AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


L'apparition des poings tranchants

avatar
Rain Maniko
•• Vice Lieutenant ••

♦ Localisation : Là ======x
♦ Équipage : Rhino Strom

Feuille de personnage
Dorikis: 1945
Popularité: +141
Intégrité: 59

Jeu 15 Sep 2011 - 22:51

Le soleil se réverbérait sur la lame effilée du Ha no gen’kotsu. Rain passa son doigt sur le fil et sentit qu’elle tranchait toujours, malgré les nombreuses aventures qu’elles avaient vécues. Du crane de pirate au ventre de corsaire, elles avaient toujours répondues présentes lorsqu’il avait eu besoin de faire mordre la poussière à ceux qui se croient au dessus des lois. Il se souvint de l’époque où il s’en était servit la toute première fois. Il venait alors de s’engager dans la Marine. Ca remonte à ... six ans déjà, c’est fou comme le temps passe.

OOOooo...

L’île de Tanuki était célèbre pour sa base de Marine. La 412eme division s’y était installée depuis longtemps et la population marine représentait presque 20% de la population. Le jeune Rain venait tout juste d’y être muté et s’investissait à fond dans sa carrière. C’était un simple mousse, un « bizu » comme on les appelait, lui et ses camarades. Le travail était pénible et aucunement stimulant. On s’engage dans la Marine pour aller exploser des pirates, défoncer les salauds et faire régner la justice et la sécurité sur le monde. Pas pour passer la serpillère dans les vestiaires, merde ! Il grommelait dans sa barbe en essorant la sueur et la crasse de ses supérieurs hiérarchiques lorsqu’il se jura de tout faire pour monter d’au moins un échelon le plus vite possible.


-Si j’arrivais à monter ne serait-ce qu’un petit peu, je pourrais au moins avoir une occasion de montrer ma valeur en faisant des petits boulots, des services. Comment pourrais-je évoluer en faisant le ménage ?!

Enervé, il lança son balai à travers la pièce et frappa contre le mur pour se défouler. Un son sinistre retentit à l’instant où une violente douleur se fit ressentir dans son index. Il pesta en se tenant la main. La violence du coup et la souffrance ressentit le firent redescendre juste avant qu’il se mette dans une rage folle. Il se sentit humilié et stupide. En ramassant les saletés qu’il venait de faire, il se jura de devenir plus fort des mousses, pour s’assurer d’être celui qui serait promu au rang de matelot 2eme classe. L’épreuve était simple, il fallait savoir se battre, être en mesure de faire tomber quelques saligauds à terre lors d’un débarquement de forces marines. Et pour ça, il devait apprendre à combattre. Et vite !

La ville était très bruyante et vivante, les gens se promenaient souvent, même s’ils n’avaient pas d’objectif particulier. Le simple fait de se trouver au milieu des gens chaleureux était une expérience agréable en soi. Des échoppes s’élevaient des « ELLES SONT BELLES MES SALADES !! » très sonores et des « TOUT A MOITIE PRIX !!! » qui faisaient vibrer les murs des maisons environnantes. L’ambiance était agréable mais Rain n’avait pas la tête à ça. Il était à la recherche d’un dojo où on pourrait lui apprendre à se battre efficacement. Il avait trouvé plusieurs soi-disant expert en arts martiaux, mais le matelot savait repérer un escroc quand il en voyait un et désespérait de trouver un dojo qui ne soit pas un attrape-couillon.


-Oh et puis merde, je vais m’en jeter un au prochain bar, ça, c’est une valeur sûre ! On verra après pour le sensei.

D’un pas revigoré par la perspective d’une bonne chope de rhum, il bifurqua à l’angle de la rue. Il aperçut le pub qu’il convoitait et accéléra la cadence lorsqu’il vit une petite ruelle d’où dépassait une enseigne avec deux poings croisés. Intrigué, il s’engagea dans ce qu’on ne pourrait même pas se permettre d’appeler une rue. Rain du progresser à moitié de profil tant la largeur était exigüe, c’est dire ! Il arriva devant la petite porte de bois et entra sans frapper. Ce n’était pas par manque de politesse, mais le délabrement de la bâtisse lui avait fait penser que le lieu était abandonné. La salle était vaste et plongée dans la pénombre et le silence. Rain allait faire un pas lorsqu’un petit vieux sortit de l’obscurité, sans un bruit, le faisant sursauter. Il était apparu avec tant de discrétion que le marin avait l’impression qu’il n’avait pas fait le moindre mouvement. C’était... flippant !

-Bienvenu au dojo de Dragon Soul. C’est pour une leçon ?

Décontenancé par la voix fluette du vieil homme à longue moustache, Rain ne savait plus ce qu’il faisait là.

-Hein ? Euh..ben oui, je crois.

La seconde d’après, le petit déjeuner que le scientifique avait avalé se retrouvait sur le parquet. Le coup de poing que le petit homme venait de lui infliger avait été fulgurant et d’une puissance impressionnante par rapport à la physionomie du vieillard.

-Première leçon, ne jamais baisser sa garde.


Les années avaient passé et Rain était devenu très fort au maniement du Dragon Soul. Il avait été promu matelot sans difficulté et même caporal. C’était un grand honneur pour lui et il savait qu’il devait tout cela à son sensei, sans qui il serait encore en train de récurer le carrelage. Mais ses nouvelles responsabilités ne lui laissait guère de temps libre et son apprentissage en avait été fortement ralentit ces temps-ci. Il allait se rendre une dernière fois pour saluer son maître et le remercier. Il ne pourrait plus suivre l’entraînement désormais. Le petit vieux était assis en position du lotus, au milieu de la salle. Depuis le début de son apprentissage, il n’avait jamais réussi à savoir son nom. Non pas que celui-ci refuse de lui dire, mais il n’avait jamais trouvé le courage de le lui demander. Même si Rain était désormais plus fort que son maître, il était toujours très impressionné par celui qui lui avait tout appris.

-Sensei. Je voulais vous remercier pour tout votre enseignement et votre sagesse. Mais le devoir m’appelle, je ne pourrais plus venir.
-Mon petit, tu as beaucoup appris déjà, et je ne pense pas que je pourrais t’aider plus désormais de toute façon. Tu t’amélioreras avec l’expérience du combat, c’est la meilleure des écoles. Mais je dois te révéler le secret de l’école avant que tu ne partes.

Il se leva lentement et marcha vers le fond de la salle en se tenant le bas du dos. Le vieil âge... Il ouvrit un coffre dans le coin, qui était d’ailleurs la seule chose présente dans la pièce, à l’exception du tatami. Rain s’était toujours demandé ce qu’il contenait, depuis le premier jour jusqu’à maintenant. Le sensei en sortit un tube contenant un très ancien parchemin. Le marin le prit dans ses mains avec respect et observa le dessin qui y était tracé à l’encre de Chine. Cela représentait deux grands dragons qui se croisaient. Il dut y regarder à deux fois avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’une arme. Le dos du dragon était en fait le fil d’une lame et les pattes étaient placées de façon à former des encoches pour les doigts.

-Ces armes, mon petit, sont les véritables secrets de la technique de Dragon Soul, les Dragon Twins. Elles permettent à son utilisateur d’atteindre une puissance extraordinaire. Le maniement est le même que les mouvements que je t’ai appris, les lames ne seront alors que le prolongement de tes bras. Cette arme légendaire a versé beaucoup d’encre. Les rumeurs racontent qu’elles peuvent lancer des flammes et exprimer la fureur du dragon. Amusant, hein ? En vérité, elles renferment un mécanisme secret, qui permet d’y insérer un liquide inflammable. Ou explosif. Ou empoisonné. Tu pourrais donner libre cours à ton imagination.

Rain avait les yeux écarquillés et se sentait soulevé par une liesse sans précédent. Une arme de cette envergure, entre ses mains ? C’était irréel ! Il deviendrait un combattant bien plus important, peut-être même un marine réputé. Fermant la bouche qu’il avait laissée ouverte depuis dix bonnes minutes, il lança un regard interrogateur à son mentor qui effaça son sourire, l’air désolé.

-Désolé, n’ai pas de faux espoirs, cette arme n’est pas en ma possession, elle ne l’a jamais été. Personne ne sait où elle se trouve, elle a existé, c’est la seule chose de sure. Va, parcours les mers, peut-être la trouveras-tu un jour sur ton chemin. De toute façon, toi seul, mon unique disciple, héritier de la technique du Dragon Soul, saurais t’en servir.
-Puisse le ciel vous entendre Maître. Adieu.

Ce n’est pas sans une larme dans l’œil que Rain tourna les talons et sortit.

Une fois rentré à la base de la Marine, il se rua à l’atelier et se lança dans la construction de ce qui deviendrait son arme de prédilection. Certes, son petit bricolage n’avait pas la moindre commune mesure avec le véritable Dragon Twins, mais tout de même, cela augmenterait considérablement sa puissance de frappe. Il ne deviendrait pas un marine de légende avec ça, mais sergent, certainement. Il lui suffisait de mettre la main sur quelques pirates ayant une certaine prime. En tout cas, il était bien déterminé à utiliser ces armes, ses Ha no Gen’kotsu, pour faire honneur au Dragon Soul et à son sensei.

OOOooo...

Avec un brin de nostalgie, il serra le poing pour les refermer sur sa poignée métallique. Il chassa ses pensées et un sourire se dessina sur ses lèvres. Une étincelle passa dans ses yeux et il se mit en route.


-Allez, on va utiliser ces beautés une fois de plus. Elles ont soif de sang !

Page 1 sur 1