AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Présentation d' Ō No Kami

Ashura Dojima
Ashura Dojima


Feuille de personnage
Dorikis: 0
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 3 Jan 2020 - 17:40

Ō No Kami
Pseudonyme : Le Loup ( Okami ), Kami...
Age : 24 Ans
Sexe : Homme
Race : Humain

Métier : Forgeron, Scientifique
Groupe : Cipher Pol
But : Rétablir l'équilibre dans le monde à sa façon.

Équipement :
- 5 ceintures de poids de 10kg
- 100.000B
- 2 épées jumelles

Parrain :

Ce compte est-il un DC ou un "reroll" ? non

Codes du règlement :


Description Physique
Grand brun aux yeux dorés, Okami a un visage commun mais le regard d'une belle prestance qui lui donne un certain charisme. Sa stature haute et ses larges épaules dénote un homme en excellente forme dont le corps et les mains sont toute fois un véritable tableau de cicatrices. Seul son dos semble complètement dépourvu de ces lignes irrégulières. Il est en général vêtu d'un pantalon gris légèrement bleuté et dun tee-shirt noir par dessus lequel il pose un sweet à capuche gris, il peut lui arrivé aussi de variée de couleurs en gardant le même modèle de vêtements mais de couleurs complètement noir ou grise et même de faire un assortiment de ses deux couleurs. Dans sa phase adolescente il portait un pantalon Jean Blue touchant vers le gris ainsi qu'un tee-shirt Blanc avec des bordures grise au niveau du cou ainsi qu'un Sweet à capuche gris.

Ses nombreux séances de musculature ont fini payé car il possède une musculature parfaite pour son âge et sa taille de 1m88 pour 84 kilogramme, mais Okami n'est pas du genre à se contenter de ce qu'il à il en veut toujours plus et il fait toujours tout pour obtenir le plus recherché.

Il n'est pas indestructible c'est un humain après tout alors il peut arrivé qu'il tombe malade ou qu'il prennent froid si il reste exposé à une température basse très longtemps. Son corps est très résistant mais reste destruction.


Description Psychologique
Antipathique et détaché, l'implication dans le meurtre de sa mère biologique semble l'avoir énormément affecté. Si Okami se montrait déjà retiré et traitait sa personne en Loup solitaire, son caractère a comme qui se dirait empirer. Incapable de rires, quelques rares sourires ne suffisent pas à manifester une joie quelconque dont un semble s'être dépourvu. Il éprouve néanmoins beaucoup plus de compassion face à ce qui l'entoure, allant jusqu'à s'excuser auprès du meurtrier de sa mère des erreurs commises par ses parents et ne lui tenir aucune rancune des méfaits commis contre lui. Cependant, il en dira qu'il est simplement trop en colère pour savoir comment l'exprimer correctement. Il s'agit donc plus de se retenir, refoulant la quasi totalité de ses sentiments dans ce processus pour ne pas exploser.

Approché Okami serait difficile pour autrui mais pas impossible si cette personne s'y prendre bien. Okami reste tout de même un homme arrogant aillant ses propres convictions difficile à appréhendé car selon lui son seule et unique maître n'est nul autre que son créateur. Son sens de la stratégie et du jeu le rend très dangereux en tant qu'adversaire mais il n'en reste pas pour autant imparfait et il le sait voilà pourquoi il améliore sans arrêt son savoir et ses connaissances, notamment en lisant des livres et en jouant aux échecs.

Okami serait prêt à changer si quelqu'un arrive à le convaincre avec des arguments solide et devenir obéissant mais comme vous le savez, espéré contrôlé un loup c'est comme lui donner à manger gratuitement.


Biographie
 ( J'aurais aimé faire un RP STORY spécial pour expliqué l'événement qui l'a transformé en ce qu'il est actuellement ^^' )
Okami est un jeune homme de 24 ans qui, à l'âge de 3 ans était impliqué dans la mort de sa propre mère et qui à suivit son assassin de force après s'être excusé auprès de cette dernière pour les erreurs que ses parents avaient commis. Depuis ce jours le jeune homme à perdu son sourire, sa joie et une partie de ses émotions. Son calvaire vecu en compagnie de cette femme sanguinaire et orgueilleuse lui ont permit de devenir le roi des dieux qu'il est actuellement mais également le loup qu'il est. Ses jours en compagnie de Simoné le rouge n'ont été qu'entraînement, entraînement, études, entraînement recherche et résultats avant qu'il ne décide de prendre son envol et de tracer sa propre voie en suivant ses idées haut. La mort de sa petite sous ses yeux tua son humanité ou du moins ce qu'il restais car il pensait enfin pouvoir faire confiance à quelqu'un et retrouvait peu à peu son humanité... Mais ce ne fut pas le cas étant donné qu'après avoir délivré ses au revoir à sa petite sœur yume, celle-ci s'était fait assassiné par l'un des hommes de Simoné qui lui avait chuchoter à l'oreille quelques secondes avant ça " Première règle de la piraterie, ne jamais faire confiance à un pirate ". Depuis ce jour et cet événement, Ō No Kami alias le Loup est née et Izumi de son vrai prénom est mort...

Okami à vécu pleins de choses dans sa vie mais ce n'est qu'un début de tout ce qui l'attend réellement. Aventure, voyage, drame, conquête, rêves et ambitions, son entrée au Cipher Pol était assez imprévu mais il réussit à s'y habituer.


Test RP

IX — Résolution

Le plus intéressant dans une histoire impliquant le sang et la survie, c'était moins de savoir qui allait gagner et que comment les choses allaient se dérouler. Les meilleurs livres savaient toujours impliquer des événements imprévisibles qui laissaient les appréciateurs bouche bée face à ce dénouement qu'ils étaient loin de prévoir. L'anticipation. Une bonne histoire pouvait donc se décider par la simple capacité à inhiber cette qualité du liseur si tenté est qu'il en fasse usage. Pour sa part, Ōkami ne savait toujours pas si, dans son histoire, il avait la place du spectateur qui se contentait de découvrir les événements que de celui qui en régit la fatalité. Voilà 6 ans qu'il n'en était clairement plus le maître et, alors qu'il venait d'en reprendre les rennes, quelqu'un s'amusait à les lui dérober des mains. Stoïque, le visage figé par la stupeur, il n'en croyait pas ses yeux. Il avait disparu, en un clin d'œil. Même si disparu n'était pas le terme. Plutôt emporté. Et par quoi ? Difficile à dire. Il ne l'avait pas vu venir même sil en avait une vague idée. L'équilibre perdu et obligé de se retrouver à terre, le petit-fils adoptif de Koala était devenu inoffensif face à l'arme qui le visait.

Ayant repris ses esprits pendant que l'enfant échouait à trancher la main de son compère, le pirate avait eu le temps de dégainer son arme et malheureusement ce n'était pas une arme blanche. Si je jeûne épéiste avait vu Tatara esquiver des balles, il s'en savait fortement incapable lui-même lors même qu'il serait sur ses deux jambes et en pleine forme. Alors assis, c'était une simple exécution.

- Crève bâtard ! » Éructa le pirate, le doigt tremblant de rage sur la détente qu'il pressa. La détonation fût assourdissante et jusqu'aux arbres se plaignaient de la puissance de feu de la balle qui en détruisit plus d'un à son passage. Cependant, il ne fallait pas exagérer : le pirate n'avait qu'un colt de bas prix qui ne tuait qu'à la condition d'atteindre un point vital. Mais ce qui se passa devant les yeux ébahis du jeune homme était toute outre.

Alors que le malfrat allait l'abattre devant son regard terni par l'impuissance, la ramée de la forêt avait craché sur lui une forme noire plus grande qu'un homme et tellement véloce qu'on ne sut qu'elle arrivait qu'après être parti. Ōkami cligna plusieurs fois des yeux, cherchant de la réalité dans ce qui venait de se passer sous yeux. Il jeta un œil dans la direction où avait disparu le criminel, ne laissant derrière que quelques doigts et ladite arme à feu. Si la forêt était plus dense, un tunnel se serait sûrement tracé dans le cœur du lieu. Mais seuls quelques arbres fruitiers à moitié brisé ou complètement anéanti témoignaient du passage de cette terreur noire. Elle avait laissé une trace au sol pour manifester qu'elle était passée par là et son diamètre restait impressionnant. Il se secoua la tête et la tourna vers la provenance de ce qui lui semblait en tout point être un boulet de canon géant. Et ce qu'il vit à travers le passage laissé par le projectile en déciment les arbres sur son passage confirma l'idée qui lui passait par la tête. Il était loin mais d'une taille assez imposante pour qu'il le remarque d'ici. Un bateau ; non. Un croiseur se trouvait sur la mer et voguait de toute évidence vers l'île. De lui s'échapper d'autres petits points noirs qui grossissaient à vue d'œil avant de s'abattre aléatoirement sur le petit territoire. De là, il sut ce qu'il passait. - Alors il n'a pas menti... Ils sont vraiment venus... » murmura-t-il pour lui-même, se surprenant à sourire et, bien malgré lui, à espérer. Un sentiment qu'il avait fini par oublier au bout de deux ans, brûlé à chaque instant par le tatouage à son dos.

- Qu'est-ce que tu regardes gamin. Vient te battre salopard. » Son regard se refroidit et il fronça les sourcils. Apparemment l'autre n'était pas encore mort de douleur ou de saignement. Il lui accorda qu'il était coriace. Mais ne représentait plus un danger. Il l'avait vite cerné eu savait que celui-ci n'était pas de ce genre à être capable de survivre à une blessure pareille et encore moins combattre avec. Ceci dit... - Si tu pouvais encore te battre tu m'aurais surpris par derrière et poignardé. » Et c'était vrai. Maintenant qu'il y pensait, c'était réellement stupide de rester assis comme ça alors que l'infirme traînait toujours dans les parages. C'était la troisième fois qu'il se laissait avoir par la distraction et ce qu'il en tirait ne lui plaisait pas du tout. Gardant un œil sur le pirate, il prit un temps calculer pour se lever en poussant l'arrogance jusqu'à se dépoussiéré. Le brun coupa son ennemi au moment où il allait prendre la parole, comme il le prévoyait de par son silence. « Mais on peut s'arranger. » Il se redressa et lui jeta un regard avant de s'avancer vers lui. Trop tard. L'enfant de Grand Line avait perçu le mouvement de recul du pirate avant que celui-ci ne l'avorte et en sourit férocement.

Il venait de passer de gamin à danger.

- S'arranger ? Tu crois vraiment que j'écouterais une merde comme toi qui tue ses camarades ?

- Camarade ? » Il ne prévoyait pas de mettre autant de cynisme dans son ricanement mais à défaut de quantité autant prendre la qualité. « Parce-que vous m'avez déjà considéré ainsi ? » Seul le silence lui répondit.

- N'approche pas merdeux. Et qu'est-ce que tu caches derrière ton dos ? - Ça ! » Il sorti la main de son dos pour lui montrer le colt. En se levant, il s'en était saisi et porté à sa possession. - Et c'est comme ça que tu négocies ? Avec une arme dans les mains ? Mon cul ! » fit-il en crachant parterre. Mais son interlocuteur n'était ni sourd ni idiot et encore moins aveugle. Le pirate craignait tellement la douleur et la mort qui n'avait pas osé retirer la lame plantée dans son poignet. De plus, le fait de mentionner les aspects selon lesquelles son vis-à-vis comptait "négocier" déterminait lintérêt quil portait à la chose. La mort gardait ce pouvoir de faire changer notre point de vu en quasi toute circonstance. Si on nétait pas prêt à léguer sa vie et restait transi par le baisé glacial de dame décès, il était très fréquent que le sujet adopte un comportement totalement différent. Comme Ōkami le constatait à ce moment même. Ce nétait pas la première fois quil voyait cette lumière Ce brasier refusant de mourir dans les yeux de quelquun qui se sentait condamné. Le pirate voulait vivre. Et il comptait bien en profiter. Alors, il sarrêta à dix pas de lui, finissant par lui donner limpression dobéir à ces jérémiades lui ordonnant de ne pas sapproche sinon il lui trancherait la gorge. Cétait bien les idioties dun mourant ça. Tuer quelquun en lui tranchant la gorge sans disposer ne serait-ce queue dune lame courte. Enfin sil en disposait dune lame là, planté dans sa main et menaçant de sectionner le membre. Ceci dit, vu comment il serrait son avant-bras sans oser y toucher, ce nest pas demain la veille quil sen servirait. Mais mieux valait ne pas tenter le diable Après le retournement de situation inimaginable quil venait de voir, la prudence devenait effectivement mère de sûreté. Linitiative devait venir de lui ceci dit. Il était lourdement blessé mais pas sans honneur.

- Écoute. » Il pointa larme sur la tête du pirate, poussant ce dernier à écarquiller les yeux. Mais il ne le laissa pas amorcer sa phrase. « Je pourrais autant te tuer dune balle à la tête. Ce sera rapide et jaurais ta peau. Mais tu vois je ne suis pas bon tireur. Pour être franc, je nai jamais tiré. En partant sur cette base, je raterais mon coup et serait sans armes face à toi qui a une arme. » dit-il en y mettant autant de conviction quil en était capable pour lui faire croire quil pensait que le pirate serait capable de retirer la lame pour lattaquer. « En somme, ce serait du 50-50 si on se battait avec quand-même un solide avantage pour moi car je peux attaquer dici. Mais je ne veux pas mourir bêtement sur un coup du sort comme lui. » Il pointa du doigt la place où se trouvait précédemment le camarade qui sétait fait briser par un boulet de canon. « Alors à toi de voir. On essaie de se chamailler ou on…

- Baisse déjà ton arme pour commencer.

Le gamin sourit. Il sy attendait et trouverait vraiment idiot quil ne lui demande, voire exige pas, darrêter de pointer larme à sur lui. « Je vais faire preuve de bonne foi et obéir. » Il acquiesça de la tête et, lentement, abaissa le colt quand soudain, Bang, le plus étourdissant de larme retentit, saturant lair dune odeur de poudre qui allait de paire avec le sang giclant hors de la plaie ouverte au genou du pirate où sétait logé la balle. « Oups ! »f fut sa seule réaction alors que le pirate se roulait parterre de douleur.

- Sale merde ! Sale merde ! Sale merde ! Sale merde ! Sale merde ! Sale merde ! Sale merde ! Sale merde ! Sale merde !

- Idiot… Tu crois vraiment que je laisserais le moindre dentre vous sen sortir vivant quand jai loccasion de vous massacrer ? Tch. » Il reprit sa marche tranquillement et couvrit mes 10 pas qui les séparait. Le pirate ne prévoyait pas de soccuper de son arrivée. Il avait dautres chats à fouetter notamment rouler par terre tout en évitant de se coucher sur sa main mutilée. Son bourreau lui flanqua un coup de pied à la tête, lobligeant à se retourner. Il tenait déjà le colt à lenvers et en écrasa la crosse dans la bouche du malfrat. Les dents de ce dernier éclatèrent et sa bouche se remplit rapidement de sang. Avec le bois quasiment enfoncé dans sa trachée, il avait beaucoup de mal à respirer. Par instinct ou simple esprit de survie, il tenta de frapper son compère de voyage au crâne mais les différentes blessures lavaient trop affaibli et ralenti à un point où cétait un fardeau rien que de le regarder. Il en avait très forte conscience et cest pour ça quil sen approchait sans craintes de revers de la médaille. En effet, tout à lheure il mentait bien concernant lenvie de négocier mais pas sur ses chances de réussite au tir. Et cest pour ça quil avait visait les jambes, histoire dêtre sûr de réussir son coup. Même si en réalité il en voulait à son tronc… Mais bon. Cétait déjà ça.

Il frappa simplement le bras qui en voulait à sa gorge du coude et immobilisa le second en y déposant le genou afin de prendre, ou plutôt reprendre ce quil considérait désormais comme sa lame. Il la planta en travers de la gorge avant de se retirer sans même attendre la fin de son agonie. Le brun nen avait que faire de ces pions. Cest la reine du jeu quil voulait et cétait la seule vision de planter son arme dans la gorge du capitaine pirate qui le motivait à avancer. Le Cp9 avait débarqué apparemment et il était hors de question que ces charognards lui volent sa proie.


X - Résolution

Il se redressa après avoir fini dessuyer sa nouvelle lame sur son 5ème cadavre de la journée avant de contempler pour la énième fois celle-ci dun air de plus en plus perplexe. Celui-ci avait vraiment du mal à assembler les différentes pièces du puzzle, la logique sétant désisté face à ce mystère, vile lâche qui le laissait tout seul dans sa brume dignorance. Les rayons sagaces de la lucidité se démontrait toujours inutile face à cette couche dinterrogations. Mais une principale ressortait surtout dans le contexte actuel des choses : Pourquoi ? Pourquoi elle tranchait aussi bien ? Pourquoi elle tranchait mieux que la blanche qui avait pourtant un poids supérieur.

Le brun inclina son regard sur le corps du pirate gisant à ses pieds, la tête manquante et le cou abreuvant avec générosité le sol de sa vie récusée. Il avait suffi dun unique revers pour séparer la tête de son socle naturel. Le hiatus était tellement net quil ne laissait aucun lambeau de peau mal sectionné poindre au large de la plaie ou ne serait-ce quune déchirure. Du haut de ses 12 ans, il nétait pas dupe ni assez arrogant pour penser que ce meurtre idéal nétait dû quà ses talents de bretteur. Sil avait quelques notions de lart du kenjutsu, inculqué par un maître des plus compétents, Ōkami se savait incapable pour linstant de réaliser un acte aussi saint que parfait. La faute en incombait donc soit à la chance soit à la lame. Mais le petit homme, avec tout ce quil avait vécu ses six dernières années, ne comptait pas dans les rangs des adeptes de la chance ou du hasard. Donc…

Ses iris sassombrirent, teintés par linquisition puis revinrent explorer les lignes de larme noire quil avait déniché, environ une heure plus-tôt, non loin de là où il avait réalisé son deuxième et troisième meurtre.

Après en avoir fini avec le dernier pirate du trio de Rag, le louveteau était déjà en partance pour chasser et retrouver Simone avant les agents du gouvernement au sombre costume. Si ces derniers parachevaient une mise à mort ou la capturaient avant lui, il ne pourrait jamais vivre, ou même reposer en paix, en sachant que ce nétait pas lui-même qui en avait terminé avec la vie du pirate. Et vu à la rigueur avec laquelle les choses avançaient, le brun risquait de perdre lopportunité de bafouer lhérésie que représentait la femme bandée pour son existence et sa tranquillité desprit.

Seulement, alors quil sen retournait pour cheminer vers celle quil était décidé à considérer comme sa proie, quelquun ou quelque chose linterpella. Un appel ? une voix, féminine, qui lui demandait de venir vers elle. Son acuité aiguisée comme la folie du prédateur le mit en alerte. Le futur agent du gouvernement mondial leva larme semblant être un mélange dun Kodachi et dun sabre court afin de se protéger et scruta les alentours dun air sombre afin den débusquer son tourment. Il la reconnaissait, cette voix.

Cest celle-là même qui lavait sommé de venir sur le pont afin de débarquer en compagnie de léquipage sur lîle. Distrait à ce moment, il navait guère fait attention à lintonation de la voix la première fois. Sinon, il saurait quil y avait un hic. Simone était la seule femme de léquipage et, il en était certain, ce nétait pas son élocution et donc non elle qui lavait mandé. La pirate lavait mûr et aussi basse, ou presque, quun adolescent dont la voix était entrain de muet ; un des paramètres qui induisaient sûrement les gens en erreur quant à son identité sexuelle. Celle-ci par contre était chantante, douce et suave. Elle lui rappelait celle des femmes de joie campées sur le seuil des maisons de plaisir et chargé dattirer les clients avec leur chantonnement de Sirène aussi séduisant que leurs corps sculptés dans le fantasme. A ses oreilles, lappel se prévalait de la même attraction. Mais quest-ce quune femme dans ce genre pouvait bien faire dans une île ? déserte qui plus est ?

Par ici. Là.

Elle devenait de plus en plus distincte à mesure quil avançait à pas prudents, guidé, le regard évoluant par intermittence sur ses flancs pour éviter de se faire prendre en traître. Il préférait débusquer la personne qui samusait à lui enjôler les oreilles que lui laissait la chance de le suivre et le prendre par derrière.
Le presque adolescent venait tout juste de fouler la griffe profonde quavait laissé le boulet de canon sur la terre meuble de la faune quand il la vit. Aussi acéré soit son regard, il laurait sans aucun doute raté si, une nouvelle fois, il navait pas entendu ici.

En se tournant vers la provenance de cette indication, ses yeux se plissèrent, le début de la perplexité gangrénant ses idées y trouvant son point damarrage. Ōkami baissa son arme et sapprocha de lun des arbres détruits par la rondeur destructrice. Là, de ce qui subsistait du tronc arraché au passage, dépassé une tige noir luisante au soleil. Pour quelquun qui en avait de toutes sortes, le fugitif reconnu la garde dune arme. Dune lame. Une garde qui lui disait quelque chose.

Il releva sa main occupée et en ouvrit la paume pour analyser la garde même de larme quil tenait. Effectivement, cétait la même. De ce quil voyait tout du moins, aucune différence ne subsistait de son examen minutieux.

Prend moi.

Il ne fit ni mine dêtre surpris ni déconcerté. Il lavait deviné au final. La voix. Son guide, provenait de cette garde ou plutôt de la lame qui était sûrement encore enfoncé dans le conifère. Mais, quest-ce que faisais une arme dans un arbre ? Et comment avait-on bien pu faire pour la planter là-dedans à lhorizontal ? Une inclinaison à gauche, une autre à droite. Rien. Pas le moindre orifice qui présageait une opération dinfiltration de ce type ni la moindre entrée. Probable quil était détruit à cause du boulet de canon, néanmoins il remarqua quand-même une chose intéressante grâce à son excellente mémoire à court terme.

Les lambeaux de son pull gris virevoltèrent quand il se retourna avec une telle vivacité quon aurait pu croire que quelquun sétait glissé derrière lui. Mais il fixait juste Rag, ou plutôt larbre sous lequel sa dépouille gisait. Ce tronc renversé à lhorizontal même qui lavait cueilli quand il avait trébuché sur la garde de sa première découverte. Le brun fit plusieurs allers retour du tronc renversé à celui détruit pour être sûr de ce quil voyait avant de sourire. Ce nétait pas très visible mais les deux arbres étaient jumeaux. Des hêtres. Donc, sil ne se trompait pas, larme quil avait trouvé parterre devait se trouver dans le premier et avait dû sûrement être éjecté hors du tronc lorsquil était tombé pour une raison pour une autre.

- Donc toi…

Ōkami lança le métal enneigé qui ne retenait aucune trace de sang malgré les deux récents meurtres et usa de sa main droite libérée pour saisir la garde qui dépassait. Un frisson lui gagna le bras et il eût limpression que quelque chose de brûlant venait de lui pénétrer lavant-bras, grouillant avec vélocité vers sa poitrine avant de sévanouir comme le murmure du vent sur leau.

Prend moi.

Il arracha larme de son socle d'un geste limpide. Non. il la retira simplement, avec autant daisance quil retirerait sa main de l'eau. Vu jusqu'où était enfoncer l'arme, le gamin s'attendait à une certaine résistance, une opposition naturelle exerçait par la pression du bois. Mais rien de cela. Et il fût encore plus surpris quand il découvrit ce qu'il avait déniché.

- ... » Les mots fuyèrent sa conscience. Son esprit élimé par l'admiration ne lui permettait pas non plus de reprendre contenance.

Ce qu'il avait sous les yeux étaient la définition même d'un chef-d'oeuvre. Était-ce même le travail d'un forgeron ou d'un orfèvre ? Un architecte peut-être ?

S'attendant à trouver une lame jumelle à celle qu'il tenait déjà en main, la couleur qu'il découvrit jeta un véritable voile de vérité sombre sur son erreur.

La lame était noir de jais, complètement ombré par la nuit et aussi brillant que l'onyx. Sur son plat courait des formes étranges. On aurait dit des dessins. Des formes géométriques plutôt conscienceusement ciselés dans le métal, rouges sang. Mais ça, était-ce même du métal ? Ou une quelconque matière connue d'homme ? Difficile à dire.

Il passa son doigt sur le tranchant et l'en retira de suite avec une grimace. Il l'avait à peine touché, mais celà suffisait. Sa peau s'était ouverte, laissant une perle rouge s'échapper de sa chaire et pointer vers lui. Son sourire qui avait disparu entre temps revint. Un tranchant incroyable. Avec une arme pareille....

Depuis, il avait commencé la traque.

Néanmoins, personne ne l'avait attendu pour débuter les hostilités. Car oui, conflit il y avait.

La symphonie macabre de la chaire meurtrie par les balles, dansant sous l'orchestre des lames avant de tomber sous le glas d'un coup bien porté. L'air empestait le sang. Le monde devenait rouge et le vert somnolent céda rapidement ses droits à un rouge défiant.

Les pas prudent, le silence éprit de sa démarche de loup le gardait hors de la tension des deux camps. Furtif comme le vent, il se déplaçait avec efficacité en évitant de faire le moindre bruit possible. Ainsi, il s'esquivait plus ou moins facilement des différents combats qui se tenaient ci et là toute en gardant un oeil intéressé sur la chose. D'un point de vu déterminant, la situation était critique pour les pirates. Ces derniers se faisaient quasiment massacrés. Pour 1 sous-fifre du gouvernement tombé, 5 pirates mouraient. À ce rythme, le combat tourneraient vite court, motivant encore plus le jeune homme à se dépêcher de retrouver Simone avant qu'il ne soit trop tard. Et c'est précisément dans ces moments où vous aviez le plus besoin d'être prompt, pressé par le temps que des obstacles apparaissaient.

Sur son chemin était apparu deux membres de l'équipage du pirate. Il tomba nez à nez avec eux en sortant au détour d'un buisson. Surpris, ces derniers se regardèrent tour à tour, geste stupide des humains incapables de trouver solution à situation loquace. Lui ne leur laissa pas le temps de choisir ce quil fallait faire de lui. Il plongea en avant sur le premier pirate à sa gauche. Ce dernier voulu reculer et pointer son arme à feu sur lui mais il avait réagi une seconde plus tard. Les deux mains tenaient toujours la carabine lorsqu'elles s'envolèrent plus loin, séparées de leur poignet par la nouvelle arme au tranchant inégalable qu'avait trouvé Ōkami.

- Bâtard !

Ils n'avaient décidément que ce mot à la bouche en le voyant ? Mais il se garda bien de prendre ses instants pour rétorquer qu'il avait été adopté et que ce n'était pas un bâtard. Pas le temps étant donné la charge qui siffla à son encontre.
Deux pas en arrière suffirent, et il sorti de la trajectoire de la hache traçant une courbe violente vers son crâne. Celle-ci alla se planter dans celui de l'handicapé fraîchement séparé de ses mains, le tuant sur le coup.

Ōkami, lui, toujours aussi lucide en profita pour plonger une nouvelle fois, cette fois sur le côté afin de planter sa seconde lame enneigée dans le ventre du dernier opposant. Celui-ci se penchant en avant afin de cracher du sang y perdit sa tête, sectionnée nette par la première de jais. Et le seule chose qu'il en tira personnellement n'était rien de plus une longue estafilade sur sa joue, démontrant que ses mouvements d'esquive étaient encore loin de la perfection. Encore lui de Tatara.

D'aussi loin qu'il s'en souvienne, il n'avait jamais enchainé des mouvements aussi létales au combat. À chaque fois, chaque instant de chaque entraînement, Tatara lui administrait une vénale correction lors de ses entraînement dans le maniement du katana. Ou peut-être était-il vraiment fort et que, tout simplement, Tatara était trop fort ? C'était possible. Il n'avait jamais vraiment combattu quelqu'un d'autre à part le second du bateau. Aujourd'hui était là première fois et il en avait déjà tué quatre.

- Quatre....

Le ciel était capricieux ce jour-là. Les nuages ombraient la lune et gisaient fermement au rang de maîtres des cieux. Quelques petits incendies argentés se déclaraient ci et là et le tambour des dieux roulaient sous le décompte de l'ignorant de 4 ans qu'il était. Les petites mains posées sur la table, il admirait son père dépasser le poisson qu'il avait péché le matin. Il en avait sorti des oeux rouges comme la vie alors que le saumon s'en trouvait les yeux blancs comme la mort. Ce jour-là, pour la première fois, des larmes s'étaient échappées de ses petits yeux humides lorsqu'une question lui passa par la tête.

- Dis p'pa... C'est mal de tuer non ?

L'homme poisson, interloqué, cessait son travail pour observer l'enfant qu'il avait adopté depuis que la mère de ce dernier l'avait recueilli et soigné. Il vit que le gamin regardait avec insistance les oeufs posés à côté et cela le fit sourire. « Oui c'est mal. Très mal même. Mais parfois, le mal peut être du bien.

- Comment ça ? » il leva les yeux et les cala dans les noirs de sa figure paternel. Ce dernier déposa son couteau pour lui faire face, toujours avec son sourire.

- Tu vois, tuer c'est mal. Mais si on ne tue pas, on ne peut pas survivre. On a besoin de manger pour se réveiller chaque matin et de boire pour dormir chaque soir. Nous ne tuons pas simplement non. On nourrit une vie par la mort. C'est... un peu bizarre dit comme ça mais... Voit cela comme une offrande. En tuant un poisson, on admet que notre vie dépend de lui et qu'il est donc, beaucoup plus important que nous.

- Un noneur ?

- Un honneur. Oui c'est ça. Un honneur. » Lui répondit-il en riant avant de retourner à sa tâche.

- Un honneur hm... » Mais est-ceque cette logique s'appliquait à tous les êtres vivants ? Pouvaient-ils dire qu'il tuait car sa vie dépendait de sa capacité à éliminer ses ennemis avant qu'eux n'en finissent avec lui ? Un honneur ? De la légitime défense ? Ou un simple meurtre ? Les aurait-il tués sils ne montraient aucue volonté à se battre ? Oui. « Tch... » Il se pinça larête du nez et clos avec force ses paupières pour chasser ce souvenir et ce sentiment de culpabilité qui pointait dans sa conscience. Le même sentiment amer et dégoutant quil avait ressenti après avoir empoisonné Gurt. « Ce n'est pas le moment... Ils l'ont mérité p'pa. Ils l'ont mérité.

- Tu as raison louveteau. Ils lont mérité.

Ōkami ouvrit les yeux brusquement. Ce nétait pas ma voix de son père ça. Le brun pivota sur lui-même en lançant son bras à l'assaut de son interlocuteur derrière lui afin de lui planter sa lame dans les côtes. Peine perdue. Il devait le savoir. Lennemi qui vous prenez par surprise avait toujours lavantage. Une violente frappe lui écrasa le ventre et l'envoya voler quelques mètres plus loin. Il aurait sûrement continué dans sa course si un arbre ne l'avait pas arrêté. Le choc avec le bois dur fût rude et, lorqu'il toucha terre, son estomac lui fit comprendre qu'il n'aimait pas de se faire ainsi malmener ainsi.

Le traitement le fit vomir immédiatement le peu qu'il avait mangé hier soir. La douleur était si intense et tellement brûlante qu'il en tremblait de tous ses membres. Haletant, pris au dépourvu, il s'efforça néanmoins de garder un œil ouvert sur elle. Malgré sa vision flouée et le dédoublement de caractère, il reconnu facilement la silhouette du capitaine de l'équipage qui venait tout juste de reposer à terre la jambe avec laquelle il l'avait envoyé au tapis avec un seul coup. Simone ne l'avait jamais frappé ni attaqué d'une quelconque sorte depuis quelle lavait forcé à emménager sur le bateau de léquipage rouge. Elle lui avait d'ailleurs assuré, le jour où il eut l'audace de lui dire de s'occuper lui-même de son entraînement au lieu d'envoyer son larbin se faire tuer à sa place, que le jour où elle se mettrait à lui donner des coups, ce jour là, elle le tuerait.

Il semblerait que ce jour soit venu. Sauf qu'il n'avait aucune intention de mourir. Quelque soit ses handicaps. Il avait vu la force de Tatara et savait que ce nétait quune partie de ses capacités de combat. Pour quun homme aussi puissant obéisse aux doigts et à lœil à quelquun, cette personne devait être autrement plus monstrueuse. Ces dents pointues ne donnaient pas envie.

Nonobstant cela, la volonté de tuer était plus grande que la faiblesse physique actuelle. La peur se fit broyer par la colère et le feu de la haine donnait un nouvel éclat à ses yeux dorés qui en devenait presque orange volcanique. Il réussit à se redresser pour faire face, tenant difficilement sur ses jambes mais bien assez pour marcher. Alors, il charge contre et par devers tout. Son cœur criait vengeance, son cerveau le sommait de fuir. Mais, pour la première fois, il écouta lorgane inutile qui lui faisait perdre ses moyens et attaquait. Attaquait avec tout ce quil avait et quil navait pas. Cétait maintenant. Maintenant ou plus jamais.




Dernière édition par Ō No Kami le Mer 8 Jan 2020 - 14:57, édité 3 fois
Ashura Dojima
Ashura Dojima


Feuille de personnage
Dorikis: 0
Popularité: 0
Intégrité: 0

Sam 4 Jan 2020 - 14:37

Fiche terminé !
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville
Admin en Chef
Ambassadeur du Gouvernement Mondial


Feuille de personnage
Dorikis: 5727
Popularité: 220
Intégrité: 126

Dim 5 Jan 2020 - 16:20

Salut,

Tu n'as pas tout à fait terminé, tu dois te trouver un avatar (que tu réserveras après validation), et également trouver le code du règlement que tu dois insérer dans ta fiche à la mention prévue à cet effet.

Tu dois d'abord faire ça avant qu'on te donne ton test RP.

Voilou!

_________________


Présentation d' Ō No Kami 1500824581-kakyoin



Spoiler:
 

http://www.onepiece-requiem.net/t15222-http://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myosot
Ashura Dojima
Ashura Dojima


Feuille de personnage
Dorikis: 0
Popularité: 0
Intégrité: 0

Dim 5 Jan 2020 - 18:52

Salut Myosotis

J'ai apporté les modifications demandées. ^^

Op op
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville
Admin en Chef
Ambassadeur du Gouvernement Mondial


Feuille de personnage
Dorikis: 5727
Popularité: 220
Intégrité: 126

Mar 7 Jan 2020 - 18:56

Bonsoir, je passe pour ton test RP qui est le suivant :

Citation :
Raconte nous comment tu es entré au Cipher Pol.

Tu as 10 jours pour le traiter, tu peux changer si tu veux.

Voilou!

_________________


Présentation d' Ō No Kami 1500824581-kakyoin



Spoiler:
 

http://www.onepiece-requiem.net/t15222-http://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myosot
Ashura Dojima
Ashura Dojima


Feuille de personnage
Dorikis: 0
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mer 8 Jan 2020 - 1:51

Je dois le mettre dans l'emplacement test rp c'est ça ? Si oui ce sera problématique...

Si non je le fais où ?
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville
Admin en Chef
Ambassadeur du Gouvernement Mondial


Feuille de personnage
Dorikis: 5727
Popularité: 220
Intégrité: 126

Mer 8 Jan 2020 - 12:56

Tu dois le mettre dans l'emplacement Test RP, oui. Comme son nom l'indique, il sert à poster le Test RP.

_________________


Présentation d' Ō No Kami 1500824581-kakyoin



Spoiler:
 

http://www.onepiece-requiem.net/t15222-http://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myosot
Ashura Dojima
Ashura Dojima


Feuille de personnage
Dorikis: 0
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mer 8 Jan 2020 - 14:58

Op op

J'ai fini je crois
Ashura Dojima
Ashura Dojima


Feuille de personnage
Dorikis: 0
Popularité: 0
Intégrité: 0

Lun 13 Jan 2020 - 1:29

Bonsoir l'ami ^^ j'ai terminé depuis quelques jours déjà mais je n'ai toujours pas de réponses
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville
Admin en Chef
Ambassadeur du Gouvernement Mondial


Feuille de personnage
Dorikis: 5727
Popularité: 220
Intégrité: 126

Mar 14 Jan 2020 - 16:45

Bonsoir,

Nous sommes tous assez occupés avec la reprise du travail, tu auras des nouvelles ce weekend.

Voilou !

_________________


Présentation d' Ō No Kami 1500824581-kakyoin



Spoiler:
 

http://www.onepiece-requiem.net/t15222-http://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myosot
Ashura Dojima
Ashura Dojima


Feuille de personnage
Dorikis: 0
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 14 Jan 2020 - 16:53

Bonsoir,

Pas de soucis j'attend de vos nouvelles bientôt op op.
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1