AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Vous avez dit perdu ?

Toji Arashibourei
Toji Arashibourei
Thunder F.

♦ Localisation : GL
♦ Équipage : Ex-Sea Wolf

Feuille de personnage
Dorikis: 11 400
Popularité: -1200
Intégrité: -750

Mar 16 Aoû 2011 - 11:49



« Oooh ! Tin' vous êtes où bande de moules ?! »

Aucune réponse... Nan sans dèc' ça commence à passablement me lourder ct'affaire. Le son roque et irrité de ma voix se répercute depuis maintenant plus de deux heures dans le décor, sans trouver le moindre écho. Mentalement, l'île d'Astérion vient déjà de se faire cataloguer dans les futures victimes collatérales d'un Buster Call bien orienté. Quelle idée de faire de cette gigantesque île un labyrinthe ?! Nan mais j'vous pose la question quoi ! Et qu'elle foutue idée on a eu de voir aller se ravitailler à terre ?! J'aurais mieux fait de manger ma propre jambe que de me foutre dans cette galère ! Trois jours qu'on est perdu dans cette chienlit ! 72 saloperie d'heures à errer au grès des haies et des barrières ! Le pire c'est que je ne peux même pas couper à travers haie, cela revient exactement au même au bout du compte. A croire que ce bled est ensorcelé.

« Ooooh ! Ryuuku ! La mouflette ! Karl !... »

Pour rien arranger, me voilà seul depuis au moins deux heures, séparé du groupe au détour d'un carrefour et d'un manque de coordination... grmellmeleh... Comment on en est arrivé là me demandez-vous ? Ben, disons que quand un guide essaye de vous escroquer en vous demandant cinq millions de berry pour un tour du proprio, j'ai tendance à m'énerver un peu... On a des gueules de touristes j'vous l'demande ?! Du coup l'homme s'est vexé à la suite d'une jolie tarte dans sa gueule, histoire de lui remettre son échelle de valeurs monétaire en place. Et bien sûr quand le type nous a rétorqué que nous ne pourrions jamais nous passer de lui, je l'ai envoyé chier. Que faire d'autre ? J'allais tout de même pas m'aplatir devant ce... civil ? Bon, j'avoue que maintenant j'me demande si j'me suis pas laissé un peu emporter...



« Nous sommes là capitaine ! »

Aaaah !... Ben voilà qui est mieux. Retrouver mes Sea Wolfs m'aidera à me passer les nerfs, jurer seul dans son coin est nettement moins sympa que de casser les roustons du premier subordonné venu, surtout s'il n'a pas le droit de rétorquer. Je m'élance donc de chemins en chemins, attiré par la voix suave de Lin et ses promesses de compagnie. Le mot suave aurait dû me mettre la puce à l'oreille, je vous l'accorde... Quelques minutes plus tard me voilà donc devant un grand mur végétal, les appels de mes hommes provenant visiblement juste derrière. Un dernier appel me confirmera cette déduction.

« Nous somme là capitaine ! Attendez nous ici, ne bougez surtout pas. »



Capitaine ? Pourquoi elle m'appelle pas patron comme d'habitude ? Et depuis quand elle me vouvoie ? Sans compter la voix bien trop sympathique pour une teigne comme elle... Et puis Ryuuku aurait dû se faire entendre aussi... Y a une couille dans le potage, et j'ai horreur d'en avoir un poil sur la langue après manger. Suspicieux par nature, frôlant même assez souvent la paranoïa, il n'en faut pas plus pour me donner envie de vérifier un truc. Je plonge donc sans hésitation ma main brusquement dans la haie, saisissant ce qui doit se trouver derrière. C'est chaud, c'est doux, c'est mou... Rien qui ne correspond à l'un de mes hommes. Alors comme le truc indéfinissable fait mine de se débattre, je le traque violemment vers moi histoire de pouvoir poser les yeux dessus.

Nan mais ces quoi c'te merde ? Me voilà regardant ahuri une espèce de drôle de bestiole couverte à moitié de branches cassées et de coupures. A bien y regarder c'est un foutu pingouins que j'ai dans les pattes. Le fait qu'il soit bardé à moitié d'armes en tout genre et qu'il se fasse passer pour mes hommes ne laisse que peu de marge aux déductions auxquelles j'arrive. Du un cette bestiole s'est grassement foutu de ma poire, de deux c'était probablement dans le but de m'la faire à l'envers si vous voyez c'que j'veux dire... Dans le deux cas cela à tendance à m'titiller la fibre vindicative. Le « coin ? » pathétique qu'il tente pour sa défense ne le sauvera pas. Mais d'ailleurs... ça fait pas coin un pingouin ! Nomdediou ! Il se foutrait pas encore de ma gueu*... ?!

Le temps que je ne le retourne comme une chaussette, me voilà tracter subitement vers le haut, enchevêtré dans un gigantesque filet métallique ! Par mes trois couilles ! J'me suis fait piéger comme un bleu ! Et par un putain de pingouin en prime ! A peine je me retrouve pendouillant dans les airs qu'apparait toute une meute de ces sales bêtes, toutes habillées de divers tenues allant de la panoplie de pirate à celle du ninja warrior, sans oublier le commando jungle. Tandis que je me débat en vain pour briser les mailles de leur filet incroyablement résistant, les voilà qui se regroupent autour de moi en ricanant.

« Piou ! Inutile de vous débattre Capitaine Arashibourei, ce filet est plus solide que l'acier. Sans un minimum d'élan vous n'arriverez jamais à le briser. Piou ! »


Gremelmlllemh... Le piaf n'a pas tord, je n'aurais aucun mal à le déchiqueter avec un peu d'espace, mais compacté à l'intérieur, je n'ai nullement la marge de manœuvre pour m'y attaquer efficacement...

« Piou ! Maître Drake sera content, les Pingou Pirates auront beaucoup de harengs en récompenses quand ils lui ramèneront votre tête. Piou Piou !



Au l'idée de la montagne de harengs qui les attend, toute la petite troupe piaille d'excitation en salivant la bouche ouverte. Grememlelllemmh... Échangé contre des harengs... Saucissonné... Piégé par des pingouins... Labyrinthe... La colère continue de monter en moi à toute vitesse. Ce qui n'était qu'une mauvaise humeur coutumière se meut petit à petit dans ce qui risque de devenir l'explosion volcanique du siècle. Je sens au fond de mon cœur noir la bête gronder, aujourd'hui je ne compte pas l'arrêter. Déjà les premiers signes précurseurs d'une explosion de violence se font voir sur mon visage constellé de petites artères battantes. J'vais m'faire un manteau pour l'hiver avec ces saloperies !

Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashiboureihttp://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
Ryuuku Gakuen
Ryuuku Gakuen

♦ Localisation : Par là
♦ Équipage : Sea Wolfs

Feuille de personnage
Dorikis: 3552
Popularité: 380
Intégrité: 464

Mar 16 Aoû 2011 - 14:47

Voilà déjà quelques longs jours qu'un labyrinthe avait presque mis K.O. l'équipage des Sea Wolfs. Cela ne se compte plus en heures maintenant. Depuis ces trois jours, rien ne s'était passé. Rien d'intéressant en tout cas. Certains marines avaient essayé de se mettre au jardinage, mais sans résultat. Il faut dire, que dans ce labyrinthe formé de fougères, d'arbres, et de toutes sortes d'arbres, personne ne s'y retrouve. Toutes les idées pour sortir de cet endroit avaient été mises sur la table, mais aucune n'avait été concluante. Ce labyrinthe semblait fait pour que personne n'en ressorte. C'était vraiment très énervant.

Et depuis deux heures maintenant, chacun s'était retrouvé seul. Ryuuku ne se rappelait que d'une chose. C'est que à un carrefour, chacun avait dit sa direction, Toji tout droit, Lin à gauche, et le Voyeur à droite. Comme si ils l'avaient fait exprès. Personne n'avait fait attention à l'autre, il faut dire que chacun avait son caractère. Aucun ne suit un de ses équipiers, ce sont les autres qui le suivent. Enfin bon, quoi qu'il en soit, notre Colonel se retrouvait maintenant seul dans ce labyrinthe, et devait trouver une idée pour sortir de cet endroit. Ce n'était pas une "énigme à la hauteur de son intelligence", mais surtout un casse-tête.

Normalement, Gakuen se souvenait toujours du chemin qu'il avait emprunté, ceci grâce à ces bons yeux. Mais ces derniers ne pouvaient rien faire ici, car tout se ressemble, un vrai labyrinthe de fou... Il ne restait plus que deux solutions, ou bien avancer bêtement et essayer d'avoir de la chance, ce que la troupe avait fait pendant les jours précédant, ou alors réfléchir aux quelques techniques pour sortir de labyrinthes. Notre Marine farfouilla dans sa tête, il avait déjà entendu parler d'une technique... Celle de toujours suivre le mur de droite, oui, c'était bien ça ! Et c'est sur une idée forte, que Ryu mit sa main sur le buisson à sa droite, et commença à avancer.

C'était prouver, si on tenait la droite, on trouverait un jour la sortie, quoi qu'il arrive.

"Grouiiiii."

Le ventre du Voyeur se mit à trembler. Il avait tout simplement faim en fait, à force de marcher dans ce foutu labyrinthe. Et cet homme qui avait faim continua de marcher comme ça, pendant quelques minutes... Quand un bruit l'interpella.

"Meuhaaaaan!"

Une vache ? Dans ce labyrinthe ? De la nourriture ? Mais c'était merveilleux pour notre Colonel qui avait si faim. Il se mit à courir, quittant le mur droit de sa main. Son plan avait foiré, mais au moins il pourrait manger un petit peu. Il penserait après au feu qu'il devrait faire pour cuire la viande, d'abord tuer cette bête. Gakuen mis quelques balles dans son fusil, et commença à ralentir. Des petits grouillements se faisaient entendre. Des sortes de petits couinements.

Mais qu'était-ce ?

Ralentissant le pas, Ryuuku vit qu'il arrivait devant une clairière. Tout en s'approchant, il put voir peu à peu, que la vache était déjà en train de rassasier des personnes...

Des toutes petites personnes s'y trouvaient. Des souris, des souris blanches même. *Mais, ce n'est pas carnivore une souris ?* pensa le jeune marine. Et comme si elles avaient entendues l'esprit du Voyeur, elles se retournèrent toutes dans un même mouvement vers le Marine. Oui, toutes, elles étaient au nombres de 7. Le Colonel sentit un frisson lui parcourir l'échine. Ces souris ne lui inspiraient pas confiance, ou alors était-ce simplement le sang sur leurs petites moustaches. Et de surprise en surprise, l'une d'elle se mit à parler.

-Bonjour Terrien. Nous sommes supérieures à vous, n'essayez pas de fuir. Avec les dauphins, nous avons essayé de vous prévenir une fois, mais ça n'a pas marché. Alors cette fois-ci, laissez vous faire.


Gakuen ne comprenait rien. Les dauphins, mais qu'était-ce ? Et pourquoi parlaient-elles ? Trop de questions, il fallait réagir, c'est pourquoi le Marine pointa son arme vers les petites bêtes.

-Ne faites pas les malines. Je ne suis pas n'importe qui.
-Et nous, nous sommes beaucoup.

C'est ainsi que peu à peu, des dizaines, voir des centaines de souris, commencèrent à s'accumuler autour de Ryuuku. Il n'avait pas assez de balles pour toutes les tuer, encore aurait-il fallu qu'il sache bien viser. Et d'un coup, presque tous ces rongeurs se mirent à avancer vers le Marine, qui lui sentit que c'était mauvais pour lui. C'était le moment où jamais de savoir voler, se dit-il naïfement... Et c'est sans s'en rendre compte, qu'une aile avait poussé sur son dos. Il ne comprenait pas pourquoi il était en train de voler à quelques centimètres du sol, car lui ne voyait pas son dos. Une aile majestueuse s'y trouvait en ce moment même. Mais, il est impossible de voler avec une seule aile, c'est pourquoi notre Marine retomba sur la tête. Car sans une deuxième aile, on vole en rond.

Les souris, qui dès lors qu'elles avaient vues une aile s'étaient arrêtées, reprirent leur marche de plus elle. Ayant comme objectif de ne pas laisser cet chaire fraîche s'enfuir. C'est à ce moment là que Ryuuku vit l'aile qui venait de pousser dans son dos, et comprit enfin pourquoi il s'était "envolé". Restait plus qu'à le reproduire...
http://www.onepiece-requiem.net/t99-rp-donwload-100-100-ryuuku-gakuenhttp://www.onepiece-requiem.net/t146-ryuuku-no-fiche
Ayzami Lin
Ayzami Lin
••• Commandante d'élite •••

♦ Équipage : Hound Crows

Feuille de personnage
Dorikis: 4932
Popularité: -444
Intégrité: 339

Lun 22 Aoû 2011 - 11:20

Depuis leurs arrivées en Grand Line les Sea Wolfs avaient explorés déjà quelques îles et franchement... n'y avait-il aucune île normale dans cette mer ? Sérieusement ? Entre l'île avec les nobles qui pactisent avec des pirates, l'ile remplit de taré et surtout CETTE PUTIN D'ILE AVEC SON PUTIN DE LABYRINTHE y'avait déjà de quoi péter un bon câble ! Ce que Lin ne se privât pas de faire. À terre depuis maintenant quelques jours, la rouquine avait crue bon d'accompagner son capitaine, Karl et Ryuuku chercher des vivres mais c'était sans compter sur le fait que Toji mette une mandale au guide, tirant un trait sur un parcours sans encombre dans ce labyrinthe. Justement, la perspective de ne plus avoir de guide ne gênait pas les Sea Wolfs qui étaient les meilleurs il faut bien l'admettre, avec leurs sens de l'orientation sur-développer et tout ça tout ça. Enfin c'est ce qu'ils pensaient, il y'a deux heures, nos trois protagonistes se séparèrent sans s'en rendre compte et là c'est le drame. Au bout de quelques minutes Lin compris qu'elle tournait en rond depuis un bout de temps, elle garda un air calme et se mit à tripoter les murs, ils n'étaient certes pas en béton non plus, mais cet enchevêtrement de racines et autres branchages épais rendait le truc chiant à traverser... bref oublions l'option "j'men fou et je vais tout droit en pétant tout sur mon passage".

*Bon... comment je vais faire...*

Ah ben ouai elle commençait à perdre patience vous vous attendiez à quoi de sa part ? Bordel que c'était chiant, elle ne savait absolument pas où elle était là, elle continua à avancer, totalement au pif, sans rien trouver, pas de sortie, pas d'entrée, pas de Sea Wolfs, pas d'action, RIEN ! Blasée de sentir que son sens de l'orientation n'était pas fiable elle s'assit par terre un moment pour essayer de se calmer. Au bout d'un moment...

« Ooooh ! Ryuuku ! La mouflette ! Karl !... »

C'était pas l'Père Tempête au loin ? Peu importe c'était une présence humaine ! Elle se releva, mais avant même de pouvoir répliquer, non loin d'elle une autre voie se fit entendre.

« Nous sommes là capitaine ! »

La voie semblait se vouloir féminine sauf que c'était bizarre, Lin l'avait clairement entendue de là où elle était, c'était pas une femme qui gueulait ça... Elle s'avança, essayant de retrouver l'origine de la voie, au bout d'un moment, à force de tourner à chaque virage elle tomba sur...trois pingouins habillés étrangement, l'un des trois était porté par ses deux compagnons alors que celui-ci avait un haut parleur. Elle s'arrêtât, les regarda, perplexe, un peu comme si elle voyait encore un truc de taré quoi, mais attendez ce n'est pas fini, alors qu'elle observe les palmipèdes qui n'on toujours pas remarqués sa présence c'est-y donc pas un bras musclé et jaune qui chope l'un de pingouins ?!

- HEIN ?!

Ses mains vinrent instantanément se fixer contre sa bouche mais c'était trop tard, les deux pingouins tels des machines de guerres tournèrent automatiquement la tête vers elle, l'oeil, brillant. Pire encore c'était pas fini ! Voilà qu'une bande de pingouin sort de partout et nulle part à la fois, tous armés jusqu'aux dents, entourant ce qui devait être Toji à la vue du bras qui avait chopé le pingouin y'a quelques secondes. Elle entendit tout ce que disait l'un d'entre eux, ils avaient capturés Toji ?! A ce moment-là on aurait pu se dire que Lin pourrait exécuter une attaque surprise pour sauver son capitaine, mais non. N'oubliez pas que les deux pingouins l'on vu, aussi elle sentie un truc derrière elle d'un coup.

- Mais que ?!

Comme un réflexe elle dégaina le marteau sur son flanc dont la partie métallique vint s'entrechoquer avec la lame d'un pingouin vêtue d'une cagoule blanche. Mon dieu il avait essayé de la planter par derrière ! Pas le temps d'halluciner, le cliquetis de deux fusils se font entendre en direction de la jeune femme qui se propulse en arrière pour esquiver. C'était deux autres pingouins postés sur les haies du labyrinthe, armés de fusils.

- Piou piou ! une intruse, une intruse !

Et merde les voilà qui sonnent l'alarme, la rouquine profite que cet enfoiré de pingouin piaille pour le shooter d'un coup de marteau bien placé. Alors que le pingouin assassin parti ricocher un bon moment contre les murs du laby, la commandante esquivait maintenant les salves de tirs des pingouins armés de fusils. La tigresse mise en déroute par une bande de pingouin, c'était vraiment pas la classe. Au bout de quelques secondes l'un d'eux vint sauté face à Lin et sortie... non c'était pas possible ! Sérieusement un pingouin ne peut pas manier ce genre de truc ! UNE GRENADE ! Ce piaf venait de sortir une grenade et s'amusait avec prenant un posing digne d'un acteur de cinema comme s'il était filmer pour une scène de combat dans un film.

- Piouhou !

Il lança la grenade sur la jeune femme, vu l'angle et la distance qui les séparait, impossible d'esquiver, elle explosa, faisant passer la tigresse de l'autre cotée du mur. Elle avait essayée de réduire les dégâts en plaçant ses bras en avant, mais elle semblait en avoir quand même pris pour son grade. Elle se releva difficilement et en tournant la tête eu la vision de trop...

-...

Toji, compacté comme une boule de muscle, dans un filet, entouré par une bande de pingouin ricanant. Elle ne savait honnêtement pas si elle devait péter un fou rire ou pleurer tellement c'était sur-réaliste et gênant pour le capitaine, c'était tellement perturbant qu'elle en oublia son adversaire qui en tirant avec son fusil, frôla la joue de Lin. Elle se jeta sur le coter, mais un autre problème survint, là elle avait une bande de pingouin face à elle et tous armés, habillés de façon différente, cela devenait VRAIMENT problématique pour elle. Seule elle y arriverait surement pas, aussi libérer Toji serait surement une très bonne idée ! Alors que l'attention d'une partie des pingouins se tourne vers la charpentière des Sea Wolfs, le reste est toujours focalisé sur Toji au cas ou. Un peu menée depuis le début, Lin se mit enfin à sourire, prenant un air victorieux alors qu'elle attache sa corde à un marteau qu'elle dégaina dans le même temps.

- Ce soir on bouffe de la volaille !

Elle s'élance, lançant le premier marteau avec la corde dans la masse, voulant reproduire le même effet que sur les gosses de Innocent Island à la différence que les pingouins sont moelleux et souples, l'effet ne sera donc définitivement pas le même, maiiiis si ça peut suffire à les retenir quelques instants... BREF sans se poser de question maintenant qu'elle a lancée le premier marteau elle prend appuis sur une de ses jambes et saute tout en prenant la forme hybride de son fruit, son second marteau en main. La cible est claire, les pingouins qui retiennent le filet, Lin leurs tombes dessus et frappe d'un grand coup de marteau dans le tas ! Laissant à Toji l'opportunitéde se libérer ! Maintenant fallait espérer que le capitaine saisisse l'occaz, car si certains pingouins s'étaient laissés avoir à l'astuce du marteau. Les pingouins ninjas, eux non, ils sautèrent sur la rouquine pour l'immobiliser à terre ! Elle tentât de les repousser, mais ils sont agiles et nombreux ! Merde ! Alors qu'elle reprend forme humaine les pingouins ninjas tournent en sautant autour d'elle tout en lui infligeant de petites coupures sur le corps.

- RAAAAAAAAAAA

Elle se mit à charger, dans le premier sens du terme, cette fois elle se transforma totalement en tigre et fonça dans le tas, repoussant les pingouins sur son passage !
http://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
Toji Arashibourei
Toji Arashibourei
Thunder F.

♦ Localisation : GL
♦ Équipage : Ex-Sea Wolf

Feuille de personnage
Dorikis: 11 400
Popularité: -1200
Intégrité: -750

Lun 22 Aoû 2011 - 12:41



Grrrrr... Au fur et à mesure que le filet se resserre autour de mes épaules, je sens enfler dans une même mesure une rage inextinguible. Mon souffle se fait rauque, lent, tel celui d'un animal enragé. Remontant du fond de ma conscience, mon instinct de survie quasi-animal hurle de toutes ses forces, envahissant chacune de mes fibres. La bête à soif de liberté, mais aussi de vengeance ! Inconsciemment, me retrouver prisonnier a tendance à faire ressortir du plus profond de mon âme certains souvenirs que j'aimerais enfouis à jamais. Marie Joa, l'esclavage, la peur...Du coup, mon corps réagit de la seule façon qu'il connait à présent : violemment. Mes muscles se gonflent en faisant grincer les mailles métalliques, ma mâchoire se serre à s'en faire crisser les dents.... Je suis tellement furieux que j'en oublierais tout le panel de techniques qui me permettrait de prendre l'ascendant sur ces piafs de malheur. Je ne réfléchis presque plus, je ne suis plus qu'une machine à briser des os.

« Piou piou ! une intruse, une intruse ! »

Le temps que l'alerte déclenchée par les pingouins n'arrive à mon cerveau, voilà la mouflette jaillir à travers une haie dans une gerbe de branchages et de fumée. Pas trop tôt bordel ! Mais à peine débarquée, la voilà qui m'zieute avec son air taquin, les deux pieds tranquillement posés sur le plancher des vaches. Nomdenon, c'est tout d'même pas une pointe de moquerie que j'vois dans ses yeux ? Putain mais si ! En tout cas c'est ce que me hurlera la colère qui a pris le contrôle de tout mon être. Non seulement elle débarque dix plombes trop tard, mais en plus elle ose se moquer de ma position ? De moi son capitaine ?!

Lentement ma main arrive à se glisser jusqu'à la garde de mon poignard, avant de le dégainer en me contorsionnant. J'applique alors la partie de son fil cranté à la limaille d'acier qui me retient, faisant pression au mieux. Impossible de le couper sans élan... Impossible mon cul ! Je suis Toji Arashibourei par tous les enfers d'Impel Down ! Oser me croire en difficulté ?! Moi ?! Raaaah j'vais leurs montrer à tous ce qu'il en coûte de m'tourner au ridicule!

« Ce soir on bouffe de la volaille ! »



Et comment ! On va génocider du pingouin c'est moi qui vous l'dis ! Donnez-moi juste un peu de mou, vous aller voir... Vlan ! Un joli coup de marteau plus tard me voilà avec quelques secondes de répit et deux geôlier de moins sur les bras. Nan mais elle a tout de même pas cru que j'avais besoin de son aide ?! Puis quoi encore ! C'était qu'une question de seconde avant que jm'en sorte seul ! Grrrrr.. elle va finir par croire que j'lui suis redevable, ça m'énerve. Tandis que jm'attelle à ronchonner avec toute la mauvaise foi dont je suis capable, voilà que les piafs se rejettent sur moi, bien conscient qu'un instant de ma liberté correspondrait à leur mort à tous. Trop tard... Le profond sentiment de haine qui émane de moi se transmet au fil de ma lame, lui assurant un tranchant inégalable. Haki... Cette force que jusqu'à aujourd'hui je m'efforçais de maîtriser avec application, aujourd'hui je lui laisse le champ libre. Brisant les scellés, je lâche la bête !

Dans un crissement métallique mon poignard fend ainsi en deux le filet, me laissant aussitôt en jaillir comme un diable sortant de sa boîte. Un puissant cri de fureur se répercute alors dans tous le labyrinthe tandis que les cris de guerre de Lin et moi-même se font écho.

« RAAAAAAAAAAA ! »
« RHAAAAAA ! »


Je tombe alors à bras raccourci sur la première de mes victimes, qu'un poing chargé de Haki sublimera dans un nuage de petites plumes blanches et noires ! V'là pour toi saloperie ! Aussi sec je m'élance vers le suivant, le visage convulsé par la colère. Me voilà donc pataugeant dans de la volaille, au centre d'un concert de piaillements plaintifs. C'est la débandade, tout leur premier rang essaye dans un chaos indescriptible de s'enfuir dans tous les sens, se gênant plus qu'autre chose. Tin' que c'est bon d'leur d'enfoncer leurs sales becs dans leurs sales p'tites têtes d'emplumés ! Mais tandis que j'en suis à concasser un pingouins habillé en mousquetaire, me voilà percutant Lin dos contre dos. Par réflexe nous nous retournons tout deux, face à face. La vision si proche de cette chère subordonnée venue à mon aide me donne alors l'occasion de lui dire quelques mots amplement mérités à mes yeux.

« Putain mais qu'est-ce que t'as foutu la mouflette ?! Où t'étais passée ?! Tu crois que ça m'amuse de vous courir après à toi et aux autres, putain, vous pouviez pas me suivre ?! A cause de vous nous voilà perdu au milieu de cette chienlit ! »Tout en lui gueulant copieusement dessus je ne regarde même plus l'animal meurtri que je continue à tabasser à mes pieds.
« Sans compter que tu t'es démerdée pour perdre les autres encore une fois ! Sans dèc' tu sais faire autre chose que nous attirer des emmerdes ?! Hein ?! Ben répond moi quand j'te parle putain ! » Toujours sans la lâcher du regard je saisi à pleine main un autre pirate à plumes, sans pour autant faire attention à ses cris terrifiés. La pauvre bête se retrouvera éviscérée péniblement sans autre forme de procès. C'est donc le visage maintenant couvert de multiple jets de sang que je continue mon laïus.
« Mais reste pas planter là les bras ballants en plus, j'vais pas faire tout l'boulot non plus ! Arrête de bouger saloperie. Ayazami Lin, ça va chier pour votre matricule une fois à bords... mais tu vas te laisser éventrer tranquille toi ?!... à bords du Fenrir ! Et puis il est où Ryuuku bordel ?! »



Concentré dans la longue engueulade que j'ai avec la mouflette qui n'y est pourtant pour rien, je n'aperçois même pas un homme apparaître dans un coin du champ de bataille. Entouré de ses sbires pingouins, l'homme à tout de leur chef. Entre sa tenue et son physique, on pourrait lui trouver un sacré air de ressemblance avec ses « hommes ». Par contre, ça doit faire un bon moment qu'il essaye de nous interpeller, haussant coup sur coup la voix pour dépasser les décibels qui continuent à jaillir entre Lin et moi.

« Escusez-moi... »

« Houhou... S'il vous plait... »

« Hoooo ! Vous allez m'écouter à la fin ! Je suis Le grand Piou, tremblez miséra*... »

« Je disais, Je suis Le grand Piou, tremblez misérables marines !
Hoooo ! Ecoutez-moi bordel !»


Spoiler:
 

http://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashiboureihttp://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
Ayzami Lin
Ayzami Lin
••• Commandante d'élite •••

♦ Équipage : Hound Crows

Feuille de personnage
Dorikis: 4932
Popularité: -444
Intégrité: 339

Mar 23 Aoû 2011 - 13:56

Enfin le Père-Tempête s'était défait de ses liens, alors qu'il déchaînait sa rage envers les palmipèdes que sont ces pingouins il se retrouva rapidement dos à dos avec Lin, aussi en train de casser des gueules du mieux qu'elle pouvait. Un enchainement plus tard les deux barbares son face à face, c'est alors que le capitaine commença à engueuler Lin qui laissa d'abord parler son boss à peu prêt calmement. Une fois qu'il eu finis elle saisit le pingouin qu'elle était en train de frappa, pris son souffle et répondit à Toji.

- Pardon ?! Nous chercher ? Rien du tout ! Je suis sûr que t'était aussi perdu que nous dans ce foutu labyrinthe !

Elle compressa le pingouin avant de shooter dedans sauvagement.

- Et puis merde ! C'est TA faute si on s'est paumé ! QUI À MIS UNE PUTIN DE MANDALE AU GUIDE HEIN ?!

La rouquine se saisit d'un autre pingouin ninja qui tenta une attaque par derrière, le pauvre animal était en train de se faire roué de coup alors que la commandante s'énervait.

- Et sérieusement, d'où c'est moi qui ai paumée les autres ? C'est pas ma faute si tous le monde est partis dans son coin ! DEPUIS QUAND je suis celle qui doit managée le groupe HEIN ?!

Alors qu'elle piétinait un pingouin Toji osa dire qu'elle ne foutait rien et que ça allait barder pour elle. La rouquine explosa alors de rage.

- QUOI ?! ET PUIS QUOI ENCORE ?! C'EST QUI QUI EST TOMBER DANS UN PIEGE COMME UN BLEU ? C'EST QUI QUI S'EST FAIT SAUVÉE PAR LA MOUFLETTE QUI À SOI-DISANT RIEN FOUTUE ?!

Elle souffla un peu en lançant sa cible en l'air histoire de plus en entendre parler. L'engueulade des deux marins continua alors qu'ils massacraient l'escouade de pingouins, dans le tas, un homme était là, il essayait de parler depuis tout à l'heure. Si au début aucun des Sea Wolfs ne l'avaient remarqués, bien vite il haussa petit à petit le ton pour finalement...

« Je disais, Je suis Le grand Piou, tremblez misérables marines !
Hoooo ! Ecoutez-moi bordel !»


- TA GUEULE !


Ni une ni deux, Lin se retourna et bondit sur l'homme pour lui foutre une droite sauvage à laquelle il ne s'y attendait pas. Elle s'était emportée et ne réalisa qu'elle venait d'expulser un homme dans la haie du mur qu'après avoir frappée. Elle le regarda longuement alors qu'il se relevait et se remettait son chapeau en place, elle le regardât d'un air dépiter pendant qu'il reprenait la pause et son air supérieur.

- T'es qui toi ?

L'homme ne semblait pas avoir apprécié cette question, faut dire il essayait de faire son entrée de gros méchant depuis tout à l'heure. Il bomba le torse et d'un ton énervé se mit à parler.

- Je suis le Grand Piou bandes de misérables ! Nous ne pouvons pas laisser des vermines de marines comme vous vivres ! Aussi il vas falloir que mon armée et moi nous occupions de vo....

Ses yeux s'ouvrirent grand, apparemment il venait de remarquer le nombre de pingouin étalés au sol, sans compter Toji qui continuait d'en tabasser derrière.

- Tu parle de ces machins là ? Dit elle en prenant un pingouin K.O au sol.

- M-mon... mon armée ! Comment avez vous osez ! JE VAIS M'OCCUPER PERSONNELLEMENT DE VOUS !

Le grand Piou sorti alors une épée de sa canne ! M'enfin il faisait pas très peur, que ce soit par sa stature semblable à un pingouin ou alors le fait qu'il semblait légèrement trembler face aux deux monstres qu'il avait en face de lui. Il devait probablement compter sur son armée mais bon... Il n'empêche qu'il attaqua Lin de front le pauvre fou ! La jeune femme esquiva sans mal pour asséner un bon coup de pied dans le ventre du capitaine pirate pour ensuite enchainer avec un uppercut et finir par un direct du gauche. Ce dernier se releva difficilement et se recula dans la direction de Toji en étant en garde face à Lin et donc dos à l'homme poisson sans le savoir, plutôt que de se préoccuper de son adversaire, Lin regarda Toji d'un air noir l'air de dire "C'est MA chaire fraiche !" Bien sûr il y'avait très peu de chance que le Père-Tempête écoute dans son état.

((( sorry je devais rep hier mais l'irl à prit le pas sur le post ! ^^)))
http://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
Ryuuku Gakuen
Ryuuku Gakuen

♦ Localisation : Par là
♦ Équipage : Sea Wolfs

Feuille de personnage
Dorikis: 3552
Popularité: 380
Intégrité: 464

Jeu 25 Aoû 2011 - 12:00

« RAAAAAAAAAAA ! »
« RHAAAAAA ! »


*Quoi ? Qu'est-ce qui se passe ? C'est pas le moment de penser à ça, mais ces voix venant du nord ressemblent à celles du patron et de la tigresse.* pensa Ryuuku, qui lui en ce moment même se trouvait dans une fâcheuse posture. Quelques secondes pour apprendre à voler. Comme un oisillon qui tombe du nid, et sa seule chance de survivre est d'apprendre vite, très vite. En fait, c'était une motivation pour notre marine. C'est ce qu'il lui fallait pour voler. Une aile était toujours présente dans son dos, les souris n'étaient qu'à quelques décimètres maintenant. Plus que quelques secondes. Une deuxième aile, enfin !

Le sentiment que ressentit le Voyeur quand il s'envola, fut immense pour lui. Ses pieds, non, ses serres s'écartaient du sol peu à peu. Il regarda ses mains, qui elles aussi étaient devenues des griffes d'aigles. C'était sa semi-forme de Zoan, le zoan de l'aigle. Les griffes, les serres et les ailes. Peu à peu, il prenait de l'altitude. Les souris s'étaient arrêtées. Toutes. Elles comprenaient que leur camp venait de changer. Elles étaient passées du prédateur, à la proie. Gakuen aimait se sentiment. Il était le prédateur qui allait chasser sa proie, la traquer, pour la tuer. Ce sentiment lui fit énormément plaisir.

Il ne se rendit même pas compte qu'il venait de se transformer complétement en aigle. Seul le reflet d'une flaque put lui offrir cette vue. Il était grand dans cette forme d'aigle, mais surtout majestueux. Les souris commençaient quand à elle à reculer. Il fallait fuir pour elles devant ce grand rapace. Mais Ryuuku, non, le Rapace, prenait de plus en plus son envol. Il avait compris comment voler, mais s'arrêter et redescendre pour ralentir près du sol... c'était une autre histoire. Il lui fallait une proie, oui, un objectif. Une souris, cette petite bête qu'il lui avait parlé juste avant, qui avait été arrogante.

Ce sentiment de puissance donna une bouffée de chaleur à Ryuuku, qui plongea à une vitesse folle sur sa proie. Les souris commencèrent à fuir, mais une savait qu'il était trop tard pour elle, elle avait compris qu'elle était la proie. Ryuuku rafla le sol, mais réussit à prendre la souris de son bec. D'un crac, il la coupa en deux. Peut-être l'aurait-il mangé, mais c'était encore trop tôt pour lui. Et puis, il restait lui-même, même s'il était transformé en un aigle, il ne devait pas oublier ça. De nombreuses idées jaillissaient déjà dans sa tête. Toutes en rapport avec son fruit.

De la puissance, enfin il avait trouvé de la puissance. Il arrivait déjà à mieux entretenir son vol, arrivant presque à rester sur place. Il ne lui fallut que quelques secondes pour comprendre pourquoi sur l'île passée, il y a quelques jours, cet aigle s'était posé sur lui. Et il fut heureux de s'être documenté sur ces grands rapaces. Il avait lu qu'ils pouvaient porter jusque 30 fois leur poids ! Peut-être était-ce le moyen de sortir d'ici... Mais oui, c'était le moyen de sortir d'ici. Bon, les cris que le Colonel avait entendu auparavant venaient du nord, il fallait donc aller au nord.

Quelques battements d'ailes plus tard, le Rapace put distinguer une sorte de champ de bataille, avec des plumes volant un petit peu partout. Il voulut se concentrer pour bien regarder sa proie mais... il sentait qu'il perdait peu à peu son altitude... A oui, il n'avait plus de force dans ses bras. Il fallait qu'il s'habitue pour avoir plus d'endurance, il devait inventer une technique pour ça aussi... Oui, c'est ce qu'il ferait, mais après avoir atterri. Peu à peu, il se rapprochait du sol, mais tout en se rapprochant de là où venaient les plumes.

Et deux trois battements d'ailes dans le vide plus tard, Ryuuku se re-transforma en homme, et passa dans une haie, pour percuter une petite chose noire et blanche. Il se retrouva derrière la petite bête qui était restée au sol après le coup donné par Gakuen. Elle avait un peu ralentie la chute du marine, qui se releva avec peine. Il saignait de la jambe, mais rien de bien grave. Il vit alors que des deux autres côtés du pingouin, se trouvaient Toji et Lin. Et cette dernière semblait avoir un regard plus noir que la mort...

Ryuuku lâcha quand même un petit :
"Salut les gars, j'ai trouvé le moyen de sortir d'ici, et je dois vous expliquer deux-trois trucs..."
http://www.onepiece-requiem.net/t99-rp-donwload-100-100-ryuuku-gakuenhttp://www.onepiece-requiem.net/t146-ryuuku-no-fiche
Toji Arashibourei
Toji Arashibourei
Thunder F.

♦ Localisation : GL
♦ Équipage : Ex-Sea Wolf

Feuille de personnage
Dorikis: 11 400
Popularité: -1200
Intégrité: -750

Jeu 25 Aoû 2011 - 23:11



« Comme un bleu » ?! « Sauvé » ?!...
Putain je rêve où l'autre morpionne est en train de s'permettre de rétorquer ?! Par les mamelons enflammés de la grosse Dudulle, cette petite erreur de l'évolution rousse est en train de me gueuler dessus, à MOI ! Elle ose rétorquer à son supérieur hiérarchique, alors qu'elle même est dans le tord le plus total ! Raaaaah ça commence à me gonfler passablement cette histoire ! Cela fait maintenant trois jours que ce maudit labyrinthe me met les nerfs en pelote, ajoutez à ça cette bande de piaf ridicules qui me cassent les burnes, et cette petite punaise ose me parler sur ce ton ?! J'croyais qu'elle avait un instinct de survie plus développé que ça. Raaaaah j'commence à voir rouge, ça y est... putain c'est pas bon ça... calme toi Toji, calme toi... zeeeeeen...

Comme pour me forcer à m'écarter de la source de ma colère, je me retourne en me pinçant l'arrête du nez, une petite artère battant la chamade sur mon front. Certains de mes muscles tressaillent, signe d'une nouvelle explosion de violence... Reste zeeeen Toji, reste zeeeen... Aller, comme jl'aime bien j'vais essayer de la jouer diplomate, et j'fais pas ça pour tout l'monde c'est moi qui vous l'dis ! Les mots apaisants sortent difficilement entre mes dents serrées, comme si la rage et l'amour propre voulaient les garder à l'intérieur.

« Bon ok la mouflette, j'veux bien passer l'éponge pour cette f*... »
« TA GUEULE ! »

Ta gueule  ?! Je rêve où elle vient de me me remballer alors que j'essayais de paraître sympa ?! Oh putain là c'en est trop ! Je sens que j'vais péter un câble. Oh putain ça monte... ça monte trop vite là ! Dans un dernier effort pour sauver les meubles, je tente d'évacuer le trop plein de rage sur les derniers pingouins qui nous entourent, les massacrant en une poignée de secondes. Chaque coup étant porté avec plus de violence que le précédant. Raaaah, loin de me calmer, tout ce sang me monte à la tête ! « Ta gueule » ?! « ...un bleu » ?!
Ça va chier pour ta gueule de teigne la mouflette, t'étais prévenue !


"Salut les gars, j'ai trouvé le moyen de sortir d'ici, et je dois vous expliquer deux-trois trucs..."


Tandis que les dernières trace de calme finissent par céder face à la colère qui m'aveugle, je me retourne soudainement vers ma subordonnée, les yeux injectés de sang et les babines retroussées. Mon visage n'est plus qu'un concentré de haine brute. C'est l'hallali ! A peine je me dirige vers elle, je vois à travers le voile rouge qui couvrent mes yeux sa silhouette hésitante venir vers moi. Signe inconscient de remord ? Geste suicidaire de confrontation ? Peu m'importe, il est trop tard pour faire machine arrière ! Il y a des choses que je ne saurais tolérer de la part de n'importe qui. Vous m'entendez ?! N'importe qui !
A l'instant où elle va me percuter, une vague de dégout m'envahit. Qu'elle n'ose même pas penser me toucher ! Privé de toute raison, mon corps cherche désespérément à savoir qui contrôle la machine. Et c'est là qu'apparait la bête. Ivre de carnage, la puissance qui est en moi se libère tout à coup, envahissant chaque fibre de mon corps. Instantanément, une vague de volonté brute jaillit de tous mes pores, frappant le corps de la mouflette comme un mur ! Immobilisée juste devant moi, elle fait alors une cible parfaite. Subordonnée ou pas, la bête ne fait pas de différence ! Tu m'as porté sur le système, à toi de payer les pots cassés. Raaaaaaaaah ! Mue par toute la rage qui m'habite, mon poing s'abat dans un grand crochet descendant, tel un météore s'écrasant vers la terre. Autour de lui, l'air se déforme, comme mis au supplice par les forces qui l'habitent. Et tout au bout... tout au bout de cette masse de chaire épaisse et d'os, on sent la force du Haki rejaillir à pleine puissance !

Dans une tentative veine de défense, Lin lève les bras pour se protéger le visage, inconsciente que cela ne fera aucune différence face à moi. A moment où mon poing heurte sa cible, toute sa puissance se libère ! Je sens alors à travers la tempête de fureur qui habite ma tête, la chair de Lin se déchirer sous mes doigts, puis ses os craquer les uns après les autres tandis que je perfore sa garde comme une planche de balsa. Tout de suite après c'est son crâne qui subira les conséquences de ma colère, puis ses côtes et enfin son bassin. L'air est expulsé tout atour de nous sous la force de l'impact, cachant presque le son des organes qui éclatent en cascade !

(...)
Dans un nuage de poussière et de branches brisées, je me tiens là, immobile et seul. Le souffle court et la gorge sèche, je reprends peu à peu mes esprits, calmé par ce déchainement soudain... Je prends alors conscience de toute la portée de mon acte... Meeeerde... J'me suis encore trop laisser emporter... Fais chier jl'aimais bien cette petite moi. Bon ok elle avait tendance à me titiller un poil, mais bon j'avoue que c'était pas forcement une raison pour la trucider d'la sorte... Avec une lueur d'espoir je me penche par-dessus le cratère, espérant qu'elle ai peut-être survécu à ma frappe. Au fond d'un immense puits, la lueur rougeoyante et l'odeur de souffre m'indique que ma victime vient probablement d'être expédiée directement dans les couches les plus profondes de la terre... Glups... comment j'vais expliquer ça à Ryuuku moi ? Et putain mais c'est quoi ce sentiment pourri qui me tord le ventre ?! C'est tout de même pas des remords merde ?! Raaaah j'ai horreur de ça...

C'est donc la mine tordue par des sentiments hautement contradictoires que je me retourne finalement vers Ryuuku, que j'aperçois alors pour la première fois.

« Ah, t'es là toi. Pas trop tôt... Content de t'voir malgré tout l'voyeur. Toi aussi la mouflette. »

La mouflette ?! Attends deux s'condes ! Mais oui c'est bien elle qui se trouve maintenant devant moi aux côtés de Ryuuku. Visiblement elle est indemne, quoiqu'un peu poussiéreuse à la limite... Putain mais c'était qui alors le gus sur qui 'jviens de me défouler si c'est pas elle ?... Euuuuh, bon ben tant mieux à la limite héhé... C'est pas plus mal comme ça... glups. J'dois avouer que la voir là comme ça devant moi, en plus de capter mon erreur... C'est un peu comme foutre un morveu énervé sous une douche froide... En plus de me sentir un poil con, j'peux vous assurer que la surprise m'a calmé. Bon ben... le mieux c'est encore de faire une croix sur cette histoire pour sauver la face, genre il ne s'est rien passé...

« Heum... Tu disais quoi l'voyeur, jt'ai pas entendu. »

http://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashiboureihttp://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
Ayzami Lin
Ayzami Lin
••• Commandante d'élite •••

♦ Équipage : Hound Crows

Feuille de personnage
Dorikis: 4932
Popularité: -444
Intégrité: 339

Mar 30 Aoû 2011 - 17:38

La rouquine jubilait déjà à l'idée d'achever le petit homme en face d'elle, elle s'approchât doucement quand d'un coup elle vit Toji... euh c'était quoi ce regard ? Il regardait le grand Piou comme si ce dernier avait humilier Toji ou un truc du genre. La commandante se stoppa, alors que son capitaine explosait littéralement de rage. Le grand piou essaya de se défendre mais sans succès, sa mort était annoncée. Lin prit un air blasée alors que Ryuuku rejoignait ses collègues, Lin de son coter était en train de se calmée doucement étant donnée que s'en était finie de sa proie.

- Salut !

Ryuuku et Lin regardèrent le massacre, sans pouvoir faire grand chose.

- Pfff c'était ma proie...

Elle croisa les bras, reprenant forme humaine et attendit aux côté du cuistot du navire.

- Donc t'a trouvé le moyen de sortir d'ici ?

Alors qu'elle causait avec Ryuuku, Toji eu enfin finis, il respirait de grande bouffée d'air pour se calmer, serrants les poings, l'air un peu dégouté. Il se retourna enfin, s'exclamant d'être content de voir Ryuuku et Lin malgré tout. Que quoi ? A l'écouter on aurait dit qu'elle venait d'arriver, enfin bref il semblait d'un coup bien plus sympa était-ce parce que il venait d'imploser le grand Piou ? Nan car là il en restait rien même sa mère ne le reconnaitrait pas ! Enfin bref problème résolu me direz-vous. Notre héroïne répondit à la place du voyeur à la question du capitaine.

- Il disait qu'il avait trouver un moyen de sortir d'ici patron...
http://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
PNJ Requiem
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Dim 11 Sep 2011 - 23:15

« Il disait qu'il avait trouvé un moyen de sortir d'ici patron... »

Devant les regards interrogateurs de ses deux camarades Sea Wolfs, Ryuuku laissa apparaître sur son visage un immense sourire de satisfaction. Le moment tant attendu était enfin arrivé... il allait leur montrer ce que lui aussi il savait faire. Savourant ce prélude à l'instant de grâce, le « voyeur » en oublia presque l'environnement sanglant où les Sea Wolfs évoluaient alors. Les mines belliqueuses de Lin et de Toji lui remirent rapidement les pieds sur terre. Glups... Pourquoi étaient-ils de mauvais poil comme ça ? Bon, ce n'était visiblement pas le moment de jouer dans les effets de style et les suspenses insoutenables, sous peine de se faire marteler par l'un ou l'autre de ses camarades. Sans plus attendre, Ryuuku fit alors apparaitre dans son dos une paire d'aile majestueuse, qui se déplia vers le ciel sous les regards surpris de spectateurs présent. Héhé, ils ne devaient surement pas en revenir. C'est donc bouche béa que Lin et Toji furent soudainement hisser dans les airs, chacun d'entre eux happer par les serres qui lui servaient maintenant de pieds. Vu leurs mines, ils n'avaient même pas eu le temps de comprendre. Sans un mot, Ryuuku se laissa glisser dans les courants chauds dont il commençait enfin à percevoir les nuances, en direction de l'étendard des Sea Wolfs, visible sur l'une des rives de la côte. Quelques minutes plus tard, ils étaient tous à bord. Comme cela fut facile ! Comme ce labyrinthe était inutile lorsqu'on se sentait pousser des ailes... Transporté par l'euphorie de son pouvoir, Ryuuku n'en était pas moins épuisé par l'effort fourni... Être un aigle et voler si longtemps et si haut était bien plus éreintant qu'il n'y paraissait. Sourire aux lèvres, il trouva néanmoins l'énergie pour vanter son fruit et les formidables faculté qu'il avait pu en voir. Une bonne partie de l'équipage avait déjà été conquise par son entrée spectaculaire, restait à voir les autres officiers, bien conscient que ce pouvoir ne sortait pas de nul par... Il leur avait visiblement caché bien des choses.

« Ryuuku. Dans ma cabine. » lui lança simplement son supérieur. Difficile de dire quel serait le résultat de cette convocation... surtout au vue de l'humeur de Toji dans le labyrinthe. Mais pour l'instant, Ryuuku n'en avait cure, il était bien trop heureux de cette nouvelle force enfin acquise. Il se retourna vers Lin, un grand sourire allant d'une oreille à l'autre.

« Pas mal hein ? Héhé, t'en dis quoi ? »

Il était heureux, ça, nul ne pouvait en douter.



[Ryuuku ne pouvant plus poster, j'ai fais ce post Pnj sous ses directives via facebook. Ces pensées nous accompagnent.]
Ayzami Lin
Ayzami Lin
••• Commandante d'élite •••

♦ Équipage : Hound Crows

Feuille de personnage
Dorikis: 4932
Popularité: -444
Intégrité: 339

Lun 12 Sep 2011 - 1:24

Ahhh il était vraiment génial ce Ryuuku il avait trouver un moyen pour sortir l'équipage de cet enfer ! Lin attendit avec impatience la solution et bien sur le cuistot ne se fit pas prier ! Une immense paire d'aile apparu dans son dos, lin tira une tronche à la fois étonnée et blasé.

*Putin l'enfoiré il a eu ça où ?*

Un Zoan du genre volatil, voilà la solution de Ryuuku, prendre Toji et Lin pour s'envoler tout droit vers le Fenrir ! Et putin Lin était deg ! Ben ouai elle était la seule utilisatrice d'un zoan de l'équipage, elle perdait cette exclusivité, provoquant un certain élan de jalousie. Après bon elle se contentait pas de cracher intérieurement sur son collègue... après tout c'était grâce à lui si maintenant elle voyait le navire apparaitre dans son champs de vision, alors qu'elle survolait ce putin de labyrinthe. Elle en profita pour observer le lieu d'en haut et putin.... ils auraient pu continués lonnnnngtemps à tourner en rond vu la taille colossal du truc et surtout la distance qui les séparait de leurs navires, les marines avait vraiment foiré niveau orientation sur ce coups là. En quelques minutes les revoilà sur le navire de l'équipage, la rouquine était extrêmement contente de retrouver ce pont après ces quelques jours de vagabondage. A leur arrivé ils furent grandement accueillis par le reste de l'équipage que ce soit pour leur retour ou la nature extra-ordinaire de ce retour. Tous le monde était bouche-bé face aux ailes du voyeur. Inutile de dire que notre héroïne une fois sur terre, croisa les bras et se mit à bouder machinalement, manifestement jalouse de la nouvelle popularité du pouvoir de Ryuuku. Ce dernier se retourna d'ailleurs pour demander à Lin ce qu'elle en pensait. Et bien sur la commandante répondit avec toute sa mauvaise foi.

- Mouai pas mal... fait gaffe, les chats mangent les oiseaux....

Attention ça c'était de la menace ! Alalala valait mieux la laisser, d'ici quelque jours ça lui passera surement, le temps de s'habituer. M'enfin, les Sea Wolfs étaient de retours sur le devant de la scène désormais après ce petit contre temps que fut le labyrinthe ! Le cuistot parti rejoindre Toji qui voulait apparemment lui dire deux mots alors que la charpentière repartie dans sa cabine histoire de se reposer un petit peu.
http://www.onepiece-requiem.net/t483-ayzami-lin-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t523-fiche-de-ayzami-lin
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1