AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Tous les chemins mènent en enfer

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10717
Popularité: -696
Intégrité: -543

Lun 9 Avr 2012 - 23:29

Après avoir tout préparé, Shoma et sa bande de pirate étaient fin prêt à passer à l'action. Leur objectif, Grandline, mais avant cela, il leur restait une certaine tâche à accomplir. Comme qui dirait le dicton, allez en prison, ne passez pas par la case départ, ne recevez pas 2.000.000 Berry. Allez en prison. Rien que cette phrase pouvait faire froid dans le dos, mais contrairement aux autres qui seraient prêts à toutes les concessions afin de ne pas y mettre les pieds, Shoma et ses acolytes, eux ne demandaient qu'une chose, entrer à Classic Town. Qui l'aurait cru ? Un équipage de pirate qui désire entrer en prison. Personne sans doute. Après une longue campagne en mer sans faire de vague, enfin pas trop, les Red Spectres avaient préparés un plan de tous les diables afin de se mettre sous les feux des projecteurs. Peu de pirate au monde penserait à ce genre de plan, limite suicidaire.

Le plan était simple. Une partie des membres de l'équipage entreraient en force dans la prison, tandis que les autres resteraient abord du navire. Pourquoi laisser des hommes derrières, alors qu'il s'agit d'un moment important pour tous ? Bah simplement, parce qu'il leur ait impossible de laisser le navire sans surveillance. Ce genre de monture n'est pas le genre d'animal domestique à rester en place sur une place de parking. Et puis, trouver un emplacement à l'ombre pour une tortue de cette envergure est assez rare de nos jours. Les élus, ceux qui pouvaient pénétrer dans la prison et faire la fête avec les gardiens se trouva être Valentino, l'homme-poisson et Shoma, le capitaine. Jouer à la courte paille est un véritable plaisir quand le destin nous accorde la tâche la plus palpitante. Malheureusement pour Yasmeen et les autres, ils allaient devoir rester sur le navire et en prendre soin jusqu'à la fin de l'expédition de sauvetage.

Avant les cris de joie pour certain et la déception pour les autres, Shoma avait bien pris le soin de fausser le jeu en glissant secrètement une paille plus petite que les autres dans sa manche et au moment de révéler la paille qu'il avait tirée, alors il montra sa paille truquer. Hé op, voilà comment participer à une attaque de prison. Yasmeen, bien que déçu semblait un tantinet contente de ne pas avoir à combattre une fois de plus. Elle avait déjà du braver le danger quand elle avait récupéré Sanbi et avait fait payer son capitaine au centuple le danger encourue, alors si elle devait participer en première ligne à l'assaut d'un site sans doute ultra sécurisé, comment aurait-elle fait payer Shoma pour son plan.

Une fois les acteurs désigner, le petit groupe pris la mer et mit le cap pour la prison de South Blue. Carte en main, Shoma savait exactement où se rendre. Voler une carte à un officier est toujours plus facile pour se retrouver en mer. D'après la navigatrice des spectres, le groupe ne se trouvait qu'à une journée de mer de la prison. Cette dernière se trouvait au beau milieu d'une zone maritime que peu de pirate utilisait, car situé à seulement cinquante kilomètres de Calm Belt. Cette distance pouvait paraître énorme, mais en mer, cinquante kilomètres ce n'est rien, quand on sait que South Blue s'étend sur plusieurs centaines de millier de kilomètres. Ce qui veut dire qu'un navire qui navigue sur cette parcelle de la mer sans faire attention, peut très vite et sans le vouloir finir au beau milieu d'une mer infester de monstre marin prêt à vous avaler.

Cette mission était donc risquée avant même d'être entrepris, mais c'était d'ailleurs aussi pour cela que tous avaient choisi de suivre Shoma. Désireux d'aventure, ils avaient accepté de suivre un capitaine qui avait pour ambition de se hisser sur les plus hautes marches du monde. Les Red Spectres était l'équipage qui devait devenir l'équipage du seigneur des pirates et lui, Mantle Shoma en tant que capitaine serait le numéro un.

Presser comme jamais, Shoma n'arriva pas à trouver le sommeil et passa toute la nuit à regarder les étoiles. Le ciel noir, bercé par les étoiles qui rayonnaient dans le ciel étaient les seuls compagnons du pirate. Allongé contre l'un des pics de Sanbi, Shoma observait le spectacle de la nature et poussait même la réflexion. Tout le monde admire les étoiles, les trouvent remarquable, mais comme pour tous, elles ne sont pas les plus importantes. La Lune, elle est importante. Quand la nuit tombe, c'est elle qui dominent. Elle est la reine de la nuit et les étoiles ne sont que ses serviteurs. Quoi qu'il arrive, personne ne peut la surpasser.

Sans doute qu'en ne fixant que la peinture qui se trouvait au-dessus de lui, Shoma enviait la lune et voulait prendre sa place, mais il le savait, un paysan ne peut devenir roi, du moins pas tant qu'il reste les bras croiser. C'est pour cela qu'une fois que la nuit laissera place au jour, il prendrait son destin en main et décrocherait les étoiles afin de prendre la place du roi. Mais en attendant que le navire n'approche des côtes de la prison, Shoma resta allonger sans dire un mot à ses camarades qui en profitaient pour reprendre des forces.


Dernière édition par Mantle Shoma le Lun 13 Aoû 2012 - 4:42, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10717
Popularité: -696
Intégrité: -543

Mar 10 Avr 2012 - 0:53

La nuit du capitaine des Red se passa sans encombre. Il ne trouva pas le sommeil, mais quand tout le petit monde ouvrit les yeux, Shoma n'était pas fatigué, au contraire il était en pleine forme. Se sentant même mieux que la veille. Dans moins de quelques heures il pourrait faire parler la poudre, mais avant d'en arriver là, l'équipage se réunir afin de se donner les dernières consignes. Les consignes d'urgence, celles qui ne devraient envisager que si la situation devient critique. Shoma était conscient que prendre d'assaut une prison du gouvernement mondial ne sera pas facile et si le plan venait à foirer, alors ceux qui restent sur le navire aurait à prendre une décision importante. Le temps que la mission se termine, ils allaient devoir défendre le navire, mais également l'espace maritime afin de ne laisser aucun navire de la marine entraver leur fuite, mais dans le cas où rien ne pourrait être envisagé pour extraire ceux qui se trouvent dans la gueule du loup, alors Yasmeen avait pour consigne de fuir et de laisser derrière tous les retardataires. Autant dire qu'il s'agissait sans doute d'un voyage sans certitude de retour. Un possible allé simple en enfer.

Bien que difficile, la décision de Shoma était sans appel. Tous avaient un but et des rêves et même s'il était à leur tête, Shoma ne pouvait demander à ses hommes de couler avec lui. Si ses choix étaient les mauvais, alors il prendrait ses responsabilités et ferait tous pour permettre à ses hommes de prendre la fuite. C'est dans ce genre de moment que Shoma aime être un capitaine. Toujours cool, toujours charismatique, un véritable dirigeant. Même s'il ne se sentait plus après son discours et que ses chevilles commençaient à prendre une, voire deux tailles de plus, il savait que maintenant que le message était passé, ils n'hésiteraient pas à le laisser derrière.

Une fois la réunion finie, chacun retourna à son poste et attendit le moment M. Moment qui ne tarda pas à arriver. En sélectionnant son navigateur, Shoma avait fait le bon choix. La jeune femme était douée et avait fait en sorte de conduire l'équipage à bon port. Si certains navigateurs ne souhaitait pas s'aventurer dans ces eux, elle ne souhaitait qu'une chose, naviguer où il y a le plus de risque afin de prouver ses capacités. C'est donc par une journée qui s'annonce ensoleillé que le grand combat des spectres allaient avoir lieu.

Au loin, une silhouette se dessinait et plus le navire progressait sur les flots et plus celle-ci devenait claire et précise. La carte qu'il avait dérobée à un commodore était bel et bien la carte de la prison de Classic Town. La prison où se trouvaient trois de ses nakamas allaient bientôt recevoir une visite surprise. Comme on pouvait le penser, la prison était si grande qu'il était impossible pour les passagers de Sanbi d'en voir la fin, à croire que l'île entière était la prison et plus le navire avançait et plus cette idée s'imposait comme vrai. Bien qu'étant une tortue, Sanbi progressa sur les flots à la surface, laissant à l'ennemi tout le temps pour lancer l'alerte et se préparer au combat. Une tortue de cette taille était difficilement évitable, c'est d'ailleurs pour cela que tous les membres d'équipage se trouvaient sur le pied de guerre. La première étape consistait à détruire les boulets de canon provenant de la prison. Ils devaient avant tout penser à ne pas laisser leur moyen de locomotion recevoir trop de dégât. Facile à dire, mais pas forcément à faire en sachant que de l'autre côté de la mer, les employés carcérale bougeaient comme des fourmis afin de se préparer à défendre leur place forte.

Que pouvait bien être cette créature qui fonce dans leur direction ? Un monstre marin, c'est même une certitude, mais pourquoi un tel monstre possède un pavillon de pirate sur le plus haut de ses pics ? Quoi qu'il arrive, les hommes du directeur ne perdirent pas leur temps en suppositions et se servirent de leur puissance de feu afin de faire comprendre au monstre qu'il n'était pas le bienvenue ici. Les premiers tirs n'étaient pas précis. Sanbi était bien trop loin pour le toucher, mais au bout du sixième boulet de canon, Shoma dû entrer dans la danse afin d'éviter un projectile qui se dirigeait directement sur son bâtiment.

Armé de son sabre et de son ombre, Shoma se donnait à fond afin de facilité la progression de Sanbi. Telle une famille, les autres membres de l'équipage se donnèrent de leur personne afin que rien de puisse blesser leur précieux animal. Voyant que les boulets n'avaient aucun effet sur le monstre marin et ses occupants, de nombreuses personnes quittèrent l'enceinte de la prison afin de rejoindre un navire de la marine qui se trouvait à quai. Le combat pour la prison allait sans doute se jouer en mer. Ce que Shoma et son équipage ne savait pas, était qu'il y a peu, les prisonniers avaient tenté une rébellion et avaient presque réussi à fuir. A cause de cela, la marine avait dépêché sur place assez d'hommes pour calmer les esprits rebelle et faire de la prison un exemple de la domination du Gouvernement Mondial sur les blues. Donc pour résumer, cette prison était bombée de soldat.
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Lilou B. Jacob
Loutre Queen

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Attrape-rêve

Feuille de personnage
Dorikis: 10079
Popularité: -855
Intégrité: -700

Mar 10 Avr 2012 - 1:58

Si tous les chemins menaient en enfer, il fallait savoir que les enfers sont gardés par un gros chien. Un clébard qui n’était pas du genre à jouer à la baballe. Et surtout pas avec des criminels.

La prison de Classic Town, ça n’inspirait rien à personne, encore moins aux pirates qui y mettaient les pieds. Ça ne présageait rien de bon. Lorsqu’on y était envoyé, c’était pour de très bonnes raisons. Ou plutôt, de très mauvaises. Et tout ça pour dire que c’était généralement un endroit où l’on avait le droit qu’à un allé simple, sans passer par la case départ, si finement dit.
Et lorsqu’on ne passait pas dans la case « prison » par une décision de justice, c’est qu’on était comme les Ghost Dog : Des chiens de gardes.

Nous avions pris un peu d’avance sur le programme, pour être sûr d’intercepter le colis dans les règles et de ne surtout pas être pris au dépourvu en arrivant sur l’île. Pas question de louper, pas question de rater, la mission était claire et limpide pour tout le monde : On ne pouvait se permettre de cafouiller, surtout pas face à un ennemi comme Mantle Shoma et sa troupe. Tout était millimétré, réfléchi finement par les têtes pensantes de l’équipage. Nous avions envisagé toutes les possibilités pour monter le plan le plus infaillible du monde. Sans exagérer hein, ou presque. On s’y était préparé, autant physique que psychologiquement.
Physiquement, c’était l’équipement qu’avait primé.
Psychologiquement, pour nous dire qu’on pouvait le faire, parce que l’échec ne serait pas toléré.
Plus il approchait de Classic Town, plus l’étau se refermait, ne laissant bientôt plus aucune issue. Y’avait plus a babiller : lorsque l’homme poserait pied à terre grâce au talent de sa navigatrice, nous avions l’ordre de lui tomber sur le coin de la figure.
Et ça allait salement faire mal.

Spoiler:
 

Alors, lorsqu’au loin apparut l’immense tortue des mers qui servaient de navire à l’équipage pirate adverse, l’alarme fut donnée. Les geôliers commencèrent à s’agiter, courant dans tous les sens pour renforcer la sécurité de la prison, les gens allèrent jusqu’aux canons pour les armer et faire en sorte qu’ils tiennent éloigné l’ennemis en ligne de mire. Plus longtemps il resterait à distance, plus ils auraient de temps pour terminer les derniers préparatifs. Notre ami en commun avait prévenu, pourtant. Mais à ne pas prendre au sérieux les messages que l’on laisse, on finit toujours par se retrouver dans une merde noire.
Surtout pour le capitaine pirate qui approchait toujours progressivement.
L’équipage venu en renfort attendait patiemment à des positions stratégiques, attendant, concentré, vérifiant le plan pour voir s’il n’y existait pas une possible faille. Tout semblait rouler pour le mieux. Je m’approchai de Bee pour regarder l’équipement que j’avais terminé de lui fixer la veille avant d’accoster sur l’île. Dans mon sac, l’attirail nécessaire à ma propre survie au cas où, et sur le dos de mon compagnon de route, les bouteilles gagnées lors de l’attaque du QG de West Blue.
A mes côtés, ce que je décrirai comme la « presque » pointe de l’équipage des Ghost Dog. Des fins limiers, des chiens purs races. Ou presque. En tout cas, de quoi donner sérieusement des sueurs froides à notre adversaire.

Les premiers tirs furent ordonnés pour veiller encore à maintenir à distance la créature pour lui signifier aussi qu’elle n’était pas la bienvenue ici. Cela n’avait l’air de lui faire ni chaud ni froid. Le monstre des mers était en vue et avait le mérite de pouvoir être visé. Ce n’était pas bien précis, parce qu’il y avait encore une certaine distance, mais plus il approcherait, plus il serait à portée de tirs. Une douzaine de soldat allèrent vers le bâtiment au port le plus proche pour récupérer le stock d’arme mis à leurs dispositions dans la perspective d’une attaque. Au programme ? Fusils, Sabres, Pistolets, Canons. Ils extirpèrent le matériel pour pouvoir ravitailler les étages et munir tous les soldats d’un minimum respectable.

Combat en mer ? Que tu crois.
C’était se fourrer le doigt dans l’œil jusqu’au coude, au moins. Le plus gros de la bataille se ferait sur la terre ferme. Et il n’était pas question que le capitaine ou son équipage aille plus loin que les portes d’entrée de la prison, excepté avec des menottes aux poignets.
On allait jouer selon nos règles, et pas autrement.

Chez les Ghost Dog, c’était comme ça.

Protéger et Sévir. La devise de l’équipage, n’est-ce pas.
http://www.onepiece-requiem.net/t2202-http://www.onepiece-requiem.net/t3945-fiche-technique-de-lilou#4
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10717
Popularité: -696
Intégrité: -543

Mar 10 Avr 2012 - 22:19

Pour une prison de haute sécurité Classic Town laissait vraiment à désirer. Les boulets de canon était peut-être une arme de dissuasion, mais de l'autre côté de la mer, ce n'était pas n'importe quel équipage. Les Red Spectres de Mantle Shoma ne reculerait pas devant l'adversité. Les boulets de canons c'était bien contre de vulgaire navire de pirate qui ne pouvait rien faire qu'éviter pour ne pas couler, mais quand abord du navire en question il y a des personnes capables d'éviter le pire, alors entrer dans le cas présent, passer en force était la meilleure des solutions. Pas besoin de réfléchir. Le plan A resterait le plan A. L'équipage passerait par la porte principale. La grande porte sera bientôt ouverte et la prison à feu et à sang. Comme prévu aucun boulet ne toucha le bâtiment marin. Toujours à l’œuvre, Shoma faisait en sorte de trancher chacun des projectiles et quand il y en avait trop à la fois, alors il s'occupait du tous à l'aide d'une attaque. Une bonne vague d'air tranchante. Simple, précis et rapide. Rien de mieux pour provoquer un sentiment de peur chez ses adversaires.

De l'autre côté de la mer, sur l'île prison, c'était l'incompréhension. Les pensionnaires de la prison ne savaient plus quoi faire. Ils avaient beau ouvrir le feu, l'adversaire ne baissait pas les bras. Ils en voulaient toujours plus. A croire que le diable lui-même avait programmer un affrontement direct entre pirate et représentant de l'ordre. L'affrontement était de plus en plus violent, mais rien ne changeait. Solide comme le roc, les spectres finirent par se retrouver à porter de tir.

Depuis cette nouvelle position, Shoma n'avait plus besoin de reste en mode défensif. Il allait pouvoir passer en mode attaque et détruire toutes les positions de la forteresse qui avaient pris un malin plaisir à tenter de couler son navire. La proie était devenue le chasseur. Imaginer un peu la scène. Un chasseur qui débusque un lion et le prend en chasse, mais trop malin et en tant que roi de la savane, celui-ci réussi à prendre à revers la créature qui voulait exposer avec fierté sa crinière royale. Progressant lentement jusqu'à temps que cette même créature ne puisse plus rien contre lui et alors à ce moment, le lion sort de sa planque et utilise ses puissants crocs afin de saigner à blanc cette bête qui voulait être roi à la place du roi.

Coup sur coup, le capitaine pirate explosa toutes les positions où se trouvaient les moyens de défense de la prison, la laissant ainsi sans protection sur ce flan de l'île. Pour plus de précaution, Shoma et sa troupe auraient très bien pu faire ainsi pour chaque flan de l'île, mais dans ce cas il perdrait un temps très précieux. Attaquer une prison de la marine n'est sans doute pas une tâche mince à faire. Cette prison jouissait d'une très bonne réputation, voilà pourquoi elle était encore ouverte. C'était sans doute la raison pour laquelle que les soldats qui s'étaient précipités abord du navire décidèrent au dernier moment de ne pas partir combattre le monstre marin en face. La nouvelle avait sans doute circulé très vite dans ce coin du monde. La marine avait perdu plusieurs navires en essayant de capturer le bâtiment des spectres. Pour calmer la créature, la marine avait dû sacrifier beaucoup de soldat et avec un simple navire contre un tel monstre, la fuite était la seule chose logique à faire, mais Shoma n'était pas du même avis. Laisser partir des mouches à merdes, pas question.

Attrapant ses deux sabres, Shoma sauta sur la tête de son nouvel animal et sauta le plus haut possible et avant d'entamer une descente en direction du corps de la bête, il tourna sur lui-même avant d'envoyer deux puissantes vagues d'air. Le vent se découpa et les deux attaques du pirate fonçaient tel des missiles sur le navire ennemi. La pression de l'air puissant rendait l'attaque visible à qui la regardait. Le premier coup trancha le navire en deux, mais pas entièrement, quant au second, il pénétra dans le sillon du premier et termina ce qui restait du rafiot aux couleurs du gouvernement mondial. Devant la puissance de l'attaque, les marins n'eurent d'autre choix que de prendre leur courage à deux mains et sauter à la flotte, laissant sur l'épave équipement et barque.

Il ne faut pas être égoïste, Shoma et les autres avaient eu à manger avant de partir au combat, contrairement à Sanbi, il faut bien la nourrir la petite bête. Un monstre de cette taille devait avoir un estomac assez grand pour y glisser plusieurs vaches à six pattes de Bolii, mais en voyant le monstre attaquer les navires de qui approchaient son île, Shoma en conclut que le bois des navires était peut-être un aliment qu'elle appréciait.

Maintenant que les contretemps furent éliminé, Shoma laissa ses hommes et monta abord de l'épave qu'il venait de faire avant que celle-ci ne sombre complètement dans la mer. Seul sur le navire, il en profita pour détacher plusieurs barques de secours. Sait-on jamais. Il en profita également afin de ramasser plusieurs pistolets laisser sur le sol par leur ancien propriétaire. Quel gâchis de la part de la marine. A croire qu'ils roulent sur l'or et que les armes leur sont données gratuitement. Pauvre contribuable qui doit payer encore et encore l'équipement de chair à pâté.

Sautant de barque en barque, Shoma rejoignit le quai et en profitait au passage pour vider le chargeur de ses petits jouets sur les pauvres hommes qui tentaient de rejoindre la prison. Il ne faut pas faire attendre les poissons. Balle après balle, pistolet après pistolet, Shoma transforma une mer bleue azur en une marre de sang qui commençait à attirer des créatures bien plus grosse et qui appréciait la viande humaine. Pour son plaisir, le pirate laissa une dizaine de soldat en vie, du moins il utilisa son sabre aiguilles afin de les coudre et retira leur ombre de leur corps et les avalas. Un repas comme il les aime.

Avant de faire la fête avec les gardiens de la prison, Shoma rangea son sabre aiguille au niveau de son dos et repris ses deux sabres. Il était temps de faire bouger les choses. D'un coup de sabre, le pirate envoya une vague tranchante d'air qui explosa la porte et une partie du mur de l'enceinte.


"Bonjourrrrrrrrr"

http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Pludto
Howl's Moving Castle
•• Lieutenant ••

♦ Localisation : Navarone
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 4
Popularité: 103
Intégrité: 130

Mer 11 Avr 2012 - 0:39

Vous voyez les gars ? L'important pour faire un bon officier de la marine, c'est d'avoir foi en elle ! C'pas juste être super fort et d'en imposer au niveau des résultats, c'est la passion qui fait l'officier ! Je m'en souviens, quand j'avais vingt ou trente ans, j'sais plus, les petits blancs becs qui roulaient des mécaniques parce qu'ils savaient attraper des pirates plutôt balèzes ; c'était pas les plus sains d'esprit ! Toujours à être dingue et rompre la chaine de commandement. J'te jure... C'pas possible d'être aussi inutile en fait … Parce qu'ils étaient inutiles ! Il causait plus de problèmes qu'ils n'en résolvaient. Sauf que, pour le public, c'était des héros. Comme quoi, ils se trompent toujours quand il s'agit de bien comprendre les vraies valeurs de la marine ! Et puis …

Assis sur une chaise, les pieds reposant sur le dossier d'une autre devant lui, Pludbus ne cessait de parler et de ressasser la belle époque. À cinq mètres devant lui, les deux gardes de services n'espéraient qu'une seule chose, ou, plutôt, deux. La première était le changement de gardes, moment heureux où ils pourraient s'éloigner pendant un temps court, mais tant attendu, de la personne qui, désormais, cohabitait avec eux dans la salle d'accueil, on ne le présente plus, la Plaie des Marines : Pludbus Céldéborde. L'autre chose dont il rêvait était que Plud' meurt rapidement et, si possible, dans d'atroces souffrances afin d'abréger le problème qu'est l'existence de ce vieux marine. La tête dans les mains, le regard perdu au loin, les deux gardes comptait les minutes en n'écoutant pas un seul mot de ce que pouvait baragouiner Pludbus ; baratin qui n'avait, évidemment, aucun intérêt de toute façon. Et dire que ça faisait plusieurs jours que cela durait. Comment avaient-ils fait pour ne pas craquer ? Ils avaient forcément à un moral d'acier à toute épreuve pour passer tant de temps sur cette ile guère hospitalière avec pour voisins de dangereux criminels qui n'hésiteraient pas à les découper en morceau si une occasion se présentait

La veille, un vote avait eu lieu pour savoir qui souhaiter provoquer un accident mortel qui conduirait Pludbus dans le cercueil qui l'attendait depuis déjà bien des années. Malheureusement, la majorité ne fut pas acquise à la cause « vite fait, bien fait ». Certains pensaient qu'ils allaient bientôt partir. Que les Ghost Dogs allaient bientôt partir même. C'est qu'il y avait un peu plus de monde depuis quelques jours. Bien sûr, il y avait de jolies demoiselles parmi cet équipage au grand prestige, mais la présence de Pludbus suffisait à occulter tous les bienfaits potentiels du reste des Ghosts. Un Ghost Dogs entra justement. Il portait une marmite fumante et passa devant les deux gardes sans leur adresser un mot, puis il se dirigea droit vers Pludbus. Arrivé près de lui, il rapetissa subitement tandis qu'une ouverture se fit à la ceinture de Pludbus. Le petit homme s'y engouffra sans s'arrêter, puis la porte se referma.
C'était ça qui était vraiment bizarre avec le Pludbus, c'est qu'il avait toujours une trentaine de gars à l'intérieur de lui. Les pauvres. Ils ne devaient pas mener la belle vie.

Pludbus prit son Den-den Mushi à sa ceinture et l'activa.

Alors mes cocos ? Elle est bonne, la sousoupe ?

Un grognement qui se rapprochait du « oui Capitaine » se fit entendre. La communication avec les hommes du château était bonne. Les pauvres. Ils étaient plus de soixante-dix à l'intérieur. Les quartiers habitables n’étaient pas bien grands à la base pour la garnison de base, alors imaginer ! Le vieux rangea son appareil et se remit à parler.

Que faisait-il là ?
La réponse était simple.

Mantle Shoma.

Un capitaine pirate dont le chemin est parsemé de sang, de pillages et de carnages. Un pirate à la cruauté sans bornes qui ne laisse que la désolation sur son chemin. Un capitaine pirate parmi les plus meurtriers. C'était ce genre de pirate qui devait être éliminé en priorité. Sillonnant South Blue, chacune de ses visites sur une nouvelle ile sonnait comme un jour funeste. Il était l'un des plus terribles des Blues à l'heure actuelle et ses précédentes rencontres avec la marine ayant été particulièrement inefficace à l'arrêter, les Ghost Dogs s'en sont mêlé. Le pirate a attiré l'oeil du Capitaine Gharr Hadoc et l'a érigé comme l'ennemi à abattre. Les renseignements du Capitaine étaient formels ; Shoma allait bientôt attaquer la prison de Classic Town. Depuis, les Ghost Dogs campaient sur place afin de le contrer. Ce n'était qu'une question de jour pour qu'il s'amène. Mais Pludbus serait là, au rendez-vous, prêt à en découdre. N'écoutant que son courage et son sens de la justice, il pourfendrait les airs et irait à l'avant frapper sévèrement l'ennemi, lui porter l'estocade alors que celui-ci, surpris, ne pourra que subir le juste châtiment de Pludbus le victorieux. Dans son honorable bonté, il l'achèvera rapidement afin de lui éviter les souffrances inutiles d'un long trépas, car tel est Pludbus, un prince dans un coeur de roi. Enfin, la foule en délire irait le porter en héros. On le couvrira de louange et on chantera son nom tel un hymne à la paix. Modeste, il tentera de calmer les ardeurs de cette foule ivre de bonheur, mais le bonheur serra tellement grand qu'aucune de ses actions ne pourra les atteindre à ce moment-là. Enfin, pour la touche finale, de jeunes jouvencelles s'offriraient à lui et lui, dans sa grande bonté, leur accorderait leur humble supplique dans la discrétion d'une chaleureuse chambre après avoir fait passer en priorité ses camarades féminines Ghost Dogs qui n'auront pu que constater l'efficacité diabolique avec laquelle Pludbus s'était débarrassé du Mal. Ainsi finira cette bienheureuse histoire.


ON NOUS ATTAQUE BORDEL DE MERDE ?! VOUS ALLEZ LEVER VOTRE CUL ?!

Pludbus fut tiré de sa rêverie. Le son lui vint alors. Le bruit de canon qui tonne, d'hommes qui hurlent et de marines qui prennent peur. Celui en face de lui avait, visiblement, très peur. Le den-den-mushi à sa ceinture aussi. Ses hommes se demandaient ce qu'ils se passaient. Certains tentèrent de regarder aux dehors via les yeux de Pludbus, mais ces derniers étaient clos jusqu'à ce que le gardien eut la chance de réveiller Plud'. Ce dernier se redressa tant bien que mal en se frottant le dos. Il avait mal aux oreilles, le Plud'. C'est que ça faisait un sacré boucan, tous ces canons ! Il se passa les majeurs dans chacune des oreilles, frotta bien fort et en sortit un peu de cire. C'était pire, mais ça faisait du bien. Tandis que le gardien continuait à lui gueuler dessus, Pludbus prit son escargophone et dit d'une voix qui ne laissait place à aucun doute puisque, de toute façon, Pludbus n'avait pas conscience de ce qu'il allait bien pouvoir affronter durant cette bataille.

Bon, les gars. Tout le monde à son poste. Sortez les canons. Je veux tout le monde avec un fusil. Comme prévu, un tiers pour me surveiller le popotin. Je surveille le vôtre, il s'agirait qu'il ne passe pas par-derrière parce que vous essayez de faire du zèle à l'avant ! J'veux de l'efficacité ! Sinon, j'vous fais sortir en première ligne, c'clair ?


Un « oui capitaine » bien cadencé se fit entendre. Ils étaient bien disciplinés. Même les marines du passeur. Ils savaient que leurs vies étaient entre ces mains et tous savaient ce que ça impliquait : ça signifiait approximativement qu'ils allaient mourir. On parle de Pludbus là, quand même, la pire légende de la marine. La Plaie !
D'un geste, il poussa le garde comme si ce n'était qu'un type sans importance et c'était bien le cas ! Pludbus se dirigeait vers son merveilleux destin, il ne pouvait être dérangé par un freluquet tel que ce garnement qui a osé lui gueuler dans les oreilles ; il y a plus de respect. Il jeta un coup d'oeil à l'extérieur. Il vit une espèce de gros monstre marin se diriger vers l'ile. Il était au courant, évidemment, du type d'embarcation qu'utilisait le pirate, mais c'était surprenant à voir. Enfin, surprenant à voir dans cette mer ; Plud' avait vu des monstres bien plus grands pendant son service sur Grande Line et dans le Nouveau Monde. En fait, il rigolait en voyant le bestiau. Trop petit. Ah ah. Il était trop minable. Ah ah.

Il rigola moins quand Shoma commença son attaque. Il eut un tremblement et un gros bloc de pierre s'écrasa à dix centimètres de Plud', là où il aurait dû se trouver une seconde plus tard. En un éclair, Pludbus eut la présence d'esprit de décider d'un repli stratégique. Il quitta précipitamment la salle sans s'occuper de l'autre garde qui se prit un caillou sur la caboche. Paix en son âme. Il n'eut pas le temps de s'apitoyer sur son sort, car d'autres éléments du mur s'écroulaient un peu partout. De toute façon, il ne se serait jamais apitoyé sur le destin d'un homme qui lui avait manqué de respect. Il zigzagua dans tous les sens, évitant miraculeusement les projectiles. À l'intérieur du château, tout le monde priait les déités de ce plan d'existence pour qu'ils les aident dans leur malheur. Manque de bol, Pludbus trébucha et tomba par terre. Il roula sur lui même, difficilement, et il se rendit compte qu'un caillou s'approchait de lui. Sa tête était même la cible.

Il sentit son heure arriver.
En fait non. Il ne sentait rien. Ou non, il sentait qu'il se pissait dessus.

Un de ces hommes eut le réflexe qui les sauva tous. Il tira avec son canon. Le boulet fut propulsé vers la grosse pierre. Le boulet devint subitement gros après une petite distance parcourue, puis vint fracasser le morceau de mur en plusieurs morceaux qui virent à leur tour se fracasser sur le sol en évitant de trop faire mal à Pludbus. Il s'en était finalement bien sorti finalement. Le calme se fit, mais Pludbus prit deux bonnes minutes pour se redresser lentement sur ses bonnes jambes. Il regarda autour de lui ; où était l'endroit qu'il avait repéré plusieurs jours avant ? Il avait fouiné sur tout l'espace derrière la porte principale afin de trouver le meilleur endroit quand Mantle ouvrirait la porte. Il s'agissait d'être à une position classe qui jetait la lumière sur lui et non sur l'autre. Il trouva l'endroit indiquer qui se révéla être le centre de la place, naturellement. Il se plaça bien droit, enfin, il essaya, les bras croisés, le regard fier et il attendit.

Il attendait que Mantle sonne à la porte.

Quand cela sera fait, Pludbus se metterait alors à dire d'une ton impétueux de ceux qui cherchent à en imposer.


« Mantle Shoma. Ta route sanglante s'arrête là. Moi, le grand, le beau, le magnifique, le sublime, le généreux, le suprême, le victorieux, l'invisible, l'inarrêtable, le vengeur, le séducteur, le célèbre, le … le … Pludbus Céldéborde ! Je suis ! Je t'arrête ici. C'est la fin.

Tu ne passeras... pas !»


Ça avait de la gueule. Un peu moins quand on a le pantalon souillait. De toute façon, ça passerait inaperçu. Les soixante-dix hommes armés de fusils ainsi que les dix canons commençaient leur tir aussitôt le discours fini. Ou bien, aussitôt que le pirate s’est déplacé pour les attaquer. On se demande bien laquelle des deux solutions ils préfèrent.
http://www.onepiece-requiem.net/t2255-toujours-pas-six-pieds-sous-terretermine-memehttp://www.onepiece-requiem.net/t2303-fiche-du-vieux-pludbus
avatar
Soren Lawblood
••• Lieutenant-Colonel •••
Gourou Philantrope

♦ Équipage : Ghost Dogs

Feuille de personnage
Dorikis: 2660
Popularité: 230
Intégrité: 144

Mer 11 Avr 2012 - 2:20

« Et dans notre refuge tu trouveras la paix. Car notre mère n’a jamais laissé tomber ses enfants. Et si tu as de la peine, n’oublie pas que je t’aime, je ne serai jamais lo... »

Les psaumes du lieutenant-colonel furent stoppés par des coups de canons. L’attaque allait commencer. Plusieurs jours qu’ils étaient chargés de surveiller l’endroit. Aujourd’hui toute cette mascarade allait s’achever. Aujourd’hui Mantle Shoma allait devoir lutter contre de charmants adversaires.

Quelle surprise pour Soren de découvrir le visage du pirate sur les avis de recherche. C’était lui qui avait attaqué l’île de Stadium Island sur la même mer quelques mois plus tôt. Lui qui avait failli tuer ses hommes, lui qui avait fait un carnage sans nom avant de s’enfuir. L’officier avait à l’époque réussi à voir le visage du meurtrier sous son masque, mais sans pouvoir mettre de nom dessus. Une époque révolue. Les retrouvailles s’annonçaient assez virulentes. Il avait pu renseigner un peu ses camarades sur l’étrange pouvoir de cet homme. Un ennemi qu’il ne fallait pas prendre à la légère.

Les soldats sur place s’étaient relaxés en entendant la douce voix du prêcheur invétéré. Il leur redonnait courage et tentait de leur ôter toute peur. Une affaire délicate quand on savait l’attaque qui se profilait.

« Tous à vos postes. » déclara-t-il calmement .

Heureusement, cette fois-ci, il pouvait compter sur le soutien d’une bonne partie de son équipage. Lilou, Lea, Pludbus, autant de grands noms au milieu desquels il se sentait plus fort que jamais. Dispersé ça et là, ils se préparaient chacun à leur manière. Au vu de l’immense créature-navire qui s’approchait d’eux, on pouvait résumer la situation en un credo : men vs wild.

Des vaisseaux tranchés en deux. Ce type n’avait pas utilisé ça la dernière fois ! Un léger frisson parcourut l’échine du gradé. Un coup comme celui-ci et il pouvait dire adieu à son scalp. Il ne fallait pas trembler, ils avaient pour eux l’avantage du nombre et il fallait en profiter. ne pas se désunir, ne pas se laisser surpren...

CRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRUUUMMMMBLEEEEEEE


Le son d’une porte qui s’affaisse, brisée, déchira les cieux.
En peu de temps l’entrée principale fut prise sous le feu de l’ennemi.
Et ce pauvre Pludbus qui avait voulu se positionner le plus près possible du danger. Soren grimpa sur une des façades pour avoir une meilleure vue de la situation. En contrebas, plus d’une dizaine de cadavres jonchaient déjà le sol. Le cauchemar se répétait, il ne pouvait sauver tout le monde. Il était encore trop faible.

Mais rien ne serait jamais plus pareil. Il avait vu la mort dans son plus simple appareil. Elle lui avait promis des vacances. Pas question de refaire les mêmes erreurs, il avait encore une mission à accomplir ici. Et il ne s’y dérogerait pas. Dans ce monde ou dans un autre.
Alors qu’il aperçut Shoma, continuant sa croisade impie sans faiblir, il décida de s’impliquer personnellement et entièrement dans le conflit.
Pour se faire il utilisa Edmund et Rita, deux de ses dagues chéries, se servant d’elles comme appuis pour grimper au mur avoisinant. En quelques secondes il atteignit le toit du bâtiment, assez glissant pour assurer une chute fatale en cas de négligence. Ce faisant, il s’approcha de l’entrée à présent béante, de manière à la surplomber, à la vue de tous et surtout du vil gredin. Il restait ainsi cependant assez loin pour pouvoir éviter, ou du moins essayer d’esquiver, une éventuelle attaque lointaine. En le regardant droit dans les yeux il tenta non seulement de le retarder, mais également de lui faire entendre raison.

« Mantle Shoma, vous n’êtes pas sans savoir qu’on ne se débarrasse jamais d’un ecclésiastique. »

Il marqua un temps d’arrêt, pour être sûr que son vis à vis le reconnaisse.

« La marche des vertueux est semée d'obstacles qui sont les entreprises égoïstes que fait sans fin surgir l'œuvre de la Maligne. Béni soit-il l'homme de bonne volonté qui, au nom de la charité, se fait le berger des faibles qu'il guide dans la vallée d'ombre de la mort et des larmes... Car il est le gardien de son frère et la providence des enfants égarés. J'abattrai alors le bras d'une terrible colère, d'une vengeance furieuse et effrayante sur les hordes impies qui pourchassent et réduisent à néant les brebis de notre Mère. Et tu connaîtras pourquoi mon nom est l'Éternelle quand sur toi s'abattra la vengeance de la Toute-puissante! »


Il était une cible facile, mais avait quand même dégoté deux beaux colts pour les joutes à distance. Deux balles pour deux répliques cinglantes. La fiction qui allait suivre s’annonçait diablement pulpeuse.
avatar
Leanne B. Howell

♦ Équipage : I'm a Ghost Dog !

Feuille de personnage
Dorikis: 1169
Popularité: 80
Intégrité: +69

Mer 11 Avr 2012 - 23:15

- Bataillon A en position.

- Bataillon B à officier supérieur Celdèborde : nos troupes sont en place.

- Bataillon C en place.

A l'extérieur comme à l'intérieur de la citadelle Pludienne, les Ghost Dogs aiguisent leurs crocs et se préparent pour leur proie... Les muselières sont ôtées, et les chiens de guerre sont dans l'attente de Mantle Shoma ; assurément un des plus gros coup de filet prévu par la Marine depuis bien longtemps. Pour l'occasion, le Gouvernement a reveillé la bête sans visage, et fait fi des méthodes employées ; pourvu que la tyrannie du forban prenne fin devant les murs de la prison de Classic Town.

- Officier Celdèborde ; je ne saurais que trop vous conseiller de ne pas rester ainsi devant une porte aussi fragile... M'est avis que l'ennemi ne toquera pas avant d'entrer.

Derrière la porte d'enceinte de la prison ciblée par Shoma, un groupe de démons se tient prêt à agir ; certains, avec plus d'entrain que d'autres.

- Mantle Shoma. Ta route sanglante s'arrête là. Moi, le grand, le beau, le magnifique, le sublime, le généreux, le suprême, le victorieux, l'invisible, l'inarrêtable, le vengeur, le séducteur, le célèbre, le … le … Pludbus Céldéborde ! Je suis ! Je t'arrête ici. C'est la fin.

Spectacle navrant d'un amiral sous constipants, et dans la décadence la plus profonde. A voir ce grand père gesticuler et déverser sa bile sur un bout de bois aussi muet qu'inerte, personne ne se douterait de son rôle décisif dans l'affrontement à venir...

Soudain, un bruit sourd de canon se fait entendre au travers des épaisses murailles de la prison ; la cible pirate est en vue.

- Tu ne passeras... pas !

Deuxième coup de semonce de la part de la Marine. A chaque seconde, Mantle Shoma se rapproche ; il est temps de se préparer.

- Officier en charge du bataillon D !

- Chef, oui chef ?

- Voici quelques seringues laxatives confectionnées par mes soins... Elles ne sont pas léthales, mais faîtes tout de même attention ; quelques microgrammes de cette mixture suffiraient à vous faire porter des couches durant trois jours. Servez-vous en contre notre cible si ce dernier nous resiste trop ; ce qui, malheureusement, demeure très probable. Maintenant rompez, soldat.

- Chef, oui chef.

A l'extérieur du bâtiment, un bruit sourd se fait entendre. A l'évidence, Shoma n'a pas été stoppé par les canons et continue sa folle avancée... Arrêter un tel montre avec de simples canons, quelle folie. Il est forces que la poudre et le feu ne peuvent contrer ; des hommes que ni le glaive ni la lance ne font plier... Ces forces là mesurent leur talent à la force de leurs convictions ; et de nulle autre manière.

D'un pas lent, Leanne s'approche du doyen de l'équipage tout en s'équipant ; car près des portes de la prison, le vent hurle et la lame de Shoma a soif de sang. L'ouragan sera là sous peu, et aucun des Ghost Dogs tenu derrière l'enceinte ne l'ignore.

- Vous êtes véritablement irratrapable, officier Celdèborde ; vouloir tenir un tel poste, avec un ennemi de cet accabit derrière la porte... Ne m'obligez pas à user de mes Grab Fist pour vous protéger, grand père.

D'un sourire en coin, la demoiselle dévisage son collègue d'un air faussement grave ; signe d'une confiance implicite entre les deux personnages. A l'extérieur du bâtiment, les grondements de l'affrontement semblent s'etouffer peu à peu ; le calme avant la tempête s'installe, et chaque Ghost Dog retient son souffle... Il arrive.

BOUM

Dans un craquement sourd, la lourde porte de la prison eclate sous la force de Mantle Shoma ; et s'apprête à chuter sur Pludbus, ridiculement fixé comme un piquet devant l'entrée...

- Tekkaï.

D'un saut, Leanne bondit alors devant son collègue de combat et absorbe alors la violence du choc ; à peine reste-t-il quelques copeaux de bois autour du vétéran Marine.

- Un véritable enfant ; irrattrapable.

A seulement quelques mètres, Shoma exulte ; alors qu'au dessus de toutes les têtes, l'officier Lawblood profite de l'acalmie pour invectiver le pirate... Une ouverture idéale pour la demoiselle du CP9, qui profite de la diversion de son collègue ecclésiastique pour engager le combat : après tout, pourquoi ne pas s'assurer une lègère supériorité tactique contre un des brigands les plus dangereux de tous les Blues ?

- Ghost Dogs, sortez vos crocs...

Courant droit vers Mantle Shoma, Leanne paufine sa passe à venir ; le coup doit être rapide, précis, inévitable.

- Aguisez vos griffes...

Alors que Leanne n'est qu'à quelques mètres de son adversaire, un pivotement de hanches lui permet de changer de direction brutalement sans perdre de vitesse ; déportée rapidement sur la gauche de Shoma, la jeune femme prépare alors ses prises, prête à agir.

- Et, tels des fantômes de la nuit, enserrez-votre proie dans les lymbes.

Ultime mouvement de hanches, tranchant brutalement le contournement de Leanne : la jeune femme contourne le pirate et attend le moment idéal pour enserrer son adversaire... Lorsque soudain :

- Kyusokuna Toei.

D'une poigne ferme, Leanne saisit Mantle au bras et tente une clé de bras ; sans grande conviction, la manoeuvre étant essentiellement destinée à destabiliser le colosse... Après tout, on n'arrête pas un monstre de la trempe de Mantle Shoma d'une clé de bras ; et tuer le combat si vite serait bien présomptueux au vu des compétences du bandit.

Non, cette clé de bras n'allait certainement pas mettre fin au combat ; mais peut-être allait-elle permettre aux autres Ghost Dogs d'appliquer leur plan...
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10717
Popularité: -696
Intégrité: -543

Mer 9 Mai 2012 - 22:24

La porte de la prison n'était plus et depuis sa position et les canons de la prison ne pouvaient lui tirer dessus. Etape 1 passage en force réussi. Maintenant qu'il se trouvait sur le ponton de la prison, il ne restait plus qu'à entrer dans l'entre de la bête et faire face à la horde de gardien qui entravaient la réussite de sa mission. Un pas, puis deux, la prison était trop silencieuse, comme si quelque chose était en train de ce tramer. Certes on pouvait entendre les bruits de chute de pierre suite aux attaques assez puissante du pirate, mais pas d'alerte, pas de mouvement de panique, pas de demande de renfort à l'entrer. C'était comme si la venue du pirate avait été minutieusement préparer. Qu'importe, ils pouvaient être cent, même plus, ils ne savaient pas quel genre de créature était le capitaine des Spectres. C'est plein de confiance que Shoma avança sur le ponton. Sabre dans son fourreau, pistolet au niveau de sa ceinture et pour finir ses petites et précieuses bombes acheté au marché noir bien caché dans un baluchon autour de son coup. Tout aurait pu se passer pour le mieux pour lui du moins jusqu'à son arrivée à l'intérieur de la prison, mais une lionne en manque d'action bondit sur lui.

La jeune fauve fixa le pirate et tenta de faire de lui son festin. Grand-frère pour certain, ami des femmes pour d'autre, Shoma ne refusait jamais l'amour d'une femme, mais en mission il n'était pas très adepte des câlins sauvages. Il était clair que la jeune femme, malgré toutes ses bonnes intentions à l'égard de Shoma n'aurait aucune chance. Ni une, ni deux, la jeune tigresse se colla au pirate et le frappa, un coup direct, mais qui manquait de puissance, de punch. Une dose de curiosité mélangée à un peu d'effet de surprise fit en sorte de laisser toutes ses chances à la demoiselle qui s'était donné à fond dans une tentative d'arrestation. Comme quoi quand on entre dans la marine s'est souvent par passion et protéger la justice.

Voulant jouer le jeu, comme un bon participant, Shoma feinta l'immobilité. La jeune femme pouvait se sentir fier de ses capacités. Elle venait de stopper l'un des pirates les plus dangereux de South Blue, une chose dont peu de personnes sur terre pouvait se vanter. Le petit jeu pouvait continuer longtemps, mais quand de nombreuses détonations se firent entendre et qu'une pluie de projectiles se dirigeait droit dans sa direction, Shoma décida de mettre un terme à la plaisanterie. Finalement, la jeune femme n'avait pas attaqué tête baisée afin de montrer au monde qu'elle était celle qui était à l'origine de son arrestation, non, elle avait simplement joué le rôle d'appât tandis que bien caché, ses amis se mettaient en place pour stopper l'intrus avant même son arriver.

Afin de protéger sa vie de ce qui n'allait pas tarde à tomber sur lui, Shoma dû utiliser son ombre comme bouclier. "Kage Box". En utilisant cette technique, Shoma était certain de ne pas être touché, mais il protégeait en même temps la personne qui se trouvait avec lui derrière le rideau d'ombre. Bien qu'il s'agisse d'une femme, Shoma n'aurait pût accepter que ses propres amis lui fassent du mal, ce n'est pas admissible. Si elle devait mourir, alors il le ferait de ses propres mains afin de lui faire comprendre qu'elle n'était pas assez forte pour tenter d'entraver ses objectifs.

Le mur d'ombre fit son travail et stoppa toute tentative de la part des défenseurs de la prison de mettre un terme au combat. Suite l'explosion de boulet de canon, le pont se divisa en trois parties. Une partie sur laquelle se trouvait le pirate et la tigresse, une partie qui flottait sur l'eau et une dernière partie qui reliait la prison à un bout de vide. Entre la position de Shoma et le reste du ponton, il y avait environ huit mètres sans plateforme, de quoi rendre fou un utilisateur de fruit du démon qui ne pouvait se permettre de sauter dans l'eau et de nager.

Se retrouvant sur la partie du ponton la plus instable, Shoma dû employer la force pour forcer la jeune femme à divorcer. Ce n'était pas qu'il n'était pas bien avec elle, car même si l'on pensait qu'elle était celle qui portait la culotte dans le couple, il restait toujours le mâle dominant. En n'utilisant que la force pure et dure, Shoma força la jeune femme à le lâcher, non ce n'était pas un acte consenti de la jeune femme, la pression exercer par ses muscles étaient tels qu'elle ne pouvait plus rester le retenir avec sa faible technique. Profitant de sa seconde main qui elle était libre, Shoma attrapa l'un des pistolets qu'il avait volé à ses victimes pour se retourner et faire feu sur la jeune femme. Elle avait beau être rapide, si elle ne voulait pas finir comme ses précédentes victimes, alors elle allait devoir être plus rapide qu'une balle. Un exercice facile pour certain, difficile pour d'autre.

S'en suivi de la part du pirate un saut afin de se positionner au-dessus de son bouclier et un autre dans le vide. Non, Shoma ne voulait pas en finir avec sa vie, il était bien plus malin que cela. S'il ne pouvait avancer sur le pont principal, alors il utiliserait ses propres moyens afin d'avancer. Utilisant la même technique, Shoma fit de son bouclier d'ombre une plate-forme qui lui permit de franchir la masse d'eau sans être à la portée des armes à feu de ses assaillants qui se cachaient tel des vers à l'intérieur de la pomme que représentait la prison. Ils voulaient jouer, alors il allait leur donner ses règles du jeu et les emporter dans un tourbillons de peur et de sang. A ce jeu, il était le meilleur, d'ailleurs il n'avait encore perdu aucune partie.

Même si l'excitation de trouver à l'intérieur de la prison des pions prêts à jouer au jeu de la mort avec lui, Shoma restait quand même sur ses gardes. Il s'est souvent avéré que ses futures sujets d'expérience montrent beaucoup de résistance avant de succomber à ses blessures. Pour recevoir comme il se doit ses convives, Shoma rengaina son pistolet tout en regardant une dernière fois derrière lui la femme qu'il avait laissée, il ne faut jamais être trop prudent avec ce genre de créature. Une fois à l'entrer, Shoma toujours armée jusqu'aux dents et avec tous ses biens dégaina ses sabres tout en regardant partout autour de lui. Il ne laissait aucun coin et recoin. Ses yeux balayaient l'ensemble de la pièce avant d'enfin se poser sur les personnes qui se trouvaient au milieu de la pièce. Comme il l'avait pensé suite à cette attaque massive, un comité d'accueil l'attendait.


"Je disais, BONJOUR !!"

http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Soren Lawblood
••• Lieutenant-Colonel •••
Gourou Philantrope

♦ Équipage : Ghost Dogs

Feuille de personnage
Dorikis: 2660
Popularité: 230
Intégrité: 144

Lun 4 Juin 2012 - 0:46

Pauvre Leanne. Ballotée comme un navire en pleine tempête par le bras ferme du Shoma. Pendant un moment, relativement court, il eut peur que l’ennemi ne décide de faire un joli bouillon de culture avec la tête de l’experte en arts martiaux. Non seulement la deuxième partie du plan nécessitait sa présence, mais en premier lieu, une si belle femme, une si belle âme, ne pouvait être pulvérisée sur l’autel de la violence éternelle.

Fort heureusement, il la laissa derrière lui, secouée mais vivante. Le coup de feu qui avait glacé le sang du dandy avait été admirablement esquivé. Soren devait maintenant surmonter sa peine et laisser temporairement le pirate faire un carnage dans les rangs de tous ces valeureux marines. Lilou se chargerait de le contenir, à n’en pas douter. Elle était forte cette Lilou ! Et si belle elle aussi. Ah, il n’avait pas à se plaindre, il était drôlement bien entouré durant cette mission.

Alors que le lieutenant-colonel se rapprochait du pont, il vit sa camarade nager tant bien que mal pour rejoindre la prison. Comment allait-elle arriver jusqu’à lui ? Il ne laissa pas de place pour une éventuelle réponse. Attachant une corde avoisinante à sa petite dague Mel, il lança le projectile improvisé dans l’eau non loin d’elle. Un peu de travail pour des muscles en pleine excitation, quelques gouttes de sueur perlant aux tempes, une respiration de plus en plus saccadée, les voilà réunis.


« Tu vas bien ? Assez d’énergie pour la suite ? »


Il ne doutait pas de la réponse, mais la brève altercation avec Monsieur Shadow devait, il en savait quelque chose, l’avoir un poil atteinte.

La miss sur ses talons, il s’élança donc vers le point B, objectif déclaré mais non avoué de l’homme qui avait troublé leur quiétude. Sur leur droite, ils pouvaient entendre le bruit du combat farouche qui se livrait. Sans même réfléchir, ni se rendre compte que ses pensées coulaient aussi délicatement de sa bouche, il déclama une courte prière.


« Chère Mère, si vous entendez mes prières épargnez donc les vies de ces innocents, ne les envoyez pas de suite vous rejoindre, ils ont tant à faire encore. »


Sans doute sa collègue le prit-elle pour un illuminé. Là n’était pas le plus important, souhaiter la vie était un songe respectable. Pourquoi diable les gens ne se rendaient-ils compte de la valeur de ce don sacré qu’une fois sur le point de le perdre ? Les paradoxes de l’homme. Une chose que son esprit avait réussi à dépasser, mais qui restait vivace pour une grande partie de la population.

Peu de temps après ils approchèrent des cellules. Les derniers gardes se mirent au garde à vous pour les laisser passer. Première à droite, deuxième à gauche, sixième porte. Les voilà. Les deux demoiselles ô combien dangereuses que le criminel venait récupérer. Les femmes qui allaient leur permettre de tout changer.


« Mesdames, nous allons faire un petit voyage. » leur adressa-t-il en souriant chaleureusement à sa voisine.


Et deux otages de récupérés, deux. À présent, il fallait rejoindre le point C. Gros souci, contrairement au précédent, le point C n’était pas... exactement immobile.
Une petite chasse commençait. Vers un allié. Qu’il fallait trouver avant l’adversaire pour s’assurer l’immunité. Et s’ils étaient dénichés en premier, aucun confort de prévu, nul doute que leur sentence serait irrévocable. Et que leurs âmes, leurs flambeaux, s’éteindraient sans retour possible.
avatar
Pludto
Howl's Moving Castle
•• Lieutenant ••

♦ Localisation : Navarone
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 4
Popularité: 103
Intégrité: 130

Lun 4 Juin 2012 - 13:10

Bon. Il avait préparé son speetch pour des prunes. Certes, ça aurait été trop beau que ça se soit passé ainsi. Il aurait respiré la classe intergalactique, même s'il sait pas ce que c'est. À l'intérieur du château, les marines ne savaient pas trop quoi faire. Le plan était de tirer à la fin du discours grandiloquent très peu utile de Plud'. Celui-ci n'arrivant pas, il ne faisait rien. Il aurait été très imprudent de désobéir aux ordres de l'Adjudant-chef, surtout qu'il n'aimait pas ce grade ; pas assez représentatif de sa valeur. On l'appelait Capitaine. Ça sonnait mieux. Donc, le capitaine voyait la grande bataille se dérouler sans lui. Certes, il était à une place qui n'allait pas le conduire à souffrir d'affreuses blessures qui pourtant pouvaient donner de belles cicatrices qui font tombés les minettes. Ce n’est pas qu'il avait besoin de ça ; il avait déjà son corps d'athlète digne des héros grec. Mais qu'est-ce que la Grèce ? Tel est la question. Enfin, ce n'est pas le genre de question qu'il faut se poser à ce moment-là. C'est leur du combat. C'est leur du duel ; les autres, c'pour faire joli. Le vrai combattant, c'était lui.

Évidemment, quand la connasse du Ciphel Pol s'est mise en tête de lui voler la vedette pour capturer seul Mantle, Plud' n'a pas été très heureux. Il eut envie de choses vraiment pas bien pour punir cette isolante qui tentait de se mettre sur le devant de la scène alors qu'elle ne méritait pas plus qu'un second rôle ; le rôle de secrétaire à lunette même. Et femme à lunette ? Femme à lunette. Ce n’était pas le moment pour les envolées lyrique. C'était lui le héros. Heureusement, la gamine sans talent se faisait remettre en place par le destin donnant la puissance et l'esprit nécessaire au sanguinaire pour la remettre en place sèchement tout en lui permettant de la laisser vivre, elle, réagissant plutôt bien. Ça faisait du bien. Elle allait être blessée dans son amour propre tandis que Plud' allait pouvoir faire l'étalage de toute sa classe pour mettre le pirate à terre, puis écraser l'intrigante de toute sa réussite. Ahah. Plud s'aime. Elle allait surement lui faire de la lèche pour gagner ses faveurs après son coup d'éclat. L'occasion de faire un autre coup. Ou pas. 'Viendra bientôt l'heure d'écraser l'égo de ce rat du gouvernement.

Il s'agissait maintenant de faire une entrée digne de ce nom. Le lieutenant Colonel Soren s'était mis en tête de sauver l'autre. Quel blanc bec ; trop fleur bleue. Ça a beau être une « femme », ça reste la casse-couille sur le passeur. Ou il veut aussi l'humilier ? Ahah. On reconnaissait bien là l'homme de dieu pas aussi chaste qu'il le prétend. Les deux partirent chercher les otages, comme prévu. Il s'agissait maintenant d'attirer l'attention du Shoma. Histoire qu'il ait les yeux braqués sur moi ; la légende des mers, et qu'il voit ce qui allait se jouer devant ses yeux. Pludbus prit un escargophone à sa ceinture et l'activa.



Hey ? Z'êtes là ! Tant pis pour le discours, on passe au plan B. Action direct. Bombardez-moi ce pirate. Canardez à vu et empêchez le d'avancer vers la prison c'clair ?!


Ils répondirent en coeur un « oui mon capitaine » des plus réjouissant. Pludbus baissa les yeux et vit les canons s'ajuster vers Shoma. Il sentit un peloton changer d'oeil histoire de bénéficier d'un meilleur champ de vision. Le pirate était porté de voix. Il était aussi à portée de tir.

Hé ! Sale pirate ! Regarde par ici ! J'ai du gros sel pour toi !


Ahah. Gros Sel. Fruit des ombres. Nul ne peut ignorer les propriétés du fruit du démon de cet affreux personnage. Enfin, n'importe qui ayant un peu de cervelle irait se renseigner avant d'agir. Plud' est de ceux-là, ou plutôt, il savait déjà ça depuis belle lurette. Il sait tout le Plud'. Enfin, il n'allait pas lui envoyer du gros sel à proprement parler. Il donnait ici le signal de tir à ses hommes. Même si envoyer du gros sel pouvait avoir un effet intéressant inconnu ; les zombies crevants au sel, pourquoi ça n'aurait aucun effet sur Shoma ? Donc, les marines se mirent à tirer. Des boulets et des rafales de balles se mirent à arroser le pirate, cherchant à ne pas le laisser aller plus loin. Cherchant à le zigouiller, aussi, tant qu'à faire. Non. C'est vrai. Le gros sel doit pas avoir d'effet sur lui. Ça serait bête. Enfin. Il avait fait son boulot. Avec un peu de chance, ou, plutôt, avec un peu de son immense talent, ils allaient abattre le pirate maintenant. Même pas besoin de plan. C'est ça l'effet Plud'. Une efficacité redoutable dans n'importe quelle situation.




Dernière édition par Pludbus Céldèborde le Sam 23 Juin 2012 - 17:07, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2255-toujours-pas-six-pieds-sous-terretermine-memehttp://www.onepiece-requiem.net/t2303-fiche-du-vieux-pludbus
avatar
Lilou B. Jacob
Loutre Queen

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Attrape-rêve

Feuille de personnage
Dorikis: 10079
Popularité: -855
Intégrité: -700

Mar 5 Juin 2012 - 22:03

Tu peux dormir avec un fusil sous ton oreiller.
Il n’a jamais protégé des cauchemars.

La situation ? La garce venait de se faire foutre à la flotte pour mon plus grand plaisir, le Dandy s’était précipité pour aller la secourir (pour être conforme à la réputation de preux chevalier qu’il inspirait), le grand-père faisait des siennes avec de longs discours interminables sur sa toute-puissance en menaçant notre proie, qui, quant à elle, se trouvait au milieu de nous tous en nous lançant un « bonjour » tonitruant et qui en disait long sur ce qui allait nous arriver.
Bilan ? On était toujours dans la merde. Et limiter la casse n’allait pas être une chose aisée. L’ennemi était prêt, beaucoup trop près de nous, et un combat au corps à corps n’était ce qu’aucun de nous voulait : C’était s’exposer. Le capitaine pirate qui était notre ennemi avait l’expérience des batailles rapprochées, aussi et surtout les capacités physiques qui allaient avec cette expérience. Bee me jeta un regard, pas certain de quoi faire au vu des problèmes qui s’annonçaient. Canarder ? Très bonne idée. La plus simple, à défaut d’être efficace.
Notre But ? Nous en tenir au plan. Il n’y avait plus que ça à quoi nous pouvions nous raccrocher dans ces circonstances exceptionnelles. Personne n’avait réellement envisagé que notre ennemi puisse passer nos défenses avec tant d’aisance. Nous ne l’avions pas sous-estimé, loin de là, car nous savions à qui nous avions à faire. S’appeler Mantle Shoma, ce n’était pas donné à tout le monde. Non, nous avions simplement surestimés notre barrage et notre organisation, en oubliant de prendre en compte le facteur humain.

Shoma était déterminé, prêt à tout pour libérer ses compagnons. Ces raisons louables allaient pourtant à l’encontre de nos règles, des exigences des gens que nous protégions. Laisser un monstre dans son genre en liberté, c’était trop risqué pour n’importe quelle population de ce monde. Mantle Shoma était une menace qu’il fallait éradiquer, car il soulevait des systèmes et usait de la violence à outrance, sans tenir compte de la valeur des vies qu’il enlevait sur son passage. Une machine à détruire, une gangrène qu’il fallait amputer.
C’était donc une déclaration de guerre, déclaration qui allait couter cher à tout le monde sans distinction. La mort n’était pas du genre à faire dans la discrimination. Inciter à la haine et à la violence ne présageait jamais rien de bon, pour personne. De tous les côtés, il y aurait des pertes. Regrettables. Trop nombreuses. Alors que le plus simple serait encore de rester pacifiste et d’accepter la sentence. Mais à la guerre comme à la guerre : mettre la main dans le cambouis ne m’avait jamais fait peur jusqu’ici.

Lançant un regard en arrière, Leanne et Soren étaient partis depuis un petit moment maintenant, pour s’enfoncer dans les couleurs sinueux de la prison. Il ne restait, sur le devant de la scène, que Pludbus Céldèborde (le héros autoproclamé) et les troupes qui luttaient pour ralentir sinon exterminé la menace présente. Le vieux donna l’ordre à ses hommes de tirer à vue et surtout, de ne pas faire de quartier. Il lança une réplique à notre adversaire commun, lui signifiant au passage que nous étions tous au courant pour le point faible notable de son fruit du démon.
Poussant un soupir, je grimpai sur l’épaule de Bee grâce à son aide et me hissai pour avoir une vue dégagée sur le champ de bataille. Des attaques massives et répétées allaient être employées. Qu’importait qu’il soit atteint ou touché, le tout étant qu’il comprenne que l’étau se refermait peu à peu sur lui. Faisant signe à mon ami, il prit le pas jusqu’au vieillard, me permettant de lui parler à mon tour.

« Hé, papi… Occupe-toi des prisonniers et ne te fais pas mal avec ton déambulateur. Je me charge de lui. »

Lui faisant un sourire complice, je lui rajoutais un clin d’œil sensé nous mettre tous deux en confiance. Je n’avais pas d’avis particulier au sujet de cet homme, et ses faits d’armes qu’il racontait à qui voulait (ou pas) l’entendre le rendait sympathique. Le fait était qu’il était mon coéquipier pour cette mission et que je comptais sur lui pour mener à bien ce qu’il devait faire. Je tapais sur le sommet du crâne de Bee qui montra à notre ennemi ce qu’il avait de cacher sous ses bras. Les deux canons parés à l’emploi déversèrent sur notre adversaire de quoi faire pleurer n’importe qui. Le boulet de canon sortit du bras droit et fut suivit de la bourrasque concentrée et puissante du canon à air placé dans le bras gauche. Les gravats explosèrent, détruisant et endommageant les dalles, briques et murs environnant.

Je glissai le long du bras de mon ami pour me retrouver à terre, touchant le sol de ma main. Le ralentir n’allait pas être une chose simple, mais l’empêcher de passer ne devrait pas être au-dessus de mes moyens, surtout pour quelques secondes. Les prisonniers étaient de toute façon déjà à niveau. Plud avait baissé son pont pour permettre l’accès à son antre. La citadelle était prête à accueillir n’importe qui. Bee attrapa les quelques gravats pour les fourrer dans son canon au bras droit et le braqua à nouveau sur notre ennemi. A nouveau, une explosion à nous en trouer les tympans, différente de la première pourtant. Les pierres, briques et morceaux de murs chargés allaient dans différentes directions, suivant la force et la propulsion, sans faire de distinction avec ce qu’ils touchaient.
Les bruits de pas derrière m’indiquaient clairement que mes deux autres partenaires étaient assez près pour m’entendre :

« Dépêchez-vous de rentrer ! »

Mon impatience était marquée, parce que je sentais que ce n’était pas des cailloux envoyés à grande vitesse qui allait longtemps contenir un monstre dans le genre de Mantle Shoma.

Mais il fallait ce qu'il fallait.

Qui vivra verra
http://www.onepiece-requiem.net/t2202-http://www.onepiece-requiem.net/t3945-fiche-technique-de-lilou#4
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10717
Popularité: -696
Intégrité: -543

Mar 19 Juin 2012 - 17:34

Voilà une en entrée en scène des plus explosif. Shoma se retrouvait nez à nez avec une belle petite troupe de soldat. L'agence tout risque où plutôt l'agence suicide. Par un moyen qui lui échappait encore, la marine avait anticipé ses actions et avait déployé en conséquence un dispositif ayant pour but de l'arrêter, mais malheureusement, le nombre de personne en face de lui laissait clairement penser que les personnes responsables de cette attaque avaient sous-estimé la puissance du pirate. Certes il était seul face à un nombre non négligeable d'ennemis, mais pour lui ce n'était pas nouveau. Combat après combat, île après île, Shoma s'était toujours tiré d'affaire emportant avec lui toutes les personnes ayant osé brandir le fer contre lui. Et ce n'était pas aujourd'hui qu'il allait flancher et se laisser avoir tel un vulgaire moustique face à une énorme tapette. Son destin n'était pas de finir écraser sur une table bien au contraire.

La jeune femme qui avait attaqué en premier se retrouva dans l'eau et sans même réfléchir aux conséquences de ses actes, un des hommes qui se trouvait à l'intérieur de la prison se précipita afin de lui porter assistance, mais c'était sans compter la présence de Shoma qui n'allait pas le laisser agir à sa guise. Tous étaient des ennemis du pirate, alors même s'il était à terre où désarmé, Shoma n'aurait aucune pitié. A la guerre comme à la guerre. Tous les coups sont permis. Donner le dos à son adversaire était une chose à ne jamais faire, c'était significatif d'attaque dans le dos à moins qu'il ne cherchait que ça. De toute manière qu'importe la manière de mourir, que ce soit à la loyal par un coup en travers de la gorge où un coup de sabre dans le dos, l'homme en question allait partager le même sort que le reste de sa troupe.

Mais alors qu'il s'apprêtait à pourfendre la première de ses cibles, le vieil homme qui se trouvait au centre de la pièce ordonna à ses hommes de faire feu sur lui. Le plan B ? Déjà ? Alors cette bande de marin avaient réellement l'intention de l'éliminer ici dans cette prison faute de pouvoir le capturer. Comment pouvait-ont déjà arrivé au plan B, alors que le combat venait à peine de commencer. De tous les affrontements qu'il avait menés, celui-ci s'annonçait comme l'un des plus ennuyants. D'habitude ses adversaires tentaient toujours de lui faire la peau par divers moyens, mais devant cette bande de soldat qui espérait avoir raison de lui uniquement par l'usage de fusils et autres pistolets, Shoma se demandait d'où venait cette bande d'amateur. Pas plus intéressant que des bleues. Devant la nouvelle pluie de plomb, Shoma préféra laisser la vie à l'homme qu'il voulait tuer afin de mettre en place sa défense.

Kage Kage Kekai

Grâce à sa technique, Shoma pouvait rendre son ombre aussi solide qu'un bouclier et de protéger de tous les types de projectiles. Le Kage Kage Kekai était une technique vraiment utile, ce qui était pour les soldats qui le prenaient pour cible un rempart qu'ils ne pouvaient franchir et s'ils n'y arrivaient pas, alors ils ne pourraient vaincre le monstre qu'était le capitaine des Spectres. Une fois toute la pluie de projectile stopper, Shoma fit disparaitre son mur de protection et envoya à son tour un joli petit cadeau aux forces de la marine. Dragon Crush. Avec cette attaque Shoma effectuait une double action. En premier lieu il envoyait valser tous les soldats de la marine incapable de résister à son incroyable puissance et en second lieu, il renvoyait tous les projectiles à leur envoyeur. Tel un boomerang, les projectiles qu'avaient utilisé les soldats de la marine fusèrent en direction de leur corps frêle et les transforma tel des passoires en énorme gruyère sur pied.

Après son attaque, Shoma était fier de lui. Après cela il divisa les forces ennemies par trois et les quelques survivants étaient soient blessé soit incapable de continuer leur assaut sur lui, ce qui les rendaient complètement inutile pour leur officier, mais se retrouvaient parfait pour être utilisé en tant que zombie par le maître des ombres. Alors qu'il allait rigoler et envoyer un avertissement aux officiers de la marine présent et responsable de ce mauvais coup de filet, le regard du capitaine des Spectres tomba sur deux visages qui lui était commun.

Deux femmes, non plutôt un travesti et une femme. Il s'agissait des deux personnes qu'il était venu libérer de prison. La poseuse de bombe arrêter par l'officier RED, Mary Read Silva, alias Lady Big Ben ainsi que la princesse ninja capturer par l'officier Dark Showl, Hanzō Ivy, alias Poison Ivy. Les deux femmes se retrouvaient sur le sol au milieu des corps, blesser à cause de la précédente attaque du pirate. Cette fois-ci s'en était trop.

En voyant les deux femmes sur le sol, Shoma compris que ce qu'essayait de faire la marine en fait n'était pas de le tuer par balle, mais bien d'utiliser les deux femmes. L'aveugler afin de... Il y avait encore une partie qui n'était pas très claire, mais par chance, il avait réussi à stopper la marine avait que leur plan B ne soit une réussite. Maintenant c'était à lui de mettre en place son plan D. Destruction de cette prison.

La marine était bel et bien au courant de ses agissements et de ses mouvements, mais savait-elle ce qui allait se passer ? C'était bien de le mettre au pied du mur, mais avait-elle prévu un plan C au cas où l'homme qu'elle était venue capturer se montrait des plus réticent ? En tout cas c'était dans leur intérêt, car maintenant rien n'allait leur permettre de calmer la colère du pirate si ce n'est par ma mort de l'ensemble de leur groupe. A l'aide de son sabre, Shoma envoya une vague d'air. Cette fois-ci le petit groupe de marin n'était pas la cible, mais cette attaque fut tourné vers une énorme poutre qui se trouvait au-dessus de leur tête. La vague explosa en grande partie la structure, structure qui n'allait pas tarder à tomber sur la bande de soldat, coupant ainsi le terrain en deux parties. La plus grande partie qui laissait Shoma seul avec les deux jeunes femmes et quelques cadavres et de l'autre le reste des corps meurtris et le reste de la troupe de représentant de l'ordre.
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Soren Lawblood
••• Lieutenant-Colonel •••
Gourou Philantrope

♦ Équipage : Ghost Dogs

Feuille de personnage
Dorikis: 2660
Popularité: 230
Intégrité: 144

Mer 20 Juin 2012 - 21:42

Mais où était-il donc ? Sacré personnage, toujours à se fourrer dans des coups improbables. Toujours suivi par Leanne, Soren ne put qu’assister impuissant au carnage du Shoma. Étrangement l’énorme coup du capitaine adverse semblait se rapprocher. Sûrement une illusion d’optique, ils n’étaient pas non plus au cœur de la bataille, personne sur les Blues ne pouvait avoir une telle amplitude dans son attaq...


BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIP.


Voilà le seul son que le lieutenant-colonel entendit les secondes suivantes. Balayé par l’assaut, il se retrouva projeté violemment au sol. Qué pasa ?

Sa vision se floua, en tentant de regarder autour de lui il eut l’impression de se mouvoir au ralenti. Et le reste n’était que désolation. Autour de lui, des dizaines de cadavres jonchaient les dalles de la cour. Même résultat que l’an passé sur Stadium Island, il n’avait pas réussi à mener à bien sa mission. À sa droite, Leanne était évanouie. Seulement évanouie ? Il l’espérait tellement. Les deux captives se trouvaient à présent à quelques mètres devant lui. S’il pouvait seulement se lever ! Ses muscles tétanisés ne lui laissèrent pas cette chance. Et qu’aurait-il fait de toute manière ? Ce monstre était presque invincible, il ne paraissait même pas faiblir un tant soi peu.

Presque, voilà le mot importait qui avait fusé de l’esprit du l’officier. Il y avait une parade, il y avait toujours une parade.

Le pirate trancha une poutre, qui doucement se dirigea vers le sol. En plein sur lui. Garder la foi, quoi qu’il puisse se passer garder la foi. Il n’avait certes pas souvent le foie les soirs de fêtes, mais il pouvait compter sur sa foi, mille fois même. La complainte du Chapitre Premier coula de sa bouche pâteuse, pour s’élever dans le ciel brumeux.



Dans ton domaine, ma belle, je t’ai vu chanter.


Dix mètres.


Près de la plaine, ma belle, je me reposais.


Cinq mètres.


Ne vois tu pas, ma belle, que j’avais prié ?


Trois mètres.


Je t’en conjure, ma belle, exauce mon souhait.


BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIP !!!


Un robot gigantesque se dressa de toute sa hauteur sous l’édifice. Et empêcha tant bien que mal l’effondrement de la structure toute entière. Bee ! Bee était là. Louée soit Lilou ! Ce signe du destin ne pouvait s’apparenter à de la Chance. Il devait à tout prix saisir l’occasion.

Domptant son état, il se redressa, fier sur ses jambes. Et l’aperçut. Enfin il était là, en face. Le point C. Miracle. Bouger, vite, il devait bouger.
Poussant un râle inhabituel, il souleva les deux prisonnières et les cala sous ses bras. Mantle Shoma n’était pas loin. Et ne l’avait toujours visiblement pas reconnu.
Une vigueur insoupçonnée retrouvée, il avala les quelques pas qui le séparaient de son objectif. Et alors qu’une nouvelle attaque meurtrière semblait se rapprocher, il bondit en direction de la liberté. Ou de la prison, question de point de vue. Pas le temps de se retirer, il allait tout droit à la digestion. En criant.


PLUDBUS !!!!!!!!!
avatar
Pludto
Howl's Moving Castle
•• Lieutenant ••

♦ Localisation : Navarone
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 4
Popularité: 103
Intégrité: 130

Sam 23 Juin 2012 - 17:13

Plud' avait du mal à suivre. Normalement, avec tout le talent qu'il possédait ; tellement que ça débordait ; le capitaine aurait déjà dû être saucissonné devant lui, subissant le juste sermon de l'ancêtre sur le bien, le mal et la nécessité de le fuir tellement il est trop fort pour les mortels comme lui. Sauf que, ça, c'était pas le cas et c'était bien bizarre. Ah oui ! Le plan ! Il n'était pas fini ! Il ne faisait que commencer. La gaffe. Plud' avait failli faire une bêtise. Juste faillit. Il ne fait jamais de bêtise. C'est Pludbus quand même.

Donc, le plan : il fallait attendre que les deux filles entrent dans le château. Pas franchement attirante comme fille soi-disant passant. Pludbus ne les qualifiait pas vraiment de gonzesses. C'était spécial. Des pirates. Oui, ça allait mieux comme ça. Pirates, on s'y intéressait pas. Pas tous. Enfin, c'était compliqué. Donc. Il fallait attendre les invités. Le chevalier servant, accompagné de la chieuse du ciphel pol, s'approchait avec les colis ; bon, ça, comme noms, les colis. Mais le Mantle ne semblait pas chaud pour aller les sauver. Il n’hésita pas une seconde et attaque le plafond. C'est ça, l'esprit de corps ?! On protège ses amis ? Mes fesses ! Un vrai monstre se type ! Oser blesser des jolies femmes ! Attention, Plud' ne considérait que Lilou comme une belle femme. Les autres, c'est les colis et la chieuse. Rien de plus. Et aux dernières nouvelles, Soren était un mâle.

Le vieillard laissa la protection des colis au mal, donc, et se soucia davantage de protéger la belle Lilou. Sauf qu'il était un peu loin et qu'il avait une bonne trentaine de problèmes. Trente ? C'était bien sur les trente types qui continuaient à arroser la position de l'ennemi. Et commencer à courir en balançant des balles et des boulets de canons, ça risquait fort de foutre un boxon foireux, voir un merdier royal. Du coup, il pouvait pas trop bouger et cesser le tir ne pouvait être toléré. Il prit donc son den-den mushi.


Allo ?

Oui Capitaine ?

Attendez une seconde ?


Hein ?


Plud' regarda au plafond ; un bruit avait attiré son attention. Ah. Oui. Il avait oublié qu'attaquer la charpente, ce n’était pas une idée conne, ça permettait de faire tomber de gros débris sur la tête de gens assez rapidement. Les gens, c'était lui. Et les autres. Mais surtout lui. Rapidement, oui, ça tombait déjà. Du coup, il voyait de grosses poutres lui arriver dans la face.

Préparez-vous au choc ! Plan 37D !

Il avait bien gueulé, ça avait dû péter les tympans du marine à l'autre bout du fil, ou plutôt, de la limace. Il se prépara au choc. De loin, on aurait cru qu'il était aux toilettes vu son faciès. Heureusement, son fruit du démon le sauva une nouvelle fois d'une mort potentiellement atroce. Une poutre lui tomba dessus, mais rapetissa, évidemment. Elle lui tomba sur le crâne, mais à cette échelle, c'était comme une poutre contre un château. Ça fait bobo, mais c'est pas la mort. On repassera pour la mort atroce. Il s'en sortit donc avec une bosse et un mal de crâne. Ça avait un peu secouer à l'intérieur, mais les marines étaient indemnes. Ceux à l'intérieur. Pour ceux à l'extérieur, c'était plus compliqué. Il les regarda. Il vit surtout Soren courir vers lui, deux colis sous les bras. Il lui gueulait dessus.

Plud' lui fit face et ouvrit le pont-levis. Un instant, il put croire qu'il allait lui faire un bisou. Burk. Mais non. Finalement, il entra dans le château avec tout le monde. Ouf. C'était l'heure du speech.

Tu ne pourras jamais les retrouver ! Pirate ! Viens les chercher, si t'en as dans le pantalon, couille molle !

Un discours digne des plus grand.
http://www.onepiece-requiem.net/t2255-toujours-pas-six-pieds-sous-terretermine-memehttp://www.onepiece-requiem.net/t2303-fiche-du-vieux-pludbus
avatar
Lilou B. Jacob
Loutre Queen

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Attrape-rêve

Feuille de personnage
Dorikis: 10079
Popularité: -855
Intégrité: -700

Jeu 28 Juin 2012 - 16:09

Bee s’était dressé de toute sa hauteur pour aller protéger nos coéquipiers. Au milieu, il avait attrapé la poutre qui s’effondrait pour sauver la peau de Leanne et Soren, pour qu’ils puissent poursuivre la mission. Et tout s’enchaina très vite : Le lieutenant-colonel attrapa les deux femmes sous ses bras musclés et couru vers l’ex amiral en chef. Il sauta dans sa direction en hurlant le nom de son coéquipier. Le dit coéquipier réagit immédiatement, s’arrangeant pour que l’homme pénètre corps et bien dans son antre. En Lui. Dans son château. Dans la citadelle.
Soupir de soulagement. Les otages y étaient. Avec Soren ; Bien au chaud. Je me sentais comme rassuré, comme si une première étape était passée, avait été franchi et réussi. J’avais l’impression que nous étions tout à fait capable à présent de réussir à capturer Mantle Shoma. S’il était en effet là pour ces deux femmes, il ne pourrait que coopérer avec nous pour les préserver. Pour leurs vies. Pour faire en sorte qu’elles puissent s’en sortir sans être blessé. Suffisamment de mal avait été fait. Suffisamment de vie avait été prise. Pour pas grand-chose. Pour des bêtises. Il était temps d’arrêter.

« Tu ne pourras jamais les retrouver ! Pirate ! Viens les chercher, si t'en as dans le pantalon, couille molle ! »

Je me tournai vers Plud avec des yeux ronds, d’horreur, d’incompréhension. Que lui prenait-il ? Comptait-il sérieusement le provoquer de la sorte ? Lui était le méchant, le rustre qui n’avait peur de rien. Moi, j’étais là pour temporiser, pour faire en sorte que les choses se passent en douceur. Bee à côté de moi posa la poutre qu’il tenait et fit face à notre adversaire. Il était anxieux. Il ne savait pas comment l’histoire allait pouvoir se résoudre maintenant, mais il espérait une fin heureuse. Je m’avançai vers le Pirate sous le regard attentif de mon coéquipier, tentant d’être la plus calme et la plus explicite possible pour tout le monde.
Je ne savais pas par où commencer, je ne savais pas vraiment quoi dire, je voulais simplement que l’homme qui nous avait attaqué se rende et que la justice fasse son travail. Restait à savoir qui Mantle allait écouter : un vieux sénile insultant et grossier ou une rouquine pleine de bonnes intentions ?

« On va y aller calmement, Mantle… »

Voix forte, qui porta jusqu’à lui, supposait l’avertir de ce qui allait se passer pour lui à présent que nous tenions ses amis. Ses deux femmes. Ou plus ou moins. Et qu’elles se trouvaient dans la citadelle humaine, dans Pludbus. Air inoffensif, se voulant aussi diplomate que possible, je regardai mon interlocuteur et tentait de le prévenir de ce qui allait se passer.

« Tes compagnons sont à présent dans le corps du vieux, là. Et ils y resteront. Si tu l’attaques, ils seront blessés, si tu le tues, ils mourront avec lui. Tu peux aller les chercher, mais c’est un véritable labyrinthe… Il ne te reste plus beaucoup d’alternatives, et je voudrais que cette histoire se règle sans victime supplémentaire… Alors, rends-toi. »

Petite pause, le temps qu’il prenne bien compte de tout ce que je venais de dire, qu’il soit tout à fait conscient de ce qui l’attendait. Qu’il envisage les possibilités et qu’il abandonne enfin.

« C’est le plus sage pour tout le monde. »
http://www.onepiece-requiem.net/t2202-http://www.onepiece-requiem.net/t3945-fiche-technique-de-lilou#4
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10717
Popularité: -696
Intégrité: -543

Lun 2 Juil 2012 - 3:53

Shoma qui s'était préparé à une opération d'infiltration longue, mais relativement de niveau facile étant donné son expérience et sa force qu'il savait puissante, mais devant l'obstination de la marine, celui-ci sentait ses chances de victoires diminuer. Non pas qu'il allait perdre le combat, car de ce côté il était encore frais comme un poisson dans l'eau. Non, c'est la volonté de la marine à se dresser contre lui qui lui donne l'impression de perdre du moins du point de vue psychologique, car dans la plupart des cas, pour ne pas dire dans tous les cas dès qu'il commence à faire étalage de sa puissance ses adversaires commencent à perdre leur sang froid, commettent des erreurs avant de finalement se résigner à la mort. Seul quelques rares adversaires avaient réussi à le mettre en déroute. Des noms comme Red, Blacrow où encore Fenyang signifiait pour le pirate des évènements dans sa vie de pirate qui se passa très mal pour lui. Lors de ces rencontres, Shoma avait été mis en déroute où simplement battu dans le sens premier du terme et depuis cela, il n'avait pas été vaincu et n'allait certainement pas laisser une bande de petits rigolos qui utilisent une machine comme protection lui barrer la route.

C'est en voyant les deux femmes qu'il était venu libérer que le jeune capitaine compris que la situation était en train de prendre une tournure qu'il n'avait pas prévu. Le vieil homme qui était de surcroit celui qui avait le don de lui taper le plus sur le système possédait une capacité qui ne pouvait appartenir qu'à un fruit du démon. Shoma n'était pas un superstitieux, il ne croyait pas aux fantômes, ni en des choses étranges, mais il savait une chose, c'était qu'il existe dans ce monde des personnes ayant obtenu une puissance incroyable après avoir mangé des fruits du démon. Il le savait, car il en avait rencontré pas mal sur sa route et il était lui-même utilisateur de la puissance de l'un de ces fruits. Maintenant qu'il savait que l'un de ses adversaires était comme lui, il devait savoir quelle était la capacité que lui avait donné son fruit. En voyant les jeunes femmes rétrécir au point de n'être que de simples pions de damier et enfin disparaître après avoir passé un pont-levis, Shoma pouvait se rassurer quant à la puissance de son adversaire. Son pouvoir pouvait sans doute être très utile dans ce genre de situation, mais n'avait sans doute pas le même pouvoir destructeur que lui.

Ayant classé la puissance des fruits du démon en quatre catégories ( C,B,A et S) Shoma devait s'assurer de la validité de son hypothèse. Après avoir maîtrisé la puissance de son fruit au fil des années, Shoma avait fini par se positionner sur la puissance de son fruit et l'avait classé parmi les fruits de type A. Au-dessus de la classe A il y avait les fruits de types S, mais comme il savait que dans ce monde il y a toujours des personnes plus puissantes les unes que les autres, mais aussi par souci de logique il avait préférer ne pas surestimer la puissance que lui octroyait le Kage Kage fruit. En se basant sur cette thèse, il allait devoir classer le niveau de puissance de son adversaire ainsi il pourrait de nouveau être celui qui avait les cartes en main.

Maintenant qu'il savait à peu près à qui il avait à faire, Shoma devait procéder par élimination. En face de lui il ne restait pas grand monde. Un robot aux allures étranges et qui venait de faire son apparition afin de porter assistance à ce groupe de marin. Une jeune femme qui depuis la disparition des deux jeunes femmes avait pris un peu plus d'assurance et lui conseillait même de se rentre et enfin un vieil homme qui avait un petit quelque chose en plus qui donnait envie à Shoma de le vider de ses tripes tous en le gardant vivant histoire de lui faire comprendre qu'il n'est rien, si ce n'est un vieux dépassé par son temps.

L'idée de la jeune femme était correcte, mais la reddition n'avait jamais été une idée qu'avait imaginé le jeune capitaine. Si elle voulait se rendre il était prêt à les tuer sans trop de souffrance, mais l'option inverse n'était même pas envisageable. A se demander comment une telle idée à telle pu naître dans le cerveau de la jeune femme. En tout cas pour le capitaine des Spectres la proposition de la jeune femme s'apparentait plus à une tentative de négociation qu'autre chose. Son ami, le bout de chair sur patte avait peut-être fait en sorte de faire disparaitre les deux jeunes femmes, mais cela ne voulait pas dire qu'elles étaient mortes. Si c'était lui qui les avaient fait disparaitre, alors il n'aurait qu'à faire en sorte de tuer le vieil homme en dernier une fois qu'il aurait compris que sur cette île il n'avait pas d'autre choix que de se soumettre à sa volonté et quoi de mieux pour cela que de voir ses camarades mourir sous ses yeux.


"Garde ta salive ma belle, tu n'as pas encore compris que même si je me trouve sur une île carcérale, étant donné que vous n'avez aucun moyen de fuite, c'est vous et non moi qui se retrouve dans une situation difficile. Pour le moment je suis gentil. Je ne suis pas contre un peu de piment, mais tôt où tard vous finirez au sol comme vos amis qui jonchent le sol. "

Tandis qu'il répondait à l'officier qui se trouvait devant lui, l'ombre du pirate quitta progressivement sa position afin de se faufiler sous les décombres. Sans un bruit, elle se déplaça sous les morceaux de poutre et traversa la pièce sans même toucher à ses ennemis. Shoma n'était pas devenu un tendre, mais il avait un plan. La population de l'île était principalement composé de prisonnier et maintenant qu'il venait de faire chuter le nombre de ses ennemis à trois, peut-être quatre individus, car tout à l'heure les conséquances de sa première attaque n'allait pas tarder à montrer le bout de son nez, il allait faire en sorte de libérer tous ces petits êtres entraver par la justice. Quoi de meilleur que d'ajouter des combattants à ses rangs. Une chasse à l'homme est un très bon jeu en prison surtout pour des hommes n'ayant plus vue de femme depuis un bon moment.

Une fois en dehors de la zone de combat où Shoma et la marine s'affrontaient, l'ombre découvrit une panoplie de gardien qui attendaient arme en main. Sans doute avaient-ils reçu comme consigne de se tenir prêt à agir si la situation dégénérait, mais voilà face à une ombre immortel, une bande de gardien ne faisait pas le poids. Un massacre, voilà comment on pouvait appeler ce qui se passa trois portes plus loin. Les cris des hommes qui mourraient retenti même jusqu'au niveau du pirate qui se mit à sourire. Des cris de douleurs, d'effroi et bien d'autre et puis d'un coup un silence. Plus de bruit, plus de voix, plus d'appel à l'aide, plus rien. Les Den Den Mushi qui filmaient la scène rentrèrent dans leur carapace plutôt que de continuer à transmettre ce que leur pauvre petit yeux voyaient.

Comment réduire de moitié les dépenses en salaire du personnel ? Utiliser Sweefer, simple, rapide et efficace, l'ombre Sweefer nettoie et vous élimine les microbes qui pullulent vos prisons. Le bonheur assurer pour les prisonniers.

Après cela, l'ombre de Shoma ouvris les portes des cellules du premier étage avant de poursuivre sa razzia au second et au troisième. Chaque porte, chaque verrou fut ouvert. Jamais autant de prisonnier n'avaient quitté leur cellule depuis la révolte qui avait touché la prison. Rien ne semblait arrêter l'ombre du pirate et si personne ne l'arrêtait, dans moins de cinq minutes, la prison allait tomber aux mains des prisonniers. Mais comment arrêter des hommes qui avaient perdu lueur liberté et qui avaient autant de rage qu'un volcan en éruption avec si peu d'effectif ? C'était mission impossible et ça, le directeur le savait. Se cloîtrant dans son bureau, le vieux bougre regrettait amèrement le jour où il avait accepté de recevoir dans sa prison les deux jeunes femmes qu'était venu chercher Manlte Shoma. Des sueurs froides coulaient le long de sa peau et au plus profond de lui il sentait la mort approcher à grands pas.


"OH quelle douce musique !!!! "
Craquement du plafond
"tic tac, tic tac !!"
Détachement d'un gros bloc de pierre du plafond sur le robot
"Je vous laisse le choix, mais sachez que tous les chemins mènent en enfer"

Alors qu'il allait lancer une attaque mortel en direction de la jeune femme qui lui avait demandé si gentiment de se rendre, le reste du plafond s'écroula sur l'ensemble du groupe, forçant ainsi Shoma à reculer et annuler son attaque afin d'éviter l'écrasement.

Une chose était certaine, avec la violence de l'effondrement, rester à l'intérieur du hall était du suicide que ce soit pour Shoma où pour les officiers de la marine. Une chasse à l'homme mortel allait commencer dans la prison.







Ps : étant donner que Soren portaient les deux femmes je suppose qu'il se trouvent à l'intérieur avec elles.
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Pludto
Howl's Moving Castle
•• Lieutenant ••

♦ Localisation : Navarone
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 4
Popularité: 103
Intégrité: 130

Sam 14 Juil 2012 - 21:53

Bon, c'était la mouise.

Malgré sa force, son courage, son intelligence, son inflexibilité et une trentaine d'autres adjectifs bien pompeux, Plud' n'avait pas réussi à atteindre l'objectif premier ; la capture de Mantle Shoma. L'appât n'avait pas marché. Soit. Mais objectivement, ils étaient loin d'être condamné à mort. Les plus aguerris des combattants ne parieraient pas un kopek sur Plud' et ils auraient bien raison tellement il semble inutile, mais c'est à ça qu'on reconnaît les faibles et les futurs prisonniers des brillantes prisons du gouvernement ; ils ne savent pas juger l'honorable Celdéborde à sa juste valeur. Et c'est là la plus grande bêtise, que puisse faire un ennemi de la Justice. Sous-estimer Pludbus. Car, vous le saurez certainement, vous qui n'êtes pas aussi débiles ; Plud' est la forteresse. The castle ! La défense absolue ! Le fortin qui résiste à toutes les attaques, protégeant ses habitants et interdisant toute action. La défense parfaite ! Le partenaire idéal. Le rêve incarné. Bref. Plud'.

Ça trottait dans sa tête. Un nouveau plan pour le capturer ? Non, il n'avait pas grand-chose et plus ils attendaient et plus il foutait suffisamment de boxons pour empêcher tout plan constructif. Il savait qu'il ne restait plus qu'une seule chose à faire ; la retraite. Il échangea un regard avec Lilou et sentit qu'elle pensait la même chose. Sans le voir et l'entendre, il se doutait que les hommes qui se situaient dans son corps pensaient la même chose. Soit. C'est la vie. On ne peut pas tout le temps gagner. Pour éviter de perdre la face, on pourrait dire qu'on le laissait espérer pour mieux le choper. Mourir en se croyant invincible, c'est franchement la loose. Ouaip. Plud' aimait bien cette idée. Enfin, il fallait agir. Pludbus prit son escargophone pour communiquer avec son intérieur.


Lieutenant-Colonel, pas besoin d'vous dire la question. Pas d'objection ?

Aucune. Capture du pirate : stoppé par échec du plan. Il y avait toujours une chance que celui-ci marche, mais si ça n'avait pas marché la première fois, ça ne risquait pas de marcher à la deuxième fois. Chaque marine gardait surement en tête cette possibilité et restait sur ses gardes. On ne sait jamais ; vigilance constante. Plud' sortit son autre escargophone, celui-ci pour contacter le passeur.

Y a quelqu'un ? Papy s'est fait dessus. Je répète. Papy s'est fait dessus. La poussette est demandée, n’oubliez pas les couches. Je répète, la poussette est demandée. Baby se promène. Papy va peut-être aller dans la poussette. Papy et les enfultes sur le qui-vive. Over.

C'est cool le code, parfois. Plud' aimait pas trop. Ça lui rappelait des mauvais souvenirs. Il y avait fort à parier que Lou avait fait exprès de créer ces codes pour humilier Plud'. Le sale rat de bibliothèque. Mais l'heure n'était pas à médire sur son supérieur hiérarchique et inférieur en taille de quelques millimètres qui a véritablement son importance dans ce genre de confrontation. Administratif. Enfin, Le pirate tristement célèbre n'allait pas tarder à tout faire péter et il fallait agir. À l'autre bout de l'escargophone, un nombre fut donné. Le temps pour arriver. Il y avait de la marge. De quoi s'occuper tranquillement dans ce paysage de désolation. Leanne suggéra, via l'autre escargophone, de dégager d'ici et de se retrouver dans un endroit qui ne risquait pas de les ensevelir vivant. Lilou et Plud' échangèrent un autre regard. Ils étaient d'accord. La jeune femme prit les devants avec le robot, suivi de Plud' qui protégeait les arrières à coup de boulets. Ils entrèrent dans des annexes de la prison et finirent bientôt par entendre le bruit de l'effondrement total du hall. Accès bloqué. Plud' allait bien proposer de s'approcher du point d'extraction numéro trois. Celui qui était prévu à la base, mais Lilou proposa alors une chose qui ne serait pas venue à l'idée de Plud' : récupérer tous les survivants, éventuellement choper les prisonniers qu'on pourrait trouver et transporter tout le monde dans le château. Leanne n’était pas contre. Soren non plus.


Ouai, ok. Bonne idée.

Niveau temps, ils avaient de quoi faire pour fouiller un peu l'assez grande prison. Ils se mirent en branle rapidement. Ils restaient groupés ; ça empêchait de couvrir de larges zones, mais fallait mieux être uni s'il tombait sur le pirate. Plud' avançait en tête avec derrière lui Lilou et Bee. Soren et Leanne se tenaient prêts à l'intérieur du château en cas de pépin. Remontant la prison, ils finirent par rencontrer les premiers prisonniers qui se ruèrent dans leur direction, la rage de tuer au ventre. Le premier récupéra un boulet en plein bide et qui l'envoya frapper le mur derrière lui, dix mètres plus loin. Les autres se firent allumer par Bee. Leanne fit une sortie pour en coffrer deux particulièrement K.O afin de les ramener à l'intérieur ou ils furent entassés dans une cellule réquisitionnée. Pas le grand standing, mais c'était provisoire ; la marine traite toujours bien ses invités.
http://www.onepiece-requiem.net/t2255-toujours-pas-six-pieds-sous-terretermine-memehttp://www.onepiece-requiem.net/t2303-fiche-du-vieux-pludbus
avatar
Lilou B. Jacob
Loutre Queen

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Attrape-rêve

Feuille de personnage
Dorikis: 10079
Popularité: -855
Intégrité: -700

Dim 15 Juil 2012 - 16:43

On était au moins tous d’accord sur ce point.
Dans la merde, on y était. Et jusqu’au cou (de quoi faire plaisir à Judge, qui aurait quand même la possibilité de nous pendre).

Le plan avait foiré. Salement. On ne pouvait pas s’en vouloir non plus, on avait fait ce qu’il fallait. On était plus nombreux, mais beaucoup moins forts. C’était un fait. Mais on n’abandonnait pas pour autant : Mantle Shoma n’avait pas ce qu’il était venu chercher, et c’était une récompense tout aussi agréable que sa capture.

Mes beaux discours n’avaient servi strictement à rien pour l’arrêter et le pousser à se rendre de lui-même, il n’avait même pas daigné m’accorder l’attention dont j’avais droit. Il me demanda de me taire, il enchaina sur autre chose d’encore moins sympathique. Shoma n’avait pas l’intention de nous laisser en vie, partir, et puisque nous l’empêchions de sauver ses camarades, il était bien décidé à nous mettre des batons dans les roues pour nous faire payer notre affront.
Suivre les ordres, obéir, c’était mettre sa vie en danger. Malheur à nous. Et pas la peine d’espérer le secours de nos autres coéquipiers qui n’étaient pas à portée pour venir nous prêter main forte. Nous devions nous débrouiller seuls face à un monstre assoiffé de sang et de pouvoir.

Le discours de Shoma, à la suite, fut encore plus grisant. De quoi nous mettre sur les nerfs et nous prévenir que nous allions de toute façon très mal finir. Nous comprimes rapidement que notre adversaire avait usé de ses dons pour libérer les prisonniers de leurs cellules, que les couloirs ou nous pourrions nous enfuir était à présent des endroits sordides ou nous risquerions nos vies, qu’il ne devait pas rester beaucoup de survivants. Mais ça valait le coup d’essayer et surtout, de fuir d’ici, qu’importait ou nous allions.
Parce que la structure du hall commença à s’effondrer, que Bee ne pourrait pas la retenir et que la retraite était notre survie assurée, au moins pour un temps. Pludbus était d’accord avec ça, Bee aussi. Tournant les talons et fuyant les craquements sinistres du hall, nous échappâmes de peu à la chute du plafond qui nous aurait tués à coup sûr.
Une autre idée me vint en tête avant de partir d’ici : donner une chance aux quelques innocents survivants de l’assaut de Shoma en les plaçant dans le château. Pour les prisonniers que nous croiseront et que nous devrons affronter, la même chose pour qu’ils ne goutent pas trop longtemps à la liberté. Tout le monde était d’accord : nous avions échoué, mais ce n’était pas une raison pour ne pas bien faire notre travail et ne plus protéger ce qui méritait d’être protégé.

Nous fîmes rapidement le tour, il ne nous restait qu’à rejoindre notre navire. Pas faute de bonne volonté, les quelques affrontements que nous dûmes faire contre les prisonniers étaient des succès, nous en avions remis en cellule une infime partie, mais ça devenait de plus en plus dangereux de progresser ici, surtout parce que la structure de la prison n’était plus très stable et qu’à n’importe quel instant, Shoma pouvait décider de tout détruire.

« Papi, grimpe sur Bee. Il te conduira plus vite vers le Passeur. »

La survie des nôtres était très importante, mais nous ne pouvions pas venir en aide à tout le monde. Voyant mon inquiétude pour nos amis aux mains de l’ennemi, Plud comprit le message et me laissa rentrer dans le château. J’étais de trop à l’extérieur.

Bee prit sa forme d’animale et incita le grand père à monter sur son dos. Il avait compris les ordres de sa maitresse et protéger le vieux grincheux était sa mission, surtout parce que Lilou se trouvait à l’intérieur. Bien qu’étonnait de voir un tel tour de magie venant du Plud, Bee resta calme le temps de jouer son rôle. Lorsque le grand-père se décida enfin à prendre place, il caqueta bruyamment pour lui demander de s’accrocher et décolla. Les couloirs étaient étroits, mais il était plus à l’aise que sous sa forme d’hybride pour circuler ; mais surtout, il était beaucoup plus rapide.

Bee avait maintenant l’espoir, puissant, palpable, que le papi ne fasse pas une crise cardiaque en plein vol, parce que le voyage secouait toujours.
http://www.onepiece-requiem.net/t2202-http://www.onepiece-requiem.net/t3945-fiche-technique-de-lilou#4
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10717
Popularité: -696
Intégrité: -543

Mer 1 Aoû 2012 - 1:49

Après l'éboulement de plafond du hall, Shoma se retrouvait à l'extérieur de la prison sur le reste du ponton qui tenait encore debout. Une fois la poussière de l'éboulement dissipé, Shoma ramassa son sac qu'il avait laissé à l'extérieur afin de poursuivre son plan comme il l'avait au préalable préparer. Dans son sac, des bombes qu'il allait devoir poser à plusieurs endroits à l'intérieur de la prison. Comment faire exploser la prison de l'intérieur en se retrouvant bloquer à l'extérieur ? La tâche s'annonçait impossible à moins d'utiliser une bombe pour se frayer une autre porte d'entrer, mais en utilisant ce stratagème, Shoma affaiblirait les dégâts que provoquerait l'explosion finale de la prison. Tandis qu'à l'intérieur de la prison le massacre des hommes de la justice se poursuivait, Shoma décida d'utiliser son ombre tel un certain docteur Octopus et se mit à escalader la façade de la prison jusqu'à atteindre une fente dans le mur d'où sortait un canon de guerre.

Par cette fente, Shoma y glissa son ombre avant de se retrouver de nouveau à l'intérieur de la prison. C'était sans doute la première fois qu'un homme se donnait corps et âme afin d'entrer volontairement en prison. Shoma se retrouvait dans l'un des nombreux spot de défense de la prison. De sa nouvelle position, il devait au plus vite se rendre dans la salle de contrôle, de là, il pourrait facilement voir tout ce qui se passe à l'intérieur comme à l'extérieur de la prison. La salle de contrôle était le coeur de la prison d'où tel un chef d'orchestre il pourrait mener la danse.

Alors qu'il marchait droit devant, Shoma tomba sur un groupe de deux soldats qui tentaient de fuir dans sa direction. L'un des hommes étaient blessés au bras et au torse, mais son état de santé ne semblait pas engagé. S'il arrivait à sortir au plus vite de la prison et recevoir les premiers soins, il pourrait être d'aplomb d'ici moins de deux jours, mais malheureusement pour lui il avait choisi le mauvais chemin et se retrouvait devant le pire adversaire possible. Ne connaissant pas la prison, Shoma avait besoin d'un guide pour le conduire là où il avait envie d'aller, voilà pourquoi il décida de laisser en vie l'un des gardiens. Le choix fut rapide, il élimina l'homme qui se trouvait en bonne santé d'un coup de sabre précis en plein coeur. La lame entra dans le corps du gardien de la paix le laissant tomber à terre avec son camarade qui regardait avec effroi l'homme qui venait d'éliminer son ami sans même lui laisser le temps de dégainer son arme.

Maintenant qu'il avait réduit le nombre d'indésirable, Shoma se rapprocha du dernier gardien et posa son pied sur sa main avant de lui dire que sa vie était en jeu. Il allait devoir le servir afin de rester en vie. S'il écoutait attentivement ses consignes et lui obéissait, alors il ne le tuerais pas. Le marché était une occasion pour le gardien de rester voilà pourquoi il accepta de suivre le pirate et de le conduire directement au niveau de la salle des vidéo. Dans cette salle, tous les Den Den Mushi Vidéo montraient tout ce qui se passaient dans la prison. Shoma pouvait observer les prisonniers se battre entre eux, voir les soldats du chef de la prison se faire assassiner de diverses manières, observer le chef de la prison tenter de fuir avec un coffre sous le bras alors qu'il y avait une dizaine de personnes derrière lui à le poursuivre.

Le spectacle était magnifique. L'anarchie régnais dans la prison et tout ce passait comme il l'avait prévu, mais malgré cela, Shoma n'arrivait pas à trouver la raison pour laquelle il avait pris autant de risque. Le petit groupe de marin qu'il avait combattu dans le hall n'était sur aucun écran. Il avait beau regarder tous les écrans, Shoma n'arrivait pas à trouver ceux qui avaient capturé et fait disparaitre ses deux femmes.

Ecran après écran, Shoma tentait de mettre la main sur la petite bande de marin qui lui avait faussé compagnie, mais impossible de les trouver, jusqu'au moment où un homme entra dans la salle des vidéo. L'homme était grand et imposant. Du haut de ses deux mètres, il avança dans la direction du pirate. Ses habits indiquaient qu'il s'agissait d'un prisonnier, mais contrairement aux autres, il ne cherchait pas à combattre. Au contraire, en voyant Shoma debout à observer les écrans avec un gardien à ses pieds, l'homme lui demanda si c'était lui qu'il devait remercier pour sa nouvelle libération, mais n'ayant pas le temps à perdre, Shoma continua sa recherche.

C'est à ce moment, que l'un des Den Den Mushi montra très rapidement l'objet de sa quête. Le vieil homme et un étrange volatile se dirigeait vers un lieu qu'il semblait connaître et où aucun prisonnier ne se trouvait. Alors qu'il se demandait comment allait-il pouvoir rejoindre ces invités, l'homme qui avait fait irruption dans la salle coupa le pirate dans l'élaboration de son plan et lui proposa un marché. Le prisonnier voulait faire partie des quelques rares élues à pouvoir quitter la prison, en échange de quoi il allait l'aider à se rendre là où il le souhaitait dans la prison.


" Je suis le Globe. Cette prison je la connais comme ma poche. J'ai des informateurs un peu partout et je dirige la plupart des personnes, enfin dirigeais avant ton arriver. Si tu m'aides à quitter cette prison, je mettrais mon réseau à ta disposition."

"Je n'ai pas le temps pour cela, bouge ta graisse."

"Le vieil homme sur l'écran se dirige vers une sortie qui se situe au Nord, Nord Ouest. Il s'agit d'un corridor secret que très peu de personnes connaissent. Il a fallu plusieurs années à mes hommes pour le découvrir. Ce passage conduit directement à une sortie, mais sans navire, ils seront piégés. Les monstres marin ne les épargnerons pas."

"Une sortie, un navire...
Je n'ai pas le temps de parler, considère que tu viens de gagner ta place abord de mon navire, conduis-moi à ce passage."


"Moi, je suis bien trop gros et lent. Demande au caméléon de t'y conduire. Je t'attendrais ici. "


Sans perdre une minute, Shoma quitta la salle de contrôle, laissant à terre son sac de bombe et suivit l'homme du Globe qui se nommait le caméléon. L'homme en question était un véritable fouineur et avait écouté à la porte toute la conversation et avant même que Shoma ne lui demande la direction, l'homme s'était mis en route demandant au pirate d'accélérer le pas s'il ne voulait pas laisser filer le vieil homme. Même avec un homme qui connaissait la prison comme sa poche, les deux hommes avaient pris trop de retard vis-à-vis de leur cible. Après cinq minutes de course, le caméléon se stoppa et dit à Shoma qu'il était sans doute déjà trop tard. Le passage en question se trouvait deux là où ils se trouvaient, mais deux étages plus bas. Même s'il s'agissait d'un vieil homme, il aurait sans doute le temps d'arriver à la sortie du tunnel avant même qu'ils n'eurent atteint les étages inférieurs. Deux étages plus bas, ce n'était rien quand on était capable de faire des trous dans des murs comme dans un fromage. Ne pouvant se laisser battre par la marine si près du but, Shoma fit usage de la force afin de se faire son propre chemin. Il allait utiliser lui aussi un raccourci afin de gagner du temps et de stopper la fuite de la marine.

Baisser les bras, Shoma ne connaissait pas cette expression, c'est pourquoi avec sa seule force et avec sa technique du maniement du sabre, il fit s'effondrer le sol où il se trouvait sur trois étages. Il en avait trop fait, mais au moins, il y était presque. Prenant appuie sur le sol, il sauta avant de planter son ombre dans le plafond et de se glisser dans le passage en question. Une fois au même niveau que ses proies, il envoya son ombre afin de bloquer la sortie, ainsi il allait prendre la marine en tenaille et récupérer ses hommes, enfin ses femmes.

Au même moment, le globe qui était resté dans la salle des vidéo exécuta le gardien que Shoma avait épargné et trouva le sac plein de bombe que lui avait si gentiment laisser le pirate. Cette prison l'avait gardé emprisonner ici trop longtemps. Il était temps pour lui de tirer un terme sur ces longues années passer à l'ombre. Le globe, était un membre de la pègre qui avait été vendu par les siens. Aujourd'hui il allait enfin retrouver la liberté et pourvoir réglé ses comptes avec d'anciens amis, mais avant cela il allait finir le travail que Shoma avait voulu faire. Il ne restera plus rien de cette prison après qu'il ait soigneusement poser les bombes là où il faut.
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Pludto
Howl's Moving Castle
•• Lieutenant ••

♦ Localisation : Navarone
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 4
Popularité: 103
Intégrité: 130

Mar 21 Aoû 2012 - 15:39

La zone avait rapidement été nettoyée. L'efficacité des Ghost Dogs, même en la présence de l'inutile Pludbus, n'était plus à démontrer. Les innocents reprenaient confiance au sein de la forteresse tandis que les criminels fulminaient ou restaient inconscients dans des cellules improvisées sous les directives du lieutenant Colonel Lawblood qui n'hésitait pas à leur faire une leçon toute religieuse. Pour les marines, ces mots ressemblaient un peu trop à une cérémonie d'onction des malades : la mort n'est pas si loin et ils allaient peut-être se retrouver plus tôt que prévu devant le créateur. Le Soren est toujours assidu à la tâche, mais certaines choses ne méritent pas toujours d'être dites. Un trio de choc battait en retraite ; Leanne avait fait son entrée dans le château. C'est accompagné de Bee et de Lilou que Pludbus trottinait difficilement vers une sortie qui les conduirait vers la falaise, là où le passeur les attendait surement. Il aurait pu refuser, mais il accepta volontiers l'offre de Lilou et alla se poser sur le dos de Bee. C'était un peu embarrassant ; lui, le célèbre Pludbus Céldéborde, avait besoin d'une monture pour se déplacer plus vite. Certes, il est le plus efficace de ce monde, mais l'excellence a parfois des défauts. La course est l'un d'eux. Ça en restait toutefois rageant pour l'illustre marine qui se voyait ne diminuer pour pas grand-chose. Si seulement il avait pu faire un peu de sport avant, il galoperait comme un cheval.

Bee allait vite ; c'était l'important. Lilou était aussi rentré dans le château afin de ne pas ralentir son compagnon de robot. Les couloirs et les mètres défilèrent. Ils tombèrent parfois sur quelques prisonniers ne sachant où aller. Pludbus ne pouvait prendre le temps de les capturer ; chaque seconde, Shoma s'approchait. Toutefois, les tireurs de la forteresse leur firent regretter d'être sortie de leur douillette cellule. L'appréhension monta petit à petit. L'absence du pirate ne laissait présager rien de bon. Pludbus sentait que son septième sens ne lui disait rien qui vaille le coup de s'éterniser. Pour le sixième, il était déjà au seuil critique d'alerte. Finalement, ils parvinrent à porter de leur billet de sortie. Un long couloir s'ouvrant vers le vide et … le passeur. Pludbus jubilait. Les marines aussi. Ce fut bien court. Une ombre apparut, bloquant la sortie. C'était signé. Bee freina de ces quatre fers.

Pludbus se laissa tomber. Il avait une solution. Ça allait pas être joyeux, mais il devait le faire. Il ordonna à Bee de rentrer dans le château, mais celui-ci refusa. Visiblement, il n'obéissait qu'à sa maitresse. Ou bien, il n'obéissait pas à Pludbus. Tout aussi probable et logique. Finalement, il demanda à Lilou de sortir afin de le convaincre. L'ombre s'approchait en même temps que l'ennemi dans leur dos.


J'vais courir direct sur l'ombre. Avec le château, ça va passer tout seul ! Mais faut qu'vous rentriez tous ! Sinon, l'truc va peut-être s'en prendre à vous !

Ça se tenait comme idée non ? Quelques mots rapidement échangés et le robot rentra dans le château en se cognant la tête. Pludbus s'apprêtait à faire sprint. Il n'allait pas être de tout repos. Lilou finit par suivre son Bee. Toutefois, elle prononça quelques mots avant d'entrer. Quelques mots que seul Pludbus entendit. Les mots qui changèrent tout. Ses yeux firent jackpot. Il sentit une formidable énergie entrer dans ses muscles tandis qu'il comprenait ce qu'elle avait dit. Sérieusement ?! Pludbus pétait le feu ! Il était devenu comme plus lumineux ! La fatigue avait disparu. Les douleurs aussi. Devant lui se trouvait une ligne droite qui ne demandait qu'à être parcourue. Il s'élança alors.

Rapidement.

Tel un sprinteur de haut niveau, il parcourut le couloir en hurlant. De joie ? Surement. Vivre promettait d'être très intéressant. Devant lui, l'ombre approchait rapidement. Très rapidement. Quand elle fut suffisamment près de Pludbus, celle-ci rapetissa drastiquement. Dorénavant face à un château ambulant se mouvant à grande vitesse, l'ombre ne fit pas le poids pour bloquer le passage. Elle diminua la vitesse l'espace d'un instant, mais elle fut balancée sur le côté sans aucune forme de procès. D'éventuelles autres tentatives n'auraient rien changé. La liberté était à portée de main. Et tandis que la menace s'approchait dangereusement dans son dos, Pludbus sauta vers cette liberté chérie. Trop loin ? Peut-être. Mais avec l'inertie et sa tendance à facilement rebondir, la chute n'était pas loin.
http://www.onepiece-requiem.net/t2255-toujours-pas-six-pieds-sous-terretermine-memehttp://www.onepiece-requiem.net/t2303-fiche-du-vieux-pludbus
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant