AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Piécettes et petite monnaie.

Peeter G. Dicross
Peeter G. Dicross

♦ Localisation : North Blue - Manshon.

Feuille de personnage
Dorikis: 1712
Popularité: 26
Intégrité: 0

Mer 17 Juil 2019 - 2:43

J'ai l'impression de vivre cette scène des centaines de fois.

Assis sur un lit, le dos appuyé contre le mur froid de la chambre, une cigarette au bec et un verre de rhum ambré dans la main. Le regard perdu au dehors, au travers de la vitre, l'unique. Pensif, abattu, fatigué. Les yeux explosés, l'esprit retourné. Sur la petite commode à ma droite, de quoi consommer mon opium, celui que je ne mélange pas au tabac de mes cigarettes améliorées. Un cendrier, pour écraser ces dernières et y déposer les cendres. Je me suis défoncé à l'alcool et la drogue pendant des jours et des nuits, y'a des cadavres de bouteilles qui traînent un peu partout sur le sol. La notion du temps à foutu le camp depuis longtemps, et la douleur l'a gentiment suivie, ce qui me soulage et c'est foutrement bon de plus rien sentir. Les doigts de ma main libre effleure l'épaisse couche de bandages compriment mon estomac. C'est encore douloureux, aussi bien physiquement que psychologiquement.

Salopards de révolutionnaires de merde.  

Cette cicatrice au bide, ce mal de chien qui ne veut pas s'atténuer autrement que sous des litres de gnôle et les effets de stupéfiants, je le dois à ces fumiers. En y réfléchissant bien, je leur dois la totalité de l'échec du job. Si le boulot a foiré, si la cargaison a pas été livrée, c'est de la faute de ces trois fils de putes. Leurs mères auraient mieux fait de serrer les cuisses et rafraîchir leurs ardeurs la fois où elles ont conçu trois pourritures pareilles. Ils m'ont foutu dans une merde pas possible, en plus d'avoir bien failli me crever et d'avoir tué certains de mes hommes, dont Azraeli, mon frère d'arme...

Mes dents se serrent et le poing se resserre, la dextre se porte à hauteur de lèvres et j'enquille ce qu'il reste de liquide dans le verre pour faire passer le mal qui me ronge.

Celui-ci pourtant, c'est peine perdu que d'essayer de le faire partir. Il est bien trop encré en moi, on appelle ça la culpabilité. Ça a les dents longues et un appétit vorace, très friand d'âme torturée comme la mienne. 'Faut dire aussi que je suis bon client, je lui donne régulièrement de quoi allègrement se repaître, c'est pas la famine qui risque de lui tomber sur le nez à celle-là. Culpabilisé, avoir des regrets, s'en vouloir, rejeter toute la faute sur ma poire, c'est ma façon d'être, et je le fais très bien. Boire, fumer, c'est un moyen comme un autre d'essayer de me soustraire à tout ça, ma porte de sortie. Éphémère, j'en ai bien conscience. Quand t'es sobre à nouveau, c'est une grande claque dans la gueule.

Des claques, j'en ai trop pris dans la vie, ça me laisse un peu sur les rotules à la longue. Ne jamais abandonner, ne jamais se laisser abattre, ça devient difficile de s'y tenir quand tous les enfoirés de la terre ont mis un contrat sur ta pomme. Par moments, de faiblesse ou de lucidité, le suicide est envisagé. Mettre un point final à tout ce merdier en se foutant en l'air. Une balle dans le crâne de ce pistolet qui repose sagement contre ma cuisse, se défenestrer, foutre le feu à la piaule, m'empoisonner, ce ne sont pas les moyens qui manquent. Le cran ? C'est bien ce qui fait toute la différence à chaque fois, j'ai pas les couilles de passer à l'acte. 'Paraît que j'aime bien la vie, quand même et que je suis pas pressé de la perde.

Puis, j'ai toujours eu dans un coin de la tête ce stupide espoir que je réussirai un jour à la changer, en faire quelque chose de bien. Déserteur et désormais criminel au sein du famille mafieuse, c'est une sacrée réussite, y'a pas à dire... Pire, je suis un malfrat à deux doigts de se faire liquider par sa propre famille, c'est très fort ça. J'ai merdé, et le Padre a pas vraiment apprécié le paquet de thunes que je lui ai fait perdre. Si j'ai survécu à mes blessures, me retranchant dans cette petite taverne méconnue de Manshon, c'est bien pour avoir une chance de me rétablir avant que cette saloperie à la gueule amochée d'Anatoli me mette la main dessus. Forcément qu'il me cherche ce gros con, 'fait des années qu'il attend le bon prétexte pour m'égorger.

Va chier sale enculé de merde.

Toc. Toc. Toc.

Enfoiré de karma de merde, ça toque à la porte. Sciavonnache, déjà ? C'est bien son genre de m'endormir pour mieux me saigner.
http://www.onepiece-requiem.net/t21474-peeter-g-dicrosshttp://www.onepiece-requiem.net/t21486-peeter-g-dicrossEn ligne
Peeter G. Dicross
Peeter G. Dicross

♦ Localisation : North Blue - Manshon.

Feuille de personnage
Dorikis: 1712
Popularité: 26
Intégrité: 0

Jeu 26 Sep 2019 - 0:00

Plus d'instinct que de ma propre volonté, je me suis emparé de mon flingue pour le braquer en direction de la porte. Si Sciavonnache ou ce qui ressemble de près ou de loin à un tonton flingueur se pointe, je lui en colle trois dans le crâne.

Peeter... Plus d'une année qu'on ne s'est pas vu et tu m'accueilles comme ça ? Toujours aussi dur.

J'avale ma salive, mon cœur rate un battement, j'ai la main qui tremble et suis pris d'un violent coup de chaud. Je sais pas si j'hallucine ou si elle est vraiment là, debout dans l'encadrement de la porte, à me fixer de son regard rempli de reproches, mais si apaisant à la fois. Me trouve comme un con, à bégayer mentalement, à croire que je deviens fou, ou que je suis tellement désespéré que mon esprit me la ramener. J'hésite un instant à tirer, pour vérifier, m'assurer que j'ai pas un problème, mais rejette immédiatement cette idée la seconde suivante, en m'insultant intérieurement d'avoir pu y penser. Incapable de sortir un son, ni un mot, mon bras fini par retomber et l'arme avec lui, plus rien ne venant menacer mon invitée totalement inattendue. Elle parle, mais je n'écoute pas.

Parce que y'a cette putain de question qui tape partout à l'intérieur de mon crâne et y provoque un vacarme assourdissant.

Qu'est-ce que tu fous là... ?

Ouais. Raté du con. Tu pouvais pas faire mieux comme première phrase, ça va parfaitement avec le canon de pistolet que tu lui calais devant les yeux y'a quelques secondes. Elle grimace, ne se vexe pas étrangement, mais aurait espéré mieux comme réponse. Elle a toujours espérée mieux de moi, pour tous les deux, c'est dans mes habitudes de la décevoir. Je me suis révélé particulièrement efficace dans le domaine durant les quelques mois que notre relation a duré.

Piécettes et petite monnaie.  43e68510

Talia Euraled. Bordel ce qu'elle est toujours aussi belle. J'ai les yeux qui se perdent en contemplation de son visage, depuis le temps, ça m'avait manqué de la contempler. Ses cheveux ont poussées, que je remarque. Ils étaient moins longs avant, et avec cette ondulation qui leur est propre, ça les rend encore plus magnifiques qu'à l'époque. Ce que j'aimais y passer mes doigts depuis le haut de sa tête, et redescendre lentement jusqu'aux pointes... Et l'embêter quand mes doigts bloquaient sur des nœuds, ce dont elle avait horreur, que je tire dessus pour les défaire.

T'as l'air complètement ailleurs Peet'... T'es chiant à te défoncer comme ça...

Je souris, elle m'a appelé Peet'. Dieu ce que ça m'avait manqué, ce que ce petit surnom peut faire du bien à entendre venant de sa bouche. Tiré de ses lèvres, ses douces lèvres que j'adorais embrasser... Talia, elle, est loin de sourire. Ce qu'elle voit ne lui plaît pas, mais elle sait très bien pourquoi j'en suis rendu là. Elle pénètre de son plein gré dans la pièce, sachant pertinemment qu'il ne fallait pas attendre que je l'y invite, auquel cas elle serait restée dehors. Les sentiments sont toujours là, ils ne sont jamais allé bien loin. Mais la rancœur les accompagne de très près, trop près. C'est valable pour elle, comme pour moi.

On m'avait pas menti, t'es dans un sale état...

Elle se mord la lèvre inférieure, ses yeux s'humidifient en constatant l'étendue des dégâts. Surtout l'épais bandage sanguinolent qui entoure mon ventre. Celle-ci a du mal à cicatriser.

C'est rien, t'inquiètes. Je vais déjà mieux.

Elle me fout un coup de poing en plein sur la blessure, agacée. La douleur me plie en deux et m'arrache un juron. Bordel de merde.

Guéri, hein ?! Ce que tu peux m'énerver quand tu fais ça ! Si on m'a dit de venir, idiot, c'est parce que t'es loin d'aller mieux ! Pourquoi tu dois toujours jouer les durs ?! Faire semblant que rien te blesses ?! C'est insupportable !

Elle commence à vider son sac, déjà. J'aurais préféré qu'elle attende un peu avant de hausser le ton et faire pleuvoir les reproches, histoire qu'on passe quelques minutes au calme, juste elle et moi. Je suis stupide d'avoir cru qu'elle était venue jusqu'ici avec la hache de guerre enterrée bien profondément depuis le temps. Oh non, elle l'a bien en main et il en faut pas beaucoup pour qu'elle me fende le crâne en deux avec. 'Faut dire qu'on a pas vraiment eut le temps de se dire les choses, la dernière fois qu'on s'est vu, elle est juste parti sans me calculer. Je crois qu'elle était tellement déçue et en colère contre moi cette fois, qu'elle ne voulait même plus me voir ou m'entendre. J'ai bien essayé de la retenir, mais j'ai rapidement compris que c'était plus un mal qu'un bien que de m'acharner.

S'en est suivi une année d'ignorance totale, et ça putain, ça fait foutrement mal.
http://www.onepiece-requiem.net/t21474-peeter-g-dicrosshttp://www.onepiece-requiem.net/t21486-peeter-g-dicrossEn ligne
Peeter G. Dicross
Peeter G. Dicross

♦ Localisation : North Blue - Manshon.

Feuille de personnage
Dorikis: 1712
Popularité: 26
Intégrité: 0

Sam 28 Sep 2019 - 3:03

Qui ?
Quoi, qui ?
Qui t'as dis de venir ?
Hm, Mathias. Mais ils s'inquiètent tous, ça fait deux semaines.
Je suis pas mort, je récupère.
Tu te planques, et tu guéris pas parce que tu préfères souffrir que de faire cicatriser cette plaie correctement. N'en veut pas à Mathias, il a bien fait.


Je lui en veux pas au trentenaire moustachu, c'est un gars sur qui j'ai toujours pu compter. Un de ces gars de confiance pour qui je donnerai ma vie. Il était avec moi dans ce merdier qui a coûté la vie à Azraeli et qui a bien failli m'enlever la mienne. Si j'avais pu, si je pouvais, je l'échangerai contre celle de mon ami tué par cette saloperie de révolutionnaire. Jacob Longdrop, j'oublierai jamais ce nom. Ni la promesse faite cette nuit-là, la promesse d'une vengeance. Jacob, sa pétasse de partenaire maniant l'arme blanche, leurs proches, amis, familles, tous les vider de leur sang.

Bon, laisse-moi voir cette plaie de plus près.

Je sursaute au contact de ses doigts gelés sur ma peau fiévreuse. Talia est doctoresse, soigner les gens, leurs blessures du quotidien, leur mal être, c'est son domaine. Plus rarement, elle est appelée par la garnison de son île pour intervenir sur des blessures plus sérieuses, comme une balle logée dans la peau, une plaie ouverte. Je ne suis pas le premier type qu'elle rafistole de ce type de dommages, elle sait comment s'y prendre et mes gars le savent. Ils n'ont pas fait appelle à elle pour rien. Je vais pour autant pas les remercier, j'ai honte de l'avoir laissé me voir dans cet état. L'idée c'était pas de paraître plus minable que je pouvais déjà l'être à ses yeux.

Peet'...

Elle semble hésiter, attristée. Me regarde un instant, compatissante. Elle vient de se rendre compte que si je suis encore en vie, c'est grâce à la chance. La veine que l'autre pouffiasse ne soit pas parvenue à m'embrocher correctement, et surtout que le temps joué pas en sa faveur pour prendre le soin de me crever proprement. Rien que d'y penser, j'en ai la rage. La gueule que j'aurais eu si je serai mort là-bas, sans même avoir tenue parole auprès de mes gars. 'Va falloir s'endurcir, et se perfectionner. Casser plus de bouches, et mieux.

La plaie s'est infectée, normal que ça ne se referme pas... Il faut changer tes bandages et nettoyer régulièrement pour que ça marche, tu sais.

La remarque fait mouche, on sait tous les deux de quoi elle parle. 'Vrai que je me suis un peu laissé crever ces derniers temps... C'est là tout le paradoxe avec un abruti dans mon genre. Je me laisserai bien crever, m'abandonnerait bien à mes envies suicidaires, mais je me terre au fond de mon trou pour échapper à la main assassine de cet enfoiré de Sciavonnache. Mourir oui, mais pas lui offrir ce plaisir à l'autre con.

Cela fait plusieurs minutes qu'elle s'affaire à nettoyer tout ça, et plusieurs minutes que je ferme ma bouche. C'est dingue ce que je peux être lâche. Elle est là, tout proche de moi, sa seule présence suffisant à faire tambouriner mon cœur et je suis pas foutu de lui adresser la parole. La honte, la rancœur, la fierté, et sûrement d'autres choses négatives qui me verrouillent dans un mutisme profond. J'aimerai avoir la force de m'excuser, au moins, mais même ça j'en suis incapable. Elle a fait le déplacement depuis son île exprès pour me venir en aide malgré la situation compliquée entre nous, et moi, je me comporte encore comme un gros connard.

Tu veux un verre ?
http://www.onepiece-requiem.net/t21474-peeter-g-dicrosshttp://www.onepiece-requiem.net/t21486-peeter-g-dicrossEn ligne
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1