AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[FB 1604]L'histoire du chapeau qui tue [FINI]

Invité
Invité


Mer 28 Sep 2011 - 19:16

L’agent Red se dirigeait d’un pas rapide et indéniablement joyeux vers la cafet du Cypher Pol. Il venait de rentrer d’une mission dont la facilité n’avait d’égal que la maestria avec laquelle il l’avait accompli. Une fois de plus il avait fait parler de lui. Et il était sur qu’en haut lieu on ne tarderait pas à l’accepter parmi les plus gradés des agents…
Bref il avait bien mérité une petite pause, et la cafet et son cortège de jeunes agents facile à impressionner était parfait pour se faire un peu reluire l'ego.

-Alors Red, il parait que tu t’es encore fait remarquer ? C’est la classe…
-Salut Red, content de te voir, hé, tu veux t’asseoir ici ?
-Hé Red, je t’offre un verre si tu nous racontes tout !

(…)

-Et la, j’étais tout seul dans l’auberge en ruine. En face de moi, Rosco le rouge, le terrible pirate. Autour de nous, planqués derrière des tables et des bancs renversés, dix de ses hommes qui me visaient avec leurs flingues et leurs fusils…
-whoah (murmures admiratif)
-Alors je lui ai dit, si t’as besoin de tes hommes pour me régler mon compte, alors t’es pas le pirate qu’on m’a décrit… Et j’ai craché par terre… ça a fait ni une ni deux, il a dit à ses hommes de ne pas bouger et il est venu vers moi pour me démolir. Alors j’ai ôté mon chapeau (illustrant son histoire Red saute d’un bond sur la table de la cafet, et regardant fixement un ennemi imaginaire il ôte lentement son chapeau) et j’ai fait mine de le jeter... Comme ça…
Red jette son chapeau qui entame un vaste cercle dans la cafétéria, ses bords coupants tranchants comme par mégarde les dix plantes synthétiques qui servent à la déco…
-Il s’est jeté sur moi comme une bête et on s’est échangé pain sur pain (Red, faisant tanguer dangereusement la table mime un furieux combat de boxe qui se termine sur un uppercut ravageur...) Et le vla qui s’écrase dans le comptoir, la gueule ravagée façon steak tartare et qui gueule à ses hommes BUTEZ MOI CE SALAUD ! … (Red rattrape d’un geste d’expert le chapeau qui vient de finir son tour de salle et s’arrête …)
-Et ensuite ? Il s’est passé quoi ensuite ?
-Ensuite ? Regardez autour de vous les mecs !
L’assemblée se retourne et contemple avec stupeur les plantes vertes décapités, et une compréhension mêlée de respect apparait sur les visages…
-Ses hommes, ils étaient déjà morts ! (Et d’un geste longuement répété, Red fait tourner son chapeau pour en faire étinceler les bords métalliques avant de le recoller sur sa tête..)

Un cri de rage interrompt les déclarations d’admiration des agents.
-Mais putain c’est quoi ce bordel ?
La tête à moitié coincée dans le passe plat reliant cafet et cuisine, Dédé, le cuistot du Cypher Pol vient de capter le carnage…
-Qui est le taré qui à fait ça à mes plantes ?

Autour de l’agent Red un mur humain se dresse immédiatement. Et, solidarité entres agents oblige on se ligue illico contre le personnel, on se moque du cuistot, on l’invite à tenter de passer par le passe plat pour venir choper le coupable… Un type plus couillu que les autres tire un bout de pain, et bientôt une pluie de bouffe s’abat sur la zone de démarcation, saluant la retraite du cuistot, pendant qu’on se met à brailler la classique chanson de victoire,
-Les cuistots c’est de la racaille… Des empoisonneurs, des brigands…

Un beuglement apocalyptique retentit en cuisine, rétablissant instantanément le calme dans la cafet. Et l’instant suivant, Dédé, (ancien agent du Cypher, puissance brute 1600 dorikis, et possesseur d’un puissant fruit du démon, le Kiri kiri No mi, le logia du fromage) péte un câble.
Dédé, cuistot du Cypher Pol:
Spoiler:
 

-J’VA VOUS APPRENDRE A RESPECTER LA BOUFFE MOI !!

Et comme jaillit d’une pompe haute pression, quinze tonnes de fromage fondu surgissent par les trois passe plats et se répandent dans la cafet comme une coulée de boue dévastatrice. Embarquant les gens et les éléments de décor. Quelques inconscients saisissent cuillers et bouts de pain et se ruent à l’assaut de la marée de fromage. Les autres, agent Red en tête se précipitent en désordre vers la sortie…
Cinq minutes plus tard la cafet n’est plus qu’une vaste mare de fromage durci ou surnagent quelques chaises et des débris de cuisine divers. Dans un coin de la salle, une quinzaine d’agent sont coincés dans le fromage comme de grosses mouches dans une toile.
Au milieu de la salle une grosse boursouflure apparait sur le fromage, prenant peu à peu la forme d’une tête gargantuesque à l’air passablement énervée.

-ET MAINTENANT VOUS ALLEZ TOUT RANGER ! Ou bien je vous bouffe ! MWOUAHAHAHA

(…)


Pendant ce temps, à l’extérieur, parmi les survivants de la cafet.
-Hé Red, quand méme, ton chapeau est vraiment énorme …
-Ouais je suis d’accord, ou est ce que tu l’as trouvé ?
-Et surtout ou est ce que t’a appris à le lancer comme ça ?
-Ou est ce que j’ai appris ? ça c’est une vieille histoire les gars… Sacrément vieille ouais, celle de mon premier naufrage.
-Raconte Red, raconte…

(…)

La première chose que voit Red c’est une paire de pieds dans du sable… Une paire de pieds nus juste sous son nez… Il fait vaguement le point, arrive à lever la tête sur une paire de jambes nues aussi… Arrive à monter un peu plus haut, tiens ? Le type est un homme…Puis Red replonge dans le sable…
Il a l’impression d’être complètement desséché, un peu comme un de ces trucs séchés, des harengs. Il est allongé la, sur une plage, en plein soleil, la bouche pâteuse à cause du sel et du sable qu’il a avalé. Mal au crane, incapable de bouger. Et avec ce type à poil qui le regarde…
Au bout d’un temps qui lui semble horriblement long, le type le saisit par les aisselles et le traine jusqu'à l’ombre. Il lui vire ses fringues trempés de sel, lui colle un linge humide sur la gueule et lui file un peu d’eau à boire. A poil, mais sympa le mec.
Quand il reprend conscience une poignée d’heures ou de jours plus tard, Red s’aperçoit que finalement le mec n’est pas si à poil que ça. Il a un cache sexe en bambou un peu craignos. Un chapeau avec des feuilles et un chouette os dans le nez…Et plein de colliers avec des petits os et des perles partout.
Et comme tout le monde dans son village est habillé comme ça, ben, ça ne choque pas trop.
Red est un jeune ado en pleine forme alors il se remet vite du naufrage, de la déshydratation et des coups de soleil laissé par son errance en mer. Il apprend rapidement à baragouiner assez pour se faire comprendre par les sympathiques indigènes qui l’ont recueilli.
Au bout de quelques jours il peut sortir prendre l’air devant la case. Au bout d’une semaine il peut se balader partout avec les mômes du coin. Et une fois le tour de l’ile terminé il doit se rendre à l’évidence. A part la tribu qui l’a recueilli le coin est désert. Et ils n’ont vu personne passer depuis un sacré bout de temps.
Alors Red s’acclimate et essaye de se rendre utile, ce qui vu son savoir faire en matière de survie en milieu naturel le place directement avec les enfants les plus jeunes. Il apprend à traquer le crabe, piéger des petits animaux, différencier les plantes comestibles des autres. Et il découvre l’arme de base du chasseur local. Le bâton tueur. Une arme de jet à l'allure simple mais pourtant d’une effroyable complexité. Un bout de bois taillé qui, correctement lancé frappe sa cible et revient dans les mains du tireur. Et qui mal lancé ne touche rien et revient dans la tête. Ils en ont plein. Avec deux pales pour voler haut, avec trois pour voler vite, en forme de rond aiguisé pour trancher, ou alourdi pour assommer. Fasciné par l’engin Red s’entraine à mort, et devient en quelques mois un vrai expert du bâton tueur… Nettement moins bon que les locaux, mais balaize quand même.
Et quand quasiment un an plus tard un bateau marchand complément perdu s’arrête dans le coin pour faire le plein d’eau, Red fait ses adieux à ses nouveaux copains et monte à bord. Sans oublier d’emmener avec lui l’os qu’on ne lui a finalement pas mis dans le nez, et un exemplaire de bâton tueur fabriqué de ses mains…

(…)

Chez un artisan sur les Blues, presque trois ans plus tard…

-Ouais le chapeau est parfait j’aime beaucoup, maintenant il faudrait intégrer ça la dedans..
-Un disque de fer ? Vous voulez que j’intègre un disque de fer dans votre chapeau ?
-Oui tout à fait, en fait le mieux ce serait de l’installer discrètement dans la visière, par ici vous voyez ? Possible ?
-Euh je suppose oui, mais pour vous protéger, il serait plus judicieux de placer le métal, à l’intérieur…
-Ah bien sur… Mais ce n’est pas pour me protéger, en fait c’est pour le lancer… J’aiguise ici et paf je lance et je tranche des trucs …
-Mais ça ne marchera jamais.
-Écoutez le client c’est moi. Vous faites la fabrication, et moi je m’occupe de le faire fonctionner d’accord. ?
-Oui vous avez raison, je m’en occupe, vous l’aurez dés demain…

Page 1 sur 1