AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Quand Peeter part en guerre.

Peeter G. Dicross
Peeter G. Dicross

♦ Localisation : North Blue - Manshon.

Feuille de personnage
Dorikis: 600
Popularité: 0
Intégrité: 0

Sam 9 Mar 2019 - 17:02

Mais bon dieu de merde, qu'est-ce que je fous là ?!

Qu'un de mes camarades à ma droite lâche alors qu'il vient de s'éclater la gueule à terre, les pieds pris dans la boue, les racines des arbres poussant dans le coin et l'eau. Une plongée forcée dans un bon demi-mètre de flotte, la gueule trempée et crasseuse, comme tout le reste de son corps et de ses fringues, il râle. Et qui irait en vouloir à Tod d'en avoir plein le cul de patauger dans de la merde pour une raison à la con qui nous échappe à tous ? Certainement pas moi. Ni-même les autres gars du groupe, de notre unité toute entière ou encore des autres sections. Parce qu'en réalité, sur la centaine d'enfoirés de militaires bazardé dans ce trou isolé de toute civilisation, y'en a aucun qui est content d'être là. Enfin, je m'emballe un peu. T'as toujours un ou deux connards qui aiment partir faire de fausses guerres pour des terrains de manœuvre à la con.

Raaah ! Il me casse les couilles ce terrain pourri ! Tout ça pour faire semblant d'être opérationnel ! Commandant de merde !

Tod est vraiment en train de vriller, et moi je peux pas m'empêcher de me foutre de lui, il me fait rire. La vérité c'est que j'en ai autant ma claque de cet exercice, foutu stage de survie en milieu hostile. Mais comme je suis un connard, quand les autres pètent un plomb, ça me redonne le moral. C'est toujours plus fendard quand c'est les autres. Mine de rien, je me retiens sévère depuis deux bonnes heures aussi. Nous envoyer sur cet îlot flottant pour des semaines d'entraînement histoire de s'aguérrir, de développer ses capacités physiques et morales et de s'approprier l'environnement. Des fois qu'un jour on soit amené à ratiboiser une île sauvage pour le plaisir, ça nous servira tout ça. Je crache un glaviot, redresse mon fusil et avance, aussi désespéré que frustré.

Payé de la merde pour aller jouer les soldats de l'apocalypse au milieu de nulle part, ils y ont réfléchi longtemps à celle-là ?! Engagez-vous qu'ils disaient !
Smith, ferme-là un peu et avance tête de mort !
Reçu Sergent !


Je ricane, le Matelot de Première Classe Toddy Smith me claque un doigt de loin, avant de poursuivre son effort et continuer de pester à voix basse. J'aime bien ce gars, et pourtant c'était pas gagné d'avance vu nos caractères respectifs. Je suis aux portes de la vingtaine, lui les as franchies depuis quelques années déjà et pourtant, il est plus immature. Il est surtout très nerveux, franc et déteste se sentir rabaissé. Un peu comme moi. Quand je suis arrivé dans la section, on a eu un peu de mal à s'accorder. Depuis, ça va plutôt pas mal. 'Faut dire qu'on peut pas détester ce type, le genre bien sympa mais sur qui la chance déjette des tonnes de merde tous les jours. Sportif comme pas deux, il passe son temps à s'endurcir le corps, le seul soucis c'est qu'il a oublié d'embarquer son cerveau avec lui lors de son engagement, du coup niveau intelligence ça pèche un peu.

Volontaire et motivé, il l'était autrefois, c'est déjà de l'histoire ancienne. Il a eu quelques problèmes dans son parcours qui lui ont plombé le moral et ses ambitions ont pris un grand coup de frein. Maintenant, il préfère critiquer la hiérarchie qui le lui rend bien. Qu'il se fasse remettre à sa place par le Sergent Delouimons n'a rien d'étonnant, c'est plutôt banal même. Pour cette fois, je crois que le Sergent en pouvait plus de l'entendre chialer. C'est que ça durait depuis longtemps. Deux semaines ? Depuis qu'on a posé les rangers ici qu'il l'ouvre pour se plaindre. Aujourd'hui il y a mis les bouchées double, avec cette fausse mission d'infiltration qui nous as été inventé pour l'occasion. Une opération d'envergure, pas un truc de tafiole comme on dit ici. Les officiers, ces braves types adeptes de la branlette intellectuelle et des actions chocs pour se faire bien voir par l'échelon supérieur, c'est à eux qu'on la doit.

Mon avis qu'ils ont dû avoir l'idée entre deux pintes de bière, après le service, ils réfléchissent toujours mieux le cerveau imbibé de gnôle. De sacrés poivrots ces enculés. Et ça vient te donner des leçons quand t'as un petit coup dans le nez au rassemblement du matin.

C'est quand même dingue de pouvoir faire autant de merde en si peu de temps. A croire qu'ils se font chier à la caserne sans ce genre de plan foireux.
Bah ouais ! Leur petite vie minable ! Passe leur temps à picoler, à s'inventer des missions de merde, tout ça parce qu'ils ont pas de vie ou pour lécher les couilles du Colonel !
A en gober les roustons avec.
Et en avaler le bon sirop de corps d'homme !


On éclate de rires, ça fait du bien de déconner, ça permet de relâcher un peu la pression. Le Sergent le sait bien, pour ça qu'il évite de trop nous couper. On continue de progresser. Un groupe constitué de deux trinômes, chacun de ces derniers regroupant trois soldats. Un chef d'équipe et les deux troufions. Plusieurs dizaines de mètres plus loin, on a notre tireur d'élite, notre éclaireur. On lui a filé carte blanche, comme bien souvent. Il progresse, renseigne sur les couilles qu'on pourrait avoir en chemin et traite l'ennemi si besoin et possibilité. Je me perds un instant à zyeuter le décors...

Je voulais tellement pas venir ici...

Une jungle, foutue jungle. Ici, même un moustique peut te buter d'une piqûre sournoise qui te filera une merde cancéreuse qui te feras caner en plusieurs semaines dans d'atroces souffrances. Sans compter le nombre de maladies qui grouillent ici, que ton système immunitaire a pas l'habitude de croiser dans des milieux civilisés, si je sors vivant de ce stage merdique, ce sera un miracle. Oh, on a bien eu la pelle de vaccins pour lutter, mais j'y crois moyen à ces trucs qu'ils t'injectent à coup de quatre à la fois. Un à chaque épaule, les deux derniers sur les cuisses. Carton plein, quatre vaccins pour un passage éclair à l'infirmerie, de quoi te laisser pas bien pour le reste de la journée.

Z'imaginez si on tombe sur un crocodile ? C'est pas avec des balles à blanc qu'on va faire quelque chose...

Oh oui, y'a de ça aussi. Viendez sur l’îlot Flottant, la terre pour petits et grands, garanti grand frisson et paysages déroutants.
http://www.onepiece-requiem.net/t21474-peeter-g-dicrosshttp://www.onepiece-requiem.net/t21486-peeter-g-dicross
Peeter G. Dicross
Peeter G. Dicross

♦ Localisation : North Blue - Manshon.

Feuille de personnage
Dorikis: 600
Popularité: 0
Intégrité: 0

Dim 24 Mar 2019 - 1:50

Foutu Julius, il avait besoin de me rappeler que à tout moment je pouvais me faire chopper la jambe par un crocodile ? J'avais réussi à oublier la faune dangereuse de l'île en me concentrant que sur les marécages, l'humidité et la chaleur étouffante. Ici, on transpire à grosses gouttes bien comme je déteste. J'ai trempé mon tee-shirt depuis un moment et commencé à attaquer le haut de mon uniforme. Y'a la raie des fesses qui suintent, les pieds qui baignent dans la flotte ayant infiltrée les godasses et ma casquette censée me protéger du soleil qui se fait lourde, gorgée d'eau depuis que je l'ai mouillé au dernier arrêt. Je crois bien que mon calebard est devenu une serviette hygiénique en période de règles, et pour couronner le tout la sueur provoque des démangeaisons, ça me gonfle.

Alors ouais, j'en ai plein les miches aussi. Et j'avais pas besoin que mon pote m'offre une piqûre de rappel sur une des infinités de possibilité de mort à la con pouvant arriver. Je psychote, arrête pas de me dire que si ça se trouve, au prochain pas qui va venir s'enfoncer dans cette surface liquide à travers laquelle on voit que dalle, y'a une rangée de crocs qui vont venir me déchiqueter le mollet. Les gradés ont causé de comment ça vous mord, puis ça vous entraîne sous l'eau pour vous y noyer et mieux vous bouffer. Vraiment Julius, je te remercie pas sur ce coup. D'ailleurs, je manque pas de lui dire de fermer sa gueule la prochaine fois. Bien amicalement. Je suis là, comme un pauvre type, à guetter le moment où un alligator va surgir pour me becter, ça craint putain.

Sérieux, tu fais vraiment chier Botah !
Mais ouais ! A cause de lui je flippe ma race maintenant ! Sale commis de ses morts !


Il me fait rire ce débile de Tod, chaque fois qu'il cause j'ai l'impression de rien biter, il trouve toujours le moyen de me caler un mot de chez lui, ceux qui veulent rien dire.

Zeeeeubi ! Fais pas le fou toi, apprend à lire une carte avant de l'ouvrir !
Mais qu'est-ce qu'il me dit l'autre berlot ?!
Bouclez-la les têtes de morts ! Trente minutes de pause, je veux deux gars en surveillance, les Caporaux assurez les relais.
Reçu Sergent.


Que les deux désignés répondent d'une même voix, tandis que nous autres sommes déjà en train de souffler, exaspéré. La surveillance, ça va être pour notre gueule, comme d'habitude. J'insulte tout le monde et n'importe quoi intérieurement, 'faut toujours qu'on trouve le moyen de nous emmerder même quand on devrait se reposer. On se regarde avec Smith, avant de ricaner, devinant ce que l'autre pense. Y'a Julius qui tente d'approcher les Caporaux pour se renseigner sur les tours d'observation, pendant que le matelot de Première Classe Dan Lefosser se coltine la première dizaine de minutes. Là-dessus, un calcul très simple que même le déserteur Shlasser, un peu le plus gros abruti qu'on avait pu nous refourguer à la section, aurait pu réussir, s'opère. Observation de dix minutes à répartir sur trente, entre quatre zigues.

Va y en avoir un qui va pouvoir pioncer tranquille, le veinard. Smith vient de piger, et on zieute le malin de Botah qui lui avait anticipé l'action en allant en avance de phase tâter le terrain. Sacré bâtard celui-là, bien trop malin pour deux têtes de nœuds dans notre genre. Sans surprise, c'est lui qui est écarté. Fumier. Toddy mime de sa main un zgeg qu'on fourre de la main pleine bouche et j'y apporte les bruitages d'une visite profonde de l'intérieur de la gorge par ce zgeg. Pour toi, copain Julius.

Allez-vous faire foutre, vous deux.
Ah bien reçu !
Et tu passeras me la pomper quand t'auras fini avec celle du Sergent !
Pi-hi-hi-hi-hi-tah !
Oyééé ! Eh j'en peux plus de vous deux, bande de gamins !


C'est de bonne guerre. Ce gars et moi, on s'entend vachement bien, mais je dois avouer qu'il a une petite réputation de salope entre Premières Classes. Toujours le gars qui est bien vu, qu'on épargne, qui reçoit les éloges, qui va chercher à se mettre en avant. Le genre de petite suceuse qui va rigoler de façon exagérée à une blague pourrie d'un gradé, histoire de. Oh, moi aussi j'y rigole hein, mais parce que c'était tellement pourri que j'en suis plié. M'enfin, il est ambitieux et veut progresser vite, ça se comprend. Reste que c'est un bon pote, qui te viendras en aide s'il t'apprécie, par contre cherche pas son soutien s'il peut pas te saquer. On a juste pas la même vision de choses concernant notre évolution de carrière.

La mienne, je l'imagine plutôt stagnante. Je suis le genre de gars qui n'aime pas avoir trop de responsabilité, ça me fait chier. Trop de pression, et dieu sait comme je n'aime pas en avoir trop sur les épaules, puis plus de travail aussi. En plus de devoir gérer des mecs et ça, rien que de l'imaginer ça me gonfle. Jouer les nounous pour des bitoss pas foutus de savoir nouer les lacets de leurs rangers, non merci. J'ai seulement envie qu'on me foute la paix, qu'on me laisse faire mon taff peinard et rien d'autre.  Je suis venu défendre la veuve et l'orphelin, pas devenir le héros de tout un peuple. J'en ai franchement rien à foutre si d'ici dix ans personne ne connaît mon nom, ma vie en sera pas moins merdique. D'autant que monter en grade, c'est devoir faire encore plus gaffe à ton comportement, montrer l'exemple tout ça, pas du tout mon genre.

Crevé, je balance mon paquetage contre un arbre et m'y écroule dessus, soulagé de pouvoir mettre mes jambes au repos un temps. J'arrête de causer, priorité au repos, ça me fera pas de mal de pioncer un peu tiens.

Putain.
http://www.onepiece-requiem.net/t21474-peeter-g-dicrosshttp://www.onepiece-requiem.net/t21486-peeter-g-dicross
Page 1 sur 1