plein de sable et bordel que c’est désagréable ! Comme la scène que je regarde. Je me croirais devant un escargofilm.

La bureaucrate du gouvernement s'abaisse pour mieux observer les traces puis tombe à genoux au sol, l'action, les sentiments sur son visage. Tout est parfait ! Enfin, parfait pour ce genre de film, le genre que je regarde pas. Cette scène me donne une idée incroyable ! Ce serait vachement cool d'avoir une espèce de petite boîte avec des boutons qui serviraient à "zapper" de chaine, le genre d'outil qui me permettrait de… ouais "zapper" ? C’est un mot cool, sur des tronches et expressions moins paradisiaques que les siennes ! N'importe quelle personne se serait énervée voyant qu'il n'y ait même pas un port, mais elle non, elle se met à genou et cherche encore des côtés positifs ! Putin ça m'énerve !

"- Bon... on est bonnes pour se débrouiller toutes seules je crois. J'espère que la tempête ne nous a pas déviées trop loin de notre itinéraire: si c'est le cas d'autres bateaux finiront bien par passer."

"- Il faut simplement qu'on tienne jusque-là. Si ça vous va, on devrait peut-être explorer un peu l'intérieur de l'île en espérant tomber sur de l'eau. Ou à manger. Ou n'importe quoi d'autre mais surtout de l'eau ! Et puis on fera des feux tout autour de l'île, de grands feux !"

"- Ce n'est vraiment pas comme ça que j'imaginais passer ma journée !"


Non en fait ce qui m'énerve c’est ce côté parfait. Pour le reste elle a raison, c’est l'heure de trouver de la bouffe et un peu d'eau ce serait pas mal c’est vrai. Ne serait-ce que pour me rincer un coup du sel que la mer à déposer partout sur mon corps et mes habits. Par contre en cas de rencontre il faudra s'attendre au pire, l'absence de port prouve bien que c’est une île encore sauvage. Que ce soit des animaux ou des autochtones, il faudra être sur ses gardes à tout moment, la sélection naturelle crée parfois de drôle de surprises. Et j'ai pas envie de me faire buter par des cannibales ou mordre par un serpent, d'ailleurs...

CLAC. Un moustique de moins, ce connard se cachait derrière un des premiers arbre qu'on a dépassé, il a voulu me piquer mon sang, je lui ai écrasé la tronche. Ouais on a suivi l'idée de la cruche. T’façon c’est la seule chose qu'il y a à faire, puis pour le feu, il faut bien du bois !! J'arrive à garder mon calme pour le moment même si s'aventurer dans une île déserte m'effraye bien plus qu'une balade sur la plage. Bastet marche juste devant, Eugène sur l'épaule et Caramelie à ses côtés.

Tu te débrouilles en camping sinon ? Moi j’dois te l'avouer. Hormis tirer sur des trucs, chais pas faire grand chose, mais j’veux bien m'occuper de la bouffe avec Bastet et son flaire on tombera sûrement sur un truc assez rapidement. Euh dis t'es pas végétarienne ou une connerie comme ça au moins ?

On peut pas faire une pause ??

Quand on aura trouvé une source d'eau buvable Bastet. On a déjà eu une pause avant de faire le tour de l'île inutilement tu te souviens pas ? Puis je commence à avoir soif alors laisse tomber l'idée.

Ca semble froid comme réaction mais si je suis trop gentille on est parti pour une heure de chinage et cette situation est assez énervante comme ça. On s'enfonce de plus en plus dans l'île mais toujours aucun signe de vie même animal, Bastet semble tellement distraite par Caramélie que même s’il y avait un putois à trente mètres de nous elle le remarquerait pas.

LA-BAS A MANGER !!

Tout le groupe s'arrête pour regarder la découverte de Bastet ! Un petit buisson avec cinq petits fruits dessus. Fruits inconnus au bataillon, puis vu ma chance de la journée, ils sont sûrement empoisonnés. Bastet a déjà le sourire aux lèvres, fière de sa découverte elle fait des bonds vers le buisson déjà la main tendue pour attraper le premier fruit.

Laisse ça Bastet, si ça se met c’est empoisonné ! Vas pas foutre en bouche des trucs que t’as jamais vu !

Je m'avance avec Caramélie près du petit buisson.

Hum, t’façon il y a pas de quoi se rassasier là-dedans. Tu as déjà vu cette espèce de fruit Caramelie ??

Elle m'explique qu'elle en a déjà mangé sur un bout de bois dans un cocktail. J'ai jamais bu de cocktail, c’est ridicule, tu payes trois fois le prix d'une autre boisson juste parce qu'un mec a dû le mélanger et que tu as un petit parapluie pourrit dedans. Plus superficiel tu meurs. Enfin au moins on peut se servir, j'attrape un des petits fruits et le fourre en bouche. L'eau qu'il contient me rafraîchit la bouche, après toute cette marche ça fait du bien même si c’est ridiculement peu.

Han c’est pas assez, bon j'en ai marre ! Faut trouver de l'eau ou de la bouffe, Bastet tu pourrais arrêter de causer non-stop et utiliser ton flaire ou tes putins d'oreilles de chat pour trouver une solution !?


Mais, je sens rien depuis tantôt.

HAHA comme si tu essayais ! Tu fais que parler, maintenant je veux de la concentration alors tais-toi et renifle !


D’accord, on reparle après Caramelie !

RENIFLE J'AI DIS !

Grrrr ce chat m'énerve ! Mais au moins maintenant elle prend le truc au sérieux, si bien qu'elle se remet en chat. Sûrement pour être plus proche du sol, elle prend la tête du groupe et reprend la route vers l'intérieur de l'île. Enfin les choses marchent comme elle doivent marcher. Je me tourne vers Caramelie qui regarde Bastet d'un air que je ne saurais vous décrire.

Bon suivez-moi ! En route vers un point d'eau.

On te suit !

Et sinon, tu t’y connais un peu en survie ? Tu sais faire un feu, une petite cabane et des conneries du genre ?? Ou t'es plus cuisine et ménage ?? Désoler c’est que j'ai pas l'habitude de côtoyer des gens qui travaillent derrière un bureau.. A la base je viens de Tanuki, c’est la campagne là-bas.
http://www.onepiece-requiem.net/t19175-sakina-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t19251-fiche-sakina
Caramélie
Caramélie
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Shell Town, sur un fauteuil, en train de boire un thé glacé

Feuille de personnage
Dorikis: 800
Popularité: 0
Intégrité: 0

Hier à 23:50

Cher journal,


Des arbres, des arbres, des arbres partout ! Et puis des lianes, des branchages, des cailloux, des espèces de fougères de toutes les formes. Mais pas de source d'eau, ni d'humains à part nous (eh non journal, je n'ai pas abandonné l'espoir de croiser d'aimables autochtones. Et puis l'île est peut-être le repère d'un riche excentrique qui vit reclus loin de tout ?). Malgré tout je ne boude pas mon plaisir: l'île est magnifique et la promenade serait presque agréable... si j'avais des chaussures ! Règle n°1: ne jamais se séparer de son sac à main. Règle n°2: toujours avoir une paire d'espadrilles de rechange dans ledit sac à main. Ce sont les règles que je promets d'appliquer en toutes circonstances lorsque je serais de retour dans la civilisation ! Et peu importe si ça ajoute encore des monceaux de bazar à un sac à main déjà bien rempli, au point qu'y retrouver le moindre objet nécessite un inventaire et un plan détaillé. Sans parler de l'encombrement ! Au pire j'ajouterai comme règle n°3: toujours avoir un sbire avec moi porter mon sac à main.

Heureusement que j'ai Sakina et Bastet avec moi pour mettre de l'animation ! Même si pour l'instant on va de déconvenue en déconvenue, au moins on peut papoter pour garder le moral. Enfin... j'imagine que tant que Sakina râle c'est que tout va bien ? Surement ! Je ne pense pas qu'elle accepterait de jouer le rôle de la sbire, mais Bastet non plus: c'est une chatte, et une chatte n'accepterait jamais de rendre le moindre service à une humaine excepté celui de daigner nous honorer de sa présence et de nous faire l'honneur d'exiger des caresses sur sa personne.
Je ne suis pas tombée sur des expertes en survie, en camping ni même en îles désertes. Quant à moi...

"- La survie ? Oh j'ai bien quelques notions... Mais c'est-à-dire que mon milieu de prédilection c'est surtout la ville tu vois ? Je sais allumer un feu avec un briquet, dormir dehors quand je n'ai pas le choix, et j'ai bien deux ou trois connaissances en nature mais ça s'arrête là j'en ai peur. La dernière fois que j'ai construit une cabane j'avais huit ans, mais si même des enfants y arrivent ça ne doit pas être sorcier !"

Bon, ladite cabane je l'avais faite dans la demeure familiale avec des fauteuils de luxe et les draps de mon lit, mais ça je me garde bien de le dire à ms compagnes !
Ma véritable formation en survie je la tiens de mon entraînement au CP, qui impliquait ce genre d'expériences, mais ce sont typiquement ces exercices que je me suis efforcée d'expédier le plus vite possible tant ils étaient loin de mes aspirations !

"- Tu es de Tanuki alors ? Je n'y suis jamais allé. J’ai pas mal voyagé avec mon travail, mais North Blue est la mer que j’ai la moins visitée. C'est comment la vie là-bas ? Moi je suis de Goa. Enfin j'y habitais à l'époque où c'était encore un endroit fréquentable."

Ma moue est suffisamment éloquente pour que l'on devine ce que je pense du Goa actuel. A-t-on idée de laisser des républiques s'implanter n'importe où comme ça ?! Au moins, la situation actuelle de la ville prouve avec éloquence que ce nouveau système est bien pire qu'une bonne vieille et respectable monarchie !

♦️♦️♦️♦️

Des arbres, des arbres, toujours des arbres ! Et la mer parfois en panorama, lorsque la forêt est plus clairsemée. Je ne saurais pas dire quelle superficie de l'île on a parcourue tant tout se ressemble, mais on a déjà bien marché. L'échelle de Malauxpieds m'indique: beaucoup. La piste de Bastet sous forme de chatte n'est pas toujours facile à suivre, elle vit le monde à une échelle très différente de la nôtre ! J'ai aussi beaucoup de mal à résister à l'envie de la caresser et de lui faire des gouzi gouzi et des pouic pouic, mais je crois que ça ne plairait pas trop à Sakina.
Faute de trouver de l'eau, on a au moins repéré de quoi manger. Quelques plantes, mais mieux encore: il existe quelques oiseaux qui habitent ici. Les chats ça sait chasser les oiseaux non ? Et les accros de la gâchettes comme la chasseuse de primes surement aussi ! Il existe une technique assez simple pour savoir si on peut manger quelque chose ou non. Comme je l'ai expliqué à Sakina (à qui j'ai pu faire profiter de ma science en cocktails et de mes vagues souvenirs en matière de survie, pour savoir si une plante est comestible il faut la frotter sur sa peau. Si au bout de... chais pas... une demi-heure ou une heure il n'y a pas de réaction c'est bon signe. Dans ce cas il faut la toucher avec sa langue et rebelote. Après on en goûte encore un petit bout, et pareil ! Et si après ça on n’est pas en train de vomir par terre en se disant qu'on a vraiment été bête de goûter à ça, c'est que c'est bon pour nos petits ventres ! Il y avait aussi des histoires de couleurs ou de feuilles je crois, mais ça je n'ai pas retenu. J'aurais aimé t'y voir toi, journal ! Enfin si, toi tu retiens tout puisque tu gardes tout par écrit. Mais essaie un peu de manger quoi que ce soit avec ta bouche en papier et on en reparlera ! Au pire on laissera Bastet goûter à notre place, et si ça ne marche pas on aura du chat rôti au dîner.
Hé ho ça va je rigole ! Je ne pourrais jamais faire de mal à Bastet, elle est bien trop mignonne !

En tout cas si ça marche on aura de quoi grignoter. Et ça devrait nous désaltérer au moins un petit peu ! Et ça tombe bien parce que pour le moment question source d'eau c'est niet ! Pas de jolie petite cascade, ni de ruisseau. Sur une île comme ça il fallait s'en douter malheureusement. Malgré tout on ne perd pas espoir, il y a encore toute une partie de l'île qu'on a pas quadrillée. Enfin je ne perds pas espoir, et Sakina se charge de râler pour deux ! Je commence aussi à essayer de repérer un coin pour s'installer, si possible un peu moins en pente qu'ailleurs et sans trop de végétation. Ou alors un bel arbre, ça pourrait être chouette. Non, oublie cette idée journal, je ne m'imagine pas dormir à califourchon sur une branche !

♦️♦️♦️♦️

Il est probablement midi passé quand nous nous arrêtons. Enfin plus exactement il est "le soleil est gros et haut dans le ciel, on est fatiguées, on en a un peu marre, et l'échelle de Malauxpieds est au niveau "si tu fais un pas de plus on se met en grève". Ce n'est pas si mal car l'endroit où on s'est installées est chouette comme tout: on est à deux pas de la plage mais en sous-bois, c'est relativement plat, assez spacieux pour qu'on s'y allonge et même qu'on y installe un feu, et comble du luxe il y a une magnifique plante qui égaie le décor ! C'est un genre de... Bon, c'est là que je regrette de ne rien y connaître en plantes. Enfin ça fait l'effet d'un bouquet garni et c'est super chouette !

Bastet a attrapé un petit rongeur et elle l'a mangé. Nous, comme je n'ai toujours pas vomi la planté A et Sakina la plante C (par contre la plante B ne nous inspirait pas donc on a laissé tomber), on en a grignoté un peu. Bizarrement, j'ai l'impression d'avoir encore plus faim maintenant !
Nous sommes assises en silence depuis quelques minutes quand je me décider à dire:

"- Éventuellement... je crois savoir comment on peut récupérer de l'eau avec juste un soutien-gorge." Je rougis "Ne me regarde pas comme ça, c'est une vraie technique !! Ça demande juste un sous-vêtement et beaucoup de temps. Il faut les enfoncer dans le sable ou dans la terre, et grâce à leur forme et leur texture la rosée va s'accumuler dedans. Ça ne nous donnera pas grand-chose mais c'est mieux que rien. Et comme on est trois à en avoir un on sera plus efficaces !"

Hé, j'ai toujours dit qu'avoir un gros bonnet ça servait à autre chose qu'à appâter les mâles en rut !
Passée l'incrédulité, ma technique est adoptée. J'ai intérêt à ce que ça fonctionne journal, sinon j'aurai l'air maline. Et morte. Mais en comptant sur ça et les plantes comestibles qu'on a trouvées, on a de quoi survivre le temps de trouver un plan B.
http://www.onepiece-requiem.net/t21479-caramelie-la-critiqueusehttp://www.onepiece-requiem.net/t21492-l-envers-du-journal#23135
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1