AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Investigations part. 1

Satoshi Noriyaki
Satoshi Noriyaki
PNJ
Greed
♠♠ Capitaine Corsaire ♠♠

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Truands

Feuille de personnage
Dorikis: XxxX
Popularité: 800
Intégrité: 10

Mer 1 Fév 2012 - 15:40

Quelques part entre les ombres...



Il y a des matins où l'on a du mal à digérer son petit déjeuner... Surtout si on se retrouve devant le cadavre d'un ancien amour... Les dépouilles d'un beau rêve. Là, dans son lit à moitié nue et le visage torturée, je retrouve l'une de mes anciennes compagnes, entourée de photographes et d'enquêteurs. Le chef de ceux ci, cigarette au bec et costard cravate, se tourne vers moi.

« La reconnaissez vous ? »

« Oui... Avez-vous déjà des indices ? »

« Absolument rien. Pas d'arme, pas de mobile, pas de suspect.
J'avais pensé que vous pourriez nous aider... »


« Ça faisait longtemps que je ne la voyais plus...Trop... »

« Ecoutez-moi, Noriyaki, je vous le dirai une seule fois : Pour le bien de tous, tâchez de garder votre nez hors de cette affaire...
...
Avez vous compris, Noriyaki ? »


Je jette un regard prompt sur la victime et aperçoit le "trou de balle" entre ses deux yeux, elle git sur ce lit d'un air apeurée et désemparée. Je ne peux me permettre de rien faire. Je commence donc à me diriger vers la sortie, observant la pièce mains dans les poches de ma veste beige, tout en n'oubliant pas la question du bonhomme très comique.

« Allez vous faire foutre, Dogger. »

De retour dans mon petit appartement misérablement dérangé, je me rends compte que parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais plus certainement parce que cela ressemble aux vestiges de l’être civilisés que je fus jadis. Mais tout ça, c’était du passé, un passé qui ressurgissait à la une du journal.

« Chat Kira, morte dans sa chambre dans d’étranges circonstances. »

Elle ne rayonnait pas comme un astre, la première fois que je l’ai rencontrée, bien au contraire son visage ne reflétait rien d’autre… Que la pâleur de la peur. Il m’a semblé pour le moins bizarre qu’elle soit aussi inquiète de recevoir autant de preuves d’affection de la part de ses admirateurs… Jusqu’à ce que je lise les messages

‘Profite des fleurs et de tes derniers jours. Salope !’
‘Au plus beau des futurs cadavres’

Il s’agissait de faire un travail discret et efficace, et moi, quand je m’y applique, je suis très discret, le dernier à l’avoir envoyé une lettre était un herboriste reconnu, je lui ai rendu une petite visite pour lui coller mon 9mm entre les dents, sans pour autant le tuer. Je suis donc sans doute plus efficace que discret. Ma cliente a été ravie des résultats, à tel point que lorsque je lui rendis visite, elle décida de ne pas se passer de mes services, mais pas ceux de détectives… Tout cela se finit sur la banquette. Ce fut la plus heureuse époque de toute ma vie. Elle n’avait rien de surnaturel, c’était quelqu’un de normal avec ses problèmes et ses émotions… Ses inquiétudes aussi, mais aussi ses faiblesses. La boisson, le flirt avec des hommes d’affaires plus que… Stupides… Et bien d’autres choses. Et puisque personne n’est parfait et que l’amour à la carte n’existe pas, les circonstances ont vaincu et fini par nous. séparer. Depuis lors, je ne l’avais jamais revue… Jusqu’à aujourd’hui. Une étoile s’était éclipsée. Abandonnant mon passé dans le noir, égaré quelque part entre les ombres. Et personne ne peut vivre sans son passé. Je regarde par la fenêtre. Là dehors, se cachait le coupable de deux meurtres, au moins celui d’une personne et celui de mes souvenirs. Et ce salaud allait le payer. Je n’avais rien pour commencé, alors je suis allé voir Jake Ostiombe, un vieux copain boxeur qui en gagna de belles. Carrure de roi gorille, cet homme gagnait tout. Il était un poids lourd que j’avais recommandé moi-même à Kira comme garde du corps… Et sincèrement, à voir la force de ses crochets, je ne crois pas avoir eu tort. Arrivé dans une chambre, on commence une discution qui m’aidera. Apparemment, Jake avait été viré il y a un bout de temps parce qu’elle n’avait plus besoin de lui, qu’elle avait son propre sevice de sécurité… Et d’après lui les hommes de main qui l’entouraient devaient être payés par un de ses nombreux ‘admirateurs’. Il me donna un nom. Un certain Léon, rien qu’à entendre que celui-ci pourrait être son assassin me fit déchirer un des sacs de boxe qui trainaient dans la salle. Je cherchais, je cherchais, puis je trouvai.

Léon Kronski, scénariste de cinéma. Tels étaient les prénom et nom du dernier amant connu de Chat… Tout laissait penser que Léon était parti précipitamment en voyage ou qu’il avait pris la fuite, ce qui faisait de lui le suspect numéro un. Pourquoi ? Je m’étais introduit en crochetant la serrure dans son appartement et j’avais fouillé. Tout était en désordre, mais quelque chose ne collait pas avec mes premières hypothèses. Ce n’était certainement pas la demeure de quelqu’un pouvant s’offrir le luxe d’un service de sécurité privé… Je repèrai une plaquette « Cypher Club » que je retins dans un coin de ma tête, mais ce fut la seule chose que je pus voir. Quelqu’un ouvrit la porte d’entrée et je du me précipiter pour me cacher dans un coin. La tension était à son comble, dans ces moments là vous savez que la moindre respiration trop aigue pourrait vous faire tuer. Je me préparai à dégainer mon arme quand… Je me rendis compte que ce n’était que la femme de ménage. Tapis dans l’ombre, je sortis d’un coup.

« Doux jésus ! J’ai eu peur ! Mais… Qui êtes-vous ? »

« Euh… Je suis un ami intime de Mr. Léon… J’avais les clés de l’appartement et je me suis permis de passer chercher quelques livres qu’il m’avait empruntés… Ca fait des jours que j’essaie de le joindre sans succès… Est-ce qu’il a quitté la ville ? »


Et tout ça accompagné d’un magnifique sourire qui veut dire qu’on veut un nonosse, c’est pas beau ?

« Oui, il est parti en voyage… Du moins c’est ce que son autre ami m’a dit… Je ne me souviens plus s’il a dit son nom, mais je vous assure que je n’oublierai pas de sitôt ses yeux globuleux ! »

Ainsi, l'étau c'était resserré, la prochaine étape serait d'aller voir cet homme aux yeux globuleux.
http://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyakihttp://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
Page 1 sur 1