AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


La douleur d'un jugement

avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 25 Aoû 2011 - 11:53



« Silence dans la salle ! »

Tonk Tonk Tonk ! Le bruit sec du bois qu'on frappe avec force résonne dans une multitude d'échos, emplissant les moindres recoins de la gigantesque salle de jugement de Enies Lobby. Il faut bien dire que l'architecte a probablement calculé son coup pour que le moindre chuchotement de la part du Juge prenne des proportions dramatiques. Alors de violents coups de bec, je vous dis pas... Des coups de bec ? Ben oui, rien de plus évident lorsque le Juge suprême de la cour de justice arborent le faciès coloré mais au combien déstabilisant d'un toucan géant. Cependant, ne vous y méprenez pas, sous ses airs d'oiseau bigarré l'homme est d'une intransigeance extrême. Nombreux sont les pirates ayant vu leur peine doublée voir triplée pour un mot en trop lors de l'audition. Justice intransigeante et sans pitié. L'homme fait son travail avec zèle et il le fait bien. Ce n'est pas le meilleur juge des mers pour rien.

C'est donc tout naturellement que le silence se fait aussitôt, laissant alors entendre les pleurs pathétiques d'un dernier forban à avoir été condamné au premier enfer d'Impel down. Le pauvre bougre est ainsi évacué de la salle trainé par les deux bras, laissant le reste des condamnés en attente dans une ambiance lugubre.

« Dossier suivant ! Faites avancer l'accusée ! »


Deux colosses de la marine -plus terreurs que gueules d'amour- saisissent alors les bras de la femme qui est en face d'eux, avant de la porter sans ménagement jusqu'au banc des accusés où elle sera posée brutalement. Encadrée par la demi escadre de gardes de tout poil présent dans le tribunal et menottée de granit marin, cette femme semble mal partie. Le regard désapprobateur que lui lance le juge après une lecture rapide de son dossier n'augure d'ailleurs rien de bon...

« Accusée, déclinez votre identité ! »


Spoiler:
 
avatar
Shippû Kurushimi


Feuille de personnage
Dorikis: 3450
Popularité: -206
Intégrité: -176

Jeu 25 Aoû 2011 - 16:57

Je grimaçais en regardant autour de moi. Mon corps meurtri était douloureux. Malgré les soins que l’on m’avait prodigués, les blessures n’avaient pas disparu. J’étais attaché attendant mon jugement et pour la première fois de ma vie, je ne pouvais pas utiliser mon fruit du démon. Je ne parlais pas, je ne me plaignais pas, tout le contraire des autres prisonniers qui murmurer et qui semblait avoir peur. Je repris un visage impassible, comme si rien ne se passer. Les blessures les plus graves que je possédais venaient de la balle que Roy m’avait tirée. Ainsi que la brûlure qui s’étalait au niveau de ma hanche droite et dans mon dos. Les deux me faisaient encore souffrir.

Je ne suivais pas ce qui se passait dans la salle, étant menotté et neutralisée, je ne représentais pas un danger pour les autres et personne ne faisait véritablement attention à moi. Deux hommes me saisirent brusquement par les bras et me soulevèrent. Un flash de souffrance apparut dans mon cerveau, rien n’apparut sur mon visage. L’arrivée fut elle aussi brutale. Poser maintenant sur un banc de bois, je regarder celui qui venait de me parler. Le juge, celui qui allait décider de mon avenir. C’est fou la tête stupide qu’il possède d’ailleurs.

-Shippû Kurushimi.

Je n’en dis pas plus, un peu plus tôt j’avais vu des prisonniers avoir leur peine augmenter pour avoir trop parlé et je devais dire que ce que je voulais. C’était retrouver l’air libre. Pouvoir bouger comme je le voulais. Dans ce genre d’endroit, l’espoir n’est rien, il est inutile. Je savais que si on tenter de m’emmener en prison, je tenterais de m’échapper. Cela était inévitable et intérieurement j’étais prêt. Après tout, la mort et parfois préférable.
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 25 Aoû 2011 - 22:04



"Shippû Kurushimi."


Sans relâcher l'air sévère qu'il arborait alors, le juge Couak passa rapidement de la fine liasse de feuille qu'il tennait dans les mains, au visage du pirate tandis qu'il ouvrait enfin la bouche. Une réponse sobre, claire, exemplaire en somme. De quoi satisfaire l'impitoyable homme de loi qu'il était. Quoique, cette façon de vouloir rester stoïque dans la douleur... Serait-ce un défi à la toute puissance de la marine ? Si cette vermine des mers veut jouer les fortes tête elle va vite comprendre à qui elle a affaire.

« Shippû Kurushimi, vous êtes présente en ce tribunal à ce jours, pour répondre à de multiples chefs d'inculpation, dont celui de piraterie. Bien que court, votre dossier semble vouloir rivaliser de cruauté et de sadisme. Les actes que j'ai sous les yeux ne sont pas ceux d'une femme, mais bien ceux d'une bête enragée ! Savez vous ce que je fais aux bêtes enragées Mlle Kurushimi ?... »

Tout en posant sa question, le juge se pencha un peu en avant, nuançant sa voix entre le dégout et la cruauté affichée. Après une courte seconde de tension, il reprit la parole sans même attendre de réponse.

« Si ca ne tenait qu'à moi, vous seriez abattu comme le loup que vous êtes ! Un danger pour la population de moins sur nos océan, voilà qui comblerait le cœur de nos citoyens en recherche de paix. Nous savons entre autre de source sûr ce que vous avez fait à bord du Baratie. Vos mises en scène macabres ne méritent même pas l'enfer de la prison selon moi ! »

Tout en proférant ses accusations, le juge semblait rapidement se faire transporter par une rage sans fond, tant les actes qu'il a sous les yeux lui sont insupportables. Tant d'innocents tués, massacrés, torturés... Tant de marines, braves pères de famille tués... Ce pirate était de la pire espèce, de celle qui semblait n'accorder aucune valeur à la vie des autres. Un instant, le sort de la pirate sembla réglé pour tout l'auditoire, la femme n'arriverait jamais vivante à Impel Down. Certains en frémirent eux-même, de peur de devoir partager son destin funeste. Mais alors que tout semblait joué, le Juge se calma et repris la parole, cette fois avec une pointe d'amertume dans la voix.

« Cependant... Certains membres de l'amirauté ne semblent pas totalement partager mon point de vue. Selon les rapports, certains experts semblent croire que vos talents pourraient être utilisés afin de combattre la vermine dont vous faite partie. Bien qu'il soit probable vous mourriez dans un laps de temps relativement court, nous vous accordons une dernière chance de sauver votre âme et votre corps. »




« Kurushimi Shippû, seriez vous prête à risquez votre vie pour combattre au nom du gouvernement et de sa loi ? »

Bien que lourde de sens et malgré des conditions mal définies, la question voulait une réponse claire. Le Juge ne saurait probablement pas tolérer la moindre trace d'hésitation. Tout pouvait être utiliser comme un signe de refus... et donc suivie d'une condamnation aussi rapide que funeste. Le regard en biais du toucan se fit de plus en plus perçant.

avatar
Shippû Kurushimi


Feuille de personnage
Dorikis: 3450
Popularité: -206
Intégrité: -176

Jeu 25 Aoû 2011 - 23:11

Il parlait. Ce qu’il disait m’importait peu, néanmoins, je gardais une oreille attentive afin de connaître mon sort. Son discours me laissa deviner que ce serait sans doute la mort ou la prison. L’enfer dans le deuxième cas. C’est fou ce que je déteste être enfermé. Ça me donne envie de tout détruire. Gardant un visage impassible je regarder le juge. Il était sérieux et avait l’air dégoûté parce que j’avais fait. Pourtant j’y avais pris tellement de plaisir. Je pensais que ce que j’avais fait aurait réjoui tout le monde, mais apparemment je me trompé. Tanpis. Je me retins de sourire en pensant au baratie. Je m’étais tellement amusé ce jour-là. La tension montée. Imperceptiblement je tirais sur mes menottes tournant mes poignets. Je savais que je ne pouvais pas me libérer néanmoins je parvins à m’entailler légèrement. La douce souffrance due à cette entaille me calma immédiatement, le sang coula légèrement tachant mes vêtements. La suite de son discours m’étonna. Je ne savais pas ce que c’était l’amirauté néanmoins, il s’agissait sans aucun doute de personne importante. Et la proposition qui s’ensuivit me stupéfia. Moi qui m’attendais à être tué enfermer, on m’offrait la possibilité de mourir en me battant. Un semblant de sourire apparut et je répondis avec quelques secondes de retard sans une once d’hésitation.

-Oui.

Réponse simple et directe, j’avais du mal à l’avouer, mais d’un côté j’étais soulagé. J’aime le soleil et mourir au soleil et largement préférable que la prison. Après tout, tout le monde a une faiblesse et je venais de découvrir la mienne. L’enfermement.
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mar 30 Aoû 2011 - 23:30


Oui.

Le réponse était là aussi très claire. Le femme venait de mettre les deux pieds dans un plat, qui espérons le, ne serait pas trop profond pour elle. Au son de cette collaboration, l'ensemble des pirates présents émirent une vague de murmures désapprobateurs. Comment pouvait-elle vendre son âme à la marine ?! Elle venait de bafouer devant leurs yeux toute la fierté d'être un pirate, quitte à mourir pour la liberté que ce mot représentait. Kurushimi, ce nom venait de prendre une tournure d'ignominie pour l'ensemble des forbans présents.

Tok Tok Tok ! Le bec du juge rappela au calme l'ensemble des futurs condamnés, son regard inquisiteur suffisant alors à les faire taire instantanément. Nombre d'entre eux allaient subir le prix fort de cet élan d'émotion. Une fois le silence revenu dans le hall de justice, le juge Couak se re-pencha sur le cas de Shippû. Derrière son faciès coloré se cachait une pointe de sadisme. Quelque chose lui faisait visiblement plaisir.

« Bien. Puisque nous sommes d'accord sur ce point, je vous présente au Colonel Rayken. »


Tandis que le juge l'annonçait, une silhouette massive en armure complète apparu derrière lui, sortant de l'ombre du magistrat. Instantanément, une centaine de déglutitions forcées accompagna la vague de peur qui embrasa les condamnés. Massif et inquiétant, l'homme armuré semblait projeter par vagues successives une terrible aura d'inflexibilité. D'une démarche lente mais régulière il se dirigea vers la demoiselle, avant de se tenir juste à ses côtés. Au traver des ténèbres de la fente de son heaume, Shippû pouvait sentir tout le poids d'un regard empli de haine et de dégout. Puis, sans une once d'hésitation, l'officier sortit de son manteau une courte mais épaisse matraque, qu'il abattit de toutes ses forces ! La trique s'enfonça profondément dans les côtes de la pirate, lui en fêlant quelques unes à l'occasion. A peine avait elle réalisé sa douleur que le même coup lui violenta la nuque avec la même force ! Par les enfers, quelle vigueur dans ses coups !



« Ahahaha ! Comme vous pouvez le voir, Le colonel Rayken partage mon point de vue sur les monstres de votre genre. Il fera ainsi le compagnon idéal pour votre rédemption.»

Après avoir clarifié à sa manière les sentiments qu'il éprouvait pour la pirate, l'officier se redirigea calmement devant le magistrat, où il se stationna en position de repos. Pas un son n'était sorti de son casque, et pourtant son attitude était des plus éloquentes. Jamais Shippû n'allait entendre le son de sa voix...

«Maintenant que les bases sont posés, je vais vous expliquez à quoi va se résumer les dernières années de votre sinistre vie. Vous allez -sous la direction et la surveillance du colonel Rayken ici présent- rejoindre les blues où la révolution prend de plus en plus d'ampleur. Là-bas vous mettrez fin aux agissements de ces rebelles, avec toute la rage dont vous êtes capable. Cependant, le colonel veillera que -si un seul innocent est blessé- vous soyez enfermée et oubliée jusqu'à la fin des temps. Nous sommes nous bien compris Mlle Kurushimi ?»

Spoiler:
 
avatar
Shippû Kurushimi


Feuille de personnage
Dorikis: 3450
Popularité: -206
Intégrité: -176

Mer 31 Aoû 2011 - 0:13

Je venais de mettre les deux pieds dans la merde. Ça, je le savais. Ce que je savais aussi c’était que ça ne plaisait pas aux pirates dans la salle. J’entendais leur murmure désapprobateur et je devais avouer que je m’en fichais. Je ne me considérais pas vraiment comme pirate. Je fais ce que je veux, quand je veux, ou je veux. Du moins c’était avant. Pour le moment, je me doutais bien que mon système de liberté allez être contrarié. Je regardais le colonel pénétrer dans la salle. Ou plus tôt l’énorme armure ambulante qui avancer vers moi. Il ne m’aimait pas, sans me connaître, il me détestait déjà. Comme la plupart des gens en ce monde. Je n’avais pas d’amis, je n’en ai toujours pas et cela ne changerait pas. Certaine personne on le don de trouver l’amour, moi, j’ai le don de me faire détesté, et avec raison. Une matraque apparue, petite, mais toujours dangereuse. Sans pouvoir réagir, je la vis se diriger vers moi. Elle frappa mes côtes. Par réflexe je me pliais en deux en grimaçant. Non, par défis je ne pousserais pas, un seul crie. Oui, j’avais beau accepté de les suivre, sa ne voulez ne pas dire que j’allais obéir au doigt et à l’ œil. La douleur afflua rapidement dans mon corps, un deuxième coup me cueillit à la nuque, ma vision se troubla, du sang coula sur mon menton.

Je me redressais un rictus sur le visage. Je ne voyais pas bien, mais c’était sans importance. Je sentais que j’allais en baver néanmoins, ce serait à l’air libre. La sentence était précaire, au moindre faux pas je serais enfermé. Je bougeais lentement la tête et mon cou craqua bruyamment.

-Oui.

Réponse simple, de toute façon j’étais déjà dans la merde, un peu plus ou un peu moins ne changeait rien. Je devrais me débrouiller avec ça. Après tout, un homme reste un homme, il est toujours possible de l’éliminer. Que ce soit moi ou un autre, cela ne posera pas de problème. Tout était fini, je fermais les yeux pendant que l’on m’emmenait à l’extérieur laissant la place au prochain condamné qui n’aurait sans doute pas cette chance.
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1