AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Présentation de Coyote "Cube" Cowalsky

Coyote
Coyote


Lun 4 Nov 2019 - 17:45

Cowalsky Coyote
Pseudonyme : Cube
Age : 15 ans
Sexe : Homme
Race :  Humain.

Métier : Aventurier et balayeur
Groupe :Pirate

But : Trouver le plus puissant des Fruits du Démon.

Équipement :
- un Balai-brosse
- plusieurs petites brosses à poils durs
- un tablier
- un petit bateau de pêche ?

Parrain : ...

Ce compte est-il un DC ou un "reroll" ? Non
Si oui, quel @ l'a autorisé ? ...

Codes du règlement :


Description Physique
Le visage de Coyote est plutôt commun. De grands yeux noisettes pétillants d'innocence et de détermination, un large sourire enfantin et des cheveux brun et courts, il a le visage d'un adolescent comme un autre. Son seul trait quelque peu original est le bandeau en tissu blanc qu'il porte avec le nœud sur le côté droit du crâne, tel un ouvrier. Lors d'un combat ou d'une situation tendue, Coyote a tendance à faire glisser le nœud de son bandeau vers l'arrière, à la manière d'un combattant.

C'est du point de vue de son corps que Coyote se démarque d'autres adolescents humains du fait qu'il soit très trapu. Tout d'abord, il est petit pour son âge, le haut de son crâne plafonnant à un mètre cinquante-et-un. Un centimètre très important pour Coyote, qui n'hésite pas à corriger n'importe qu'elle personne l'oubliant. Ensuite, après des années d'entraînement intensif au maniement du balai, la musculature du torse, des abdominaux, des épaules et des bras de Coyote ce sont disproportionnellement développés. Enfin, le jeune Coyote est un peu court sur patte, une particularité qui, une fois liée à sa taille, sa musculature et des vêtements toujours amples, donne l'impression d'être un carré sur lequel on a planté une petite tête. Un physique qui lui vaux son surnom de "Cube".

Vestimentairement parlant, il aime porter des vêtements de tailles supérieur à la sienne, sinon il se sent trop serré au niveau de la poitrine et des biceps. Il a aussi pour habitude de porter un tablier en tissu noir sur lequel est brodé le symbole de sa caste, une serpillière blanche se croisant avec un balai de la même couleur. En y ajoutant un crâne avec un bandeau et en le mettant sur le mas d'un navire, ce tablier pourrait ressembler à un drapeau pirate. Enfin, Cube porte des chaussures de sécurités et des mitaines en caoutchouc bleues.

D'un point de vu attitude, Coyote se ballade toujours avec un balai à la main, même quand il dort. Des années d’entraînement lui ont appris à être toujours prêt à nettoyer un sol ou un mur. Ainsi, il n'est pas rare de le voir balayer quand il s'ennuie ou qu'il patiente. D'ailleurs, son coup de balai est tellement précis et naturel qu'il lui est arrivé d'être pris pour un employé municipal, d'épicerie, d'hôtel ou encore un marin expérimenté par les membres, patrons et capitaines de ces établissements ou bateau eux-même. Bien sûr dès qu'il arrête de balayer, les gens comprennent leur erreur. Une particularité que Coyote tente d'utiliser de temps à autre quand il doit s'infiltrer quelque part.


Description Psychologique
Coyote est un jeune homme qui a vaincu une grande partie de sa vie dans la même île et ne connaît du monde extérieurs qu'histoires et rumeurs, il a donc tendance à s'émerveiller d'un rien sauf si cela concerne le nettoyage. En effet, Cube est plutôt maniaque quand il s'agit de la propreté d'une pièce, d'un navire, voire d'une rue et trouvera presque toujours quelque chose à dire sur la propreté d'un endroit, s'il ne commence pas directement par le balayer. Il peut être un invité malpoli dans ce domaine.

Malgré son physique cubique, Coyote est sûr de ses capacités et aussi très déterminé. Quand il a décidé qu'il peut faire quelque chose, il mettra tout en œuvre pour y arriver, peu important le temps et les efforts. Toutefois, sa petite taille est un sujet sensible pour lui, surtout quand on oublie le petit centimètre mentionné dans la description physique. Il n'est pas rare de l'avoir vu perdre son sang-froid ou se lancer dans un combat perdu d'avance juste parce qu'on l'a traité de nabot, petit, nain, grotte de nez de géant etc. à plusieurs reprises (trois insultes de suite peuvent le mettre très en colère).

En parlant de combat, malgré le rôle de milice occupé par sa caste sur son île natal et son entraînement, Coyote n'est pas un guerrier. Il a appris à se battre en groupe et n'hésite pas à fuir si la situation dégénère et qu'il comprend qu'il ne peut pas gagner (sauf si on l'insulte sur sa taille). Ainsi, il préférera distraire ou handicaper un adversaire à coup d'attaques vicieuses plutôt que de se battre honorablement. De même, son approche des situations dangereuses se fera plus par le billet de l'infiltration et de la ruse car oui, malgré son apparente naïveté et son côté paysan sorti de sa campagne, Coyote est malin, pas intelligent ou très cultivé, mais malin. Il essaiera d'être inventif et imprévisible pour se sortir de situations difficiles.

Comme mentionné dans la description physique, Cube a une technique d'infiltration favorite : se faire passer pour un employer, mousse ou domestique en utilisant sa technique et son talent de balayeur. Malheureusement, une fois sur deux, il se laisse propre à son propre jeu et se prendra lui même pour l'employé qu'il n'est pas (du moins jusqu'à ce que le carrelage du rayon fruit de mer ne brille de mille feu). Malgré son complexe vis-à-vis de sa taille, il n'hésitera pas à l'utiliser pour avancer discrètement.

La volonté de Coyote est aussi très grande et son but ultime est trouver un Fruit du Démon assez puissant pour le ramener chez lui et permettre à sa famille de recevoir une promotion sociale. Il ne reculera devant rien pour atteindre son but, voler, mentir ou tricher, sauf l'acheter (il ne peut simplement pas comprendre comment un simple fruit peut coûter si cher) ou mettre la vie d'une autre personne en danger. Cube est d'avis que son seul ennemi mortel est la poussière et refusera de tuer qui que ce soit. Par contre, rien ne l'empêchera d'essayer d'handicaper ses pires ennemis de manière permanente et douloureuse. Coyote est tellement concentré sur son objectif qu'il se moque d'autres trésors, sauf s'il s'agit d'un nouveau balai. Ainsi, s'il trouve un trésor sans Fruit du Démon à la clé, il le laissera à ses camarades oe l'ignorera complètement.

Coyote est un goinfre. L’entraînement ça use et un apport en énergie et protéines est important pour garder la forme. Par contre, du fait qu'il a passé des années à se nourrir des restes d'un grand hôtel, comme le reste des membres de sa caste, il peut manger n'importe quoi et le trouver délicieux, même si des rats n'en veulent pas.


Biographie
Coyote est né dans une petite île d’East Blue : Fechpot, qui se trouve sur une voie maritime empruntée par différents royaumes commerciaux et connue pour son hôtel de luxe : le Club Sandwich. Depuis presque 800 ans, ce petit bout de terre aux plages de sable blanc est toujours à la pointe de l’art culinaire et hôtelier afin de faire de son palace un site prisé dans tout l’East Blue. Pour ce faire, le gouvernement de l'île forgea sa société en conséquence. Ainsi, en arrivant au pouvoir il y a bientôt huit siècle, la famille dirigeante de Fechpot mit en place un système de castes, séparant les meilleures cuisiniers, les meilleurs majordomes ou encore les meilleurs comptables en clans chargés de former leur futur génération à leur art respectif afin de maintenir la réputation de l’hôtel à son maximum. Chaque caste se hiérarchisa en fonction de l’importance de leur fonction au sein du Club Sandwich Palace.

Voilà quinze ans, Coyote est venu au monde dans l’une des plus basses castes de cette société, celle des balayeurs de Fechpot. Très jeune, le petit Cowalsky fut formé à l’art du nettoyage au balai brosse, la serpillière ou encore l’aspirateur dans le but de devenir le meilleur balayeur du clan et, donc, du Club Sandwich. Il apprit aussi à se servir de ses ustensiles de travail comme d’armes, puisque, en cas d’invasion ou d’attaque de pirates, les basses castes devaient défendre les castes les plus importantes au péril de leur vie. Seulement, le jeune Coyote rêvait d’une autre vie, tout comme ses parents. Comme beaucoup de familles de basse extraction à Fechpot, les Cowalsky espéraient pouvoir monter dans la hiérarchie en montrant à quel point leur travail était indispensable, mais savaient qu’une telle promotion était très rare. Contrairement à ses parents, qui y croyaient dur comme fer, Coyote comprit, au prix de plusieurs moqueries et bastonnades de la part des enfants des castes supérieures, que jamais son clan ne montera en grade. Son intérêt se tourna alors vers un autre moyen d’échapper à son destin de balayeur : l’aventure en mer.

Grâce aux touristes affluant à l’hôtel, le jeune Coyote baignait dans les anecdotes et rumeurs concernant les explorateurs, justiciers et pirates de ce monde, même si, en temps que membre d’une basse caste, ses contacts avec les clients du palace étaient très limités. Là où beaucoup d’autres habitant de Fechpot était effrayé par la violence et l’imprévisibilité du monde extérieure, Coyote et ses quelques amis, des enfants d’une dizaines d’années comme lui et issus d’autres basses castes, profitaient des pauses entre les entraînements et l'école pour se prendre pour des marins et aventuriers en quêtes des plus beaux trésors du monde. Des jeux d’enfants qui menèrent Coyote à faire quelques bêtises, comme s’introduire dans les bungalows de certains clients et jouer avec certaines de leurs affaires (sabres, chapeaux ou parfois fausse barbe). Il finit par se faire attraper par les agents de sécurités de l’hôtel et fût bannit de la propriété du Club Sandwich jusqu’à sa majorité. Une peine qui s’accompagna d’une punition supplémentaire de la part du clan des balayeurs, l’empêchant de voir ses amis d’autres castes jusqu’à la fin de son bannissement. Ses parents furent horrifiés de voir le jeune garçon presque totalement ruiner leur rêve d’ascension social pour des bêtises, et se montrèrent bien plus sévères envers lui.

Pendant trois années, la vie de Coyote se résuma à des cours à domiciles et à un entraînement quotidien et très rigoureux. Dans l’esprit de ses parents, devenir le meilleur balayeur de Fechpot était seul moyen qu’il avait de réparer ses erreurs. Prisonnier de son domicile, le jeune garçon évita de perdre la tête grâce à Éponge, sa meilleure amie de la caste des plongeurs, qui venait lui rendre des visites secrètes, lui racontant les derniers potins du Palace et les aventures qu’elle avait entendue. Des histoires renforçant l’envie d'aventure de Coyote. Il fallait qu’il quitte cette île, qu’il parte voguer sur les Blues, voire Grandline et le Nouveau Monde. Dans le plus grand secret, Coyote et Éponge préparèrent un plan pour s’échapper de Fechpot.

À l’aube de ses quatorze ans, Coyote décida de mettre son plan à exécution. Éponge et lui profitèrent de l'arrivée de la famille Kianti, l’un des principaux actionnaires du Club Sandwich venue fêter la nomination de leur nouveau chef, pour s’infiltrer dans le petit port de pêche de la caste des poissonniers, situés à l’autre bout de l’île. Une fois sur place, il n'aurait plus qu'à prendre un bateau, direction l’inconnu. La grande majorité des forces de sécurités se regroupant autour du Palace, le duo pensait que la tâche serait facile et, elle le fut, du moins jusqu’à ce qu’un pêcheur ne les remarque et qu’une course poursuite ne s’engage. Une cavalcade effrénée qui stoppa brutalement quand un bruit d’explosion retentit dans toute l’île. Il fut suivit par une colonne de fumée venant tout droit du Club Sandwich. Rapidement, le pêcheur et les deux enfants accoururent vers le palace, tout comme une dizaine d’autres enfants et vieillards. Ils y découvrirent alors, avec horreur, qu’une partie de l’hôtel s’était effondrée et que les forces de défenses de Fechpot furent décimées par les troupes de la famille Kianti. Cette dernière était, en fait, le type d’actionnaire en charge d’une organisation criminelle d’East Blue protégeant Fechpot en échange d’une part des revenus du Palace.

Quant à son nouvel héritier, Opkins Kianti, il était un homme aux goûts extravagants. Il avait par exemple demandé aux cuisiniers du Club Sandwich, soit-disant les meilleurs de cette partie de l’océan, de lui préparer un Fruit du Démon et le rendre délicieux en bouche. Une tâche à laquelle la grande caste des cuisiniers du Club Sandwich échoua. Quelque peu énervé, Opkins fit raser une partie du palace et donna une leçon à tous ses employés. En arrivant dans les ruines de l’hôtel, Coyote trouva un message placardé sur ce qu’il restait de l’entrée. La missive déclarait que, tant que le Club Sandwich n’aurait pas réussit à créer une recette rendant les Fruits du Démon délicieux, la famille Kianti ruinera la réputation du palace à travers East Blue. Le gouvernement de l’île avait jusqu’à ce que Opkins Kianti trouve un moyen de se débarrasser de ses pouvoirs de Fruit du Démon pour lui faire son plat. Si le Club Sandwich s’en trouvait incapable, le palace serait rasé entièrement, l’île rachetée et un casino flottant installé à sa place.

Une fois les blessés remis sur pieds, une grand réunion de crise eut lieu dans la partie non détruite du Palace. Alors que les débats devinrent vite stériles, personne n’ayant la moindre idée de comment réussir un tel miracle, Coyote annonça à ses parents qu’il avait prit sa décision. Il allait passer une année à apprendre les bases de la navigation, puis quitterait Fechpot dans le but de trouver un Fruit du Démon assez puissant pour la recette. Ses parents protestèrent vivement, malgré les blessures subies durant l’attaque, mais le jeune garçon réussit à les convaincre en leur expliquant que si lui, un membre de la caste des balayeurs, réussissait un tel exploit, alors la promotion dont rêvait les Cowalsky ne serait plus un rêve, mais une réalité tangible.

Un an d’entraînement plus tard, Cleaner Cowalsky partit pour l’aventure et la première île sur laquelle il accosta allait changer son voyage entier. En effet, alors qu’il faisait le plein de provisions, il entendit parler d’un groupe de Marines séjournant dans l’auberge du coin. Leur mission était d'apporter un Fruit du Démon à leur supérieur et avait forcé le patron à les héberger gratuitement, au nom de la justice et du gouvernement mondial. Voyant une opportunité de récupérer un Fruit du Démon, Coyote mit en place un plan pour le récupérer. Il s’infiltra alors dans les cuisines de l’auberge, se faisant passer pour un simple employé, et pimenta la soupe des Marines d’un laxatif puissant. Puis, alors que les Marines se pressés devant les toilettes, Coyote n'aurait plus qu'à récupérer le Fruit en toute discrétion. Une mauvaise idée qui se solda par un échec quand l’aubergiste le remarqua et le dénonça à la Marine. Heureusement, le vieil homme n'avait pas de bon yeux et ne pu faire qu'une description succincte de Coyote. Ainsi, les Marines partirent à la recherche du petit saboteur qu’ils surnommèrent « Cube ». Ce dernier réussit à quitter l’île en toute hâte et repris la route vers son objectif, toutefois plus en temps qu’aventurier ou sauveur, mais en temps que pirate.


Test RP
"Dégage du passage !

La fatigue et la douleur empêchèrent le sergent Gavotte, une jeune officier de la Marine, de mettre toute l'autorité qu'elle souhaitait dans son ordre. De l'autre côté de la route en pavé rouge traversant l'île Parkyn en son milieu, la demi-douzaine de pirates qu'elle combattait depuis plusieurs minutes étaient tout aussi choqué qu'elle. En effet, leur bataille venait d'être interrompue par un gamin aussi large que haut qui s'interposa en balayant le milieu de la route, ignorant le conflit entre les deux groupes. En observant le visage juvénile de ce drôle d'énergumène et son extrême concentration sur sa tâche, Gavotte finit par comprendre que s'égosiller ne le ferait pas sortir de sa transe. Elle aurait bien sûr pu profiter de cette arrivée incongrue pour reprendre son souffle et juger de l'état de ses blessures, le Capitaine Dater, le chef de la petite bande de pirates lui faisant face, ayant réussit à lui porter quelques coups de gourdin bien sentis. Cependant, elle préféra empoigner son sabre et le lever en direction de l'empêcheur de combattre en rond, imaginant que l'ajout de la menace physique lui permettrait au moins d'attirer son attention :

- Au nom de la Marine, bougez vos fesses de la route ou je vous décapite ! Hurla-t-elle entre deux rictus de douleur.

Apercevant l'officier de la Marine agiter son sabre de manière agressive, le jeune balayeur recula de quelques pas et tenta de lui expliquer sa situation avec une voix trahissant le fait qu'il était en pleine puberté :

- Calmez-vous madame, je voulais juste passer un petit coup de balai sur cette route. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais vous avez mis de la terre partout pendant que vous vous battiez...
- J'étais occupé à arrêter des voleurs et des bandits de grand chemin, espèce d’ignare ! Se défendit Gavotte.
- Voleurs ?! S'offusqua le Capitaine Dater, la taxe que nous récoltons pour le passage de cette seule et unique route traversant Parkyn est tout à fait légitime ! Alors, au lieu d'insulter un honnête travailleur, vous feriez mieux de vous rendre utile et l'aider à nettoyer tout ça.

Les hommes du capitaine ricanèrent pendant que l'adolescent en forme de cube faisant son plus large sourire. Contrairement aux pirates, il ne se moquait pas de l'officier, mais tentait de la rassurer et la calmer. Il alla même jusqu'à lui montrer le tas de poussière écarlate qu'il avait fait juste devant le Capitaine Dater et sa bande, pour lui prouver sa bonne volonté. Hélas, ses petits gestes n'eurent pas l'effet escompté. En effet, Gavotte essuya le sang coulant de sa tempe et se dirigea vers Dater avec un regard plein de haine :

- Vous feriez mieux de vous rendre, sale voleur ! Menaça-t-elle en marchant dans sa direction d'un pas décidé, votre petit racket doit prendre fin.
- Et vous feriez mieux de voir la réalité en face mademoiselle ! Rétorqua Dater, la cuisine et le ménage n'ont rien à voir avec un combat à mort. Je vous laisse une chance de vous retirer maintenant, ou je continuerai à vous mettre la fessée de votre vie, puis je vous tuerai.

La représentante de la Marine serra son sabre avec le peu de force qui lui restait, elle n'aurait pas hésité à pourfendre Dater, si l'adolescent cubique ne s'était pas de nouveau mis en travers de son chemin sans arrêter de balayer. Elle le foudroya alors du regard. Le petit cube soutint ce dernier tout en déclarant à voix basse :

- S'il vous plais madame, prenez cette chance qu'il vous offre. Depuis le début du combat, il a prouvé qu'il était meilleur que vous...
- Comment oses-tu ?!
- Je n'ose rien, je constate. Vous feriez mieux de faire de même et regarder dans quel état vous êtes. S'il vous plaît, madame, partez, soignez-vous, entraînez-vous et revenez le combattre quand vous serez meilleure. Si vous continuez, il vous tuera et je n'aime pas voir les gens perdre la vie aussi bêtement.

Surprise, le sergent compris que son jeune interlocuteur avait dû observer le combat depuis un petit moment. Un étonnement qui se transforma en rage quand elle réalisa qu'il s'était interposé volontairement. Elle voulu le frapper mais, presque inconsciemment, Gavotte utilisa le reflet de sa lame pour se regarder. Elle repéra alors la plaie dégoulinant de sang sur sa tempe, une dent lui manquant ainsi que son gauche œil tuméfié au point qu'il avait disparu sous une paupière gonflée. Son regard se posa ensuite sur le Capitaine Dater, son visage ridé par des cicatrices multiples et l'absence d'une quelconque blessure lui fit comprendre qu'il était plus expérimenté qu'elle. Comme l'étrange balayeur l'avait dit, elle avait été dominé par Dater. Une idée qu'elle ne pouvait supporter. Elle était une Marine, elle ne pouvait fuir devant un vulgaire pirate. Elle regarda le capitaine avec fierté et déclara :

- Je refuse de vivre si je suis incapable de battre un petit racketteur !
- Trop classe !

Ignorant le soudain émerveillement du balayeur, Gavotte s’apprêta à charger et les pirates cessèrent de ricaner. Dater serra son gourdin, prêt à recevoir la jeune officier quand, tout à coup, un manche à balai vint frapper la sergent sur le sommet du crâne. La représentante de la Marine s'effondra, son jeune agresseur la rattrapant et la faisant tomber sur son épaule disproportionnellement large. Avec un ton tout aussi fier que Gavotte un peu plus tôt, l'adolescent cubique dit :

- Mais je refuse de laisser quelqu'un gaspiller sa vie pour de petits racketteurs.
- Dis donc le cube, tu pourrais te montrer plus poli que ça ! S'offusqua le capitaine Dater.
- Et vous plus respectueux de l'espace publique, rrrrruffian !

Les pirates commencèrent à chuchoter entre eux. Le capitaine Dater en avait visiblement marre qu'on l'insulte aussi fréquemment et le balayeur venait de le priver d'une victoire facile. Il tapota la paume de sa main avec l'extrémité de son gourdin et jeta un regard noir à l'adolescent en remarquant :

- Au fait, gamin, je ne me souviens t'avoir vu payé la taxe qui nous est due. D'ailleurs, la miss non plus n'a rien donné, va falloir que tu paie pour deux.

Le petit cube observa la bande de pirates l'observer d'un air menaçant et réalisa, vu l'état dans lequel un seul d'entre eux avait mis un officier de la Marine, qu'il n'aurait aucune chance de gagner même avec ses deux mains libres. Il fallait fuir au plus vite et cacher la blessée le temps qu'elle se remette. En cherchant un moyen de se donner un départ anticipé, les yeux du jeune homme se posèrent sur le tas de poussière qu'il avait pris soin de former juste devant les pirates. Une idée lui vint alors, mais il hésita à l'exécuter. Il n'allait tout de même salir de nouveau la belle route qu'il venait de nettoyer. Prit en plein dilemme, son visage se déforma en une série de grimaces alors qu'il pesait le pour et le contre. Puis, en étant surpris par le bruit de plusieurs sabres entrain d'être dégainés par les pirates de Dater, le cube fit tourner son ustensile de travail de sa main libre assez vite pour rendre le balai flou au yeux de ses adversaires, puis donna sa réponse :

- La taxe ? La voici !

Brusquement, l'adolescent envoya un coup de balai dans le tas de poussière qui explosa au visage des pirates, englobant une partie de la route dans un nuage rouge et opaque. Pendant les quelques secondes qui leur fallu pour s'extirper de la poussière en suspension et nettoyer leurs yeux et visages, le balayeur avait déjà fuit vers les faubourgs de la ville toute proche, à une centaine de mètres de là. Autant surpris qu'enragé, le capitaine ordonna à son équipage de se lancer à la poursuite du gamin et de la Marine.

Sachant qu'il ne pourrait pas distancer ses nouveaux adversaires en portant une femme inconsciente sur l'épaule, le cube décida de se cacher le plus vite possible. Il tourna dans la première rue perpendiculaire à la route rouge, espérant que les maisons le cachent temporairement de la vue des pirates. Il repéra ensuite une épicerie dans laquelle il se jeta, le bruit de la clochette à l'entrée fut rapidement suivit d'une voix dans l'arrière boutique :

- Une minute, je suis serai bientôt à vous !

Comprenant qu'il n'avait pas beaucoup de temps, le balayeur jeta un coup d’œil rapide à la boutique. Il repéra alors un tonneau vide en tête d'un rayon. Sans plus attendre, il y mit une Gavotte inconsciente et la cacha en plaçant plusieurs salades dans le tonneau. Puis, il se mit à balayer devant. Ainsi, quand le gérant de l'épicerie, un vieil homme au front tellement ridé qu'un des plis tombait directement sur ses yeux, s'approcha de l'entrée, il déclara d'un ton interrogateur :

- Tiens, je croyais qu'il y avait quelqu'un, étrange...

L'épicier observa alors le balayeur nettoyer le sol avec des gestes aussi rapides que précis et lui dit :

- Ho gamin, t'aurais pas vu un client entrer par hasard ?
- Non, patron.
- Ah très bien, je dois perdre la tête à force de faire l'inventaire des stocks.

Comme le cube l'espérait, le fait qu'il portait un tablier et sa maîtrise quasi parfaite de son ustensile de travail fit croire au vieil homme qu'il était un de ses employés. Le but était maintenant de continuer à balayer pour le reste de la journée, une seule interruption dans ses mouvements pouvant instantanément ruiner sa couverture, puis trouver un médecin pour Gavotte. Alors que le vieil homme s'éloignait, le balayeur ajouta :

- Par contre patron, il y a des pirates qui traînent dans les rues à la recherche de quelqu'un.
- Encore Dater et sa bande de vauriens, soupira l'épicier, t'en fais pas pour ça gamin, ils ne tenteront rien de violent à l'intérieur de la ville. Ils savent très bien qu'ils pourraient tomber sur de pirates bien plus forts qu'eux. Maintenant continu de faire ce rayon, puis tu me passeras un coup de balai derrière le comptoir.
- Bien, patron.

Le jeune homme s'exécuta, jetant un regard inquiet vers l'extérieur de temps à autres. Il passa les heures suivantes à nettoyer la boutique avec précision, accueillant les clients avec un traditionnel bienvenue. Petit à petit, il se pris dans son propre jeu d'employé de boutique, à tel point que quand le vieux gérant, encore entrain de faire l'inventaire, lui cria que sa journée de travail était terminée, le cube le remercia, quitta la boutique et se dirigea vers son petit bateau le sentiment du travail accompli. Ce fut quand il se trouva sur les quais, à l'autre bout de la ville, qu'il réalisa qu'il avait oublié Gavotte dans le tonneau. Il fit alors demi-tour à toute vitesse, jusqu'à croiser un groupe de marine parlant à leur den-den mushi de service :

- Alerte ! Nous venons de recevoir un message d'alerte ! Le sergent Gavotte s'est faite agressée par des pirates et a été laissée pour morte dans une épicerie. Les suspects sont le capitaine Dater, son équipage et un délinquant juvénile ressemblant à un cube.

Sans chercher à en apprendre plus, le balayeur fit de nouveau volte-face, couru vers son navire et quitta l'île Parkyn le plus vite possible.



   
Informations IRL

• Prénom : Louis
• Age : la vingtaine
• Aime : One Piece, la bière , la rando et NJPW
• N'aime pas : Mes poils
• Personnage préféré de One Piece : Baggy
• Caractère : Il paraît que je suis gentil et qu'on m'aime bien quand même
• Fait du RP depuis : 2015
• Disponibilité approximative : Je me connecte régulièrement et je rp au rythme d'un ou deux post par semaine.
• Comment avez-vous connu le forum ? google


ONE PIECE REQUIEM ©



Dernière édition par Coyote le Mer 13 Nov 2019 - 21:35, édité 4 fois
Joe Biutag
Joe Biutag
Modérateur
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 9458
Popularité: -1032
Intégrité: -16

Mar 5 Nov 2019 - 6:41

Salut.

Bienvenue parmi nous.

Je viens t'apporter ton test RP.

Citation :
En partance pour ta vie de pirate, tu croises un combat entre une officier de la marine et une bande de pirates assez macho. Elle va perdre si tu ne l'aides pas, mais en même temps elle ne semble pas des plus sympathique... voire carrément despotique. Que vas tu faire ?

Tu peux en demander un autre si celui-ci ne te plaît pas.

Bonne écriture.

_________________
Tarif Joe:
 


Cafard:
 


Dernière édition par Joe Biutag le Dim 17 Nov 2019 - 12:52, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
Coyote
Coyote


Mer 13 Nov 2019 - 21:36

Bonjour !

J'ai terminé le test RP.
Joe Biutag
Joe Biutag
Modérateur
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 9458
Popularité: -1032
Intégrité: -16

Dim 17 Nov 2019 - 13:51

Salut le mètre cube, je passe pour ton premier avis. Désolé du délai.

Point forme :

des cheveux brun -> bruns
Un physique qui lui vaux son surnom -> qui lui vaut
ne connaît du monde extérieurs -> extérieur
(sauf si on l'insulte sur sa taille) -> éviter parenthèses dans un style de narration classique et privilégier les «-»
se faire passer pour un employer -> employé
il se laisse propre à son propre jeu -> il se laisse prendre à son propre jeu (le narrateur est vraiment obsédé par la propreté aussi à ce que je vois Laughing)
ne brille de mille feu -> mille feux
il y a bientôt huit siècle -> siècles
du monde extérieure -> extérieur
soit-disant -> soi-disant
Puis, alors que les Marines se pressés devant les toilettes -> se pressaient
le vieil homme n'avait pas de bon yeux -> bons yeux

J'ai arrêté après la bio. Y'a trois fois rien, juste des fautes d'accord. N'oublie pas que le mot «extérieur» est masculin.

Point fond :

Citation :
• Équipement :
- un Balai-brosse
- plusieurs petites brosses à poils durs
- un tablier
- un petit bateau de pêche ?

Une barque au grand maximum. Pour le petit bateau de pêche, faudra voir par ici à ta validation.

Merde, le personnage est vraiment un mètre cube. Je t'avais appelé comme ça par pure brimade pour entamer l'avis. Je ne m'y attendais pas vu que l'avatar suggérait un personnage quand même proportionné correctement.

On ne pourra pas te faire le reproche d'avoir décrit ton avatar dans la mesure où la description et l'image ne correspondent pas trop niveau carrure. Tu as créé un perso original (par rapport à ce qu'il se fait habituellement) en en faisant un trapu. J'imagine que c'est chiant de trouver un avatar concordant.

Pour le reste, description classique. On commence par le visage en insistant sur le côté pur et innocent sur le plan de l'apparence, la carrure, les parures et on finit par le «hors-apparence». Tout y est donc. Pas de fioritures, pas de petit plus, mais pas de faute non plus.
Jusque là, tu esquives les balles. What a Face

Le hors-apparence s'en tient seulement à son histoire de balai cela dit, rien qui ne nous dévoile son attitude corporelle en règle générale.

Pour la description mentale.

Citation :
En effet, Cube est plutôt maniaque quand il s'agit de la propreté d'une pièce, d'un navire, voire d'une rue et trouvera presque toujours quelque chose à dire sur la propreté d'un endroit, s'il ne commence pas directement par le balayer. Il peut être un invité malpoli dans ce domaine.

Je pense que tu aurais dû insister bien plus sur cet aspect de sa personnalité. De ce que j'ai compris, le fait qu'il se balade avec un balai n'est pas anodin avec sa personnalité. Rappeler plus longuement jusqu'à quel point le besoin compulsif de nettoyer se fait ressentir aurait pu étoffer davantage cet aspect de sa personnalité se voulant peu anodin. Faut en général broder sur les caractéristiques originales d'un personnage, c'est ce qui le fait sortir du lot, donc, autant bien forcer le trait que ce soit l'idée première qui vienne quand on pense à ton personnage.

Pour le reste, la description a pris le contre-pied de ce qu'on pourrait attendre d'un personnage avec une pareille bouille (oui, les archétypes correspondent généralement à une apparence précise, les personnages de shônen sont formatés à ce point). Plutôt prompt à la métis qu'à la violence, conscient de ses limites et ne sachant pas trop se battre seul : pour moi, c'est que des bons points. Enfin quelqu'un qui n'a pas des grosses couilles s'avérant à la fois un génie stratégique et un ponte de la baston. Ça faisait longtemps que je n'avais pas eu du nouveau de ce côté là.

Pour autant, la description physique est trop restreinte. Tu t'attardes un peu sur des manies spécifiques, sur son projet (empiétant alors sur la bio), mais rien ou presque sur sa personnalité profonde. Si tu décrivais ta personnalité, tu ne rapporterais pas des éléments spécifiques (comme l'anecdote sur l'infiltration avec le balai), tu t'en tiendrais en premier lieu à des adjectifs pour qu'on te cerne : timide, expansif, apathique, agaçant, prostré, morne, exubérant, j'en passe et des meilleurs. Après, tu approfondirais.
Là, ce ne sont que des anecdotes le concernant, rien qui n'ait trait à sa psyché.
Des anecdotes qui m'envoient en plus des signaux contraires, je ne peux pas conclure sur ce qu'il est après lecture.

Biographie.

Je vais mettre le lien de ta biographie à portée de main pour mes prochains avis, juste pour illustrer auprès des autres joueurs fainéants la facilité avec laquelle créer une île et son contexte historico-environnemental peut se faire.
Soit son personnage commence sur une île existante, soit sur une fictive. Dans le second cas, il faut nommer l'île et établir un peu ce qu'on trouve dessus. Dans quatre-vingts-dix pour cent des cas qui choisissent la seconde option : le travail n'est pas fait. Mais toi.... toiiiiiiiiiii.... en un paragraphe : tu as fait tout ce qu'il y avait à faire. On a l'histoire, on a ce qui fait la spécificité de l'île et les codes culturels rattachés. EN UN PARAGRAPHE. Enfin ! Mon Saint Graal !

Ça commence plaisamment, on sent que tu sais structurer un récit ou/et des idées ; c'est carré (à l'image du mètre cube), rien ne dépasse mais rien n'est oublié.

Comme rapporté en description psy, j'avais espéré plus du lien entre ton personnage et sa propension à nettoyer. Nous apprenons juste qu'il a été formé à nettoyer. Point.
Tu aurais pu broder une histoire derrière, un traumatisme lié à la saleté qui aurait conditionné son tempérament excessivement maniaque. Là, tu tues le mythe. Et pas comme j'aime. C'est décevant de se dire que le trait le plus marquant de son caractère ne tienne guère qu'à ça.

Après, nous avons droit à la discrimination de la caste inférieure dont fait partie ton personnage par la caste supérieure.... c'est bateau au point de mériter un Iceberg en pleine proue.

Pourquoi rechercher un fruit du démon pour payer la recette ? De l'argent en règle générale suffit. Peu importe les modalités d'acquisition.

Et puis le coup de tomber par hasard dans une auberge (faudrait décidément toutes les raser...) qui parle bien fort d'un fruit du démon qu'ils transporteraient... la ficelle est assez grosse pour se pendre avec ai-je envie de te dire. Quant au fait qu'ils le surnomment «cube» pour cette simple anecdote finale : oublie. Ton personnage commence à 0 de popularité, personne ne le connaît. Ça viendra par la suite.

Test RP à présent

Citation :
- Au nom de la Marine, bougez vos fesses de la route ou je vous décapite !

Dieu sait que je ne suis pas très porté sur les droits de l'homme et autres conneries humanitaires ou même vaguement humanistes, mais y'a un petit peu de l'abus. Garde en tête qu'un marine n'est pas une sorte de milicien privé qui a tous les droits : c'est un agent de l'ordre. Il répond à des critères, le premier étant le respect de la loi. Menacer de mort arbitrairement le premier venu : c'est interdit. Appliquer la peine de mort plus encore.
Ne tombe suuuuuuurtout pas dans le travers des méchants marines parce que tu es un gentil pirate. Les marines font leur devoir, il n'y a rien à leur reprocher en tant qu'institution. Ils sont garants de l'ordre, c'est tout. Après... l'ordre est ce qu'il est, mais eux ne sont pas des bourreaux ou des tortionnaires. Garde-toi absolument de les dépeindre tous comme ça.

Les dialogues sont plats. On jurerait que ton personnage lit un script. Ses répliques manquent cruellement de vie, de dynamisme, d'authenticité. Et c'est d'autant plus compliqué pour moi de te donner des conseils que je ne sais pas du tout quelle est la personnalité de ton personnage, tu as visé totalement à côté lors de la rédaction de la description psy. Je vais m'essayer à différents registres. Mais encore une fois, j'insiste : Je ne sais pas qui est Coyote Cowalsky, je le connais juste de visu. Ce qui, dans une rubrique «présentation» fait un peu tache.


Citation :
- Comment oses-tu ?!
- Je n'ose rien, je constate. Vous feriez mieux de faire de même et regarder dans quel état vous êtes. S'il vous plaît, madame, partez, soignez-vous, entraînez-vous et revenez le combattre quand vous serez meilleure. Si vous continuez, il vous tuera et je n'aime pas voir les gens perdre la vie aussi bêtement.


Registre rustre ça donnerait ça :

Citation :
- Comment oses-tu ?!
- J'ose pas, je dis juste. Vu la forme que tu tiens, je m'avancerais pas trop à ta place.
Remarque... fais comme tu le sens, hein. Je suggérerais plutôt un séjour chez le toubib suivi de quelques pompes. Quelques milliers même. Parce que parti comme c'est parti... bah je parie sur le camp d'en face.

Registre petit malin, ça donnerait ça :

Citation :
- Comment oses-tu ?!
- Oser, oser...tout de suite les grands mots. Non. Je spécifie. Brillamment d'ailleurs.
Une entaille ici, deux-trois côtes cassées - eh oui, ça se voit - une jambe qui ne tient plus la cadence... ça sent méchamment le roussi héhé. Maiiiiiiis je ne suis qu'un balayeur. Je nettoie. Et si vous ne prenez pas l'initiative de battre en retraite... je vais devoir nettoyer un cadavre de... - je sais bien que ça ne se fait pas de dire le poids d'une dame - enfin... vous avez saisi l'idée.

Registre taiseux :

Citation :
- Comment oses-tu ?!
- Ce serait osé d'prétendre le contraire. Pour ce que j'en ai à carrer.

Registre réservé/timide/maladroit :

Citation :
- Comment oses-tu ?!
- Oh je... c'est juste que... je m'étais dit qu'avec... enfin... ils vous ont un peu esquinté - mais vous avez bien contre-attaqué, hein ! - et j'avais le sentiment que... ça partait mal ? Je peux me tromper. Je peux aussi avoir raison... peut-être...

C'est juste quelques exemples lâchés à la va-vite, mais je cherche à illustrer à quel point tes dialogues manquent d'énergie. C'est plat et sans rien qui ne puisse me permettre d'identifier un peu la personnalité du personnage. La narration qui entoure les dialogue étant absente, je n'ai toujours aucun indice de qui est ton personnage.

Pour en revenir à l'élément central constitutif de sa ritournelle : l'aspect balayeur, je dois bien dire que ça risque d'être lassant à la longue de s'en tenir à seulement ça en RP. En faire quelqu'un obsédé par la propreté plutôt que par le balai spécifiquement me paraît plus opportun. En faire une sorte de Monk. Mais peut-être suis-je totalement à côté de la plaque en te suggérant ça car... pardonne-moi d'insister, mais je n'ai pas d'indices suffisamment éclairants pour savoir quelle est la personnalité de ton personnage.

Pour le tout, je te donne 510 dorikis. Avec des informations sur son mental, je serais monté quelque part entre 600 et 650. Faut que tu bricoles ça par la suite dans tes RP.

En attendant ton deuxième avis, bonne bourre.

_________________
Tarif Joe:
 


Cafard:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1