AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Les nouvelles aventures du Borgne et de son ami totalement givré !

Daemon Wall
Daemon Wall

♦ Localisation : Whiskey Peak
♦ Équipage : N/A

Feuille de personnage
Dorikis: 5455
Popularité: -484
Intégrité: -458

Lun 1 Avr 2019 - 16:35

Tout s’était passé tellement vite.

Lorsque je ferme l’œil je revis ce moment où j’ai failli laisser ma peau à Jotunheim, quand ce boulet m’a envoyé valser dans l’eau, je me vois me débattre dans cet immense Océan, recouvert de flammes, les bruits incessants de tirs de canons.

Étant maudit par mon pouvoir je me revois sombrer dans cette étendue bleue, froide… sombre. Je commence à plus n’avoir d’oxygène, mes poumons me brûlent, j’ai besoin de respirer malheureusement j’aperçois la surface qui s’éloigne lentement. Je sais que les jeux sont faits, je n’ai pas envie d’abandonner mais dans cette profonde détresse avec laquelle la solitude se mêle, il est temps d’abandonner. J’évacue les dernières bulles d’air, je n’arrive plus à retenir ma respiration… c’est la fin.

Mes yeux se ferment, ma vision se trouble, je n’ai plus de force. Je n’arrive plus à me débattre, je ne peux même plus bouger le petit orteil. Au moment où j’ai décidé de tout abandonner je sens une poigne m’agripper, je la sens qu’elle me tire vers le haut, j’ai eu seulement le temps d’ouvrir une seconde l’œil pour entrevoir un masque en forme de corbeau avant de sombrer complètement dans l’inconscience.

Quelques jours plus tard, je me suis réveillé dans une chaloupe.

J’ouvre les yeux, je respire, le soleil me fait mal tellement qu’il est éblouissant, je me dresse brutalement, saisissant que je suis vivant, un mal m’envahit, je grimace de douleur, mon torse me brûle, je constate que je suis pansé au torse, lequel que je tiens entre mes mains tout en me tordant de douleur. Je sens une main se déposer sur mon épaule. Merde. Je ne suis pas tout seul !

Je remarque aussi à ce moment que je ne suis pas armé, mes armes sont plus loin, d’ailleurs à l’occasion je peux observer que les têtes en face de moi qui rament me sont toutes familières.

- Calmes-toi Cap’tain, reposes-toi, tu es bien entouré vas.

Je comprends que Léonardo m’a sauvé la vie. C'est sa voix, je la reconnais.

Il m’a expliqué qu’après comment il m’a sauvé la vie, en sautant à l’eau, pendant que des hommes du navire se sauvèrent en chaloupe afin de me récupérer et de foutre le camp de cet enfer.

Ça fait d’ores et déjà une petite semaine que nous traversons Grand Line en chaloupe, suivant l’itinéraire du log pose, nous vivons de nos maigres parties de pêchent. Quelques-uns de temps en temps lâchent l’affaire et cessent de ramer mais ce n’est sans compter sur moi, Daemon Wall, le pire capitaine qu’à mis au monde ces Mers et Océans !

- Alleeeeeeeeez ! Bande de larves ! J’vous ai dit de vous reposer ?! Non, vous vous reposerez quand vous serez mort misérables vermisseaux ! Vous croyez que parce que vous avez participé à mon sauvetage que j’vais vous faire des putains de fleurs ?! Non ! Plus vite nous atteindrons une terre plus vite vous pourrez vous reposer !

Ce fut comme ça pour eux tout le long du voyage. Léonardo quant à lui ça lui fait plaisir de m'entendre de nouveau beuglé, ça lui suffit à lui-même, preuve qu'il m'a bien soigné. Ali, lui se réjouit de voir son "papa" en vie et pagaie de plus belle ! Eheh, on ne change pas un vieux loup de mer, ils connaissent mon caractère. Même si les troupes sont fatiguées mentalement et physiquement, ça leur plait de me voir de nouveau gueuler et j'avoue que ça m'a manqué.

Ainsi après quatre jours à voguer, suivant le log pose nous finissons par atteindre une immense île en forme de cactus, je ne connais pas son prénom, ni où nous sommes mais par prudence je nous fais accoster dans un endroit calme, à l’abri de regards.

De plus, il me semble avoir discerné une ville portuaire mais qui accueille en ce moment même un navire de guerre de la Marine fufu, parfait ça pour prendre le large, bien qu’avant il faut s’assurer qu’ils ne nous ont pas déjà retrouvé et qu’on puisse faire un peu le plein de vivre.

J’entame déjà un petit scénario planifié dans mon esprit tordu, une petite infiltration à l’ancienne fufufu. Un déguisement assez réaliste, une nouvelle coupe, une barbe pas rasée depuis plus d’une semaine… parfait ! Mouahahahah.
http://www.onepiece-requiem.net/t12658-daemon-wall-le-borgnehttp://www.onepiece-requiem.net/t12699-daemon-wall-le-borgne
Arhye Frost
Arhye Frost

♦ Localisation : Royaume d'Alabasta
♦ Équipage : Non

Feuille de personnage
Dorikis: 4405
Popularité: -261
Intégrité: -230

Mar 2 Avr 2019 - 16:21

- Arhye, on arrive.
- Parfait.
- Qu'est-ce qu'on fait des hommes du coup ?
- Faisons-les rentrer dans la pièce d'équipage. Ils y resteront jusqu'à ce que j'ai une meilleure idée.

   Matt hoche la tête, passe la main dans sa chevelure blonde d'un air soucieux et appelle nos "otages". Les vingt trois Marines encore présents à bord - officier inclus - nous rejoignent sur le pont, face à l'entrée des cales.
   Nous venons tout juste d'accoster sur Whiskey Peak, un lieu qui nous était familier : il s'agissait de la première île où nous nous sommes rendus une fois arrivés sur GrandLine, en compagnie de Daemon... Dieu sait où cet énergumène se trouve aujourd'hui. Est-il seulement encore en vie ?
   Je compte bien le découvrir un jour. Ça rajoute un objectif de plus à mes projets. Depuis que nous avons quitté le Royaume de Drum à bord d'un cuirassé et, surtout, après avoir mangé un fruit du démon, j'ai l'impression d'être plus à même de les concrétiser. C'est une sensation étrange, inexplicable, mais je me sens clairement différent. Sans doute aussi parce que c'est ce que je désire.

   D'un simple geste, j'indique aux soldats l'endroit où je veux les mener. Après une courte hésitation, mus par un sentiment de peur, ils s'exécutent. Je n'ai pas vraiment cherché à les terroriser, mais savoir que la personne en face est totalement insensible aux attaques physiques a un impact sur leur confiance en eux. Une fois qu'ils sont tous rentrés dans leur cabine, Matt ferme la porte et je lève le bras devant moi. Les yeux fermés, j'inspire une fois puis souffle doucement, de la buée s'échappe de ma bouche.
   Mes doigts blanchissent à vue d'oeil tandis que l'air se fait plus frais. En l'espace de quelques instants, de la glace jaillit et vient former une véritable carapace, recouvrant entièrement la seule issue des Marines. Ils sont désormais enfermés là, et pour un bon bout de temps...

- J'espère pour eux que cette glace va fondre... Elle a l'air épaisse.
- Nous sommes sur Whiskey Peak.
- Dans ce cas : mieux vaut se dépêcher de trouver autre chose, non ? Tu voulais absolument changer de navire mais l'endroit n'est-il pas censé être désert maintenant ?
- Tu m'as dit que tu avais vu la silhouette d'un bateau au loin. Et puis, ce n'est pas comme si plus personne n'empruntait cette voie de GrandLine. De toute manière, il reste des gens pour habiter ici.
- Et... Si on ne trouve rien d'ici la fin de la journée ?
- On revient ici et on attend. De toute manière, on ne peut pas faire autrement : après cet endroit, c'est retour sur les Blues... Si nous étions partis dans l'autre direction nous aurions eu plus de chance. Mais c'est comme ça.

   Matt ne trouve rien à redire. Nous quittons donc le vaisseau volé et posons pied sur l'île où nos problèmes ont commencé.
   Même le conflit mafieux sur Manshon avait une allure d'embrouilles de gosses à côté des déboires que nous avons traversé en compagnie de Moka et de Daemon une fois arrivés sur la mer de tous les périples. Il y avait eu Miltiades, l'officier qui a failli tous nous tuer ; Aoi, la femme la plus dangereuse rencontrée à ce jour ; Jotunheim, où tout est parti en vrille... Et tout ce temps, je me trouvais avec Daemon Wall, un pirate aussi impitoyable que bon envers les siens.
   Notre rencontre ne s'était pas faite sous les meilleurs auspices, mais malgré tout ce que nous nous sommes faits l'un l'autre, malgré tout ce que j'ai enduré à ses côtés, enrôlé de force, je ne peux m'empêcher de me dire que sans lui je ne serai pas là à l'heure actuelle. Et je me surprends même encore maintenant à me dire que ses sautes d'humeur me manquent. Il était énervant au possible, complètement dingue par moments, mais ça avait un côté familier.
   Mon père était pareil parfois.

- Je te sens ailleurs. Ça va ?

   Mon compagnon des premiers jours me regarde avec inquiétude. D'un naturel peu rassuré, il savait déceler quand ça n'allait pas chez moi. Je tente de le rassurer :

- Je me dis juste que je suis content que tu sois encore là.

   Pas besoin d'en rajouter. Je ne le montre pas mais il sait parfaitement que je suis extrêmement tendu depuis mon réveil sur Drum. Et la pression ne diminue pas d'un iota.
   Tout à coup, il m'arrête. Je l'interroge du regard et il me montre du menton quelque chose en face :

- Il y a des gens qui approchent...
- Des gens du coin ?
- Peut-être... Je ne vois pas ce qu'ils portent. Mais j'ai une impression bizarre...
- Bonne ou mauvaise ?
- Je ne sais pas trop.

   Dans ce cas, il faut se préparer au pire. Nous sommes encore proches du cuirassé de la Marine, alors on risque d'attirer les soupçons.
   Et franchement, je ne suis pas d'humeur à discuter aujourd'hui.
http://www.onepiece-requiem.net/t18482-le-corbeau-de-north-bluehttp://www.onepiece-requiem.net/t18490-ft-de-arhye-frost
Daemon Wall
Daemon Wall

♦ Localisation : Whiskey Peak
♦ Équipage : N/A

Feuille de personnage
Dorikis: 5455
Popularité: -484
Intégrité: -458

Jeu 4 Avr 2019 - 20:21

Après une bonne demi-journée de repos nous repartons sur les routes, nous nous dirigeons vers ce cuirassé de la Marine, il me semble être le seul et meilleur moyen de partir d’ici ! Surtout qu’il est le seul navire accosté sur ce port… enfin, j’ai parlé trop vite. Pas le temps de dire ouf qu’un autre de ces navires de guerre se rapproche au loin, bordel de merde, nous sommes déjà repéré ou ça se passe comment ?!

- Grouillez-vous les macaques sinon j’vous fait l’cul rouge ! Vous n’êtes que des feignasses !

Pendant notre route, je pense à ce que sont devenus les autres, sans doute tous en prisons… ou alors au fond de l’Océan… pauvre Arhye, ce petit gars je l’ai embarqué dans tout ça, il avait un potentiel de dingue. Il m’aurait surpassé un jour c’est sûr… mais la nature en a décidé autrement. Je m’allume une clope c’est une sorte d’hommage pour lui.

Sous le soleil de plomb j’incline mon sugegasa pour cacher mon visage du soleil et des autres, des larmes d’amertumes coulent toutes seules, je ne veux pas que les autres ne me voient pleurer. Je passe d’une humeur triste à enragée, j’ai envie de tout casser. Moka, pareil, qu’est-il devenu cet aristocrate de malheur ?! Je l’aimais bien aussi… ma foi.

J’ai l’impression de vivre cette boucle infernale à répétition. A peine je construis quelques choses avec des compagnons fiables et cette pute de Marine et Gouvernement Mondiale viennent y détruire ! Mahach et Xia… Raiden et Aoi… puis maintenant Arhye et Moka. C’en est trop.

Je jure sur cette pute de vie qui m’a été donné qu’une fois que ce cuirassé en ma possession je vais mener une guerre totale avec ces fameux représentants de la loi. Ils m’ont tout enlevé dans ma vie. Ma famille… mes amis… bien que je possède Léonardo et Ali Gator ainsi que les derniers survivants je commence à saturer, comme on dit, autant sauver les meubles.

J’irai seul mater ces justiciers de merde.

Je déposerai Léonardo et les autres sur une île, je recruterai des compagnons de suicide et je partirai mettre une tannée à ces tocards.

Quand je pense à la petite de Moka sur Manshon, elle n’a désormais sans doute plus de père… bordel ! C’est trop, voulant cacher mes émotions c’est en n’arrêtant pas de penser que je finis par exploser. J’accélère le pas, sabre en main et pistolet dans une autre.

Nous entrons dans la ville, je reconnais en plus de ça, cette île est Wiskey Peak, je me souviens des cactus géants… tout me revient aussi… une île où nous nous sommes aventurés avec Moka et Arhye… je commence à tituber dans la rue, ma tête commence à tourner, j’ai envie de rentrer dans une folie meurtrière, je… je veux évacuer toute cette frustration ! Je n’ai rien pu faire rien ! Je suis tombé lamentablement dans l’eau !

J’évacue.

J’enfonce mon poing dans un mur d’un bâtiment à ma droite avant de franchir son coin, défonçant littéralement le mur qui se fissure de part et d’autre à ce moment là avant que je ne me transforme en une bête assoiffée et sanguinaire j’entends une voix qui m’est très familière… trop même.

- Daemon ?!

Je la reconnais parmi cent-mille ! C’est celle d’Arhye, je me retourne en direction du coin, je me retrouve totalement paralysé, je ne sais pas comment réagir, c’est Arhye… il est bien vivant… je m’agenouille, totalement dénue, sans contrôler mon faciès, un large sourire se dessine dessus, je me mets même à rigoler tel un détraqué, des larmes de joie cette fois tombant glissant le long de mes joues.

- FUFUFUFUFUFU ! TU ES VIVANT GAMIN ! C’EST BIEN TOI ?!

Je le vois, lui aussi est un peu déboussolé, je pense que nous nous attendions pas à ça.

Je fais un pas puis deux dans sa direction avant de le prendre dans mes bras et de l’étouffer.

- PUTAIN GAMIN ! JE CROYAIS QUE TU ÉTAIS MORT !

Sous la puissance de cette accolade amicale le petit me lâche quelques mots manquant d’air.

- L’cyclope… tu m’étouffes là !

Me ressaisissant je le lâche tout en rigolant à gorge déployé, me grattant l’arrière du crâne gêné et en lui donnant des tapes de bonhomme dans le dos.

- Que s’est-il passé amigo ? Où sont les autres ? Tiens, Matt est avec toi, au plaisir Matt.

J’aperçois l’homme, il tire la tronche, il me pousse même en arrière et se met entre Arhye et moi.

- Pas touche à Arhye ! Il n’y a que moi qui ait le droit de lui faire des câlins espèce de stupide borgne !

Je sais qu’au fond de lui malgré qu’il soit irrité il est aussi content de nos retrouvailles. J'ai toujours su qu'il avait un faible pour Arhye mais il m'énerve à réagir comme ça, il n'a rien à craindre de moi.

- Écoutes la fiotte, j'sais pas depuis quand tes couilles ont poussé mais quand je t’aurais sonné tu pourras me parler, là je m’adresse au fiston derrière-toi, mais saches que je suis content de te revoir aussi et vous autre aussi les gars.
http://www.onepiece-requiem.net/t12658-daemon-wall-le-borgnehttp://www.onepiece-requiem.net/t12699-daemon-wall-le-borgne
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1