AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


L'oiseau sort de sa cage .: FB :..:Rp en solo.:

Invité
Invité


Lun 3 Sep 2012 - 6:39

    38 875 312 Berry.
    Une somme qui peut vous sembler au combien ridicule ! Combien de pirate possède une mise a pris largement supérieure à cette somme ? Combien d'individu de par ce monde serait capable de laisser ce montant en pourboire à un serveur particulièrement aimable ? Combien de voleur dénigrerait un coffre contenant le double d'argent, trouvant ce total indigne de leurs renommés ?
    Et pourtant, il y a une personne en ce monde pour qui se chiffre est au moins aussi important que sa vie... peut être parce que justement il s'agissait de la somme qui lui rendrait cette dernière ? Mais l'individu en question n'a que faire de ses questions, car sous ses yeux ce montait exactement ce montant. Elle était surprise, trop même pour sourire ou affichait la moindre expression faciale. Ce jour, elle l'avait attendus, toute sa vie... une vie brève certes pour quelqu'un qui n'est âgé que de vingt-deux ans mais, je crois pouvoir affirmer que pour de nombreuses personnes, ses deux décennies auraient duré plus longtemps que toute une vie. Trente-huit millions, huit cents soixante-quinze miles trois cents douze Berrys le prix de sa liberté, la somme qui allait lui ouvrir les portes vers le vaste monde et la faire sortir de sa question d'esclave ! Glenn l'avait promis après tout... si elle réglait l'intégralité de la somme qu'elle lui devait, elle pourrait partir d'ici... Elle était devenue la meilleure fille de cette maison, avait enchaînée les clients comme nuls ne l'avait fait jusqu'à là ! Elle avait sacrifié sa propre dignité pour pouvoir sortir de cet enfer... Mais aujourd'hui, ça allait payer, aujourd'hui, elle serait libre !

    Pareille à une somnambule, elle prit la mallette dans laquelle la somme avait été rangée, marchant doucement, pas à pas, précautionneux... elle voulait marquer chaque spécificité de ce jour dans sa mémoire ! La voix de Lila qui chantait une chanson grivoise dans les douches, Daichi imitant un client lui faisant sa demande à mariage et le concert de rire des quelques filles qui assistaient à la dite imitation... elle avait l'impression d'être dans un rêve, la situation était irréelle... Et pourtant si ! Elle serait la première fille à rembourser sa dette envers Glenn, la première fille qui pourrait enfin sortir de cet enfer aux allures si paradisiaque... Après elle, d'autre suivrait son exemple, comprenant qu'il y avait une porte de sortie et qu'elles aussi avaient droit à la liberté.
    Enfin, la porte de Glenn... Elle frappa trois fois à la porte, compta quartes battement de cœur précipité et enfin, une vois sévère répondis : « Ouais ! »
    Déglutissant doucement, ses jambes aussi lourdes que le grand mât d'un galion, elle s'exécuta. Le grincement de la porte avait quelque chose de théâtral et à nouveau elle fut surprise par un nouveau sursaut de son cœur et faillis battre en retraite, elle n'en fit rien.
    Elle, si forte, si intransigeante d'habitude devait bien avouer qu'en ce moment, elle était à peu prêt aussi dangereuse qu'un oisillon sortis de son nid ! Et ce dernier allait justement épanouir ses ailes pour la première fois. « Ah, Pandora, je peux faire quelque chose pour toi ? »
Invité
Invité


Lun 3 Sep 2012 - 22:56

    Faire quelque chose pour elle ? C'était précisément ce que tu allais faire mais d'abord, mettons y les formes... S'asseyant avec précaution sur la chaise que son Boss lui avait indiqué d'un brusque mouvement de la tête, Pandora souleva sa lourde valise et la laissa tomber sur le bureau de Glenn. « Voilà la somme convenue, ma dette et réglée... »
    Aussi grand qu'un ours et devant disposer d'une force physique à peu prêt comparable, ce dernier n'en restait pas moins subtil et d'une étonnamment perspicacité. Aussi, avec la lueur qui animait son regard ne laissait guère de doute., il savait exactement de quoi son employé parlait et savait même de qu'elle façon il allait gérer ça. « Je me demande bien comment tu as pu amasser cette somme... aucune fille n'y est arrivée jusque là... et je sais précisément ce que tu gagnes vu que je suis celui qui te paie... » Payer ? Un bien grand mot pour les quelques billets que Glenn accepter de cracher à ses administrés... De toute façon Pandora ne pouvait décemment pas lui expliquer qu'elle avait pillé les objets les plus précieux de ses clients, notamment en faisant le mur où en laissant ses mains errer dans les poches des plus riches d'entre eux... les adjudicataire qui avait pour habitude de trainer dans le petit business de Glenn était étonnamment distrait quand on dandinait une paire de fesses sous leur nez... tellement crédule, tellement naïf... perdre une liasse de billet pouvait arriver à tout le monde après tout ! « La façon dont j'ai pu gagner cet argent ne regarde que moi, le principal est que j'ai rapporté la somme convenue non ? »
    Poussant un petit soupir désabusé, Glenn ce leva de son fauteuil et ce dirigea vers l'unique fenêtre de son bureau, contemplant d'un air absent quelques gamins jouant à chat, il se tourna lentement vers la jeune femme, un masque de culpabilité ornant son visage. Pandora connaissait suffisamment son patron pour savoir qu'il n'était pas suffisamment humain pour que cette expression soit authentique.

    Le vieil ours ouvrit la valise et jeta un regard maussade aux billets. « Ouais... il doit bien y avoir à peu prêt 40 000 000 de berrys là dedans... mais tu dois aussi comprendre qu'en une seule nuit, à toi seule tu me rapportes cinq fois cette somme. » Sortant un cigare de l'une des poches intérieures de sa veste, il le porta à sa bouche avant de l'allumer et de laisser un nuage de fumée s'échapper en direction du visage de Pandora. Cette dernière resta impassible et senti son sang ce glacer. Qu'allait-il se passer ? « Je ne peux pas te laisser partir ma belle ! Il y a maintenant plus de dix tu as signé un papier et maintenant tu m'appartiens ! J'ai de l'influence au niveau de certains bons clients qui font partie du gouvernement mondial... Si tu tentes de fuir... tu disparais !» Il appuya sur un bouton disposé innocemment sur le bureau et quelques instants plus tard Ayako et Asako,, deux gardes du corps que Glenn avait acheté et rebaptiser arrivèrent par la porte. « Accompagnez cette jeune femme à sa chambre. Ce soir je ne suis pas ici, l'établissement est donc exceptionnellement fermé, je compte sur vous pour assurer la sécurité. Allez, du vent ! »
Invité
Invité


Jeu 6 Sep 2012 - 7:39

    Hébétée... elle était proprement hébétée ! Au point que nulle trace d'assentiment ne transparaisse sur son visage. Le temps semblait s'être arrêté, sans même qu'elle ne s'en rende compte, la main rugueuse d'un des gorilles de Glenn l'avait pris par l'épaule avant de l'entrainer à sa suite vers sa chambre. En d'autre circonstance, elle n'aurait pas laissée un de ses idiots la promener ainsi ! Mais non... Près de quinze ans de soumission venait de se passer et ceci sans que rien ne semble les justifier.
    Elle était dans sa chambre à présent, fixant d'un air monotone la tapisserie bordeaux qui ornée cette dernière. Absente, déconnecté, elle était devenue incapable de penser, de réfléchir.... Celons toutes vraisemblances, elle avait été brisée. Comment justifier ses longues années d'esclavage ? Comment pouvait-elle encore se regarder dans un miroir sans sentir l'écoeurante odeur de l'humiliation lui montait au nez ? Pendant tout ce temps, elle avait accepté de se faire déshabiller, de laisser de parfaits étrangers de tout âge, de toute les nationalités profané son corps et ce pour une unique raison. La promesse d'être libre ! Comment avait elle été assez stupide pour tomber dans un piège aussi grossier... Celons les dires de son patron, il ne lui restait que deux options, la mort ou les phallus de pervers et ce jusqu'à ce que son corps ne soit plus assez attrayant pour pouvoir être vendue... ce jour-là, Glenn la revendrait surement à un bourgeois de seconde zone qui aurait besoin d'une femme de ménage où d'un bon punching-ball pour les jours difficiles.
    Il fallait donc choisir entre ses deux options... de nouvelles années de servitude où la fuite dans l'espoir de reconstruire le peu de dignité qui lui avait été volé.

    A sa propre surprise, un petit sourire vint éclaircir son visage, la question ce posait-elle seulement ? Non, elle n'allait pas accepter cette fatalité et s'engagerait à mettre tout en oeuvre pour sortir, ce soir même et en parfaite santé ! Le moment était parfait... une fermeture exceptionnelle de l'établissement et un Glenn qui ne serait pas dans les coulisses pour tirer les ficelles.
    Cependant, partir comme ça, tout simplement serait un cruel manque d'originalité et de classe... Elle devait rendre la monnaie de sa pièce à Glenn, trouvais un moyen de le briser comme elle l'avait été brisée... Puis filer le plus rapidement possible avant qu'il ne fasse recours à la marine ! Ce guignol avait largement les ressources nécessaires pour faire venir un bateau de guerre ici... Mais comment ?!!
    Si elle s'écoutait, elle ferait explosé toute cette foutu baraque, tempis si les autres filles devaient y rester ! A présent elle était tout à sa vengeance et rien au monde ne pourrait la faire dévier de sa trajectoire !
    Sauf que dans des cas comme ça... Si on a pas de force surhumaine, de super canon à disposions ou même les facultés intellectuelles de MacGyver afin de créer une bombe artisanale à partir de trois fois rien... Bah on était un peu dans la galère...
    Allez Pandora, réfléchis, réfléchis... il y a bien un moyen d'envoyer une maison Close au septième ciel !
Invité
Invité


Lun 10 Sep 2012 - 1:44

    Comment faire pour qu’un bâtiment fait de pierre puisse disparaître… Le faire exploser avec de la poudre à canon semblait une idée prometteuse mais, un bordel n’avais rien à avoir avec un arsenal et il était peu probable que son patron (aussi parano soit-il) est laissé des barils d’explosifs dans la cave. Un incendie ? Avec des points de départs multiples, le feu pourrait ravager tout le bâtiment… malheureusement, la roche n’est pas vraiment inflammable mais faute de grives, il fallait bien trouver quelque chose…
    Il n’y avait qu’une seule personne ici que la jeune femme avait l’intension de sauver, Taya, celle qui lui avait appris à ce battre. Ce tournant vers la porte, l’esprit encore confus, elle ouvris doucement cette dernière, et passa sa tête dans l’entrebâillement qu’elle venait de former. Le couloir était vide, quand Glenn n’était pas là, les filles était consignée dans leurs chambres… Normalement, le bâtiment était gardé par les deux gorilles du boss… Deux mecs, assez costaud mais qui ne jurais que par les katanas qu’ils avaient en permanence à leurs ceintures… bref des gars dangereux qu’il fallait peut être mieux éviter !
    Silencieuse, la jeune femme ce dirigea gracieusement vers la chambre de son amie, laisseé mourir la seule personne qui avait jouer franc jeux avec elle… Non, elle lui expliquerait la situation et ensemble elles trouveraient une solution !
    La chambre de Taya était devant elle à présent, combien de fois elle s’y était rendue... L’amie de Pandora était la personne qui lui avait appris l’art du combat et par conséquent lui permettre d’un jour espérer rejoindre un navire pirate… Elle lui devait tout !

    Essayant d’ouvrir la porte de la chambre, elle ce rendis compte qu’elle était fermé à clés… frapper risquer d’alerter les deux gus qui devait être en train de sillonner le bâtiment pour en assurer la sécurité. Plan C, forcer la serrure !
    Sortant une pince à cheveux de son imposante tignasse, elle glissa cette dernière dans la serrure, conta jusqu’à cinq et hop magie !
    « Taya ? »
    « Qui est là… Pandora ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ? »
    Rentrant pour de bon dans la chambre, elle tomba sur une Taya nue (comme à son habitude, elle aimait ce mettre à l’aise) en train de bouquiner à la faible lueur d’une bougie.
    « Taya j’ai… j’ai rassemblé les quarante millions de berrys mais… Glenn ne veut pas me laisser partir ! »
    « … Il fallait s’en douter ! Aucune fille n’est partie d’ici… et tu es selle qui lui rapporte le plus ! »
    « Je n’aurais jamais crue que bien faire son boulot pouvait rompre un contrat ! »
    « Pandora… il faut que tu comprenne qu’ici, tu n’es rien ! Nous ne sommes rien et toi peux peut être moins que les autres ! Dehors, nous avons une famille… toi, la seule chose que tu sais c’est que ta mère était une pirate qui est probablement morte aujourd’hui… tu ne tiendra pas plus d’une semaine dans le vaste monde ! Glenn à ses réseaux. »
    « Je vais tout détruire… tout… je vais brûler cette putain de baraque ! »
    «»
    « Si Glenn perd sa boite, les clients important lui tourneront le dos… il perdra crédibilité et pouvoirs ! Reconstruire un bizness comme celui là demande du temps et de l’argent… »
    « Je ne te laisserai pas faire… » Et elle sortis une arme à feux de sous son oreiller pour la pointé vers Pandora… Qu’est ce que Taya avait en tête ?

Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1