AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Un Pygmalion devenu Galathée

Invité
Invité


Mar 25 Jan 2011 - 19:01

La foule s’était regroupée près de la place principale. Les discours du Maire, dont l’éloquence égalait celle du clergé latiniste, endormaient progressivement cet amas de badauds hébétés. L’inauguration de la statue du vieux millionnaire Kazu Itchimatsu laissait planer un sentiment d’incertitude sur cette vaste assemblée. La réjouissance, qui illustrait ordinairement ce genre de fanfare, était ternie par la menace d’une attaque de pirates. La présence de cet homme outrageusement fortuné pouvait conduire à un enlèvement, triste prélude à une demande de rançon. Aussi, le gouvernement jugea judicieux d’envoyer des bataillons de marines s’assurer de la sécurité.

Kazu Itchimatsu accumula sa fortune durant la période de sécheresse qui sévit quelques années auparavant. L’économie de cette vaste agglomération reposait principalement sur les exportations agricoles, et cette absence soudaine de pluie avait plongé les locaux dans une situation difficile. Philanthrope et homme d’affaire, le vieux millionnaire mit en place un système d’irrigation qui, au travers d’une ingéniosité matérielle, relia les sources des reliefs aux vastes plaines souffreteuses. Benkei Shinzaburo fut naturellement déployé sur cette île.

Assis en tailleur sur le toit d’une maison, sa pipe en bouche, l’homme soufflait régulièrement des ronds de fumées. Cette triste habitude, en plus d’empoisonner ses poumons, lui donnait l’apparence d’un flâneur intéressé uniquement par la forme hasardeuse des nuages. Mais, sous cette pantomime de rêveur, l’attention du commandant atteignait une véritable acuité semblable à celle du faucon plongeant sur proie. Patiemment, il étudiait toutes les physionomies suspectes et altérées. On reconnaissait un marin à son teint généralement bruni, à ses manières maritimes et, surtout, aux différentes cicatrices qui viennent un jour déformer le corps des aventuriers.

L'immonde stigmate sur le visage de Benkei attestait de cette dernière affirmation, et son œil aveugle ne manquait pas de lui rappeler sa difformité. La Claymore du commandant reposait à ses côtés. La lame étincelait sous le soleil puissant de WestBlue. Véritable ouvrage de colosse, Benkei s’en servait comme d’un rétroviseur, comblant ainsi les angles morts par le reflet qu’elle délivrait. « Je devrais peut-être passer en revue les patrouilles déployées, pensa-t-il, d’après mon expérience certains s’endorment aussi vite qu’une carpe devant un tabouret ». Dans un bruit d’articulations mal préparées, il se releva, éteignit sa pipe et se dirigea vers la foule.
Invité
Invité


Mer 26 Jan 2011 - 13:57

Un Pygmalion devenu Galathée


Une belle journée ensoleillée ! Ça faisait bien longtemps qu'il n'y en avait pas eu . Hier j'étais rentrer de North Blue suite à ma mission de recherche d'un jeune fillette blonde qui s'était perdu ... fin bref je ne vais pas rentrer dans les détails sinon j'en n'ai pour bien trop longtemps. Mon petit singe de compagnie était sur mon épaule et nous marchions cette fois-ci dans les rues d'une petite île de West Blue .

J'avais pas vraiment de prétexte de mis rendre mais j'y étais et puis c'est tout. Il y avait au milieu de cette grande place une foule énorme , ils s’étaient tous placer autour de cette statue qui représentait un homme , que je connaissais du nom de Kazu Itchimatsu . C’était un vieux millionnaire qui vivait sur cette île de West Blue . Je scrutais la foule en le cherchant mais il semblait qu’il n’y était pas , tant pis .

J'avais une légère phobie de la foule et tout ce qui pouvait créer un amas de personne en grosse quantité s'y je puis dire . Donc pour éviter tout cela je chercha une issue pour me permettre de voir cette assemblée sans avoir à supporté tout ces gens . Je finis par trouver , derrière le comptoir des personnes qui faisaient leur déclaration inutiles habituel , sur le toit mais j'eu une légère surprise.

En face de moi , c'était plutôt improbable de trouver quelqu'un sur un toit , ce trouvait un homme Assit en tailleur sur le toit d’une maison, sa pipe en bouche, l’homme soufflait régulièrement des ronds de fumées. Et semblait réfléchir aisément à quelque chose , mais quoi j'en sais trop rien . J'attendis quelques temps à quelques mètres de lui mais il semblait tant préoccuper que rien ne le fit bouger d'un poil . Je finis quand même par l'abordées en pensant qu'il me répondrait peut être :

« Bonjour , qui êtes vous ? »

L'homme me dévisagea tout en surcotant , il semblait vraiment ne pas m'avoir vu avant que je lui adresse la paroles . Je ne vous cacherez pas que j'en savais rien de son identité et que je ne pouvais prévoir le fait que ce soit un ennemi . Pourtant il semblait bien sympa mais n'oublions pas que les apparences reste parfois fort trompeuses .

Il réfléchissait à quelque chose , il devait se demander la même chose que moi "ami ou ennemi ? " . Je le voyais dans son regard qu'il hésitait à m'en dire plus sur son identité et qu'il percevait en moi un doute d'être un amie . J'attendais toujours une petite réponse de sa part ;


Dernière édition par Bear D. Seiko le Jeu 10 Fév 2011 - 11:44, édité 2 fois
Invité
Invité


Jeu 27 Jan 2011 - 6:17

Le regard du commandant se posa avec surprise sur le jeune inconscient. Son entourage, connaissant le caractère terne et suffisant du militaire, peinait à déceler en lui une quelconque forme de sympathie. Les traits de son visage lui donnaient un air farouche. La silhouette militaire de Benkei, dont les cicatrices venaient enrichir ce faciès indélicat pour les vanités d’usages, tenait le plus souvent à l’écart les créatures sociales en quête de l’ivresse mondaine. Incapable d’entretenir une conversation autre que sérieuse, il avait pris l’habitude de demeurer loin des hommes pour parfaire son isolement.

Pourtant, dans les yeux du garçon, il décelait une étincelle de curiosité amicale, inédite à son quotidien, qui le décontenança quelques secondes. Pourquoi venait-il lui parler ? Quelles étaient donc les forces invisibles en action pour que l’on se risque au dialogue avec une créature formée uniquement à la guerre ? Il dévisagea pendant de long moment le jeune marine. Les paupières battantes, il s’approcha de son interlocuteur et dans un sourire feint, il s’efforça de répondre à son indiscrétion :

« Je suis, jeune homme, Benkei Shinzaburo, commandant au service de la marine. J’ai été déployé pour m’assurer de la sécurité de cet évènement. Si vous croisez un pirate, n’hésitez pas à en informer mes hommes ou moi ».

À peine avait-il terminé sa phrase qu’une ombre suspecte croisa son regard. Au milieu de la foule, enveloppé dans un manteau brun, un homme s’agitait anormalement. Inattentif au discours du maire, il scrutait les environs et hochait régulièrement la tête en signe d’approbation à un ordre qu’il devait recevoir d’un tiers. « Bon sang, maugréa Benkei, on ne peut pas passer une journée tranquille sans que ces maudits forbans ne viennent tenter de s’enrichir. »D’un geste rapide, il plaça sa gigantesque claymore dans son dos. Il fit signe à l’un de ses subalternes de saisir le suspect et de l’amener dans une petite ruelle isolée. L’opération se déroula en toute discrétion. Pendant cet intervalle, il reporta son attention sur le jeune homme.

« Votre stature et votre attitude me portent à croire que vous êtes aussi un membre de la marine. Je vous demanderai de m’accompagner, nous ne serons jamais trop de deux pour interroger ce scélérat. Puis-je compter sur votre discrétion ? » Les yeux de Benkei devinrent alors sévères, un refus ou une tentative maladroite de se défiler serait immédiatement interprété comme une injure personnelle. Il attendit la réponse, espérant cette dernière positive.
Invité
Invité


Jeu 27 Jan 2011 - 19:30

Un Pygmalion devenu Galathée


Pendant que nous parlions, nous avons pus repérer au loin dans la foule un homme qui paraissait louche et qui semblait discuter à distance avec quelqu'un d'autre . Benkei ordonna à ces hommes de l'attraper , c'est ce qu'ils firent comme il faut mais L'homme au multiple cicatrice impressionnante me demanda :

« Votre stature et votre attitude me portent à croire que vous êtes aussi un membre de la marine. Je vous demanderai de m’accompagner, nous ne serons jamais trop de deux pour interroger ce scélérat. Puis-je compter sur votre discrétion ? »


Les yeux de Benkei devinrent alors sévères, un refus ou une tentative maladroite de se défiler serait immédiatement interprété comme une injure personnelle . Il avait compris que j'étais de la marine moi aussi , finalement après réflexion je me rappelle avoir entendu parler d'un certain Benkei Shinzaburo c'était donc lui. Je ne tenta donc pas de contre dire ces paroles et lui répondit :

« Bien sur comptez sur moi , je serais discret ! »

A peine cela dit , nous étions déjà tout les deux prêt à nous rendre discrètement dans la foule pour emmener l'homme louche dans une salle à l'écart de toute personne . Les hommes de Benkei l'assir de force sur une chaise poser au centre de la pièce . C'est ensuite que Benkei sortit le grand jeu étant un homme d'un physique d'un homme musclée et puissant ont aurait pus croire qu'il allait employer sa force brute mais non au fond Benkei n'était pas comme sa il ne fit que le questionner

Cela dura pendant 10 minutes, l'homme en prenait plein la tête , des questions à tout va . Benkei était fin et intelligent , il savait comment si prendre pour faire sortir les informations du crane de l'homme. Mais on ne sait trop d'où un coup de feu retentit et fit exploser une vitre du bâtiment en mille morceau , la balle tirée venait de traversé la tête du gars sur la chaise.

Personne ne s'attendaient vraiment à cela , un vent de panique eu lui pendant quelques temps dans la pièce . Seul moi et Benkei restait plutôt calme , c'était pas mon genre pourtant de rester calme dans une situation telle qu'elle . Malgré tout le calme revint en tout le monde , une petite discussion s'imposa avec le marine plus âgé que moi . Ont en conclus vite que c'est coéquipier avait peur qu'il dévoilent leur identité ou instructions importantes pour nous et l'avait donc exécuter par un tireur d'élite .

La situation devenait très critique , seul Benkei pouvait décider de la suite des évènement , étant d'un rang plus faible que lui dans la marine je ne pouvais pas décider pour lui . Je le fixa donc pour lui faire comprendre qu'il fallait faire quelque chose et vite !


Dernière édition par Bear D. Seiko le Jeu 10 Fév 2011 - 11:43, édité 2 fois
Invité
Invité


Lun 31 Jan 2011 - 7:25

[ HRP : Salut, je suis désolé pour l'attente et pour ce post bâclé ! En ce moment, je suis surchargé d'obligations, mais je devrai pouvoir poster tous les jours à compté d'aujourd'hui. Excuse moi pour l'attente et pour la qualité médiocre de mon RP Embarassed]

Le regard empli d’une fureur nouvelle, Benkei s’approcha du prisonnier. Le devoir militaire exige certaines entorses à une morale commune. Souvent prêchées par les penseurs inertes, ces bonnes mœurs offrent une ligne de conduite dont il est difficile de s’affranchir sans y perdre une part d’humanité. Le commandant connaissait les exigences de l’uniforme, et bien qu’il fût souvent disposé à entreprendre le nécessaire pour garantir la victoire à son parti, la perspective d’une inquisition perpétrée par ses soins suffisait à affaiblir ses convictions. Son dilemme s’acheva sous la détonation d’une arme. Une balle perfora la poitrine de son prisonnier, libérant dans l’impact une gerbe de sang qui vint tâcher son précieux manteau.

« Maudits pirates, s’écria-t-il surpris, toujours disposés à entacher l’image du gouvernement ! » Il sortit en vitesse sur le parvis du bâtiment et inspecta les alentours. Il donna rapidement ses ordres, exigeant que l’on patrouille méthodiquement le quartier pour retrouver l’assassin. « Monsieur, dit-il à Bear, je compte sur vous pour protéger Itchimatsu. Il est la cible de ces pirates, défendez-le, dussiez-vous y laisser la vie ! » Un bruit d’épées entrechoqués se fit entendre quelques mètres plus loin, et Benkei, dont la colère ne cessait de croître depuis la mort de son captif, s’y précipita, laissant aux soins de Bear D. Seiko la mission de maintenir en vie l’excentrique millionnaire.

Un bataillon de marine était aux prises avec un des pirates. Quelques cadavres jonchaient le sol et les civils, effrayés à l’idée d’une mort prochaine, cédaient à la panique. D’un geste, Benkei saisit son épée et se rua sur l’ennemi. Le combat fut bref : d’abords, il contra l’attaque transversale de son adversaire puis, engageant un moulinet, il ébranla sa défense et lui trancha le bras gauche. L’homme s’effondra au sol dans un cri d’agonie et ses subalternes, délaissés du devoir martial, se chargèrent de son arrestation. Après avoir essuyé sa lame, le commandant courut en direction du millionnaire où Bear était supposé l’attendre. Apparemment, le gros des troupes ennemis s’attelait déjà à les attaquer.
Invité
Invité


Sam 5 Fév 2011 - 9:13

Un Pygmalion devenu Galathée



D'après Benkei , pour me rendre utile je devais m'occuper du vieux millionnaire du nom de Kazu Itchimatsu . L'idée me plaisais alors je mis rendis au plus vite avec quatre autres subalternes de Benkei . Une fois en place ont se mit chacun d'un coté du millionnaire pour bien le protéger .

Les groupe d'assaillant ennemi venait de tout les coté au fur et à mesure du temps , Mon petit groupe était bien occuper pour l'instant , il ne fallait pas que un de mes gars perde le coup et créer une faille pour les ennemis qui étaient pret à tuer le vielle homme . Mais au faite pourquoi le tuer , ils étaient tous venues pour ça mais , alors pourquoi le tuer ?

Surement des dettes non payées envers leur chef ou un truc comme sa ?! Du moins c'était pas trop le moment de penser à cela . Je ne savais pas ce que Benkei faisait actuellement , j'avais peur d'échouer les premiers ordres que l'on m'avait donne durant ma carrière . Mais un bruit soudain de cornes de brumes retentit dans toute la place .

Suite à sa on vit tout combat s'arrêter et les ennemis disparaitre un par un . Pour positiver je me dis que l'on avait réussis à leur tenir tête mais le soucis c'est que je ne cessais de me demander , que je cria finalement tout fort :

« Mais non de dieux , c'est quoi ce bordel !!! »


Je finis par retrouver Benkei et les hommes qu'il avait emmener avec lui , dans le hangar ou nous avions interroger l'homme ennemi ce matin . Je demanda à Benkei s'y il connaissait se son de corne de brume , d'après lui il s'agirait d'un groupe d'assasin car il semblerait que cette corne de brume soit leur signature .

Il m'expliqua aussi qu'ils utilisaient ce procédé de replis , en cas de réflexion . J'en conclus qu'il fallait faire vite car ils allaient bientôt revenir . j'avais emmener le vieux millionnaire avec moi dans le hangar . Je laissa Benkei s'occuper du reste. C'était la première fois que je rencontrait des assassins et je ne connaissait pas leurs procédés de combat .

Je laissa une fois de plus Benkei gérer la prochaine tactique . Lui seul avait l'expérience requise dans l'art de diriger un grand groupe de Marine . J'avais hâte d'un jour me retrouver à sa place .



Dernière édition par Bear D. Seiko le Jeu 10 Fév 2011 - 11:43, édité 3 fois
Invité
Invité


Lun 7 Fév 2011 - 20:35

L’empreinte du sang souillait encore les armes du commandant. Son œil valide, faible témoin de l’animosité des boucaniers, vacilla sous le poids d’une paupière suppliant d’abaisser son voile d’obscurité. L’ambition seule permettait à un homme de supporter une telle vision de mort. Une danse funèbre, soutenue par le rythme des entrechocs de lames fantomatiques, animait cette journée au delà de la fanfare festive qui, encore ce matin, embrasait le cœur des citoyens innocents. Devant ce Pandémonium de Milton, le vétéran sombrait dans la contemplation morbide d’une folie tristement humaine ; sous ce décor de guerre gisaient des espérances éteintes, des rêves inassouvis, des moments abandonnés à l’avidité de pirates opportunistes, un enfer risible où la force régit d’une poigne insensible le trésor que représente la raison.

« Est-ce là l’héroïsme romanesque qui habite ces trépassés ? Les agonies hurlantes de ces hommes ne peuvent émouvoir les forces supérieures, viles spectatrices de nos faiblesses dont l’ego se rassure, selon la logique d’Arès, afin de saluer cet art criminel. Je connais la guerre, Mars a béni mes mains de la rigueur du fléau, du tranchant de l’épée, de la rapsodie guerrière qui aujourd’hui gouverne le monde et le consume dans les flammes d’une bataille centenaire. Pirates, Marines, quelle différence si le sang doit s’écouler à chacun de nos pas ? Devrais-je, comme ces écervelés dont les cris ne font qu’affamer les corbeaux, m’offrir en pâture à la terre souillée de nos crimes ?»

Benkei s’adressait à l’invisible. Il ne se souciait plus de ces hommes. Une transe assassine envenimait son âme d’un poison macabre, et son cœur, autrefois soucieux de la justice divine, réclamait sans attendre le courroux de l’auguste Tartare. « Ah, si seulement les flots de l’Achéron venaient m’emporter dans les abysses avariés de son sein, je boirai à gorgées de Titans chaque gouttes putrides que sécrètent ces visages figées par le trépas. » À quelques mètres du commandant, un corps poussait des râles de souffrance. L’homme s’agenouilla près du forban, et d’une main couverte de sueur, il enfouit deux doigts dans la gorge du malheureux. « Regarde bien pillard la grimace de ton bourreau, contemple ta mort dans ses yeux revanchards et laisse la poussière t’emporter. Ce masque est celui de l’espoir, et qui s’y dévisage affronte le Farghestan ! »

Les soubresauts de sa victime se transformèrent en convulsions ; les mains se raidirent dans un craquement d’os assourdissant ; les yeux bleus du pirate roulèrent une dernière fois avant de s’éteindre dans cette lente agonie ; la langue, semblable à un serpent en fuite, tomba au niveau de la mâchoire ; les jambes se tendirent puis s’apaisèrent au sol ; une odeur d’urine se dégagea de l’assassiné, et dans un élan de trouble incontrôlable, Benkei Shinzaburo éclata d’un rire frénétique. Le diable s’était emparé de l’homme, l’humanité d’un officier céda la place à un spleen démoniaque, et le front ridé, qui quelques minutes auparavant dégagé cette bonhommie innocente, céda sa place aux traits de la culpabilité la plus pure. Il se tourna vers Bear qui venait de pousser son cri de désarroi.

« Ce bordel ? C’est le fruit de l’avidité qui tombe de son arbre, c’est la décadence d’un monde malade, c’est la nouvelle ère d’une piraterie sanguinaire et corrompue. Ce bordel… C’est le prélude à ma colère ! »
Invité
Invité


Jeu 10 Fév 2011 - 11:39

Un Pygmalion devenu Galathée


C'était plus le même homme qui se trouvait en face de moi , celui-ci était avide de cruauté . Sa violence se laissait paraitre dans son regard , il venait tout simplement d'exterminer sa victime telle un guépard qui n'a pas manger depuis longtemps, plongeant sur sa proie . Benkei venait de se métamorphoser en une bête cruelle sans arrière conscience .

Bien évidemment je pouvait m'empêcher de lâcher un petit cri d'agonie , aussi pour faire comprendre à Benkei qu'il était entrain de perdre le contrôle sur lui même . j'essayai de me reculer un peu de Benkei pour éviter le moindre accrochement avec lui car je savais très bien que c'était lui qui aurait eu le dernier mot. Je tenta de le résonner mais je pense que tout ce que je lui disait ne l'intéresser et même l'atteindre vraiment.

Je ne voulais pas rester avec Benkei , je sentais bien que même pour moi c'était devenus un grand danger , je partit donc une nouvelle fois sur le toit ou je l'avais justement rencontré . En haut on pouvait voir loin c'était exactement ce qu'il me fallait mais à ma plus grande surprise je tomba nez à nez sur un assassin . Dès notre rencontre l'assassin m'envoya des sorte d'aiguilles que je réussis à esquiver .

Ce que je n'avais pas vu c'est quelle avait au bout de chacune , dissimuler , un petit explosif qui tous ensemble faisaient l'équivalent d'un explosif normale . Le souffle de l'explosion me brula légèrement la peau et me mis au tapis par un coup de pression . Cela c'était pas si vite que j'eus le temps de rien , mes brulures me faisais très mal mais malgré sa je pouvais encore bouger .

Je me releva avec grandes difficultés mais j'eus a peine le temps de le faire que l'assassin avait repris son élan pour enfoncée son épée droit dans mon abdomen . Je lâcha , très fort , un cri de douleur atroce , mon ennemi retira son épée de mon corps , pour me faire mal et me faire saigner énormément . J'étais en très grand danger je venais d'être brulé puis j'avais maintenant un trou dans le ventre .

Je commençais à perde conscience . Je voyais tout l'horizon et l'assassin devenir flou et ses paroles étaient identiques à celles de paroles d'un robot . Sa y est je commença à tomber à même le toit du bâtiment , mais l'assassin allait m'achever et se serais la fin pour moi . Seul un miracle pouvait me sauver mais c'est pas moi qui tuerais l'ennemi qui était trop fort . Mais là je vis un homme habillé comme un haut gradé de la Marine qui tuas sous mes yeux l'assassin . Mais la mes deux yeux se fermèrent d'épuisement et je me croyais mort pour de bon .

Je ré-ouvrit les yeux . Au dessus de moi ce trouvait un luminaire qui produisait une forte lumière . Je me rendis vite compte que je me trouvais dans un lit , posé au milieu d'un pièce vide . J'entendis une porte grincé , j'observais mes bras et mes jambes qui était bandées et qui ne saignait pus . La jeune femme qui avait ouvert la porte s'approcha de moi et m'expliqua que le marine qui m'avait sauvé , m'avait aussi ramené ici . Grâce à lui j'avais survécus mais je devrais attendre au moins 2 jours pour me remettre de mes blessures graves .

[Hrp: Benkei le rp est fini ]
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1