AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Engagez-vous qu’il disait

Howard J. Drake
Howard J. Drake

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mer 29 Avr 2020 - 20:58

QG D’EAST BLUE – DIVISION DU RECRUTEMENT ET DE LA FORMATION



Épreuves de sélection ! Attention de ne pas colorier en dehors des cases !

Voilà maintenant quatre jours qu’Howard avait quitté Shimotsuki, son ile natale pour se rendre ici. C’était la première fois qu’il voyageait seul, et il en garderait un souvenir des plus ennuyant. Avec tout son barda sur le dos il se dirigea vers le quartier général d’East Blue après avoir demandé son chemin.
Il ne cacha pas sa stupéfaction une fois arrivée devant l’immense portail menant dans la cour intérieure de la forteresse. De mémoire, il n’avait jamais vu un bâtiment aussi gigantesque que celui-ci. Il resta plusieurs minutes à scruter les moindres détails, des centaines de soldats s’activaient de tous les côtés.

Intrigué par le comportement du jeune homme, l’un des gardes alla à sa rencontre :

« Tu cherches quelque chose gamin ? Tu veux rejoindre la Marine peut-être ?! »

« hein ?!.. »

Howard venait simplement de remarquer la présence de son interlocuteur. Il lui expliqua en effet le motif de sa venue, intégrez les rangs de la Marine. Après avoir remis ses effets personnels, et notamment ses sabres avec beaucoup de réticence. Débuta un long et ennuyant parcours administratif le menant aux quatre coins de la forteresse.
Dans un premier temps, il dut répondre à un formulaire en inscrivant son identité, celle de ses proches, le motif de son engagement. Ainsi que de nombreuses autres questions plus inutiles les unes que les autres. Voilà quelque chose qu’il détestait réellement, la paperasse ! Lui qui avait passé sa vie à développer sa musculature, ses réflexes, son endurance. Était à présent le cul sur une chaise à devoir gratter à n’en plus finir. Prenant sur lui, il arriva tout de même au bout du questionnaire de deux pages…

Une fois le document transmis à qui de droit, une interminable attente débuta pour le jeune homme. Il fit les cent pas dans un sens puis dans l’autre, questionnant toutes les cinq minutes si c’était bon ou pas. Pour éviter un drame, il se résolut à faire plusieurs centaines de pompes pour se canaliser.
Suite à ça l'attendait la visite médicale ! Il tomba nez à nez avec un petit personnage tout rabougri, c’était le médecin en chef du QG.

« A poil ! »
« Flexion ! »
« On touche ses pieds ! »
« On ouvre la bouche ! »
« On lis quoi ici ? Et là ? »
« APTE AU SERVICE ! »

Drake était dans un état second, rarement il avait eu autant de difficulté à se contenir. Il regrettait déjà d’être venu jusqu’ici pour faire ça. Remplir des papiers débiles et se faire ausculter de la sorte, très peu pour lui.

L’étape suivante était un poil plus intéressante. En effet, il s’agissait de l’épreuve physique, l’occasion idéale pour lui pour se défouler. Pour la première fois, Howard se retrouva avec plusieurs autres candidats. Un regain de motivation l’envahit, il avait enfin l’occasion de prouver de quoi il était capable. Mais il déchanta instantanément, en s'apercevant que l’épreuve se résumait à cinq tours de piste et quelques tractions. Il s’exécuta sans la moindre motivation, collant sans aucune difficulté le groupe, les mains dans les poches. Il remarqua que bon nombre des candidats avaient une piètre condition physique. C’était donc ça le bras armé du gouvernement mondial contre la piraterie ?
*Tu m’étonnes que la piraterie prospère comme bon lui chante.*

Une fois le petit footing accompli, les cinq tractions faites à deux doigts il reçut enfin son paquetage. Fini pour lui l’habit traditionnel de son ile si cher à son cœur, bienvenue à l’uniforme de la Marine. Une fois équipé de sa tenue de lumière, il se dirigea comme le reste des recrues dans la cour principale. Débuta alors un discours interminable et soporifique prononcé par un officier sur les valeurs de la Marine. Au bout d’une dizaine de minutes, Howard était à bout. Des envies de meurtres en pagailles traversaient son esprit, il était à deux doigts de faire un carnage. D’un coup la grosse tête d’Hadoc apparut dans son esprit ! Calmant immédiatement les pulsions du bushi. Alors que les discours sans fin se succédaient, les un ou autres, le jeune Drake étaient au bord du gouffre. Quelle était cette manie de parler pendant des heures de la sorte ? Il regarda autour de lui, les autres recrues semblaient pour la plupart captivées par les paroles prononcées. Mais comment faisaient-ils ? C’était d’un chiant ! Alors sans pression, le jeune homme décida de faire quelques exercices physiques, rien de bien méchant au final. Sous le regard incrédule de ses voisins de rang, le voilà parti dans une série de pompes en équilibre. À peine avait-il terminé sa première série qu’une immense masse se pointa devant lui, cachant même le soleil. Les autres aspirants s’écartèrent pour laisser place au colosse.

« C’EST QUOI CE CLOWN ?! PENDANT LE DISCOURS DU COMMANDANT ?! »

L’imposant personnage attrapa Drake par le colbac, et le sortit des rangs.

« TU VEUX IMPRESSIONNER LA GALERIE ?! JE VAIS T’EN DONNER MOI DES POMPES ! EN POSITION DE POMPAGE LE BLEUI ! JUSQU’À CE QUE JE TE DISE STOP ! »

Enfin une activité distrayante pour Howard ! Il n’en demandait pas tant. Dix minutes passèrent, puis vingt, le jeune homme ne bronchait toujours pas. Il s’était déjà plusieurs fois soumis à cet exercice lors de ses entrainements. Toutefois, cette apparente facilité n’enchanta guère le tas de muscle qui lui soufflait dans la nuque.

« MONSIEUR A SA PETITE CONDITION PHYSIQUE ! VOYONS VOIR AVEC 150 KILOS DE PERFECTION MUSCULAIRE SUR LE DOS »

[color:c4a6=#6600 FF] « Bordel ! Mais qu’est-ce qu’il est lourd ce gros tas »


« QUOI ?! QU’EST CE QUE J’ENTENDS ? QUI TU TRAITES DE GROS TAS ! ? J’AI LES OS LOURDS PETIT INSOLENT ! »

« Hum, hum, qu’est-ce qui se passe ici ?! Hum, hum Sergent-chef Lafonte ! Hum, hum vous pouvez m’expliquer ce que vous faites au juste en plein discours du commandant ? »

« Ah ! Vous tombez bien Adjudant Perceval, nous avons ici un petit clown qui mérite d’être remis à sa place ! »


« Hum hum, je vois, il en faut toujours un qui désire se démarquer dans chaque promotion.  Amenez-le dans mon bureau ! Hum, Hum nous allons recadrer cet élément perturbateur immédiatement avant qu’il ne fasse des émules. Hum hum »

Soulevé comme un vulgaire fétu de paille, Drake se fit conduire fissa dans le bureau de l’adjudant Perceval. Comme l’indiquée la plaque apposée sur sa porte « Adjudant de la discipline ».

« Hum, hum qu’avons-nous là… Encore un spécimen de Shimotsuki et leurs coutumes d’un autre temps. Hum Hum peut être que chez vous, c’est normal de faire le pitre pendant l’allocution d’un supérieur, mais ici vous êtes à la Marine ! Hum hum le temple de la discipline et de l’ordre !! »

Howard sentant venir le sermon interminable débrancha son cerveau pour prévenir tout risque de surchauffe. Il avait bien prévu son coup, car pendant de longues minutes le petit homme déblatéra encore et encore sa soupe.

« Hum, hum ! SERGENT-CHEF LAFONTE ! Hum, hum je crois que ce petit insolent ne m’écoute même pas ! Hum, hum regardez-le, il a les yeux fermés !! »

« JE VAIS LUI FAIRE PASSER LE GOUT DE LA PLAISANTERIE MON ADJUDANT ! »


*TOC-TOC*

« Hum, hum ENTREZ UNIQUEMENT EN CAS D’URGENCE ABSOLUE !! »

Le commandant RAMSTEIL dit « IRONFIST » entra dans le bureau sans plus attendre !
« Hum, hum, AH mon commandant !! Hum, hum GARDE-À-VOUS POUR LE COMMANDANT RAMSTEIL ! Hum, hum je voulais vous voir nous sommes en présence d’un élément.. »

« Voici donc le fils du commandant Drake ! J’ai bien connu ton père à l’époque, un sabreur hors pair avant son tragique accident. »

« Hum, hum donc je vous disais mon commandant, ce… Comment ça ? Le fils d’un commandant ?! Que quoi ? »

« J’ai entendu que le commodore Hadoc t’avait pris sous son aile pendant un temps. Je vais suivre de très près le déroulement de ta formation. J'ai toujours eu beaucoup d'estimes pour les habitants de Shimotsuki. Des sabreurs hors pair. Je suis impatient de te voir à l’œuvre. Adjudant, Sergent-chef, Drake, bonnes journées à vous ! »

« Hum, hum, MES RESPECTS MON COMMANDANT ! GARDE-À-VOUS ! »

L’adjudant Perceval s’essuya le front rempli de sueur. Cela lui faisait toujours le même effet d’être à proximité d’un officier. Il se sentait toute chose.

« Hum, hum pour cette fois, nous passerons l’éponge ! Mais que cela ne se reproduise plus ! Vous pouvez disposer ! Hum, hum Du balais j'ai dis  ! »



Howard J. Drake
Howard J. Drake

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 30 Avr 2020 - 14:43



À entrainement facile, guerre difficile !

Howard débuta sa formation de matelot de deuxième classe sous haute surveillance. Pendant que certains voulaient voir l’insolent gamin se ramasser les dents histoire de lui apprendre la vie. D’autres au contraire, notamment le commandant Ramsteil, curieux de voir le potentiel qui se cache en lui.

Drake de son côté ne se préoccupait absolument pas de tout ça. Sa seule préoccupation était de pouvoir sortir le plus rapidement d’ici pour enfin avoir l’occasion d’affronter de véritables adversaires. Il comprit très rapidement que ce n’était pas parmi les autres mousses qu’il trouverait quelqu’un à sa hauteur.

Évaluation de la maîtrise du sabre.

Les vingt-huit recrues étaient présentes sous la direction du sergent-chef LAFONTE. Comme à son habitude, le sous-officier se trimbalait torse nu par tout temps, pour que personne ne passe à côté de sa musculature proéminente. Voilà déjà plusieurs semaines que les recrues maniaient avec plus ou moins d’aisance le sabre à l’entrainement. C’était l’heure de faire la première évaluation pour savoir qui tenait ou non la route lame en main.

« BANDE DE LARVE ! AUJOURD’HUI ON VA VOIR CE QUE VOUS SAVEZ FAIRE AVEC VOTRE SABRE ! MAIS COMME VOUS N’ÊTES QUE DES FIOTTES, CE SERA AVEC UN SABRE EN BOIS. CELA NE TIENDRAIT QU’A MOI, CE SERAIT UN DUEL À MORT ! »

Il désignait lui-même les duellistes en fonction de ses préférences. Sa spécialité, mettre les plus mauvais contre les meilleurs. Soit disant pour la cohésion du groupe et pour motiver les troupes à aller de l’avant. Mais la réalité, c’est qu’il aimait simplement voir les bons à rien se faire démonter la tronche. Le massacre en règle commença, Drake ne prêta aucune attention à cette mascarade. Il préféra faire quelques passes contre un ennemi imaginaire qu’aucun type présent ici ne parviendrait à battre.

« DEBOUT !!! LES DENTS, C’EST SURFAIT ! TU LES RAMASSERAS PLUS TARD ! »

«UN NEZ CELA SE REMET DROIT ! ARRÊTES DONC DE CHIALER

« CE N’EST QU’UN OS ! J’AI EU 53 OS CASSÉS ET POURTANT JE N’EN FAIS PAS TOUT UN PLAT. »


Arriva enfin le tour d’Howard, ne prêtant pas la moindre attention à son adversaire. Il se plaça tranquillement au centre de l’arène de fortune. Le sol était jonché de sang et de sabre en bois brisés.
*Pas étonnant que cela tourne au fiasco, avec un professeur aussi mauvais*

« PLUS VITE QUE ÇA LE BOUSEUX DE SHIMOTSUKI ! ON N’EST PAS AU VILLAGE LA !  ET QU’EST CE QUE TU BRANLES AVEC DEUX SABRES ? TU FAIS ENCORE LE CLOWN !!! »

LAFONTE remarqua la présence d’une personne à ses côtés. IL tourna la tête et s’aperçut que le Commandant Ramsteil était présent :

« C-C-COMMANDANT ?!!! MES RESPECTS !! VOTRE PRÉSENCE EST TOUJOURS UN HONNEUR. MAIS MALHEUREUSEMENT, VOUS ARRIVES TROP TARD, LES MEILLEURS ÉLÈVES SONT DÉJÀ PASSÉS ! »

« Bonjour, Sergent-chef ! Toujours aussi pédagogue à ce que je vois ?.. Hum. Non, je suis venu voir le jeune Drake. »

« VOUS LUI FAITES BIEN TROP D’HONNEURS, SI JE PEUX ME PERMETTRE COMMANDANT. »

« Rappelez donc vos meilleurs éléments contre lui. Je suis simplement curieux de voir comment un bushi de Shimotsuki va s’en sortir. »

« EUH COMMENT ?! EUH D’ACCORD COMMANDANT ! ALLEZ BANDES DE LARVES EN ACTION ! DONNEZ LE MEILLEUR DE VOUS POUR LE COMMANDANT ! PAS DE CADEAU CONTRE LE BOUSEUX ! JE VEUX DU SANG… EUH DÉSOLÉ COMMANDANT ! C’EST POUR GALVANISER LES TROUPES ! ILS AIMENT BIEN ÇA À CET AGE ! »

*Enfin quelque chose d’intéressant !*

Pendant que les cinq soldats désignaient se plaçaient autour de lui avec hésitation. le jeune Drake quant à lui avait le plus grand mal à contenir son excitation. Enfin il allait pouvoir donner libre cours à son art, regrettant toute foi la qualité de ses adversaires. Mais c’était déjà un début..

Commençait alors une phase de plusieurs secondes d’observation entre les différents protagonistes. Personne n’était dupe, tous savaient l’habilité que possédait Howard avec un sabre dans les mains. La question était de savoir qui se sacrifierait le premier pour permettre aux autres de jouer la carte du surnombre.
Manque de pot pour eux, ce fût Drake qui initia le combat. Ne tenant plus en plus il leur sauta dessus, comme l’aurait fait un fauve. Les coups pleuvaient dans tous les sens, les sabres s’entrechoquant dans un bruit assourdissant. Au final, les opposants au jeune bushi, faute de coordination se gênaient mutuellement et cela donna le spectacle d’un immense foutoir. Le sergent-chef hurlait des ordres à tout va pour essayer de donner un sens à tout ça, mais en vain. Moins de deux minutes après le début, le combat touchait à sa fin. Drake fut le premier étonné de voir les autres mousses étalé au sol se tordant de douleurs. Il espérait un poil plus de résistance et avait encore faim d’affrontement.

Le commandant ne cacha pas sa peine face à ce triste spectacle. Il s’apprêtait à quitter les lieux lorsque le jeune engagé  l’interpela.

« Commandant ! Me feriez-vous le plaisir de m’affronter ? »

« QUOI ?! QU’EST-CE QU’IL BARAGOUINE LE BOUSEUX ? UN PEU DE RESPECT ENVERS LE COMMANDANT ! IL NE VA… »

L’officier dans un premier temps surpris par cette requête pour le moins osée afficha par la suite un large rictus. Sans doute amusé par l’impertinence de son subalterne.

« Hum, si tu le souhaites, mais attention, je ne retiendrais pas mes coups, jeune matelot ! »

« QUOI ?! MAIS COMMANDANT ?! QUELQU’UN DE VÔTRE RANG ? »

« Assez, sergent-chef ! Occupez-vous donc de vos blessés. »

A la surprise d’Howard, l’officier ne dégaina aucune arme. Uniquement ses poings droits devant lui. Jamais il n’avait affronté d’adversaire se battant de la sorte contre un sabreur. Le jeune homme ne savait pas s’il fallait voir là-dedans une véritable technique de combat ou simplement de la provocation. Mais une aura sanguinaire se dégageait de supérieur, tranchant totalement avec l'homme habituellement calme et souriant.

Mais la patience légendaire de Drake toucha à sa fin, il se rua sur son supérieur sans crier gare. Envoyant l’une de ses meilleures passes d’armes en ouverture ! Il trancha l’air devant lui.
*où est-il?!*
Par réflexe, il se retourna pour contrer une potentielle attaque venant de dos. Mais trop tard, le commandant était déjà sur lui. Il croisa ses sabres pour encaisser l’attaque au mieux, mais le poing Ramsteil traversa aisément cette piètre garde. Frappant en plein visage le jeune marine qui décolla sur plusieurs mètres.

*Je n’ai rien vu venir… Il est fort ! Très fort !*

Encore sous le choc du coup, il se redressa légèrement pour fixer son adversaire du regard. Malgré le sang qui coulait de sa bouche, il esquissa un léger sourire de satisfaction. Il était fier d’avoir combattu l’espace d’un instant un tel adversaire. L’instant d’après sa vision se troubla, puis ce fut le voile noir. Drake était tombé dans les pommes suite à la violence du coup reçu !


Howard J. Drake
Howard J. Drake

♦ Localisation : East Blue

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 7 Mai 2020 - 7:55





Le talent d’Howard au sabre n’avait d’égal que sa maladresse à l’arme à feu. Dans son île natale, la poudre était vue comme une hérésie sans nom. Jamais il n’avait approché de près ou de loin d’une telle abomination.
Alors, lorsqu’il se retrouva pour les besoins de sa formation de matelot avec une arme entre les mains. Ce fut pour lui, l’une des épreuves les plus difficiles de son cursus. Bien évidemment, il fit des pieds et des mains pour pouvoir se débiner, mais en vain.
Le jeune Marin se retrouva donc en face d’une cible, avec un pistolet dans les pattes. Mettant toute sa mauvaise foi il brandit l’arme et tira, sans même prêter attention à ce qu’il visait.
Comme il fallait s’y attendre, la balle n’atteignit jamais sa cible.

Quelques instants plus tard, il sentit le souffle chaud du Sergent-Chef Lafonte sur sa nuque :

« TIENS DONC ! NOTRE JEUNE PRODIGE EST  EN DIFFICULTÉ ?! MAIS DIS-MOI ! TU NE SERAIS PAS UNE GROSSE MERGUEZ AU TIR ? »


Piqué au vif, Drake fulminait intérieurement. Il détestait viscéralement son supérieur, ce dernier ne manquant jamais une occasion pour lui mener la vie dure. Heureusement, la grande maitrise de Drake pour les armes blanches avait jusqu’ici coupé l’herbe sous le pied au sergent-chef. Alors, lors qu’enfin une telle opportunité se présenta, Lafonte se précipita dans la brèche.

Durant plusieurs semaines, le jeune matelot vécut donc un enfer. Maudissant jour après jour les armes à feu, son instructeur, la marine et bien d’autres choses. Son comportement devenant exécrable lui valut plusieurs passages devant  l’adjudant Perceval. Ce dernier ne cacha pas sa joie, de pouvoir, enfin mettre le grappin sur lui. Le jeune homme était donc pris dans une spirale qui allait le mener tout droit à la porte. Il toucha finalement le fond, lorsqu’il envoya l’un de ses camarades à l’infirmerie. Après lui avoir envoyé son pistolet en pleine poire, lui brisant le nez au passage. Il fut jeté sans autre forme de procès au trou pour une durée indéterminée. Ultime étape avant de se faire renvoyer d’ici.

Après une journée à ne rien faire en plein cagnard, Howard s’écroula de fatigue sur sa paillasse. Alors qu’il était dans un profond sommeil, quelque chose l’agrippa et le jeta au sol. Encore endormi, il ne réalisa pas tout de suite la présence  d’une autre personne avec lui dans le mitard. Reprenant petit à petit ses esprits, il découvrit un visage familier, celui de Lafonte. Ce dernier se saisit une nouvelle fois de lui par le bras et le traina dehors comme un vulgaire sac de sable. Paniqué, Howard tenta de se défaire de son emprise, mais le gradé avait une force bien supérieure à la sienne. Son agresseur le laissa finalement en plein milieu de la cour, déserte durant la nuit.

« qu’est-ce que tu me veux Lafonte ?! Tu souhaites régler tes comptes avec moi ?!


Le sergent-chef lui lança un sabre à ses pieds. Drake, incrédule observa l’arme sans oser la toucher.

«  Tssss  ! ABRUTI ! RAMASSE DONC TON ARME !  »



Le matelot flaira le piège à des kilomètres, tout était clair maintenant. Le sergent-chef voulait réellement se débarrasser de lui, en l’attaquant il lui donnait le prétexte idéal pour l’abattre. Mais que faire ? Face à lui son adversaire dégaina lui aussi un sabre. Les deux hommes se faisaient face à la leur des torches qui balisaient la cour d’entrainement. Une rage sans nom se répandait dans le corps du jeune matelot, il se rendait compte qu’il perdait tout contrôle de la situation. Au pied du mur, il ne lui restait plus qu’une chose à faire, se battre ! Ainsi Lafonte avait obtenu ce qu’il cherchait, le tempérament bestial d’Howard était si prévisible.

Le jeune homme se rua sur son adversaire pour en finir avec cette mascarade. Comme il fallait s’y attendre, le sergent-chef était lui aussi très habile avec un sabre, rendant coup pour coup. Aveuglé par sa haine, Howard commit une terrible erreur d’appréciation. Son opposant se rua sur cette faille pour percer sa défense. Le matelot se retrouva au sol en un éclair, désarmé, à sa merci.

«  AFFLIGEANT ! ET DIRE QUE LE COMMANDANT FAISAIT TON ÉLOGE !   »

Hurlant sa rage, Drake ramassa son arme et se remit en garde. Il se demanda pourquoi son adversaire n’avait pas profité de l’occasion pour l’achever ? Peut-être pour l’humilier davantage ? En tout cas cela laissait une nouvelle opportunité pour la recrue de remporter ce combat.

Le duel repris en gagnant en intensité, le fracas des armes raisonnaient sur les murs des enceintes du QG. Malgré toute sa volonté, le gamin ne trouvait aucune faille dans la défense. Il n’avait jamais imaginé que le sergent-chef Lafonte puisse être aussi vif et habile avec un sabre. Lui qui semblait être juste un gros tas de muscles sans tact ni finesse. N’était pas au sommet de sa forme, Howard commença à montrer les premiers signes de faiblesse. Il fut immédiatement corrigé, encaissant un violent choc au niveau de la hanche droite. Par réflexe, il se dégagea en roulant en arrière pour prendre un minimum de distance. Accroupi, se tenant la hanche d’où émanait une vive douleur, Drake était persuadé d’avoir reçu un coup fatal. Il porta immédiatement sa main au niveau de la hanche pensant avoir un une plaie ouverte, mais point de sang… Juste un énorme hématome cruellement douloureux.

Drake tillât, il passa sa main sur le tranchant de sa lame, cette dernière était émoussée.

«  mais ?!  »

Le sous-officier voyant la réaction du matelot éclata de rire !

«  JE N’AI RAREMENT VU QUELQU’UN D’AUSSI NAÏF !   »


Comprenant enfin la situation, Drake ne put s’empêcher d’esquisser un sourire à son tour. Il avait encore beaucoup à apprendre, il s’agissait d’une leçon et non d’une mise à mort… C’est ainsi que débutèrent les cours particuliers pour le matelot. Son instructeur plus implacable que jamais, le conviait chaque soir pour croiser le fer. Même si la question lui brulait les lèvres, jamais Drake ne demanda pourquoi Lafonte avait soudainement pris en main le vilain petit canard du groupe. En plus des leçons physiques, l’instructeur lui inculqua bon nombre de connaissances sur la réalité d’un combat. Pas de dojo, ni de salue avec son adversaire. Face à un pirate, tous les coups sont permis, seule la victoire compte, peu importe les moyens. Pour bien faire rentrer ça dans la tête de la recrue, il n’hésitait pas à lui jeter du sable dans les yeux et autres coups bas pendant les mises en situation. Drake était certes, un redoutable sabreur en devenir, mais ce n’était ni plus ni moins qu’un gamin dans le fond. Ayant toujours vécu dans une bulle protectrice. Ne connaissant pas la réalité sur la violence du monde qui l’entourait. Petit à petit, le jeune homme se métamorphosa, gardant toujours son tempérament de feu et sa grande méfiance vis-à-vis de la hiérarchie. Toutefois, le sergent-chef avait réussi à lui inculquer certaines notions, vitales pour son avenir. Non, définitivement les mers n’avaient rien à voir avec un dojo.

C’est ainsi que s’acheva l’année de formation d’Howard. Il était enfin devenu un membre à part entière de cette prestigieuse entité, la Marine.


Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1