AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Quatrième Chapitre; Acte Final; Partie Un; Le pachyderme charge les fauves

Oswald Jenkins
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Ven 3 Aoû 2012 - 5:02

Étonnant. Comment avions nous fait pour passer à côté d’une telle entité? Comment avions-nous réussi à faire fit d’une telle construction? C’était désormais clair, les pirates de Morvak devaient être resté presqu’un an sur cet île de fous pour s’être développés. Un an n’était-il pas le temps d’attente pour que le Log Pose se recharge sur cette île?

Un fort intégralement bâtit dans le solide bois des arbres géants de la forêt humide. Bâtit sur la pointe nord d’une immense clairière voisine à une anse, la forteresse de deux étages de Morvak trônait au milieu du boisé pour faire assumer à toute la population de la jungle sa prédominance sur ce territoire millénaire. Quatre tours, des crénelons et des meurtrières, tout pour tenir longtemps en période de siège, mais notre monde n’a-t-il pas depuis longtemps fait outrage aux bonnes traditions des sièges féodaux? Je m’égare pour l’instant, nous viendrons plus tard à cette partie de la mission. Concentrons nous d’abord sur le territoire des pirates de ce seigneur pirate. Le navire titanesque des morviens baignait calmement dans l’anse, bien ancré au fond sablonneux de l’endroit où les courants ne venaient point porter de vagues ni de mauvaises surprises aquatiques. Le Roaring-Lion, vaisseau de Morvak, atteignait sans peine des tailles peux comparables chez les navires pirates. En effet, merveille de charpenterie conçue pour pouvoir accueillir un nombre impossible de pirates en son bord, le monstre fait de bois et de volonté semblait presque pouvoir se tenir humblement face au Léviathan. Assumons tout de même que le vaisseau de l’amiral en chef ne tenait toujours que par chance après les assauts des flammes sur toute sa fondation.

La clairière devait bien mesurer plus de deux cents mètres par cent, un vrai champ de bataille désigné pour le prochain chapitre des Rhinos sur l’île préhistorique. Des herbes hautes, des fougères et des champignons entremêlés à des racines poussaient ça et là sur cette plaine où moi et tout les membres pouvant combattre du Léviathan nous trouvions. Un silence non-négligeable régnait sur le futur champ de bataille où s’étaient agglomérés un nombre allant dans les centaines de soldats portant les insignes de la marine, organisation suprême mondiale qui proclamait à nouveau sa puissance face à la piraterie.

À ma gauche, ainsi qu’à ma droite; les officiers de partout dans le Léviathan. Des noirs sous-sols de charpenterie jusqu’aux grandes salles de réunions, chaque officier de chaque assignement se trouvait aligné à mes côtés. Moi qui, simple sergent chef s’était vu octroyer le commandement de tout l’équipage du navire monstre de la marine pour clore cet acte qui n’avait que trop duré.

J’avais revêtu mon plus fier uniforme comme tout les membres de mon groupe, de simple marin à révéré commandant. Sabre à la ceinture, pistolet et mousquet en main, les casquettes des soldats renvoyaient l’éclat indéfectible de ma volonté de gagner en ce faste jour. Le soleil se levait paresseusement pour effacer les souvenirs d’une nuit des plus éprouvantes. Mais peu était l’importance désormais, tout allait se régler sur cette plaine qui verrait le sang couler comme jamais. J’avais demandé l’extraction de la carcasse de mon bijou de charpenterie de tous les canons pouvant encore être utilisés, histoire de mettre toute les chances de mon côté.

Artillerie en place, moi et tout le bataillon nous étions donc disposés en formation rectangulaire pour maximiser l’efficacité du combat que nous mènerions très bientôt.

Il ne fut pas long avant que des masses de pirates commencent à sortir par les grandes portes du fort. Eux aussi tous silencieux, ils vinrent se placer efficacement en un groupe désordonnés qui, de loin, ne me faisait penser qu’à une armée de fourmis qui s’agglutinaient à l’entrée de leur fourmilière. Dépassant les plus basses centaines en nombre, cette horde de pirates fut bientôt rejoint par des meutes entières de fauves, des couvées complètes de reptiles gigantesques ainsi qu’une farandole d’autres créatures peux sympathiques qui peuplaient les bois mortels de la jungle. Les dires du commodore Swan étaient justifiés, les pirates de Morvak avaient bel et bien réussi à apprivoiser et dresser les plus terribles créatures de Little Garden, et ce pour le pire de l’équipage du Colonel Fenyang. J’eu une courte pensée pour ce dernier qui était peut-être mort au fin fond de la forêt, laissé derrière par ses assaillants trop nombreux. Ou peut-être attendait-il avec espoir que ce combat connaisse une fin et que l’on puisse ainsi le libérer des chaines du terrible Morvak.

Mais au fond, qui était ce Morvak qui se cachait si bien derrière son armée de truands? Méritait-il vraiment tout les problèmes qu’il nous apportait? Avait-il vraiment la trempe des grands pirates qui doivent être arrêtés? Ça, seul Salem pouvait le savoir désormais.

Toujours silencieuse malgré les troupes infinies qui s’aggloméraient devant elle, je sentais que mon armée, elle aussi, commençait à éprouver du stress et la panique se fit sentir dans les rangs.

Et cette panique était justifiée, des catapultes pleines de je-ne-savais-quoi se profilaient à leur tour derrière les troupes toujours émergeantes du colossal fort. Alors c’était comme ça qu’ils avaient trouvé le moyen d’abraser l’icône de navigation qu’était le Léviathan? En utilisant de primitifs engins de siège? Pathétique, mais efficace malgré tout. C’était à force de cette arrivée incessante d’obstacles plus dangereux les uns que les autres que la panique gagnait graduellement les membres de l’équipage des Rhinos Storms. Peu à peu, des chuchotements se faisaient entendre un peu partout dans la masse de soldats de la marine, chacun sachant que son destin approchait peut-être de sa fin.

« Fais quelque chose! »
-Hein quoi?
« Bah ils vont s’pisser dessus, dis leur un truc pour leur remonter le moral! »

Dark marquait à nouveau un point, à quoi servait-il de se lancer dans une bataille perdue d’avance avec des troupes au moral à zéro. Méritais-je de me battre avec des hommes qui avaient déjà abandonné? Non, certainement pas, et je ferais en sorte que cela ne soit pas ainsi lorsque l’heure finale aurait sonné.
Loin devant moi, les hordes de Morvak lâchèrent un cri de guerre des plus provocateur. Tous unis dans le désir de faire couler le sang des marines :
- ALLEZ-VOUS FAIRE FOUTREEEE BANDE DE CONNAAAAAAARDS!!!!!!! RAAAAAAAAAAAAHHHHHHHH!!!!!!!

Voilà le genre de discours qu’on se plaisait à employer devant ma personne. C’en était assez, j’avais beau être sergent chef seulement, j’allais faire de mes troupes une vrai force au caractère ne pouvant être stoppé.
-Écoutez moi bandes de couillons! Je répèterai pas deux fois c’discours car j’en aurai p’t’être plus la chance dans moins d’une heure! Devant nous y sont des centaines! Devant nous y ont des bêtes sauvages! Devant nous y ont des catapultes! Oui certains d’entre vous vont mourir! Oui certains d’entre vous vont regretter leurs actes! Mais jamais on va reculer devant une bande de pirates fumeux! EST-CE BIEN CLAIR!?
Un silence…puis une voix perça cette peu dynamique absence de son venant des soldats.
-Qu’est-ce qu’il a dit?
-…
-Bon, je sais que pour vous tous, je suis qu’un rebut. Et oui, une simple merde différente des autres qui mériterait sans doute de ne pas exister. Mais tant qu’à exister, tant qu’à assumer pleinement le fait que je respire et que chaque jour je vis les mêmes évènements que vous bandes de cons. Tant qu’à assumer que Double Face Jenkins, aujourd’hui mène vos vies vers un front dangereux. Pourquoi diable ne pas faire confiance à cet idiot de Double Face qui tente malgré tout de faire de vous de braves compagnons?! HEIN POURQUOI!? Je sais que j’ai pu en faire baver parmi vous, je sais que je peux en effrayer un paquet ici, mais bon sang bande d’idiot pourquoi cela affecterait-il le fait que tout comme vous, j’suis un putain de marine et que malgré tout c’que vous pouvez penser, je me bats aussi pour une putain de justice en ce bas monde! Alors suivez-moi les gars! SUIVEZ-MOI VERS LA RUINE! VERS NOTRE PERTE! ET À LA FIN DU MOOOOONDE!

Maintenant des sourires déterminés s’affichaient sur les visages des uns. Des cris de victoire fusaient des bouches des autres. J’avais réussi à conquérir l’équipage, à les inspirer. Avais-je gagné leur confiance? La question ne se posait pas pour l’instant, car c’est un tout autre évènement qui prenait maintenant place. Sans plus attendre, je m’élançai vers l’ennemi, seul ou non, plus rien ne m’importait. Je courais désormais tel un fou furieux vers ceux qui avaient osé défier l’équipage du Léviathan, le plus gros bateau du monde. Et cet équipage qui vient dans ce bateau, ben c’est dommage pour eux car il est bourré d’une bande de cinglés. Une bande de cinglés que personnes n’aurait dût défier. Maintenant un cinglé parmi ces cinglé courait à s’en exploser les poumons vers une armée deux fois plus nombreuse que la sienne. Et ce, sans jamais ce retourner.

Ce cinglé, c’était moi, moi qui, baptisé de naissance Oswald, n’hésita pas à se désister un simple instant de son nom de naissance pour hurler pleinement ce que mon cœur me criait d’accomplir.
LEEEEEEEEEEERRRRROOOOOOOOOOOOOOOOYY JEEEEEEEEEEEEEEEEENKIIIIIIIIIIIIIIINNNNS!!!!

Les corps se frappèrent, les projectiles fusèrent, les sabres s’entrechoquèrent et s’enfoncèrent…et la grande bataille de Little Garden s’enclencha; bataille qui resterait gravée à jamais dans le cœur de ceux qui y participèrent, mais aussi dans le paysage de l’île qui resterait à jamais changé par un tel affrontement.
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Oswald Jenkins
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Lun 27 Aoû 2012 - 2:12


L’impact fut violent. Mon corps porté par l’inspiration d’un homme qui ne court désormais que vers la victoire vint directement se frapper sur une masse de pirates effrayés qui ne réagirent jamais à temps lorsque mes poings vinrent les écraser.

Rapidement, les fougères, l’herbe et les différents végétaux qui peuplaient le sol de la titanesque clairière furent irrigués par un flot continuel de sang. Partout des projectiles venaient se ficher dans les corps des mauvais et des bons, des sabres découpaient la chair des uns alors que d’autres entaillaient celle des autres. D’immense boulets de canons et les feus grégeois des pirates de Morvak se fracassaient dans des gerbes de terres dans la mêlée, tuant et brisant sans pitié les hommes qui se trouvaient en dessous.
Partout, les seuls bruits audibles étaient des coups de feu, des sabres s’entrechoquant ainsi que des fracas de terre, de métal et de corps, tous ces bruits couvrant aisément les cris de terreur et de douleur des marines et des pirates qui faisaient aujourd’hui face à leur destin.

J’envoyai mon poing écraser la carotide d’un homme armé d’une hache de guerre alors que de ma main valide j’explosais sans cérémonies le front d’un homme grâce à mon pistolet caché dans la manche de mon manteau.

« YEEEEHAAAAAAA ! »

Dark était visiblement aux anges, c’était bien la première fois que je participais à une si importante guerre entre deux immenses équipages. De quoi impressionner même le plus puissants des amiraux.
Mes deux adversaires au sol, j’envoyai mon pied caresser la tempe d’un autre ennemi adjacent dans la mêlée puis saisi ce dernier par le bras afin de l’utiliser comme arme contre un groupe d’antagonistes qui me tenaient dans leur ligne de tir. Ces nouveaux pirates renversés, je sautai à pied joins sur ceux-ci et en assommai quelques uns dans l’action.

Le reste des soldats du Léviathan m’avait visiblement suivit un peu plus tôt dans ma charge désespérée vers les lignes ennemies. À croire que Double Face avait finalement réussi à inspirer tous ces hommes qui le répugnaient. Incroyable. Mais peu importait maintenant. Désormais, je ne faisais qu’un avec le reste des Rhinos Storms, nous étions tous unis dans cette bataille à la mort face à ceux qui régissaient le monde par l’illégalité et la violence. Mais surtout, unis pour sauver celui qui nous dirigeait, le capitaine Alheïri S. Fenyang.

J’agrippai un homme par le cou pour le lui briser d’un geste sec et rapide, puis décochai un coup de boule entre les deux yeux de son copain. Suivant cet enchaînement, je fauchai deux hommes en leur coupant la respiration d’une corde à linge violente.

Malgré le surnombre des pirates de Morvak, moi et mes hommes avions tant bien que mal réussi une percée à travers la nuée de criminels que nous piétinions violemment désormais. Comme portés par ma vile amie, la chance.

Ça, ce fut avant le premier imprévu. Et cet imprévu s’afficha devant moi comme étant un immense lion de six mètres de long.

-DES MONSTRES! Y ONT DES MONSTRES! YAAAAAAAHH Y’EN A PARTOUT PUTAIN D’MERDE!!
Les derniers mots que le jeune marine à ma gauche pu hurler avant de se faire happer en entier par un colossal lézard qui le goba net, sans plus de cérémonies.
« L’est chanceux c’mec. Héhéhé. Au moins y’a fait preuve d’une belle logique, c’bien! »
-La ferme Dark, ce mec s’est dévoué pour nous suivre jusqu’ici, on va honorer son sacrifice.
« Pff, t’es une lopette ou quoi … »
-Non, seulement un homme d’honneur.

Sur ces paroles je décollai du sol pour m’envoler violemment vers la gueule du fauve. Gagnant de plus en plus de vitesse, mon poing pris un élan considérable vers l’arrière de mon épaule alors que je progressai tel une fusée vers mon nouvel adversaire. Quelques secondes s’écoulèrent alors que mon poing suivi de mon bras entamèrent leur course meurtrière vers le lion. Des étincelles enveloppèrent mon poing dût à la friction entre ce dernier et l’air alors que celui-ci dévorait la distance entre lui et mon nouvel ennemi.

*MIDNIGHT BLAST*


Ma main devenu météore vint s’aplatir sur le museau du monstre. Monstre qui fut propulsé par l’onde de choc qui suivit l’impact. Fut propulsé pour aller écraser de ses deux tonnes une troupe de pirate un peu plus loin derrière. J’atterris au sol, le poing fumant. J’expirai longuement, les yeux fermés, alors qu’autour de moi la bataille continuait de faire rage.
-Abattez les tous bons sangs! Que j’en vois pas un debout dans la demi-heure!

Criais-je tout en me relevant et en envoyant un plomb de mon pistolet directement dans le thorax d’un pirate proche.

Deux autres fauves suivirent ainsi, entraînant dans leur mort nombre de pirates qui avaient le malheur de se trouver sous leurs chutes.

Haletant, je broyai la jambe d’un homme armé d’un marteau pour lui voler son arme et lui caresser vigoureusement la tête avec celle-ci. Plusieurs autres criminels furent victime du marteau, chacun réagissant trop tard lorsque l’immense masse s’abattait sur eux. Je perçai ainsi la foule de criminels, de maniaques, de tueurs et d’autres différents types de pirates. Le tout sans pitié ni arrêt.
Je pulvérisais justement un malheureux qui avait tenté d’utiliser une arme à feu contre moi lorsqu’un large mouvement dans mon angle mort me mis sur mes garde.

Faisant volte face de justesse, je brandis horizontalement la garde de mon marteau alors qu’une arme du même type, mais deux foi plus grosse, venait s’abattre sur moi. Le choc résultant cet attentat fut des plus brutaux. Mes pieds s’enfoncèrent dans la terre meuble et humide de la clairière alors que je grognais pour ne pas faillir devant le marteau monstrueux qui menaçait de me réduire en bouillie.

Quatrième Chapitre; Acte Final; Partie Un; Le pachyderme charge les fauves Mini_622760hammer10

Un titan se dressait dans toute sa puissance devant moi, un immense marteau doré bloqué dans sa progression par mon arme. Une barbe tressée par divers bijoux et cordages, une toge marronne ainsi qu’un drôle de chapeau complétait le personnage à la peau légèrement brunâtre. Le géant, ou plutôt demi-géant retira calmement son arme devant moi. À ses côtés se tenait un étrange personnage, un nain, la peau verte, le nez pointu et crochu. Incroyable à quel point je pouvais me trouver des ressemblances avec les ennemis que je combattais. À croire que ma vraie place résidait peut-être dans le camp adverse. Mais là ne s’arrêtait pas la description de l’homme, ou plutôt de la chose. Deux impressionnants bras mécaniques fusaient du dos du nain verdâtre pour se déployer de façon menaçante devant ma personne. Deux adversaires de haut calibre, intéressant.

« Héhé, ça d’vient amusant dans l’coin! Allez laisse moi faire! »

-T’auras ton heure Dark, mais pour l’instant, les projecteurs sont sur moi.

Quatrième Chapitre; Acte Final; Partie Un; Le pachyderme charge les fauves 732877goblin10

-Il me perçoit justifiable que la dite Double Personne dont vous faites allure puisse disposer de sa vie pour l’honorable fonctionnement des desseins de maître Morvak. De cette sorte ,ma singulière personne ainsi que mon collègue pourrons remplir les ordres de liquidation envoyés à votre égard.
Me déblatéra le colosse.
-Euh… C’est …euh? Tu veux te battre là?

C’est un violent coup de marteau en plein sur le flanc gauche qui me répondit, m’envoyant valser à travers plusieurs hommes qui combattaient dans le sillage de ma chute. Je me relevai, un filet de sang s’écoulant sur mon front. Des saletés, de l’herbe et de la terre parsemaient désormais mon accoutrement. Je bougeai un peu mon bras, me dégourdissant les muscles en vue de ce qui était à venir.

« Héhé, c’est quand tu veux Os’. »
-Ça va chauffer… À qui ai-je l’honneur? Demandais-je au géant.
-Je suis de mon humble personne le guerrier Goldorak, puissiez vous vous souvenir de ce nom à jamais, même dans les plus lointain tréfonds de l’enfer. Et voici mon collègue Quat’Bras, ingénieur de sa profession. Craignez notre force.
-Parfait, alors à nous deux Goldorak.
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Rain Maniko
Rain Maniko
•• Vice Lieutenant ••

♦ Localisation : Là ======x
♦ Équipage : Rhino Strom

Feuille de personnage
Dorikis: 1945
Popularité: +141
Intégrité: 59

Lun 27 Aoû 2012 - 13:12

Rain commençait à perdre l’esprit. La fatigue accumulée depuis des jours, la haine qu’il avait ressentit en voyant le Léviathan mis à mal de la sorte, les réparations nocturnes… Il se sentait vraiment faible psychologiquement. Tout ce qu’il voulait, dans l’immédiat, c’était tuer tous ceux qui se trouvaient sur cette île maudite… Et pour ça, il avait déjà un début de solution. Toutes ces fioles de feu grégeois allaient être utiles. Il allait leur rendre la monnaie de leur pièce, et au centuple ! Ils avaient voulu cramer le plus prestigieux navire de tous les temps ? Ils allaient connaître la chaleur de l’enfer !

Rassemblant toutes ses affaires, il emmagasinait toutes les fioles de produit hautement inflammable que lui et Penelope Solète avaient pu emmagasiner. Cela représentait un sacré paquet. De quoi détruire une nouvelle fois le Léviathan, si tout explosait d’un seul coup. C’était là qu’ils avaient ratés leur coup. Le feu grégeois est bien plus efficace lorsqu’il est concentré en un seul point et explose, plutôt que de le faire brûler en surface. Enfin, une courte démonstration valait mieux qu’un long discours.


°°Mes ordres sont d’attaquer leur fort avec toute la puissance disponible ? Ils sont drôles, les supérieurs, j’ai réparé le Léviathan pour qu’il puisse à nouveau voguer, les armes, les canons, tout ça, c’est pas la joie.°°

En effet, la chaleur extraordinaire des flammes vertes avait fait fondre de nombreux canons, même légèrement, les rendant inutilisable sans risquer que cela nous pète à la gueule. Du coup… Il ne restait pas trente-six solutions. Il fallait troquer l’idée de pilonnage méga-bourrin contre un plan d’infiltration et d’explosion directement de l’intérieur. C’était difficilement envisageable dans son état de nerf, mais il ne voyait pas la moindre alternative. Il allait devoir rentrer à l’intérieur. Maintenant il fallait choisir la manière de rentrer. En toute discrétion, ou en défonçant tout au passage ?

Les deux avaient leurs avantages. En fonçant dans le tas, il serait suivis par énormément d’ennemis et l’explosion ferait alors énormément de victimes. En s’infiltrant, on pourrait avoir l’effet de surprise et le feu à l’intérieur les obligerait à sortir, à découvert, à la merci des marins. Hummm…

Rain opta pour l’infiltration, il ne pouvait pas faillir à son plan et foncer dans le tas soulevait tout de même le risque d’être abattu avant d’atteindre son objectif, voir de foutre le feu à son propre camp. Hors de question ! Il allait se montrer digne de sa mission !

Il s’enferma dans sa cabine pendant un long moment. Il allait devoir faire le sacrifice ultime, il le savait ! Il allait falloir se faire passer pour un pirate de Morvak. Et il savait ce que cela allait lui coûter… Sa loyauté envers la Marine passait avant tout.

Lorsqu’il ressortit de sa cabine, il portait un simple foulard sur la tête, ses magnifiques cheveux, sa chevelure dont il était si fier et qui avait séduit tant et tant de femmes, tous étaient au sol. Une larme coulait sur sa joue, mais il savait qu’il n’avait pas le choix. Armé de ses bras d’Ephaistos et de ses Dragon Twins, il portait la lourde caisse de fiole en suivant la plage. Il ne devait pas prendre le même chemin que les marins s’il voulait qu’on croit à son histoire. Ce serait plus long mais aurait plus de chance de réussir.

Après plus d’une heure de marche, il arriva enfin en vue du fort. Ou plutôt en ouïe. Il ne le voyait pas, mais le combat faisait déjà rage. Le chimiste entendit un « LEROY JENKINS » très sonore juste avant un bruit de combat exceptionnel. Cool, ça lui ferait une diversion magnifique.

Il arriva en longeant la falaise jusqu’à l’entrée du fort où il fut stoppé net par deux gardes.


-Hey toi ! Tu vas où comme ça ? T’es qui ?
-Ca se voit pas ? Je viens rapporter à morvak les fioles de feu vert qui n’ont pas été utilisés lors de l’attaque du navire ! Et c’est lourd, alors si ça te dérange pas, dégage !
-Ho, ca va nous être utile pour les repousser ça ! GLOIRE A MORVAK !
-Ouais, voilà, pareil…

Il entra en rouspetant comme le ferait un troufion de base. Problème technique, il ne savait pas du tout se diriger dans le fort. Il se mit à errer en quête de l’endroit où il pourrait déposer sa « livraison ». De préférence, il aimerait trouver Morvak pour les lui laisser à la tronche. Mais ses errances couplées à son visage inconnu commencèrent rapidement à attirer l’attention. Un pirate de deux mètres de haut s’approcha de lui et l’attrapa violemment par l’épaule. Il ne reconnaissait pas Rain et s’apprêtait à sonner l’alerte. Posant rapidement sa caisse au sol, le marin lui décocha un coup de poing de son bras renforcé qui le fit voler à travers la pièce pour s’écraser contre le mur, le fissurant au passage.

Là, c’était la merde, il était carrément repéré et ne pouvait pas fuir en laissant ces caisses ici. S’ils les récupéraient pour les envoyer sur les Rhino Storm, il ne se le pardonnerait jamais. Il aggripa rapidement la cargaison et se mit à courir dans le fort, bousculant tous ceux qui se trouvaient sur sa route. Il n’avait aucun plan, il voulait juste un coup de pouce du destin ! Arrivant face à un mur, il dû se stopper et faire volte-face. Les pirates arrivaient par dizaines, sabre à la main, sourire carnassier aux lèvres. Dans un élan de désespoir, Rain fonça dans le groupe, protéger comme il le pouvait par son chargement.

La scène sembla durer plusieurs minutes pour Rain alors que tout se passa en quelques secondes. Un pirate utilisa sa lame pour lui trancher le tendon d’Achille, le chimiste fut déséquilibré, tomba au sol, lâcha la caisse qui éclata, libérant toutes les fioles qui rebondirent un peu partout, se cassant parfois. Rain leva la tête et vit tous ces ennemis l’entourer, il sentit des lames le transpercer de part en part, même s’il n’aurait pas su dire où exactement. Le temps s’était arrêté, il ne pouvait voir que de la haine dans les yeux tout autour de lui. Il ressentait ce sentiment à son égard. S’il avait sur qu’il mourrait seul, entouré de haine et dans la souffrance…

Avec ses dernières forces, il appuya sur son poing américain pour que le liquide vert se répande sur les lames. La nitroglycérine. Il avait travaillé longtemps là-dessus. Au moins, il ne partirait pas seul. Loin de là. Laissant son poing retomber au sol, épuisé, une étincelle jaillit, sitôt suivit d’une explosion formidable. Mission accomplie.



[RIP] Mort de Rain Maniko[/RIP]
Soul
Soul
• Sergent d'élite •


Feuille de personnage
Dorikis: 3435
Popularité: 10
Intégrité: 0

Jeu 30 Aoû 2012 - 9:28

Depuis le début de cette bataille les dégâts sont présent, le Léviathan, ce magnifique pavillon appartenant désormais au grand Capitaine des Rhino Storms j'ai nommé Alheïri Salem Fenyang. Le colonel lui même est maintenant en danger, c'est pour dire à quelle point la situation devient critique. De mon coté je n'ai pas du tout été efficace dans la bataille du moins dans cette première partie, c'est pourquoi j'ai décidé de m'imposer et combattre pour l'honneur de la Marine.

C'est Oswald Jenkins qui prend la relève de Alheïri, en effet depuis ça capture c'est le célèbre marine connu sous le nom de Double-Face qui à prit en main ces quelques centaines d'hommes. Pour ma part j'ai aucun jugement à donné sur sa personne, je le connais comme homme assez discret et grand marine ça il n'y a pas de doute, mais arrivera t-il seul dans une situation comme celle-ci à diriger un tel troupeau !? Je ne peux que lui faire confiance, c'est à lui de jouer maintenant. En tout cas je commence très mal, je voulais une dernière fois me rendre dans les cuisines du navire au cas où le pire serait attendu et que je ne les revoit plus, sans oublier Yokuke mon chef celui-là je pourrait jamais l'oublier, un chef comme lui y'en n'a pas deux !

Alors que la nostalgie m'emporte à chaque fois que je me rappelle les opérations cuisines qu'on à effectué içi je commence à sentir en sentiment différent. Les poils qui se hérissent, mes membres qui frétillent de plus en plus, cette pointe au cœur qui me plie en deux, serait-ce ? … La peur … La peur de mourir. Jamais j'avais ressentis ça auparavant, pourtant plus d'une fois ça m'est arrivé de rencontrer la lumière qui te guide vers le ciel, mais jamais mon corps et mon cerveau avaient réagis ainsi.

Je décide malgré tout de m'imposer et sort de la cabine pour me rendre sur le pont du bateau dans le but d'apercevoir les hommes de la marine et leur dirigeant Oswald Jenkins. Rien de tout cela, je crois apercevoir une silhouette ressemblant fortement à Rain, mon vieil ami retrouvé totalement par hasard, au loin mais je ne vois pas pourquoi il se trimbalerait des caisses en plus, surement quelqu'un d'autre alors !?

Ça n'empêche que je reste perplexe dans l'idée de me battre c'est pourquoi je regarde, seul, accoler sur les rambarde du bateau, la fumée crée par la bataille s'élever dans le ciel azur de Little Garden … enfin quand je dis seul; c'est que je pensais être seul.

Quatrième Chapitre; Acte Final; Partie Un; Le pachyderme charge les fauves 514809pirate11

Un homme inconnu au bataillon se place à coté de moi et me dit :

    (♠ Raiponce ) - Alors vous aussi vous en avez marre de vous battre pour une des choses les plus inutile dans ce monde de brute !?
    (♠ Taiten ) - C'est à dire, mais de quoi parlez-vous ? Hé puis vous-êtes qui enfaite je ne vous ais jamais vu ici ?
    (♠ Raiponce ) - Bah je parle de la gloire voyons, c'est évident ! Puis pour votre information je ne suis qu'un simple homme de Morvak qui à été envoyé voir l'état de Léviathan avant d'aller au combat, mais je n'ai pas du tout envie de me battre et encore moins contre vous simple marine !


Merde un homme de Morvak ici sur le bateau c'est pas vrai je suis idiot j'aurais du au moins faire attention, heureusement il ne veut pas se battre, mais peut être qu'il bluff ? Nan il n'a pas l'aire de vraiment vouloir se battre. Au même moment une explosion se fit ressentir au loin dans la foret, juste à coter des combats qu'on percevait un peu plus loin, qui aurait-cru qu'elle était produite par une légende de la Marine, nan pas même moi ni lui, cet homme efféminé qui semble juste vouloir s'améliorer au vu de ces mouvement bizarre qu'il exécute dans le vide.

Faut pas oublier que c'était un ennemie, tout comme moi je l'étais pour lui, même si en nous regardant on ne l'aurait pas cru une seconde ! Je me prépare donc à l’affront en reculant d'un bond magistral le soucis ... c'est qu'il m'ignore ! Parfais alors comme ça il veut jouer ? Ok pas de soucis !
http://www.onepiece-requiem.net/t1448-mashida-taiten-dobutsu-no-kenri-terminhttp://www.onepiece-requiem.net/t9586-soul-silver
Oswald Jenkins
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Lun 3 Sep 2012 - 3:35



L’herbe et les fougères étaient désormais soit piétinées, brûlées, arrachées ou encore ensanglantées. Les cadavres s’amoncelaient sur le champ de bataille improvisé au milieu de la jungle de Little Garden.
À ma gauche un cri.

-FEU!

Cinq déflagrations et un nuage de fumée émanant de cinq mousquets répondirent à l’ordre. Puis cinq hurlements de douleur, de mort. Les pirates comme les marines venaient s’écraser sur le sol alors que leurs âmes s’échappaient de leur corps pour rejoindre un monde plus calme, en paix.
À ma gauche un rugissement.

Un hurlement de peur, puis un gargouillement. Un fauve faucha d’une patte deux autres soldats qui en hurlèrent alors que les griffes du prédateur venaient lacérer leurs flancs.

Partout, le chaos régnait. Le chaos emportait la clairière, drainant les vies et les espoirs de chacun, sans pitié et sans scrupule.

Mais Double Face, lui, est immunisé à cette terreur qui ravage le paysage. Double Face en a trop vu pour ne s’arrêter qu’à de simples cris de morts et des appels à l’aide. Double Face a appris à défier la mort chaque jour, à se jouer de sa malchance compulsive et à toujours avoir un coup d’avance sur le destin qui le traquait inlassablement.

Double Face est immortel. Et Goldorak allait l’apprendre à ses dépends.

Je fonçai, enjambant les cadavres, les débris et les boulets de canon encastrés dans le sol, rien ne ralentissant ma course. À nouveau, le marteau monstrueux de mon ennemi tenta de venir me faucher dans mon attaque, mais cette fois-ci, j’étais près. Je me décalai d’une légère poussée vers la gauche, laissant l’arme s’enfoncer dans le sol meuble en rejetant ça et là des gerbes de terres et des mottes d’herbe.

« Bon comment on s’y prend Os’? »
-Comme sur les Blues Dark, sans modération et toujours plus fort.
« Alors je promets rien pour les dommages collatéraux moi! »
-C’est ça, tu iras dire ça au Boss après…

Sur cette semi-réprimande faite à Dark, je plongeai tête première vers Goldorak.
-Ah Divine Jouissance! À moi la garde!

Visiblement, le géant savait crier comme une lopette. Imprévisible, mais assez rigolo dans une telle situation.

Bref, sans hésitation, je sautai au niveau de la figure de mon adversaire. Je décochai un violent coup de poing sur le menton barbu de Goldorak, enchaînai en lui enfonçant mon pied en pleine trachée. Propulsé par le choc, Goldorak s’envola pour aller s’étaler cinq mètres plus loin, du sang coulant à flot de sa bouche, irrigant sa barbe tressée sans modération.

-Efpèffe de veune impertinent, votre deftin est allègrement fellé! Ve prononfe fette menafe devant mon culte qui m’en voit dévoué!
-…On continu où t’es déjà hors service?

Je ne pu recevoir de réponse clair. Car au moment au même moment un bras en acier de deux mètres de long venait me foutre une baffe en plein ventre. Le souffle coupé, je fus dans l’incapacité de réagir lorsque le même bras me tordit une jambe et m’envoya m’envoler dans les airs. Je levai la tête pour apercevoir Quat’Bras qui me toisait d’un regard amusé, un sourire enlaidissant sa personne déformant son visage.
Reprenant contrôle de ma chute, je me réceptionnai lourdement au sol faisant à nouveau face à mes deux adversaires, en position de combat. Le titanesque guerrier au marteau chargea le premier, en poussant un cri de guerre incompréhensible, ses multiples dents brisées rendant sa prononciation ignoble.

J’esquivai à nouveau le marteau, frappant cette fois-ci le bras de mon ennemi pour qu’il soit obligé de laisser de côté son arme enfoncée dans la terre. Ne perdant plus une seconde, je progressai dans ma lancée sur ma cible pour lui balancer à nouveau un violent coup de poing dans la figure.

Mon poing, pourtant, ne percuta en aucun cas le visage déjà brisé de Goldorak. Au moment où mon arme naturelle se devait d’écrabouiller le nez du guerrier au marteau, un robot de taille humaine, fait d’acier et d’essence vint s’interposer dans la course de mon poing.

Un instant, j’écarquillai les yeux, surpris de l’arrivée d’un tel antagoniste. C’était lorsque je vis du coin de l’œil Quat’Bras, accompagné de cinq créations identiques que je compris. Ce fut tout au plus, le tic-tac incessant et provocateur du robot qui me mit la puce à l’oreille. Ce bruit nuisible, accompagné d’une odeur croissante de souffre furent ce qu’il fallait pour me prévenir du danger imminent.
« Dépêche toi ça va sauter bon saaaaaang! »
-Je sais!

Je retirai avec véhémence mon poing encastré dans la paroi défoncée de la créature mécanique, puis pris appuis sur le thorax du robot. Toujours dans les airs. Mes pieds bien appuyés sur l’obstacle mécanique, je me propulsai vers l’arrière, envoyant directement la création de Quat’Bras sur Goldorak qui se tenait lamentablement le bras que j’avais probablement brisé par mon coup.

L’explosion fut des plus impressionnantes. Je me surpris à me demander par quelle sorcellerie un simple pirate pouvait créer si rapidement de tels chefs-d’œuvre d’ingénierie, des armes mortelles aux capacités motrices incroyables. Déstabilisé par le choc de l’explosion, je tombai lourdement au sol, haletant par mon escapade in-extremis.

L’endroit où se trouvait un instant Goldorak n’était plus qu’un cratère fumant où festoyait flammes et fumée. Quat’Bras, quant à lui rigolait toujours de la réaction produite par son robot.

-B…Bon sang mais c’quoi ces putains d’monstres?!
-Ce sont mes gob-gob-boum! Des inventions que je suis capable de produire en série! Nyhahohaho! Tu ne pourras jamais t’en prendre à moi! Tu périras face à mon arsenal d’élite! Nyhahohahohaho!

J’étais tétanisé, il me semblait complètement impossible de devoir affronter une armée de pareilles créatures. Considérant majoritairement le fait que mon adversaire semblait pouvoir en construire indéfiniment.

À travers les flammes du site de la précédente explosion, j’aperçu Goldorak qui se relevait difficilement. Sa peau à la couleur terreuse était carbonisée, ses vêtements brûlés tout comme sa barbe. Un de ses bras pendait pathétiquement sur son flanc, visiblement celui que j’avais brisé. Tout en s’appuyant sur son marteau, il sortit péniblement du cratère pour se poster au côté de son acolyte.

-Laisse le moi Goldorak, tu me sembles trop faible pour continuer, puis je serais peut-être près à dire que ce Double Face est trop puissant pour toi.
« Merci, j’prends le compliment volontiers! »
-Ta gueule Dark, c’pas l’moment de rigoler.

Effectivement, j’étais blessé, fatigué et surtout aux prises avec deux pirates à la force non-négligeable. Quat ‘Bras se mit à avancer calmement, accompagné de sa troupe mécanisée.

-C’est terminé Double Face, t’es un homme mort.
Phrase fatidique, phrase qui ne me poussait une nouvelle fois qu’à dépasser mes limites. Sans prévenir, les cinq robots foncèrent directement sur moi, leur pieds visiblement montés sur roulettes les propulsant plus rapidement que je ne l’aurais cru.

« Bouge! »
Je gagnai les airs d’une vigoureuse poussée à partir du sol. Une violente explosion, venant de l’endroit où je me situais une seconde plus tôt m’indiqua qu’un des robots s’était visiblement enlevé la vie. Une seconde, ne suffisait-il pas que je frappe les dits robot pour que ceux-ci explosent? Non, il devait avoir une limite de vie, et un des êtres d’acier l’avait visiblement atteinte.

Trois explosions autour de moi suivirent. Enveloppé dans un nuage de chaleur, de force brute et de fumée étouffante, je ne pu voir venir le cinquième et dernier robot de Quat’ Bras. Robot qui se jeta désespérément sur moi, tel un kamikaze.

BOUM

Projeté au sol par la déflagration, je m’écrasai dans les débris qui traînaient déjà sur le plancher végétal, créant un trou de la forme de mon corps dans la terre de l’île.

Je me retrouvais désormais dans la même position que Goldorak, excluant le fait que je n’avais pas un bras cassé. Les morceaux carbonisés et cramés de mon manteau de marine tombèrent en poussières, en braise et en étincelles autour de moi lorsque je me relevai péniblement, tremblotant. La partie blanche de mon visage, couverte de suie ne put retenir un rictus de douleur lorsque je tâtai mes côtes. Déjà blessé aux côtes ainsi qu’à l’épaule durant l’expédition de reconnaissance de l’île, une blessure supplémentaire à cet endroit n’aidait en rien mon cas.

-Veuillez avoir l’obligeance rentable de permettre à mon intègre personne d’instaurer un fin à ce duel inégal, cher collègue. Dit Goldorak à Quat’ Bras qui ricanait toujours en observant les restes fumants ainsi que les cratères que ses inventions diaboliques avaient laissé sur le sol.

Goldorak, brandissant de sa seule main valide son marteau, s’avança tranquillement vers moi. Un léger sourire s’affichait désormais sur le visage du guerrier au marteau, j’allais probablement y passer.

Tout devenait flou autour de moi, le temps semblait devenir plus lent à chaque seconde qui s’écoulait. Partout, les bruits de combats devenaient lointains, comme aspirés par l’incohérence de mon esprit qui divaguait. Comme si cette fois-ci, le destin venait directement me mettre son pied dans la gueule pour me montrer qu’il avait gagné. Comme si petit à petit, mon univers s’écroulait, morceaux pas morceaux. Était-ce ça? Mourir?

Noir. Noir, comme si jamais nuit ni jour n’avaient existé. Noir comme si l’univers entier était drainé par un immense trou béant. Noir, comme si plus rien n’existait pour moi.

Puis un miroir. Un miroir au fond duquel ne se reflétait que le noir. Pourtant, lorsque je plissai un peu les yeux, j’aperçu une silhouette distincte. Ma silhouette. Je posai un regard sur mon corps, oubliant un temps le miroir. J’étais nu, mais surtout, complètement blanc. Surprise? Non. Ici, dans ce monde invraisemblable, je ne pouvais ressentir aucune émotion, les émotions étaient extérieurs, ici, seul mon âme pouvait agir.
Je reposai les yeux sur mon reflet. Un corps complètement noir, nu lui aussi, me faisait face. Deux yeux jaunâtres illuminaient la pénombre du reflet qui se camouflait parfaitement dans les ténèbres de ce monde.
Je ne pouvais vraiment expliquer comment je savais, mais je savais.

Ici, c’était mon esprit, là où Double Face était née.

« Alors Os’, on est à nouveau dans la merde. »
Une voix nostalgique, emplie de lassitude. Malgré tout, cette voix que je connaissais si bien semblait dénuée de toute méchanceté, de tout sadisme.
-Dark?
« Ce n’est pas fini Os’. J’en attend encore beaucoup de toi »
-C’est terminé Dark! Tu as bien vu ce qui va nous arriver!
« Non, TU crois que c’est terminé, mais nous sommes Double Face, et Double Face est éternel. »
-…
« Tu vas te relever Oswald, tu vas te relever et mener cette bataille à terme. Car Double Face est éternel. »

« Éternel »




« Éternel »



Ce mot fit écho des dizaines de fois, me propulsant à nouveau vers la réalité. Peu à peu, la lumière se fit présente, avalant ainsi les ténèbres qui peuplaient mon esprit. Puis ce fut à nouveau le champ de bataille, les morts, les cris et les tirs.

-Un dernier mot? Monseigneur Double Face?

°°DIVINE SLAM OF THE GREAT HAMMERBASHER°°

Je relevai la tête vers Goldorak, un regard victorieux s’affichant sur son visage brûlé. Sans plus de cérémonies, le marteau décrivit un arc de cercle à une vitesse vertigineuse pour venir s’écraser sur mon flanc droit. Au dernier moment, je plaçai le bras de façon à bloquer l’impact, puis un éclat de lumière éblouit la scène.

J’aurais dû être pulvérisé. Brisé en milles miettes. Mais rien de tout cela n’arriva.

L’impact fut incroyable. Un instant, le marteau vint doucement s’accoter sur le long de mon avant-bras, caressant mes muscles avec tendresse. Puis la gravité repris ses droits sur le choc qui se devait d’être terriblement excessif et violent. Une vague de force déferla dans mon corps, mais malgré tout, je ne bronchai pas. Mes pieds bien ancrés dans le sol ne faiblirent pas. Car maintenant, maintenant coulait volontairement en moi un nouveau pouvoir. Je sentais un fluide constant, m’apportant force et volonté se joindre à mon sang, s’y mélanger puis y disparaître.

Je n’étais plus qu’une lame, un être d’acier inébranlable. Le fruit tailladant prenait enfin ses droits sur mon corps, faisant de moi un homme indestructible.

Les yeux de Goldorak s’écarquillèrent de surprise et de peur devant mon corps maintenant argenté qui reflétait impitoyablement son visage blessé et incertain.

-Oui, un dernier mot. Double Face…
«…Est éternel. »

Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Soul
Soul
• Sergent d'élite •


Feuille de personnage
Dorikis: 3435
Popularité: 10
Intégrité: 0

Mar 4 Sep 2012 - 23:11

Bon je suis dans le pétrin un ennemi dont je ne connais pas du tout la puissance et actuellement sur le Léviathan, il est donc sur et certain que le navire devient une cible probable pour cet homme et je ne suis qu’un foutu marine pour lui. Alors que j’ai vraiment pas l’impression qu’il s’intéresse à moi je remarque qu’il n’a aucune arme !? Un FDD peut être ? Ne me dites pas qu’il se bat uniquement par la force humaine qu’il dispose . Pour vérifier je m’empresse de lui envoyer un violent coup de pied rotatif frictionnant dans l’air augmentant légèrement la puissance de frappe.

C’est quasiment impossible ce qu’il vient de faire, il a littéralement stopper ma jambe avec ces deux bras il n’a presque pas bouger ! Peut de gens je l’avoue avait déjà réussie à faire ça, je crois que j’ai mes réponses ; 1 – C’est clair est net il est très puissant et 2 – Il semble se débrouiller merveilleusement bien au corps à corps.

    (♠ Taiten ) - Alors tu est un adepte du combat au corps à corps ! Très bien je te combattrais au corps à corps dans ce cas là !
    (♠ Raiponce ) - Arrête dont ton blabla inutile, tu n’est qu’une vermine comme tous ces marines ! Ce bateau ne mérite pas de vous faire naviguer je compte bien le réduire en bouillie comme me l’a demandé Morvack !


Le réduire en bouillie ? Merde il veut s’en prendre au Léviathan, si il n’est pas opérationnel, quel pavillon pourra nous emmener jusqu’à MarineFord !?

Je dois protéger le bateau coûte que coûte, on oublie les hostilités quelques instants je dois me concentrer sur lu … *PIIIMM* Que ? … Que c’est t-il passer ? Merde mais je saigne de la bouche, il à réussi à tromper ma vigilance et venir m’infliger un uppercut, mais …, mais je ne peux plus parler et puis je saigne, il doit connaître les points sensibles du corps humain cet homme et dangereux je doit vite l’éliminer avant que ce ne soit … moi ! Je crache du sang et la douleur se fait vite ressentir dans le fond de la bouche, quasiment au niveau de la gorge. En plus j’ai du mal à respirer, l’enfoiré il à bien juger son coup.

Merde la situation et critique, son visage à complètement changé je ne fais que encaisser ! Gauche, droite, uppercut dans le ventre, gauche, droite, uppercut et il termine par m’envoyer valser dans le décors du Léviathan. Je suis ridicule à coté de lui, c’est vraiment pas le moment de l’idolâtrer, mais on sens dans ces mouvements une grâce et une coordination qui le rende furtif et totalement intouchables … à presque en devenir invincible. Que fait-il ? Merde faut que je me relève vite ou il va me … AAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHH !!!

Ce putain de pirate m’a écrasé les côtes et j’ai comme l’impression qu’elle sont fêlées ça fait super mal putain !!! Je vais quand même pas ! Si ! Vu mon état j’ai plus rien à faire dans ce monde de brute, puis j’ai pas été le marine exemplaire et loyal que le monde voudrais, je suis juste Taiten Mashida le Lieutenant-Colonel, cuistot des Rhinos Storm et le monde ne veux pas de moi, mais moi je veux l’aider alors une dernière fois je partirais du mieux que je peux. Je commence à avaler un canon se trouvant juste à coté de moi avec mes dernières forces puis le boulet qui se trouve à coté.

Ainsi je transforme mon bras en canon armé, une dernière chose à faire avec mes toutes dernières forces je réussi à me coller au ventre de Raiponce … et il est temps de dire adieu !

BOOOM !
Désolé les gars faudra un peu réparer, comme ça vous penserez un peu à moi !
Ha oui au faite ……… merci !

RIIIP Taiten


Dernière édition par Taiten Mashida le Mer 5 Sep 2012 - 9:47, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t1448-mashida-taiten-dobutsu-no-kenri-terminhttp://www.onepiece-requiem.net/t9586-soul-silver
Oswald Jenkins
Oswald Jenkins
••• Commodore •••
Double Face

♦ Localisation : Grand Line
♦ Équipage : Rhino Storms

Feuille de personnage
Dorikis: 7115
Popularité: -413
Intégrité: -400

Mar 4 Sep 2012 - 23:50


Goldorak ne put que pousser un faible gargouillement de surprise. Impuissant, il posa lentement les yeux sur son abdomen, là où venait d’apparaître une profonde lacération. Du sang se mit à affluer à nouveau par sa bouche, terminant de tacher sa barbe roussie. Perdant peu à peu contact avec la réalité, le colosse tomba à genoux. La légère secousse produite par ce mouvement fut suffisante pour provoquer une cascade écarlate de tripes et d’organes sanguinolents par la plaie béante qui le tuait à petit feu.

Finalement, dans un dernier soupir fatal, l’immense guerrier au marteau s’affala au sol, son arme de prédilection s’écroulant avec lui dans un bruit mât.

À mon tour je me relevai, désormais trois mètres derrière mon adversaire défunt.

La seconde où j’avais terminé ma phrase, juste après l’impact supposément mortel entre le marteau de Goldorak et mon bras, j’avais rapidement mis en pièces le géant. Pour ne pas dire en un instant. Il avait en effet fallut une simple seconde pour que je lacère d’avant en arrière le pauvre pirate.
Impressionné par ma propre performance, je regardai mes bras redevenu normaux, ceux-ci étaient désormais couverts du sang de Goldorak. La chemise noire et blanche que je portais habituellement sous mon manteau de marine n’était plus que lambeaux de tissus sur le champ de bataille, volant au gré des coups de feu, des cris et des âmes brisées.

Torse nu, je levai les yeux sur Quat’ Bras, toujours figé sur place par la scène qui venait de mettre un terme à la vie de son camarade. J’étais littéralement devenu un homme nouveau. Oswald Jenkins, la risée de la Marine sur les Blues mourrait ici, Double Face, le héros de la Route de tous les Périls naissait ici. Un éclair de confiance traversa mon visage, je n’avais pas encore perdu.

La situation dans la colossale clairière devenue champ de bataille semblait s’être améliorée. Une importante explosion avait réduit en cendre le mur est du fort et ébranlé la grande majorité de ses fondations. Je n’avais pas visiblement pas remarqué cet évènement pourtant si particulier. Probablement à cause des gob-gob-boum de l’homme à la peau verdâtre qui explosaient à tout vent. Peu importait, cette explosion, nous la devions à Rain, et c’était bon signe, le plan allait comme prévu. Bon signe, certainement car les pirates de Morvak, ébranlés par un tel aléa perdait graduellement du terrain et surtout, des hommes et des soldats la pelletée.

Apeurés par les flammes et les explosions incessantes qui ravageaient la clairière mais aussi le fort de Morvak, la plupart des créatures peuplant l’île, fauves comme reptiles, avaient fui par peur. Maintenant, la fin de ce combat se déciderait entre les hommes de Morvak et les fiers soldats du gouvernement.
Reprenant esprit après mon analyse des évènements, je toisai l’adversaire qu’il me restait à combattre. Un éclair de confiance traversa mon regard, Quat’ Bras allait y goûter.

-C’est bien que tu n’sois pas encore mort Double Face! J’vais pouvoir te tuer moi-même!
« Eh non mais tu la ferme connard de mes deux…! »
-Ça, c’est c’qu’on verra, s’pèce de microonde.

Sur cette réplique, je chargeai à toute vitesse mon adversaire. Cependant, la seconde où je clignais des yeux, cinq nouveaux robots explosifs faisaient leur entrée dans le combat, m’intimidant de leur tic-tac incessant.
-Mai…Mais qu’est-ce qu’on fait Dark?! J’veux pas qu’le même truc que tout à l’heure se r’produise moi!
« T’inquiète, je gère. Fonce dans l’taaaaaaas!!! »

J’affichai un sourire amusé en entendant le cri de guerre improvisé de Dark, je devais lui faire confiance. Ainsi donc, je continuai ma course effrénée même lorsque mes ennemis mécanisés vinrent mettre fin à leurs jours sur ma pauvre personne.

Soudain, je sentis à nouveau une puissante énergie affluer dans tout mon corps. Une sensation bienveillante de froid s’insinuait désormais dans chacun de mes muscles, durcissant ceux-ci à un point inimaginable. J’étais à nouveau un humain fait de lames et d’acier, un homme au fil plus tranchant que la lame du capitaine.

Les cinq antagonistes explosèrent tous de concert, creusant le sol par leur déflagration effroyable. Toujours sans m’arrêter, je m’enfonçai directement dans le nuage de feu et de fumée qui tuait toute âme vivante sur son passage. Une forte odeur de souffre envahie mes narines, mes jamais la chaleur ne me tua ou jamais les flammes n’eurent raison de moi, j’étais invincible. Éternel.

Une lueur de sadisme vint irriguer la noirceur de mon regard lorsque j’aperçus le regard complètement effaré de Quat’ Bras qui me voyait sortir indemne de cinq explosions combinées de ses inventions, l’épiderme rougi par les flammes épousant l’acier de mon corps. Tout en continuant ma course, je plaçai les bras en croix devant mon torse, le choc risquait d’être terrible.

Les bras mécaniques de mon ennemi, quant à eux adoptèrent à leur tour une position défensive.
Mes bras se décroisèrent au dernier moment, fendant de manière circulaire la matière devant eux. Surprise, j’ouvris les yeux, mes deux bras étaient arrêtés dans leur course.
-Nyhahohahohaho! Tu croyais t’en tirer aussi facilement que contre Goldorak?! Nan! Mes bras mécaniques sont faits du meilleur acier de Grand Line!
-…Merde.
-Et ce n’est pas tout! Ce n’est pas pour rien que l’on me nomme Quat’ Bras!
-Oh non me dit pas que…

Sans prévenir, deux bras robotiques supplémentaires fusèrent du dos du mécanicien pour venir chacun leur tour m’envoyer une baffe.
À nouveau projeté au loin, je ne ressentis pourtant en rien les dégâts normalement très élevés qu’une telle chute pouvait me réserver, merci au pouvoir de mon fruit du démon. Me relevant, le regard furieux, j’époussetai les débris qui recouvraient mon corps fait de chair.
-Un plan Dark?
« Nan là j’suis à sec désol…Hey! D’habitude c’est toi qui a des plans non?!"
-Bon sang…

Je soupirai, la fatigue gagnait à nouveau mon corps malgré les effets protecteurs du fruit maudit. Il me fallait terminer ce combat au plus tôt.

« Tu sais, si t’es trop fatigué. Peut-être que, peut-être que j’pourrais prendre la place t’sais! »
-J’ai déjà écarté cette option depuis un moment Dark, et je te serai reconnaissant de ne pas intervenir. Ce combat est celui d’Oswald Jenkins, pas celui de Double Face. Considérons ça comme une inauguration.
« Alors on y r’tourne! »

Je me lançai à nouveau dans un duel mortel contre mon adversaire. Ses quatre pinces dressées de façon menaçante pour le défendre. J’envoyai mon poing directement sur un des bras qui tentait de saisir mon cou, j’enchaînai en donnant un coup de pied latéral qui repoussa deux autres des bras du nain vert qui rigolait en les contrôlant à partir de son sac à dos High-tech. Trouvant une ouverture vers Quat’ Bras, mes deux bras redevinrent lames et je fonçai directement sur mon ennemi, ignora un instant de trop son quatrième bras qui vint me renvoyer à mon point de départ d’un uppercut qui me coupa le souffle. Retombant pathétiquement au sol, je regardai le ciel, penaud, tout en reprenant tant que bien de mal ma respiration.
À nouveau sur mes jambes, je fonçai à nouveau sur mon adversaire hilare qui réussit à nouveau à repousser mon assaut, une troisième fois, puis une quatrième…

-Bon sang! Tu n’te fatigues pas Double Face. Ton fruit du démon te rend un fier service. Ça f’sait un moment que j’en avais pas vu un d’ce genre, c’t’un puissant paramécia que t’as là, le fruit tailladant! Mais peu importe, c’dommage que c’fruit soit perdu à jamais…CAR TES UN HOMME MOOOOOOOORT!

Haletant et exténué, je ne pu rien faire pour empêcher Quat’ Bras de sortir de son sac une sorte de tablette où un énorme bouton rouge prônait, j’étais fait. Sans plus de cérémonies, Quat’ Bras appuya violemment de son poing sur le bouton vermillon tout en jubilant sur sa victoire prochaine.
Dans un bruit de tonnerre, une salve de fusées, non de missiles fusa du sac à dos High-tech pour se diriger immédiatement vers moi.
-Ceux-là tu pourras pas les esquiver Double Face! CRÈÈÈÈÈÈVE!

Une vague de désespoir vint balayer mon esprit, de telles armes ne feraient qu’une bouchée de moi, même si mon corps était fait d’acier, la logique même balayerait une tentative de protection ou d’esquive.
« T’as raison, y’a donc qu’une solution. »
-Dark?
« On va attaquer Quat’ Bras en pleine tronche! Et maintenant ! »
-Mais ses bras vont encore me foutre une raclée!
« Eh bah alors coupes-les ces putains de bras! »
-Mais ils sont en acier ses br…

J’arrêtai ma phrase, je voyais où Dark voulait en venir, rien ne pouvait arrêter Double Face. Je devais me débarrasser des bras comme du corps, et ce très rapidement. En effet, les missiles de mon adversaire fendaient désormais les cieux en laissant une traînée de fumée épaisse et noire dans leur sillage.
C’était maintenant ou jamais. Je devais agir. Lentement et calmement, l’acier se mit à recouvrir mon corps, mes muscles se raffermirent et mon corps s’affila devenant une lame humaine. Je plaçai un bras vers le sol, l’autre pointant vers les cieux. Le blanc visant les tréfonds de la terre, le noir toisant le ciel clair.
Le sifflement des têtes explosives se faisait de plus en plus près, ce n’était plus qu’une question de secondes.

Mes pieds s’ancrèrent dans le sol, mon corps devint lourd, comme si le poids de mes mésaventures venait m’écraser d’un seul coup. Mes yeux se plissèrent, ne laissant dans mon angle de vue que la figure verdâtre de mon ennemi. Puis je m’élançai, mes pieds donnèrent une ultime poussée qui me propulsa à la vitesse d’un ouragan vers Quat’ Bras. Je tournoyai dans les airs, fendant le vide de mon corps coupant. Les bras toujours parfaitement disposés.

Éclat de lumière.
Lame blanche et noire fendent le vent,
Noire perce les enfers, blanche illumine les cieux,
Et à jamais Double Face perdurera.

*HELLS AND HEAVENS SLASH*

Je repris conscience des évènements lorsque je me trouvais systématiquement derrière Quat Bras, celui-ci immobile. Comme pétrifié. Puis, sans prévenir, les quatre monstrueux bras mécanisés tombèrent chacun en morceaux, tous coupés aux mêmes endroits précisément. Puis ce fut le tour de Quat’ Bras. Soudainement, plusieurs giclées de sang fusèrent de ses quatre membres principaux, puis de son cou, il était mort sans même s’en être rendu compte. Puis finalement, la distance que j’avais parcouru au dernier instant vers Quat’ Bras fut marqué par une imposante fissure qui ouvrit le sol en deux. Et, terminant l’exploit inhumain que j’avais accompli, la physique reprit ses droits sur le corps de ma victime, créant ainsi une onde de choc qui traversa le pauvre corps du nain vert pour le démembrer définitivement. J’expirai. Puis…

BADABOUUUM POOOOWWWW BOUUUM BRRRRRRRRR BOUUUM

L’explosion provoquée par les missiles à l’endroit où je me trouvais un quart de seconde plus tôt fut effroyable. La déflagration envoya volé plusieurs soldats des deux camps un peu partout dans la clairière. L’explosion provoquée fut presque du même niveau que celle que Rain avait mise au point grâce aux feus grégeois volés. Un puissant vent vint me faire vaciller, me laissant haletant, à genoux au sol.
Un nouveau cratère enflammé et emboucané venait de faire son apparition dans la clairière de Little Garden.

Je restai un temps incalculable à genoux, voyant les morts s’accumuler et les armes tomber.
Puis une main vint se poser sur mon épaule, me faisant tressaillir. Je tournai la tête. Un visage couvert de suie et de sang, mais amical, m’observait. Un jeune marine à en croire par son uniforme et son physique. Lui à son tour eu un moment de surprise en voyant mes diverses blessures.

-C’est fini Sergent Chef Jenkins! On a gagné!!
Effectivement, un peu partout dans la plaine s’élevaient des cris de victoires.
-C’est fini…c’est fini…
http://www.onepiece-requiem.net/t3227-oswald-double-face-jenkins-t-as-un-probleme-avec-luihttp://www.onepiece-requiem.net/t3486-fiche-de-double-face
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1