AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un grain de poussière dans une mer de sable

Arhye Frost
Arhye Frost

♦ Localisation : Royaume d'Alabasta
♦ Équipage : Non

Feuille de personnage
Dorikis: 4300
Popularité: -261
Intégrité: -230

Lun 12 Aoû 2019 - 23:27

- Arhye...
- Quoi ?
- J'ai chaud.

    Cela fait plusieurs jours que nous traînons au Royaume d'Alabasta maintenant. Nous sommes arrivés à Alubarna, la capitale, il y a un moment déjà. Nous avons eu l'occasion de faire le tour de la ville et de collecter des informations par-ci par-là mais nous en sommes toujours au point mort. Il faut dire que l'endroit est mal choisi : malgré ses relations avec le Gouvernement Mondial, l'endroit ne comporte aucune garnison de la Marine, ni avant-poste ni rien. Il existe bien une ambassade, pour la forme, mais son utilité est négligeable.

- C'est normal, c'est le début de l'après-midi.
- ... T'as pas chaud toi ?
- Nan ça va.

    J'espérais sincèrement en apprendre plus sur le lieu où ont été emmenés mes parents. Etant soupçonnés - à tort - d'avoir pactisé avec la Révolution, et appartenant à la Marine pour l'un, j'imagine qu'ils ont dû passer devant le tribunal d'Enies Lobby. D'après le journal, il y a eu pas mal de procès au cours de ces derniers mois impliquant des révolutionnaires et leurs alliés. Si mes parents ont été reconnus coupables, il y a de fortes chances pour qu'ils aient été exécutés...
   Mais mon père possède son lot de victoires. Il est reconnu par ses pairs. Ses faits d'arme devraient lui servir, ainsi qu'à ma mère. Tant que leur mort n'est pas confirmée, je dois continuer de chercher.

- T'as bien de la chance... Si seulement je pouvais me rafraîchir, là, tout de suite... Rien que par la force de ma volonté...
- Ouais, ce serait l'idéal.
- ...
- ...
- Tu voudrais pas...
- Non, stop !
- Oh allez ! Rien qu'un glaçon ! Sur la langue !
- NON ! Je ne suis pas une machine !
- Pfeuh ! Radin...

   Et voilà. Matt Denis se remet à bouder. Tout ça parce qu'il fait quarante à l'ombre et que notre dernière pause date d'il y a deux heures, au moment du dîner. Du coup il grommelle tout seul dans son coin - la partie gauche de notre banc, sous un palmier - tout en enfonçant ses mains dans ses poches... Jusqu'à ce que la chaleur l'oblige à les ressortir, moites et collantes. Cela fait bien longtemps qu'il n'a pas remis ses gants noirs d'ailleurs.
   Je soupire et replonge dans mes pensées. En cas d'emprisonnement, Jotunheim était le choix premier : prison réputée ; résidents célèbres ; sans distinction d'affiliation. Mais les récents événements ont permis d'exclure cette possibilité. Pour le reste, ce ne sont que des suppositions : Le trou, Mile High Purgatory, le Kapharnaum... Autant de noms entendus ça et là, au travers d'une discussion, d'une rubrique ou d'une annonce gouvernementale. Quoi que Mile High soit censé être un lieu très secret : il est difficile d'accès, ce qui s'y passe n'arrive jamais aux oreilles des curieux et personne n'en ressort pour témoigner de ce qu'il y a vécu.
    Je remercie mon compagnon pour ses talents de furetage. Il n'empêche que même avec ça, impossible de savoir où chercher. De toute manière, on ne pourrait pas faire grand chose à deux.

- Je pensais à un truc.
- Mmh ?
- T'aurais pas entendu des rumeurs sur une île pas loin d'ici ?
- Une île ? Quel genre ?
- Un "royaume aussi grand qu'Alabasta"...
- Imashung ? Et alors ?
- Eh ben... Tu sais...
- ... Oh je vois où tu veux en venir. Je te connais.
- Et donc ?
- Je pense que t'es sacrément con.

    Je me tourne vers Matt, cachant mal mon étonnement : c'est bien la première fois que je l'entends jurer aussi franchement, surtout à mon égard. Sans doute que sa mauvaise humeur passagère y est pour quelque chose, mais tout de même ! Il ne sourit pas du tout. Il a même l'air particulièrement sérieux.

- Tu penses à Lust, c'est ça ?
- ...
- C'est un Corsaire, Arhye. Une des femmes les plus dangereuses au monde qui plus est. Tu ne peux pas lui demander quelque chose sans t'attendre à en payer le prix. Et nous savons tous les deux que ce ne sera pas du gagnant-gagnant.
- Quand bien même, elle pourrait au moins savoir si...
- Quand bien même ! Soit elle nous réduit en esclavage, soit elle découvre tes pouvoirs et décide de te prendre comme larbin à vie. Sois raisonnable, bon sang ! Si tu veux les retrouver, c'est pas comme ça que tu dois t'y prendre.
- ET COMMENT ALORS ?

   J'ai crié. Le voleur a sursauté, tout comme les quelques passants qui marchaient par là. Mais pour l'instant, je m'en contrefiche :

- Qu'est-ce que tu proposes ?! Hein ? Qu'on retrouve les autres ? Moka a disparu ! J'ai laissé Daemon derrière moi par pur égoïsme ! Les seules personnes qui m'ont aidé jusqu'à présent l'ont fait parce que la situation l'exigeait ! Depuis qu'on se connait, on a pas cessé de se faire utiliser, Matt. J'en suis conscient ! Mais tu vois... J'en ai plus rien à faire. Si ça peut me permettre de me rapprocher ne serait-ce QU'UN PEU de mes parents, alors soit ! Qu'on m'utilise ! Alors oui c'est désagréable, oui ça m'emmerde ! Mais est-ce que j'vaux mieux que ça ? Et même si c'était le cas, est-ce que je ne devrai pas tout faire pour les rejoindre au plus vite ? Est-ce qu'au moins ils sont encore en vie ?! PERSONNE NE LE SAIT ! MOI j'en sais rien et ça me tue ! Tu comprends ça ?!

    Plus personne n'ose bouger autour de nous. Même les rares enfants du quartier ont cessé de rire et de pleurer, comme pour respecter la non-intimité du moment. J'ai relâché la pression. Pas toute, mais une bonne partie. J'en ai presque les larmes aux yeux... Ce qui pourrait être comique dans d'autres circonstances, vu ma peau sèche. Ma respiration est forte, mon coeur bat vite. Inconsciemment, je souffle de la vapeur d'eau froide.
   Si je laissais libre court à mes pulsions, je gèlerai l'entièreté de la place, d'un revers de la main. Mais je n'ai ni la force ni l'assurance de me sentir mieux après ça. Et mes problèmes ne regardent que moi. Je n'en suis pas encore au point d'impliquer des innocents dans mes crises existentielles.
    Je ne suis pas un monstre.

    ... Au final, cette humeur passagère est la preuve que tout est calme. Cela fait un moment que nous n'avons pas eu d'ennuis.
    C'en est presque étrange.
http://www.onepiece-requiem.net/t18482-le-corbeau-de-north-bluehttp://www.onepiece-requiem.net/t18490-ft-de-arhye-frost
Arhye Frost
Arhye Frost

♦ Localisation : Royaume d'Alabasta
♦ Équipage : Non

Feuille de personnage
Dorikis: 4300
Popularité: -261
Intégrité: -230

Jeu 15 Aoû 2019 - 18:47

- Mon sac !

    Nous venions à peine de nous réhabituer au silence et de nous lever qu'une femme se met à crier. Un vol à l'arrachée vient d'avoir lieu, juste sous notre nez, au carrefour entre plusieurs rues commerçantes de la ville. Matt grimace et me regarde avec insistance. J'observe la scène sans broncher, la tête ailleurs. Ce genre de choses m'apparait banal désormais.
    Le blond me donne un léger coup de coude. Je le fixe, il me fait signe de la tête, je soupire. Je tends le bras en direction du voleur de sac, lequel me facilite la tâche en bousculant les gens sur son passage, dégageant mon champ de vision et d'action. L'extrémité de ma main gèle aussitôt et, à la manière d'une arbalète, je projette un pieu qui va se ficher de le dos du coupable*. Celui-ci pousse un cri de surprise et tombe à la renverse, la glace recouvrant peu à peu son dos et le reste de son corps.

- T'es content ?
- Ça te ressemble davantage.
- Ça fait pas très pirate.
- Je ne vois pas où tu as vu ça. Ça fait humain, c'est le plus important.
- Dixit le voleur élevé par des mafieux !

   Nous nous rapprochons de ma cible, toujours paralysée. La femme qui a crié vient à son tour, d'un pas mal assuré. Voir une lance de glace jaillir du bras d'un inconnu, ça doit faire bizarre, peu importe la situation. Elle bégaie :

- M-merci...
- Y a pas de quoi. Tâchez de faire plus attention à vos affaires.
- En vous souhaitant une bonne journée !

    Sur ce, nous quittons les lieux. Autour de nous, les murmures sont nombreux. Certains marchands causent même entre eux en nous dévisageant. Nous passons devant les étals, la capuche de nos habits locaux rabattue au maximum et sans regarder dans leur direction. Les odeurs d'épices et de friandises au miel m'emplissent les narines, tout autant que les senteurs d'encens, de terre cuite et de tapisserie neuve. Certains crieraient au cliché si je leur racontais. Et pourtant...
   Matt s'est plutôt bien remis dans mon coup de gueule. Il a toujours été nettement plus patient et compatissant que moi, même avant Daemon Wall ou les événements de Jotunheim.

- Excusez-moi...

   Nous nous arrêtons. Un homme d'à peine trente ans avec un turban sur la tête se tient devant nous, l'air timide et les bras chargés.

- J'ai vu ce que vous avez fait à l'instant... C'est ma femme que vous avez aidée : elle faisait des courses pour moi pendant que je tiens la boutique. Je vous prie d'accepter ça, pour vous remercier...

   Il tend deux paniers remplis de fruits, ainsi que quelques morceaux de viande séchée. Nous regardons cela sans trop savoir comment réagir. Moi surtout. J'ose en prendre un, doucement, et observe sa réaction. L'homme n'a pas l'air pleinement rassuré. Il semble même avoir peur de nous... Il n'est pas le seul d'ailleurs. J'ai sans doute fait plus forte impression que prévu. Je jette un oeil en arrière et vois que le voleur est toujours au sol, en train de gémir tandis que des autochtones le surveillent en attendant la garde.
   Je retourne mon attention vers le marchand et balbutie :

- Ben euh... Pas de problème, merci à vous.

   "Pas de problème, merci à vous" ? Depuis quand je n'ai pas formulé une phrase aussi... Normale ? Et nulle en plus ! Et Matt qui sourit comme un benêt à côté en plus ! Il se moque ? Il est heureux ? Va savoir. De toute manière, je suis trop malaisé pour rester sur place. Je m'éloigne avec les offrandes, mon compagnon à la suite. J'imagine que l'autre gars nous regarde encore depuis le milieu de la rue.

- Tu vois ? C'était bien de le faire.
- Peut-être bien ouais. Mais tu en aurais volé davantage sans te faire prendre.
- Et tu aurais laissé passer ?
- ...
- Tu n'as pas changé Arhye. Tu es toujours ce jeune homme plein d'empathie que j'ai rencontré à Manshon. Il n'y a que toi pour croire le contraire.

    Avant que je ne puisse répondre quoi que ce soit, on nous interpèle à nouveau :

- Vous là. Suivez-nous.

Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t18482-le-corbeau-de-north-bluehttp://www.onepiece-requiem.net/t18490-ft-de-arhye-frost
Page 1 sur 1