AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment :
[Vente flash]Batterie externe 26800 mAh à ...
Voir le deal
22.90 €
Le Deal du moment : -71%
Plaque Induction Portable Amzchef
Voir le deal
49.99 €

Sergueï J. Eastwint [+18]

Tim Uzi
Tim Uzi
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Quelque part sur les Blues
♦ Équipage : Chaque chose en son temps...

Feuille de personnage
Dorikis: 1993
Popularité: 37
Intégrité: 30

Lun 6 Avr 2020 - 23:15

"Dure journée, Eastwint ?"

Le tatoué ne prit pas la peine de lever la tête et se contenta d'une réponse glaciale.

"Ne me parle pas, il faut que je dorme."

Après la montée pénible d'un escalier en colimaçon de bois miteux, le sniper retrouvait sa minuscule chambre et posa bruyamment son énorme sac sur la parcelle de plancher encore libre avant de s'allonger sur un lit délavé et de se passer les deux mains sur les yeux. Il avait lui-même choisi de passer un moment ici dans ces conditions, ce pourquoi il s'interdisait de se plaindre.
Vingt-six jours, précisément, qu'il était de nouveau Clood J. Eastwint, le tueur à gages étranger de Hat Island connu pour avoir le meilleur taux de réussites de tirs. Une réputation qu'il avait monté de toutes pièces avec l'aide de deux de ses coordinateurs et qu'il n'avait pas eu besoin de démentir, appliquant ses contrats avec la plus grande furtivité possible. La paie était maigre, l'auberge dans laquelle il se trouvait était l'une des plus mal-famées de l'île et son entraînement pour résister à la chaleur ne présentait que de minuscules résultats.
Mais il s'en voulait d'avoir une faiblesse aussi évidente et tenait à y remédier, au moins en partie. Ce pourquoi il s'était engagé à effectuer un contrat par jour, en plus de ses exercices quotidiens de musculation - qui, contrairement aux exercices aérobiques, représentaient une difficulté entièrement nouvelle pour lui. L'exercice était également de maintenir une couverture sur le moyen-terme, ce qui lui posait déjà moins de problèmes. Pour une fois dans sa vie, son corps le bloquait plus que son esprit. Les raisons de son séjour sur l'île désertique étaient légitimes et favorables à son développement en tant qu'agent, aussi il devait tenir aussi longtemps qu'il le fallait.
D'un geste las, il jeta son chapeau brun dans le micro-placard ouvert à sa gauche, puis retira ses bottes en cuir et son pantalon brun à franges avant de fermer les rideaux placés devant la petite fenêtre à sa droite. Le sommeil ne tarda pas à opérer.


-------------------


"C'est pas vrai ! On a toujours les pires clients putain !"

Ce cri de la part du vieux gaillard qui tenait le gîte n'était pas malvenu puisque le mercenaire venait de se rendormir après son réveil, ce qu'il s'était engagé à ne pas faire. Il se demandait cependant pourquoi il se faisait subitement insulter, alors que tout semblait en ordre jusqu'ici - hormis évidemment l'état désastreux de l'endroit dans lequel il logeait. S'était-il déjà trahi ? Pour en avoir le cœur net, il se rendit au comptoir de l'entrée sans prendre la peine de se vêtir et s'adressa au propriétaire, qui le tira directement par le bras de sorte à ce que leurs deux visages se rapprochent. Le vieillard chuchotait mais sa voix était tout de même teinte d'agressivité.

"Toi ! Tu es vraiment allé cherché des noises aux Manslouches ? T'es malade ?"

Le tatoué remarqua la feuille de papier que tenait le gaillard dans la main gauche et répliqua malgré son réveil frais qui lui rendait difficile l'intégration des informations.

"C'était il y a déjà un moment. Pourquoi ?"

Le propriétaire le laissa à peine finir et retourna la feuille pour presque la coller au visage du tueur à gages.

" 'Clood J. Eastwint, je sais où tu es. Rends-toi seul sur mon camp ou l'auberge sera prise d'assaut dés demain. Signé, Sergueï Recat'. Il a même mis une putain de trace de sang sur la lettre ! Tu te fous de ma gueule ?"

Le tatoué déglutit, acquiesça et répondit en se libérant doucement de l'emprise du vieux croulant.

"Il va falloir que j'y aille. Gardez mon argent, j'ai juste besoin de passer un dernier appel."

Continuant à froncer les sourcils, le tenant de l'auberge le lâcha et s'essuya les mains sur son comptoir.

"Fais ce que tu veux tant que tu niques pas mon business, abruti ! Sinon Recat sera pas le seul que t'auras à dos !"

Sans répondre, le mercenaire se hâta vers la chambre, se vêtit et sortit son Camo Den Den de son sac. Le gastéropode, comme à son habitude, s'adapta instantanément à la tenue de son propriétaire et se retrouva doté du même chapeau brun que lui, en plus des dreadlocks à bouts roses et des tatouages qu'il affublait déjà. Il composa la fréquence dite "d'urgence" et laissa le combiné sonner, ce qui ne dura pas longtemps.

~ Secrétariat nord de la mairie d'Exact Town j'écoute ? ~

Le coordinateur semblait sérieusement impliqué cette fois, ce qui en un sens rassurait l'agent. Il formula le plus bas possible sa requête.

"Clood J. Eastwint. Les Manslouches m'ont retrouvé et en ont après moi. Vous pourriez me sortir le dossier de la mission TU4-C3-001 ?"

Le responsable du Cipher Pol souffla un coup, ce qui fit froncer les sourcils au tatoué.

~ J'avais justement tous vos dossiers devant moi et j'attendais que vous m'appeliez ! Si vous saviez, j'avais tellement peur de rester planté devant ce bureau toute la journée pour rien ! Je vérifie ça tout de suite. ~

Le sniper fit une moue d'incompréhension avant de reprendre, décidé à rattraper l'erreur qu'il avait faite en laissant l'un des nomades témoins s'enfuir..

"Allez à la page des problématiques et vérifiez le second, celui qui suit Bruno 'Gorilla'. Le pôle a-t-il trouvé des informations ?"

Le coordinateur répondit plus rapidement que prévu.

~ Le portrait-robot que vous nous avez fourni correspond à celui d'Ivan Recat, dit 'Le Poète', un autre lieutenant Manslouche. Il est le seul à avoir pu s'en sortir consciemment après votre altercation avec la tribu. C'est une sorte de devin, mais les trois autres Lieutenants le tiendraient à l'écart des décisions. Il serait complètement fou, ni plus ni moins. ~

Uzi se demandait d'où le pôle tenait autant d'informations, mais ça ne regardait pas un agent de son rang et le temps pressait.

"Bien. Leur meneur me menace et réclame ma venue sur le camp le plus tôt possible. Quelles instructions avez-vous reçues si cela venait à arriver ?"

Le bureaucrate rétorqua quasiment sur le tas.

~ Deux options. Soit vous les éliminez jusqu'au dernier, après quoi nous ferons appel au service de nettoyage... Soit vous tentez une approche d'alliance. Le seul témoin restant n'est pas en mesure de prouver votre mauvaise foi, donc ce n'est pas infaisable. ~

Le tatoué à la peau brûlante soupira.

"Je ne suis pas en mesure de les affronter seul de toute façon. Si ?"

Le responsable du Cipher Pol semblait mettre le doigt sur une page.

~ Et... non, effectivement, nous nous exposons grandement au risque de vous perdre. La seconde option est inévitable, donc. ~

Uzi hocha de la tête seul dans sa chambre.

"Entendu. Gatcha."


Dernière édition par Tim Uzi le Ven 1 Mai 2020 - 2:10, édité 7 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t21315-tim-uzihttp://www.onepiece-requiem.net/t21326-uzi
Tim Uzi
Tim Uzi
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Quelque part sur les Blues
♦ Équipage : Chaque chose en son temps...

Feuille de personnage
Dorikis: 1993
Popularité: 37
Intégrité: 30

Mar 7 Avr 2020 - 2:25

"Donc c'est bien toi 'Eastwint' hein ? Que je me fasse pas encore avoir, je commence à en avoir assez qu'on mette le nez dans ce qui me regarde."

Les yeux fermés et la tête vers le bas, le tueur aux dreadlocks était à la merci d'une foule de Manslouches, dont deux tenaient son corps affaibli par chacun un bras. Celui qui s'adressait à lui n'était autre que Sergueï "The Kid" Recat, ça ne faisait aucun doute. Le tatoué leva les yeux et put observer l'allure relativement intimidante du chef de la confrérie. Sa petite taille était compensée par sa musculature monstrueusement sèche bien qu'également très épaisse et par une grande cicatrice au niveau de son œil gauche qui lui donnait une aura d'homme que rien ne pouvait réellement toucher. Un cœur raisonnable semblait cependant battre sous son survêtement noir et gris à rayures blanches. Le simple fait de le regarder forçait presque le respect.

"Je suis l'homme que tu cherches, Recat. Comme tu le vois, je suis venu sans personne. Que veux-tu ?"

Un signe rapide de la part du Kid suffit pour que le mercenaire se reprenne un coup de poing dans le dos, le couchant immédiatement sur le sable brûlant. Il plissa les yeux en tentant de contrôler la douleur que ces micro-pierres chauffées au soleil lui infligaient au torse. La douleur fut heureusement de courte durée puisque les deux nomades le relevèrent directement pour que le dialogue puisse se poursuivre.

"Tu sais, on peut discuter poliment, comme des grands. Calme-toi un peu, veux-tu ? C'est encore toi qui est en position de faiblesse, ici."

Eastwint ignorait quelle partie de sa phrase avait été prise pour un écart de courtoisie, mais n'était pas surpris pour autant. Les valeurs morales dans ce genre de communautés dépassaient souvent l'entendement de ceux qui n'y avaient pas grandi. Par tolérance, il partit du principe qu'il était l'ignorant de l'histoire. Il en profita également pour observer ce qui semblait être les quatre sièges des Lieutenants, répartis en arc de cercle dans une disposition esthétiquement intéressante, étonnamment.

Sur celui à l'extrême gauche était assis Ivan, le supposé devin qu'il avait laissé fuir lors de sa première mission sur l'île. Avec un comportement presque volatile, celui-ci regardait brusquement tous les angles qui l'entouraient en gardant le regard fixe. Les bandages sur son torse, lui aussi nu, et sur ses bras, eux aussi tatoués, montraient qu'il lui arrivait régulièrement de se blesser dans ses folies et son crâne fortement dégarni témoignait déjà des signes d'un âge très avancé, bien que sa barbe broussailleuse semblait persister à rester dans les teintes noires.
Sur celui juste à gauche de Sergueï se trouvait une jeune femme qui était incontestablement moins âgée que le tueur à gages, mais que les cernes, plusieurs addictions supposées et un maquillage des plus curieux vieillissait considérablement. Vêtue d'un simple bout de tissu en guise de haut et affublée des mêmes tatouages tribaux qu'Ivan, celle-ci envoyait plusieurs regards tendancieux au tatoué, qui préféra alors rapidement continuer son exploration oculaire.
Le troisième siège, plus avancé que les autres et entouré de deux tonneaux qui semblaient être entretenus pour être constamment en feu, était celui de Sergueï. Enfin, le siège de droite était vacant, laissant au mercenaire le loisir d'en déduire que Gorilla n'était pas présent aujourd'hui. Le meneur avança son buste vers un Eastwint affaibli et reprit finalement la parole.

"Il y a maintenant trois cent vingt-sept jours, j'envoie Bruno et Ivan récupérer des chaînes de vélos pour fabriquer des onagres artisanaux. Je sais pas si tu vois ce que c'est, fin bref. Comme ils s'absentent trop longtemps, j'envoie Natasha en reconnaissance et elle m'apprend que quelqu'un a buté tout le monde sauf Bruno. Après Ivan revient au camp et me parle de ces trous du cul du Willy Gang Gang Squad, d'un gars aux cheveux verts et d'un tireur d'élite au chapeau marron tatoué de la tête aux pieds. Je sais pas si le dernier te dit quelque chose."

Le chef rit doucement et, voyant que personne autour de lui ne comprenait son bon mot, acheva ses explications.

"C'était de l'ironie parce que c'est toi, je sais pas si tu l'as. Je disais que même si Ivan dit beaucoup de merde et qu'il fait une fixette fantasmagorique sur je-sais-pas quel type du Cipher Pol en permanence, j'ai l'impression qu'il s'est pas trompé pour le coup. Tu étais vraiment avec le Willy Gang G... putain, rien que prononcer leur nom ça m'énerve. Tu étais vraiment avec eux quand Bruno et les autres ont mordu la poussière, pas vrai ?"

Le tatoué acquiesça tout seul et s'empressa de répondre de la manière la plus claire possible, notant cependant cette curieuse "fixette" du Poète dans un coin de sa tête dans le but de revenir dessus par la suite.

"Si je voulais avoir plus de chances de m'en sortir, je pourrais mentir. Mais je préfère jouer la carte de l'honnêteté. J'avais été engagé pour exécuter publiquement le Willy Gang Gang Squad, et après avoir mis la main sur eux, il me fallait les amener d'un point A à un point B. Mais Gorilla était fou de rage contre eux, et le laisser les écraser signifiait dire adieu à mon cachet."

Sergueï semblait fortement perplexe et haussa le ton.

"Et donc toi, au lieu de lui expliquer la situation, tu troues tous ses hommes et tu l'envoies dans les vapes ? T'as eu du cul qu'Ivan s'en sorte à temps, cinglé va ! Je sais même pas comment t'as pu tenir tête à Bruno avec ce corps de brindille, tu sors d'où exactement ?"

Le mercenaire soupira et se racla la gorge.

"C'est justement parce que ce n'est pas moi qui ai fait face à ton homme. Cet imbécile de Squad est devenu hors de contrôle et lui a foncé dessus sans qu'on puisse l'arrêter. Les deux autres ont tiré dans le tas dans un mouvement de panique. Je suis désolé que tu l'aies retrouvé dans cet état, crois-moi. Si ça peut te rassurer, les trois sont morts à l'heure qu'il est. Pas enterrés par contre, on a opté pour la crémation sur la place publique. Plus rapide et mieux adapté."

Eastwint s'étonnait lui-même de parvenir à autant donner vie à cette histoire. Aucune incohérence apparente pour le moment, ainsi ne restait-il plus qu'à laisser le Kid croire à cette version. Version qui ne s'éloignait que peu de la réalité, ce qui la rendait plus crédible. Alors que le tatoué se décrispait lentement et évacuait doucement les quelques signes de pression qu'il avait risqué de laisser se manifester, le meneur finit par hocher calmement de la tête.

"Ce Willy Gang mes couilles n'aura pas chômé pour nous faire suer jusqu'au bout. D'abord ils harcèlent Natasha, ensuite ils s'en prennent à Bruno... Juste que je suis déçu qu'on aie pas pu s'occuper d'eux nous-même, mais bon, si c'est une histoire de thunes je peux comprendre. J'en brûlais d'envie, quand même."

Le mercenaire, bien que faiblissant face à la chaleur, acquiesça et tenta une introspection pour rassurer le Manslouche.

"Je n'ai pas de rancœur envers beaucoup de monde. Beaucoup de choses sont une histoire de thunes pour moi. Disons que défendre mes intérêts est déjà le travail de toutes mes journées, donc je n'irais pas perdre mon temps à attaquer les intérêts des autres. Pas gratuitement, en tout cas."

Le nomade en chef acquiesça discrètement et, sentant qu'une question - et accessoirement l'atmosphère du désert - brûlait les lèvres de son invité, le laissa reprendre la parole.

"Ton camarade... Ivan, c'est ça ? Il a parlé d'un type du Cipher Pol ?"

Sergueï fit un mouvement brusque et las du bras comme s'il devait revenir sur un sujet qui le fatiguait déjà, mais consentit cependant à répondre.

"Laisse tomber, fait pas attention à ce que dit Ivan. Je l'aime autant que n'importe quel membre de ma famille, mais la plupart des choses qu'il dit sont complètement improbables. Pas de contexte, rien. Seulement des groupes de mots, des phrases si on a de la chance. Trouver un sens, c'est déjà plus dur. Le Cipher Pol c'est quoi, c'est bien les guignols qui jouent aux agents secrets pour le Gouvernement non ?"

Ledit Ivan, comprenait qu'il était le sujet de la conversation, s'agita brusquement et pointa l'homme à la peau brûlante du doigt.

"Lui, il connaît Cipher Pol ! IL CONNAÎT !"

Sergueï soupira et haussa les épaules, comme un grand frère qui avait trop l'habitude d'entendre son cadet répéter les mêmes bêtises. Assez décontenancé, Uzi se hâta de démentir subtilement les propos du médium.

"À vrai dire, ces taupes du Gouvernement peuvent être à peu près n'importe où aujourd'hui. Plusieurs d'entre eux ont déjà tenté de m'empêcher de faire mon travail. Ton homme ne dit pas forcément faux à chaque fois, sois prudent."

Le Kid se leva dans un mouvement énergique mais contrôlé, saisit la bouteille de vodka pure qui était posée à même le sable à côté de son siège et donna au tueur aux dreadlocks son verdict.

"Tes idées me plaisent pas mal, Eastwint. T'as peut-être merdé au point de ne pas pouvoir stopper un abruti du Wily Ga... un abruti pareil, mais tu es honnête et tu assumes ton rapport au fric. Ça, c'est assez rare parmi les types qui ne viennent pas de chez nous."

Le meneur poursuivit avec un signe différent du premier. Les deux Manslouches qui tenaient Clood lui administrèrent alors une claque sur l'arrière du crâne, qu'il sentit passer, avant de le remettre sur pied.

"Mais ne me donne pas d'ordres par contre, j'aime pas ça. Je sais encore ce que je fais. Allez bouge, je vais te montrer le camp."

Le mercenaire acquiesça calmement, se passant la main sur le visage puis sur l'arrière du crâne, et suivit Sergueï dans sa marche tranquille. La mission commençait manifestement par un succès.
http://www.onepiece-requiem.net/t21315-tim-uzihttp://www.onepiece-requiem.net/t21326-uzi
Tim Uzi
Tim Uzi
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Quelque part sur les Blues
♦ Équipage : Chaque chose en son temps...

Feuille de personnage
Dorikis: 1993
Popularité: 37
Intégrité: 30

Mar 7 Avr 2020 - 16:15


La vie chez les Manslouches était moins primitive qu'un voyageur pouvait l'imaginer au premier abord. Ils disposaient de réserves privées d'eau chaudes, qu'ils étaient probablement allés se fournir eux-même, de moyens efficaces de faire du feu et de plusieurs dials effectuant des fonctions différentes. La nourriture ne manquait pas tant que ça, bien qu'étant principalement composée de viande de gibiers trouvables dans le désert, plus rarement de bétail directement volé des habitants d'Exact Town. Certains aspects de ce mode de vie n'était pas étrangers à Uzi, n'étant pas sans lui rappeler son enfance à Alegria - il s'empressa cependant de penser à autre chose par crainte de sortir de sa couverture. Sergueï, de son côté, continuait à expliquer passionnément les moindres fonctionnements de son territoire à celui qui était sans doute l'un des rares invités qu'il avait pu accueillir jusqu'alors. Son regard dur ne bougeait pas d'un millimètre, coincé derrière une cicatrice virile, mais ses mots montrait clairement son enthousiasme.

"Je sais ce que tu vas me dire. Pourquoi on est aussi peu ici ? Disons que le Camp Central rassemble... les plus importants. Les médecins, les combattants les plus tenaces, quelques cuisiniers, et les Lieutenants bien sûr. Sans compter ceux qui sont au pieu, on est cinquante-deux. Ce n'est pas nous qui chassons, par exemple, mais ceux des trois camps annexes : eux sont habités par plus ou moins trois-cent personnes chacun."

Le tatoué, suivant le meneur dans sa visite improvisée, hocha la tête, semblant comprendre ce phénomène. Ayant constaté depuis son arrivée que le Manslouche en chef aimait beaucoup parler à la première personne, il prit soin de caser un maximum de "toi" dans sa phrase.

"C'est important pour toi de garder tes blessés proches de toi, n'est-ce pas ?"

Le chef s'arrêta un moment. Le mercenaire craignait à présent d'avoir commis une erreur. Finalement, le Kid reprit solennellement mais sincèrement son discours.

"Si une attaque survient sur le camp, ce seront les plus fragiles, tu t'en doutes. Donc moi, mes Lieutenants et mes meilleurs combattants on se doit d'être au plus près d'eux, oui. Et puis on découle tous de la même lignée, tous les Manslouches sont mes cousins plus ou moins éloignés, en vérité. C'est important pour moi de briser la distance que j'ai avec eux, c'est une tribu mais aussi une grande famille."

Eastwint fit une moue d'admiration en évitant avec un très léger Kami-E deux nomades pressés qui portaient un chaudron brûlant. Il avait remarqué que le Camp Central, contrairement à ses attentes, était d'une parité presque parfaite. Les femmes et les hommes se répartissaient les mêmes tâches et touchaient tous à tous les secteurs. Encore une fois, ce fonctionnement que le tueur à gages n'avait presque vu nulle part ailleurs forçait l'admiration. Suivis par Ivan et la quatrième lieutenante, les deux hommes se dirigèrent dans une tente géante aux allures de serre, et se retrouvèrent face à une foule de Manslouches faibles voire inconscients pris en charge par des médecins d'un calme olympien. Après avoir parcouru plusieurs files de corps, ils se retrouvèrent au centre de l'hôpital aux murs de peau dressée et s'approchèrent du corps qui occupait le plus grand lit. Le tireur d'élite écarquilla les yeux en s’apercevant que ledit corps ne lui était pas étranger. Il regarda subitement Sergueï pour s'assurer qu'il ne rêvait pas, ce que le petit borgne lui confirma d'un hochement de tête soucieux.

"Tu connais déjà Bruno, que tu n'as pas rencontré dans les meilleurs conditions, j'imagine."

Les yeux du tatoué faisait des allers-retours entre le Kid et le colosse, montrant son incompréhension.

"Mais, je pensais qu'il n'était pas mort ?"

Cette expression sincère convainquit le Manslouche en chef que Clood n'en savait pas plus que lui. La réponse fut assez expéditive.

"Oh, il n'est pas mort. Par contre il ne s'est pas réveillé du coma depuis votre dernière rencontre."

Le mercenaire soupira un grand coup pour exprimer silencieusement ses condoléances, par ailleurs surpris que Squad aie pu causer une telle chose. Après un moment de silence accompagné d'une certaine pression pour le tueur aux dreadlocks, c'est le Poète qui brisa le silence en désignant Eastwint de l'index.

"Cipher Pol connaît lui ! LUI !"

Sergueï se retourna vers le devin supposé et souffla du nez avant de rétorquer brièvement.

"On avait compris les sept cent soixante-quatorze premières fois, Ivan. Respecte un peu le repos de Bruno, tu veux ?"

La Lieutenante profita de ce moment de calme pour se glisser discrètement derrière le tatoué et lui passer doucement la main sur la cuisse gauche. Celui-ci, connaissant la puissance théorique des Lieutenants, décida de ne pas se défendre - aussi un simple coup d’œil du Kid suffit à dissuader la jeune femme de continuer. Alors que le chef buvait cul sec sa bouteille de vodka à peine entamée, le mercenaire prit une initiative qui lui paraissait être le meilleur compromis dans la situation présente. Il mit son doigt devant sa bouche puis pointa une parcelle d'air vide.

"J'ai peut-être une proposition pour toi. Quelque chose qui pourrait te dépanner en attendant que Gorilla se porte mieux."

Le Manslouche en chef s'interrompit dans sa beuverie.

"Parlons-en autour d'un gueuleton, si tu veux bien. Je sais pas si mon estomac va tenir après cette journée."


-------------------


Le tatoué fronça les sourcils devant le grand bol qui s'était présenté devant lui. Le plat lui avait tout l'air de contenir des poils de mammifère trempés dans un potage de sang. Alors que Sergueï et les deux Lieutenants, assis à même un tapis de peau en face de lui, se régalaient bruyamment, un coup d’œil vers l'extérieur de l'une des tentes des cuisines permit effectivement au mercenaire d'apercevoir des Manslouches raser la fourrure de camélidés avant de les suriner et de récupérer leur hémoglobine.

"Les réserves de viande que j'ai vues tout-à-l'heure, vous ne vous en servez pas pour manger ?"

Le petit borgne acquiesça tout en continuant à manger avec énergie.

"D'habitude si. Mais là je te reçois, j'allais pas te faire bouffer un truc aussi bas-de-gamme. Ce menu est plus adapté aux occasions spéciales."

Il respira lentement puis goûta le plat qui, bien qu'ayant un goût inhabituel, n'était pas foncièrement désagréable en bouche.

"Tu voulais me proposer quoi ?"

L'homme à la peau brûlante se hâta de rattraper les Lieutenants en mangeant plus rapidement et s'interrompit en levant sa main ouverte vers Sergueï.

"Je m'occupe de la sécurité de ton territoire. Tous ceux que tu as besoin que j'élimine, je les élimine. Je demande simplement à être nourri et logé ici-même. Si une attaque survient sur l'un de tes camp et que je suis ailleurs, un simple coup d'escargophone et je viens t'aider à repousser la menace. Si tu manques de nourriture, de ressources, je m'en occupe. Tout ça jusqu'à ce que Gorilla reprenne ses esprits."

Le meneur, qui avait déjà fini son plat, fronça les sourcils et afficha une expression dubitative.

"Tu réalises que Bruno est mon frère ? Même si tu y mets toute ton âme tu feras pas un bon remplaçant pour lui, tu t'en rends compte ?"

Comprenant qu'il y avait méprise, le tueur à gages fit un signe négatif de la tête.

"Je ne remplace personne. Je rends des comptes parce que je n'ai pas pu empêcher le Willy Gang Gang Squad de toucher à tes hommes. Vois ça comme un service."

Le mercenaire se prit une nouvelle torgnole à l'arrière de la tête. Le temps qui se rafraîchissait avec la nuit tombante lui permit de considérablement moins souffrir que la fois précédente.

"Ne me donne pas d'ordres, je t'ai dit. Tu penses qu'on est pas capables de s'occuper de nos ennemis nous-même ?"

Eastwint digéra la claque et acquiesça calmement.

"Vous êtes suffisamment forts, c'est certain. Mais les habitants ici vous connaissent, donc ils savent à qui s'en prendre. Si je me charge d'eux, vous êtes assurés de ne pas avoir de représailles. Mes services sont réputés pour êtres efficaces et relativement discrets."

Le meneur se tourna vers la jeune Lieutenante qui approuva d'un hochement de tête délicat et d'un sourire narquois l'alliance avec le tatoué. Comme Ivan était occupé à faire un dessin, le Kid acheva les négociations par la question cruciale.

"Et si on fait ça, je te dois combien ? Je connais rien à ces histoires de contrats."

Le tireur d'élite se replaça le chapeau sur le crâne.

"Partons sur le minimum. Huit berries par tête. Quinze si la cible est vraiment haut-placée, mais ça c'est variable."

Sergueï, qui s'attendait manifestement à une valeur supérieure, haussa les épaules et finit sa vodka d'une gorgée géante avant d'ouvrir les bras en guise de confirmation.

"Bon, tu commences demain. Je sais où tu vas dormir, suis-moi."

Alors que la jeune femme et le médium se hâtaient de finir leur plat pour accompagner les deux hommes, le chef s'arrêta devant une tente assez grande et regarda le tatoué en la désignant d'un coup de tête.

"On y garde les affaires des étrangers qui nous servent à rien, au cas où ça nous servirait plus tard. Ton gros sac et tes deux flingues sont là-dedans, d'ailleurs. Y a aussi un lit, et il est pour toi. Couvre-toi complètement, la nuit est froide ici."

Un Manslouche sortit de la tente et protesta doucement, mais le petit borgne le délogea rapidement en lui intimant d'aller dormir ailleurs. Après avoir souhaité bonne nuit aux trois Lieutenants, Eastwint les vit s'éloigner et s'installa du plus confortablement qu'il le pouvait. Une investigation dans les affaires de visiteurs qui se trouvaient à côté de lui pouvait s'avérer intéressante.
Mais pas tout de suite. Suivant le conseil du Kid et bien qu'il n'en avait pas réellement besoin, il ferma entièrement le sac de couchage. Le sommeil ne tarda pas à opérer.


Dernière édition par Tim Uzi le Mer 29 Avr 2020 - 22:38, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t21315-tim-uzihttp://www.onepiece-requiem.net/t21326-uzi
Tim Uzi
Tim Uzi
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Quelque part sur les Blues
♦ Équipage : Chaque chose en son temps...

Feuille de personnage
Dorikis: 1993
Popularité: 37
Intégrité: 30

Sam 11 Avr 2020 - 6:26

Trouver le sommeil, vu l'épuisement qu'avait accumulé le mercenaire, avait été plutôt aisé. Le garder, cependant, s'était avéré bien plus compromis. En dépit de bruits étranges autour de la tente que le tatoué ne pouvait pas - et ne voulait pas - identifier, l'air glacial nocturne du désert de Hat Island dépassait quasiment toutes les températures basses qu'il avait connu. S'il était très initialement résistant au froid, celui-ci semblait être très résistant à sa résistance. Après un énième réveil, il tenta de se réchauffer comme il le pouvait en se serrant le plus possible contre la paroi de son sac de couchage fermé.

Lorsqu'il trouva enfin la position idéale pour se rendormir paisiblement et, cette fois-ci, pour de bon, un bruit bien plus proche que les autres le fit se raidir. Quelqu'un venait d'entrer dans la tente. Il se remit sur le dos en feignant un mouvement de sommeil et œuvra pour que son oeil gauche se retrouve en face du trou créé par le défaut de fabrication de la fermeture du duvet. Cette étape fut un succès. Succès de courte durée cependant, puisque la main armée de l'intrus cagoulé descendait déjà à vitesse folle vers ledit œil. Il s'empressa d'utiliser un Kami-E sur la partie supérieure gauche de son corps, ce qui lui permit d'éviter le coup de poignard et de rester intact - mais ce qui ne plut pas à son agresseur, qui réitéra l'action deux fois. Voyant qu'il ne parvenait pas à viser correctement avec une arme blanche, l'imposteur s'enragea et jeta le couteau sur le tapis de la tente avant de se résoudre à poursuivre l'agression à la main.
Cette fois, c'est un Tekkai qui sauva la mise au tueur à gages en stoppant net le premier coup de poing. En réponse, l'intrus éloigna sa main et la secoua en grimaçant, montrant à l'homme à la peau brûlante que sa technique avait suffi à contrer efficacement le coup. L'agresseur abandonna et quitta la tente en ramassant le poignard au passage, continuant à exprimer par des gestes las sa douleur au poing. Lorsqu'il s'éloigna, Eastwint reconnut une silhouette qui se prêtait bien mieux à une femme qu'à un homme. Il reprenait encore son souffle et intégrait encore les informations quand la fatigue eut à nouveau raison de lui. Le sommeil ne tard pas à opérer.


-------------------


Le tireur d'élite se réveilla en douceur, ayant mieux dormi que prévu. Le bruit ambiant lui assurait cette fois-ci que la vie active sur le camp avait commencé. L'altercation qu'il avait eu il y a quelques heures avec une supposée parfaite inconnue lui revint rapidement, aussi décida-t-il de prendre une minute pour y réfléchir. Si Sergueï était derrière tout ça ou pas, la question ne se posait pas : c'était évident que le meneur avait tenté de le trahir malgré leur récent accord. S'il avait craint de perdre la vie, le tatoué se ressaisit rapidement en partant du postulat qu'il s'était relâché trop vite et qu'il était donc le fautif.

Il se passa la main sur le visage, s'habilla et enfila son chapeau. Il se leva ensuite du plus dynamiquement qu'il le pouvait et constata que le changement de température entre le jour et la nuit avait un effet assez douloureux sur son organisme. Encore une fois, il n'en sortit que le bénéfique pour sa tâche et en conclut simplement que les conditions lui étaient idéales pour passer un cap. Devenir moins mauvais, en somme.
D'un pas assuré, il sortit de la tente et resta quelques secondes ébloui par le Soleil, avant se rendre directement devant les sièges des Lieutenants ou seul Sergueï, cette fois, trônait. Buvant une nouvelle bouteille de vodka pure de bon matin, son mouvement se coupa lorsqu'il vit le mercenaire s'avancer vers lui et demander quelle était sa mission du jour. Le petit borgne se racla la gorge.

"Euh, doucement. Comment s'est passé la nuit ? Tu es mon premier invité, je tiens d'abord à ce que tu te sentes chez toi."

Il existait manifestement dans ce monde de bien meilleurs menteurs, mais il avait le mérite d'essayer. Clood joua la carte de l'ignorance, parfois nécessaire pour écarter les conflits.

"Pas facile au début, mais on s'adapte vite. J'ai fini par passer une excellente nuit."

Le tueur aux dreadlocks avait fini sa phrase, mais réalisa qu'il en manquait la partie essentielle de politesse. Il la compléta en retard.

"Et toi, tout va bien ?"

Le Manslouche en chef déglutit, et grommela en changeant de sujet aussi vite qu'il le put.

"Tu parles, j'ai passé la nuit entière au chevet de Bruno. Ce salaud n'a pas l'intention de reprendre conscience, apparemment. Je prie tous les jours pour qu'il ne bascule pas dans l'autre monde, je sais pas si tu vois ce que je veux dire."

Le tatoué fronça les sourcils et hasarda une interrogation à voix haute.

"Tu pries tous les jours ?"

Le Kid se reprit rapidement et rectifia ses dires.

"Non non, je n'ai pas de religion. Ici les gens croient en ce qu'ils veulent, je m'en fous. Même ces abrutis de Drognars ne me dérangeraient pas, tant qu'ils aident à la chasse, aux soins et à la bouffe, tu sais... Et au vol aussi, ça on peut pas encore se permettre d'arrêter malheureusement."

Eastwint acquiesça silencieusement. Le meneur en tira une conclusion qu'il semblait découvrir lui-même, n'ayant visiblement pas souvent l'occasion de réfléchir sur lui en dépit de ce qu'il tentait de laisser transparaître.

"En fait, tant que nos intérêts sont remplis, je crois que j'accepterais n'importe qui. Même travailler avec ces pleutres du Gouvernement, ce serait un maigre sacrifice. Je sais pas si tu me suis. Je m'égare, tu vas me dire ?"

Une multitude d'idées apparurent dans l'esprit appliqué du tatoué, qui n'allait pas le moins du monde dire au meneur qu'il s'égarait. Il acquiesça pour montrer qu'il avait l'intention de passer au concret le plus vite possible. Sergueï se leva et ouvrit un tiroir qui était intelligemment incrusté à l'arrière-même de son siège. Autour de lui, les deux tonneaux brûlaient encore et toujours. Lorsqu'il trouva ce qu'il cherchait, le chef se réinstalla sur son trône et montra à son nouvel allié une liasse d'avis de recherche dont le premier représentait manifestement la cible du mercenaire.

"Steve O'Chadley. Celui-là est un activiste important des Frères Vachers, un mouvement régionaliste d'Exact Town qui prône le retour d'une 'Hat Island originelle'. Ce qui implique que les indigènes et nous on dégage, évidemment. C'est pas dans mes projets de rendre toute la confrérie plus sans-domicile-fixe qu'elle ne l'est déjà, surtout pas en ce moment. Huit berries et tu t'en charges, c'est bien ça ?"

Le tueur hocha la tête, saisit la feuille et marcha en direction de sa tente pour récupérer son sac et ses deux colts à calibre trois millimètres.

"Huit suffiront pour l'instant, oui."

Le Kid n'appréciait pas la tournure de cette phrase, mais se retint de demander à ses hommes d'administrer la traditionnelle claque à l'arrière du crâne de son nouveau contractuel. Restait à savoir s'il le faisait par respect ou par culpabilité.
Ses propos suivants mirent rapidement la lumière sur la deuxième option.

"Au fait, Eastwint. Je suis obligé de te le dire, on a tenté de te buter cette nuit. Pour de vrai, voir si tu survivais ou pas. Et hm, félicitations, tu as réussi le test."

Un micro-sourire gêné remplaçait à présent l'expression neutre du petit borgne. Tout en marchant calmement vers la ville, dos au meneur, le tatoué lui fit simplement un signe lui signifiant qu'il n'y avait aucun souci. Il traversa le Camp Central, observant autour de lui les nomades si impliqués dans leurs tâches respectives. Une fois suffisamment éloigné d'un si petit regroupement que représentait une cinquantaine de Manslouches, il sortit sa gourde d'eau, prit une gorgée et décolla en combo Soru-Geppou pour atteindre plus rapidement Exact Town.


-------------------


L'homme à la peau brûlante n'était pas habitué à consommer de l'alcool, mais parmi tous les secrets derrière l'endurance bestiale de ses nouveaux collègues Manslouches, il ne doutait pas que la vodka était un moteur puissant pour leur énergie à toute épreuve. Preuve en était qu'un simple aller en usant de techniques du Rokushiki plus une marche d'à peine un quart d'heure avaient suffi à vider sa réserve d'eau. Reprenant son haleine aussi rapidement qu'il le pouvait, il usa de la méthode simple, rangea l'avis de recherche dans une poche de son sac et interrogea deux passants à la forte carrure qui se dirigeaient vers le sens inverse.

"Pardon, vous êtes du coin, j'imagine ?"

Les deux compères confirmèrent, non sans fierté.

"Je suis nouveau dans la ville et je cherche le rassemblement des Frères Vachers. Vous savez où c'est, je suppose ?"

Le moins grand des deux comparses prit la parole d'une voix puissante et non sans une pointe d'agressivité.

"Quoi, tu soutiens ces imbéciles ? Ils représentent pas du tout nos valeurs. Ils font que les détourner pour en faire un message de haine et de rejet des peuples étrangers. Ça nous ressemble pas."

Le plus costaud appuya les propos de son ami.

"Et puis vu qu'on est quasiment l'île de North Blue qui comporte le plus d'habitants d'horizons différents... C'est stupide. Jusqu'où on va pousser la répulsion dans ce cas-là ? Jusqu'à ce qu'il y ait plus que deux péquenots sur l'île ? Le shérif et cette grande gueule d'O'Chadley ?"

Le tueur à gages nota que sa cible du jour était relativement connue dans la ville et regretta instantanément de ne pas avoir négocié ses quinze berries. Il reprit la parole d'un air qui se voulait calme.

"J'essaie juste de faire mon travail, j'en ai vraiment besoin. Où est-ce que le meeting se déroule, s'il-vous-plaît ?"

Les deux énergumènes se regardèrent. Le premier haussa des épaules, et le second se hâta de répondre.

"Difficile de le louper, ils ont investi dans la grande place devant la banque Cashy N' Dreams. Ces fumiers se donnent de la visibilité, en plus. Tu fais quel taf toi, t'es journaliste ou quelque chose ?"

Plongé dans la carte de Hat Island qu'il venait de ressortir, Eastwint n'avait pas le moins du monde écouté la question. Il se contenta de pointer sa destination, plus proche qu'il ne l'espérait, et de s'y rendre d'un pas pressé.

Il entra au bout de la place et s'aperçut qu'elle était en littérale liesse. Un rapide coup d’œil lui permit d'apercevoir son homme prononcer un discours enflammé devant plusieurs partisans - blonds ou roux aux yeux bleus pour la plupart - qui, le poing levé, buvaient ses paroles. Le tireur d'élite, lui, rêvait de boire autre chose, ce pourquoi il avait l'intention d'honorer son contrat le plus rapidement possible. Après une dizaine de minutes à brailler des absurdités anti-immigration sur l'île, le militant donna enfin son micro à un autre détraqué et quitta la scène en bois installée sur la place pour l'occasion. Il se désaltéra, ce qui irrita quelque peu le mercenaire, et se posa sur un recoin créé par la structure de la scène.
Clood s'avança vers lui, mimant comme il le pouvait la timidité, et tenta une interjection.

"...Monsieur ?"

Surpris qu'on vienne à sa rencontre après une allocution aussi intensive, de derrière la scène qui plus est, O'Chadley leva rapidement la tête. Il soupira ensuite.

"Tu veux un autographe, buddy ? Donne-moi ta photo, je vais te le faire."

Le mercenaire décala sa tête et aperçut la brute qui était chargée de la sécurité du régionaliste assis à même le sable, en pleine sieste matinale. Il s'avança ensuite très lentement vers l'orateur en développant très rapidement son alibi.

"Non, monsieur. Ma femme a été tuée par ces barbares de Drognars il y a trois ans. Depuis, je suis présent à tous vos discours. Je voulais juste que vous sachiez que..."

Eastwint sortit alors subitement son colt gauche, s'aidant d'un léger Soru, et prit sa cible dans ses bras. Il la serra du bras droit tandis que le gauche plaçait la gâchette derrière le creux entre la colonne vertébrale et l'omoplate de l'activiste. Alors qu'O'Chadley tombait dans le panneau, le garde du corps se réveilla et se leva, mais fut stoppé net par un signe de la main du Frère Vacher. Le tatoué se retourna le plus vite possible, emportant la cible dans son demi-tour, pour que le colosse ne voie pas son revolver pointé sur son poulain.

"On a tous souffert de ça, my friend. On n'est pas obligés d'en arriver là."

Le régionaliste rit nerveusement après avoir subtilement invité l'homme à la peau brûlante à le lâcher. Ce que le tireur d'élite ne fit pas, occupé à approcher sa bouche de l'oreille du militant.

"On est obligés d'en arriver là, O'Chadley. Tu as trop parlé."

L'activiste écarquilla les yeux et retint sa respiration.

"Qu..."

Alors que sa cible faisait signe au mastodonte de venir le protéger, le tueur aux dreadlocks prononça sa dernière missive qui, il l'espérait, l'aiderait à s'habituer à sa nouvelle situation.

"Sergueï Recat te salue."

Le coup de feu partit et perfora le Frère Vacher vers le bas du cœur. Le tueur à gages récupéra la balle d'un Shigan précis à la fois du pouce et de l'index, et la rangea dans la poche de son pantalon à franges. Alors que le chargé de sécurité accourait pour sauver ce qu'il pouvait de la situation, Clood déroba la bouteille d'eau du mourant et fuit d'un Soru aussi rapidement qu'il était arrivé en centre-ville. Cette fois, les réserves d'eau ne manquaient pas à l'appel et s'il n'avait pas spécialement envie de boire au même endroit que ce dégénéré, les besoins de son corps le rappelèrent vite à être rationnel.


-------------------


Le retour au Camp Central fut plus simple que l'aller mais non sans fatigue pour le tatoué, qui manquait encore cruellement d'entraînement de résistance à la chaleur. Il avait pris soin de s'arrêter pour acheter de la viande et des végétaux comestibles au marché hebdomadaire d'Exact Town, aussi une cargaison non négligeable avait rendu son trajet plus pénible. Après sa traversée rituelle du camp et de tous les corps de métiers qui y exerçaient tranquillement, il se retrouva de nouveau face aux quatre sièges, réceptionnant cette fois les trois Lieutenants en activité. Ivan était recroquevillé et sculptait avec de l'argile une main aux doigts désarticulés plutôt réaliste, tandis que la Lieutenante se caressait le poing droit en observant leur nouvel allié avec une mine joueuse faussement boudeuse.
Le nomade en chef, quant à lui, semblait interloqué qu'Eastwint soit revenu si vite du centre-ville. Il hasarda la question essentielle.

"O'Chadley est décédé, là ?"

Le tatoué hocha la tête et demanda par plusieurs gestes s'il pouvait être servi en vodka, ce que deux Manslouches s'empressèrent de faire en lui passant une bouteille fraîchement ouverte.

"Plus mort que mon grand-père. Il avait une certaine renommée dans la ville, par contre, donc ça compte pour quinze berries."

Le petit borgne, qui cherchait déjà la monnaie dans son coffre, l'arrêta net.

"Je peux te donner que huit de toute façon. C'est que le début."

Le mercenaire récupéra les huit pièces et les rangea immédiatement dans la plus petite poche de son sac, avant d'acquiescer en silence.

"Bon, ça ira."


Dernière édition par Tim Uzi le Dim 3 Mai 2020 - 2:54, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t21315-tim-uzihttp://www.onepiece-requiem.net/t21326-uzi
Tim Uzi
Tim Uzi
••• Agent de catégorie III •••

♦ Localisation : Quelque part sur les Blues
♦ Équipage : Chaque chose en son temps...

Feuille de personnage
Dorikis: 1993
Popularité: 37
Intégrité: 30

Dim 3 Mai 2020 - 0:33

"Sergueï Recat te salue."

Le recul du colt vrombit dans la bouche du blondinet pleurnichard, le laissant tomber inerte sur le sol d'une parcelle de l'immense désert de Hat Island. Regardant sa victime du jour gésir dans une mer de grains de sables, le tatoué se questionna brièvement sur la phrase qu'il avait pris l'habitude de prononcer à chaque contrat. Si l'agent Uzi la trouvait stéréotypique et plate au possible, le mercenaire Clood J. Eastwint se devait de l'apprécier, telle était la contrainte de maintenir une couverture. L'homme à la peau brûlante sortit une bouteille de vodka de son sac et en avala une gorgée - pas encore entièrement habitué au goût de la liqueur traditionnelle des nomades, il grimaça en sentant l'arrière-goût de la boisson au fond de son palais. La chaleur de l'île, en revanche, devenait plus tenable au fur et à mesure qu'il supportait ce breuvage des Enfers. Le tueur à gages constata un instant qu'il avait désormais presque plus tué pour Sergueï que pour n'importe qui d'autre dans sa vie, puis se ressaisit rapidement.

Il récupéra la balle de l'arme du crime à-même le corps du pauvre employé et, la bouteille fermée à la main, décolla en Geppou-Soru jusqu'au camp où il vivait depuis maintenant quelques temps.


-------------------


Le sniper aux dreadlocks réapparut à plusieurs mètres des premiers Manslouches en vue, prenant soin d'atterrir suffisamment violemment pour disperser le sable sous forme de minuscule tempête autour de lui pour que son apparition dans le décor ne paraisse pas trop brute. Il faiblissait déjà, mais se ressaisit du mieux qu'il le pouvait, aidé par la vodka dans son sang. Le fait d'avoir tiré dans la bouche d'un administratif ne signifiait pas une fin de journée pour lui, bien au contraire.
Après une traversée quotidienne du Camp Central, pas désagréable pour le tatoué qui voyait en des hommes et femmes si concentrés sur leurs tâches une forme de beauté, il se retrouva devant le siège de son nouvel employeur, manifestement occupé à faire un point avec l'un des membres du Camp Central.

"Donc les munitions de balistes en suc de cactus sont pas loin de doubler, si j'ai bien compris. Si si, c'est pas mal, mais c'est pas notre priorité. Comment avancent les frondes en lianes, vous avez trouvé un moyen de lancer les pyro-dials sans les cramer ? Mollo sur les tests quand même, les réserves sont pas infinies."

Le meneur se tourna vers son allié tatoué et fit signe au Manslouche de s'éloigner. Clood en profita pour entamer les éternelles négociations.

"Ça vaut bien quinze berries cette fois. Rien à signaler de ton côté ? Sûr que tu ne manques de rien ?"

Le petit borgne se racla la gorge et fit une moue rapide en guise de réflexion.

"Tout est bon chez nous. J'ai pas quinze à te donner, pas contre."

L'homme à la peau brûlante reprit une gorgée de liqueur piquant la gorge.

"Un secrétaire de mairie, quand même. Quatorze si tu préfères."

Sergueï soupira, se retourna pour accéder à son tiroir et posa d'un geste las treize pièces dans la paume du demandeur.

"Celui-ci n'influait pas sur les décisions réfractaires à notre présence sur l'île. C'était juste un avertissement pour le shérif et sa clique."

Le chef Manslouche dévisagea le mercenaire, puis approcha son visage de lui comme pour lui faire une confidence.

"Je sais pas vraiment quoi te dire. Depuis que tu es parmi nous, notre territoire n'a pas arrêté de s'étendre. Pas seulement grâce à l'élimination pure et simple de l'opposition, aussi grâce à un soutien assez inattendu de la part de certains de ces abrutis du centre."

En guise d'illustration, le meneur indiqua d'un signe de tête rapide la présence de deux nouveaux venus sur le camp. Clood posa son regard sur les recrues et reconnut instantanément les deux hommes qui l'avaient aidé à trouver son chemin pour assassiner O'Chadley. Il fronça les sourcils, trahissant son étonnement de voir ces deux individus dans son nouveau chez-lui. Le plus petit désigna le tueur à gages d'un air accusateur.

"Eh, que fait ce journaliste raciste demeuré chez vous ?"

Le tatoué dévia de nouveau son regard vers Sergueï, craignant grandement les représailles que pouvaient avoir cette simple phrase sur sa vie. Bien heureusement, il n'en fut rien.

"Je sais pas si j'ai une quelconque idée de ce qu'il raconte. Rien à foutre, aussi. On passe à ton entraînement, Eastwint ?"

Le mercenaire masqua du mieux possible son soulagement et acquiesça avant de hasarder une prise de nouvelles teintée de politesse plus que d'espérance.

"Et Gorilla ?"

Le chef des nomades fit un signe de tête négatif et soupira avant de marcher d'un pas décidé vers l'extérieur du camp.

"Toujours pas. Viens, j'ai une idée pour la séance d'aujourd'hui."


-------------------

Les deux hommes étaient torse et pieds nus sur le sable, vêtus chacun d'un simple short noir dont la hanche gauche était affublée de rayures blanches. Dépossédé de toute arme externe, le tueur à gages suivait le plus fidèlement possible les mouvements de poing effectués par le borgne. Après une quarantaine de coups dans le vide, le chef des nomades prit une pause en se posant les mains sur les genoux, rapidement imité par son élève. Ce moment de répit conduit Sergueï à faire un récapitulatif de ce qu'il avait observé pendant les vingt minutes qui venaient de s'écouler.

"Bon, apparemment tu as gagné en force et en équilibre au niveau de l'uppercut dérivé et du coup frontal opposé en projection, c'est un bon point."

Le meneur s'accroupit et dessina sur le sable de son doigt ferme. La silhouette représentée était Eastwint, à en croire le chapeau grossièrement tracé et les traits pendant de la tête faisant sans doute écho à ses dreadlocks : il allait sans dire que le talent d'Ivan en dessin n'était pas de famille.
Sur le schéma, le chef Manslouche avait résumé le profil combatif du tueur à gages. Ses points forts étaient ses appuis chevilles, ses cuisses, son dos et ses poignets. Ses points faibles étaient sa poitrine, ses abdominaux et ses fessiers. Recat avait également créé une troisième catégorie : les biceps et les épaules du bonhomme en bâton étaient entourés plusieurs fois, montrant au tatoué qu'il s'agissait là de ses plus grosses lacunes.

"La température trop haute de ta peau influe sur celle de ton sang... et de tes muscles, qui ont plus de mal à sortir de la décontraction. Pour compenser, j'ai remarqué que tu avais développé une vitesse de réflexe et une souplesse assez impressionnante."

Luttant contre les brûlures que lui infligeait le sable aux pieds, Uzi réalisa à ces mots que son corps lâchait peu à peu à cause de la chaleur, ce pourquoi il avait plus de mal à contenir son accessibilité au Rokushiki qui prenait alors le relais. Il garda cette remarque en tête pour éviter le plus possible de trahir ses techniques d'agent lors de la poursuite de la séance.

"Beaucoup négligent les jambes. Toi, c'est pas ton cas, mais ça signifie pas que la négligence des bras est une meilleure solution. Je sais pas qui t'a prodigué cet entraînement, mais ça saute au yeux qu'il t'a appris à frapper rapidement et à privilégier les solutions de repli, ce qui t'a conforté dans le contournement de ton problème. Depuis qu'on s'entraîne, je t'apprends à frapper bien, quitte à avoir un mouvement qui prend plus de temps, et je pense qu'on doit continuer là-dedans. Parce que là, ton problème, tu l'affrontes. Et il faiblit si tu l'affrontes, pas si tu le contournes."

Le sniper se gratta derrière l'oreille et, le souffle quasiment repris, souleva l'autre problématique cruciale.

"Ça explique beaucoup de choses, mais pas le penchant inverse de mon organisme. Que ma vigueur se revitalise dans des environnements froids ne fait toujours pas sens."

Le petit borgne acquiesça et reprit.

"Pour le coup je sais pas si c'est ça, mais je pense les températures basses incitent justement ton corps à se dépenser de manière plus rapide, pour qu'il puisse maintenir sa chaleur habituelle sans avoir à forcer ou à chercher à être efficace à tout prix. C'est tout bénef pour toi vu que ça colle avec ta manière de bouger en situation de combat.
Avec la chaleur, cette maintenance, cet équilibre fonctionne un temps mais finit par accélérer ton épuisement, puisque tu trouves des alternatives à ton manque général de contraction au lieu de l'entraîner directement. Pour cette raison que je vais t'inviter à faire les mouvements le plus lentement possible. T'en dis quoi ?"


Comme à chaque entraînement, le cerveau du tatoué intégrait beaucoup d'informations, mais celui-ci s'efforçait de tout retenir pour son propre développement physique. Il répondit rapidement pendant que le meneur sortait déjà sa bouteille miniature de vodka.

"Ça me semble cohérent, oui."

Sergueï, contrairement à son habitude, ne consomma pas directement la bouteille et se contenta de tendre le bras pour la montrer à son allié.

"Ça fait un moment que t'as décidé de commencer à en boire, pourtant personne t'y obligeait. Est-ce que tu sais pourquoi nous, les Manslouches, on consomme autant de ce machin ?"

Le tueur aux dreadlocks haussa les épaules.

"Physiologiquement ça doit permettre de libérer pendant un temps plus d'hormones qui favorisent l'énergie et la bonne volonté, non ? Sans parler de tout l'impact que ça a sur la psychologie, la confiance en soi, ça lève certaines barrières qu'on s'instaure nous-même inconsciemment et..."

Clood interrompit son analyse en s'apercevant que le chef la réfutait d'un signe de tête. Ce dernier reprit son récit.

"Enfin je te dis non, mais en fait si. Ça, ce serait l'alcool que tu peux acheter au marché de n'importe quel péquenot, sur East Blue ou autre.
Nous, on boit une vodka spéciale. Elle a rien de magique ou de mystique ou je-sais-pas-quoi, mais elle accompagne le peuple Manslouche depuis la nuit des temps. Nos ancêtres l'utilisaient pas vraiment comme remontant mais plus comme un vrai breuvage d'assaut. Leur énergie, leur tension musculaire, leurs connexions neuronales, tous ces phénomènes propices au combat s'en voyaient grimpés en flèche. Bon, faut dire aussi qu'ils en consommaient encore des quantités astronomiques par rapport à nous. Je te parle d'une période de scorbut et de peste, donc forcément le survivant moyen avait déjà un métabolisme en béton."


Il marqua une pause, puis reprit.

"J'ai jamais su quels étaient les ingrédients qui donnaient ces propriétés à notre vodka. Nos parents ont emporté le secret dans leurs tombes. Y a bien Ivan qui sait, mais t'as compris que c'était pas à lui qu'il fallait faire appel si on voulait mieux comprendre un truc.
Le plus intéressant c'est que les effets de la boisson sur le corps sont pas loin d'être permanents, et qu'ils nécessitent pas d'être entretenus. Si demain j'arrête de boire de ce machin, je garde quasiment la même puissance que si je continue. Je répète, c'est pas un enchantement stupide ou quoi que ce soit, juste des additifs dont personne ici ne connaît la nature. Bon, je te cache pas que ce bonus marche mieux dans le sang d'un Manslouche que dans le tien. Mais vu ton progrès, on dirait que ça porte aussi ses fruits sur toi."


Sergueï se mit à rire à l'idée que son nouveau partenaire de business, qui observait désormais le contenu de sa propre bouteille avec un regard médusé, aie mis si vite un pied dans sa famille.

"Cette merde est tellement ancrée dans notre culture qu'en consommer pourrait presque commencer à faire de toi l'un des nôtres. Comme si tu buvais du pur sang de Manslouche."

Trop de questions s'entassaient dans l'esprit d'Eastwint, qui reconnut en ce moment l'instant parfait pour entamer une discussion sur plusieurs choses avec son employeur. Plusieurs choses, y compris les sujets qu'il était temps pour lui d'introduire pour le bien de sa mission. Il invita le chef à s'asseoir à-même le sable.


-------------------


"Ah ah, sérieusement ? J'imagine que découvrir les effets de l'alcool si tard ça fait pas bon ménage. T'as vraiment rétamé ces trois racistes ? Et réveillé une technique contre eux sans le faire exprès ?"

Le tatoué alluma brièvement ses Yeux du Diable roses en guise de confirmation.

"Tout est vrai. C'était sur Alba, après, c'est clairement un autre monde. Plus paisible en apparence, mais rempli de traditions fades et d'écervelés qui les défendraient au péril de leur vie. Je ne passais pas une bonne semaine, alors j'ai voulu tester plusieurs mélanges. Un peu trop brusquement apparemment."

La discussion ne déplaisait pas au mercenaire, qui pouvait ainsi reprendre tranquillement l'énergie dépensée lors de la séance tout en apprenant à connaître un peu mieux le meneur des nomades. Supportant les brûlures infligées par le sable, il glissa dans la discussion une phrase exprimant sincèrement sa gratitude, ce qui ne lui arrivait que très rarement.

"Merci d'avoir accepté de me prodiguer cet entraînement, Recat. Je ne pensais pas que de tels résultats arriveraient aussi tôt."

Le Manslouche lâcha un rictus nerveux.

"Je suis comme tous mes cousins, je combats sous cette chaleur infernale depuis la nuit des temps. C'est pas vraiment un effort énorme pour moi, je peux me permettre de te donner deux-trois astuces."

Après un silence de quelques minutes, Clood relança le dialogue.

"Depuis combien de temps vous êtes installés dans le désert ?"

Alors que la nuit tombait doucement, le borgne en profita pour faire part à son interlocuteur de ce qui semblait plus être une réflexion à voix haute qu'autre chose.

"Six mille trois cent quatre-vingt-sept jours que j'ai fait bouger la confrérie ici, aujourd'hui. Soit six mille trois cent cinquante-neuf jours avant ta venue. Après quoi nos camps annexes ont soudainement pris beaucoup pris en superficie. On a amassé pas mal d'or des mines, même si c'est pas ça qui va nous ramener de la viande, entre nous. C'est surtout que l'influence politique d'Exact Town était déjà instable et montre clairement ses faiblesses. Et on dirait qu'une poignée de natifs d'ici répriment le système au point de sympathiser avec nous.
C'est dingue quand même. On descend peut-être d'une lignée qui avait une autorité, une puissance et une aura incroyable, et on est pas si mal organisés que ça, mais à l'heure actuelle on reste quand même des gars et des femmes qui dorment dans des tentes. Que des habitants d'ici de pure souche préfèrent se joindre à nous plutôt qu'obéir à un shérif qui a quatre bâtiments différents pour travailler, des costumes fringants pour chaque jour de la semaine et des soins de luxe pour sa moustache... J'ai du mal à y croire. Surtout que c'était pas du tout le cas à ce point avant que tu débarques."


Le tueur à gages haussa les épaules.

"Je ne fais qu'appliquer tes directives. Les cibles, c'est toi qui les choisis. L'avantage de notre contrat, c'est qu'à travers moi tu atteins tes ennemis bien plus facilement, c'est tout. Mais c'est vrai que tu vises surtout Exact Town depuis qu'on travaille ensemble. Le reste de l'île ne t'intéresse pas ?"

Le petit borgne fit une moue traduisant son indifférence.

"Bof. Les Drognars c'est des chiffes molles, ils s'amusent pas à faire la course aux terres. D'ailleurs on a une zone qui empiète sur la leur et apparemment la cohabitation se fait sans encombres pour le moment, hormis deux-trois tentatives de nous cramer la gueule. Y a juste un rapport avec une histoire de robot blagueur qu'il faut que je règle, j'ai pas bien compris. Et si tu fais allusion à la morveuse qui tient l'entreprise avec les esclaves, pareil, pas de conflit majeur."

Le sniper se gratta le front avant de hasarder la question qui fâchait.

"Je privilégie toujours tes appels quand je suis sur Exact Town, mais mon escargophone est presque débordé en ce moment. Le Gouvernement Mondial me tanne. Ils m'ont retrouvé et me proposent de travailler pour eux."

Sergueï déglutit la vodka qu'il buvait d'un coup sec alors que le regard qu'il avait posé sur le tueur à gages devenait de plus en plus noir.

"Tu réalises que que si tu te barres avant la fin de notre accord, tu deviendras un ennemi pour nous, Eastwint ? T'es supposé rester ici jusqu'à ce que Bruno soit en état de reprendre son rôle de Lieutenant. Et crois-moi, c'est pas encore gagné."

Clood fit un signe négatif de la tête, confirmant qu'il n'avait pas l'intention de trahir leur contrat.

"Non, je ne compte pas leur répondre pour le moment. Déjà parce qu'abandonner une promesse ne fait pas partie de mes principes, mais surtout parce que c'est plus pratique pour moi d'être votre allié à l'heure actuelle. Ils ont beau être les meilleurs payeurs à qui j'ai eu affaire jusque là, c'est toute une culture dont je tire les bienfaits avec vous."

Le tatoué but à son tour allégrement dans sa propre bouteille dont il ne comptait pas se débarrasser pour le moment, bien qu'il en connaissait maintenant les propriétés plus que suspicieuses. Il avala et reprit en posant subtilement l'ultimatum de la discussion.

"En revanche, dés que ton frère sera sur pied, accepter leur offre sera probablement une nécessité pour moi. Et je ne te cache pas que ça m'ennuie de briser notre partenariat pour si peu. Vous me devez des choses et je vous en dois au moins autant."

Le Kid fronça les sourcils et se mit à poser son regard sur le vide, adoptant une expression faciale de méditation intense.

"Donc... tu nous proposes de nous affilier au Gouvernement ?"

L'homme à la peau brûlante acquiesça.

"C'est une proposition."

Le meneur était tiraillé entre la garantie que le quart-d'heure de gloire de la tribu prendrait fin s'il brisait l'alliance avec le tatoué et sa fierté de Manslouche doublée de sa peur d'être jugé par sa grande famille suite à une décision trop hâtive.
Il se contenta de laisser s'échapper un "hm" sec avant de prendre le sniper par le bras pour l'aider à se relever, et se dirigea vers le Camp en vue de regagner son siège. Il était clair que sa décision n'était pas prise.
http://www.onepiece-requiem.net/t21315-tim-uzihttp://www.onepiece-requiem.net/t21326-uzi
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1