AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

[Quête des Guns] Pillage, massacre, et autre petits jeux innocents

Aller à la page : Précédent  1, 2
Timuthé N. Tempiesta
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Mar 21 Déc 2010 - 11:22

Rappel du premier message :

5km de marche, 9 pauses pipis et 3 lapins éclatés. Tel était le palmarès de Unwin Vail et Timuthé N. Tempiesta en arrivant à la ville de Manshom. Il avaient en effet posé le Big Bang Joe dans une crique à l'extérieur de la ville, mesure de précaution nécessaire si leur opération se déroulait comme prévue dans l'un des 12 plans de TnT. Et oui, malgré son imagination débordante, et son intellect supra-normal, le jeune homme avait été incapable de prévoir un plan qui ne se terminerait pas avec une quinzaine d'explosions, une dizaine de mort et une fuite précipité de la part des Gun and Gun's. Que voulez-vous, on ne se refait pas...

En attendant, ce genre de précautions nécessitait du matériel, et devinez qui devait se taper le transport de l'importante quantité de jouets explosifs de toutes sortes, des feux d'artifices fais sur mesure, et des deux poupées à l'effigie de Unwin et Tim? Et oui, c'était notre ancien mafieux, qui rouspétait intérieurement sur le fait qu'ils n'étaient que deux dans l'équipage. Bien évidemment, le fait que 95% du matériel explosif contenu dans le sac était destiné à son utilisation à lui n'entrait absolument pas dans ses considérations, ça lui aurait prouvé qu'il avait tord.

Cela dit, ses réflexions furent vite interrompues. Alors qu'il apercevait au loin les portes de la ville, Tempiesta se rendit compte que porter un truc lourd sous le soleil, c'était ultra-viril et un excellent moyen de frimer devant le capitaine. Il se redressa d'un coup, mis la capuche de la grande cape qu'Unwin avait tenu qu'il porte, puis partit à fond de cale jusqu'à la porte, laissant en plan son capitaine...

Bon le soucis de courir trop vite, c'est que c'est très dur de s'arrêter, comme le découvrit malgré elle la petite vieille que TnT percuta malencontreusement. Bien sur, cela fit qu'une importante quantité de petits canard très mignon s'éparpillèrent partout sur le sol. Heureusement qu'Unwin était encore loin, sinon il y avait fort à parier que l'existence du garçon aurait connut ce qu'on appel une fin anticipée. Sans même faire attention aux trois marines qui s'approchaient de lui, Tim rangea le plus vite possible ses divers jouets, et en se jurant d'égorger la mamie qui hurlait au viol. Franchement, une petite vieille, ça savait pas se défendre, et en plus c'était moche, il n'y avait aucun gain à la violer, ça aurait même pas été viril.

Dès que tout fut ranger, notre jeune ami remarqua un homme en costume parler aux trois marines juste à côté de lui, mentionnant le fait qu'il était marchant de jouets, et que TnT n'était qu'un commis un peu empoté. Quelques billets changèrent de main, puis les marines s'éloignèrent avec la mamie qui piaillait toujours. Et oui, la vieille était accusée de trouble de l'ordre publique. Comme quoi, c'était beau quand même la corruption.

Alors TNT, tu te remets dans les affaires?

Et oui, l'homme mystérieux en costume était un ancien ami du poseur de bombe, du temps où il travaillait pour "la famille". Le poseur de bombe sus-nommé, se leva et salua brièvement son ancien camarade avant de regarder dans la direction de son capitaine. Inconsciemment, il baissa la voix pour répondre. Même s'il était d'une loyauté sans faille, et qu'il avait une parfaite confiance en son capitaine, il ne pouvait s'empêcher de parler doucement à ses anciens camarades qui régnaient sur la pègre de North Blue.

Je ne les ai jamais quitté... Dis au Don et aux autres qu'il va y avoir de l'ambiance d'ici peu, et ne touchez pas à mon équipage!

Après un bref salut, le mafieux s'éloigna vers la ville, tandis que Timuthé se tournait vers son capitaine, en remettant la capuche de son manteau. Curieuse idée que se camouflé lorsqu'on est totalement inconnu, mais bon, fallait avouer, c'était classe et viril.

Silencieusement, et après s'être assurer que le capitaine était avec lui, TNT franchit les portes. Il espérait que son patron ne lui poserait pas de question sur la petite discussion avec le mafieux, même si, bien sur, il ne se faisait pas des masses d'illusions sur ce point.

Une fois dans la ville, ils découvrirent une masse compacte de personnes, provenant de très nombreuses régions. Si cela continuait ainsi, faire une diversion là-dedans serait un jeu d'enfant. Mais avant tout, il fallait récupérer le matériel. Timuthé se tourna vers son boss, attendant des instructions sur leur destination, les docks, pour la barque, ou le marché, pour le chariot...


Opération horloge :
Entrer dans la ville : réussite

Passer inaperçu : échec total

Prise de contact avec des agents de la mafia sur place enclenchée, possible utilité pour l'avenir.
Unwin Vail
Unwin Vail

♦ Localisation : Sur le Big Bang Joe
♦ Équipage : Gun and Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 2013
Popularité: -157
Intégrité: -284

Sam 29 Jan 2011 - 22:09

Si Unwin avait eu un sens de l'humour, il aurait probablement éclaté de rire. D'un autre côté, fallait avouer qu'il y avait de quoi. Vous en connaissez beaucoup, vous, des gens qui, sous la menace d'une arme, mettent des conditions sur le fait de rejoindre un équipage pirate ? Ouais, on est d'accord hein. Ainsi, comme Unwin n'était pourvu d'aucun humour, il ne laissa même pas un rictus se dessiner face aux paroles insensées de ce Mizukawa Sutero. Non, il préféra ne rien dire, laissant au jeune pirate deviner que ses conditions, il pouvait se les carrer là où il pensait. Et puis de toute façon, il aurait tôt fait de s'en apercevoir. En attendant, le capitaine des Gun's n'avait pas le temps de tergiverser. C'était déjà sérieusement le bordel autour. Plus tôt ils se tiraient de là avec les engrenages, mieux ce serait. Et puis en plus, des marines risquaient de rappliquer d'une minute à l'autre dans la ruelle, et on ne peut pas dire que c'était vraiment le moment idéal pour ce type de festivité. Et visiblement, le nouveau membre de l'équipage était d'accord avec ça. En effet, ce dernier était déjà prêt à partir avec le chariot. Bah voilà, ça c'était une action utile et efficace, pas comme les conneries faites et dites plus tôt.

- Moi c'est Unwin Vail, capitaine des Gun & Gun's.

On sentait bien l'urgence de la situation : Unwin n'a balancé aucune grossièreté dans sa brève présentation. Marquons ce jour d'une pierre blanche, ça risque de ne plus se reproduire avant longtemps. Enfin bref, ce n'était non plus le moment de s'égarer en divagations du genre. Comme on peut aisément l'observer vu qu'on le répète sans arrêt depuis quelques temps maintenant, c'était le bordel. Et ce bordel, le seul moyen de le faire parvenir à son terme - et pas forcément de manière positive - c'était d'achever le plan. Ainsi, Mizukawa et Vail sortirent de la ruelle avec le chariot pour se diriger vers l'église. Unwin abandonna rapidement l'idée de secourir son second et la nouvelle recrue, vue la situation ce serait juste suicidaire. Non, ils trouveraient bien un moyen de s'en sortir seul, il était coriace le gamin l'air de rien, et si la demi-portion était un fils de mafieux, c'était sûrement son cas aussi. Allez hop, à ce compte là, direction Manée ! Il n'y avait pas de temps à perdre. D'ailleurs, grâce à Timuthé, Tsuna et l'autre type qui s'était précipité dans la bataille, l'attention des marines était fixée sur le trio et les deux autres hommes n'eurent aucun problème, ou presque, à quitter le lieu de l'émeute. Evidemment, vu que rien ne s'était calmée dans les dernières minutes, Unwin avait encore dû distribuer des coups de crosses bien placés pour se frayer un chemin, mais, le chariot et Mizukawa aidant, il n'y eut pas trop de casse chez les deux Gun's.

Rallier l'église ne leur prit qu'une ou deux minutes, étant donné qu'elle était relativement proche de la place de la banque. Le hasard fait bien les choses quand même... Le seul petit obstacle fut un gamin qui jouait au ballon sur la route. Franchement, on n'a pas idée de laisser traîner ses gosses dehors à une heure pareille alors que la place était envahie de pirates. Enfin, envahie, fallait le dire vite. Mais on aura compris l'idée. En tout cas, Unwin, plutôt pressé comme on peut l'imaginer, ne se formalisa pas des codes moraux et compagnie et dégagea gentiment le morveux qui trainait sur le passage. Vous connaissez l'histoire de Paf le gosse ? Eh bah c'est un gosse, il traverse la route pour prendre son ballon, y'a Unwin qui passe et Paf ! Le gosse. On pourrait même aller jusqu'à dire Paf le pauvre gosse, mais bon, faut pas pousser hein. Ca sert à rien ces trucs là et c'est chiant. Oui, Unwin porte un amour immodéré aux enfants. A peu près le même qu'il porte pour les fientes d'oiseaux qui viennent pourrir le pont du Joe. Eh ouais, faut s'y faire, tous les pirates ne sont pas des Bisounours. Mais laissons ce sale gosse de côté dans sa mare de sang.

Les deux pirates venaient donc d'arriver devant l'église. Et, avant même qu'Unwin ait eu le temps d'amorcer la moindre action, son acolyte lui balança qu'il était bretteur. Ben tiens, rien que ça ? Un putain d'épéiste à la con ? Génial... Mais ce n'était pas le moment de s'énerver. Même s'il ne les aimait pas, Unwin était tout de même capable de tolérer les épéistes. Ce faisant, après un regard méprisant à l'autre pirate, il se ré intéressa à l'église. Bon, une église, c'est pas une petite bâtisse complètement pourrie dont on défonce la porte à coup de pied. Surtout l'église Manée. On va dire que là, on avait plus à faire au modèle de luxe. Aussi, plutôt que de chercher à foncer tête baissée comme le premier crétin venu, le capitaine des Gun's, avec le calme qui le caractérisait, s'approcha de la porte et frappa avec force. Des fois, frapper pour qu'on vienne vous ouvrir n'est pas l'idée la plus stupide du monde. Aussi, arme en main, Vail attendit tranquillement que celui qui s'occupait de l'église vienne accueillir ceux qui le sollicitaient. Les croyances et compagnie c'était des conneries (ouais, de la part d'un superstitieux, c'est un peu ironique de penser ça), mais ça avait du bon. Ou plutôt les croyants avaient du bon. Ils étaient toujours là pour vous accueillir et vous offrir l'asile. C'était pas gentil ? Face à Unwin, ça n'allait pas le rester longtemps. De ce fait, quand la large porte de l'église s'ouvrit pour laisser place à un prêtre dans la fleur de l'âge, Vail se fit un plaisir de mettre fin aux espoirs d'un monde meilleur du pauvre homme.


- Pardonnez-moi mon père, parce que je vais pêcher.

Et hop, tout dans le style. Petite phrase classe placée en même temps qu'une balle dans la tête du prêtre. C'est beau d'être un pirate. Et puis petit bonus, Mizukawa était maintenant fixé sur ce qu'Unwin faisait de ses conditions.

- Ramène ce putain de chariot à l'intérieur, pas la peine de se faire repérer. Et avant de monter chercher ces engrenages à la con, tu me fais le tour de l'église pour vérifier que personne viendra nous faire chier. Je vais directement au clocher.

Eh ouais, un pirate c'est aux ordres de son capitaine et Unwin n'avait pas l'intention de faire de cadeaux à sa nouvelle recrue. Et puis en plus, ses ordres n'avaient pas que le but de sécuriser leurs arrières. Non, ils avaient plutôt pour but de le débarrasser quelques minutes de ce Mizukawa. Pour quoi faire ? Oh, c'était très simple. Sur le trajet, en bon sniper qu'il était, Unwin avait remarqué que le clocher de l'église offrait une parfaite plateforme de tir au sniper qu'il était. Une plateforme qui lui permettrait sans doute d'aider de loin le reste de l'équipage. Le seul souci était que, si Mizukawa était dans ses pattes, il n'était pas sûr qu'il ne tente pas de reprendre le contrôle de la situation en doublant Unwin. Il est prudent le vieux pirate, il ne fait pas confiance au premier venu comme ça. Enfin bref, il se dépêcha donc de monter jusqu'au sommet du clocher.

Arrivé là, il jeta un bref coup d'œil à l'horloge qui se trouvait également dans la tour avant de reporter son attention sur les ouvertures. Sortant son fusil, il se posta naturellement vers celle orientée vers la place (sans blague ?!) et visa. Non, il ne tira pas directement dans le tas comme un gros bourrin ! Avant de presser la gâchette, il avait plutôt intérêt à faire gaffe au vent, à la luminosité et à la place des personnes visées, toussa toussa. Ce serait quand même dommage d'achever Timuthé ou Tsuna à cause d'une erreur de débutant ! Mais heureusement pour lui, Unwin avait quelques années d'expérience derrière lui. Il ferma les yeux une seconde pour se concentrer, inspira profondément et tira. La moindre erreur pouvait être fatale étant donnée la mêlée de la place. Même s'il avait visé un marine, la balle, pour une raison X ou Y pouvait à tout instant dévier de sa trajectoire et blesser n'importe qui d'autre ou tout simplement se ficher dans un caillou ou un poteau. Mais ça, ça tient plus de l'échec critique... Légèrement tendu, Vail observa la balle partir pour se ficher dans l'épaule du marine visé. Nice shot ! Ne se laissant pas le temps d'apprécier la déroute de sa pauvre victime, Unwin mit un nouveau marine en joug et tira. Malheureusement pour lui, la balle dévia et atteint l'avant-bras au lieu du cœur. Bon, c'était déjà ça. Hop, troisième tir préparé, pas le temps de glander ! Le vent était sans doute plus puissant que ce qu'avait pensé le pirate, aussi, il réajusta son tir pour cette fois-ci atteindre la tête d'un autre marine. Headshot ! Si ça c'était pas la classe. Et le mieux dans tout ça, c'était que ces trois attaques consécutives commençaient à faire régner une certaine paranoïa chez les marines. Ils prenaient doucement conscience du fait qu'ils étaient attaqués par un tireur invisible. Mais heureusement pour eux, Unwin n'avait pas le temps de continuer à s'amuser. Il ne doutait pas que Mizukawa n'allait pas tarder à le rejoindre, aussi, histoire de bien terminer, il chargea son fusil avec deux balles explosives qu'il fit partir du côté des civiles. Autant les faire paniquer un peu histoire de donner encore plus de boulot aux marines. Dans le chaos ambiant, le capitaine des Gun's n'était pas certain d'avoir touché quelqu'un directement, mais la petite explosion de la balle en avait blessé plus d'un, c'était certain.

Satisfait, il se tourna vers les engrenages et commença à les détacher. Il laissa de côté les plus gros qui ne seraient pas simples à transporter et commença donc à faire une pile avec les éléments les plus simples à détacher. Pour les plus compliqués, il attendrait l'aide de Mizukawa.

Invité
Invité


Dim 30 Jan 2011 - 4:32

Mizukawa, jeune pirate, un peu trop même. On pourrait le qualifier de tueur expérimenté à la place. Ou bien un voleur de deuxième catégorie qui braquait les boutiques, cambriolait les célébrités d'un navire réputé et dernière bêtise qui l'ai pu inventer... Un braquage de banque en solo. Tout ça c'était avant qu'il ne rencontre les Gun's, car ce qu'il allait faire dans l'avenir était encore plus fou. Mais cela était une autre histoire.
Enfin bref, à l'instant où il croisa le regard du capitaine Unwin Vail, il sut que c'était la parfaite occasion pour commencer sa vraie vie de pirate. Il vit dans ses yeux la lueur d'un leader. Un homme avec du charisme.


*- Moi c'est Unwin Vail, capitaine des Gun & Gun's.*

Il répéta la phrase sans cesse dans son cerveau pour essayer de trouver la moindre information sur l'équipage...Nada. Il était donc nouveau, il se demanda combien de membres étaient t-ils. Perdu dans ses pensées, il ne remarqua pas la belle manœuvre du capitaine en renversant le petit garçon, pauvre goss, comme quoi il était là au mauvais endroit, au mauvais moment...

*Huum, Gun, ça un rapport avec une arme à feu ? Et Gun's c'était le pluriel donc ce qui veut dire beaucoup d'armes à feu ! Waah ils doivent surement avoir une armurerie remplie à cracker et un immense bateau...Une seconde, pourquoi il était seul ? Y a quelque chose qui cloche, je dois reprendre mes esprits. Et réfléchir à tout ça. Je ne pouvais pas faire confiance à un étranger, même s'il a beau avoir un charisme de fou !*

Sutero, un être pensif, penchait tous le temps sa tête, pour pouvoir regarder le ciel de droite. L'oeil droit devenait plus grand que celui de gauche, limite, c'est comme s'il fermait ce dernier. Une idée arriva à son cerveau. Une arme à feu qui devait être spécial, il l'appellera Unwin qui visera à faire montrer sur le visage de ses futures victimes, les mêmes traits qui étaient apparu chez le capitaine après que Mizu lui dit qu'il était un bretteur. D'ailleurs pourquoi lui a t-il dit cela ? Est-ce que je le jeune homme voulait tester quelque chose ou bien était-il assez idiot pour balancer des phrases à droite et à gauche, rien que pour parler ?Ils arrivèrent enfin à la porte de la prestigieuse église, Mizukawa resta près de Unwin, le regardant faire. Le capitaine frappa à la porte. Étrange comportement de la part d'un pirate. Cet acte mit l'accent sur le doute. Était-il vraiment celui qui prétendait être ? Il eut les idées clairs lorsque le prêtre ouvrit la porte et reçu une balle sur la tête de la part du meneur des Gun's. Il mourut sur le coup, avec comme dernier regard les fresques disposé tout autour.

*Quoi ! Attend je lui est pourtant dit, de me le laisser. J'en conclus qu'il a choisis. Si ma condition n'a pas été prise en compte alors à quoi bon rester...*

Le jeune dragon des mers, avait une idée de son chemin bien précise, parcourir les mers par intérêts. Il n'était pas comme ces pirates qui voguaient en quête de liberté, le jeune homme avait un but précis dans sa vie. Assassiné le Dr Vegapunk. Et il pensait que ça ne valait pas la peine de rester, si son capitaine réagissait de la sorte. C'était compréhensible, Unwin Vail se méfiait tout comme Mizukawa.


- Ramène ce putain de chariot à l'intérieur, pas la peine de se faire repérer. Et avant de monter chercher ces engrenages à la con, tu me fais le tour de l'église pour vérifier que personne viendra nous faire chier. Je vais directement au clocher.

*C'est ça ce qu'on ressent quand on reçoit un ordre, ah ce que je détestait ça, j'en ai jamais reçu et c'est pas un inconnu qui va me dire ce que je dois faire ou pas. Je ne suis pas un toutou à son maître ! Je veux bien aidé mais pas question...*

Aucun doute, avec cette vulgarité et ses ordres, c'était bien un capitaine pirate. Rassuré Mizukawa en oublia ses pensées. Il se mit à sourire et s'était dit qu'il s'y habituerai et puis il en avait marre de voguer sur une barque.
Comme quoi, il faut réfléchir avant d'agir ou de dire quelque chose qu'on regrettera par la suite. Et puis, il y'avait sans doute d'autres croyants dans cet église, prêtre ou pas, ça revenait au même.
Avoir la confiance total d'un membre quand on est capitaine, ça se méritait. Pour l'instant seul le charisme d'Unwin Vail avait piqué à la curiosité du jeune tueur. On verra bien ce qui se passera par la suite. Et s'il en concluait que l'équipage n'avait aucun intérêt, alors il suffisait de les tuer, un par un, récupérer le bateau et une bonne chose de faite. Non, il n'allait pas les tuer, peut être les attacher et les torturer un par un. C'est sadique et alors ? Vous avez cru qu'on avait à faire à des bisounours ?...

[Oh, tu es mon nouveau capitain ? Poutou, calin ! Main dans la main voguons jusqu'à ce que nos rêves se réalisent.]

On est dans la vrai vie là ! Donc oubliez vos histoires de dessins animés à l'eau de rose. Et place au coeur d'une aventure explosif ! Où les balles perforeront le corps humain, le sang se videra à profusion. Cela aura le gout d'un met délicatement préparé avec un arrière goût acide qui rendra le tout délicieux.


Il prit le chariot et le ramena dans l'église, au beau milieu de la place. Il ferma les grandes portes et ouvrit une pour sortir et voir si rien ne clochait. Rien à signaler ! Aucune présence nuisible à la mission. Il retourna donc à la grande salle de prière, où il vit un pieux prier. Prit par la curiosité, il s'accroupit et le regarda droit dans les yeux. L'homme pleurait, il était mort de trouille. Le jeune pirate sourit.

*Alors comme ça on pleure face à deux pirates ? *

Il allait lui laisser la vie sauve, il lui dit de rester tranquille ici bien sagement, mais l'homme paniqué montra son doigt en direction du ciel, plus précisément vers la lune. Et il dit que son dieu était bien plus fort, et que le pirate allait subir les conséquences de ses actes. Le mot de trop, alors Mizu rit en continua de regarder son doigt.

*Qu'est ce qu'il a son doigt ? Et pourquoi il le met en l'air ? Hein son dieu de la lune est bien plus fort ?*

Il attrapa son doigt et le coupa, du moins pas entièrement, mais ça à permit à ce trouillard de le baisser. Puis il le prit par le col et sorti son couteau pour lui faire des entailles dans tous les membres du corps. Il ne pouvait plus bouger.

T'a beau crier petit croyant ! T'entend les explosions ? Personne ne viendra à ton secours

Enfin, il l'attacha avec des bouts de chiffons qui étaient sur le chariot, pour ensuite lui fermer sa gueule.
Ainsi, il le laissera mariner et prendre plaisir à le voir souffrir. Mais y'a plus important, il devait rejoindre le capitaine pour prendre ces foutus engrenages.


R.A.S. Aucun individus dans les parages, captain ! C'est quoi la suite du plan ?




Timuthé N. Tempiesta
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Dim 30 Jan 2011 - 19:09

Les choses allaient de mieux en mieux. D'un côté, le berserk chargeait le zoan, et le sergent à la hache semblait décidé à ignorer le mafieux blessé. De l'autre, le petit Tsuna s'élançait vers les bombes. Il n'y avait plus qu'une chose à faire, vaincre la piétaille, la vaincre avant que les renforts n'arrivent. La première poupée arriva, TNT s'avança. Son bras droit se leva, la main ouverte. Son bras gauche monta, même si sa main aux os brisé ne pouvait certainement pas maintenir grand chose.

Oh et un geste magnifique de Tempiesta, qui de sa main droite attrapa la matriochkas di eternità tandis que sa main gauche se posa sur le fond de l'objet pour amortir l'impact. Les deux marines adverse était hélas trop occupés à rechargé leur fusils pour admiré la beauté d'un tel geste, quelle dommage Thierry!

Tout a fait Jean-mi, d'autant plus que le jeune homme armait maintenant son bras droit, dans la manifeste intention de faire une passe vers ses adversaires. Et le manque de courage des deux concurrents à l'uniforme blanc les poussa à partir se mettre à couvert derrière un tonneau, laissant là leurs armes et les pauvres civils qui ne purent que constaté la lâcheté de leur équipe.

Oh mais regardez ça, finalement Timuthé, qui n'était entré en ligue pro que très récemment, n'envoya pas la poupée russe sur ses adversaires, qui venait d'être bluffé en beauté. En effet Thierry, voilà que la dame russe s'envola dans un effet magnifique vers la fenêtre du rez-de-chaussé d'une maison proche. Il n'était plus qu'à quelques mètres du TouchDown... La fenêtre se brisa et dedans, un explosion retentit, suivit d'un cri féminin... ET OUI JEAN-MI CA Y ETAIT IL AVAIT MIT UN TOUCHDOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOWN!

Mais attendez, tandis que les marines de l'autre côté regardaient éberlués la chut de leurs sergents et quater-back, et que le pauvre tsuna tentait une passe magnifique malgré sa blessure, le marqueur des Guns se retourna. Les adversaires qui venait seulement de sortir de leur cachette returnait maintenant vers leurs armes. Quel erreur stratégique de leur part d'avoir essayer d'éviter le projectile, il avait...

Attendez Jean-mi je vous interromps mais voilà que TNT prend son élan et tape sur la deuxième Matriochkas que venait de tomber à ses pieds. Voici que propulsé par le pieds du marqueurs la poupée s'éleva, Tempiesta allait-il tenté le pat et ainsi en dernière minute de match réaliser l'exploit qui assurerait la victoire à son équipe ? Oh mais oui, regardez ça, la poupée explosa à 5 mètres au-dessus du sol, juste au-dessus des marines adverses qui levèrent leur bras pour se protéger. Et oui, il l'a fait, IL A REUSSIT!!! JE VOUS SALUT MARIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE.

Ahem...

Cependant, les projectiles envoyés par la matriochkas partirent encore une fois dans tous les sens et même si la distance réduisit considérablement le nombre de projectiles, le mafieux en reçut trois dans le bras gauche, qu'il avait levé pour se protéger le visage. Il ne prit cependant pas le temps de pleurer virilement sur l'état de son bras. En effet, le petit avait été blessé, le fou furieux était partit en courant, et les gardes allait très bientôt se remettre de leurs émotions.

Enjambant le sac d'explosifs, il s'approcha de Tsuna, l'attrapa avec son bras droit et le remit sur ses jambes. Il souffrait dans la hanche, et dans le bras gauche, chaque inspiration lui faisait subir le martyr, et même si son crâne avait arrêté de saigner, il avait perdu beaucoup de sang, et il voyait trouble... Il fallait faire réagir le petit, et vite, il fallait le soigner...

Réunissant le peu d'énergie qui lui restait dans le bras gauche, Tempiesta colla une énorme baffe au petit! Et oui, que voulez vous, c'était pas un expert soigneur le pépère. En fait il partait du principe que le cœur ne pouvait pas avoir été touché, donc qu'il suffisait à Tsuna de lutter pour rester conscient. Les gardes se ressaisissaient, et commençaient à les braqués, dans quelques secondes, ils allaient avoir mal.

Montre-moi ta vrai force! Montre que tu es le digne fils du grand Soul!

Les deux pirates/mafieux étaient braqués par les marines ils n'avaient aucune chance... Aucune? Si, ils en avaient une une qui se manifesta sous la forme d'un de ces campeurs tant haïs par les joueurs de FPS.

JOUEUR A TERRE!!

Un hurlement, et un des marines s'effondra, la main plaquée sur l'épaule tout le monde oublia le duo pour rechercher le sniper, qui jouait avec eux... Le capitaine faisait son office, et manifestement, il avait trouvé le PCGB : le point de camping pour Gros Bill!

TNT saisit l'occasion, il fallait s'enfuir, et vite, avant que les marines se remettent... Il alluma donc une allumette et la balança dans le sac de bombe! Et oui, que voulez vous, Tempiesta était un noob et un rusher!

BOUCHERIE!!!

Et oui, un deuxième marine s'agenouilla, une balle logée dans son bras. Cette fois, notre noob attrapa, toujours du bras droit, son petit protégé et se dirigea dans la maison préalablement ouverte. La dernière explosion de la matriochkas qu'il y avait dedans avait déjà eut lieu. Il ne savait pas trop si le petit était réveillé ou pas, mais étant agé de 14 ans, et n'entrant pas dans la catégorie poids lourd de son école, Tsuna pouvait très facilement être trainé par TNT, même si celui-ci était blessé.

Chez les marines, la panique commençait à se répandre. Et oui, comme la plupart des joueurs de seconde zone, ils ne savaient pas faire face à un campeur expérimenté, et oubliant tout de l'existence des deux mafieux, il essayaient de trouver le tireur. Des renforts arrivaient, cela n'était plus qu'une question de secondes avant qu'ils soient sur la place.

HEADSHOOT!!!

Et oui, grâce à ce tir à la tête magnifique d'Unwin, les marines encore présents s'éparpillèrent un peu partout, laissant quelques secondes à TNT et Tsuna pour se cacher avant l'arrivée des renforts. Soulevant le petit pour le faire passé par la fenêtre, TNT regarda un instant une mèche s'allumer dans son sac de bombes puis rentra dans la maison dont il avait cassé la fenêtre. AU milieu de la baraque, il y avait une femme, entièrement nue, et allongée sur le sol. C'était bizarre, elle avait plein de morceaux de céramique dans le corps, avait une serviette dans la main, et baignait dans son sang.
Sans doute une coutume locale, de se douché puis de se faire tuer par un maniaque juste après... Bof, après tout, pourquoi pas.

MEGA-BOUCHERIE!!!

Les balles explosifs venait de finir le boulot. La Team Guns montrait sa toute puissance sur la team Marines. Cependant, les renforts étaient là, tout frais tout forts. Il s'élançait sur la place et examinèrent en priorité la montagne de cadavre qu'il y avait alentour, pour sauver les éventuels survivants. Pendant ce temps, TNT qui venait difficilement de reprendre son souffle, attrapa plus gentiment Tsuna et l'amena jusqu'à une autre fenêtre, de l'autre côté de la maison, donnant sur une rue parallèle.

La plupart des marines qui avaient vu sa fuite étant tous blessés plus ou moins gravement, et n'étaient pas en état de dire où trouver le duo, ce qui permettait aux deux jeunes gens de prendre un peu plus leur temps, et donc de ménager leurs blessures.

Pendant ce temps, un homme des renforts s'approcha d'un sac qui fumait, au milieu de la place. De se sac sortit une petite mélodie...

Midori tanabiku namimori no
Dai naku shou naku nami ga ii


CARNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAGE!!!

C'est alors que l'engrenaggio del destino s'enclencha. Dans le sac, il y eut une explosion, puis un autre, plus puissante, puis une autre, puis une autre...

Une véritable tempête de flamme s'abattit sur la place. Les renforts furent propulsés par le souffle un peu partout, le marine qui s'était approché du sac ne souffrit pas, sa mort fut instantanée. Quand à la banque, déjà affaiblie par la destruction de sa façade (fait de Tsuna), elle se fissura et s'effondra sur elle même, dans un tonnerre assourdissant, et une tempête de poussière et de gravats.

TNT et son jeune protégé venaient de passé par la fenêtre lorsque que cela eu lieu. Le mafieux saisit vite l'avantage que cela représenterait pour eux, et en profita pour emmener le petit, qui devait être réveillé à ce stade, dans une rue un peu plus loin, en boitillant comme il pouvait.

Déjà les marines se réorganisaient, et organisait des groupes de patrouille et des troupes permettant de s'occuper des blessés. Hélas pour eux, si vous avez bien compté, une bonne moitié de la garnison de la marine de la ville était hors d'état de nuire, ils ne pourraient donc pas quadriller la ville assez efficacement pour empêcher les Guns de s'enfuirent.

Dans la rue ou Timuthé emmena Tsuna, il y avait une auberge, et à côté de cette auberge, il y avait un cheval, par un hasard tout à fait fortuit que je ne saurais absolument pas vous expliquer, moi, rpyeurs tout à fait innocent.

L'animal était affolé par les explosions qui avaient eut lieu, c'était l'idéal. Il n'aurait qu'une envie, c'était de se rendre sur la côte, là où il serait en sécurité. De plus, la sortie la plus proche de la ville était également celle à prendre pour rejoindre le bateau, le petit s'en sortirait mieux tout seul, on recherchait un maboule avec des bandages, pas un jeune garçon...
.
TnT aida le jeune Soul à monter sur le cheval avec son unique bras valide, puis lui donna quelques instructions simples, avait un parcelle la plus limité possible de ses forces.

Galope vers la sortie, et rejoins celui qui nous a aidé... Il ne peut être que passé par là, c'est le chemin le plus rapide. Demande lui de t'amener dans la crique du Chien Fou, à l'ouest de la ville, nous lui offriront un équipage. S'il refuse, rends-toi à cette crique, on y sera...

J'ai encore des choses à faire...


Là-dessus, TNT libéra le cheval, qui partit au grand galop vers la sortie. Même si le petit n'était pas un expert en équitation, il serait capable de se tenir à la bête au moins jusqu'à la sortie de la ville. De plus, vu la panique qui régnait maintenant dans la ville, il ne devait y avoir personne pour l'arrêter aux portes, les marines étaient juste en train de lancé les patrouilles normalement.

Quand au mystérieux chasseur de Zoan, il ne pouvait qu'être passé par ce chemin, c'était la sortie la plus proche de l'endroit où ils avaient été. Si Tsuna le rattrapait, il s'en sortirait. Le petit était quelqu'un de fort, même s'il l'ignorait lui-même.

En regardant le cheval s'éloigner au galop, TNT s'appuya quelques secondes sur un mur pour reprendre son souffle, sa main valide se dirigea vers les deux pots qu'il avait attaché à sa ceinture. Dans ses pots, il y avait l'arme qui permettrait de couvrir la fuite de tout ses compagnons...


Hrp/Tsuna, je te fais confiance pour raconter ta vision de ce que je raconte avec TNT (j'ai essayé de ne pas faire agir tsuna), puis de raconter ta fuite et ta rencontre avec Saru en dehors de la ville. Normalement tu n'auras pas de difficultés vu l'état de la garde. J'ai confiance en toi pour nous faire un beau post, il te suffit juste de faire de la description, et de dire comme Tsuna le perçoit. Si tu as le moindre soucis de longueur ou quoi, hésite pas à me mp, je t'aiderais
Unwin, tu as mon autorisation pour décrire un brusque sifflement dans les rues, et ramassé TNT, à moitié mort sur le chemin de ta fuite. Par contre, le reste je le ferais moi./Hrp
Invité
Invité


Lun 7 Fév 2011 - 19:29

Tsuna se retrouva dans une pièce sombre pourtant quelques micro secondes avant, il voyait le sol se rapprocher de sa figure ou plutôt l’inverse au milieu d’une micro guerre qui semblait faire beaucoup de blesser grave ou partielle et des morts. Dans cette pièce noir le jeune Soul se demanda se qu’il venait de se passé et pourquoi fessait-il parti de cette boucherie ? Il détestaient la violence alors voir ces tout nouveau coéquipier massacrer de pauvres innocents mais, il devait en savoir plus sur son père donc il resterait avec eux. Soudain sa propre voix retenti a nouveau, était-ce encore se Tsuna blanc ? Et oui

« ha ha ha, que tu est faible »

Tsuna ne voulait pas lui parler car il n’était pas réel enfin le jeune Soul l’éspérait. Mais, cet être blanc ressemblant comme deux goute d’eaux a Tsuna pouvait lire ces penser, il s’attendait a se que l’être blanc lui réponde « non, je suis bien réel sombre crétin » mais rien le silence régna de nouveau. Tsuna resta pendant des heures à restait immobile cherchant du regard son jumeaux blanc.
Puis il sentit une douleur à la joue comme si on l’avait gifler, il se frotta l’endroit où était la douleur. Son jumeaux apparu d’un coup face à lui avec un sourire les deux index sur les épaules de Tsuna et le poussa en arrière et lui dit

« Faut que tu te réveille »

Tsuna ouvrit les yeux avec un peux de mal, il était trainer par quelqu’un dans une ruelle,il tourna la tête et vit Tempiesta le tirer dans une maison et avant que le « parrain » ne rentre lui aussi dans la maison il jeta un sac surement remplis de bombe mais, Tsuna eut un haut de cœur car face à lui une femme qui venait surement de sortir de son bain dont le meurtrier était Tempiesta ce dernier la regarda baigner dans son sang et l’ignora, Tsuna eu l’envi de vomir d’insulté l’homme aux cheveux gris mais, la douleur de la balle était plus grande, il faillit retomber dans les pomme mais,il se força à rester éveiller. Il n’entendit pas les bombes explosaient, il éspérait simplement que c’était la première et dernière fois qu’il verrait sa.

Quelques explosions plus tard Tsuna a l’aide de Tnt marchaient dans des ruelle pour enfin trouver un cheval paniquait par les explosion. Tnt réussi a le calmer et fit monter le jeune Soul sur la monture mais, il eu un peu a cause de la douleur. Tsuna était allonger sur le cheval attrapa d’unela criniére ducheval tout en évitant de lui tirer et l’autre main étaient sur la blessure.Tempiesta chuchota quelques mots et le cheval se mit au galop.
Il quitta la ville sans difficulté mais, sa blessure lui fessait horriblement mal. Quelques minute plus tard le cheval s’arreta net, le jeune Soul se releva avec difficulté, en serrant les dents et vit un homme. C’était le fou qui à attaquer le Zoan. Tsuna n’osa pas parler et fixa l’homme avec peur et oui Tsuna Soul est un peureux.

Unwin Vail
Unwin Vail

♦ Localisation : Sur le Big Bang Joe
♦ Équipage : Gun and Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 2013
Popularité: -157
Intégrité: -284

Sam 19 Fév 2011 - 1:41

[Saru m'a demandé de poster avant elle.]


- Les engrenages, putain, c'est ça la suite du plan. Les engrenages, merde !

Bordel, combien de fois il allait devoir l'expliquer ? Si Unwin et Mizukawa étaient en train de squatter la tour de l'horloge, c'était pas pour admirer la vue. Enfin bon, c'était pas le moment de s'énerver, y'avait du boulot encore. Et pas du boulot de gonzesse. Les deux pirates allaient s'en taper des allers-retours pour transporter tous les engrenages dans le chariot. Malgré tout, Unwin était parfaitement conscient que jamais ils ne pourraient tout embarquer. Aussi, dans un souci d'efficacité et de rapidité, avec l'aide de sa nouvelle recrue, il entreprit de décrocher trois engrenages imposants. Une fois que ce fut fait, les deux pirates durent les descendre dans l'église et les mettre dans le chariot. Ils durent manœuvrer pour réussir à tout caser, devant en mettre certains en biais, d'autres en tas... Bref, un vrai Tetris ce truc ! Encore heureux que Vail était doté d'une logique à toute épreuve, sinon les deux pauvres hommes y seraient encore jusqu'à l'année suivante. Installer tout ça leur prit sans doute une vingtaine de minutes. Ils n'avaient pas chronométré et l'horloge fonctionnait plus... On se demande bien pourquoi, tiens. Bref, c'était là une bonne chose de faite. Et sans doute la seule étape du plan initial qui n'avait été bousculé pour ne pas dire réduite à néant. Et dire qu'à la base, ils avaient voulu faire dans la discrétion... Vu l'état actuel des choses, on pouvait affirmer sans trop se tromper qu'ils s'étaient royalement plantés. Mais bon, ils avaient au moins deux nouvelles recrues dans l'équipage et des engrenages près à servir. Tout n'était pas perdu. Même si, pour le coup, Unwin aurait plus tendance à se laisser aller à un certain défaitisme.

- Bon, on est partit bordel. Direction ce putain de port de mes deux pour se casser discretos de cette ville de merde.

Bah en fait, Unwin il en avait quand même un peu marre là. Il avait pris les engrenages, shooté un gosse, frimé en faisant le sniper, son contrat de rp était techniquement rempli. Mais nan, comme les joueurs sont toujours très sympas avec leur perso, rien n'est jamais finit. Vous n'imaginez pas toutes les embrouilles qui peuvent surgir aussi bien sur le chemin du capitaine des Gun's que dans l'esprit tortueux de la joueuse allumée derrière lui. On n'a pas finit de s'amuser, vous pouvez me croire ! Mais bon, on est là pour ça hein. Et pis aussi gagner quelques dorikis, c'pas drôle sinon. Ou peut-être que si en fait... Enfin bref, ne dissertons pas sur les avantages et inconvénients du rp et reprenons là où nous en étions.

...

Reprenons dans une rue adjacente à l'église. Oui, les persos se sont barrés pendant que je digressais, et alors ? Unwin et Mizukawa étaient donc en train de prendre des rues peu éclairées et un peu louches dans l'optique de rejoindre le port. Car non, ils n'allaient pas quitter la ville par les portes principales et se taper cinq kilomètres en poussant un chariot. Ils sont peut-être forts et endurants, mais y'a des limites. Nos deux protagonistes se déplaçaient donc en tentant de rester le plus discret possible histoire de ne pas avoir le reste des marines à dos. Ce qui, en soit, semblait plutôt bien partit étant donné le fait que Timuthé avait foutu un tel bordel que les bons soldats du gouvernement avaient un peu zappé qu'ils y avait quatre pirates dans la place. Ou peut-être cinq. C'est vrai qu'Unwin avait aperçu un autre jeune homme combattre au côté des deux mafieux. Et du peu qu'il avait vu, il était parvenu à tenir à distance un redoutable zoan. Dommage que Vail ne sache pas où il était, il l'aurait volontiers recruté aussi, il avait l'air d'avoir autant de potentiel que les autres. Mais bon, il aurait le temps de regretter plus tard.

Mais puisqu'on parlait de l'équipage... Alors qu’Unwin et Mizukawa tournaient au coin d'une énième rue, un sifflement strident se fit entendre, quelque chose qui, si vous étiez trop près, avait tendance à vous péter les tympans. Et ce sifflement ce trouvait pile sur la trajectoire des deux pirates (hasard du rp, quand tu nous tiens...). Méfiant, mais peu disposé à encore faire un détour, Unwin s'empara de son fusil, prêt à attaquer au moindre problème. Toutefois, il s'aperçut assez rapidement que ledit problème était bien différent que ce qu'il avait imaginé. En effet, le capitaine des Gun's ne se doutait pas une seconde qu'il allait tomber sur son second, dans un état assez proche de celui d'un zombie comateux, étendu au milieu de la route. Visiblement, il était parvenu à s'échapper. Mais le côté négatif de la chose, c'est qu'il risquait d'attirer tous les marines ici. Bordel, ils étaient pas rendus ! Ils allaient devoir agir vite, même s'il y avait fort à parier que vu l'état des marines de la ville, ils aient plus de temps que prévu.

Réfléchissant à toute allure, Unwin prit son second, le présenta vite fait à Mizukawa, et le posa dans le chariot. Non, nous n'avions pas à faire à chariot ramasseur de cadavres comme chez Holy Grail des Monty Python, mais ça avait tendance à y ressembler avec le corps inanimé de TnT. Mais ne nous écartons pas du sujet. L'action prit moins d'une minute et le trio (ou plutôt duo et demi) reprit sa route vers le port. Ils y arrivèrent rapidement, mais avant de foncer tête baissée, Unwin fit signe à Sutero de s'arrêter en silence. Evidemment, il y avait des marines et ils ne pouvaient pas se permettre de se ruer sur eux. Vail en compta cinq. Logique, le port était un point de fuite évident.


- Va falloir être rapide et efficace, merde. Je prends les deux cons à gauches et toi ceux à droite, dès que je tire, c'est partit, putain.

Le plan rapide et, espérons-le, efficace, fut chuchoté par Unwin à Mizukawa. Le vieux pirate sortit son pistolet à double canon et l'arma de deux balles explosives. Ca devrait faire mal, dérouter et permettre une attaque couronnée de succès. Dans l'ombre, Vail attendit que deux des cinq marines se rapprochent et il tira. Les deux balles se logèrent dans le torse d'un marine et explosèrent, le tuant sur le coup et blessant celui qui était le plus proche. Sans se préoccuper de détailler plus la situation et espérant que le bruit des coups de feu n'ait pas ameuté le reste des marines, le pirate se jeta dans la bataille comme une brute. L'absence de finesse est parfois salutaire. Mettant de côté ses principes vaseux sur le fait de ne pas gaspiller des balles, Unwin tira. Trois fois. La première balle fut évitée par le marine blessé, la deuxième l'atteint à la jambe et la troisième lui écorcha la hanche. Mais le roulé-boulé effectué pour éviter les trois balles le laissa à terre. Unwin ne s'en occupa pas tout de suite, conscient qu'il l'avait immobilisé et il se focalisa sur le troisième marine. Celui-ci avait eu le temps de s'approcher du capitaine des Gun's et il était visiblement motivé pour en faire un truc bien découpé bien que pas forcément comestible. Putain de bretteur. Unwin tira mais la balle manqua sa cible (ouais, sinon, il est sniper, mais le marine bougeait vite !). Avec un juron, Vail sortit son fusil, peu motivé à se mettre à portée de son adversaire. Mais c'était sans compter la vivacité de celui-ci qui embrocha gentiment Unwin. Une grimace de douleur déformât son visage alors qu'il sentait le sang couler au niveau de son ventre. La blessure n'avait touché aucun organe vital, mais bordel, ça faisait mal. Serrant les dents, Unwin profita toutefois du temps que l'arme était fiché dans son abdomen pour tirer une balle entre les deux yeux à son adversaire. Il tomba évidemment raide mort, pas besoin de vous faire un dessin (ni un finish him, même si c'est assez rigolo). Avec un grognement, Vail retira l'arme de son corps et la balança par terre. Vivement qu'il se casse de là ! Mais avant tout, il se dirigea vers l'autre marine blessé qu'il avait laissé en plan et lui assena un violent coup de crosse qui l'envoya au pays des songes, et même un peu plus loin encore. Dans le genre d'endroit d'où l'on ne revient pas, à moins d'avoir des points de destin.

Bref, le combat fut rondement mené, les trois marines étaient morts et c'était quand même plutôt cool. Enfin, si on mettait de côté les blessures et égratignures diverses et variées de côté, évidemment. Unwin n'est pas masochiste quand même. D'ailleurs, le sadique de l'autre côté du quai parvint à ses fins aussi. Bon, maintenant, il n'y avait plus qu'à réquisitionner un bateau. Non... Des bateaux. Avec un sourire qui ne présageait rien de bon, Unwin entreprit d'abord de charger le bateau qui les ramènerait au Big Bang Joe (celui de Mizu ?) et, avant d'autoriser le nouveau à monter, il lui donna un nouvel ordre.


- Prends les manteaux de ces enfoirés de marine, mets les dans notre bateau, charge les corps sur d'autres putains d'embarcations et largue les amarres. Si t'entends cette marine de merde arriver, t'arrêtes et tu mets les voiles. Je m'occupe d'une autre diversion. Ils vont pas s'emmerder ces enfoirés du gouvernement.

On est dans un port, non ? Donc forcément, y'a des entrepôts, et notamment un local pour les marines ? Logique. Et dedans, y'a de la poudre. Vous me suivez ? Non, bah regardez Unwin faire. Le pirate prit des allumettes dans la poche de son second (bah oui, il en a, faut bien qu'il allume ses clopes) et se dirigea vers un local aux enseignes de la marine. Comme il s'en doutait, il s'agissait du local d'armes. Vail y repéra rapidement ce qu'il voulait. Trois jolis tonneaux de poudre à canon. Il en prit un et entreprit de faire un chemin de poudre jusqu'à son embarcation. Les marines arrivaient, il les entendait, aussi, il s'empressa de mettre le feu aux poudres (l'expression devient parfaitement littérale ici) et de monter dans le bateau où Mizukawa l'attendait. L'explosion du local fut assez jolie à voir. Pas la plus spectaculaire de l'histoire, mais plutôt efficace dans son genre. Non seulement elle assommait quelques marines à coup de caillasses, mais en plus elle propageait un écran de fumée qui empêchait les marines de voir dans quel bateau se trouvait les pirates. Ah oui, et je précise quand même, c'est pas des super bateaux que Unwin a demandé à Sutero d'envoyer à la flotte. C'était de la barque de pêcheur et compagnie, rien de plus gros que ce que le groupe possédait lui-même. Mais ça suffisait. Et vu que des marines morts se trouvaient dans certains, et vu l'écran de fumée, impossible de dire où se trouvait réellement le navire pirate. Bon, le stratagème ne durerait pas une éternité, mais c'était déjà ça.

Le capitaine des Gun's dirigea le bateau vers la sortie de la ville, en direction de la crique où le bateau les attendait sagement. Il pensait faire un aller-direct, mais alors que le bateau filait, il aperçu de silhouette sur la route, pas très loin de la côte. Vail reconnu Tsuna et il lui sembla que le deuxième était le gamin au zoan. Ils foutaient quoi ? Putain... Le pirate ramena le bateau près de la côte et héla les deux garçons.

- Bordel de dieu, vous foutez quoi ? On a la marine au cul ! Tsuna, le bateau se trouve dans la crique putain. Si t'as un cheval, tu pourras y aller vite. Pis toi aussi merde. T'es dans la même galère, alors si tu veux rejoindre les Gun's, bouge-toi, on vous attend là-bas. Magnez-vous, putain !

Sur ces bonnes paroles pleines de raffinement, Unwin fit repartir la petite embarcation jusqu'au Joe.



[Hrp : désolée pour ce post vaseux et pas forcément toujours logique à tendance grobillesque, c'était pour faire avancer la quête x) Saru, je pense que tu peux poster après moi, on reprend l'ordre normal après. Je te laisse même dire qu'on prend la mer et qu'on se casse de Manshon, si tu veux, ou même Tsuna ou Mizu, y'a pas de souci. Essayez de faire en sorte que ce tour soit le dernier. Si y'a un problème avec mon rp, je modifierais, y'a pas de souci. Sinon, Mizu m'a donné l'autorisation de faire bouger son perso en même temps que le mien. Et sinon j'ai fait 1988 mots Cool Sur ce, je me laisse à mon auto-complaisance et vous souhaite une bonne suite de rp \o/]
Saru O. Suiji
Saru O. Suiji

♦ Localisation : En cuisine
♦ Équipage : Gun and Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 2079
Popularité: -100
Intégrité: -127

Mer 23 Fév 2011 - 13:51

Suiji ne se serait pas cru capable de courir aussi vite. Il faut dire que c'était la première fois de sa vie qu'il avait aussi peur. Jamais il ne s'était opposé seul, et avec autant de violence, à un tel nombre de marines. Il n'avait plus qu'à espérer que le poseur de bombes soit suffisamment tenace pour les retenir le temps qu'il sauve sa peau. Il était certain que tout le monde avait pu voir qu'il était celui qui avait tué les deux sous officiers, mais si l'autre détournait leur attention, ils ne se lanceraient pas à sa poursuite. Il ne prenait même pas la peine de tendre l'oreille en quête d'une nouvelle explosion pouvant l'informer sur sa possible diversion. Tout ce qui lui importait était de fuir au plus vite. Hors de question qu'il finisse enfermé dans une de ces affreuses geôles gouvernementales. Il faudrait vraiment qu'on lui promette quelque chose d'exceptionnel – du granit marin par exemple – pour le convaincre de finir dans un de ces trous à rats puants !
Il sauta par dessus une caisse qui trainait dans une rue déserte, déboucha dans une allée particulièrement encombrée et slaloma entre les badauds qui le regardait d'un air inquisiteur. Ils se doutaient peut-être qu'il courait ainsi à cause des explosions que tout un chacun avait certainement entendu. Un couinement sur sa droite fit tourner la tête au jeune homme qui aperçu Yaen qui l'avait rejoint et semblait le suivre avec difficulté, malgré son agilité. Heureusement qu'il n'avait pas été emporté dans une explosion, sinon Suiji aurait dû se trouver un nouveau compagnon capable de le sortir d'affaire dès qu'il est dans une situation délicate. Ce serait bien triste.

Arrivé au bord de l'île, il réalisa qu'il ne savait absolument pas où trouver le bateau des pirates, encore moins comment savoir lequel était le leur. Il lâcha un juron, et commença à tourner sur lui même pour trouver où ils pouvaient bien avoir laissé leur navire. Il n'avait pas couru comme un dératé pour se trouver ensuite coincé sur la berge enfin !
Son attention fut détournée par le son de claquements secs, répétitifs. Un cheval au galop. Il vit alors le gamin aperçu plus tôt sur le dos d'un splendide spécimen d'equus caballus. Le galop de l'animal le laissa un instant pantois, et j'ai la flemme d'aller dans le détail mais imaginé une espèce de vision féérique, avec un super ralentit comme lorsque Gris Poil apparaît dans le Seigneur des Anneaux (Les Deux Tours, environ fin du premier tiers du dvd si vous voulez une référence exacte), enfin, je crois qu'il y a un ralentit, sinon... vous rajoutez le ralentit et puis voilà ! Bref, Suiji bave, il kiffe grave les chevaux, et celui-ci a l'air d'avoir assez de gras pour qu'on puisse en faire un très bon steak. Chouette !

Enfin, avant de s'occuper de l'animal, il devait d'abord voir ce que lui voulait la semi-portion qui se tenait dessus. Il s'attendait à ce que le petit protégé de TNT lui parle, explique pourquoi il venait à lui, mais il resta aussi silencieux qu'une tombe. Qu'à cela ne tienne ! Saru allait le laisser là et partir avec le cheval, ce serait au moins ça de gagné pour la journée. S'apprêtant à subtiliser l'équidé, il eut la surprise de voir un bateau apparaître dans son champ de vision, et le capitaine Vail s'adressa à lui. Sans rechigner, puisqu'après tout, il avait là une occasion en or et que de toute façon, il faut bien qu'un jour où l'autre il rejoigne les Gun's – très rp ça aussi – Suiji embarqua Tsuna, le cheval et Yaen, et partit vers la crique indiquée par le vieux loup de mer, afin de s'embarquer vers d'autres aventures. Il trouva sur place tous les Gun's – anciens et nouveaux – et sur ordre du capitaine, ils mirent les voiles vers l'infini et au delà ! Est-il besoin de préciser que le pauvre cheval allait sans doute servir de repas pour le soir même ?
Invité
Invité


Mer 23 Fév 2011 - 15:58

Discrètement mais surement, Mizukawa se déplaçait accompagner du capitaine des Gun's. Ils avaient réussit à prendre les engrenages, mission accomplie. Maintenant il fallait sortir d'ici et en douceur. Puis un bruit dérangeant prit place et voilà que mizu et il vit un jeune homme au cheveux gris. Tim son second qui était dans un état second...Il n'eut pas le temps de se poser des questions quand le capitaine lui confia trois marines. Du menu fretin ? Je ne pense pas non.

Les cheveux de notre jeune blond flottait en arrière par cette petite brise qui venait de se lever. Il leva ses bras et se mit en position de combat. Les deux soldats s'approchaient en même temps, le jeune pirate sorti alors ses deux couteaux de sa ceinture pour en lancer un vers deux marines. Ils ont été touché, l'un en plein coeur, une mort lente et douloureuse. Tandis que l'autre se retrouva blessé du pied. Quand soudain un troisième qui surgit de nulle part caché dans une ruelle, observant au loin, prit son fusil et tira sur Sutero. Et deux balles heurtèrent le coté gauche de son corps. Un soupir de résistance se fît entendre.

Il essaya d'esquiver, tant bien que mal, il réussit à chopper celui qui était blessé pour s'en servir d'otage. Il n'était pas bien fort. Le sous officier au fusil hésita puis tira une balle au niveau de la tête pensant bien visé, il tua son camarade. C'est alors qu'il regarda son adversaire avec des yeux de tueur sanguinaire. Son adversaire trembla de peur et vida son chargeur n'importe où...deux autres balles se logèrent et cette fois ci, c'était dans sa jambe gauche. Il était en danger de mort, il ne trouva plus qu'une solution, il sorti doucement son katana de son suya avec un visage exprimant la douleur, tremblant quelque peu. Il rassembla ses forces et toute sa rage pour lancer sa technique qui pourrait le sauver.


Mizukawa Sutero...


Il s'approcha de plus en plus vite sur son adversaire, leva son bras droit et de manière diagonal, il la dirigea sur le cou de son ennemi, ce dernier prit de peur par la vue d'un dragon en forme humaine, resta sans bouger, paralyser. Il allait rejoindre l’éternel pays des songes. La lame fît une courbe et égorgea le marin. Il reposa délicatement son katana et souffla un coup avant de rejoindre son capitaine avec deux balles sur son bras gauche et deux autres sur sa jambe du même coté.

Ensuite il obéit à l'ordre de son capitaine, les manteaux sont maintenant dans la barque et les marins à l'eau. Il prit une de ses clopes mentholés et senti le parfum qui y émanait. Ces cigarettes lui redonnait un peu de forces, ce n'était pas quelques balles qui allait l'arrêter. Le plan d'Unwin avait marcher, les Gun's s'en était sorti avec brio.


* J'ai hâte de voir le bateau pirate et de rencontrer ce que j'appellerais mes nouveaux camarades de jeu. Ils étaient balèze pour avoir provoquer un tel souk sur Manshon. Franchement on s'ennuyait pas...Aie ! Faut que je soigne cette douleur à l'épaule. M'enfin, je me demande ce que j'ai comme surprise dans cette mallette du gouvernement. Et que veulent faire des pirates avec des engrenages, intéressant. En avant pour l'aventure !*
Timuthé N. Tempiesta
Timuthé N. Tempiesta

♦ Localisation : Dans ses chaussures
♦ Équipage : Gun an Gun's

Feuille de personnage
Dorikis: 3100
Popularité: -411
Intégrité: -369

Jeu 24 Fév 2011 - 21:23

Plop...

Plop...

Les deux pots de la toute dernière création du mafieux avaient été ouverts. Le messager de mort balança les couvercles et regarda les deux contenant. Dans l'un d'eux, une pâte couleur sirop de menthe avarié, dans l'autre, une pâte couleur bonbon suisse citron mélisse dont les droit m'empêche de donner le nom, sous peine d'amendes, et d'attaque d'un timbré avec un gyrophare rouge sur la tête.

Tout était prêt, il lui suffisait d'attendre encore une petite minute et le timing serait parfait.

Appuyé sur le mur, profitant de se temps pour essayer de reprendre son souffle, Tempiesta respira difficilement. Si chaque inspiration était synonyme de douleur, chaque expiration donnait un aspect agréable au mot "tourment". Son bras gauche était devenu rubis, les morceaux de céramiques était encore planté à l'intérieur. Chaque fois que son torse se soulevait, la balafre qu'il avait sur le ventre s'allongeait. Le combats avait été rude...

30 secondes s'écoulèrent...

La main droite du garçon s'éleva, et dans lma poche interne de sa veste, il prit une cigarette. Après l'avoir mise dans sa bouche, il mis sa main dans une autre poche, et en sortit une allumette. Calmement, il y mit le feu, et alluma ce qui serait un des clous de son futur cercueil.
Et oui, il ne faut pas oublié les enfant, fumer tue, surtout quand vous venez de vous faire pulvériser 3 côtes pas et que vous galérez pour respirer. Mais bon, que voulez-vous TnT était un de ses cas rare de personnes qui était intelligentes mais suicidaires.

D'ailleurs, en parlant de suicide, il aperçut au coin de la rue un petit groupe de marines. Péniblement, le garçon afficha un sourire. C'était magnifique la discipline et l'ordre, marines arrivaient à peut prêt dans les temps, quoi que avec un peu d'avance, mais ça serait bien la première fois qu'on se plein de voir la personne arriver en avance à un rendez-vous. manifestement les soldats ne l'avais pas remarqué. C'était problématique, surtout pour quelqu'un qui voulait être vu. Et oui, vous l'avez compris, Timuthé avait décidé de se comporter comme un imbécile et faire en sorte que tout le monde le regarde pour pouvoir frimer.

Pour cela, un geste suffit.

Il balança l'allumette encore en feu dans le tas de foin destiné à nourrir les chevaux, parce que, comme dans tous les films, un imbécile avait eut l'idée de fiche le foin hyper-inflammable juste à côté de plein de matériaux en bois qui maintenait l'auberge en place. Bien sur, le foin tout sec eu l'excellente idée de s'enflammer à grande vitesse, tandis que le jeune homme se mettait bien en valeur au milieu de la rue.

Déjà l'orange et le jaune léchèrent le bois et le mur de l'auberge, déjà, les cris des premiers à avoir remarquer le feu retentissait, et encore une fois, le chaos s'abattit sur la citée. Bien sûr, les marines en patrouille à proximité se retournèrent, et virent le diable ensanglanté, qui au lieu de résister, étendit les bras, défiants les hommes de tirer sur un homme qui en cet instant semblait tout droit venu de l'enfer.
Il n'était pas dupe, il n'avais aucune chance, mais il savait se mettre en scène, et mourir fusillé au milieu d'une rue qui n'allait pas trop tarder à être en flamme, et le tout avec le sourire aux lèvres, si ça c'était pas la top classe virile à mort...

Cependant, le destin, et le mec qui fait le récit en avait décidé autrement, et un coup de bol comme il n'en arrive que dans les séries où on veut pas que le héros meurt eut lieu. Ce miracle prit la forme d'un trio de mafieux, anciens compagnons de TnT, qui se mirent devant lui. Chacun des hommes n'était armé que d'un sabre, et ce, pour faire face à 3 fusils braqués sur eux. Le combat était inégale, la mort encore une fois prendrait son dut, mais ce dut ne serait pas le fait de l'albinos.

Celui-ci d'ailleurs commença à s'insurger, et s'apprêta à rosser sérieusement les importuns quand la voix de l'un d'eux le stoppa net dans son élan, lui rappelant qu'il pouvait être encore plus viril que d'ordinaire et déchirer sa race.

Il y a un gros groupe qui t'attend au port...

Non... c'est trop gros un truc comme ça, Tempiesta se laissera jamais piéger! Il est trop intelligent pour ça!

Pendant que le narrateur insultait la stupidité les mafieux, et que les marines s'agenouillaient pour faire feu, TnT lui, partit en boitant, parce que la simple idée qu'il puisse péter la classe en affrontant des centaines de milliers de marines à la petite cuillère, ça lui donnait des ailes. Comment? non, Timuthé n'était pas du tout quelqu'un d'imaginatif...

Tandis qu'il se dirigeait vers une petite ruelle pas loin, le garçon entendit trois coups de tonnerre. Deux sons sourds suivirent, accompagné d'un cri, un cri que seuls ceux qui se savent destinés à mourir peuvent pousser. Pour la première fois de sa vie, TnT se permit de laisser couler une larme sur sa joue ensanglanté. En ce jour de chaos, trois héros allaient mourir. En ce jour de chaos, trois nouvelles étoiles brilleraient au firmament de ceux dont le sang a écrit l'histoire. En ce jour de chaos, le brasier de l'héroïsme s'était allumé. Et tout ça ça mettait sans dessus dessous, il aimait tellement les histoires qui se finissent bien...

La courte avance laisser par ses camarades permit à TnT de se faufiler dans la ruelle. Ralenti et essoufflé comme il l'était à cause de ses blessures, il savaient qu'il allait bientôt être retrouvé, il devait faire vite. Alors qu'il tourna à gauche dans une autre ruelle, sa main valide attrapa un des bouts de céramique qu'il avait dans le bras. Un cri de douleur plus tard, il balançait le morceau qu'il venait d'enlever au sol. Le petit poucet devait s'enfuir, mais il avait besoin d'être suivit pour que le conte se termine comme il le voulait.

La fuite du mafieux dura une bonne vingtaine de minutes. Ces vingts minutes furent divisées entre hurlements de douleurs, morceau de céramique enlevés, et virages dans les multiples rues de la citée. Combien de fois le jeune homme bénit le temps qu'il avait passé à étudier le plan de la ville? Combien de fois sa si grande mémoire lui permit d'échapper à une des patrouilles, qui aussitôt, en le voyant, le prenait en chasse.

Alors que le dernier éclats des armes de mort du garçon était enlevé de son bras, et qu'il débouchait sur une rue un peu plus grande que les autres, il commença à tourner de l'œil. Il avait perdu trop de sang, il avait trop peu d'oxygène. D'une manière ou d'une autre la fin du conte approchait...

Avec le peu d'énergie qu'il lui restait, il versa toute la pâte verte sur le sol, et balança le pot. Dans un ultime effort, il attrapa le deuxième pot, et le retourna au-dessus du petit tas formé par la première pâte. Les pas et cris des soldats qui essayait de le rattraper au loin se faisait entendre. Au loin l'auberge flambait, et des hurlement indiquaient que certain essayaient d'éteindre le feu. Ainsi, le chaos et la mort avaient un cri, et le mafieux ne se doutait pas que ce son serait le dernier qu'il entendrait...

A l'instant où les deux pâtes en bien trop grande quantité par rapport à la dose prévue se touchèrent, un autre son retentit dans la ville. Ce son était un hurlement, un hurlement provenant des enfer lui-même. Un cri d'un aigu intense, issu de la réaction si caractéristique qu'il se passait entre les deux pâtes. C'était comme le dernier chant des Walkyries, déesses guerrières venues sur le monde pour avertir les mortels de l'apocalypse.

Tandis que du sang coulait de ses oreilles, TnT regarda vaguement vers le bout de la rue. Un chariot se dessinait au loin, le capitaine était là, le plan s'était dérouler sans accro.

Urlo di Walkyries...

Ces mots furent les derniers de TnT avant qu'il ne sombre dans le coma. Il ne vit jamais les multiples vitres détruites, par son attaque, et il ne sut jamais que ses poursuivant s'était arrêté un peu plus loin, en se tenant les oreilles, espérant atténuer la violence du son, ce qui allait permettre à Unwin de passé sans trop de difficultés.

_________________________


Quelques jours plus tard, sur le pont du Joe, en pleine mer.

Le navire était calme, chacun des 3 nouveaux membre de l'équipage vaquait aux occupation qui lui plaisait, et le capitaine devait probablement être dans sa cabine, quand une momie aux cheveux blanc ouvrit avec fracas la porte qui menait au quartier de l'équipage.

Capitaine, J'AI FAIT UN REVE!

Et non, désolé pour ceux qui auraient préféré... mais TnT n'était pas mort...
Contenu sponsorisé



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2