AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Une nuit.... oubliable (Décembre 1622)

avatar
Rain Maniko
•• Vice Lieutenant ••

♦ Localisation : Là ======x
♦ Équipage : Rhino Strom

Feuille de personnage
Dorikis: 1945
Popularité: +141
Intégrité: 59

Lun 26 Déc 2011 - 17:10

La soirée s’annonçait morose. Rien de prévu, pas le moral, pas une touche en vue... Il allait surement dormir seul ce soir. Rain était en proie à une petite déprime post-amoureuse. Il errait sans but réel dans les rues de Shell Town. Son service était terminé, il était libre jusqu’au lundi. Un week-end entier....Pfouu...ca allait être long. Depuis quelques temps, il repensait à la seule femme qu’il ait véritablement aimée. Miki. Il se rendit compte qu’il ne connaissait même pas le nom de famille de sa princesse orientale. Il connaissait chaque courbe de son corps, la couleur de ses yeux, le goût de ses lèvres mais pas son foutu nom. De toute façon, à quoi bon, il ne la reverrait probablement jamais. Etant donné qu’elle avait tenté de le tuer lorsqu’ils s’étaient séparés, peu de chance d’être accueillit à bras ouvert s’il y retournait.

Le savant marchait lentement, se laissant dépasser par tous ceux qui s’activaient autour de lui. Il n’avait aucune énergie, rien envie de faire... Pas la moindre motivation... Pas de projets... Bref, une soirée de merde en perspective. Il n’avait personne avec qui aller se changer les idées. Plus par dépit qu’autre chose, il se dirigea au Bar « Mi de Zva », célèbre enseigne de l’île. Boire pour passer le temps, ce n’était vraiment pas des bonnes vibrations du karma, mais ca soulageait. Il leva la tête et vit la petite pancarte en forme de chope de bière qui dépassait du mur, tout au bout de la rue. Ses épaules s’affaissèrent et il trouva la force de souffler bruyamment.


°°Oh putain...C’est vachement loin... La flemme...°°

Il passa devant de nombreux étals qui n’allaient pas tarder à fermer vue l’heure avancée. Des épices, des tissus, des armes, des antiquités... Rien ne lui éveilla l’esprit et il passa sans les voir, comme s’il s’agissait de stands de marionnettes en chaussettes. Quoique... Cela l’aurait peut-être plus fait réagir. Il aimait les marionnettes, ces petites créatures qui répondent et vivent selon vos envies. A force de marcher tête baissée avec un nuage noire lançant des éclairs au dessus de sa tête, il finit par se cogner contre un poteau. Un poteau qu’il connaissait bien pourtant, pour s’y être souvent rattrapé les soirs où son équilibre défaillait.

Il se frotta le front et comprit qu’il était arrivé à destination. En haut du poteau, le nom du bar s’affichait en grosses lettres rouges. Il entra et s’assit avec difficulté sur un des sièges de bar, trop haut pour lui. D’habitude il s’y positionnait avec grâce d’un petit bond mais là, cela ressemblait plus à de l’escalade qu’à de l’installation. Un pianiste s’adonnait à rendre l’ambiance plus gaie, mais n’y parvenait pas vraiment. Le rythme était rapide, les notes enjouées mais cela ne faisait que rendre le tableau plus pathétique encore. Des lampions étaient placés au plafond et diffusaient une lumière rouge sur les cotés et blanche en dessous. De nombreuses tables étaient occupés. Certains jouaient aux cartes, d’autres discutaient bruyamment en tirant sur de gros cigares qui déployaient des volutes de fumée si épaisse qu’elle les camouflait presque.

Rain tira son paquet de cigarettes de sa poche, en sortit et l’alluma nonchalamment. Il posa les coudes sur le comptoir et sa mâchoire au creux de ses mains. Le barman s’approcha de lui.


-Ben alors Rain ? Ca va pas ?
-Bof... Sert moi donc une double dose de rhum blanc s’il te plait.

L’homme lui amena sa collation et resta quelques instants auprès d’un de ses plus fidèles clients. Etre barman, c’était aussi remonter le moral des gens qui venaient picoler chez lui.

-Allez ! Toi qui a toujours la pêche et le sourire d’ordinaire ! Tu vas pas me dire que tu déprimes ? Pas toi !
-C’est gentil de t’inquiéter, mais ca va surement passer. Les femmes, tu sais ce que c’est...
-Oh! Si c'est que ça, je peux t'en trouver! Et pour un bon prix!
-Hum... Je verrais mais j'ai pas trop la tête à chahuter pour l'instant. Je veux juste boire jusqu'à plus soif.

Rain ingurgita son verre d’une traite et le reposa en grimaçant. C’était vachement fort, mais il en avait besoin. Il sortit son portefeuille et en examina le contenu. Il avait assez d’argent pour déclencher un coma éthylique chez tous les habitants de Shell Town. Il se retourna et cria dans le bar :

-C’est ma tournée !

Toutes les conversations s’interrompirent et chacun le fixait avec des grands yeux ronds. Un silence de mort s’installa pendant quelques secondes. L’instant d’après, une véritable ruée se déclencha, tout le monde se précipitant pour être servit le premier. Même le pianiste était de la partie. Un brouhaha et des disputes remplacèrent les mélodies et le vacarme fit plaisir à Rain. C’était vivant ! Joyeux et bon enfant ! Il se fit servir un autre verre et l’avala pour essayer de se détendre un peu plus. Il y avait beaucoup de monde dans ce bar, de tous les bords et de toutes origines. Le marin tenta d’analyser un peu tous ceux qu’il voyait autour de lui. Ça lui ferait une occupation.
avatar
Yukisame

♦ Localisation : Seconde Voie de Grandline
♦ Équipage : Les Griffons

Feuille de personnage
Dorikis: 2530
Popularité: -123
Intégrité: -94

Mar 27 Déc 2011 - 15:30

Après une petite escale aux Cimetières d'épaves, dans South-Blue, je trouvais de bon ton de reprendre mon voyage. Un ciel bleu, un léger vent frais... Que demander de plus ?
Je bloquais la barre du gouvernail dans la bonne position pour me permettre de rejoindre l'île suivante, puis je décidais de piquer un petit somme.
Je ne sais pas combien de temps je dormis, mais je sais par quel temps je fus réveillé : un de ces putain d'orages des mers du Sud, impossible à prévoir.

J'étais tout sauf un excellent navigateur, et depuis mon départ de mon village "natal", je n'avais jamais été confronté à une météo si violente en pleine mer.
Les vagues passer par dessus la coque de mon bateau, dont le fond commençait déjà à se remplir d'eau. Je tentais tant bien que mal d'écoper à l'aide d'un sceau, mais rien à faire ; le niveau de l'eau montait inexorablement.

Alors que je m'attendais à couler ici, en plein milieu de l'océan, j'aperçus une ombre à l'horizon. Elle se rapprochait peu à peu de moi. Au départ, j'étais incapable de distinguer quoi que ce soit à cause du nuage de pluie qui m'obstruait la vue. Mais peu à peu, la forme devint plus nette.

La providence m'avait apporté son aide. Un navire marchand se dirigeait vers moi. Je leur fis de grand signe pour qu'il vienne me secourir.
Il m'avait visiblement repéré, puis que le navire s'immobilisa à peu près au niveau de ma frêle embarcation. Un homme se pencha par dessus le garde fou et m'envoya une échelle de corde pour que je puisse grimper sur le pont.
Juste à ce moment là (le hasard fait bien les choses), une forte bourrasque me déséquilibra et je me pris l'un des barreaux de l'échelle dans la temps avec force.

Je perdis connaissance...

______________________________________

Je m'étais réveillé quelques heures après mon évanouissement dans une cabine faiblement éclairée. Un homme se tenait à mes côtés, sur une chaise placé à côté de mon lit.
J'appris plus tard que c'était le capitaine du navire. Il effectuait un voyage à Shell Town, East-Blue, pour affaire. Il accepta de ma garder à bord du navire quand je lui appris que j'étais cuistot. Mais j'étais condamné à bosser pour lui gratuitement, et à me coltiner toutes les tâches ingrates possibles et imaginables.

Le voyage se passa calmement, sans incident particulier qu'il serait nécessaire de relater ici. A part ma dispute avec un matelot qui se foutait de ma gueule à cause de mon âge présumé (tout le monde pensait que j'avais 14 ans, alors que j'en avais en réalité 18). J'étais tellement énervé qu'à la fin, j'explosais le nez du matelot en question à grand renfort de coup de poêle en fonte, qui dégénéra rapidement en bagarre et nous valu à tout les deux trois jours d'isolement.

Enfin, au bout de quelques jours de voyage (j'ai rapidement perdu le compte exact), nous arrivâmes à Shell Town, ville dans laquelle nous allions être obligé de résider pendant une durée indéterminée.
En descendant du navire, tout les hommes de l'équipage se dirigèrent d'un même mouvement vers un établissement de boisson. Le Bar « Mi de Zva ». Intrigué, je les suivis à l'intérieur.

A l'intérieur, l'ambiance était moins bien chaleureuse que ce que je pensais. La présence du pianiste, qui était sensé réchauffer l'atmosphère, provoquait l'inverse : des morceaux joué par des doigts de virtuose, certes, des enchaînements d'arpèges en triple croches avec des accords plaqués à toute allure, mais pas le genre de morceau qu'on s'attend à trouver dans un lieu pour se détendre. En plus, le piano n'était pas parfaitement accordé.

Je m'assis seul sur une table prêt du comptoir et je me plongeais dans mes pensées. Je me demandais notamment par quels moyens j'allais pouvoir me procurer un nouveau navire une fois de retour à South-Blue...

Je pensais également que, à 18 ans passés, je n'avais jamais gouté à l'alcool. Je m'apprêtais à me lever pour commander un verre, histoire de teste, lorsqu'un homme dit :

-C’est ma tournée !

Le silence se fit aussitôt dans le bar, puis ce fut la ruée générale vers le bar. Grâce à la bonne place que j'avais choisi, je parvins à me placer juste à côté de l'homme qui nous offrait généreusement notre boisson du soir. J'appelais le barman :

-Je prendrais bien la même chose que le mec qui est à côté de moi, s'il vous plaît !

Le barman me regarda, suspicieux... Surement à cause de mon physique de gamin. Après un petit moment d'hésitation, il haussa les épaules et me servit un petit verre de rhum blanc. Tant qu'on le payait...

Je regardais la petite taille du récipient. N'ayant jamais touché à l'alcool, je ne savais pas à l'époque que l'alcool se buvait en petite quantité.
Je ne savais pas non plus qu'on ne buvait pas ça comme de l'eau. Je me saisis du verre et avalait tout son contenu d'un trait.

La sensation que j'éprouvais peu après est difficilement descriptible... C'était pas vraiment de la douleur, mais j'avais la gorge en feu, et j'avais l'impression qu'on me ramonait les côtes avec une brosse à chiottes.
Légèrement sonné, je me resservis un verre avec la bouteille que le barman avait laissé à proximité. J'avalais cette fois le rhum par petites gorgées...
Une douce chaleur m'envahit peu à peu. C'était vraiment agréable : j'avais envie de danser, de rigoler, de déconner,... De faire la fête quoi !

Je voulus me resservir un troisième verre, mais je constatais que la bouteille était vide. Je hélais à nouveau le tavernier, avec une voix un peu plus éraillé qu'à l'ordinaire :

-Par Les trois paires de couilles de Gold Roger ! Barman ! Tu m'en ressers, de ton sirop, où faut que je vienne le chercher ?!

Plus tard, en prenant du recul par rapport aux évènements qui se produirent cette nuit-là, je pris la décision de ne plus jamais boire d'alcool tant que je n'aurais pas trouvé un remède contre l'ivresse...
http://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
avatar
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Mer 28 Déc 2011 - 14:18


-Alors, mon grand? Il a toujours l’air d’un idiot avec ses deux couleurs monsieur Jenkins?
-Non, non, fous êtes très bvien double-ffface.

J’enfonçai encore mon poing dans l’abdomen de l’idiot qui s’était moqué de moi dans la rue. Lorsqu’il s’était mit à rire de ma tronche dans une rue boueuse du port de Shell Town, quand lui et ses amis sont passés à mes côtés, j’avais tôt fait de traîner le chien dans la ruelle la plus proche. Lorsque ses amis ont comprit le traitement que je lui réservais, ils ont prit leur jambe à leur cou sans demander leur reste, les lâches. Ça devait faire une bonne demi-heure que je tapais sur le bougre sans m’demander si j’devais arrêter ou pas. Je sais que d’habitude c’est une expression que le commun des gens utilise pour menacer quelqu’un, mais maintenant je crois encore que sa mère n’aurait pu r’connaître le mec après le bon temps qu’on a passé ensemble. Je sais pas si le jeune homme avait déjà ses dents de sagesse mais si c’tait l’cas il devait plus les avoir. Les autrefois tout de même beaux yeux marrons de Bob (j’lui ai pas demandé son nom donc…!) étaient maintenant invisibles sous l’enflure de ses paupières. Le teint rosé de sa figure avait viré au rouge sous le manque d’air et l’affusion de sang dans sa bouche et ses narines. Ses beaux cheveux cirés semblaient poussiéreux, sales et ébouriffés. Probablement du fais que je l’avais traîné dans la boue et avait organisé une rencontre entre lui et une flaque épaisse et opaque de boue.

-J’ai pas bien compris champion peux-tu répéter?
-Fe fuis défolé monvieur Double Fafe.
Une autre claque dans la figure.
-Monsieur qui? Pas de surnom entre nous …hein Bob!
-Monfieur Venkins… prononça-t-il en haletant, les larmes coulant sur le rebord de ses joues.
Une autre tite dernière pour la route *Vlan*
-C’est bien! Je suis fier de toi Bob! Bon maintenant j’vais t’laisser je crois que t’as bien compris ce qu’est le respect mon cher.

Je laissai glissé Bob le long du mur de la ruelle et sortis sans me retourner, ses amis finiraient par revenir chercher sa pauv’ carcasse. J’époussetai tranquillement le smoking noir et blanc (qui s’agençait si bien avec mon teint facial) que j’avais revêtus pour sortir en ville, trouvant l’atmosphère du chantier de construction du Léviathan trop barbante. Jours pour jours, je crois que j’avais atteint mon premier mois de travail sur ce bateau infernal où tout va trop vite et où tout le monde est occupé. Je m’ennuyais un peu des deux années de navigation que j’avais vécus après ma sortit de l’asile de Luvneel à bord d’un bateau de taille NORMALE , avec un équipage de taille NORMALE ainsi qu’une artillerie de niveau NORMALE! Fheeeeew. Ça fait du bien parfois de laisser ses émotions aller.
« Ça fait une demi-heure que tu tapes sur un pauvre innocent et t’as encore besoin d’extérioriser tes émotions? Ben dis-donc! Et après c’est moi le psychopathe entre nous deux! On aura tout vu. »

-La ferme Dark tu décides pas pour moi j’te signale!

Cette réplique eut pour effet d’effrayer une jeune bourgeoise qui marchait près de moi. Je félicitai sarcastiquement Dark pour m’avoir fait rater une nouvelle prise même si, intérieurement, je savais que je n’aurais probablement jamais de chance avec les femmes peut importe leur race ou leur âge. C’est sur cette triste note que débouchai avec mes dents une vieille gourde qui venait avec le matos qu’on t’remettait quand tu entrais dans la marine. À la base, elle devait sûrement contenir de l’eau, c’était son but premier ça c’est certain. Mais aucun marin n’avait un jour utilisé celle-ci pour s’hydrater en eau, et ce peu importe leur grade. Ah, parlant d’alcool, j’aperçu un peu plus loin dans la rue Rain Maniko. J’crois bien qu’y f’sait partit de la cohorte de scientifiques qui devaient s’occuper de la supervision de la construction du Lev’, dont je voyais encore la silhouette qui surgissait à travers les toits des maisons et les étoiles du ciel dégagé de la clair mais fraîche soirée. Bref, ce mec, avec ses p’tites lunettes et ses cheveux longs, hérissés et en bataille était probablement mon supérieur. J’n’étais pas du genre très social dans pas mal de milieux à cause de mon état physique.
« Tu veux dire pas social du tout! Idiot… »

Et de toute façon si j’essayais, la plupart du temps on me riait à la gueule ou encore on s’enfuyait le plus loin possible.

« Eh idiot si t’essayes rien t’auras rien! Ok ? Alors moi je compte pas passer mon existence à attendre que MONSIEUR L’INTROVERTIT se décide à vivre pleinement sa vie! Comprit le blanc? »

-AAAH, c’est bon la ferme je vais aller le voir ton binoclard moi!

Une bonne lampée de *citronnade* (au goût plus fort que je l’avais prévu) m’décida à aller de l’avant. J’avais souvent vu le bonhomme sur le chantier, rarement il travaillait j’croyais bien. La plupart du temps il picolait assit sur une poutre ou une autr’ machine, ou encore il se tapait une nana quequ’ part pas très loin. Enfin, le scientifique devait pas passer de soirée morte selon le portrait que j’m’était dressé de lui, aussi bien le suivre.
Seulement, frapper sur la caboche du premier venu qui s’moque de toi, c’est pas toujours la meilleure solution et ça peut apporter des problèmes.
« Beuuh non! Qu’est-ce que tu racontes de stupide comme ça toi! »
Alors que Rain entrait dans un bar la grand place, on me retenu par l’épaule, me forçant à me retourner. Je levai les yeux sur un mec qui devait faire un ou deux mètres de plus que moi, derrière lui se trouvaient Bob et ses amis quoi rigolaient en imaginant la raclée que j’allais me prendre.
Je sais bien, faut pas se laisser impressionner par l’apparence extérieure, mais ce pachyderme là devait bien valoir son poids en force et en endurance. En tout cas, ça aura probablement été la fois où j’ai eu le plus de difficulté à entrer dans un établissement publique.

-Eh, euh, je sais pas c’que tu prévois mon grand mais j’espère que tu sais que je suis sergent dans les rangs d’la mari…

J’ai pas eu le temps de finir ma phrase qu’un poing gros comme un boulet v’nait caresser ma joue…
***
Je cru bien avoir perdu Rain car j’entrai dans le bar (avec quelques courbatures et en boitant un peu), c’était le chaos, la débandade. Bon, c’tait p’t’être mieux de lâcher le morceau après tout
«Tu te fous de moi là!? Tu viens d’exploser un éléphant et t’abandonnes comme un fumier? »

-Bon j’en ai marre Dark! Tu la fermes ou c’est toi que j’explose!

Frustré par l’attitude de Dark, et pour lui montrer que j’t’ais pas une lavette, je me dirigeai vers le barman en poussant les soulons et les fêtards sur les côtés. Décidemment, ce n’était pas ma soirée, durant ma progression, un vieillard me vomit sur les souliers et un soulon endormi me fit trébucher. Mais finalement, j’atteins le bar où je me plaçai à côté d’un bambin d’une quinzaine d’année qui engueulait le barman pour avoir plus de rhum. Alors, sans me demander mon avis, sans même m’y préparer, Dark pris la parole pour moi.
-Hey fiston pousse toi et laisse moi boire un peu, tu me pompes l’air et c’est pas une place pour les bambins ici.

Une choppe glissa alors jusqu’à moi et, tout en regardant le jeune homme, je la vidai d’un trait tout en essuyant distraitement mes souliers souillés sur les habits du jeune homme dans la quinzaine.
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
avatar
Yukisame

♦ Localisation : Seconde Voie de Grandline
♦ Équipage : Les Griffons

Feuille de personnage
Dorikis: 2530
Popularité: -123
Intégrité: -94

Dim 8 Jan 2012 - 15:48

Waouh... Ca tourne autour de moi ! C'est trop bien l'alcool ! Pourquoi j'ai pas essayé avant ?

J'en étais à mon troisième verre lorsqu'un homme vint se placer à côté de moi alors que je me servais une quatrième fois. Un type bizarre d'ailleurs : il avait la moitié de la tête blanche, l'autre était noir.
Il me parla sur un ton qui me déplut beaucoup :

-Hey fiston pousse toi et laisse moi boire un peu, tu me pompes l’air et c’est pas une place pour les bambins ici.

Il me fixait tout en vidant une chope d'un trait. Moi, complétement explosé par l'alcool, je pris une bonne dizaine de seconde avant de réagir. Je l'engueulais d'un coup :

-Nan mais dis donc, tu t'prends pour qui là, face de domino ?! Tu sais à qui c'est que tu causes là ? Figure toi que chuis un futur ishi... bishi... ah merde ! un futur cap'tain corsaire ! Alors t'as intérêt à te calmer !

Sur ce, je commençais à siroter mon verre tranquillement. Mais je sentais comme un poids contre ma jambe. Je baissais les yeux et je vis que c'était "face-de-domino" qui s'essuyait le pied sur mon pantalon !

-Nan mais oh ! t'arrêtes tes conneries là, oui ?!

Je me décalais légèrement, de façon à ce que mon voisin ne puisse plus me toucher. En regardant mon habit, je vis une légère trainée brunâtre là où le pied de l'homme m'avait atteint. J'y touchais du doigt pour le sentir ensuite...

Putain ! C'était de la gerbe !

Je me retournais vers le type à le drôle de tronche, vraiment énervé. Je saisis mon verre et lui balançait le contenu dans les yeux.

-Tiens ! Ca t'apprendra à me cradosser mes fringues !

Là-dessus, je me retournais et tendais la main pour me servir un nouveau verre de rhum...

Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
avatar
Rain Maniko
•• Vice Lieutenant ••

♦ Localisation : Là ======x
♦ Équipage : Rhino Strom

Feuille de personnage
Dorikis: 1945
Popularité: +141
Intégrité: 59

Mar 10 Jan 2012 - 15:53

Petit à petit, le rhum commençait à faire effet. La demoiselle se perdait dans les méandres des pensées du marin. Les frivolités ponctuelles et sans intérêt du quotidien voyaient leur intérêt décupler un peu plus à chaque seconde. Comme le nombre de trait qu’il y avait sur la chope de Rhum par exemple. Qui aurait imaginé qu’il y en ai vingt-deux, toutes parfaitement parallèles et tout, et tout... Celui qui avait fait cette œuvre n’était pas la moitié d’un abruti. Mais... Il y avait beaucoup de bruit dans ce bar, c’était vraiment dérangeant. On ne pouvait même pas réfléchir paisiblement. Rain tourna la tête et vit un homme avec un visage totalement noir avoir s’entretenir vivement avec un jeune garçon.

°°C’est eux qui font tout ce bruit ? Et pourquoi il est tout noir celui-là ?°°

Rain cligna des yeux et l’homme s’était retourné. Il était tout blanc à présent ! Oulala... L’alcool commençait à faire des siennes et c’était tant mieux. Le savant se sentait léger, il avait envie de parler à tout le monde et de faire un peu tout ce qui lui passait par la tête. Laisser libre cours à ses envies, se débarrasser des chaînes de la société et du bon comportement en communauté. Il voulait être libre ! Il reprit un verre, l’avala sans même le sentir et monta debout sur le comptoir. Plusieurs personnes le regardèrent, d’autres étaient occupés à gérer leur propre taux d’alcoolémie. D’autres encore avaient déjà atteint le point de non-retour et se précipitaient en direction des commodités. Une fois hissé là-haut, il se sentait vachement grand. C’était drôle ! A tel point qu’il ne savait plus quoi dire et se mit à partir d’un grand rire de fou. Il sentit quelque chose le tirer au niveau de la jambe, se retourna et vit le barman qui tentait de le faire descendre à l’amiable. D’un geste, le chimiste se libéra et retrouva sa verve.

-N..non ! Je vais pas d... descendre jusqu’pace que... tu meldis ! Regardez-moi mesdamezè.... messieurs....

Il s’arrêta un instant, le regard perdu dans le vague, sa phrase en suspend. Lui-même ignorait la raison de cette interruption mais il avait sentit au plus profond de lui qu’elle était nécessaire. Voire même vitale. Il secoua la tête et reprit, sans la moindre idée du temps qu’avait duré cette pause.

-Elle était p...p...parfaite ! Alors, hein ? La vie ! Le destin ! Dieu p..peut-t-t-être mêmmmme. Jsais pas qui décide de tout ça, là ! Mais c’est un b..b..bel enffoiré, tiens ! Pourquoi que moi jpourrais pas mtrouver une fille bien ? Hein ? Qui peut mldire ça ?

Tout en apostrophant les gens, il s’était mis à gesticuler avec de plus en plus d’amplitude, éclaboussant tout le premier rang du contenu de son verre. Certains trouvaient la situation comique et se mirent à lui jeter tout ce qui leur tombait sous la main ! Rain ne s’en rendait même pas compte, il continuait sur sa lancée pseudo-philosophique à propos des femmes.

-Une fille gentille ! Avec des gros ssssseins !

Il fit alors une chute en arrière qui fit tomber un bon nombre des bouteilles de l’étagère sur lui. Il n’aurait su dire si cela lui fit mal ou non. Il se releva en essuyant l’hémoglobine qui coulait de son bras et en léchant le liquide libéré des bouteilles qui s’était répandu sur ses mains. Il bouscula gentiment le barman pour aller servir les clients. Maintenant qu’il était de l’autre coté du comptoir, il pouvait bien rendre ce service. Il s’approcha du jeune et posa sa tête sur le comptoir, trop flemmard pour la tenir debout de lui-même.

-Alors le môme, ça picole ? Va tttrouver une gonzesse au lieu de parler avec çui-là ! Il est tout blanc !

Mais vu de près, il vit que l’homme était en fait moitié noir et moitié blanc, selon l’angle de vue. Cette découverte le fit chanceler et il s’écroula complètement sur le comptoir en essayant de se pencher vers lui. Il tendit la main et toucha le visage de l’inconnu.

-Waouh ! Trop cool le tatouage !

Il lui pinça la joue et comprit qu’il ne pourrait pas l’enlever. Il lui fit un grand sourire et eut un petit vertige. Il avait envie de jouer ! Là, maintenant ! Il fallait absolument qu’il se défoule. Il entreprit courageusement de faire tout le tour du comptoir, qui devait faire une bonne centaine de mètres de long, afin de rejoindre les deux énergumènes. Il croisa en chemin une superbe demoiselle aux arguments généreux et la courbure des hanches appétissante. Il s’en approcha et lui parla pendant quelques instants. La demoiselle, elle-même bien amochée par la boisson se laissa attendrir par le discours maladroit du garçon. A moins que ce ne soit simplement son physique. Il la prit par le bras avec un romantisme excessif. Ou du moins c’est l’impression qu’il eut. En vérité, si elle n’avait pas été là il serait surement tombé au sol instantanément. Tout son poids pesait sur le bras de la jeune fille qui commença à en éprouver une vive douleur. Arrivé aux deux garçons, il s’assit sur un tabouret, au grand soulagement de la lady.

-Salut, les gars ! Alors on ssss’éclate, hein ?! Allez-y c’est ma tt...tournée. Et..c’est vrai que ça tourne... Je vous présente...euh....
-Pffff.... Mylène ! T’es trop naze !
-Voilà ! Mylène ! Et pis moi ben c'est Rain!

Il reprit un petit peu ses esprits en espérant que les deux garçons allaient se calmer et plus picoler. On est là pour boire, draguer, s’amuser et déconner. Pas pour se battre ! Let’s go party !
avatar
Yukisame

♦ Localisation : Seconde Voie de Grandline
♦ Équipage : Les Griffons

Feuille de personnage
Dorikis: 2530
Popularité: -123
Intégrité: -94

Mer 18 Jan 2012 - 18:21

Un type étrange avec des lunettes violettes vint se mettre entre mon interlocuteur bicolore et moi. Il commença à faire le zouave et à déblatérer des conneries.

"Va trouver une gonzesse" ? Nan mais oh ! Y s'prend pour qui lui ? Qui est ce qui te dis que j'en ai pas de copine d'abord ? 'Tain, les gens, toujours en train de faire des réflexions sur les autres sans apprendre à les connaître...

Bon, c'est vrai, j'ai pas de nana, mais quand même !

Et puis, pourquoi il m'appelle gamin aussi... J'ai 18 ans dans quelques jours, ça se voit pas.

*Euh... Non Yuki, en l'occurence, ça se voit pas du tout...*
*Ta gueule, la voix !*


Pff... Enfin bref. Le mec eut comme idée de se faire le tour du gigantesque comptoir. Il y arriva plutôt bien, jusqu'à un certain point. Le point, dans ce cas, c'était une jolie donzelle vachement bien foutue. Ca l'avait coupé court dans son élan, cette rencontre : Et vas-y que j'te drague, et vient là que j't'agrippe par le bras dans le genre "j'suis un putain de gentleman"... Le stéréotype même du séducteur bourré...

Tiens, le voilà qui se ramène vers le domino et moi avec sa blonde... Y vas quand même pas nous la présenter ?

Ben si.

-Salut, les gars ! Alors on ssss’éclate, hein ?! Allez-y c’est ma tt...tournée. Et..c’est vrai que ça tourne... Je vous présente...euh....

La nana l'envoya chier proprement en voyant qu'il ne se rappelait pas de son nom, puis il nous dit qu'il s'appelait Rain.

Je lui répondais donc, comme l'exigeait la politesse :

-Rain ? C'est improbable comme nom ! Enfin... Pas aussi improbable que la tronche à l'autre ahuri d'à côté ! Au passage, j'm'appelle Yukisame !

Je me resservais un verre de rhum blanc, le cinquième, et je le brandis en direction des nouveaux arrivants :

-Ah ta santé, Ô homme généreux qui nous offre notre débit de boisson en ce soir d'hiver !

Et tac ! Un autre verre cul-sec ! J'eus soudain un haut-le-coeur... Je crois que je suis aller un peu trop loin...

-Les gars, je crois que je vais arrêter de boire là... J'me sens mal...

Et puis là, ça a fait comme un percepteur d'impôts : c'est arriver sans vraiment prévenir...
Je régurgitais diner, quatre-heure et déjeuner (ainsi que les quelques verres d'alcool que je m'étais torché dans la soirée) sur les pieds de Rain. Je me redressais, un peu pâle. Je me sentais quand même franchement mieux après avoir tout évacué !

Je regardais le pantalon de l'homme aux lunettes violettes : ban il était tout dégueulasse maintenant...

-Oh merde... J'suis désolé pour tes fringues, mec !

Le rouge prit peu à peu la place du blanc sur mes joues : c'est pas parce qu'on est ivre qu'on ne peut pas être gêné...

Je saisis un torchon qui se trouvait sur le comptoir (renversant au passage une ou deux bouteilles) et me baissais vers les jambes de Rain.

-Laisse faire, dude, j'vais essuyer !

Et hop ! En deux temps trois mouvement, j'avais à peu près nettoyé le pantalon de mon voisin !

-Ca y est ! C'est tout propre ! Tu m'en veux pas trop j'espère ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
avatar
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Ven 20 Jan 2012 - 14:14

J'essuyai lentement l'alcool qui parsemait mon visage. C'était un rhum de pas trop mauvaise qualité comme on en sert si bien dans les tavernes de l'île. Pas seulement mon visage mais aussi mon beau smoking d'occasion, fallait dire que j'avais pas choisi mon soir pour sortir.
Et qu'est-ce qu'elle avait ma tronche elle est bien ma tronche nan?

"J'dirais juste qu'on est pas très conventionnel champion..."
-Ça va j'vois l'topo la ferme là.

Je n'allais pas me frustrer pour une lampée d'rhum dans l'front. Ce n'étais pas nécessaire, surtout pas face à un môme. J'attrapai un vers des mains d'un mec qui passait près d'moi pour le vider d'un trait. L'atmosphère était devenue chaude, humide et bruyante, bref, le barman allait bientôt perdre le contrôle de la situation et la facture de réparation du bâtiment allait coûter cher au proprio.
Ah tiens, on dirait que je n'm'étais pas trompé. Le lieutenant Rain était bel et bien dans la place. Et il ne semblait plus avoir toute sa tête. Héhé, il fallait croire que le lieutenant n'avait pas une constitution à l'alcool aussi développée que la mienne. Je nettoyai mes fringues avec un torchon que je trouvai pas sur le comptoir, tout en regardant d'un regard amusé la discussion entre Rain et l'autre môme pouilleux. On dirait bien que Rain avait manqué une prise, aux courbes délicieuses il fallait le dire, qui s'en allait en se dandinant à travers la foule grisée par l'alcool. Il y avait d'autre d'moiselles dans la foule, mais j'avais longtemps laissé tomber ce point de ma vie sous les conseils de Dark. Les gens ne sont que très rarement attiré par une...

-Tronche d'ahurie comme le mec d'à côté...

Ça y était, le môme avait poussé le bouchon, s'en était trop, on ne me marchait pas sur les pieds sans apprendre une bonne leçon. J'allais bousculer le lieutenant alors que le bambin, qui venait de se vider son cinquième verre, lui déversa son estomac sur les fringues. Pathétiques, et ça ce permet de m'insulter! Maintenant il rampait devant Rain pour l'essuyer comme une petite ménagère. Une fois son boulot terminé, je bousculai Rain, tirai une chaise à côté de l'enfant et m'adressai à lui sur un ton de défi.
-On ne marche pas sur les pieds du sergent Double Face sans en payer les conséquences fiston! Et je vais te l'apprendre illico! Lieutenant Rain! Deux verres de l'alcool le plus fort et le plus sec qu'y à pas ici!

"Hoho! J'aurais opté pour un coup de poing mais voilà une bonne idée! Félicitation champion!"
-Héhé, tu vas y goûter le môme!

La foule , pour ce qui en restait qui n'était pas soul mort sur le plancher, commençait à s'agglomérer autour de moi et du jeune garçon, attirée par ma voix puissante. Le jeune homme ne semblait plus avoir toute sa tête, ça allait être un jeu d'enfant. Un silence commençait à s'installer autour de nous, ponctué par les rires attardés de soulons au fond de la sale ainsi que de bruit de vomissements. La place était chaude, ça allait faire un beau spectacle. J'engouffrai le premier verre sans hésitation. Le deuxième aussi.
"Ça va en prendre encore un sacré paquet pour que tu t'sentes drôle mon gars! Il a pas choisit son adversaire c'te bambin là!"
-J'te l'fait pas dire!

Le jeune homme fixait encore le premier verre, le regard un peu vague, c'est sûr que ça allait être difficile pour lui étant donné qu'il avait déjà pas mal passé une limite acceptable pour sa faible constitution. Mais j'y peux rien, il m'a défié, il va en payé les conséquences!
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
avatar
Yukisame

♦ Localisation : Seconde Voie de Grandline
♦ Équipage : Les Griffons

Feuille de personnage
Dorikis: 2530
Popularité: -123
Intégrité: -94

Sam 21 Jan 2012 - 13:55

Le type aux lunettes violettes, que je venais de nettoyer (le type, pas les lunettes) fut brusquement bousculé. A sa place se trouvait l'homme auquel j'avais balancé un verre de rhum à la tronche. Celui-ci s'adressa à moi, comme s-il voulait me défier.

-On ne marche pas sur les pieds du sergent Double Face sans en payer les conséquences fiston! Et je vais te l'apprendre illico! Lieutenant Rain! Deux verres de l'alcool le plus fort et le plus sec qu'y à pas ici!

Le silence se fit dans la salle. Les clients commençait à s'agglutiner autour de nous, alors que deux verres firent leur apparition devant le mec à la tronche improbable. Dans ses yeux brulaient une étincelle de défi.

Il se saisit du premier verre et le vida d'un trait. Je le regardais abasourdi : il avalait ça comme un verre de lait !
Et hop ! Voilà qu'il s'enfile le deuxième.

Il me regardait maintenant. Moi, j'avais les yeux rivés sur le premier de mes verres d'alcool. Un concours de beuverie... Avec ce que j'avais ingurgité précédemment, j'allais pas pouvoir tenir longtemps !

J'avais le choix : ou bien je laissais les verres à leur place et je passais pour un minable, ou bien je continuais à boire, dans le risque de rouler sous le comptoir complétement ivre, mais au moins mon honneur serait sauf.

Je choisis l'honneur.

Je pris le premier verre dans ma main. Je l'amenais jusqu'à ma bouche et avalais une gorgée.

Je reposais violemment le verre sur la table : par le chapeau de Luffy, ça arrache !

Face de domino me regardait avec une lueur de triomphe dans les yeux. Il croyait avoir gagné ? Je n'avais pas encore fini.

J'avalais la seconde moitié du verre, ma main tremblait fortement. Une fois le récipient vidé, je reposais lentement le verre sur la table et m'essuyais la bouche d'un revers de main.

Je regardais l'homme qui me faisait face tout en souriant. Puis, peu à peu, je basculais vers l'avant...

Je m'effondrais au sol, face contre terre. J'étais encore conscient de ce qui se passait autour de moi, mais j'étais incapable du moindre mouvement : toute force avait abandonné mon corps. J'entendais les dernières personnes assez lucide pour parler :

-Putain, il aurait jamais dû boire autant, ce gosse...
-En même temps il l'a bien cherché ! Il avait qu'a pas manquer de respect à un marine !

Bon les mecs, c'bien cool de discuter comme ça... Mais vous voudriez pas m'aider à me relever ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
avatar
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Jeu 2 Fév 2012 - 3:26

J'engloutis un troisième verre du brûle-gosier que le lieutenant nous avait servit, puis, j'me levai et marchai vers l'enfant, soul-mort sur le sol qui baignait dans une vomissure jaunâtre et malodorante. Je le pris par le collet et le remis à un mec qui passait près de moi.
-Ramène c't'enfant dehors, fait lui boire au puits et prendre un peu d'air avant qu'y nous pète un comas idyllique.
Le barbu à qui je venais de remettre le jeune acquiesça ,pris le jeune homme et partis en direction de la sortie. À bien y penser, j'aurais peut-être voulu sortir prendre l'air avec eux. Ici, l'atmosphère devenait torride et des fragrances nauséabondes commençaient tranquillement à parsemer l'air de l'endroit, endroit où un claustrophobe aurait facilement pété une crise cardiaque. Effectivement, il devait maintenant y avoir trois personnes par mètre carré. Partout où n se déplaçait, on se faisait bousculer par des gens qui dansaient où des soulons qui s'endormaient sur place. Deux mots me venaient à présent à l'esprit, pathétique ainsi que génial. Un vrai chaos comme on a rarement la chance d'en voir. Maintenant, plusieurs hommes et femmes, tous plus ou moins conscient de leur état d'ébriété s'étaient agglutinés autours de la table et demandaient un deuxième round. Ils voulaient voir d'autres mecs se souler devant moi et perdre? Des gens m'encourageaient à gagner? Moi? Double-Face l'étrange?

"Ce sont que des salauds, ils s'intéressent à toi que parce que tu fais un truc drôle pour eux... Si tu les croiserais dans la rue ils s'enfuiraient en courant."
Dark avait raison, ces gens là n'avaient rien à foutre de moi, ils cherchaient juste une attraction où s'amuser. Tous ces hommes et ces femmes débauchées me comparaient à une bête de foire. Pourquoi? Mon visage? Tout simplement exact, parce que les gens différents, on ne les acceptent pas dans cette société, tel était mon destin. J'aurais pu leur exploser la gueule, par frustration, j'aurais pu faire un malheur dans l'auberge. Au lieu de ces solutions si facilement abordables mais absurdes, j'ai décidé de jouer le jeu, de leur montrer que je pouvais faire la fête et vivre pleinement mes soirées comme tout le monde. J'agrippai donc la chaise et me rassis à la table.
-Lieutenant Rain! Resservez-nous donc ce crache-feu de tout à l'heure! Quelqu'un veut s'opposer à moi?! Le mec qui vient de souler un gamin de 12 ans?!
"Combien t'en embarques?"
-Le plus possible.
"J'suis avec toi."
Le premier à s'assoir devant moi aurait pu faire casser la chaise tellement il était immense et gras. En fait, ça me pris environ quinze secondes pour reconnaître le pachyderme que j'avais affronté avant d'entrer dans la taverne. Un chauve, aussi large que grand, avec une moustache bien fournis de laquelle coulait encore de la mousse d'une bière prise il y une minute. Il avait plusieurs ecchymoses sur les bras et le visage, des marques à peine cicatrisées et des échardes. Je n'aurais pas cru qu'il soit assez endurant pour se relever si tôt après notre combat. Maintenant, il demandait un verre et se devait de gagner face à moi.
Un verre, ça brûle mais ça coule bien.
Deux verres, pas de problème, pourtant, j'ai cru voir mon adversaire froncer un sourcil.
Trois verres, les joues du gros tas ont commencé à se teinter de rouge.
Quatre verres, ça lui a pris pas mal de temps reposer son vers, il devait même plus avoir de papilles gustatives.
Cinq verres, ça commençait à tourner autour de moi, et la blague du mec près de moi, ben elle était beaucoup plus drôle que je ne l'aurait cru.
Six verres, le gros lard avait les deux yeux fermé et le visage complètement écarlate. Le concours tirait à sa fin.
Sept verres, lui il est passé un peu plus difficilement qu'les autres. Mais coup de chance, le gonflé du bide à faillit s'écrouler au sol, mais y s'est relevé et s'est rassis, le salaud.
Huit verres, c'était terminé le gros tombait à terre en faisant trembler le sol sous le poids.
Je me levai pour me faire acclamer par la foule ivre autour de moi, mais avec beaucoup plus de difficulté que tout à l'heure, ça tournait tout partout et j'avais un peu mal à la tête.
"Bon maintenant qui est le prochain!"
-Euh Dark, j'suis pas sûr de me sentir bien là...
"C'est pas grave continue! Tu vas passer pour un nul sinon!"

Cette réplique eu l'effet d'une bonne gifle et me remis en état. Un peu titubant, je me levai et, tout en levant un verre proclamai ma souvraineté.
-Qui est le prochain qui voudra m'afffffronter! C't'a vot' tour lieutenant Rain aller! Aller bien!Je m'assis ensuite lourdement, l'œil brillant et empoignai un verre, j'n'avais aucune idée de comment pouvait finir tout ça mais demain je n'allais probablement pas travailler.
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1