AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Copain trou perdu

Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 23 Mar 2019 - 9:27

* Armada, avant le retour sur les Blues*

« T'es sûr de toi, Wilson ?
Mais oui, si je te le dit. Faut te concentrer sur les Zoniens, les autres ne te suivront pas.
J'comprends toujours pas pourquoi …
Tu viens de Troop Erdu. T'imagine si tu arrives sur ton île et demande aux abrutis de te suivre dans une guerre qui ne les concernent pas, la réponse qu'ils vont te donner ?
… Pas faux.
Même que c'est vrai. C'est là bas que Red a recruté des hommes. Les glaisseux et poussiéreux ne te considéreront même pas. Rends toi dans leur capitale, Freetown. A quelques kilomètres en face de la ''ville'', il y a un fort avec des marins. Il doit y en avoir une centaine, et ils ne sont pas fait pour le combat. C'est une punition d'être muté sur l'île. Vu la faune et la flore, je te conseille de ne pas emmener tes hommes, vas-y seul.
Pourquoi ? Qu'est-ce qu'elles ont les bestioles là bas ?
Des moustiques de la taille d'une table basse, des crocodiles faisant la taille d'une bateau, des poissons carnivores et cannibales, des kangaroo boxeurs qui tapent tout ce qui bouge, des ombres qui attaquent la nuit et j'en passe.
Ah ouais, sympa comme île. » Après quoi, Wilson me dessine une carte basique de l'île. Il me montre où ils ont accosté avec Red et dans quelle direction il est parti. Le reste, c'est à moi de le faire. »

* Amerzone*

Ô putain, dans quoi j'ai mis les pieds ? La forêt est aussi dense que sur Little Garden. Les moustiques sont énormes. Mais quand je dis énorme, c'est énorme. Je pensais que Wilson exagérait en disant qu'ils faisaient la taille d'une table basse, mais non, pas du tout. J'en ai une dizaine devant moi que j'entends se rapprocher. Et je peux vous dire que ça fait un raffut. Je les tranche en deux avec mon sabre pour avoir du calme, puis je reprends ma marche en m'aidant de mon Empathie pour localiser les êtres humains sur l'île. Je devine le fort au loin tandis que je me dirige vers Freetown. Enfin, ce que je pense être Freetown, puisque Wilson n'a jamais mis les pieds ici, donc je me fie aux dires des dires de Red. Et comme dans tout téléphone arabe, on doit s'attendre à des modifications. Je tranche mon chemin avec des lames d'air pour dégager la zone et trouver facilement ma façon de repartir. Je me rends compte que je longe une rivière/fleuve dégueulasse vu la couleur marron et verte. Ça ne me donne pas envie de me baigner, maintenant que je peux puisque j'ai perdu mon logia. La température est élevée, très élevé, et l'air est humide. J'ai l'impression qu'il fait dans les 50°C. Et autrefois, ça n'aurait pas été un problème, mon logia aurait régulé ma température en diminuant celle de mon corps. Hélas, je ne peux plus faire ça. Je me retrouve donc coincé en pleine jungle où on étouffe, avec des animaux qui veulent me tabasser ou me manger. Je finis par trouver une zone moins dense végétalement parlant. Mais me retrouve face à une centaine de sangliers plus gros que la norme. Il paraît que lorsqu'on s'invite chez quelqu'un, il faut ramener quelque chose. Je vais ramener le dîner moi.

Les animaux me foncent dessus tous ensemble. Sans doute pensent-ils qu'ils vont me renverser, piétiner et que je vais en mourir. Pas de chance pour eux, j'suis un peu plus costaud que les locaux. Avec une lame d'air horizontale assez grande, je tranche en deux les premières premières vagues, ainsi que des arbres aux alentours. Les survivants continuent de charger. Je ferme les yeux et vais entraîner mon empathie. Avec son aide, je glisse entre les mammifères, en plante certains avec mon sabre, et quand je sens les derniers arriver, je décide de les tuer pour le repas. Les animaux n'ont aucune chance. Une fois ce qu'il reste de la horde passée et partie, je fais un lit avec les grosses feuilles, puis je pose les derniers cadavres dessus, et tire le tout en reprenant la direction des humains, et je continue de trancher la végétation devant moi pour faciliter le passage. On doit avoir une cinquantaine de bestioles, ça devrait suffire. Après environ vingt minutes, j'entends des humains. Les feuillages disparaissent petit à petit pour laisser place à un regroupement de maisons en taules. Bon, ça ressemble à la description que j'en ai reçu, je dois être arrivé. Rapidement, les locaux me repèrent, et voit le tas de cadavres derrière moi.

« Salut, j'vous amène à manger.
INTRUS ! »

Et paf, le petit village entre en action. Ils se ramènent avec des armes et me mettent en joug. Et sans demander leur reste, ils tirent. Les balles ricochent sur mon tekkaï kenpo et je continue à avancer comme si de rien n'était jusqu'à ce que tous les sangliers soient visibles.

« Vous pouvez arrêter de tirer s'il vous plaît ? Je suis ici pour parler. Je suis un ami de Red. » Les tirs s'arrêtent. Les locaux murmurent entre eux.
Un ami de Red ? Il a toujours son bras gauche mécanique ?
C'est le droit. J'ai passé le test ? Vous pouvez vous détendre ?
Comment il va ?
… Vous n'êtes pas au courant ?
Au courant de quoi ? »
Oh putain, je vais devoir leur annoncer la nouvelle. Pas sûr que ça les fasse rejoindre mon camp ça … « Red est mort. Il a voulu attaquer Teach, l'empereur pirate. On l'a affronté à Thriller Bark, mais Teach était trop fort, il a tué Red il y a quelques mois maintenant. » Les locaux crient et m'insultent, ils ne veulent pas croire à la nouvelle. Red est le type le plus fort qu'ils aient jamais rencontré, il ne peut pas mourir, surtout avec ses pouvoirs. « J'étais là, quand il est mort. Il est mort. Mais avant de parler de ça, je propose de faire un banquet géant, en souvenir de Red, pour célébrer le pirate qu'il était. J'ai ramené de quoi manger. Je pense que Red aurait aimé cet hommage. »

Je les voit hésiter, puis finalement accepter. C'est décidé, grand buffet dans quelques heures, a dit le gros bonhomme habillé en blanc qui se présente comme étant le King de Freetown. Il annonce qu'il fera un concert en hommage de l'homme en rouge. Je vois un sourire crispé sur les visages des locaux. J'imagine qu'il chante aussi mal que son apparence est de mauvais goût …
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 9280
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 23 Mar 2019 - 9:27

Quelques heures plus tard, toute la ville se réunit autour d'un grand feu de joie pour le banquet improvisé. Et je vais en profiter.

« Avant de commencer, je proposer de faire un concours. Celui qui mange le plus de sangliers aura le droit à la parole à la fin du concours, et personne ne pourra l'interrompre.
Attendez, vous vous rendez compte de la taille des bestioles ? Comment on est censé en manger ne serait-ce qu'un ?
Si vous ne jouez pas, mettez vous à plusieurs sur un animal. Si vous jouez, c'est en solo. »

On se met d'accord sur les termes, on lance le compte à rebours, et c'est parti. La première cuisse, le premier flanc, le premier steak … Beaucoup de sauce pour que ça glisse facilement, même si ça prend un peu de place. Je termine la première bestiole avec un relent plutôt violent. Puis j'attaque la seconde. A côté, il faut dix personnes pour finir un sanglier. Moi je viens de m'en faire un solo, et je suis en train d'en ravager un second. Même les plus gros mangeurs de l'île ont calé. N'est pas supernova qui veut. N'as pas mon appétit qui peut. J'ai toujours eu une faim supérieure à la moyenne. Mais alors quand en plus, c'est un défi où mon honneur est en jeu, je n'ai plus de limite. Je pourrais manger jusqu'à en mourir si ça me fait gagner. Malheureusement, même mon estomac a ses limites, et comme je n'ai pas envie de clamser maintenant, j'arrête de manger le second animal par moi même. Les bouseux sont impressionnés malgré tout. Une fois le repas finit, quand chacun a mangé à sa faim et plus encore, le king décide de faire sa performance. Ça sent mauvais, je peux le dire même sans empathie. Alors je me précipite sur la scène improvisée.

« Mieux vaut garder le chef d’œuvre pour clôturer , n'est-ce pas ? Les gens garderont en tête votre musique, de cette manière. » Il réfléchit, puis opine de la tête. Je reprends. « L'héritage de Red continue à vivre par delà les mers. Armada, la cité flottante qu'il a construite trône toujours sur Grand Line. On est plusieurs à la défendre et à étendre son influence jour après jour. Il a convaincu certains de vos amis à le suivre dans ses aventures. Je viens faire la même chose. Je vais venger Red . Je vais tuer Teach. Je vais tuer les dragons célestes. Et j'ai besoin de personnes fortes, robustes, sachant survivre pour ça. Est-ce qu'il y a des gens ici qui souhaitent se venger de la marine qui a envoyé vos ancêtres ici, pour y mourir ? Est-ce qu'il y en a qui ont la hargne de vivre sur cette île ? Il n'y a personne qui a envie de partir, de voir le monde, de découvrir des merveilles ? Personne n'a envie de voir des dragons, des monstres géants, des îles dans le ciel, des îles sous la mer ? Personne n'a envie de devenir immensément riche ? Personne n'a le courage de sauter dans l'inconnu avec moi ? Personne ne veut m'aider à perpétrer l'héritage de Rossignol ? »

Trois pecnots s'avancent, rapidement suivit par d'autres. Le maire ne semble pas trop chaud pour se séparer de certains de ses habitants. Je prends une bille de peinture verte que j'ai toujours sur moi, l'écrase entre deux doigts, puis prétend que c'est un signe de reconnaissance tandis que je dessine un symbole bien précis sur la paume intérieure du maire. Et curieusement, il change aussitôt d'avis dis donc. Si je ne suis pas chanceux … Personne ici ne capte que j'influence directement la rock star qui me donne sa bénédiction. Il va même jusqu'à faire un discours allant dans mon sens pour encourager les gens à me suivre. Au final ce sont près d'une trentaine de types qui vont me rejoindre. C'est mieux que rien. Puis vient l'heure fatidique du solo. J'ai beau dire au King que ce n'est pas forcément le moment, il ne m'écoute pas et entame sa cacophonie. Sa volonté est trop forte, il veut chanter, et mon color trap ne l'en empêche pas. Voilà une limite, ok. Pendant qu'il massacre un classique de la chanson, je propose aux volontaires de partir demain matin, à la première heure, ce qu'ils acceptent. C'est ainsi que quelque heures plus tard, après avoir fait leur adieux à leur famille, pour ceux qui en ont, et leur amis, après avoir rassemble leurs affaires, on dégage de l'île. Je les guide à travers la jungle et le protège des dangers jusqu'à ce qu'on atteigne la place. Là, mes hommes nous attendent avec plusieurs barques. Et oui, je suis venu en geppou, moi. C'est tellement plus rapide. Une fois tout le monde à bord, on souhaite la bienvenu à ces nouvelles recrues. Puis on met le cap sur Rokade. On rentre à la maison.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Page 1 sur 1