AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Le Dojo Rouge

Alday
Alday

♦ Localisation : Rokade

Feuille de personnage
Dorikis: 1263
Popularité: 32
Intégrité: -15

Mer 5 Juin 2019 - 18:51

Le lendemain de sa curieuse défaite face au champion du dojo de boxe, Alday se présenta sur les lieux afin d’honorer sa promesse. S’il perdait, il devait travailler gratuitement dans le gymnase durant un mois.

        Il était seulement neuf heure de la matinée lorsque le pseudo bénévole poussa les portes du dojo puis fut submergé par un calme absolu. Vide, silencieux et désert sont les termes qui qualifiaient parfaitement l’état des lieux. À peine avait-il fait un pas dans les locaux qu’un bruit d’effondrement interpella le jeune homme. Il se rapprocha de l’accueil et bascula la tête au dessus du comptoir. Étendu sur le sol, un étrange bonhomme venait de tomber d’un escabeau sur lequel il était perché. C’était un homme assez petit et rond avec une tête anormalement grande. Cela dit, ce qui interpella Alday n’était pas la boite crânienne du secrétaire mais plutôt ses, anormalement grands, globes oculaires. Ces derniers occupaient prêt de la moitié du visage de l’individu.

- Oï, oï, ça va aller ?
- Ohhhhh un nouvel adhérent, fit le petit homme en sursaut, le regard tout admiratif.

Il se baissa pour atteindre un tiroir peu élevé, invisible à l’œil des visiteurs et y sortis une clef qu’il posa sur le comptoir.

- Euh, nan. À vrai dire dire je dois honorer un pari ... Durant 1 m-

L’enthousiasme du secrétaire se dissipa aussitôt les paroles d’Alday prononcées. Son visage devint froid et inexpressif. Il se mit à chercher une autre clef. Il reprit alors avec un mépris démesuré.

- Vous êtes le petit malin qui a manqué de respect au champion. Remplissez le formulaire et je vous remettrez les clés de votre chambre.

Alday comprit alors assez simplement qu’il n’était pas le seul attendu et, dans un discret maniement de pickpocket, échangea sa clef avec la première sortie.

- Vous n’étiez pas censé être deux ? Où est ton acolyte ?
- Euh, il ne viendra pas. Je suis celui qui ai perdu. Cet engagement ne le concerne pas.

Au même moment, un autre spécimen fit son entrée dans le dojo pleins d’énergie et de bonne volonté. Cela dit, toute cette bonne humeur s’envola lorsqu’il croisa Alday au comptoir. Il faut dire que le nouvel arrivant faisait pâle figure à côté du voleur. Il faisait un peu plus de la moitié de sa taille, des bras et des jambes frêles attestant d’une fragile musculature.

- Ahh !! Tu dois être Halfy le nouveau membre !! Bienvenue au Dojo Rouge, je suis Cluster le secrétaire du dojo. Voici ta clé avec le numéro de ta chambre. Quant à toi, le dojo ne se nettoiera pas tout seul.

Les deux gaillards se dirigèrent vers leur piaule respective. Alday avait bien fait d’échanger les clefs, il hérita d’une pièce assez grande avec un grand lit et un bon matelas tandis qu’Halfy se trouva dans une pièce plutôt sale et vraiment petite quoique idéal pour lui, au vu de son gabarit.
À l’approche de l’après-midi, le maitre voleur avait déjà fait son analyse de la salle d’art martiaux et le moins que l’on puisse dire c’est que celle-ci était déserte. Cela expliqua le bref enthousiasme qu’avait affiché Cluster à l’arrivée du brigand. Dans les locaux, il avait comptabilisé seulement quatre personnes : Le frêle Halfy, Mango, le champion et Cluster. D’ailleurs ce dernier se dirigea vers l’homme de ménage :

- On ne te paye pas à rêvasser.
- *Vous ne me payez pas du tout.*
- Il ne suffit pas de balancer le balais de gauche à droite. T’as jamais balayé un sol de ta vie ??!!!
- Euh  … pas vraiment … Dis-moi, ce Dojo est désert, y’a pas un rat. Après avoir vu la ceinture du champion, je m’attendais à plus d’animation, à un dojo  …
- … de renom
- *J’allais dire rempli de guignols*
- À vrai dire, ce dojo n’a jamais rencontré de succès. Soppy l’a fondé il y’a maintenant quatre ans. Je m’en rappelle comme si c’était hier. À l’époque Mango et moi ne pouvions pas le saquer. D’ailleurs personnes ne l’appréciaient. Il était surnommé La Sueur et Le Moiteux. On n’arrivait pas à le prendre au sérieux. Néanmoins l’opinion publique à son égard ne le dérangeait pas le moins du monde. La seule chose qui monopolisait son esprit était Rey Baka. Le champion mondialement connu était la raison de vivre de Soppy. Comme tout pratiquant qui se respecte, il rêvait de le rencontrer, de l’affronter. Il a donc décidé d’ouvrir son propre dojo et d’en devenir le champion. Selon lui, Reye Baka serait intéressé d’affronter chaque champion des donjons de l’île. Il s’entraine donc depuis ce jour dans l’espoir de réaliser son rêve. Un jour, Mango et moi avons été agressé par des membres d’un dojo concurrent. Ils souhaitaient tester leurs techniques sur nous et « nos corps difformes » disaient-ils. Contre toute attente, maître Soppy est venu s’interposer. Il réprimandait ses adversaires d’utiliser les arts martiaux en dehors d’un dojo et qui plus est sur des civiles. Le Moiteux n’a pas tenu dix secondes. Cependant après le départ de nos agresseurs, il s’est relevé et assuré qu’on allait bien puis s’est redirigé vers son dojo. Depuis ce jour, nous avons décidé de suivre La Sueur … euh maitre Soppy dans son dojo et de l’aider.
- *Pourquoi j’ai ouvert ma bouche, il a pas répondu à ma question et m’a pondu une histoire de super-héros médiocre. Je sais juste que ce gugusse et un optimiste à la sudation excessive* Cette histoire trépidante m’a ouvert l’appétit, je vais voir si Halfy a faim, tchaou tchaou.

Alday profita de cet instant pour fuir ses responsabilités et gambader dans les rues avoisinantes. Il s’en voulait d’être tomber dans un dojo aussi naze. Il ne pouvait pas revenir sur sa parole mais il lui fallait trouver un moyen de s’entrainer. Après avoir dérobé un onigirazu, il se redirigera vers le Dojo Rouge mais alors qu’il se trouva encore à l’extérieure, un vacarme anormal émanait de la salle de sport. Intrigué par cette étrange chahut, il s’empressa de pousser la porte d’entrée. Le spectacle sur lequel il tomba n’était pas des plus plaisant. Un grand gaillard en kimono, crâne dégarni et barbe mal rasé tenait par le coup le jeune Halfy sans pour autant l'étrangler.

- Mememememe, alors c’est ça le niveau des pratiquants de ce dojo pathétique. Vous ne valez pas plus que votre champion. D’ailleurs où est-il ce tas de sueur ? Surement en train de s’hydrater dans les toilettes publiques ou je ne sais où. Ce dojo ne devrait même pas exister, sa présence est une insulte même à notre Dojo Bleu. T’es qui toi ? fit-il en prenant de haut Alday.
- Moi je ne suis que l’homme de ménage j’ai d’ailleurs du travail alors bouge de là.

Sur ces mots, l’intrus jeta au loin le bonhomme qu’il étranglait.

- On a une belle bande d’imbéciles ici. Dis moi tu sais qui je suis ? Je suis Chemo ceinture noir de karaté et le meilleur disciple de maître Ralu.

Cela dit, Alday n’avait pas écouter un traitre mot de ce brutal Chemo. Il s’était déplacé très rapidement vers le petit Halfy afin de l’aider à se relever et s’assurait qu’il n’était pas blessé. Le combattant prit vraiment mal ce manque de respect et, après avoir exposé quelques veines sur son front, frappa violemment contre le comptoir qu’il éclata aisément et ne manqua pas de blesser Cluster.

- Ce dojo est une insulte aux arts martiaux. Il ne devrait même pas exister.

Chemo repartit alors laissant derrière lui le bazar qu’il avait provoquer. Peu de temps après son départ Soppy arriva et fut intrigué par l’état de sa salle. Le natif de Rhétalia l’interpella alors.

- Oï oï t’étais passé où ?!
- Désolé j’étais en train de m’hydrater dans les toilettes publiques.
- Sans déconner.
- Non non je t’assure celle du dojo doivent être réparer, un tuyau-
- Je m’en contrefiche
- Maitre Soppy, coupa alors Mango. Un combattant du dojo Bleu est venue et s’en ai pris à nous
- Vous n’avez rien j’espère !!
- Non mais il a craché sur l’honneur de votre dojo et sur votre nom.
- Et alors, l’essentiel c’est que vous n’ayez rien.
- *Vous oubliez pas un peu Halfy ?*
- Mais maitre Soppy …
- Ce n’est rien, des mots ne sont blessants que si on n’y répond. Allez vous reposer. Je m’occupe de nettoyer le bazar. Oï le perdant t’as du boulot !!

Alday s’irrita face à ce pique lancé par le champion. De plus, la passivité de ce dernier vis à vis de l’altercation qui a eu lieu l’incita à remettre en question son engagement d'un mois.
http://www.onepiece-requiem.net/t21181-horus-alday?highlight=aldayhttp://www.onepiece-requiem.net/t21238-horus-alday?highlight=ald
Alday
Alday

♦ Localisation : Rokade

Feuille de personnage
Dorikis: 1263
Popularité: 32
Intégrité: -15

Jeu 6 Juin 2019 - 22:23

Une semaine plus tard, le dojo était comme neuf et il ne manquait plus qu’une vingtaine de jours à Alday pour se libérer de sa promesse. Il regrettait amèrement son pari et n’en revenait pas d’avoir perdu contre ce champion. Il comprenait encore moins pourquoi Mango et Cluster lui donnait autant d’intérêt. Alors qu’il était censé faire les courses avec Halfy, ces derniers se prélassaient sur une étendue d’herbe. Le voleur en profita pour questionner le gringalet sur son intérêt pour les arts martiaux.

- c’est le bien-être, la détente, la maîtrise de soi. la pratique d'un art martial est autant un sport qu’une culture du corps et de l’esprit. Les véritables arts mariaux ne peuvent pas être confondus avec de simples sports. C’est une philosophie de vie, tu ne trouves pas ?
- Euh pour moi c’est simplement se battre en faisant des mouvements cools. À vrai dire je n'ai aucun intérêt pour le dojo ou la boxe.
- Alors pourquoi restes-tu au dojo, un vaurien comme toi n'aurais aucun remord à rompre un pari.
- …
- Je voulais dire, que personne ne t'en voudrait si tu partais sans prévenir, repris le petit homme avec deux bosses sur la tête.
- Moi je m'en voudrais. Il n'y a pas plus grand déshonneur pour un homme que de rompre sa parole. Bref, rentrons au dojo.

À leur retour, ils tombèrent sur un Mango en sanglot. D’ailleurs le dojo était de nouveau dans un sale état. C’était l’œuvre de Chemo ainsi que d’autres membres du Dojo Bleu. Malgré les blessures, le fidèle acolyte du champion du Dojo Rouge parvint à informer le duo que Cluster était partit les attaquer afin de venger cet affront en l'absence de Soppy.
Cette fois-ci Alday ne pouvait pas rester sans broncher. Bien que ces histoires de le regarde pas, il savait pertinemment que le petit Cluster ne risquait pas de s’en sortir indemne face aux brutes du dojo bleu ou face à n’importe qui d’autre d’ailleurs. Il demanda à Halfy de lui montrer le chemin jusqu’au dojo rival.

Au Dojo Bleu, les moqueries raisonnaient dans toute la salle. Cluster se trouvait au centre du tatami en sang et pleins de blessures.

- Tu l’as ramène moins avec ton champion à présent. Comment qu’il s’appelle déjà maître Singe ? Maître Supo ? Ah je sais maître Moiteux.
- Maî ... maîtr ... euh Soppy v-vous fefefera payer

Chemo, malgré sa nette supériorité, ne put ignorer la menace qui lui était faite. Son impulsivité l’amena même à battre d'avantage le corps inerte du petit homme. Il leva le genoux et s’apprêta à piétiner l’innocent Cluster lorsque la porte d’entrée du dojo fut violemment détruite.

- Qui a fait ça ??!!!!
- T’es, t’es, tes sur de ce que tu fais ? murmura une petite silhouette tenant difficilement un énorme tonneau d’eau.
- Contente toi de tenir la flotte. Je suis le maître du Dojo Rouge Maître Moiteux ... euh Soppy. Je suis venu récupérer mon camarade avec *tousse,tousse* de l’eau, de l’eau vite. Ahhhh je recommence. Je suis venu vous éclater la face bande de con.
- T’ALLAIS COMPLÈTEMENT CHANGER DE PHRASE !!! Rétorquèrent les disciples du Dojo Bleu.

Chemo se mit alors à rire et s’approcha du nouvel arrivant à la coupe afro qui jonglait avec une pièce en argent.

- Tu sors enfin de ta tanière. C’est drôle dans mes souvenir tu semblais plus petit et beaucoup plus trempé mais cette coupe de cheveux et de tonneau sur pâte qui te suit .... Memememeeme je ne peux l’oublier. En l’absence de maître Ralu je me ferais un plaisir de t’écra-
- *Pile tu perds, face je gagne*.


Le maître en karaté n’eut même pas le temps de finir sa phrase qu’un violent coup de bâton le projeta à travers la salle.

- La comédie est terminé, Half ... euh ... Framboiso va récupérer Cluster je me charge de leur régler leur compte.
- *C’est Mango, retiens au moins le prénom de ceux dont tu usurpes les identités*

Alday qui se cachait sous une perruque laissa parler son maniement de l’héka et démonta une bonne partie des combattants. Il prit la précaution d’endommager le dojo dans le feu de l’action, pour accentuer le côté théâtral. Avant de partir, il s’assura que plus aucun d’entre eux ne viennent importuner le Dojo Rouge. Pour ce faire, il prit un air menaçant bien que le look débile du champion Soppy ne soit pas d’une grande aide … Il ménage terminé, il s’en alla aider Halfy à porter le corps de leur ami qui, durant le défoulement du voleur, n’avait parcouru que trois mètres.

- Ahahah ça faisait un moment que j’avais envi de me défouler.

Le lendemain de l’attaque sur Chemo et ses acolytes, la routine avait repris son cours. Au sein du dojo, seul Alday et Halfy était au courant des réels événements qui ont eu lieu. L’escroc de service a su faire pression sur le petit bonhomme pour lui éviter de tout balancer. Cela dit, ce n’était pas l’usurpation d’identité qui titillait son esprit mais la force qu’a démontré le beau brun. Halfy n’arrêtait pas d’harceler Alday sur ce sujet. Malheureusement ce dernier ce contenta de nier affirmant qu’il n’a aucun intérêt pour les arts martiaux ou le combat en lui même. Mais pourtant il était là, payant sa dette volontairement dans un dojo afin de s’endurcir. Cependant, il n’avait rien acquérir ni même assimilé quoique ce soit. Il espérait apprendre des choses dans ce dojo en compagnie de ce maître Suppo mais il n’avait aucune idée de la personne qu’étais le champion.  
Alors que le petit groupe déjeunait et que le champion s’hydratait, un homme fit son entrée dans le dojo. D’allure plutôt grande, il arborait un léger sourire assez amical pour lui sourire en retour. Son regard laissait deviner qu’il avait déjà vu défiler plusieurs été malgré la fraîcheur de vivre qu’il affichait. Il demanda à voir le champion du dojo. Ce dernier réagit à l’annonce de son titre puis se dirigea en direction du nouvel arrivant. Lorsque leur regard, s’échangèrent maître Soppy reconnu immédiatement.

- Bien le bonjour, Ralu, qu’est-ce qui t’amène dans mon Dojo, tu souhaites t’y inscrire ? fit l’innocent homme suant.

Il fallut une, deux, trois, et oui rajoutons une quatrième seconde, jusqu’à ce qu’Alday et son partenaire de comédie ne réagissent au prénom du vétéran et ne recrachent la nourriture qu’ils avaient en bouche.

- Regarde à cause de toi, le maître va avoir des problèmes, chuchota l'un.
- Arrête de paniquer, ce Ralu est juste un peu plus grand, plus musclé et plus beau que l’affro-gars, rétorqua l'autre. *On va être fixer de toute manière*.

Contrairement à ce qu’on pouvait attendre, le maitre du Dojo Bleu ne démontra aucune haine ou colère envers le maitre du Dojo Rouge.

- Alors maintenant tu démolis mon dojo à coup de bâton. Tu as bien changé Soppy-kun, le fier boxeur que tu étais a bien compris qu’il n’avait aucun talent pour le combat à main nu. Tu t’es enfin résolu à utiliser une arme. Je ne suis pas venu venger mes élèves mais ne crois pas une seconde que je vais fermer les yeux dessus. Ça fait trop longtemps que ton dojo doit disparaitre. C’est pour cela que je te propose un combat à la loyal. Toi contre moi, à l’ancienne. Le perdant devra fermer son dojo et deviendra l’élève du gagnant. De plus, si tu gagnes c’est tout mon dojo qui sera sous ta tutelle.
- Je ne comprend pas vraiment ce que tu me reproches mais je ne peux pas refuser un honnête combat, exclama fièrement le boxeur à la coupe afro.
- Je m’en réjouis d’avance. Nous nous affronterons dans sept jours dans ton dojo.

C’était bref mais cela n’échappa pas à Alday. Ce court instant après la réponse de Soppy. Le voleur avait remarqué une once de mauvaise foi émanant du sourire hypocrite de ce maitre Ralu. Par ailleurs, le passé du vagabond et son expérience face aux nombreux escrocs qu’il a, lui même, escroqué ne faisait que confirmer son doute : ce combat n’aura rien de loyal.
http://www.onepiece-requiem.net/t21181-horus-alday?highlight=aldayhttp://www.onepiece-requiem.net/t21238-horus-alday?highlight=ald
Alday
Alday

♦ Localisation : Rokade

Feuille de personnage
Dorikis: 1263
Popularité: 32
Intégrité: -15

Sam 8 Juin 2019 - 21:34

Dès l’annonce du duel de boxe, le champion s’était remis à s’exercer mettant alors de côté les activités superflues. Séances de jogging, de cordes à sauter, de renforcement musculaire, aucunes n'étaient négligées. Face à ce spectacle de détermination, Alday ne pouvait s’empêcher de ... siroter un thé en toute tranquillité sous le regard incompréhensif d’Halfy qui ne comprenait pas la nonchalance du voleur. C’était pourtant de sa faute si le champion se trouvait dans une telle posture, mais pas une once de culpabilité l'envahissait. Même pas face aux plaintes incessantes du petit homme qui s’inquiétait pour son maître. Halfy souhaitait tout révéler mais Alday avait émis la judicieuse hypothèse que si Maître Soppy annulait son engagement, la réputation du Dojo prendrait un véritable coup. L’idée d’usurper une nouvelle fois l’identité du champion était aussi à proscrire. En effet, si l’actuel homme de ménage a toutes ses chances dans un duel au bâton, il est clair qu’un loyal combat de boxe n’est pas fait pour lui à l’heure actuelle. Il n’y avait qu’une solution, que l’homme en sueur soit victorieux. D’ailleurs, ce dernier vint réclamer l’aide du beau brun aux yeux d’or.

- J’ai besoin d’un partenaire
- Pourquoi moi ? je n’y connais rien à la boxe. Demande plut-

Alday coupa net sa phrase car son interlocuteur semblait dégagé une aura différente. Quoique, il en était certains. Le guignol en sueur avait laissé place à une véritable âme de combattant. Il faut dire que son honneur était en jeu. De plus que son rêve qui, pour certains, pouvait paraître futile mais représentait tout pour lui.

- Tu es prédisposé pour le combat. Lors de notre duel, tu t’accommodais naturellement à la boxe bien que tu n’en avais clairement jamais pratiqué. De plus, tu es le seul ici sur qui je puisse exprimer la puissance de mes coups. Mets tes gants, laisse moi juste m’hydrater avant et tache de pas me décevoir.

En général je déçois souvent les gens autour de moi, c’est ce qu’aurait répondu en temps normal Alday. Cette flamme dans le regard du champion l’avait convaincu d’une chose : il n’était pas le simple lâche que le voleur redoutait et il s'en soulagea. Il partit enfiler ses moufles de combat et monta sur le tatami. C’est ainsi que débuta une semaine ardu pour l’ancien esclave. Les jours passèrent et se ressemblèrent. Lorsqu’il ne s’entrainait pas il passait la serpillière. Les journées étaient exténuantes mais elles avaient le mérite de rattraper le temps perdu de la première semaine. La veille du combat alors qu’il s’apprêta à regagner sa chambre après un énième jour ereintant, il tomba sur un Halfy abattu la tête tourné vers le sol. C’était peine perdu si le petit homme s’attendait à un intérêt du voleur envers lui. Ce dernier se contenta d’ignorer sa présence mais fut interrompu au moment de tourner la poignée de sa porte.

- Pourquoi ? Pourquoi le champion te choisi toi plutôt que moi alors que je pratique une meilleur boxe que toi ? Tu t’en fou de ce dojo et des arts martiaux en général. Tu te bats uniquement pour tes intérêts personnels et tu agis selon ton bon vouloir. À cause de toi, le Dojo Rouge risque de disparaitre et pourtant tu es là à faire semblant de l’aider. Tu n’es qu’un voleur sans-
- Tu es faible, rétorqua Alday sans permettre au petit gars de poursuivre. Ce dernier fut même confus un instant.
- Quoi ?
- Tu m’as demandé pourquoi le maître m’a choisi moi plutôt que toi et je te répond que c’est parce que tu es faible, voilà tout. Au lieu de me reprocher mes actes, remets les tiens en question. Si tu es faible alors deviens plus fort et si ce n’est pas assez, et bien, continu. La volonté est essentielle mais si les actes ne suivent pas alors tu n’atteindras jamais tes objectifs. Maintenant à mon tour de te poser une question : qu’as-tu fais jusqu’ici pour prétendre valoir mieux que moi ?

Le grand brun ne s’attendait pas à une réponse, il regagna ses quartiers laissant un Halfy tourmenté par les propos qu’il venait d’entendre.

Le jour du combat tant attendu était enfin arrivée. Mango, Cluster et Alday avait préparé les lieux de sorte à ce qu’il puisse accueillir du monde. Il faut dire que la rumeur d’un combat entre maître de dojo s’est vite propagé et a attiré les visiteurs du coin (bien que l’on soit bien loin du niveau des dojos Sakura, Furasshu ou encore de l’ordre animal). Un seul ring traditionnel disposait au centre de la salle. Dans un coin on pouvait difficilement rater la présence d’une demi-dizaine de tonneau, tous remplis d’eau. Il va s’en dire que Soppy s’apprêtait à donner la douche de sa vie à son adversaire. On pouvait même apercevoir un buffet à boisson tenu par Halfy. Pour l’occasion, les toilettes avaient même été réparé pour permettre à chacun de se soulager durant les temps morts.
À l’approche de la mi-journée, les premiers amateurs de combats ne tardèrent pas à débarquer. Cluster fut, comme à son habitude, chargé d’accueillir les arrivants au comptoir. Fier de son champion, il eu la brillante idée de mettre en place des paris pour le combat. En réalité, c’était le natif de Rhétalia qui lui avait soufflé l’idée. C’est ainsi que chaque spectateur, en entrant dans le dojo, tombait sur un comptoir surplombé par une énorme affiche annonçant les termes du pari. Néanmoins, les mises semblaient désigner clairement un favori en la personne de maître Ralu. D’ailleurs celui-ci ne tarda pas à faire son apparition accompagné par une douzaine de ses fidèles apprentis dont le bien amoché Chemo. Le maître était arrivé directement en tenue de combat, les gants déjà enfilés. Cela ne manqua pas d’attirer l’attention d’Alday. Le second combattant du jour fit également son entrée accompagné, quant à lui, de son fidèle Mango qui tenait sur lui une paille extra longue pour faciliter l’hydratation du champion, sans doute. Les deux stars du jour enfin présentes, le combat n’allait pas tarder à commencer. Chaque maître se positionna dans un coin du ring, opposé l’un à l’autre. L’arbitre du combat, qui pour l’occasion avait été proposé par maître Ralu avec l’accord de Soppy, (oui, il est vraiment naïf), prit place au centre de l’enceinte du combat. Il s'apprêta à expliquer les règles et rappeler les enjeux de cet affrontement. Douze rounds de trois minutes avec une minute de repos à la fin de chacun. L’usage d’armes et des pieds n’est pas autorisé. Seulement l’usage des gants après vérification par l’arbitre. Une fois les explications faites, il ne resta plus qu’à lancer le combat.
Un match qui ne débuta pas sur les chapeaux de roues, il faut le dire. Les deux adversaires s’échangèrent chacun deux jabs chacun et puis plus rien pour le premier round. Fait incroyable, Soppy ne s’abreuva pas durant la minute de repos. Malheureusement pour les spectateurs le second round était très similaire au premier. Chacun n’attendait qu’un faux pas de l’autre. Ce n’est donc qu’à la fin du troisième round que le duel pris enfin une nouvelle tournure. Tandis que Ralu avait volontairement crée une ouverture, Soppy s’y jeta et asséna un crochet du gauche. Cependant cela n’avait pour but que de forcer la même ouverture chez son adversaire. Ainsi le maître du Dojo Bleu effectua aussi un crochet mais avec vraisemblablement plus de puissance. Le quatrième round démarra avec la même intensité qu’à la fin du précédent. Plutôt que de se jauger, les deux maîtres s’échangèrent de multiples coups. Cela dit, Soppy touchait beaucoup plus qu’il n’encaissait mais quelque chose clochait. Alors qu’il semblait prendre l’ascendant sur son adversaire, le maitre du Dojo Rouge était en réalité celui qui prenait le plus de dégâts. À partir de cet instant le combat partait en faveur de Ralu bien que l’homme à la coupe afro ne déniait abandonné.
De son côté Alday avait son idée sur la raison de la tournure anormale que prenait l’affrontement. Cependant il lui fallait être sûr d’une chose afin de pouvoir agir. Il partit se servir un verre de lait de poule auprès du buffet puis s’immisça parmi les spectateurs proche du coin du maître Ralu. Alors qu’on arrivait à la fin du neuvième round, le voleur se trouvait au plus proche du maître. Tandis que ce dernier s’asseyait, exténué sur son tabouret, il eu une sensation particulière au niveau de son postérieure. Il s’était malencontreusement assis sur un gobelet remplis de lait qui ne manqua pas de tâcher son short. En colère, celui-ci exprima son mécontentement sur le tabouret et réclama un coupable qui avait déjà disparu. L’arbitre l’autorisa à changer de vêtement afin de poursuivre le combat. Ainsi Ralu regagna les vestiaires après avoir exigé d’être seul pour, soit disant, ne pas être perturbé. À l’abri des regards, il retira ses gants qui dévoila ainsi des poings américains. Voilà pourquoi ses coups semblaient plus puissant. Il les posa à côté de lui sur un banc afin de se changer. Une fois son nouveau short enfilé, l’arrivée soudaine d’Alday, sous les traits d’un simple homme de ménage, le fit sursauté. Dans la panique, le pratiquant d’art martiaux bouscula le banc et fit tomber les prothèses de métal et ses gants au sol.

- Laissez moi vous aidez, fit le pickpocket en herbe.

Dans un mouvement discret et léger, il subtilisa les armes blanches puis tandit aussitôt les gants au maître. Bien évidemment, le dit maître se mit à paniquer. Il s’agita dans tout les sens sous le regard étonné du seul individu présent.

- Vous cherchez quelque chose champion ?

Ralu répondit vulgairement en saisissant les moules de combats et se redirigea vers le ring. Le combat pouvait de nouveau reprendre sans arme blanche dissimulé. Dans ce dixième round l’équilibre revenait peu à peu. En effet, Soppy qui avait encaissé de nombreux coups auparavant, ressentait une nette différence quant à la puissance des coups de son adversaire. Heureuse tournure ou pas, la victoire était désormais possible. Cependant Ralu démontra une hargne insoupçonné très certainement attisé par sa rage de vaincre. Toute la salle était captivé par l’intensité du combat et le onzième round arriva rapidement. Le maître du Dojo Bleu parvint à prendre l’ascendant ce qui ne manqua pas de frustrer Soppy qui, l’espace d’un instant, perdit son sang froid et, pensant voir une ouverture, s’y jeta à l’aide d’un direct du droit. Bien évidemment il tomba dans un piège. Son poing ne toucha pas sa cible tandis que son opposant débutait déjà un corkscrew, coup lâché avec une rotation du poignet. Face à ce coup inévitable, le maître des lieux tenta une esquive désespérée en penchant son buste sur la droite mais sa tête n’esquiva pas l’impact. C’est alors qu’un évènement improbable survint. Le gant glissa sur la peau dégoulinante de l’homme en sueur. Contre toute attente, sa sudation anormalement excessive atténua le choc et déséquilibra aussi Ralu qui se trouva désormais dans une position handicapante. Sa garde était inexistante et se repositionner nécessiterait trop de temps. Pas le temps de réfléchir car le coup final avait déjà été amorcé. Le boxeur afro délivra avec le bras fléchi, dans un mouvement vertical allant du bas vers le haut avec une force ravageuse. L’ensemble des individus fut stupéfié par la puissance du coup. D’ailleurs, l’uppercut auquel venait d’assister Alday avait éveillé un intérêt certain chez celui-ci. À ce moment précis, il estimait enfin le champion Soppy qui venait de remporter ce duel des champions non sans dégâts. Mango et Cluster se précipitèrent en larme sur leur idole. L’actuel vainqueur se dirigea vers le perdant qui reprenait peu à peu ses esprits et lui tendit la main afin de l’aider à se relever.

- ................ . ......... . ..... ........
- HYDRATE TOI SI TU PARVIENS PAS T’EXPRIMER, exprimèrent les figurants.

Pas besoin de connaître les mots qu’il avait invraisemblablement prononcé pour deviner ses paroles. Les combattants se positionnèrent au centre du ring, le perdant levant la main du gagnant. Le Dojo Rouge allait pouvoir perdurait avec en prime pleins de nouveaux adhérents.
http://www.onepiece-requiem.net/t21181-horus-alday?highlight=aldayhttp://www.onepiece-requiem.net/t21238-horus-alday?highlight=ald
Alday
Alday

♦ Localisation : Rokade

Feuille de personnage
Dorikis: 1263
Popularité: 32
Intégrité: -15

Dim 9 Juin 2019 - 18:53

       L’ambiance autour du combat avait donné place à une atmosphère plus festive. Les spectateurs anonymes avaient déjà quitté les lieux. Dojo Bleu et Rouge avait mis de côté leur ancienne rancoeur afin de profiter du buffet qui s’offrait à eux. Tous arboraient désormais un sourire et tout particulièrement Cluster. En effet, le petit être vivant avait effectué les comptes et la somme récolté lors des paris s’avérait incroyablement élevé : 4 032 000 Berrys, rien que ça. Cela permettrait de rénover la salle de sport ou d’acheter du matériels neufs. D’ailleurs Ralu et ses disciples s’en réjouissaient aussi vu qu’ils pourraient aussi bénéficier de la mise à jour des locaux. Sauf que le secrétaire coupa nette aux envies de chacun et préféra enfermer l’argent dans un coffre fort plutôt que de le dépenser bêtement. En effet, Cluster comptait rapporter et utiliser tous le mobilier du Dojo Bleu en bon économe qui se respecte. En plein milieu de la débauche, le récent vainqueur du combat vint discuter auprès d’Alday, une bouteille à la main.

- Ça fait fort longtemps que je n’avais pas vu le dojo aussi animé. Regards tous ces sourires sur leur visage. En quatre ans, je n’ai jamais réussi un tel exploit. Tu arrives, me pique ma ceinture après deux semaines parmi nous … voilà le résultat. À croire que tu-
- Je t’arrête papi … pour commencer je n’ai piqué aucune ceinture et tout ça tu ne le dois qu’à toi même. Je n’ai rien à voir avec ton dojo sauf si j'ai oublié une tâche quelque part. Il me reste deux semaines à purger ici avant de pouvoir m’en aller de cette île alors je t'en supplie, épargne moi tes beaux discours.
- Dis moi, Alday-kun, quel est ton rêve ?
- Je n’en ai pas, ronchonna ce dernier. 
- Tout le monde en a un, s’exclama Soppy tout en rigolant impudiquement à ce mensonge du voleur. Le mien s'est de pouvoir un jour affronté mon idole. De ce rêve, est née ce dojo dans lequel j'ai pu exercer mon art en attendant qu'il se réalise. Je t'ai parlé de mon rêve. Maintenant tu peux révéler le tien.

Le visage d’Alday arborait dès lors un air plus ambitieux que sa nonchalance faciale habituelle.

- As-tu déjà entendu parlé de la Fontaine de Jouvence ? On dit que cette merveilleuse fontaine offrirait la vie éternelle à quiconque boirait une gorgé de son eau bénite. On raconte aussi que sa pureté est telle qu’elle s’apparente à un ruisseau de lumière qui s’écoule continuellement sans …

Le champion n’osa pas interrompre le doux rêveur qui s’était laissé emporter par ses émotions mais il fallait bien le couper, arrivé à un moment.

- Un tel rêve, n'a pas l'air d'être facilement réalisable.
- Ça ne serait pas intéressant sinon … c'est pour cette raison que je dois devenir plus fort que je ne le suis.
- Bien ! Allons-y, exprima Soppy en se levant à l’aide d’un saut explosif. Je vais m’occuper de toi durant les deux semaines qui te reste à passer parmi nous. N’espère pas un instant que ça te permettra d’esquiver tes obligations. Tu continueras d’entretenir les locaux sous la supervision de Mango. Soifsoifsoifsoifsofisoif, nous n’allons pas te ménager.

L’amateur de vol, ricana avec arrogance à cette proposition. Il se leva à son tour, le buste béant puis s’exprima de manière prétentieuse :

- Ehehehehe et par quoi on commence ?
- Le Dojo Bleu doit vider ses locaux, c’est toi qui assurera le déménagement, seul. Avec tes bras ça ne devrait pas être trop compliqué. Néanmoins, je ne peux estimer le nombre d’aller-retour que tu devras effectuer. Quant tu auras terminer je me chargerai personnellement de toi.

Alday accepta rapidement ce premier entraînement, présumant que ça serait fini avant la fin de la journée. C'est pour cela que … trois jours plus tard, un cadavre rampant au sol à l’aide de ses jambes poussa les portes de la salle de sport. L’homme d’entretien avait finalement pris plus de temps pour transporter l’ensemble des biens du Dojo Bleu. Il se releva à bout de bras et s’affala sur le comptoir sous le regard hautain de Cluster

- Et bien … tu en as mis du temps ? On a dû trouver quelqu’un d’autres pour faire le ménage en ton absence.
- As-tu idée du nombre d’aller-retour que j’ai dû faire ?!!!! Il y’avait pleins de machins inutiles. J'ai même dû porter un trampoline, une table de poker ou même des tonneaux remplis d’aiguilles !!!
- Pour sauter abruti
- Pour se détendre crétin
- Pour mon acuponcture idiot, enchainèrent simultanément les nouveaux adhérents.
- Je vais vous buter, promit l’homme en grinçant des dents et souriant afin de masquer ses mauvaises intentions.

Vint se joindre à cette discussion sans intérêt, le champion qui surgit en claquant violemment sa main sur le dos du malheureux bandit.

- Mais pourquoi t’as fais ça crétin en sueur ???!!!!
- Oh, mais il me semblait que tu t’étouffais, te voilà sauvé.
- C’est toi que j'vais étouffé, menaça Alday en gesticulant ses phalanges de manière désarticulé.
- Bien si tu as encore assez d’énergie, on peut commencer ton entraînement. Tu te sens prêt ? À moins que tu préfères perdre d'avantage de temps.

Le vagabond reprit alors son calme et se redressa tout en cognant son poing droit contre sa main gauche.

- Les choses sérieuses commencent enfin.
- Euh juste tu peux m’apporter un verre d’eau, je commence déjà à m’assécher rien qu’à l’idée de débuter, réclama avec audace le champion avant de se prendre une beigne.

Ainsi débuta l’entrainement du fripon dans le but de s’endurcir. Durant les jours qui passèrent, celui-ci montra une réelle envie d’apprendre et de s’endurcir. Il écouta sans broncher les consignes et les ordres du maître bien que par moment il avait du mal à garder son calme face au personnage. Ce dernier voulu concentrer les exercices autour des bras de son nouvel élève. En effet, les membres supérieures constituaient le principal atout jeune homme. Il lui fallait exploiter et renforcer cette puissance. De ce fait, la majorité des exercices était concentré sur les bras, les épaules et le dos de l’ancien esclave, si bien qu’après chaque séance il lui était souvent difficile de passer le balais sans ressentir la moindre courbature. C’est donc dans la souffrance que le travail et l’acharnement réalisé au cours des deux dernières semaines arriva à sa fin. Difficile d’évaluer la marge de progression qu’avait effectué le cambrioleur mais il était certain que celle-ci était présente.
Pour son dernier jour dans le Dojo Rouge, l’ensemble des membres était présent pour la plus grande insignifiance d’Alday. Ce dernier, alors prêt à partir, tenait dans une main un sac de provisions afin de pouvoir reprendre la route tranquillement. Avant de quitter une bonne fois pour toute ces personnes avec qui il partageait son quotidien durant plusieurs jours, le maître Soppy voulu lui remettre un bien.

- C’est pas grand chose mais je pense qu’il t’es plus approprié, je l’ai acheté dans une vieille brocante.
- Un vulgaire bouquin tout déchiré ?
- soifsoifsoifsoifsoifsoif, c’est vrai qu’il est dans un sale état et qu’il manque quelques pages à la fin mais je suis sûr que ça te sera utile.
- L’art du Ryusoken … ça marche. Tant qu’on est dans les cadeaux, tu pourrais aussi m’offrir ce truc, réclama le voleur en pointant du doigt la ceinture en or du champion.
- Cette ceinture … soifsoifsoifsoifsoifsoif. Pour la mérité il faut vaincre l’ensemble des combattants de ce dojo, s’esclaffa Soppy. Te sens-tu assez fort pour nous battre les quinze à tour de rôle ?

À cette provocation, le grand brun ne se fit pas attendre, il posa son sac par terre et monta sur le ring principal.

- J’aime votre manière de faire vos adieux. Ramenez-vous.

~~~~

La nuit était tombée et dans les rues calmes et tranquilles de l’île, un homme bien amoché arpenté les trottoirs avec un gros sac sur le dos. Alors qu’il semblait se dirigeait vers une destination précise il fut interpellé par un petit homme, bien plus amoché que lui, qui peinait à tenir debout. C’était Halfy, l’individu qui avait intégré le dojo le même jour que la venue d’Alday. Il souhaitait s'adresser à ce dernier avant son départ mais n'avait pas trouvé le courage de s'exprimer jusqu'ici.

- Mer … … mer … Merci pour tout !!!

Le voleur s’arrêta mais ne se retourna pas tandis que le semi-homme reprit avec hardiesse malgré les larmes.

- Je suis désolé pour ce que je t’ai dis, tu n’es pas qu’un vulgaire voleur. Merci pour ce que tu as fais pour le maître et le dojo, je ne l’oublierai jamais. Je travaillerai dur … et deviendrai plus fort … et … et la prochaine fois qu’on se croisera … je te vaincrai !!!

Quelques secondes passèrent puis sans dire un mot, le natif de Rhétalia sorti une pièce de monnaie de sa poche et la jeta en l’air pour retomber dans les mains de son interlocuteur. Il reprit le pas sans rajouter quoique ce soit. C'était sa manière à lui de dire au revoir. Il continua d’avancer laissant derrière lui une bonne action de faite. Il marcha jusqu’à arriver sur une étendu d’herbe lui étant familière. Il était là, allongé sur la verdure, une brindille dans la bouche, profitant des biens faits de la lumière d’un lampadaire. Twister s’était mis à attendre son compagnon sur les lieux de son premier combat face à Soppy. Lui aussi avait un sac près de lui, très certainement le fruit de ses activités malhonnête durant le mois. À l’arrivée d’Alday, il se redressa arborant une froideur sans égal à l’encontre de celui-ci.

- Ça y’est t’as finis de jouer à la bagarre, on peut foutre le camp de cette île. Il n’y a que des fanatiques du combat ici et très peu de faiblards que je ne peux pas dépouiller sans crainte.

Pour calmer les jérémiades de son mentor, lâcha son sac qui lors du choc contre le sol fit un son fort apprécié par le vieux gaillard. La grosse poche en tissus était assez ouverte pour laisser paraître des babioles. Néanmoins, en fouillant ne serait-ce qu’un peut, on pouvait deviné la présence d’une grande quantité de billets et de pièces pour la plus grande joie de Twister.

- Ahahahah je te reconnais bien là, comment as-tu obtenu tout cette argent ?
- Disons que j’ai joué à pile ou face.
- Et concernant la ceinture … tu l’as aussi remporté à la loyal ou tu l’as volé ?

Le voleur, alors debout les yeux portaient vers l’horizon, tourna la tête vers son acolyte et, tout en arborant un sourire espiègle, répondit :

- Va savoir …
http://www.onepiece-requiem.net/t21181-horus-alday?highlight=aldayhttp://www.onepiece-requiem.net/t21238-horus-alday?highlight=ald
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1