AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un problème tombé du ciel.

avatar
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Lun 1 Aoû 2011 - 20:09

J'aimerais pouvoir le croire. Toute ma vie, on m'a répéter qu'un jour, les machines prendraient le contrôle. Mais ce n'est pas arrivé, les ordinateurs n'ont pas pris le pouvoir. Les trois milliards de victimes prévues ne sont pas décédés. Et je suis mort. Racontant maintenant, l'histoire d'un jeune homme de vingt huit ans, appelé Satoshi Noriyaki. Mon fantôme le suit, mais malgré mon état, je ne peux pas chasser ces rêves de ma tête. Rayons laser, corps bionique, yeux rouges, cerveau artificiel hyper sophistiqué. Ces personnes existent vraiment. Car ce jour là, en suivant cette personne, j'en ai vu deux.

(...)


Bip Bip Bip. Crash imminent. Angle de chute : 116 degrés. Temps avant impact : 10 secondes. 9 secondes. 8 secondes. 7. 6. 5. 4. 3. 2. 1.

BraffBOoOoooOoooooooM

(...)

« Il est là. Nous avons retrouvé le traître. »

Connexion en cours. Carte de Tanuki en cours de téléchargement. Cible prioritaire repérée.


(...)
Ce jour là, Satoshi s'était aventuré dans cette contrée sauvage et surprenante pour trouver un trésor. En effet on lui avait parlé d'une grotte menant à un labyrinthe se situant au extrêmes ouest de l'île. Malheureusement pour lui, il n'était pas au bout de ses surprises. Marchant en scrutant le terrain des yeux, il cherchait en vain cette fabuleuse grotte, pendant des heures il se démenait pour la trouver, et, aux environs de dix huit heures....

Le ciel s'assombrissait, l’atmosphère se rafraîchissait, la foudre grondait de plus en plus fort. Et...Là, devant lui, un cratère. Il s'approchait avec prudence, prêt à se défendre si besoin. Mais à la place, il tomba sur un robot. Ca ressemblait un peu à un humain, mais en beaucoup plus grand. Enfin, il s'approchait de cette chose, et d'un coup pouf, elle se leva. Réflexe surhumain, il bondit d'un coup et couru à l'extérieur du cratère en trois seconde cinq top chrono, un truc de malade. Donc le robot se lève, et le regarde.


Puissance evaluée : 1625 Dorikis. Nom : Noriyaki. Prénom : Inconnu. Banque de données trop petite.

« M-e-r-d-e. M-o-n-s-i-e-u-r, un pacifista 1.0 est sur le p-o-i-n-t de se po-i-n-t-er. M-a banque de donnée me permet de savoir où est caché le trésor sur l'île. A-i-d-e-z moi et je vous a-i-d-e-r-a-i-s. »


« Oh, là je pourrais vous aider oui, mais, c'est quoi un pacifista en fait ? Je ne suis même pas sur de pouvoir le battre... »

« Ma pui-ss-ance est de 1000 d-o-r-i-k-i-s, la votre de 1625 et la sienne de 3000. Il nous faudrait trouver quelqu'un d'autre pour avoir l'in-fime chance de le v-aincre. »

« Et bien, tu sais évaluer la puissance non ? Viens avec moi on va chercher notre bonheur. »

Vrai que le robot avait des arguments convainquant pour Satoshi, il lui promit de lui dire ou était caché ce satané trésor. Donc ils allèrent tous deux en ville. Il était tard et le seul endroit pour rencontrer des gens potables, c'était celui le plus fréquenté à cette heure ci. Le bar.




Dernière édition par Satoshi Noriyaki le Jeu 17 Nov 2011 - 21:19, édité 3 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
avatar
Tuul Kossetsu

♦ Localisation : East Blue
♦ Équipage : Nop

Feuille de personnage
Dorikis: 381
Popularité: 5
Intégrité: 0

Lun 1 Aoû 2011 - 21:43

Je ne sais pas encore si c'était une bonne idée de revenir sur cette Blue, c'est beaucoup moins chaleureux que dans mes souvenirs. Une marche de plus de 60 bornes pour voir apparaître le premier refuge à problèmes, une vieille taverne retirée du reste des commerces. C'est peut-être seulement cette île, mais de loin elles se ressemblent toutes et ce n'est sûrement pas ma petite barque qui m'aurait permise d'atteindre la prochaine étendue de terre. Pour ce soir ça fera l'affaire, une dizaine de bouteilles de rhum devrait suffire à me faire oublier ce misérable endroit. Qui peut bien vouloir d'un tel lieu pour voir passer ses journées?

Un jeune homme à peine sorti de sa minorité était assis à sa table dans un coin de la taverne. Évidemment il n'était pas passé inaperçu avec sa grenouille sur la tête, ses cheveux de la même couleur que la moisissure des murs et son long sabre qui traînait presque par terre. Sa bouteille de rhum à la main, il examinait chaque habitué du paisible lieu sans discrétion d'aucune sorte, probablement malgré lui. Son regard était d'une nonchalance incroyable, seigneur du ''je-m'en-foutisme''. Maintenant près d'une heure qu'il glandait dans son coin.

Il s'approchait finalement du comptoir, bien sûr en attirant tous les regards capables de se tourner vers son ridicule chapeau. Il ne quittait pas son rhum et n'accordait même pas un millième de seconde d'attention aux hommes autour de lui. C'était vraiment un étrange garçon.


-Une autre s'il vous plaît.

Le tavernier souri puis apporta une bouteille de rhum et la posa sur le comptoir. En portant son regard sur le jeune, il croisa un vieux parchemin qui dépassait d'une de ses poches. Toujours avec son sourire complice, il osa la fameuse question...

-Est-ce une carte au trésor que tu as là?

À peine ces quelques mots prononcés que l'ambiance changea dans le bar, tous sans exception étaient maintenant tournés vers le comptoir avec un regard mêlant curiosité et gêne. Un homme dépassant tous les autres d'au moins une tête se leva de sa table au milieu de la pièce et s'approcha pour s'asseoir au côté de Tuul, le barman ne lâchant pas de le fixer attira finalement la parole de celui-ci.

-Si c'est le trésor dont j'ai entendu parler, abandonne l'idée, car même moi et mes hommes avons été incapables d'en voir une seule pièce.

Avec sa fidèle nonchalance, le novice ne tarda pas à répondre au colosse, malgré le fait qu'il fasse trois.. Quatre fois sa taille. Il tenait son sabre de sa main gauche et sa bouteille de rhum de la main droite.

-Les aventures de ton ramassis de bras cassés ne m'intéressent absolument pas, je suis sur cette île pour prendre ce trésor, pas pour discuter avec des handicapés. Tout ce dont j'ai besoin en ce moment c'est l'or et toi tu me fais perdre mon temps...

L'homme ayant la lame du sabre sous la gorge ne tenta pas une réponse plus approfondie et se contenta d'un signe de tête avant d'aller se rasseoir à sa table. Le jeune homme rangea sa lame et retourna lui aussi à sa table pour terminer sa bouteille de Rhum. Il n'eut pas besoin de plus d'une quinzaine de minutes pour se relever et se diriger vers la sortie.

KLAK!

Avant d'avoir le temps de pousser la porte elle fut projetée au fond de la pièce passant à quelques centimètres de la pauvre tête stupéfaite de Tuul. Une silhouette assez grande pour agrandir le cadre de la porte d'au moins un mètre venait de faire son entrée, apparemment accompagnée.

...


Dernière édition par Tuul Kossetsu le Mar 6 Sep 2011 - 1:07, édité 2 fois
avatar
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Mar 2 Aoû 2011 - 0:05

Analyse en cours.

« Le plus fort dans cette pièce a une puissance égale a 360 Dorikis. Sortons. »


« Non... Tu sais où on est ? Dans un coin paumé, tu trouveras pas mieux, et de toute façon on se rapproche vachement du pascifista non ? Donc on reste. »

Vachement pas prudent celui là... Un robot lui dit qu'avec quelqu'un comme ça il n'a aucune chance et lui, il préfère quand même prendre QUELQU'UN COMME ÇA. Un imbécile trop confiant que j'vous dit. En plus, ce crétin de tas de féraille les a déjà fait remarqué en défonçant le haut de la porte.

Le Pascifista va bientôt se ramener vu que le son venant du bar est monté un ton au dessus. Mais évidemment - Soit disant passant c'est pas si évident que ça quand on rentre dans un bar ( n_n ) - ils vont s'asseoir et vont papoter tranquillement. Un, deux, trois verres et ils se décident enfin à se bouger pour aller parler au pote à gros chapeau.

« Eh gamin...T'as l'air fort, tu pourrais nous aider ? Si oui, rendez vous à l'hôtel d'en face, chambre 26. »

Ils s'en allèrent. Bon, il ne s'était rien passé de spécial mais ils avaient tout préparé. Y'en avait pour 120 000 Berrys d'arme, de quoi faire le bonheur du Pascifista. Ils attendirent donc l'arrivée du jeune homme, en espérant qu'il vienne car il pourrait très bien passer la nuit à boire dans ce bar. Tsss. Grave erreur, le 1.0 pourrait se rammener bien plus tôt que prévu et ils pourraient se faire rétamer la gueule en quelques secondes, mais moi j'dis ça, j'dis nada.


Dernière édition par Satoshi Noriyaki le Jeu 17 Nov 2011 - 21:24, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
avatar
Tuul Kossetsu

♦ Localisation : East Blue
♦ Équipage : Nop

Feuille de personnage
Dorikis: 381
Popularité: 5
Intégrité: 0

Mar 2 Aoû 2011 - 1:26

Les deux hommes (qui étaient en fait un robot à moitié pourris et un jeune boyscout) sortaient du bar sans rien dire de plus, sans se retourner, sans marcher dans une pomme de route. Tuul resta bien droit devant le seuil de la porte, il les regarda attentivement se diriger vers l'autre côté de l'avenue. Ce n'est pas tous les jours qu'on assiste à une scène aussi vide de sens.

Ils entraient maintenant dans le bâtiment, côtes à côtes sans faire aucun signe au gamin. Ces deux hommes lui voulaient quelque chose, de l'aide. De l'aide pour quoi? Il ne le savait pas et s'en balançait un peu, ce qu'il voulait c'était trouver le trésor qu'il était venu chercher.


-Hey Bobby! Balance moi une bouteille pour la route, je sens qu'elle ne sera pas de trop.

Le jeune délinquant/ivrogne/impatient/nonchalant venait finalement de quitter la taverne de Bob', à son grand soulagement et le laissant avec son constat d'un cadre et d'une porte déconstruits. La fameuse bâtisse où la grenouille devait se rendre était sept mètres plus loin, l'autre côté de la ''route'' qu'on pouvait aisément qualifier de passage dégarnis en pelouse. Cet endroit était absolument luxueux quand on le comparait au trou duquel Tuul sortait, mais en somme il n'était rien de moins qu'un bâtiment construit en bois sur deux étages avec tout au plus huit fenêtres à carreaux. Personne devant l'édifice, même pas un rat pour accueillir le potentiel futur locataire d'une nuit. La poussière et le silence étaient maîtres des lieux. Après un regard furtif en direction du fond de la première pièce du rez-de-chaussé il fini par apercevoir une vieille dame (ou un vieil homme, l'histoire n'en dévoile pas plus) avachi(e) à son tabouret. L'être sans sexe défini semblait sans vie, un journal et une tasse, probablement de café, étaient posés devant lui. Tuul n'y perdit pas plus de temps et pris l'escalier pour gagner la chambre 26, ça ne devrait pas être bien difficile le cadre de la porte serait détruit.

Finalement, il réussi à la trouver, première porte à gauche du troisième couloir en partant de l'aile Ouest. Bien sûr notre cher ami avait pris soin de noter le trajet sur l'étiquette de sa bouteille de Rhum pour ne pas se PAUMER en sortant du fameux hôtel.


Toc toc.

...

Toc toc toc.

- Notre futur coéquipier a donc mordu à l'hameçon, j'espère qu'il ne mourra pas.

- Entre voyons, ne reste pas dehors.


- Je ne me rappelle pas vous avoir déjà croisé auparavant, vous êtes venu faire quoi dans ce bar? Vous avez démoli la porte alors que je me reposais paisiblement. Ce n'est pas une mince affaire.

Tuul examinait la chambre avec attention, des armes de toutes sortes étaient posées contre les murs, sur la table et même sous le lit. Le pseudo-robot était assis sur une chaise en bois massif supportant à peine son poids qui devait être d'environs 350 kilos. L'homme au visage imberbe, lui, se tenait debout devant la porte prêt à essayer d'accueillir convenablement le jeune Tuul, alors qu'il en avait absolument rien à faire. Tous les deux fixaient le garçon à l'énorme chapeau, il n'avait pas la tête de l'emploi. Le doute pesait dans la pièce, Tuul lui était impatient et pris une bonne gorgée de son Rhum avant de faire part de sa décision.

- C'est d'accord, je marche. Dites moi de quoi il est question.


Dernière édition par Tuul Kossetsu le Mar 6 Sep 2011 - 1:08, édité 2 fois
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Dim 7 Aoû 2011 - 16:00

De quoi il en était question, cela se trouvait justement à quelques dizaines de mètres de là, contemplant de son visage inexpressif la frêle bâtisse où il avait vu pénétrer sa cible plus tôt dans la soirée. Les dernières consignes ayant été reçue, l'être se décida enfin à bouger. Quittant les ombres où elle se tenait immobile jusqu'alors, l'immense machine se déplia dans un silence de mort. Dans ce qui lui tenait lieu de tête, une multitude de plans d'attaque prenaient alors forme, avant de s'éliminer les uns après les autres. Finalement, la machine de guerre sélectionna celui qui lui semblait le plus indiqué. La mission étant de la plus haute importance symbolique, il fallait frapper un grand coup.

En quelques pas le Pacifista se campa donc devant l'hôtel, faisant fuir par sa simple présence les villageois alentours, qui décampèrent ainsi sans un mot. Une fois en position, l'être de métal levant lentement sa main, avant d'y concentrer une bonne part de son énergie. Le premier coup allait être rude. Dans un sifflement d'air surchauffé, le puissant rayon laser qui en jaillit fusa vers l'étage où il avait repéré sa cible ! Il y avait là assez de puissance de feu pour souffler l'étage entier et peut être plus encore. L'heure n'était pas à la demi-mesure. L'implacable main d'acier de la justice était là.
avatar
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Dim 7 Aoû 2011 - 21:12

« C'est d'accord, je marche. Dites moi de quoi il est question. »

« A vrai dire c'est assez simple. Voyez ce robot. C'est un bon gros machin n'est ce pas ? Il m'a promis que si je l'aidais, il me révèlerait, grâce à sa banque de donnée ultra-pas sophistiquée ni à jour, l'emplacement du trésor caché sur cette île. De quelle aide s'agit il me direz vous. En fait, c'est très ten... »


« J'entends quel-que chose... »

[...]

« COU-CHEZ VOUS ! »


BOOOOOOOOOOOOOOOOM


Horreur, damnation, cruauté. Satoshi et ses deux alliés furent frappés par un coup du sort. La machine de mort était donc arrivée bien plus tôt que prévue. Poussière en suspend, meubles tous détruits, étage en bazar, le pirate tenta de se relever avec peine, enlevant meubles, chaises et autres objets boisés assez lourd pour le bloquer. Souffrant d'une jambe, il retomba sec après avoir réussi - et il avait pourtant déjà mis un certain temps - à se lever. La poussière en suspend fut balayé sous la chute, tournoyant de plus en plus. Et faisant retomber d'autre meuble sur lui.

On ne voyait pas à deux mètres dans tout ce toxon. Il ne pouvait donc pas trouver ses coéquipiers. Mais il ne pouvait se résoudre à laisser tomber alors qu'il y avait si gros à gagner. C'est donc dans un élan de courage, accompagné d'un regard déterminé et du visage en sueur qu'il se releva, faisant voler autour de lui les meubles présents précédemment sur lui. Cette scène était tant magnifique, jusqu'à ce qu'on entendu le meuble se briser sur quelque chose. C'était le robot. Han. Ça a tout gâché. Mais tant pis.

Il se dirigea donc vers l'endroit du bruit, ne voyant pas bien loin, il était obligé de tendre ses bras devant lui, tel un somnambule. C'est donc dans la position d'un fantôme qu'il entama la marche longue et dangereuse en suivant uniquement le son du brisage d'un meuble s'étant manifesté quelques minutes auparavant. Il devait éviter ce qu'il y avait par terre, tout en évitant ce qu'il y avait devant.

Accompagné à la peur que la machine arrive à n'importe quel moment, c'était une tâche bien difficile que de retrouver ça. Mais il y arrivera, vous verrez. En fait, il était pile au bon endroit. Il avait marché sur le robot. Celui ci étant bloqué, il ne pouvait faire valdinguer celui ayant fait cet affront dans les décombres du bâtiments, la seule chose qu'il pouvait faire, c'est lui demander de dégager ce qui était présent sur lui.

Satoshi s'executa donc, enlevant tout ce qu'il y avait sur le robot. Mais pourtant, une question subsistait encore dans son crâne. Il avait trouvé le robot, mais où était le troisième ? C'est pendant qu'il pensait à ça, qu'il remarqua que la poussière avait commencé à tomber. Dévoilant ainsi la rue et toutes les autres chambres. L'attaque de ce pascifista avait rasé tout un étage.


Dernière édition par Satoshi Noriyaki le Jeu 17 Nov 2011 - 21:22, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
avatar
Tuul Kossetsu

♦ Localisation : East Blue
♦ Équipage : Nop

Feuille de personnage
Dorikis: 381
Popularité: 5
Intégrité: 0

Lun 8 Aoû 2011 - 20:45

Au travers du tas d'innombrables débris et du gigantesque nuage de poussière qui s'élevait au-dessus du bâtiment, il y avait encore les trois futurs compagnons, dispersés quelque part et aveuglés par l'épaisse fumée. Tuul avait été projeté sur un mur extérieur, plus résistant que les autres. il avait su retenir le choc, mais le jeune restait considérablement secoué. Malgré tout, son chapeau tenait toujours sur sa tête et son sabre était toujours à sa ceinture, probablement les deux bonnes nouvelles. Il y en avait cependant une mauvaise, le deuxième étage où se trouvaient nos trois hommes s'était fait littéralement souffler par quelque chose qui semblait être... Un rayon laser. Y'avait de quoi faire flipper un mouton là, le jeune ne connaissait pas encore le motif qui a poussé deux inconnus à l'inviter dans la chambre d'un hôtel miteux et voilà qu'il se retrouve projeté sur un mur par l'onde de choc d'un rayon lumineux. Il ne savait absolument pas de quoi il s'agissait, et il était trop sonné pour être capable de prendre une décision digne de ce nom. Le révolutionnaire décida alors d'utiliser la mince force de ses jambes pour aller voir dehors... Du moins, à l'extérieur du plancher de l'établissement. Se demandant encore comment l'étage du bas faisait pour tenir après un tel choc et en se frayant un chemin parmi les meubles déconstruits et les armes hors d'usage, il parvint à s'approcher du bord. Un spectacle rarissime s'offrait à lui, en dépit de ne pas avoir une sirène à moitié dévêtue devant les yeux, le jeune homme vit apparaître une énorme silhouette de près de sept mètres se placer au beau milieu de la rue qui séparait la taverne de l'hôtel.

Il ne faisait même pas la taille de l'autre robot, celui qui a détruit le cadre de la porte du bar 20 minutes plus tôt. Décidément cette journée ne serait pas la plus reposante de la semaine. Si c'était cet homme, qui avait détruit l'étage d'une façon si inhumaine, il possédait sans aucun doute des pouvoirs surpuissants. Tuul ne s'attarda pas plus longtemps sur le bord de l'édifice et décida d'aller retrouver les deux autres qu'il l'avait accueillit dans ce qui ressemblait à une chambre.

En déplaçant quelques débris, il finit par les apercevoir au milieu de la pièce, ce qui maintenant n'était qu'un tas de ruines. Le robot était toujours par terre, au côté de l'homme aux habits plutôt élégants compte tenu des circonstances. L'imposante pièce de métal ne semblait pas plus abîmée qu'elle ne l'était déjà et le gars aux bonnes manières avait l'air de s'en être bien sorti. Son visage semblait vouloir dire qu'il ne s'attendait pas à voir Tuul debout devant lui, après tout vu sa taille et sa puissance c'était parfaitement compréhensible, mais leur surprise ne s'arrêta pas là en voyant la réaction du nabot.


-C'était quoi ça à l'instant, bande de malades, vous êtes recherchés par un géant qui balance des rayons lasers?

Les armes n'étaient plus aussi nombreuses qu'elles l'étaient avant l'attaque, si la tâche consistait à abattre ce colosse, elle risquait d'être encore plus ardue. La seule arme dont disposait le garçon au chapeau de grenouille, c'était un sabre. L'homme n'avait apparemment rien sur lui et ils étaient tous les deux accompagnés d'un tas de ferrailles, tout ça n'était rien qui pouvait être en mesure de rivaliser avec de telles attaques.


Dernière édition par Tuul Kossetsu le Lun 5 Sep 2011 - 23:55, édité 1 fois
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Ven 12 Aoû 2011 - 11:08


Après avoir observé impassiblement les derniers décombres retomber au sol en fumant, le Pacifista s'élança à grandes enjambées vers ce qu'il restait de l'hôtel. Arrivant aux pieds du bâtiment, il saisit à pleine main le plus gros des débris, qu'il projeta dans la campagne avec une incroyable facilité. Le visage terrifié de l'aubergiste lui fit alors face, une longue coulée de sang là où une poutre l'avait heurté. Le face à face fut bref, l'homme prenant ses jambes à son coup dès que la machine lui fit signe d'évacuer la zone avec son l'index. Bien que les dommages collatéraux fussent tolérés, la vie d'innocent devait être sauvegardée au maximum. Ce maximum s'arrêtait bien sûr la où la réussite de la mission débutait.

Traversant les décombres qui encombraient l'ensemble du rez de chaussé, le Pacifista remonta ensuite lentement les escaliers, faisant sentir le bruit sourd de ses pas à chaque marche. Arrivé dans le 1er étage ravagé, il repéra rapidement sa cible. Étrangement elle n'était pas seule, il pouvait voir un autre homme à moitié camouflé par les décombres. Aussitôt, le cerveau commença à fouiller dans sa base de donnée pour voir à qui elle pouvait bien avoir à faire... Dans tous les cas, son objectif était trop près pour faire de la demi-mesure.

« Criiiiisshhh... Cible repérée...
Schéma d'attaque validé, générateur à 60%. Procédure d'attaque enclenchée. Pour la Justice ! Criiiiiisshhh. »


Tendant une de ses mains vers le robot endommagé, le terrible machine de guerre y concentra une rapide salve de rayons mortels, destinés à rayer de la carte les cinq mètres entourant sa cible.
avatar
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Sam 20 Aoû 2011 - 22:34

« Criiiiisshhh... Cible repérée...
Schéma d'attaque validé, générateur à 60%. Procédure d'attaque enclenchée. Pour la Justice ! Criiiiiisshhh. »


Quelle belle boulette, on avait omis de prévenir le nouveau des risques. En fait, moi non plus d'ailleurs. On m'a jamais dit qu'il balançait des rayons lasers capable de faire d'aussi gros dégâts, genre, raser un étage. Mais bon, il faut qu'on batte ne retraite pour le moment, ce truc a trop l'avantage. Il est déjà là le bougre, il faut réfléchir et vite, si on saute au moment où il tire ce sera trop tard, il faut partir au moment où il se montre pour tirer !

D'un signe de la main je leur ordonna de me suivre. Je jetais un coup d’œil en bas, la foule c'était rassemblée pour voir ce qui s'était passé. Je montrais d'un coup de main la ruelle, histoire de leur faire comprendre qu'il fallait sauter ou c'était fini pour notre tronche et pour notre argent, et, malgré mes jambes engourdi, mes oreilles bourdonnante et ma douleur musculaire, je m'élançais du haut du bâtiment. La chute allait être rude, mais peu importe, c'était ça ou la mort venait toquer à ma porte.

Dans quel pétrin je m'étais embarqué pour un pauvre trésor. D'ailleurs, peut être que ce pascifista sait où est l'emplacement de la grotte. Si ça s'avérait être juste, je finirais beaucoup moins amoché en m'alliant au plus fort. Malheureusement il est bien connu que les plus forts sont les plus malins, il me laissera pas m'en tirer comme ça, il faut que j'arrive à choper les informations du bon vieux robot pourris.

BOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOM


Donc, on a fait un arrêt sur image au moment où j'ai sauté, maintenant reprenons. Explosion, jambes vers le bas, appuis bien réparti, près à tomber sur le sol. Le souffle balaye un peu de tout en fait, le robot semble avoir perdu des trucs. Genre, un bras. Pour ce qui est de l'autre, peut être qu'il est mort, peut être pas. J'espère que non en tout cas.

C'est donc avec l'équilibre presque à l'imperfection que je retombe sur le sol. En fait, on se rend compte à quel point c'est haut que lorsque qu'on retombe. Posant mon genoux au sol directement après avoir eu un contact avec le goudron, mon visage se crispe, c'est douloureux une chute. Enfin, sans attendre les autres je pousse les villageois qui gênent puis me dirige vers la sortie du village. Étant donné que lorsqu'on est dans un bâtiment, il le rase, on va tenté la plaine. Le robot arrive, on est seul pour l'instant, c'est le moment de lui poser la question.

« Vu qu'on va surement mourir ici, tu voudrais pas me dire où il est ce trésor ? »


« Négatif. Nous n'avons encore rien essayé. »


Putain d'merde. Il est assez lourdingue ce robot quand même hein, pourquoi il veut pas me révéler l'entrée de ce putain de trésor. Oh..Peut être qu'il n'existe pas ? Ca voudrait dire que je me suis embarquer là dedans pour quelque chose qui n'existe pas ? Je me suis fait roulé par un pauvre robot tombé du ciel ?! Il faut que je sois sur du coup.

« Il existe au moins ? Et puis, vous voulez essayer quoi, de toute façon on est mort... »


« Affirmatif. »



Dernière édition par Satoshi Noriyaki le Jeu 17 Nov 2011 - 21:17, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
avatar
Tuul Kossetsu

♦ Localisation : East Blue
♦ Équipage : Nop

Feuille de personnage
Dorikis: 381
Popularité: 5
Intégrité: 0

Dim 21 Aoû 2011 - 0:32

Attendant toujours sa réponse et ses raisons de risquer sa vie, Tuul était debout au milieu de ce qui restait de l'étage ravagé. Fixant depuis quelques instants l'homme à l'habit cravate, il se demandait ce qu'il allait faire, puis soudain celui-ci se retourna en direction du gamin sans le regarder lui, mais derrière lui.

Criiiiisshhh... Cible repérée...
Schéma d'attaque validé, générateur à 60%. Procédure d'attaque enclenchée. Pour la Justice ! Criiiiiisshhh.


Cette voix robotique, elle n'appartenait pas à un humain. La réaction étonnante du gars et cette étrange intonation étaient suffisantes pour lancer l'évidence. Tuul se retourna pour confirmer son hypothèse et vit quelque chose qui n'était pas pour le rassurer. Le géant! L'énorme gars qui se tenait dans la ruelle il n'y a pas si longtemps était maintenant dans la cage d'escalier, avec sa main pointée en direction du gamin et des deux autres. Il était prêt à lancer une fois de plus son rayon laser sur eux. Tuul se retourna à nouveau vers son partenaire qui s'était rendu sur le bord, dos à lui. Il fixait attentivement le sol. L'homme lui fit alors un signe de la main sans le regarder puis sauta du haut du premier étage. S'il restait là, il était sûr d'y rester, une deuxième explosion serait une de trop. Sans attendre davantage, le nabot fit de même et fuit en direction du bord, duquel il sauta immédiatement, tout comme l'a fait l'autre. L'explosion retentissait derrière lui, à peine quelques centimètres plus loin.

BOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOM

Un fragment de moment et de douleur plus tard, il était déjà sur le sol derrière l'hôtel, l'emplacement idéal pour voir les restes de l'établissement. Ce n'était plus qu'un tas de débris, il n'en restait presque rien. Tuul regarda autour de lui en espérant voir un visage familier et n’aperçut que des dizaines de villageois entassés près des ruines, portant tous le même visage rempli de peur. L'homme n'était plus là, le robot non plus. Le jeune commença à chercher ce qui devait lui servir de partenaires sans même savoir pourquoi il devait les aider, et qu'est-ce que ce colosse de près de six mètres venait faire dans cette histoire. On lui avait parlé d'un trésor, un trésor placé sur cette île, exactement ce que Tuul était venu chercher dans ce trou puant. C'est tout ce qui l'intéressait et il n'était pas prêt d'y renoncer. Si ces gars avaient des infos à ce sujet, valait mieux essayer d'en dénicher avant qu'il ne se le fasse voler.

Le gamin parvint finalement devant les ruines, les autres bâtiments étaient toujours intactes et la ruelle elle, vide, personne n'y circulait, sauf trois. L'homme au costard accompagné de son tas de ferrailles étaient en fuite en direction de la plaine, poursuivis par l'énorme cyborg. Devant ce spectacle, Tuul ne pouvait s'empêcher de foncer vers eux, ces deux inconscients n'avaient apporté aucune arme avec eux.

Au dessus du village, le ciel se couvrait et s'assombrissait à une vitesse étonnante, une orage se préparait. Les conditions météos pour un combat dans une plaine n'étaient pas du tout avantageuses, mais y'avait pas vraiment le choix. Il ne connaissait pas la force du colosse, ni du brun, mais la sienne ne suffirait sûrement pas à mettre ce truc K.O.


Croisons-nous les doigts.


Dernière édition par Tuul Kossetsu le Mar 6 Sep 2011 - 1:17, édité 1 fois
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 25 Aoû 2011 - 10:53


Les pieds au bord de ce qui restait de l'étage ravagé, le Pacifista observait le trio s'enfuir péniblement vers la plaine. Nul ne pourrait dire ce qui se tramait en ce moment dans son cerveau d'acier et de diodes, son visage n'exprimant pas la moindre émotion. Il leva finalement la main, prêt à cribler la zone de lasers ardents... Finalement, après un petite seconde d'hésitation, il se ravisa. Trop de civils dans les alentours... De toute façon sa cible prioritaire était déjà mal au point, tandis que le dernier coup l'avait de plus priver d'un bras. Il se retourna donc et redescendit lentement au rez de chaussé avant de sortir de ce qui restait de l'auberge.

Contrairement à c e qu'on pourrait penser, la machine de guerre ne se rua pas ensuite à la poursuite des fuyards, mais préféra marcher tranquillement dans une direction légèrement oblique. Les ténèbres et la pluie qui commençait à tomber le firent bientôt disparaître, tel qu'il était venu. Mais quel était donc son plan ? Tous l'ignoraient, mais cela n'augurait rien de bon..

avatar
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Lun 29 Aoû 2011 - 15:46

Ici et maintenant, sur l'île de Tanuki où je me trouvais, une excitation indescriptible était palpable. Il semblerait que je sois plutôt émus par la puissance de destruction massive de la machine que le robot appelle couramment "Pacifista". D'après moi il s'agissait d'un mélange d'inquiétude et de joie, mais une joie malsaine. En effet si je montrais une certaine gaité alors qu'une machine de mort sans pitié approchait sans doute de ma position à l'heure actuelle, c'était parce qu'il se pouvait que je puisse revirer la situation en ma faveur.

Il faut préciser que mon ennemi et mon allié sont tous deux des robots, de mon point de vue on ne pouvait pas leur faire confiance si ce n'était pas nous même qui les avaient créé, et encore. Mais, est ce que les affaires, les marchés, et tout ce qui va avec et qui est dans mon domaine marche sur ces machines ? A vrai dire, même un gardien d'Impel Down ayant naturellement une tendance au sadisme ; qui salive à l'idée de voir un criminel à grande notoriété dans une prison pouvant être classifié d'enfer et qui rêve la nuit de démolir un homme mentalement jusqu'à ce qu'il oublie la raison de sa propre existence faisait moins peur qu'un tas de ferraille dénué du sens du bien et du mal.

Tandis que je sortais de mes pensées morbide, mon regard se dirigea vers le ciel déchaîné qui se dressait aujourd'hui au dessus de nos têtes. C’est dans cette ambiance noire et glacée que la terreur s’installa dans mon coeur. Je commençais à douter de moi-même et des pensées sombres commençaient à m’envahir. Je doutais de mes capacités physique, de ma force. Et dans mon esprit, douter était synonyme de faiblesse. En effet un homme, un vrai, possède la puissance nécessaire pour protéger les autres -surtout les femmes et les trésors- en détruisant les obstacles.

Que ce soit dans le sang ou sans une once de logique ou de réflexion sensée, il ne faut jamais flancher, et toujours être fort. Voila ce qu'était un homme pour moi. Beau ou laid, intelligent ou dénué de matière grise, celui qui sait protéger est un homme. J'osais tout ce qui sied à un homme, qui n'ose point n'en est plus un. J'essayais petit à petit de me considéré comme une fausse représentation de la perfection, mais à ce moment, j'avais honte. Le silence de mes alliés me fit reprendre mes esprits, personne ne me disait rien, personne ne me regardait, tout le monde me laissait me morfondre. Et c'est là que je compris que pour protéger il ne faut pas forcément être seul. Reprenant du poil de la bête, je me tournais vers le jeune garçon qui nous avait rejoins plutôt dans la journée.

« Jeune garçon, je n'ai pas eu le temps de te dire pourquoi nous faisons ça et j'en suis navré. Pour être honnête avec toi, il semblerait que cette "machine" qui nous sert actuellement -et pour longtemps j'espère- d'allié m'a promis une chose, à savoir de l'aide contre la révélation de la position du trésor de cette île. Je ne sais pas si cela t'intéresse, mais ce que je sais c'est qu'il va falloir s'y mettre à plusieurs et accessoirement, utiliser la ruse pour espérer avoir l'infime petite chance de battre ce qu'il nomme "Pacifista". Alors, es tu avec moi ? »

On pouvait apercevoir dans la ville les flammes qui se dressaient maintenant assez haute pour nous donner l'illusion qu'elles touchent le ciel sombre. Léchant les nuages de leur ondées incalculable, on entendait l'auberge dans laquelle nous étions plus tôt s'écrouler. On pouvait facilement s'imaginer le bâtiment se retrouver à l'état de ruines. Le bruit du sol se craquelant sous le poids des innombrables meubles, gravats et décombres pouvait se faire entendre de là où nous étions.

Bien sur, il était difficile pour quelqu'un n'ayant pas participé à cette attroce scène de se faire une idée de ce qui a bien pu causé tout cela. Un simple villageois revenant de vacances verrait clairement l’œuvre d'un explosif quelconque, quelqu'un qui aurait amorcé une bombe pour rendre le décor un peu plus chaotique qu'il ne l'était auparavant. De plus, qui s'imaginerait une machine de plus de deux mètres, ressemblant au croisement d'un ours et d'un humain, crachant d’innombrables attaques plus destructrices les une que les autres par la paume de sa main ou le fond de ça gorge. Hein, qui ? Je regardais le ciel à ce moment là, et en baissant la tête, il était là, cette chose. Serrant les poings, crispant mes orteils dans mes Stone Park, je me tournais vers chacun de mes "alliers".

« J'aurais espéré mourir dans un océan de billets... »

En fait, c'était un chat.


Dernière édition par Satoshi Noriyaki le Jeu 17 Nov 2011 - 21:14, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
avatar
Tuul Kossetsu

♦ Localisation : East Blue
♦ Équipage : Nop

Feuille de personnage
Dorikis: 381
Popularité: 5
Intégrité: 0

Mar 6 Sep 2011 - 2:03

Le garçon à l'allure enfantin continuait péniblement sa course à travers les cordes de pluie qui lui tombaient dessus, n'ayant pour seul but de rejoindre ses coéquipiers. Le robot les poursuivait toujours et eux étaient toujours en fuite, s'ils fuyaient ce n'était pas pour rien, ils étaient forcément trop peu armés pour y faire face. Plus d'une dizaine de mètres séparaient Tuul de son futur adversaire et cinq de plus le séparait de ses alliés. La situation était critique, rien ne l'empêchait de lâcher une nouvelle fois un de ces puissants rayons destructeurs dans le dos des deux fuyards, mais il ne semblait pourtant pas avoir l'intention de le faire. Le brouillard s'épaississait et rendait la vision de plus en plus difficile pour le gamin. Il ne verrait bientôt plus ceux qu'il poursuivaient. Le plus étrange, c'était que le colosse ne courrait plus dans la même direction, il semblait se diriger plus vers la gauche, assez loin pour que Tuul le perde enfin de vue.

Malgré cet handicap il ne cessa pas sa course, au contraire il accélérait le pas, ils ne devaient pas être surpris derrière l'épaisse pluie par un monstre qui faisait quatre fois leur taille. S'ils n'avaient pas le temps d'esquiver, c'était la fin. La colline était bientôt à sa portée, le sol devenait boueux et sale, le jeune s'éloignait de la ''ville''. Sa motivation principale était encore et toujours d'obtenir un minimum d'informations sur ce satané trésor. La course avait porté fruit, Tuul réussit à rejoindre les deux hommes, dont un plus humain que l'autre, bien évidemment. Un ou deux mètres derrière eux, il arrêta sa course et resta droit comme ils l'étaient. Quelques instants plus tard l'homme bien habillé et maintenant trempé se tourna vers le gamin et lui dit quelques mots.


♦♦♦ Jeune garçon, je n'ai pas eu le temps de te dire pourquoi nous faisons ça et j'en suis navré. Pour être honnête avec toi, il semblerait que cette "machine" qui nous sert actuellement -et pour longtemps j'espère- d'allié m'a promis une chose, à savoir de l'aide contre la révélation de la position du trésor de cette île. Je ne sais pas si cela t'intéresse, mais ce que je sais c'est qu'il va falloir s'y mettre à plusieurs et accessoirement, utiliser la ruse pour espérer avoir l'infime petite chance de battre ce qu'il nomme "Pacifista". Alors, es tu avec moi ?


Un gros paquet d'informations à gérer d'un coup. Le révolutionnaire resta muet, il analysait ce que l'homme venait de lui dire. Le robot connaissait donc l'emplacement exact du trésor sur l'île. Ce trésor, c'était forcément celui que le bretteur cherchait depuis ces quelques jours. S'il restait avec eux il devrait donc partager le trésor. Partager un trésor convoité avec un inconnu tout juste rencontré, ce n'était pas une pensé facile pour le gamin. Cependant, un problème encore plus grave l'agaçait, la condition pour trouver ce beau trésor était pure folie. Affronter ce colosse, la chose qui avait détruit un bâtiment entièrement en seulement deux attaques, une seule suffirait amplement à anéantir un jeune homme de cette taille. La décision fut facile à prendre après la réflexion que Tuul s'était avisé de faire. Il allait aider ces deux imbéciles, ce pour quoi il les avait rejoint sur cette plaine. En pleine orage face à un cyborg géant tirant des rayons lasers, ces trois compagnons avaient bien des chances de mourir côtes à côtes.

Malgré ces risques on ne peut plus flagrants, ils se tenaient toujours debout à cet endroit, sur la plaine. Attendant que leur adversaire ose montrer le bout de son nez.
avatar
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Sam 5 Nov 2011 - 17:56

Un pascifista est évidemment bien plus fort que nous trois réuni, mais survivre à cette machine n'en sera que bénéfique pour nous, une expérience inédite qui nous servira surement pour toute notre vie, et qui nous aidera à avancer. Devenir plus fort, se frotter à l'impossible, être exceptionnel.

Si un jour quelqu'un me demande si j'ai fait au moins une chose qui sortait de l'ordinaire dans ma vie, je pourrais lui répondre que j'ai combattu l'une des machines du plus grand, du plus majestueux et du plus intelligent scientifique que ce monde ait connu. Un palmarès somptueux qui ne pourra être entaché. Même si je perds, je pourrais dire que j'ai eu le cran de me confronter à ça. On pourra dire qu'au moins, même si on partait perdant, on a pris notre paire de testicule et on s'est bougé l'arrière train pour changer la donne.

Je m’échauffai, tout en regardant mon partenaire et en lui faisant bien comprendre que c'était sans doute la dernière fois que nous allions livrer un combat. Je dirigeai maintenant mon regard vers le robot endommagé qui m'avait promis une fortune. A celui ci je fis comprendre que cet argent n'avait pas d'importance, et que si je survivrais, j'aurais tout le temps pour pouvoir me faire une fortune.

On pouvait entendre le bruit des pas de la machine massive qui approchait de nous. De loin, nous pouvions apercevoir les éclaboussures d'eau que produisait le tas de ferraille à chaque fois qu'une de ses jambes bioniques à l'image de celle d'un humain s'écrasait sur le sol de cette île. La confrontation finale était proche. Nous étions prêt à nous battre pour survivre. Nous pouvions apercevoir un de ses bras, puis tout son corps se mis à découvert. Il s'arrêta devant nous et ouvrit la bouche. Un rayon laser.

Bondissant sur ma gauche, j'esquivai son coup mais je fus projeter par la force de l'impact au sol. Me rétablissant en l'air et touchant à nouveau l'herbe avec mes pieds, je me ruai sur le pascifista qui leva sa main vers moi. J'esquivai encore de la même façon, avec les mêmes retombées. Arrivant cette fois derrière lui, je tentai de lui asséner un coup de pied dans la nuque.

Elle bougea de quelques centimètres, mais j’eus plus mal que lui à mon avis. Me reculant, je fis signe aux deux autres de prendre le relais. Tuul, n'étant pas assez rapide, se fit mettre hors jeu d'un coup de canon bien senti. Le robot quant à lui, avait réussi à égratigner le pascifista mais rien de plus. Il se fit détruire avec une facilité déconcertante. J'étais désormais seul. Prêt à me battre. Je commençais à courir vers la machine, mais elle ne fit pas attention à moi. Je m'arrêtai, tombai sur mes deux genoux et compris que la bête avait rempli sa mission et qu'il ne me toucherait plus à moins que je l'attaque une nouvelle fois...

J'étais resté au même endroit pendant des heures entières, sous les cordes qui tombaient tel des lances pendant une guerre. Mais je réalisai qu'au moins, je pourrais me refaire et continuer mon périple. Survivre n'était pas une corvée. Je me relevai et me dirigeai vers la ville. J'achetai un nouveau costume. Chemise orange. Veste noire, pantalon noir. C'était l'heure du renouveau.
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1