AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Faisons la fête !

avatar
Leone Noa

♦ Équipage : Légion

Feuille de personnage
Dorikis: 1002
Popularité: -3
Intégrité: 2

Lun 7 Mai 2012 - 11:14

- Humm ?! Exprimais-je avec surprise. Il est déjà si tard... je ferais mieux de me rentrer maintenant.

Si une pointe d'étonnement avait fait son apparition dans ces quelques paroles dont l'interlocuteur n'était nul autre que moi-même, c'était en raison de l'heure qu'avait annoncée avec puissance le clocher de l'église. Préoccupé par mon activité je n'avais guère porté mon attention sur le temps qui passe. Les huit coups de l'après-midi venaient de sonner avec assez de force pour faire trembler les vitres. Suite à un simple calcul mental, je me rendis compte que cela faisait déjà plus de six heures que je pratiquais la médecine sur des personnes qui en avaient besoin. Et malgré une longue période de pratique, de nouveaux patients montraient encore le bout de leur nez. Il faut dire que dans une ville de cette taille, la présence d'un médecin était rare, alors quand un itinérant se présente il a du travail pour plusieurs jours. Mais la fatigue s'emparant de moi, je décidais qu'il était plus que temps de fermer mon cabinet. Après avoir soigneusement fermé mon bureau à clef, je me dirigeais dans les rues de ce petit port de pêche. Une nouvelle journée de soin venait de se finir, et c'était sûrement la dernière pour moi dans cette ville. Voilà quasiment deux semaines que je soignais hommes, femmes et enfants pour réunir le peu d'argent dont j'avais besoin pour vivre et maintenant que j'avais assez pour continuer mon voyage je me rendais dans un bar environnant afin de fêter mon ultime soirée ici.

- Ici ça fera l'affaire.

C'est le sourire aux lèvres que je pénétrais dans un humble établissement. A l'intérieur, une ambiance des plus pesantes. Malgré la dizaine de personnes présentes, il y avait un silence glacial comme si être heureux n'était plus possible pour eux. M'adaptant à cette ambiance j'effaçais le rictus de mon visage pour me rendre directement au bar.

- Patron, un verre s'il te plaît et met moi ton alcool le plus fort.

L'homme qui s'occupait de l'établissement écouta ma demande, mais c'est toujours dans le même silence qu'il me servit après avoir attrapé un verre et une bouteille au liquide des plus suspicieux. Ignorant ce que je buvais réellement, j'observais cet alcool avec attention, puis la soif l'emporta sur le doute et d'une gorgée je me l'enfilais. Je le sentis me descendre tout le long de mon système digestif.

* Ce n'est vraiment pas la bonne ambiance pour fêter mon départ dans cette ville... je pensais qu'en montrant à tous ces hommes que je ne suis pas un blanc bec j'allais pouvoir déverrouillé l'ambiance, mais apparemment non... je ferrais mieux de partir. *
Posant une pièce sur le comptoir, je me levais pour me rendre directement à la porte. Traversant la ville, j'allais du côté de la rue du port, généralement les marins étaient plus joyeux. Rapidement je trouvais l'endroit adapté. Un sorte de grande taverne avec de nombreux marins faisant la fête. Ils chantaient, ils dansaient sous les notes d'un piano mis dans un coin. Il y avait vraiment une bonne ambiance. En arrivant face au barman je lui adressais la parole.

- Barman, un verre s'il te plaît. Et j'aimerais savoir ce que vous fêtez ?

Il m'expliqua alors qu'il n'y avait rien de particulier, c'était juste l'ambiance habituel. Je lui souriais et me retournais pour voir les danseurs avec une envie de les rejoindre.


Dernière édition par Leone Noa le Mer 23 Mai 2012 - 19:36, édité 1 fois
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10189
Popularité: -688
Intégrité: -535

Mer 9 Mai 2012 - 0:10

Encore et toujours, Shoma ne savait que faire, voilà pourquoi il se retrouvait dans la même taverne deux jours de suite. Si seulement l'île où il avait trouvé refuge était plus grande, alors le jeune pirate aurait pu prendre la poudre d'escampette afin de voyager et trouver un autre repère moins lugubre et plus attrayant. Cela faisait plusieurs semaines, pour ne pas dire plusieurs années que le jeune homme n'avait pas touché à une femme. Non pas qu'il avait changé de bord. Non, il n'était pas comme cela, mais son emploi du temps ne lui laissait que très peu de temps libre. Entre la marine qui lui cours après, les casses, les combats et les moments où il se retrouve sans un sous, ben c'est qu'il n'a plus le temps de rendre visite aux douces et belles jeunes femmes. Comment trouver son bonheur sur une île qui ne comptait que deux villes, rectification, une ville et un village et encore, quand il qualifie la ville de ville, c'est uniquement pour se mentir à lui-même.

Dès son arrivée sur l'île, Shoma avait pensé à attaquer le village, mais en voyant la tête de ces habitants, alors il comprit très vite qu'il perdait son temps. Il n'y avait rien à voler, pire encore, il était sans doute la personne la plus fortunée avec pour seul et unique bien de valeur une maigre bourse. Les femmes du village ? Plus moche encore que le derrière d'un cheval en période de diarrhée. Rien à voler, pas de femme, l'ennuie total. C'est donc pour cette raison que Shoma parti à la conquête de la ville. Là encore, il n'y avait rien d'extraordinaire. Certes il y avait plus de vie, des commerces, le niveau de vie y était plus élevé, mais pas de quoi quitter la ville avec un butin digne d'un pirate. Voler c'est bien, mais voler de la monnaie c'est pire que mal.

Le quartier du port était sans doute le lieu le plus animé de la ville, non de l'île. Malheureusement sur cette île, les navires ne venaient que tous les deux jours, ce qui laissait le jeune capitaine pirate sans navire coincé sur cette maudite île à cause d'une bande de crétin qui l'avait supplié de sauver leur enfant malade. Médecin reconnu, peut-être moins connu dans le domaine de la médecine, mais médecin de métier, Shoma ne pouvait refuser. C'est donc en pensant être capable de soigner rapidement ce petit morveux qu'il retarda son objectif de quitter l'ennuie que représentait cette île pour venir en aide à un être humain. Chose faite, Shoma constata que le navire qu'il voulait détourner par la seule force de ses bras et de son illustre nom de pirate s'était déjà fait la malle.

Quelle mouche l'avait piqué quand il s'était déplacé en direction de la jeune mère en pleure qui suppliait comme une femme battue si personne ne connaissait un médecin. Alors qu'il comptait se détourner de la femme, un homme, sans doute le père du gosse attrapa le bras du pirate et essaya de faire fondre son coeur de pierre. Pauvre : 1, Shoma : 0. N'ayant plus le choix, Shoma du prendre son mal en patience et quoi de mieux pour attendre que de profiter des joies de la ville.

La grande désillusion quand il comprit que cette ville était comme le village qu'il avait fuit, mais contrairement au village, les étrangers qui venaient sur l'île et quelques locaux savaient faire la fête. Tous ce petit monde se regroupaient dans un bar assez animé où il faisait bon vivre. C'est donc dans ce contexte que le jeune capitaine entra dans une spirale infernale. Pour passer le temps, Shoma restait au bar et buvait, buvait et quand sa bourse s'épuisa, alors il utilisait son ombre afin de subtiliser la bourse d'autre client et ainsi commandait encore et encore de la boisson. En une journée, le capitaine des Spectres dû absorber l'équivalent de trente bouteilles et ruiner bon nombre de clients. Il causa même plusieurs bagarres et à chaque fois, étrangement, il n'était ni la personne qui se faisait frapper, ni la personne qui donnait les coups.

Jour après jour, jusqu'au jour du grand départ, il menait une vie d'alcoolique et de voleur afin de subvenir à ses envies de boissons. Ses yeux étaient rouge couleur rubis, son foie sans doute hors service, mais il arrivait à garder un minimum de conscience. Quand le tavernier essaya de le mettre à la porte, il put sortir son arme et remettre en place l'homme. Quand une bande de marin tenta de lui voler une chaise qu'il n'utilisait pas, il réussit à les en dissuader et quand une jeune femme tenta de se poser près de lui, il réussi à lui faire assez peur pour ne plus remettre les pieds dans l'établissement, bon cette fois, il avait un peu déconné, mais avec ses airs, la jeune femme ne ressemblait pas, mais pas du tout à une femme en âge de boire. En la menaçant, il avait éviter à cette femme, fillette de prendre de mauvaise habitudes. Pour les hommes l'alcool et pour les femmes le lait.

Le jour J, Shoma était encore sous alcool, mais savait qu'il n'allait pas pouvoir tenir un jour de plus sur cette île. Il ne pouvait se permettre de rester, il avait d'autre chat à fouetter, mais avant de plier bagage, il devait encore boire cet élixir qu'il trouvait si bon. Il s'agissait d'un liquide rouge qui n'avait pas vraiment le goût de bière et qui pourtant en était bien. Ce liquide était doux, sucré et absolument bon. Shoma en avait tellement bu qu'il en était presque devenu accroc. Le barman lui répondit qu'il n'en avait plus. Dans la salle, une bande de marin avait commandé et payer pour tous les barils qui lui restait. C'est d'ailleurs à ce moment qu'un homme arriva aux côtés du pirate et s'adressa au tavernier. Sans même faire attention à lui, l'homme lui coupa la parole avant de prendre commande et questionner le propriétaire des lieux.

Shoma se frotta les yeux avant de se pincer. L'homme venait de l'ignorer, alors qu'il venait de le doubler. C'était inadmissible. Certes le bar était tout le temps en fête (sauf quand les hommes se battent pour retrouver leur bourse perdus) mais le tavernier n'avait pas le droit de passer à un autre client sans servir le premier. S'il n'avait pas de Red Bill, alors il devait en trouver avant de servir une autre personne. Alors qu'il allait exprimer son mécontentement au nouveau venu, Shoma tomba par terre, l'une de ses mains attrapa la cheville de sa cible, même s'il était déjà inconscient. L'abus d'alcool est fortement déconseiller.
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Leone Noa

♦ Équipage : Légion

Feuille de personnage
Dorikis: 1002
Popularité: -3
Intégrité: 2

Ven 11 Mai 2012 - 11:21

Malgré un manque évident de consistance, j'avais tout de même répondu avec un sourire de politesse au gérant de l'établissement. Il faut dire qu'avec son aide j'avais appris suffisamment de choses pour finir le tableau de l'île que j'avais dressé dans ma tête. Sans une once de difficulté, j'avais déduit qu'actuellement je me retrouvais dans le seul et unique bar de l'île avec un minimum d'ambiance. Les musiciens, les danseurs ainsi que l'abondance de population qui se trouvaient sur les lieux m'avaient déjà permis d'avancer ce fait. Finalement j'étais quasiment heureux d'avoir trouvé cette oasis de fête dans cette ville désertée par la vie. Pour ma soirée d'adieu dont le seul invité était le seul concerné, je n'aurais sans doute pas pu trouver un meilleur lieu, mais d'un autre côté cela ne faisait que confirmer mon irrémédiable envie de partir. Un bar animé dans une ville de cette taille n'est pas vraiment un argument pouvant me motiver à rester vivre ici pendant plusieurs semaines voir mois. Cependant je ne devais pas penser à ça, et plutôt m'occuper à m'amuser jusqu'à ce que le soleil se lève. Du moins c'est ce que je me disais au fond de ma pensée.

* Dans le fond c'est d'un triste de faire mes adieux ainsi. Un face à face avec mon verre à observer les gens s'amuser comme ils peuvent autours de moi. Je devrais sans doute participer à la chaleur qui émane des airs de jeux. *

Faire attention aux moindres détails avait toujours fait partit de mes habitudes. Dans ma tête je voyais cela comme un moyen d'éviter le danger et de vivre dans une certaine sérénité. Si vous m'aviez demandé j'aurais été capable de vous décrire la façon dont était habillé les quatre hommes chauves couchés ivres mort sur la table la plus au fond alors que j'ai pu poser mes yeux dessus qu'au moment de mon entrée dans le bar. Pourtant, mais c'était rare, des gens pouvaient me prendre par surprise et ce fut justement le cas. A l'instant où j'hésitais entre rejoindre la table des amateurs de poker armés jusqu'aux dents ou les danseurs plus préoccupés à sauvegarder leur couple qu'à leur gestuelle, l'homme assit à ma droite tomba à la renverse sous l'effet de l'alcool. Rien d'étonnant comme comportement dans un bar, mais lors de sa chute il attrapa ma cheville et m'entraîna avec lui. Je glissais alors avec lui et le sol rentra en collision avec le bas de mon dos. Jusque là rien de vraiment grave, sauf que le verre d'alcool que j'avais en main venait de se déverser sur mes habits. Non seulement j'avais payé une boisson que je n'avais pas consommer, mais en plus j'allais devoir laver mes vêtements. Je n'allais pas m'énerver contre un pauvre poivrot qui n'était plus capable de se lever.

- Patron, tu veux que je te sorte ça dehors ? Dis-je au barman.

Constatant la dépouille qui se trouvait à côté de moi, il n'hésita pas longtemps avant de me dire oui. Je me relevais alors tout en empoignant l'homme par le col de sa veste.

- Bon je vais emmener la princesse dans sa chambre. Ironisais-je.

Sans prendre la peine de relever entièrement ce corps ivre je le faisais glisser jusqu'à la sortie pour le laisser juste à côté de la porte d'entrée, c'était une décoration des plus originales.
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10189
Popularité: -688
Intégrité: -535

Mar 22 Mai 2012 - 20:31

En attrapant le membre de l'homme qui l'avait doublé dans la fille, Shoma entraîna ce dernier dans sa chute et comme on pouvait le penser, avec lui sa boisson également. Triste sort pour un pauvre homme où punition de la vie pour avoir sauté le tour d'un honnête client, seul la victime pouvait choisir, car pour Shoma, son esprit se trouvait hors de la taverne. Entre ciel et terre, sans doute à rêvasser de conquête, de guerre et d'alcool, toujours d'alcool. Alors que sa journée s'annonçait déjà fini, Shoma senti une allène très piquante, très alcoolisée lui parler en plein dans le nez. Les vapeurs d'alcool, il n'y avait rien de mieux pour remettre d'aplomb un alcoolique de la trempe de Shoma. Mais en ouvrant les yeux et en constatant qu'il avait devant lui un homme et non une belle et grosse bouteille, Shoma referma les yeux. Triste désillusion.

"Ce n'est pas que tu n'es pas mon type, mais je ne suis pas de ce bord-là. Donc si tu pouvais me déposer.
Avant que je me fâcheeeeeeeeeeee.
zzzzzZZZzzzZzzzzZ"


Shoma n'était pas le genre d'homme à laisser un homme entré dans son espace vitale et lui parler si près qu'il pouvait même voir la couleur de ses dents de sagesses et s'il ne se trompait pas, ce n'était pas beau à voir. L'homme n'avait pas l'habitude de rendre visite régulièrement à son dentiste. Après avoir exigé de l'homme qui n'avait pas de manière de bien vouloir le lâcher, faute de quoi il serait dans l'obligation de mettre ses menaces à exécution, mais à peine avait-il fermer une seconde les yeux, que le jeune capitaine se retrouvait près de la porte d'entrer tel un chien à qui on avait demandé de rester sage le temps que son maître termine son verre où pire encore, comme un membre de la décoration.

"Nonn mais oh, zi ma zeter izi ?
JeE veux dire, qui ma jeter ici ?"


Très fatigué et pas vraiment frais, Shoma avait du mal à se tenir sur ses jambes, d'ailleurs il dû s'aider de la porte comme appuie afin de passer de l'état de créature à quatre pattes à celle d'un homme se tenant sur ses deux pieds et encore ! Une fois debout, ses jambes manquèrent de peu de le jeter une fois de plus sur le sol, mais c'était sans compter sur l'aide de la bâtisse, toujours là pour lui porter main forte.

Après quelques secondes à regarder autour de lui, Shoma désigna trois personnes avec ses doigts. Enfin avec sa vision, ils étaient six, mais trois en réalité. Il s'agissait d'un homme qui comme lui était sans doute au point de non retour et ne pouvait plus terminer la bouteille qui se trouvait devant lui. La seconde personne était une femme, en dansant sur la table, elle faisait un boucan de tous les diables, ce qui avait le don de l'énerver. Gueule de bois oblige. Quant aux troisième, il s'agissait de l'homme qui l'avait doublé. Shoma le soupçonnait étrangement d'être responsable de sa mise à la porte où de l'utilisation abusive de sa personne.


"Toi ta boisson ! Toi arrête de faire du boucan et toi ici, au pied. "

Lentement, mais sûrement, Shoma arriva au niveau de l'homme qui sur le moment lui ressemblait. Il n'était pas le seul, car d'autre personne semblait être dans des états seconds, mais il était le plus proche et sans doute celui qui avait le plus d'alcool dans sa bouteille. Arriver à sa hauteur, Shoma lui mit une violente claque, un peu à la manière d'une femme qui se faisait importuné par un homme qui ne comprenait pas qu'il n'allait pas avoir son numéro en essayant de lui toucher les seins. Malheureusement pour le capitaine des Spectres, sa victime était tellement plus alcoolisée que lui qu'il ne sentit même pas le coup et au lieu de s'énerver où avoir une quelconque réaction violente, tomba dans un sommeil encore plus profond que Cendrillon. La femme quant à elle ne prêta même pas attention aux paroles du pirate. Sans doute qu'elle se croyait en sécurité avec les hommes qui l'accompagnaient. La force du groupe. Voyant que l'intimidation ne marchait pas, Shoma laissa la femme dans ses festivités et préféra aggraver son cas en buvant. Les vrai hommes pouvaient boire même avec un foie en mauvais état.

Quant au vaut rien, Shoma le perdu de vue, où plutôt ses yeux se ferma une fois de plus et quand il les rouvrit, l'homme n'était plus devant lui. En réalité, l'homme n'avait pas changé de place, simplement qu'en quelques secondes, Shoma avait trouvé le moyen de tomber au sol. Cette fois, Shoma se sentait atrocement mal et pensait dur comme fer qu'il ne pouvait y avoir qu'une personne derrière tout cela et cette personne n'était nulle autre que cet étrange homme. Jamais il n'avait trébucher et avait laissé couler sur le sol une bonne bouteille d'alcool. Si seulement Yasmeen était présente, alors elle aurait pu tenter de le soigner. Bien qu'il était médecin, Shoma n'aimait pas pratiquer sur lui, préférant faire de son vice-capitaine, son infirmière attitré.


"Je je vous ordonne de me relever.. Stupide humain"
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Leone Noa

♦ Équipage : Légion

Feuille de personnage
Dorikis: 1002
Popularité: -3
Intégrité: 2

Sam 26 Mai 2012 - 12:37

Voir un homme dans un tel état de débauche à une heure aussi prématurée, j'avais toujours trouvé ça vraiment pitoyable. Pas dans le sens où je le plaignais en me disant qu'il a une vie difficile, même si je le pensais. Non il s'agissait plus de ressentir de la honte pour lui. Lui qui ne semblait pas capable de résister à l'alcool bien longtemps. Finalement j'avais eu une bonne idée en proposant au patron de remettre cette chaire inanimée à sa place, mais je n'avais pas besoin de rester plus longtemps dans le froid. Question d'avoir la conscience tranquille j'attrapais son poignet et en faisant preuve d'une concentration extraordinaire pour un homme ayant bu quelques verres je vérifiais son pouls. Bien, rien d'inquiétant pour le moment, il ne risquait pas de passer sa dernière nuit sur le perron de ce bar. Il échappait à la faucheuse, et allait continuer d'être une loque ne pouvant pas se lever encore quelques heures s'il était de mauvaise constitution. Étant rassuré, je retournais à l'intérieur pour fêter comme il se doit mon ultime nuit dans les environs.

Faisant face de nouveau au barman, je lui commandais un verre, le dernier ayant été renversé dans des circonstances que tout le monde connaîssait. Pour éviter de revoir ma boisson finir sur ma veste, je la buvais en quelques grosses gorgées et réitèrait ma demande.

- Patron, tu peux même me laisser la bouteille.

Il laissq une bouteille de rhum à ma place et retournait servir ses autres clients. Je me remplissais un autre verre, puis je me retournais pour observer un peu l'ambiance des lieux. La soirée ne fassait que commencer et pourtant on a l'impression que plusieurs étaient là depuis déjà trop longtemps. Des hommes couchés sur leur table, le contenu de leurs verres faisant office de shampoing. J'hésitais à me proposer pour les mettre dehors, mais je n'allais pas faire le boulot de videur toute la nuit. En dehors de ça, il ne se passait pas grand chose d'original. Les marins parlaient, chantaient et regardaient de jeune danseuse avec des formes pulpeuses. En voyant ses femmes se dévêtir pour nous je constatais que certaines ont quasiment l'âge de mon fils. Honte à leurs parents, même s'il fallait avouer qu'elles sont de bonne forme.

- Je suis bien content de ne pas avoir une fille, le risque que mon fils tombe dans ce genre de débauche et minime... Dis-je tout en buvant une gorgée directement à la bouteille.

Les minutes passaient, puis un homme fit son apparition à la porte de l'établissement. D'un coup d'oeil je le reconnaissais, c'est celui que j'avais posé dehors plus tôt. Il se tenait debout, mais ça semblait être un miracle. Je l'observais alors agir curieux de savoir ce qu'il comptait faire. Même si ce n'était pas évident à comprendre, il semblait être en colère, malheureusement pour lui les mots qu'il prononçait ne sont pas forcément compréhensible. C'était drôle à voir. L'animation commençait donc à se faire.

- Va savoir s'il arrivera à marcher jusqu'au bar. Un rire s'échappe de ma gorge, mais pas seulement, le barman aussi.

Mais le rire d'un instant se stoppa à l'instant où il me pointa du doigt et m'ordonnait de venir vers lui. N'étant pas sûr de ce qu'il venait de dire je ne bougeais pas. Motivé par une obscure raison, il commençait sa marche jusqu'à moi, puis d'un tabouret dans les genoux il tomba sur le sol lamentablement. Inconscient de sa situation il m'ordonnait de le relever. Ce que je ne fis pas.

- Tu ferais mieux de piquer un somme au lieu de débiter tes âneries ! Le rire s'empare alors de plusieurs personnes. Un verre d'eau patron !

Il était étonné de ma commande, mais me sert quand même. J'attrapais l'eau puis je la lançais sur cette épave à peine capable de se lever.

- J'espère que ça va t'aider à te rafraîchir.


Dernière édition par Leone Noa le Ven 17 Aoû 2012 - 16:01, édité 2 fois
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10189
Popularité: -688
Intégrité: -535

Mer 13 Juin 2012 - 22:25

Mantle Shoma, ce simple nom avait le don de faire frémir plus d'un homme sur cette vaste mer de South Blue. Shoma avait taillé sa réputation de pirate puissant et sans pitié. Le respect de la vie ? Il ne connaissait pas, même sa vie n'avait d'importance que s'il arrivait à lui trouver un sens au jour le jour, du moins c'était le cas avant qu'il ne décide de se mettre en route pour devenir un pirate, non, le seigneur des pirates. Cruel et sans limite, peu de personnes se lèverait afin de le défier, même s'il s'agit d'un combat de pouce. Avec une telle réputation, il était encore difficile de croire que le jeune empereur en devenir puisse passer inaperçu dans une île sans réel intérêt. C'était comme vivre au 21ème siècle et ne pas connaître la télévision, ce n'était pas possible. A croire que l'île sur laquelle il se trouvait était coupé du monde, comme si elle vivait encore au temps des anciennes légendes, l'époque du grand Luffy, voir même celle du défunt maître du monde et exemple de Shoma, le grand Barbe Blanche.

Vous arrivez à vivre cloitrer dans le passé ? Non, impossible, alors comment cette bande de paysan tout droit sorti du fin fond de South Blue ne pouvait reconnaitre une terreur quand ils en avaient un sous les yeux. Alors qu'il attendait la venue de son serviteur qui le supplierait de l'épargner une fois debout sur ses pieds, Shoma eut le temps de cogiter à une chose. Oui, une seule chose. Arriver à réfléchir en étant sous l'emprise de l'alcool, ce n'était pas chose facile. Étrangement, il arrivait à voir comme jamais, car d'habitude, son champ de vision était assez restreint, hé oui porter un masque n'apportait pas que des avantages.

Une palpation, puis une seconde. Même saoul, Shoma était fort, trop fort. Monk lui-même n'aurait pas réussi à deviner pourquoi Shoma n'avait pas été reconnu par les hommes et femmes qui festoyaient à l'intérieur de la taverne. Mantle Shoma sans son masque n'était pas Mantle Shoma. C'était comme boire un café au lait sans le café. Le masque voilà la clé de l'équation. En tant que pirate, Shoma s'était fait connaître en tant qu'homme masqué et d'ailleurs jusqu'à son arrivée sur cette île, il ne l'avait pas retiré, pas une seule fois. Tenter par l'option vivre sans masque, Shoma avait décidé de tenter l'expérience, mais force est de constater que sans son masque fétiche, la population se sentait à son niveau, pour ne pas dire au-dessus de lui. Une situation qui ne pouvait plus durer.

Après avoir reçu en pleine face un grand verre d'eau, Shoma se positionna sur les fesses au beau milieu de la salle, toucha sa tête, puis palpa son estomac. Il n'était pas médecin pour rien. Enfonça deux doigts dans sa bouche afin d'évaluer la marge de manoeuvre qui avait avant de peindre le parquet d'une belle galette multicolore. Au vue de son diagnostic assez rapide, son état était avancé, mais il était encore possible de contrer les effets les plus néfastes de l'alcool. Farfouillant à l'intérieur de son bustier qui se trouvait sous son tee-shirt mouillé par la faute de l'autre au bar, Shoma en sorti une grappe de fleur froissé qui dégageait une odeur à en réveiller le voisin du pirate déjà bien éméché lui aussi. Pas de quoi mélanger les pétales dans la mixture adaptée, tel un professionnel du système D, Shoma utilisa l'eau qui jonchait le sol pour accentuer l'odeur des pétales et ainsi créer un petit médicament dit de grand-mère. Hé oui, un pirate altruiste en vaut deux, même trois. En décidant de venir sans son masque le jeune capitaine avait intentionnellement voulu faire un break avec la marine qui ne le lâchait pas d'une semelle, mais dans le cas où la marine plus maligne que lui arrivait à le démasquer (quel jeu de mot), il devait avoir de quoi réagir et être en possession de ses moyens, au moins le temps de prendre la fuite et ne pas se faire décapiter sans résistance.

C'est avec les vieux remèdes que l'on soigne la plupart des problèmes, c'est avec un remède de grand-mère que Shoma allait se sortir d'affaire. Des fleur de Pénélope. Une fleur connue qui pousse exclusivement dans les îles très humides de South Blue. Une fleur dont les pétales ont une odeur très forte assez pour repousser toutes les autres espèces de parasite aux alentours, mais mélanger à de l'eau, de la vitamine C et du Nixogène, Nixogène contenue dans la bière par exemple, alors les pétales libères assez de drogue pour rendre au cerveau assez d'énergie. Cette fleur est un peu comme un stimulant qui frappe le coeur et qui accroit les capacités mentales et physiques des quelques fous assez stupides pour en user. A ce jour, la communauté scientifique qui se sont posés la question de l'utilisation de telle drogue ont statué sur l'interdiction complète et formelle de la production de drogue à partir de ces plantes, car les effets secondaires sont si violent que cela entraine dans 5 cas sur 6 le décès du où des personnes sous l'emprise des drogues. Hallucination, destruction du système immunitaire, arrêt cardiaque ne sont que quelques-uns des effets secondaires possible.

Pour Shoma qui était déjà saoul, il ne s'attendait pas à obtenir des capacités de super guerrier, ni même avoir la force d'un géant, mais simplement récupérer une partie de ses facultés, assez en tout cas pour rétablir l'équilibre dans cette taverne qui avait le dont de le mettre hors de lui. Une fois son petit médicament concocté et absorber, tel le vengeur masqué, le jeune homme posa son masque sur son visage et laissa apparaître son arme de combat. Le sabre aiguille. Un outil de travail extraordinaire. La puissance d'une arme de combat au service de la médecine. Une arme des plus mortelle. C'est d'ailleurs grâce à cette fabuleuse invention que Mantle Shoma pratiquait le plus effroyable des spécialités médicales : la chirurgie des ombres.


"Merci pour le verre d'eau."

Une fois son sauveur remercier, Shoma s'observa afin de voir s'il avait pleinement récupéré. Son corps était encore lourd, mais ses jambes ainsi que ses bras lui obéissait. Un coup à droite, puis un coup à gauche. Ses mouvements au sabre était également plus lent, mais toujours aussi tranchant. Puis vint au tour de son arme secrète. Gauche, puis droit. Son ombre bougeait tel une voiture télécommandée, dans la direction que lui indiquait son pilote. Devant l'étrange spectacle que se donnait le pirate, la population de la taverne commençait à être pétri par la peur. Ce visage il ne le connaissait pas, mais ce masque, il le connaissait et pour cause, la plupart d'entre eux étaient des marins et en mers si on ne navigue pas sous le pavillon de la marine, on craint ceux qui navigue sous le pavillon de la tête de mort. L'inconnu ivrogne ne l'était plus, il était devenu le capitaine des Spectres, Mantle Shoma des Red Spectres.

" Et si on jouait a un jeu ?"
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Leone Noa

♦ Équipage : Légion

Feuille de personnage
Dorikis: 1002
Popularité: -3
Intégrité: 2

Jeu 2 Aoû 2012 - 21:28

Nul ne pouvait se douter de la suite de cette aventure. Alors que les rires avaient fusé dans toutes les directions face aux comportements pathétiques et incompréhensible de cet homme, les visages des clients venaient de pâlir brusquement. Issus d'une composition chimique plus que de douteuse, mais que je ne parvenais pas à expliquer malgré mes connaissances, celui qui avait tout de poivrot de base avait récupéré ses esprits en l'espace de quelques secondes. Le problème ne résidait pas dans cette dernière chose, il était apparu aux yeux de tous qu'il n'était nul autre qu'un terrible pirate bien connu dans les environs. Le genre de personne ne provoquant que la mort sur son chemin. On était tous en train de prendre conscience du danger, nous l'avions vexé directement dans les tréfonds de son âme. Terrifié par la peur plus personne n'osait bouger ne serait-ce que le petit doigt.

* Me voilà dans une situation bien délicate. *

N'allez pas imaginer que je ressentais une quelconque peur face à cet légende régionale, craindre les pirates rimait avec mourir sans se battre dans mon esprit révolutionnaire. Si je luttais à ma façon contre le gouvernement mondial et ses atrocités ce n'était pas pour pleurer à chaude larme face aux brigands sans coeur. Mais j'étais assez intelligent pour comprendre que j'étais dans une situation des plus délicate. Il était bien plus dangereux pour moi que je ne l'étais pour lui. Il allait falloir créer une stratégie en béton si jamais le combat devait avoir lieux.

* Je n'ai que deux choix, le battre ou fuir. Dans le premier cas je n'ai pas assez d'élément pour établir une stratégie sur à cent pour cent. La deuxième option est la plus sûre, mais il reste un problème majeur... j'ignore tout de lui. Les rumeurs lui donnent la force de cent hommes... exagération ou réalité ? De plus l'alcool que j'ai ingurgité embrouille quelque peu mon esprit...*

Une fine épée d'ombre apparu alors dans sa main, par quel miracle je l'ignorais totalement ? Des réponses me traversaient l'esprit, cependant aucune n'étaient convaincante. Les hostilités allaient commencer et je n'avais rien pour me défendre. Mon premier objectif allait donc être de me récupérer une arme. C'est alors que posait contre ma cheville gauche, je sentis ma mallette. J'en avais oublié son existence. Je me baisais lentement pour l'ouvrir, il m'observa faire et me proposa un jeu.

- C'est une bien bonne idée que tu as là. Mais quel genre de jeu as-tu à me proposer ?

Avant d'avoir la moindre réponse, j'ouvrais ma mallette pour en sortir ma paire de gant en fer. Je les enfilais, puis continuer mon monologue.

- A voir la lame que tu as en main, il ne s'agit pas d'un jeu innocent. Cependant avant d'en venir là, que penserais-tu de sortir dans la rue afin de disposer de plus de place ?

Cette proposition avait pour unique but que de me faire gagner du temps pour établir une stratégie afin de survivre à cette épreuve. Avant d'avoir sa réponse j'attrapais ma mallette et commençait à me diriger vers la sortie.
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10189
Popularité: -688
Intégrité: -535

Mer 8 Aoû 2012 - 2:26

Shoma se sentait un peu mieux, mais il avait connu de meilleurs jours. Se battre pour rétablit son honneur était la seule chose à faire. Quand il se laissait aller à boire trop, les situations viraient souvent au massacre et pour cause, à chaque fois qu'il laissait l'alcool prendre le dessus il trouvait toujours le moyen de tomber sur des personnes qui n'arrivent pas à comprendre qu'il est préférable pour eux de rester à leur place. Pourquoi toujours vouloir jouer les grands. Il y a toujours plus grand que sois dans le monde. Cette expression était pourtant connue de tous, alors pourquoi était-il si difficile pour les autres d'agir comme si la personne qu'il tente d'intimider est peut-être cette personne qui est plus puissante qu'eux. Bon Shoma ne mettait jamais cela en pratique, mais à juste titre, il était le plus fort. Quoi qu'il ait déjà rencontré quelques personnes l'ayant déjà vaincu, mais il s'agissait de quelques rares cas qui ne comptait pas vraiment. Un jour viendra où il changerait la donne et rendrait à ces personnes la monnaie de leur pièce.

Le principal responsable de l'envie de combattre de Shoma ne savait plus faire une fois qu'il avait remarqué quelle était la personne qu'il avait humiliée en public, d'ailleurs il n'était pas le seul. Comment allaient-ils faire pour quitter cette taverne en vie, alors que le pirate qui portait le nom de Mantle Shoma était connu pour ses massacres et ses terribles meurtres. Capitaine solitaire, Shoma était en infériorité numérique et n'avait plus vraiment en possession de toutes ses capacités. Voici l'idée qui germa dans la tête de plusieurs marins qui se trouvaient dans la taverne. S'ils y allaient tous en même temps peut-être allaient-ils pouvoir le neutraliser avant qu'il ne décide de tous les tuer.

Malgré une ébauche de plan qui se dessinait, les hommes présents dans la salle étaient comme pris de peur et ne pouvait se lever afin de défier le pirate. Le spectre de la mort était dans toute la taverne et les paralysait. Si le principal responsable de cette situation n'avait pas accepté de répondre au capitaine pirate, alors tout le groupe y aurait laissé leur vie. Le jeune homme répondis à Shoma pour son plus grand plaisir. Ce dernier n'avait pas qu'une grande bouche, il savait porter ses couilles. S'il s'était mis à genou et aurait demandé pardon, Shoma aurait pu imaginer le temps d'une seconde à épargner, avant de chasser cette idée de son esprit et le tuer comme un rat, mais maintenant les deux hommes se dirigeaient inexorablement vers un combat d'homme ivre. Une première pour le capitaine des spectres.

Sortir de la taverne pour commencer le jeu ? La proposition était intéressante, mais pourquoi vouloir quitter la taverne, alors qu'il y avait ici assez de participant pour jouer longtemps, très longtemps. Shoma aimait les jeux collectifs, alors autant en faire profiter tout le monde. De toute manière il allait avoir besoin d'aide s'il ne voulait pas perdre. Le jeu que lui avait préparé le capitaine des spectres n'était pas un jeu à la portée de tous et pour se sortir d'affaire, le jeune homme allait avoir besoin de plus d'un cerveau. Pour changer un petit peu de ses massacres habituelles, Shoma allait proposer à toutes les personnes de la taverne une série d'énigme. S'ils arrivaient à trouver la réponse à Cinq de ses devinettes, alors il les laisserait tous quitter la taverne en vie, mais pour chaque mauvaise réponse, alors la mort ne serait un cadeau hors de prix pour ces perdants.


Sortir ? Négatif!

"MERDE! Il va tous nous tuer"

"Je vais vous laisser une chance de quitter cette taverne, même si vos chances de réussite sons très mince"

"De quoi tu parles ?"

"Silence quand je parle chien"

"Grrr"

"Je vais vous posez une série de questions, si vous arrivez à répondre correctement à cinq, alors vous pourrez rester en vie!"

"Et si.."


Alors qu'il venait de couper la parole au capitaine pirate, l'ombre de Shoma transperça le torse d'un marin. Shoma ne laisserait personne l'interrompre. Il était déjà prêt à faire un geste pour ne pas tous les tuer, maintenant ils allaient devoir être attentif et suivre les règles du jeu, sans quoi ils n'y survivraient pas.

"Si vous essayez de fuir, de m'attaquer, alors je vous supprimerais comme cet homme"

Une fois qu'il était certain d'avoir toute l'attention des participants, l'ombre du pirate parti s'accrocher autour du cou de trois hommes. Assis à la même table, les trois marins allaient être les premières victimes du jeu du capitaine. En se divisant en trois parties, l'ombre du pirate avait formé autour du cou des trois hommes, des colliers de torture. Des outils de torture rappelant pour certain un jeu de la mort plus connue sous le nom de "Saaw", inspiré du livre d'un auteur que Shoma avait oublié, mais qui avait apprécié l'idée. Dans la salle, personne ne savait ce qu'était ces machines, à part s'il y avait des personnes qui aimaient lire les romans de sang et d'énigme policer qui mène à tout sauf à l'arrestation du coupable.

"Deux gardiens sont devant 2 portes. L’une mène au Paradis, et l’autre en Enfer. L’un des gardiens est un menteur (il dit toujours le contraire de la vérité), et l’autre, au contraire, ne dit que la vérité. On ne sait pas quel gardien est devant quelle porte. On veut bien sur savoir où est le Paradis. Pour cela, chacun d'entre vous peut poser 1 question. Attention, on n’a qu’une seule question à poser à 1 seul gardien. Si vous vous trompez, alors l'un des colliers se refermera."

Pris de panique, un homme tenta de fuir de la taverne en passant par la force. Shoma était concentrer avec son jeu et ses explications. C'était techniquement le moment idéel pour agir. Prenant son courage à deux mains, l'homme s'élança avec une telle fougue qu'on aurait dit qu'il se rendait à son mariage poursuivi par une horde de chien à ses trousses, mais malheureusement pour lui, Shoma n'avait pas besoin d'utiliser son ombre où être en pleine mesure de ses capacités pour se défaire d'un déchet. Il avait le pouvoir des ombres et pouvait les contrôler. Alors que l'homme le poussa, ce dernier lui retira son ombre en pleine course. L'ombre du marin tremblait dans la main du pirate tandis que celui-ci tomba sans connaissance de l'autre côté de la porte, mais sans ombre nul ne peut vivre à la lumière du soleil. C'est ainsi que disparu tel un mirage le pauvre homme qui avait tenté d'échapper au capitaine des spectres.

" Il vous reste 1 minute pour trouver la réponse, sans quoi les exécutions commenceront. Après la mort de chaque victime, mon ombre se déplacera jusqu'à la fin du jeu. Que vous soyez les premiers où les derniers, votre temps est compté. "

Une fois le décompte commencer, Shoma pointa son sabre aiguille dans la direction du jeune homme qui l'avait arrosé. Celui-ci allait devoir jouer tous en combattant. Pas question de le laisser jouer tranquillement. S'il ne pouvait se battre et trouver les réponses aux énigmes en même temps, il allait être condamné.
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Leone Noa

♦ Équipage : Légion

Feuille de personnage
Dorikis: 1002
Popularité: -3
Intégrité: 2

Lun 13 Aoû 2012 - 23:11

Doucement, elle s'écoulait dans l'esprit de chacune des âmes présentes de ce lieu de débauche et d'oubli. L'alcool s'évaporait du sang de ses pauvres paysans lorsqu'elle s'emparait de leur raison. Cette peur caractéristique de l'homme, elle qui le pousse dans ses retranchements ou dans sa folie. La sueur dégoulinait à grosse goutte du front de ses faibles, marins, pêcheurs ou vagabonds, ils étaient unis par ce sentiment. Je partageais un peu cette crainte, sans pour autant être contrôlé par elle. Dans ma longue existence j'avais appris à vivre avec, même si elle n'en restait pas moins désagréable. Je savais qu'attendre que ce pirate ne décide de ma fin n'avait aucun sens. Lutter était une solution plausible, cependant je ressentais une force profondément obscure et mauvaise en lui. Son sadisme était le premier symptôme de sa folie meurtrière, ce sadisme le poussant à torturer des personnes sans raisonnement logique derrière.

Observant ses mouvements et écoutant ses paroles, je profitais de ce que je pouvais estimer comme le dernier moment de répit pour analyser la situation. Aucune des personnes présentes ne risquaient de m'aider, et j'étais la seule véritable cible de sa folie. Il voulait me faire payer pour ce qu'il considérait comme une offense. Il voulait sans doute me faire culpabiliser en tuant, mais au moins j'avais acquis la certitude que si j'attendais je serais le dernier à mourir. Je voulais éviter cette situation, mais je l'envisageais tout de même.

* Je ne vois plus qu'une solution à cette équation... Enfin pour le moment, il faut que je subisse.*


A l'instant où cette réflexion me passa dans l'esprit il me sauta dessus dans le but de me frapper. Une attaque linéaire que je parviens à éviter en sautant sur le côté, de façon à me trouver débout sur le bar du côté de la rue. J'attrapais alors une cigarette dans ma poche et avec nonchalance l'allumais. Presque un signe de provocation.

- Je vais répondre à ton énigme, pirate. Apparemment les tas de chair imbibés d'alcool autours de nous sont muet... ou idiot je l'ignore. La solution étant simple...

Cigarette à la bouche, je tirais dessus assez fort pour être sûr qu'elle soit bien allumée.

- Je me dirigerais vers n'importe lequel des deux et je lui demanderais alors...

La fumée sortait alors de ma bouche avec abondance pour accentuer l'effet de suspense.

- Si je demande à l'autre gardien où je peux trouver du feu, il me répondra quoi ? Le menteur me mentirait donc sur la réponse de l'autre, et celui qui dit la vérité donnerait le mensonge du menteur, ce qui revient au même, la porte qu'il indiquerait serait celle...

J'envoyais alors mon mégot directement aux pieds du pirate avant de finir ma phrase.

- Du paradis, je n'aurais plus qu'à prendre l'autre pour trouver du feu.

Conséquence d'une bouteille ou plusieurs bouteilles brisées, le sol était imbibé d'alcool. Chose hautement inflammable, sans parler de la nature même du plancher en bois. Pour faire simple le feu s'emparait des lieux, mais je ne bougeais pas et me contentais de croiser le regard avec cet homme.

- Pirate, et si maintenant je te proposais de rajouter une règle à ton jeu. Je te pose une énigme et si jamais tu ne trouves pas la solution alors tu laisseras partir l'un de tes trois prisonniers ! Voici la mienne, tu te trouves seul face à une porte fermée et trois interrupteurs. Un seul permet d'allumer à l'intérieur et tu n'as le droit de rentrer qu'une seule fois à l'intérieur. Comment feras-tu pour savoir lequel choisir ?

J'ignorais si il allait accepter ma règle et même répondre à mon énigme, mais il fallait que je donne une impression d'égalité avec lui. Raisonner ma peur était la seule solution pour m'en sortir indemne.
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10189
Popularité: -688
Intégrité: -535

Mar 14 Aoû 2012 - 1:47

Dans sa grande bonté Shoma avait laissé une minute à l'ensemble des participants à son jeu afin de lui donner une réponse. Ils n'avaient qu'une seule chance pour sauver la vie de trois personnes. Comme il l'avait pensé, dans une taverne où l'alcool coulait à flot depuis plusieurs heures, personne ne serait capable de résoudre son énigme. Le temps passait et le temps imparti allait finir quand la victime préférée du pirate décida de prendre sa chance. Une fois le coup du capitaine évité, il avait gagné le bar et proposa une réponse. Afin de laisser un peu de suspens, Shoma fit comme si la réponse soumise était la bonne. L'énigme du capitaine pirate n'était pas une simple devinette, c'est d'ailleurs pour cela qu'il l'avait proposé. Même pour les meilleurs une minute n'était pas suffisante et comme il l'avait dit, en cas d'échec les systèmes attachés autour des coups des hommes sectionneraient les membres supérieurs de leur victime. Shoma n'était pas un bluffeur. Il n'avait qu'une parole et dans un bruit de mécanique, les trois têtes tombèrent sur le sol après un petit vol plané à travers la taverne.

L'homme à la cigarette avait tenté de bien raisonner, mais était tombé dans le piège. Cette énigme était très spéciale. D'après lui, il suffisait de poser une question et de trouver qui des deux personnes disaient la vérité et qui était le menteur, mais dans ce cas, le menteur ne dirait jamais qu'il est un menteur et celui qui dit la vérité ne peut qu'affirmer qu'il dit bien la vérité. Mis dans la situation proposée par le responsable de la mort des trois hommes, en demandant aux deux gardiens où il pourrait trouver du feu, le menteur dirait aussitôt que sa porte était celle qui lui donnerait du feu, à l'opposé celui qui dit que la vérité affirmera également que se porte donnait du feu, ce qui ne pouvait laisser la place qu'au hasard. La réponse était erronée et ne conduisait à aucun choix logique.

Trop fier et trop imbu de lui-même il avait causé la mort de pauvre innocent uniquement dans le but de prendre de haut Shoma, mais malheureusement il allait devoir en faire plus s'il voulait arriver à faire passer Shoma pour plus petit qu'il ne l'était. Peut-être que son plan afin de mettre le feu dans la taverne lui avait pris trop de temps, voilà pourquoi sa réponse n'était pas la bonne. Enflammé un habitacle d'où il lui était impossible de fuir, a quoi bien pouvait-il penser, mais dans tous les cas cela ne gênait en aucune façon le capitaine pirate. Plus de piment, plus d'action et un jeu bien plus terrible, voilà ce que voyait Shoma en voyant l'alcool s'embraser à grande vitesse. Le jeu en fallait la chandelle ? Peut-être où peut-être pas, car une taverne était généralement un lieu avec de l'alcool, de l'alcool et encore beaucoup d'alcool. Si personne ne stoppait la propagation du feu, il y avait un gros risque d'explosion. Avoir plus de mort sur la conscience n'était rien pour Shoma, mais cet homme avait-il le coeur assez solide pour porter le fardeau de ce qui pouvait se passer ?


"oups, je pense que tu vas devoir trouver autre chose"



http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
avatar
Leone Noa

♦ Équipage : Légion

Feuille de personnage
Dorikis: 1002
Popularité: -3
Intégrité: 2

Jeu 16 Aoû 2012 - 20:54

Avant même que les braises de mon mégot ne s'emparent des lieux il activa son piège. Chacun à son tour, ils perdirent leurs têtes suite au bruit strident et mécanique de son instrument. Un outil dont je n'avais malheureusement pas réussit à déterminer la nature exacte. Pour le moment, j'avais juste réussir à en déduire qu'il s'agissait d'une sorte de « magie », lui donnant l'opportunité de poser des pièges à toute vitesse. Le monde regorgeant de pouvoir étrange, et il n'y avait rien de surprenant à rencontrer ce genre de chose. Pourtant, il était frustrant de ne pas comprendre les capacités de mon pirate d'interlocuteur ou encore de comprendre que ma réponse ne le satisfaisait pas. Une réponse pleine de logique, la seule et bonne réponse d'ailleurs.

- Je vois... tu ne répondras pas à ma requête tant que je n'aurais pas une réponse satisfaisante pour ton ego ? Ce qui me laisse penser que tu n'as toi-même pas compris ta devinette. Je te pose alors la question, à quel point es-tu fou ? Sans cet indice je ne pourrais pas trouver la réponse...

Toujours sûr de moi je savais que ma réponse était la seule bonne. En effet si j'avais demandé au menteur ce que dirait l'autre si je lui demandais où je trouverais du feu, il me mentirait donc en donnant l'inverse. Dans le cas où j'étais tombé sur celui donnant la bonne parole, il aurait alors donné le mensonge. Les deux gardiens m'auraient indiqués la porte du paradis suite à cette question. J'avais cependant sous-estimé la folie de ce pirate, même si j'avais conscience qu'il ne comptait pas laisser survivre ses prisonniers, vouloir rentrer dans son jeu étant donc vain. Il ne me répondrait pas et à partir de maintenant j'allais faire de même.

- Je donne ma langue au chat... de toute façon nous allons tous mourir de ta main ce soir, car tu en as décidé ainsi depuis facilement dix minutes... dis-je tout en lâchant un soupir.

Du haut de mon perchoir je le regardais avec presque une once de pitié de façon à l'énerver. Je sentais son envie de tuer, je sentais aussi un courant d'air dans mon dos sortant de l'isolation catastrophique de la fenêtre derrière moi. Mon issu de secours, mais il était trop tôt pour l’emprunter, il risquerait surtout de me suivre. Les secondes passèrent vite et le feu prit possession des lieux aussi vite. L'alcool environnant l'aidant fortement. Ainsi à l'instant même où une poutre tomba entre nous deux, je fis un bond en arrière tout en traversant la fenêtre brisant le verre contre mon dos. J'avais mal, mais c'était loin d'être intenable.

* Bon c'est le moment d'être un lâche. *

Je me mis alors à courir le plus loin possible de l'établissement et du port en ayant l'espoir que ce pirate m’ait oublié vite fait, car j'étais quasiment certain qu'il était sorti des flammes lui aussi.
avatar
Mantle Shoma
L'homme aux 1000 victimes

♦ Localisation : Grandline
♦ Équipage : Red Spectre

Feuille de personnage
Dorikis: 10189
Popularité: -688
Intégrité: -535

Sam 18 Aoû 2012 - 16:36

Alors que les deux hommes étaient partis pour combattre jusqu'à la mort, la taverne en décida autrement. Le feu devenait de plus en plus violent, forçant les marins à prendre leur destin en main. Ils ne voulaient pas se retrouver dans un barbecue à ciel ouvert, voilà pourquoi ils décidèrent de désobéir au pirate. Qu'importe s'il voulait les tuer. Shoma était seul contre une bande d'homme et de femme déterminées. Si jamais sa rage parlait, il ne pourrait en faire tomber qu'une partie, alors que les flammes n'allaient épargner personne. Ce n'était qu'une question de temps avant que le brasier n'atteigne la réserve, causant ainsi une énorme explosion.

Voyant ses petits protégé fuir, Shoma voulut intervenir. Il n'était pas question de laisser la moindre personne quitter le jeu, alors qu'il n'était pas fini. Bien au contraire, cela venait à peine de commencer. Quand on était un homme il fallait prendre des risques. Pas question de fuir quand la partie devenait vraiment intéressante.

Utilisant son ombre comme un trident, Shoma lança cette dernière dans le dos d'un fuyard avant de voir celle-ci se diviser en plusieurs pics qui partirent achever une bonne partie des marins. Shoma n'était pas le style de personne à laisser des traces. Après son passage, il ne devait rester personne capable de l'identifier. Un travail bien fait, voilà ce qu'il voulait, car il était venu sur cette île sans son navire. C'était une navette qui l'avait fait accoster sur cette île et sans cette même navette le capitaine pirate se retrouverait coincé. Imaginé maintenant la marine profiter de cela pour le capturer. C'était une option un peu exagéré, mais tout aussi logique qu'il ne pouvait négliger.

Dans son empressement, Shoma laissa fuir trois personnes qui préfèrent utiliser les fenêtres comme échappatoire plutôt que la porte. Visiblement leur choix porta leur fruit, car ils réussirent à sauver leur vie, mais leur choix coûta la victoire au pirate. En effet en passant par les fenêtres, cela fit un puissant appel d'air qui intensifia les flammes à l'intérieur de la taverne et força même Shoma a reculé de quelques pas. Le feu gagnait de plus en plus de puissance dans la taverne et même mettait la détermination du pirate à rude épreuve. debout grâce à l'utilisation de technique médicale, Shoma n'était pas en pleine mesure de ses capacités et avec la chaleur et les vapeurs d'alcool qui remontaient et se faisait de plus en plus importantes, le jeune médecin se sentait de plus en plus mal.

Même avec un contexte très délicat, Shoma resta debout sur ses appuis et comptait bien en finir avec cet homme qui l'avait pris de haut, mais un évènement imprévu força Shoma à baisser les bras. Une poutre assez grosse pour réduire un corps humain en purée se décrocha des fondations de la taverne et tomba à seulement quelques centimètres du pirate. Grâce à un saut en arrière, Shoma réussi à ne pas recevoir d'éclat de verre et de bois, mais quand il releva la tête, tout était fini. Son adversaire avait profité de cela pour à son tour décider de quitter les lieux. Fier et arrogant, il avait joué avec les nerfs du pirate jusqu'à la dernière minute. Aujourd'hui était son jour de chance, il pouvait être fier de lui. Il entrait maintenant dans la courte liste des personnes ayant réussi à mettre le pirate en colère et à s'en tirer, mais il devait retenir une chose, un jour il devrait payer pour cela. Ce n'était que partie remise.

Alors qu'il ruminait sa rage, Shoma vit que le moment de fuir était arrivé quand une partie de la poutre se détacha et atterri devant la porte de la réserve. L'explosion était imminente et le jeu était fini. Il n'avait plus rien à faire mise à part prendre ses jambes à son coup tel un fauve devant les balles des braconniers venus le chasser. Avec l'énergie de la fin, le capitaine pirate réussi à partir le plus vite possible. Trois minutes après avoir réussi à quitter les lieux, la taverne explosa incendiant par la même occasion les établissements voisin. Ce n'est pas moins de cinq bars, restaurants et magasins qui furent toucher par cela. Les pompiers et la population s'activèrent afin de stopper la propagation du feu. Encore une fois il allait être responsable de cela, mais maintenant il était habitué. Dès qu'il allait à un endroit et qu'il se passait quelque chose il était désigné comme coupable, même quand il se trouvait à des kilomètres de cet évènement.

Une fois sur les quais, Shoma attendis patiemment sa navette sans faire de vague. Pour aujourd'hui il avait sa dose d'action. Maintenant place au repos et à la tranquillité.



FIN
http://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1