AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Troisième chapitre, verset 1 ; Marone VS Oswald

Invité
Invité


Dim 26 Fév - 1:35





    Lieutenant Marone, 510 dorikis.

    Alheïri devenait de plus en plus autoritaire. Changement qu’appréciait véritablement Marone, l’un de ses hommes de main et lieutenant de l’état major de la marine. Il souriait en le regardant s’éloigner de la salle de réunion et tourna ses talons pour se rendre à ses quartiers. Après avoir pu constater les misères de l’équipage lors du combat qui les opposait aux hommes-poissons à l’entrée de Grand Line, le lieutenant approuvait véritablement cette décision de son colonel. En fait, cette décision était aussi la tienne, puisqu’à la base, c’était lui qui avait soufflé cette idée à son colonel. Marone n’aimait généralement pas mettre la main à la pâte quand il s’agissait des efforts physiques et non intellectuels, mais pour une fois, il allait faire une toute petite exception et profiter pour se dérouiller.

    Marone avait bien vu l’combat d’Oswald. Il l’avait analysé même. Et il avait trouvé plusieurs défauts à ce brave zig en matière de combat. Certes, Oswald était un chic type. Un peu excentrique sur les bords, mais tout d’même intéressant comme personnage. Mais il était impératif qu’il égale quelque peu le niveau des autres marines pour pouvoir survivre dans ces aux plutôt impitoyables. C’est dans cette optique des choses que Marone avait décidé de son propre chef de prendre double face en main. Il était impératif qu’il s’améliore, qu’il devienne plus puissant. Non seulement pour sa vie, mais aussi pour servir convenablement la marine et ses idéaux. De plus, l’officier avait décelé en Jenkins, une volonté et une force qui ne demandaient qu’à être améliorées…

    D’quoi l’galvaniser dans son choix. Rapidement, il se rendit dans sa chambre et alla récupérer son sabre. Il n’était p’être pas comparable au meitou de son supérieur, mais l’épée ferait l’affaire pour ce genre d’entrainements. Et puis, toute une cale du Léviathan était spécialement pleine d’armes. C’qui amoindrissait ses soucis si jamais son sabre se brisait. Car il n’allait pas y aller de main morte comme Salem le lui avait demandé. A cette pensée, il se mit à sourire. Cela faisait combien de temps qu’il ne s’était pas battu sérieusement ? Un bail quand même. Avec Sarkozyzy et Ketsuno, ses deux autres comparses, impossible de lever le petit doigt. Leur tempérament de feu quand il s’agissait de combat, prenait l’pas sur celui du blondinet qui du coup, se retrouvait toujours en dernière ligne. Une situation qui ne l’incommodait pas, cependant.

    Contrairement aux dires de Salem, Marone une fois sortit de sa chambre, chargea un marine d’aller transmettre un message à Oswald. Missive dans laquelle il lui demandait de le trouver loin des maisonnées, un peu plus au sud de l’île. Il y avait repéré un endroit déblayé vers lequel tout deux pourraient s’entrainer sans gêner personne. En plus, le terrain donnait sur la mer et non sur ces affreux cactus. Une fois que le marine partit transmettre le message, Marone quitta le navire et se rendit sur les lieux qu’il avait indiqué dans l’message. Il était immanquable et Oswald ne risquerait pas de se perdre. Sauf s’il avait un sens de l’orientation très pauvre, c’qui étonnerait tout d’même l’blondinet. Après quelques minutes de patience, le lieutenant entendit des pas s’approcher et se retourna vers l’arrivant qui n’était autre que…

    > Merci d’être venu Oswald ! Comme l’a demandé le colonel Fenyang et comme tu le devines bien, c’est moi qui vait t’entrainer aujourd’hui !

    Sans trop perdre en temps, Marone se leva du sol, dégaina son épée et se plaça en position de combat.

    > N’perdons pas de temps ! Commençons dès à présent. Attaques-moi si tu peux !
avatar
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Mar 28 Fév - 14:05


-Hey les gars on s'reprend y'en a marre de vous voir lambiner comme ça! Clodo' tape les comme y faut ces planches tu vois bien qu'le bois va r'prendre racine avant qu't'ailles fini ton job! Vlad'! Est-ce que c'est un pipe que tu fumes au lieu de travailler?! Putain les mecs, faut réparer le plus de brèches possible si vous voulez pas prendre la flotte la prochaine fois qu'on va aller en mer. De plus j'aimerais pas voir la tête du Boss Salem si on s'pointe à MarineFord avec une épave digne du Hollandais Volant! Allez on se bouge et on finit ce côté ci pour pouvoir commencer le flan supérieur de l'aile A.

Je bondis sur le quai après avoir distribuer rapidement les ordres, je me tournai un moment pour voir si tout allait sur le chantier puis mon regard vint se perdre dans les montagnes de Whiskey Peak qui venaient ombrager de leurs ombres hérissées une bonne partie de l'île du tiède soleil de trois heure. J'avais dernièrement profité de l'arrêt sur l'île pour m'assurer de la réparation la plus efficace du bateau, des cales j'avais fait sortir une cinquantaine de charpentiers spécialisés et d'autres matelots seulement malchanceux de se trouver là. Maintenant, sur le quai reposait des piles de mon plus beau bois et partout sur les planchers de pilotis on entendaient des chants de marins, des bruits de sablage et martelage du bois, mais aussi les jurons des matelots qui avaient manqué leur coup de marteau et en souffrait maintenant le martyr.

Pourquoi je n'allais pas les aider? Car aujourd'hui ma tâche était tournée vers autre chose. Je me rappelai du combat contre l'homme-poisson, une journée plus tôt. À ce souvenir mon poing vint s'abattre sur une poutre qui bascula dans l'eau, brisée en deux. Je rageais de n'avoir pu être utile et avoir prouvé ma faiblesse durant l'abordage des poiscailles.

"La prochaine fois, ils te supplieront de les laisser en vie, crois moi."

J'espérais bien cette hypothèse, mais pour cela j'allais devoir oublié mes plusieurs années où j'avais complètement négligé l'entraînement et m'y remettre aussitôt. Je venais de tenir une réunion avec les hautes instances du Lév' ainsi que le Boss, pourquoi? Pour expliquer à tout le monde que ce s'rait bien que les idiots comme moi apprennent à se battre comme il faut pour les prochaines escarmouches du genre.

Un vent chaude venant du sud me rappela ce qu'Il me restait à faire, sans plus attendre, j'enfilai mon manteau bicolore que j'avait laissé sur le chantier une heure plus tôt et commençai une longue marche à travers l'île mercenaire.

***
-Je te l'avais dit qu'on aurait dû contourner la montagne par le sud au lieu du nord tout à l'heure espèce d'idiot! Maintenant on est complètement perdu et hyper loin de notre objectif! Ça m'apprendra à t'écouter!
"Pourtant c'est bien monsieur qui se questionnait sur l'efficacité de contourner la montagne alors que l'on aurait pu descendre vers le sud et s'assurer une marche plus facile vers le désert espèce de conard! Moi j't'es conseiller de remonter pour prendre la putain de montagne sale con!"
-AAAAAAAAAAAAHHH!!!!
"AAAAAAAAAAAAHHH!!!!"

***
Dès que j'aperçu le lieutenant Marone, je sus dès lors que je ne l'aimerais pas. Cet air avachis laissant comprendre que rien ne l'intéressait et que rien ne l'effrayait en plus de cette espèce d'attitude chaleureuse alors qu'un combat se préparait, en plus, c'était un sabreur, je n'les avait jamais beaucoup aimé.

Par exemple, ce que je savais c'est que j'n'allais pas le laisser gagner. Il avait déjà pris une position de combat, contrairement à moi qui fouillais dans ma poche pour trouver un équipement essentiel à celui-ci.
Je levai le mouchoir dans les airs en attendant une brise favorable, un chaud mistral qui traversait le défilé rocheux où nous combattions vint le cueillir dans mes doigts en le portant lentement au gré des conditions météorologiques capricieuses de Grand Line. Après de longues secondes d'attentes, le mouchoir fini sa course sur un rocher, porté par une dernier souffle qui mourrait entre les falaises.

Sans attente je me propulsai de toute ma force sur le lieutenant, rapidité et force brute ne faisant plus qu'un avec moi qui était devenu un vrai boulet de canon bicolore. Le lieutenant ne pourrait contre attaquer un tel plomb et du bloquer l'impact du plat de son sabre. La puissance du choc fut telle que même la friction entre les pieds du lieutenant et le sol ne purent retenir Marone qui dût reculer, déséquilibré par l'impact. Dans un ultime instant je pris appuis sur un rocher pour me propulser à nouveau dans les airs mais cette fois ci dans un saut acrobatique qui me fit atterrir derrière mon supérieur. Le coup l'étampa trop vite pour qu'il puisse le parer.

Quelques dizaines de mètres devant moi se dissipait le nuage de poussière que Marone avait créé dans sa chute. Un sourire carnassier illumina la partit blanche de mon visage, décidemment, ce combat allait être très plaisant.
"Ça tu l'as dit!"
-Je croyais que j'étais ici pour m'entraîner lieutenant! Et bien je suis déçu jusqu'à maintenant!
Le prochain assaut viendrais de sa part mais j'avais tout de même un léger goût de victoire prématurée sur la langue.
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Invité
Invité


Ven 2 Mar - 20:35

    L’air qu’affichait Oswald agrandit le sourire de Marone qui se maintenait toujours dans sa position de défense. Étant plutôt fin psychologue, il savait pertinemment que le charpentier ne l’aimait pas beaucoup. Sa moue en disait long et sa contenance finissait d’confirmer cette idée dans sa tête. Personnellement, l’blond n’en avait rien à affaire. Il en avait toujours été ainsi depuis ses premières classes dans la marine et depuis que l’colonel Salem l’avait pris sous son aile. Soit on était jaloux du favoritisme dont il jouissait, soit on jalousait son quotient intellectuel de génie puisqu’il était l’premier conseiller du capitaine du Léviathan. En c’qui concernait Oswald, Marone hésitait à le classer dans l’une des catégories citées. Son animosité était tout autre, tant et si bien qu’il avait plutôt du mal à cerner l’être qu’était double face…

    C’est sans doute cette animosité à l’égard de Marone qui lui donna l’inspiration nécessaire pour une impulsion des plus impressionnantes. Automatiquement l’lieutenant écarquilla les yeux et sentit l’premier coup de double face venir. C’est à l’aide du plat d’son sabre qu’il réussit à contrer l’assaut du charpentier, mais l’impact était tellement puissant qu’il eut du mal à retrouver son équilibre lorsqu’il reculait sur un petit mètre. A peine s’remettait-il justement de cette attaque, qu’il sentit quelque chose tamponner son dos avec une véhémence inouïe. Et le ramassage de gueule s’en suivit, et ce sur plusieurs mètres. Combien exactement ? Marone dirait une dizaine, ouaip. Mais toujours est-il que ça promettait. Vu comment Oswald était déjà à fond signe même de sa motivation. Et vu comment il avait la grosse tête, l'salopiaud…

    • Oh mais ne t’inquiètes pas… Keuf keuf ! Tu seras vite satisfait…

    Qu’avait dit le lieutenant. Avant de se relever dans l’épais nuage de poussière qui disparaissait. Sa face en avait prit un coup. Elle était déjà sale et son arcade sourcilière s’était légèrement ouverte. Il détestait ce genre de douleurs. Et il promettait d’le faire payer à Oswald. D’ailleurs, il allait montrer à c’petit con que Salem lui avait également appris à jouer de ses poings avec finesse. La boxe en plus de l’escrime, ça l’connaissait. C’est dans cette optique des choses qu’il balança soudainement son épée vers le faciès bizarre de son adversaire du jour. Alors que celui-ci évitait ou déviait la trajectoire de l’arme, Marone avait déjà effectué une petite course vers lui, avant de commencer à lui faire encaisser une bonne série de droites dans la face. Les dents serrés mais l’visage plutôt éclairci, l’lieutenant s’en donna même à cœur joie, avant d’en finir avec un coup de pied dans l’bide, après une petite rotation sur lui même.

    • On fait moins le fier maintenant hein ?!

    Tout comme l’avait fait son adversaire tout à l’heure, Marone avait envoyé valser l’héritier des Jenkins à quelques mètres plus loin. Il s’était lui aussi mangé la gueule dans la terre caillouteuse qui constituait en grande partie leur terrain d’entrainement. L’blondinet avait un sourire aux lèvres, sourire mesquin même. La brise fraiche des lieux fit vite de coaguler son sang avant qu’il ne daigne s’épousseter un peu. Après ce coup remarquable et plutôt intelligent, Marone se promettait que plus jamais il ne rencontrerait le sol comme la première fois. C’est dans cet état d’esprit qu’il partit rapidement récupérer son sabre, avant de se remettre à foncer vers la poussière qui désignait l’point d’impact du corps d’Oswald sur la terre. L’objectif était de ne pas lui laisser une seule seconde de répit ! Puisqu’au final, personne n’était la pour rigoler. C'était tout d'même un ordre de Salem.
avatar
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Jeu 15 Mar - 3:22

Bon, j'avais parlé trop vite, comme la plupart du temps. J'époussetai les gravas qui me recouvrai et écartai la poussière d'autour de moi, sans accomplissements visibles. J'avais reçu un putain d'bon coup, je tâtai mon visage pour vérifier si on m'avait abimé, ben, j'veux dire la partie blanche de mon visage. En fait, je croyais bien que je saignais d'la nuque, fallait dire que j'm'étais pas raté sur l'gros rocher. Ce mec savait s'battre c'était clair, et finalement plus je lui donnait des baffes, plus je commençais à l'aimer. Il avait empoussiéré mon manteau bicolore, malheureusement il l'avait troué aussi. En faisant ainsi, Marone venait de celé le combat en ma faveur, j'allais l'aplatir.
"Hey Os'"
-Ouais quoi?
"Tu te souviens du combat avec le mec au crochet sur North Blue?"
-Euh ouais pourquoi?
"Eh ben cette fois ci ce sera le résultat inverse!"
-Bien d'accord!

Une détermination sans faille s'installait tranquillement dans mon fort intérieur, ma rage du combat montait aussi alors que j'essayais de contenir la puissance de Dark pour plus tard, lorsqu'il y aurait vraiment un problème.
Soudain, alors que je me relevais, une sensation, un frisson. Signal que Dark avait ressentit une présence toute proche. Une présence qui voulait du mal, une présence qui cherchait à me vaincre. C'était clair maintenant, mes facultés de perception aiguisées par Dark me le confirmaient, Marone allait bientôt ne sauter à la gorge.
Sans en demander plus, je projetai mon corps vers la gauche, où de l'épaule gauche, je percutai les deux tibias de mon adversaire qui perdit l'équilibre et fut à son tour projeté dans sa chute. Je me relevai lentement, encore une chance qu'il ne m'aille pas déjà sabrer, sans quoi le combat pourrait finir plus tôt fallait dire. Bon il était à terre et j'allais en profiter. Je lui saisi les pattes, il allait voler comme un oiseau et ça allait être rigolo.
Alors que j'allais le projeter dans le ciel, Marone enfonça son sabre dans le sol pour s'y encrer, s'en suivit une suite de pains dans mon estomacs qui me forcèrent à le lâcher. Sans toutefois lui foutre un plomb dans la gueule pour qu'il recule et que mon action n'ai pas valut des noisettes. Ça y était, sabre droit devant il allait me foutre une taillade. L'estoc avait été rapide, très rapide, mais pas assez. J'm'étais décalé sur le côté de sa lame que je suivais du long jusqu'à me rendre en un centième de seconde sur Marone, encore concentré sur attaque. Sans attendre ni crier gare, je lui tordis le poignet de sorte qu'il lâche l'arme puis lui envoyai mon pied dans les reins. À genoux par pertes de respiration, je profitai de cet instant de pause pour lancer son sabre une cinquantaine de mètres plus loin.

-Maintenant la vrai partie de plaisir va pouvoir commencer pas vrai lieutenant?
J'espérais désormais que la rixe tourne en ma faveur, sans son précieux sabre, un sabreur reste relativement moins puissant. En tout cas, c'est que je croyais. Une droite sous le menton qui me fit voler dans la rocaille me confirma le contraire. Sans toutefois lui laisser du terrain, je m'élançai à nouveau sur le lieutenant Marone pour lui envoyer mon pied dans les côtes. Blessé mais pas pour autant déséquilibré, Marone m'envoya une gauche que j'esquivai de justesse. Cette drôle de situation d'échange sans fin de coups eu lieu une bonne minute et demi sans arrêt visible. Cependant, j'étais beaucoup plus résistant que Marone et cela commençait à se faire sentir.
-Vous m'avez l'air de vous ennuyez de votre sabre mon lieutenant! Ai-je tort?
Mon flanc me faisait souffrir, mais là n'était pas le problème, c'était plus tôt à force que le combat avançait que je commençais à avoir de plus en plus de difficulté à contenir Dark qui bouillonnait en moi.
"TUE-LE!!"
-Du calme Dark...par pitié du calme...

Je reculai un peu histoire de faire le plein d'oxygène et de me concentrer quelques secondes pour retenir la puissance de Dark qui essayait tant bein que mal d'enfoncer la porte de ma volonté. Mais malheureusement, c'était à ce moment précis que le lieutenant Marone décida d'agir.
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Invité
Invité


Sam 17 Mar - 22:27

    Oh que oui, Marone décida d’agir ! Et pas qu’un peu ! Il avait été légèrement submergé par les attaques de son adversaire, mais ça allait s’arrêter là ! D’ailleurs, il commençait à éprouver une certaine rancœur vis-à-vis d’Oswald. S’il était vrai que tout ceci n’était qu’un entrainement, l’mec s’en donnait plutôt à cœur joie, comme s’il avait envie de le tuer. Marone en avait l’sentiment. Et il en était presque consterné. Seulement, l’homme n’voulut pas l’faire sentir. Il se savait supérieur à Double face et il n’était pas questions d’aller le dire auprès de Salem. Une bonne castagne allait suffire pour établir le respect entre eux. C’était comme ça que ça s’réglait entre homme et pas autrement. Et même si Oswald avait réussi à balancer sa précieuse lame à quelques mètres plus loin, il n’en demeurait pas moins qu’il lui restait ses poings…

    • On t’as déjà dit que tu parlais trop lors des entrainements ?

    Qu’avait susurré Marone. Car une fois près de son vis-à-vis, le lieutenant lui infligea un gros uppercut qui décolla l’olibrius du sol malgré son poids. Niveau coup d’poing, il faut dire que l’blondinet pouvait même rivaliser avec Sarkozyzy ou encore Ketsuno, c’qui n’était pas un rien. Pour ne pas que son attaque s’résume à un simple uppercut, Marone ne s’fit pas prier pour bondir dans les airs afin de rencontrer le pauvre Oswald qui allait prendre gros dans tout ça. Et c’est ainsi qu’il multiplia ses poings vers le corps d’son opposant du jour. Il ne savait pas si ses droites avaient du succès, mais toujours est-il qu’il tapait et retapait le sergent chef ; jusqu’à finaliser ses attaques aériennes d’un double poing dans l’bide d’Oswald qui alla s’manger la gueule au sol, provoquant un énième épais nuage de fumée autour de lui…

    • Ce genre de combats n'est rien comparé à ce qui t'attend sur les îles de Grand Line, Oswald ! Alors arrête de gueuler pour ne rien dire ou pour te vanter comme si j’étais un véritable ennemi. Tu ne progresseras pas à ce rythme, c’est moi qui te le dis !

    Cette fois là, l’blondinet comme l’aimait bien l’appeler Salem gueula comme pas deux. Pour faire comprendre à l’autre ignorant qu’il devrait se focaliser sur sa progression et non pas sur les faibles coups qu’il réussissait à administrer à son vis-à-vis. C’était vraiment un sergent quoi. Tout dans la gueule, mais rien dans l’ventre. Tsss… Marone pesta quand il atterrit dans la fumée, tout près du corps de Double face. Une fois à terre, il posa un pied sur le corps du marine aux deux couleurs, avant d’aller l’envoyer valser plus loin en lui infligeant un sacrée coup de pied dans le flanc. Un peu comme l’dégagement d’un gardien de football, mais en moins grave. Marchant lentement, il finit par sortir de la fumée qui s’estompait derrière lui, tout en tenant sa main droite sur son rein. C’pas tout ça, mais Jenkins l’avait sacrément touché…

    • DEBOUT OSWALD ! ET ESSAYES DE M’INTERCEPTER UN PEU POUR VOIR !

    Tout d’un coup, Marone se retourna. Il donna dos à Oswald et se mit à courir à toute allure, comme il le pouvait. De loin, il voyait un point briller fortement sous les rayons du soleil. Sans doute ce qu’il cherchait : Sa lame. S’il réussissait à mettre la main dessus, Double face allait avoir du sang d’encre à se faire. Parce qu’il n’allait pas s’priver de lui taillader certaines parties du corps. C’est donc pour équilibrer le combat que le jeune blond avait demandé à son ennemi de le poursuivre et pourquoi pas de l’intercepter. Ça allait également lui donner une idée sur la rapidité de Double Face qui se vantait énormément depuis le tout début du combat. S’il venait à réussir ce défi, il pouvait être sur d’avoir le respect total du lieutenant ; celui-ci ayant déjà une avance assez considérable à bien observer.
avatar
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Dim 18 Mar - 4:48

Putain, j'avais mal maintenant. Mal au ventre, mal aux côtes, mais surtout, mal à la tête. Sans toutefois pouvoir esquiver ou même bloquer les attaques du lieutenant, je devais sans cesse lutter contre la force de Dark qui ne cessait de croître en moi. Une douleur brûlante me sciait le cerveau en deux alors que d'un œil à moitié ouvert, j'apercevais Marone qui s'dirigeait vers son couteau à beurre enfoncé dans la rocaille. Le soleil avait tranquillement commencé sa descente dans le ciel alors que ma volonté, elle aussi, commençait à ployer sous les assauts psychiques de Dark .

Sans que j'en prenne compte assez rapidement, ma main s'était saisie de mon avant bras et chargeait maintenant mon pistolet que je gardais toujours à cet endroit. Pourquoi n'avais-je plus aucune contrôle sur mes muscles?! Comme si une part de moi même qui ne m'appartenait plus tentait de me faire sortir du bon chemin par le meurtre de mon lieutenant. Et il n'y avait qu'une personne pour avoir le culot de faire ça.

-Kof...Dark...urgh...arrête ça putain...j'peux pas flinguer le bras droit du boss merde!
"PUTAIN JE VAIS LE TUER!!!"

Désormais, tenter de stopper la rage de Dark devenait un vrai labeur, et je désespérais lentement en voyant mon bras lentement se lever en direction de Marone qui courait toujours. De grosses gouttes de sueur perlaient sur mon front et la panique me gagnait rapidement, qu'arriverait-il si je perdais le contrôle? Merde! Mon autre main s'éleva doucement et se mit à ajuster l'angle de tir avec la même précision que je l'avais toujours fait. Ça y était, j'allais flinguer Marone, le mécanisme allait s'enclencher d'une seconde à l'autre. Je pensais à tout le chemin que j'm'étais tapé pour devenir sergent certifié d'la marine, mes longues années à l'asile et ma triste enfance, je ne pouvais pas tout foutre en l'air comme ça! Je pouvais gagner ce combat mais surement pas en tuant un officier!

C'était comme ça et ça allait le rester! Dans un ultime instant je combattis de toute mes forces la volonté écrasante de Dark pour faire dévier d'un simple centimètre la trajectoire du plomb.
Plomb, qui, de grâce, manqua sa cible. Cependant, maintenant, Marone savait que j'avais tenté de le flinguer. Il avait même arrêté sa course pour jeter un regard horrifié et incompréhensif vers moi. C'était ce dont Dark avait besoin pour en finir.

Quand Dark décide de prendre le contrôle, il devient complètement fou, sans distinction pour les alliés, les amis et les ennemis. La force physique de mon corps en alors décuplé par sa rage, bref, ça n'allait pas être beau pour Marone. De l'extérieur, c'était un drôle de spectacle, la partie blanche de mon corps devenait alors complètement noire à son tour, créant ainsi une entité ténébreuse aux yeux glauques et froids. L'air s’alourdissait autour de moi qui ne devenait alors, qu'un simple spectateur. C'était un signal, un signal que la bombe allait bientôt exploser. Et c'est ce qui s'produisit. En moins d'un quart de seconde, Dark s'était projeté à une vitesse incroyable dans les airs, traversant les cieux en rattrapant Marone.
Une rapide descente en piquée me fit m'écraser au devant de Marone, le séparant de sa lame par la modeste muraille de mon corps. Mais cette muraille aussi modeste soit-elle possédait un bon paquet de canon chargée à bloc.

Sans plus attente, je décollai à nouveau sur les ailes de airDark, mais cette fois-ci pour enfoncer mon genou droit dans les côtes que je lui avait déjà affaiblies un peu plus tôt. L'impact avait dû être plus fort qu'il ne l'avait prévu, car le lèche-cul d'Alheïri fut projeté sur ma gauche et alla s'enfoncer dans un rocher produisant un éclat de poussière et de rocailles.
Toujours sans prendre le temps de respirer, j'accostai à nouveau sur Marone pour le saisir par la cheville et le renvoyer dans une autre paroi rocheuse du canyon. Le combat était titanesque, violent, mais au moins le lieutenant Marone n'aurait plus à se plaindre de mon flot de paroles continuel, car maintenant, je n'étais plus de la partie.
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Invité
Invité


Dim 18 Mar - 16:11

    Impossible… Cela était impossible… Était-ce… Était-ce vraiment Oswald qui avait tiré ? Marone ne voulait pas le croire, non, il ne le voulait pas le croire ! Horrifié, il s’était arrêté et avait lentement tourné la tête, avant de voir l’arme dans la main du sergent-chef ! Cette arme était encore fumante. C’était donc elle qui lui avait laissé une légère estafilade sur la joue gauche, manquant de peu de le tuer pour de bon. Celle d’Oswald. Avait-il vraiment tenté de le tuer ou était-ce tout simplement une ruse pour qu’il s’arrête ? Question à laquelle Marone trouva rapidement réponse quand il vit la transformation que subissait Oswald. Fallait-il continuer de l’entrainer ou décamper à toute vitesse ici ? La question n’se posait plus étant donné que la peur avait totalement envahi son être : Il n’était plus question de continuer à rester ici ne serait-ce qu’une seconde de plus ! Fuir… Fuir était la seule solution pour échapper à cette aura meurtrière qu’il n’aurait jamais soupçonné chez ce foutu sergent ! Oswald était un malade, c’était définitif…

    C’est tout effrayé que Marone commença à détaler. Il lui fallait récupérer son arme pour plus de sécurité. Jamais un frère d’armes n’avait eu une animosité pareille à son égard. C’était à n’y rien comprendre. Ce qui devait être un entrainement s’était complètement transformé en un règlement de comptes. La tournure des évènements était dramatique et il lui fallait au moins récupérer son sabre. Où était-il d’ailleurs ? Oui, là devant ! Pas très loin ! Encore quelques mètres et c’était bon ! Marone esquissa un rictus malgré son visage déformé par la crainte et se mit à accélérer la cadence. Il alla même pousser un cri de soulagement à deux trois pas de son arme. Mais c’était mal connaitre Double face qui apparut de nulle part, devant lui. Le lieutenant, surprit par son sergent, se mit à reculer en tremblant, mais c’était trop tard… Double Face prit l’initiative de l’attaque et malmena par deux fois Marone qui ne savait plus à quel saint se vouer… A terre, et à moitié évanoui, il se considérait presque mort, quand…



    Lieutenant Sarkozyzy, 800 dorikis.

    • P’tain ! T’vas quand même pas te faire massacrer par un sergent, si ?!

    Un gros poing sortit de nulle part et s’écrasa avec une véhémence inouïe sur la face de Double face. L’impact fut tellement important que ce poing lui bousilla sans doute le nez, sans compter qu’il partit se heurter à un bloc rocailleux qui vola en mil morceaux. Le bruit fut impressionnant, car assourdissant et même que certains chasseurs de primes regardaient ce qui se passait de loin. Le tir précédent avait dû alarmer la population locale. Marone qui crut bien y passer, réussit à se redresser. L’coup de genou que Dark lui avait brisé des côtes, ajouté à cela quelques os brisés par ses chutes successives. Il crachota pendant quelques temps du sang et finit par regarder devant lui, tout droit. Au tout début, sa vue était plus ou moins floue, mais ce n’est qu’après plusieurs clignements d’yeux, qu’il finit par distinguer un autre blond qui armé d’un fusil, se tenait juste devant lui…

    • Sarkozyzy… ?!

    • Économise ta salive Marone et laisse moi prendre le relais, dit-il avant d’avancer légèrement en tenant son fusil dans ses bras. OSWALD ! J’SUIS TON NOUVEL ADVERSAIRE, ALORS RAMÈNES MOI TES FESSES ET FAIS MOI VOIR C’QUE T’AS DANS LE VENTRE !!!
avatar
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Dim 18 Mar - 23:15

C'était terrible comme situation, j'me sentais presque mal pour Marone qui gisait, ensanglanté, dans le rocher en morceaux. Mais je ne pouvais plus rien pour lui, malheureusement son destin semblait scellé par mon incapacité à contrôler la force trop dangereuse de Dark. Je le savais, le coup de grâce allait bientôt venir. Le silence régnait sur le canyon et seul le vent venait troubler la quiétude violente qui résultait d'un paniquant calme avant la tempête. Dark était hors de contrôle et il ne perdrait pas plus de temps avant d'achever le lieutenant à sa merci. Pourtant, il ne réagissait pas, on aurait dit que quelque chose avait attiré son attention. En effet, les facultés de perception et de combat accrues de Dark lui avait permis de remarquer quelque chose qu'un humain normal n'aurait peut-être pas put réalisé. Au sommet des pics arrondis et couverts de pierres tombales, on pouvait apercevoir quelques chasseurs de prime qui observaient, tendus, le combat. Mais quelque chose d'autre avait capté l'intérêt de Dark, son instinct de prédateur s'était éveillé. Une autre présence, agressive, guettait.

La seconde d'après, un poing rapide comme un boulet s'abattait sur le nez de Dark, nous envoyant nous écraser dans le mur opposé du champ rocheux.

OSWALD ! J’SUIS TON NOUVEL ADVERSAIRE, ALORS RAMÈNES MOI TES FESSES ET FAIS MOI VOIR C’QUE T’AS DANS LE VENTRE !!!

Oswald? Bien bien. Je comprenais alors qu'on était encore persuadé de ma présence psychologique dans c'combat. Dommage pour le nouvel arrivant, il allait se faire foutre une viandée. Comme piqué au vif par le adversaire nouvellement arrivé, Dark s'était déjà remis sur pied, emplit d'une nouvelle énergie grâce à ce nouveau défi qui lui barrait la route vers le meurtre pur et simple. Alors, je pu, de l'intérieur, entendre sa voix glaciale et cauchemardesque s'élever dans le canyon.

HYEHYEHYEHYEHYE!

Ça n'allait pas être beau, violent par dessus tout ,mais pas joli. Une charge sans prévention ouvrit le combat entre Sarkozyzy et Dark. À la grande surprise de l'esprit qui possédait mon corps, le second lieutenant de Salem intercepta sa masse en accélération pour nous asséner un violent poing dans les côtes. Arrêter ainsi que sonné dans sa charge, Dark ne vit pas la crosse du flingue au blondinet lui ouvrir une marque ensanglantée dans le fronc, faisant perdre l'équilibre à mon entité physique qui s'écroula vers l'arrière.

Aïe aïe aïe, je n'avais pour rien au monde hâte de reprendre le contrôle de mon corps pour constater les dégâts fait à celui-ci. C'était la première fois que je vivais un combat d'une telle amplitude ainsi que d'une telle violence. Maintenant, la fureur de Dark était sans précédent. Il ne lui fallut qu'un ultime mouvement pour esquiver le plomb paralysant qui fusa du flingue de Sarko. Avant même de laissé une simple chance au blond de rechargé, Dark envoyait un coup de tête dans l'abdomen du lieutenant, le martelant ensuite de coup de poing au visage, l'enchaînement allait alors se suivre d'un talon entre le jambes, mais fut interrompu par un poing rapide comme un éclair qui abattit la force d'un orage dans le visage de Dark.

Encore une fois projeter dans un mur (qui s'écroula), Dark vint s'écraser à nouveau dans l'humiliation et le frustration d'être vaincu par plus fort que soi. Malgré la faiblesse de mon entité physique, Dark se releva sur ses coudes une nouvelle fois, encore pour se lancer dans un nouvel assaut désespéré. Avant même d'être debout, Dark remarqua un objet scintillant qui dépassait des rochers. La lame de Marone, qui avait été détruite dans l'effondrement de la paroi, s'était séparée en plusieurs morceaux distincts, l'un d'eux scintillait tranquillement au soleil à un mètre de Dark, qui s'en saisit sans hésitation. Dark se releva, puis chargea sans hésitation, un morceau de lame acéré dans chaque main. La dernière partie du combat approchait, et j'espérais de tout cœur la remporter.
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Invité
Invité


Sam 24 Mar - 10:56

    Sarkozyzy avait le sourire aux lèvres. Avec tout c’qu’il avait infligé à Oswald, sans doute que ce dernier ne se relèverait plus. C’était d’ailleurs ce qu’il espérait car l’homme avait failli tuer Marone, ce qui aurait fait tâche au sein de l’équipage. Il n’osait même pas imaginer le désarroi de Salem si l’autre blond venait à mourir. Une situation qu’il ne voulait vivre pour rien au monde, d’autant plus qu’il estimait l’homme qu’il venait de sauver. Sarkozyzy se gratta la tête pendant un moment en se retournant vers le bretteur. Il le savait pacifiste, mais de là à perdre la face contre un simple sergent-chef, faut l’faire quand même. Peut être qu’Oswald était finalement bien plus fort que son grade n’le démontrait. C’qui ne l’étonnerait pas au final. C’était un peu comme Salem. L’homme avait beau être un simple colonel dans les rangs, il n’en avait pas moins la force d’un émérite vice-amiral…

    Alors que Sarkozyzy soupirait en croyant Oswald K.O, il écarquilla ses yeux de surprises quand il vit son adversaire se relever une énième fois. C’était quoi ce mec ?! Non mais parce qu’il fallait le faire quand même. Exploser plusieurs rochers par des chutes plus véhémentes les unes que les autres et se relever comme si de rien était ? Respect. Sarkozyzy se mit à sourire en réajustant son arme dans ses mains. Double face était un sacré gars quand même. Il entendit Marone essayer de se redresser sur ses pieds, mais il lui fit signe de rester à terre. Cet entrainement n’avait que trop duré et il fallait qu’il y mette un terme définitif. Si Salem apprenait tout ce qui s’était passé ici, sans doute qu’il leur passerait un savon. C’qui ne serait pas une partie de plaisir quand bien même ce dernier était laxiste la plupart du temps…

    • C’est là que s’achève cet entrainement, Oswald !

    Si Double face, ou plutôt Dark face fonçait vers lui à vive allure en étant armé, Sarkozyzy fit de même. Mais il fut plus vif. Lorsque Dark face essaya de lui porter un coup avec ses fameuses lames, le sniper l’évita de justesse en se prenant tout d’même une estafilade qui barra sa joue. Il continua malgré tout sa course et finit par balancer la crosse de son arme en plein bide de son adversaire. Celui-ci en se prenant le coup de plein fouet tomba sur un genou, et c’est à ce moment là que Sarko’ profita pour balancer une énième fois son arme sur le visage de Dark face qui tomba lourdement sur son dos. Le lieutenant finit par poser rapidement ses fesses sur le ventre de l’héritier des Jenkins, avant de charger son arme en introduisant le canon dans la bouche de ce dernier. C’était la fin…

    • Ça suffit Oswald, c'est terminé…

    Le lieutenant resta pendant un bon moment sur le ventre du sergent, avant de se relever une fois assuré qu’il s’était calmé. Il eut un dernier regard peiné pour le vaincu, avant de se retourner lentement vers Marone qui le regardait sérieusement, malgré son air plutôt amoché. Il sourit à son ami de tous les jours et l’aida à se hisser sur ses deux pieds, avant de lui servir d’appui pour rentrer au Léviathan. Vu que Double face semblait moins défiguré que Marone, Sarkozyzy préféra aider son homologue, non sans dire à l’autre : « Essaye de ne pas trop trainer ici Oswald. Et fais vite d’aller à l’infirmerie, les charpentiers auront sans doute besoin de tes compétences pour finir de réparer les bastingages. » Une fois cela dit, Sarko’ et Marone prirent le chemin du Léviathan qu’on voyait même de loin. Il espérait aussi que cet entrainement n’fasse pas d’échos auprès des oreilles du colonel…
avatar
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Sam 24 Mar - 14:50

Sans attendre plus longtemps, Dark fonça droit devant lui vers Sarkozyzy contre qui son combat n'avait que trop duré. Un coup de sa lame de fortune à gauche, un autre à droite, sans succès. On aurait pu croire au grand agacement intérieur de ma démoniaque personnalité que le lieutenant prévoyait à l'avance la plupart des attaques de Dark. Un sale combat s'achevait alors que je recevais en pleine tronche une crosse de sniper à une vitesse de plusieurs centaine de kilomètres par heure. Renvoyé au tapis une dernière fois, n entendit alors dans toute la vallée un gémissement de douleur et de fatigue qui s'échappa de Dark, qui, tranquillement, régressait en moi.

Le chaud soleil qui avait grillé le canyon et le reste de la vaste île de Whiskey Peak se couchait à présent, laissant un vent froid chatouiller les chasseurs de primes encore présents ainsi que ma pauvre carcasse qui se remettait désormais des évènements. Je regardai tranquillement, hagard, le lieutenant ramassé Marone, en sale état. Je me surpris à sentir de la jalousie à la vue d'un tel rapprochement entre deux marins, personne ne parlait vraiment à Double Face sur le navire, sauf si obligation, comme pour mon escouade de charpenterie.

Les deux lieutenants étant loin dans l'horizon, je repris alors le total contrôle de mon corps, Dark étant trop fatigué pour maintenir sa domination plus longtemps. Sans même pouvoir le retenir plus longtemps, un flot de larmes envahi mon visage, mon corps semblait avoir été beaucoup trop éprouvé par cet entraînement. Tout mes muscles et mes articulation me faisaient souffrir sans exception. Je m'évanoui sur le coup, mon corps ne pouvant plus supporter autant de douleur continuelle. Il me fallut après plusieurs heures pour retourner sur le bateau, en voyant mon état plusieurs hommes m'amenèrent à l'infirmerie ou je passerai les trois jours à suivre.

J'avais beaucoup appris aujourd'hui de cet entraînement, j'avais appris entre autre mes limites, aussi hautes pourraient-elles être, et surtout à ne pas les dépasser. Mais j'avais aussi appris quelque chose qui servirait à moi comme à mon entourage: Dark était dangereux, incontrôlable et beaucoup trop violent pour notre monde, et cela pourrait s'avérer un gros problème pour ma continuité dans la Marine.
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1