AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


♥ Une rencontre angélique ♥

avatar
James Fermal


Feuille de personnage
Dorikis: 4530
Popularité: +256
Intégrité: 121

Lun 17 Déc 2012 - 17:40

Enfin !! J’avais réussi à reprendre la direction de la mer du Nord ! Ca faisait des semaines entières que j’errais dans la mer du Sud et que du coup, je ne parvenais pas à retrouver Tanuki, l’île où j’avais laissé Sören. Il devait se demander où j’étais passé à force. Je remarquai toutefois une chose, malgré les nombreux voyages en bateau que j’avais fait depuis que j’étais dans ce monde, mon envie de vomir n’avait pas diminué depuis le premier jour. Ces allers et retours entre l’avant, l’arrière, la droite et la gauche mettaient toujours autant mon estomac à rude épreuve. Et celui-ci jeta les armes pour la troisième fois de la journée.

Cette fois, j’avais embarqué sur un navire de pêcheurs dont le principal sujet de conversation était la façon de préparer des sushis en fonction du poisson. Comme je ne savais pas ce que c’était un « sushi », je préférai subir mon mal de mer en silence dans mon coin, sans prendre part aux conversations. Mais après deux jours de voyages, je n’en pouvais vraiment plus ! Je m’approchai du capitaine en rampant à moitié et demandai quand je pourrais débarquer au plus vite. Il me donna plusieurs îles qui se trouvaient dans les environs, m’expliquant ce que je pourrais y trouver. L’une d’elle retint mon attention.

-Torino ? Ouais, c’est l’arbre géant. Je t’déconseille d’y aller, les gens là-bas sont bizarres.
-Un arbre géant ? Houmpf ! Mais c’est exactement ce qu’il me faut…Beurp !
-Sûr ? Okay, s’toi qui voit, mon gars !

A peine deux heures plus tard, je pouvais enfin ramper désespérément sur le sable chaud. Il me fallut quelques minutes pour me remettre de mes émotions et me décider à me relever. Je me mis sur un coude et levai la tête vers la fameuse île. C’était un immense arbre dont les feuilles formaient des plateaux. Sa cime montait si haut qu’elle dépassait les nuages, mais seulement les bas, c’était évident. Je n’avais jamais entendu parler d’un arbre qui reliait Skypiea et le monde d’en dessous. Les humains essayaient simplement d’atteindre les anges, chose que je comprenais parfaitement. Enfin, allons toujours voir, peut-être qu’il y a tout de même des anges comme moi.

J’avançais en regardant un petit peu partout autour de moi. De nombreux humains étaient présents, certains presque nus, d’autres avec de la peinture sur le corps, certains même avec des os qui leur traversaient le nez. Effectivement, les gens étaient bizarres sur cette île… Mais pas d’ange à l’horizon. A force de marcher, j’arrivai au pied de l’arbre. Vu d’ici, on ne voyait qu’une immense boule de feuilles entremêlées dont certaines se détachaient avec le vent.

-Bordel ! J’en ai reçu dans l’œil !

Baissant vivement la tête, je me mis à me frotter l’œil en pestant. Bon, ne nous énervons pas, il fallait que je monte pour voir s’il n’y avait pas un passage vers Skypiea là-haut. Mais après avoir fait trois fois le tour, je ne trouvai pas les escaliers. Je commençai à perdre patience… Soudain, au détour d’une rue, je vis une chose blanche disparaître à l’angle. C’était pas… Trop rapide, trop furtif, je ne pus assurer que… Je pressai le pas et zigzaguai entre les gens sans intérêt. C’était trop bref, de rares petites apparitions trop courtes pour que je ne puisse affirmer quoi que ce soit. Mais j’en étais quasiment certains, je venais d’apercevoir une paire d’ailes ! Je finis par courir carrément afin de rattraper mon retard. Mais alors que je tournais au coin de la rue, je percutai celle que je poursuivais. Je n’avais pas rêvé, ou alors c’était encore le cas. J’avais devant moi une magnifique ange ! Des ailes à vous couper le souffle, je vous raconte pas. Mon cœur bondit à la vue d’une compatriote. Depuis le temps… Je me relève rapidement, époussette mon pantalon et lui tends la main pour l’aider à se relever.

-Désolé, j’étais très pressé de te rattraper. C’est pas tous les jours que je croise quelqu’un de ma race depuis que je suis tombé ici. C’est possible de remonter à partir d’ici ?

Je ne pouvais pas m’empêcher de loucher sur ses plumes. C’était malpoli, mais c’était plus fort que moi. J’espérais qu’elle ne le remarquerait pas.
avatar
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Jotunheim

Feuille de personnage
Dorikis: 9099
Popularité: 724
Intégrité: -503

Sam 22 Déc 2012 - 13:30

Note pour plus tard : ne plus boire excessivement avec des matelots de bas étages… Surtout en mer. Bon, au final j’ai gagné mon billet vers une autre île que notre destination, mais à quel prix ? Je ne vais plus pouvoir utiliser ma main gauche pendant quelques temps… Quoi, vous comprenez rien ! Bon d’accord, j’vous raconte.

Au port précédent, comme à mon habitude, j’ai réussi tant bien que mal à dénicher un bateau pour pas trop chère avec pour seul critère de choix, que je voulais aller vers Grand Line… Le capitaine de se navire ci m’a dit qu’il m’en rapprocherait, et je n’ai pas eu besoin de plus de précision pour embarquer. Sauf que voilà, ce crétin m’emmène vers Torino, île où je suis déjà allée, et à moins que je ne tourne en rond sur South Blue depuis mon départ de chez moi, bah ce fichu capitaine m’a roulé !

J’ai eu beau râler, rien à faire… Il m’a affirmé qu’il n’avait pas menti, et comme mes connaissances géographiques ne sont pas très poussées, j’n’ai pas trop insisté. C’est là qu’y’a un type qui ma proposer de boire pour oublier… La belle connerie tient… Ma pauvre petite main…
Bref, après trois ou quatre verres, j’me suis remise à râler un peu, et y’a un autre crétin qui m’a dis que j’avais qu’à rester un peu plus longtemps avec eux… Il ne me donnait pas vraiment envie, lui, et ses potes non plus. Mais au final, c’était la meilleure solution. Restait le problème de l’argent, et comme l’alcool délit la langue, je leur fis par de mon problème.

C’est là qu’un troisième ivrogne est intervenu, proposant des paris stupides. Un bon moyen de se faire de l’argent, à condition de gagner… ça à commencer avec un jeu à boire… Qui que soit mes parents biologiques, je les remercie de m’avoir légué un foie plus résistant que la normale… ça m’a permit de tenir le premier round, éliminant presque la moitié des concurrents et mettant ainsi au centre un bon paquet de berrys. Comme je sentais que j’atteignais ma limite et que malgré tous mes verres, j’avais mon objectif bien en tête, je proposais un nouveau jeu : l’épreuve du feu. En tant que forgeronne, ça me paraissait avantageux. Chacun prit une feuille de papier et l’embrasa : le dernier à garder sa feuille dans les mains gagneraient. Nous sommes trois à avoir réussi cette épreuve jusqu’à combustion totale de la feuille… Comme quoi, alcool anesthésie plutôt bien… on dira ça…

Bref, fallait nous départager, plusieurs idées furent proposées, mais ce n’était pas assez « drôle » pour le public… Voir des gens se mutiler c’était plus fun apparemment. Quelle bande de joyeux cinglés… On fut donc trois armé d’un couteau, celui qui s’entaillerait le plus la main gagnerait… Quel jeu de con sérieux ! Enfin, cumulé avec leurs brûlures, ils ne tinrent pas longtemps. C’est ainsi que je gagnai ce fameux pactole… Pour ensuite le refiler au capitaine du navire pour avoir la chance de pouvoir me casser de Torino assez rapidement.


Bon, tout ça c’était le pourquoi j’ai ma main qui me fait mal, là tout de suite… On vient d’arriver sur cette île de « faux » sauvage, j’ai eu toute la matinée et le début d’aprèm pour décuver, j’ai faim, et j’ai bien envie qu’un médecin me répare… Non parce qu’avec ce bandage miteux, ça risque pas accélérer le processus de guérison. Et comme d’hab, j’ai pas un rond… Avec un peu de chance, le médecin me prendra en pitié et me fera ça gratuitement ? Par contre, pour la bouffe, c’est autre chose… Bon, j’suis encore assez loin de l’hypoglycémie, alors hop, direction un toubib !

J’demande à un gosse du coin de m’en indiquer un, et avec ses infos, je me dirige. Le truc que j’ai pas remarqué, c’est que d’un coup, on vient de me prendre en chasse… Et peu de temps après, bim ! J’me retrouve par terre, à plat ventre! Aie ! Ma pauvre main… Grrrr, me voilà furax… Je vais lui défoncer sa tronche à ce mec qui ose me foncer dessus comme ça. Il me baragouine un truc, je me retourne dans l’idée de l’engueuler, lui dire que c’est un danger public, le tout avec une épée en main pour bien l’effrayer. Mais je l'aperçois à peine que je comprends enfin le sens de sa phrase… Oui bah, j’ai p’t’être pas totalement décuvé… Faut le temps que l’information pénètre mon cerveau… Heureusement, la vue des deux petits bouts d’ailes aide beaucoup à cela…

Première fois de ma vie que j’en voie un d’ange autre que mon reflet dans un miroir… Vous imaginez le choc ? Moi qui est toujours voulu savoir d’où je venais ? Comment était les autres ? Bah j’en ai un sous mes yeux. Réaction ? Bouche ouverte, regarde fixe, bref, j’suis sous le choc.

J’ai tant de truc à lui demander ! Tant de questions me viennent !

Be… Ba… Be…

C’est les seules choses que j’arrive à prononcer dans un premier temps. Puis, y’a eu le déclic.

MAIS T’ES UN ANGE !!!!!

Je ne lui laisse pas le temps de parler que je passe dans son dos pour mieux voir ses ailes, les toucher et tirer un peu dessus pour bien vérifier que ce n’est pas une blague qu’on me fait.

MAIS T’ES UN VRAI ANGE !!!! Oh, bordel !

Je le prends dans mes bras, je suis trop émue.

Ça fait des années que je rêve d’en rencontrer un comme toi !!! Comme MOI !!!

J’ai les yeux qui pétilles, je veux tout savoir, touuuut !
http://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
avatar
James Fermal


Feuille de personnage
Dorikis: 4530
Popularité: +256
Intégrité: 121

Mer 26 Déc 2012 - 16:04

Oula, apparemment, je l’ai bousculé un peu trop fort, elle a l’air complètement sonnée l’angelette aux cheveux rouges. Elle reste là, à me regarder avec de grands yeux et à essayez de parler sans grand succès. De simples syllabes prononcées avec de grandes difficultés. Ce n’était pas la première fois qu’une ange perdait ses moyens en me voyant, mais là tout de même, elle en faisait un peu trop. C’était presque gênant. Elle finit enfin par saisir ma main pour se relever et s’écrier d’une voix suraiguë.

MAIS T’ES UN ANGE !!!!!

...
Perspicace. Venant des humains, j’avais l’habitude, mais d’une ange, ça devenait ridicule. Elle avait un air surexcité, voire même hystérique, sautillant partout autour de moi, me reluquant les ailes et allant jusqu’à les toucher pour s’assurer que c’était des vrais. Aïe, mais ne tires pas dessus ! Tout de même flatté par cette démonstration d’admiration, je me mis à gonfler mes plumes pour paraître encore plus emplumé. Chez nous les anges, plus les ailes étaient grandes et garnies, plus on était attirant. Héhéhé… Arrivés à l’adolescence, tous les jeunes anges se mesurent les ailes avec leur double-décimètre pour pouvoir se comparer aux autres. Certains complexent, d’autres profitent de leur atout. La nature ne nous fait pas tous égaux. Un dicton dit « c’est pas la taille qui compte, c’est le nombre de plumes ». Mais c’est ce que disent ceux qui ont des petites ailes, héhéhé !

Soudain, sans prévenir, elle me prend dans ses bras. Dis donc, qui aurait pensé qu’elle serait aussi sensible à ce petit subterfuge. Je profite de ce petit instant de tendresse auquel je n’ai vraiment pas souvent eu le droit depuis mon arrivée sur cette terre d’humains. Elle finit par relâcher son étreinte et me regarde avec des yeux oranges pétillants. Je ne saurais dire pourquoi, mais cette ange avait quelque chose de spécial… Peut-être était-ce son coté… humain ! Mais oui, il avait un air humain très étrange. Pas dans le physique, non, sur ce point là, c’était une véritable bombe, mais dans l’attitude, la façon de parler, de bouger… Elle n’avait sûrement pas grandit à Skypiea. Aucun ange ne ferait un câlin à un autre au beau milieu de la rue par exemple.

-Ça fait des années que je rêve d’en rencontrer un comme toi !!! Comme MOI !!!
-Comme moi ? Mais y en a pas deux comme moi ! Tu veux dire un ange ?

C’était ma veine, tiens ! J’espère rencontrer enfin quelqu’un qui saurait me dire le chemin pour retourner à Skypiea, voilà que je tombe sur une ange qui s’extasie à la simple vue d’un de ses compères. Il fallait absolument que je cherche un moyen de monter tout en haut de cet arbre ! De là-haut, je pourrais peut-être appeler des anges pour qu’ils me viennent en aide ! Je dépassai la petite angelette en lui faisant signe de me suivre. Après tout, elle voudrait sûrement grimper elle aussi. Nous arrivâmes rapidement face à une grande barrière de bois, gardée par un gros humain bizarre. Juste un pagne autour de la taille, il nous arrêta en faisant tournoyer un gros bâton. Une tête de mort me passa à deux centimètres du visage.

Spoiler:
 

-Hé toi là, dis-donc ! Mais où tu cwois tu vas, là comme ça, hein ? *tchip* On passe pas, hein ? La dewwièewe, c’est l’awbwe sacwé de Towino ! Y a que les bénis des Dieux qui peuvent y aller. Même moi, je peux pas t’sais ?

Merde… Bon, il fallait qu’on trouve un moyen de passer. Suffisait d’être bénis des Dieux, pas compliqué. Pendant ce temps, l’ange à mes cotés me harcelait de questions sans discontinuer. Même si je l’avais voulu, je n’aurais même pas eu le temps de répondre à ses questions de toute manière. J‘avais oublié que les anges étaient aussi bavardes.


Dernière édition par James Fermal le Jeu 3 Jan 2013 - 10:46, édité 4 fois
avatar
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Jotunheim

Feuille de personnage
Dorikis: 9099
Popularité: 724
Intégrité: -503

Lun 31 Déc 2012 - 14:45

Alors, les anges, ils vivent où exactement ? Ils ne sont pas sur Grand Line, dans le ciel ?
[…]
Et sinon, ils ont tous les plumes de la même couleur ? Et… Et… Mais… Tu m’écoutes ? ! Et pourquoi tu veux grimper là haut !


Après notre fracassante rencontre, l’ange blond m’a demandé de le suivre. Et pendant que nous marchions, les questions fusaient dans ma bouche, sans se tarirent. Mais il n’avait répondu à aucune d’entre elle, et maintenant nous nous trouvons devant un des habitants de cette île qui nous interdis l’accès à l’arbre, avec pour seul motif que celui-ci est béni ou je ne sais quoi.

Nan mais c’est un arbre… Rien de plus. Un peu grand certes, mais de la à dire qu’il est divin ou je ne sais quelle autre connerie… Et essaye pas de nous faire croire que t’es croyant !
Je dois pwotéger l’awbwe sacwé contwe les cwéatuwes inféwieuws !
Non mais… C’est bon, je suis déjà venue sur cette île. Ce que tu veux protéger c’est les piafs.. euuh oiseaux. Hm. Bref, on ne va pas leur faire de mal ! Enfin… Je croie ?

J’regarde mon compère, parce que, à vrai dire, je ne sais toujours pas pourquoi il veut grimper. Hein ? Y’aurait moyen d’aller dans les cieux par là ? Sérieux ? Mais faut y aller alors ! Et maintenant ! Aller, hop ! …
Ah, c’est vrai que le faux sauvage est toujours là. Et il veut toujours ne pas nous laisser passer. Hm, c’est embêtant.

Vous ne passewez paaaas !

Bon, il n’est pas cool quand même, il n’écoute pas non plus ce que je dis et reste fixé à son idée de sacré et tout le tsointsoin… Et bien soit, allons donc dans son sens, si c’est ça qu’il veut !

Dis-moi, qu’est ce qu’on doit faire pour être béni des Dieux, hein ?
On ne peut le deveniw ! C’est une chose innée ! Seuls quelques êtwes d’exception le sont !
Et les anges ? Ils le sont ?

J’dis ça avec un air un peu moqueur tout en battant doucement des ailes. Haha ! Il sait plus quoi répondre le gros hein ! Alors, laissera passer ou laissera pas passer ?
http://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
avatar
James Fermal


Feuille de personnage
Dorikis: 4530
Popularité: +256
Intégrité: 121

Jeu 3 Jan 2013 - 18:40

Punaise ! Mais comment une ange pouvait-elle ne pas savoir d’où venaient les anges ? Ou la couleur des plumes ? Elle en avait sur le dos ! Après avoir répondu rapidement à ses questions en esquivant celle à propos de « Grand Line » parce que je savais pas du tout de quoi elle me parlait, je me reconcentrai sur notre garde gênant. Il était gras et assez moche, mais vu la vitesse et la masse du bâton qu’il faisait tournoyer, je préférais ne pas faire un pas de plus pour le moment. J’allais quand même pas me faire assommer devant une gonzesse par un gros papou en paréo de feuille de bananier ! J’avais un minimum d’estime personnelle.

Mais celle-ci avait visiblement du caractère et voulait absolument passer, elle aussi. Peut-être avait-elle ENFIN compris que les anges se trouvaient au dessus des nuages et que cet arbre était notre voie royale pour retourner à la maison. Elle tenta de lui faire du charme en lui faisant papillonner ses ailes sous le nez avec sensualité. Ce spectacle m’émoustilla au plus haut point. La vache ! Elle avait des arguments difficilement réfutables ! Je déglutis et clignai des yeux pour me remettre de ce spectacle à la limite de l’érotisme. Mais l’humain ne céda pas un pouce, persistant à dire qu’il fallait être béni. Ce n’était visiblement pas une question de race.

-Mais bordel ! Comment on fait pour être béni alors ?
-Seuls ceux bénis paw les dieux peuvent passer ! Il faut êtwe accepté paw les gwands pwètwes pouw avoiw le dwoit de se rendwe à l’awbwe sacwé !

Alors… Déjà, il faut piger ce qu’il raconte le bonhomme. Mais d’après ce que j’ai compris, l’arbre est réservé aux couples bénis par les prêtres. Il fallait absolument que je les trouve et qu’ils nous bénissent. Sans perdre un instant, je pris l’angelette par la main et l’entraînai à l’intérieur du village. Elle continuait avec ses questions, je tentais de répondre de temps en temps, écoutant à moitié la réponse, trop occupé à chercher mon chemin parmi les… DEUX rues du village. Sans déconner, j’ai jamais vu un endroit aussi petit et délabré. Ils vivaient vraiment comme des sauvages ceux-là. En tout cas, le lieu de culte ne fut pas difficile à repérer. La porte était haute de trois mètres environs, avec une pointe à l’extrémité supérieure. Nous pénétrâmes à l’intérieur de la sombre bâtisse.Il régnait un silence total à l’intérieur. Un peu comme… comme à l’extérieur en fait. Ce village était complètement désert !

-Ohé ! Il y a quelqu’un ?! Vous pouvez nous bénir siouplait ?

Deux spots lumineux s’allumèrent d’un seul coup. La lourde porte se referma derrière nous et une musique de fanfare s’éleva. La lumière intense nous entoura, inhibant tout ce qui se trouvait autour de nous. Je sentis du mouvement nous tourner autour, la musique s’intensifia et la lumière se mit à changer de couleur de façon désordonnée. C’était assez rigolo, mais je comprenais pas tout. Soudain, deux personnages surgirent des ténèbres en faisant des acrobaties, tantôt sur les mains, tantôt sur les pieds. Ils s’immobilisèrent face à nous en tendant les bras vers le plafond. La musique se stoppa au même moment. Un silence s’installa, qui devint rapidement pesant. Je regardai ma partenaire de fortune puis je frappai deux fois dans mes mains.

-Nyahaha ! Merci ! Merci, public adoré !

Ouais… Ils attendaient des applaudissements. Le plus gros d’entre eux était resté en position et semblait pouvoir rester ainsi indéfiniment. Le second lui mit un coup sur la tête pour le débloquer.

Spoiler:
 

-Hey ! Scratchy ! Les gens attendent !
-Ayouh ! Gné ? Fini ?
-Excusez-le ! Alors on veut être bénis, hein ? Vous êtes surs ? Les épreuves sont dures !
-Gnoui ! Dures ! Dures ! Dures !

Je me rendis alors seulement compte qu’ils étaient particulièrement laids, pour des humains je veux dire. La peau verte, le nez qui dépassent et des dents qui sortent de la bouche. Mais s’ils pouvaient nous faire passer, c’était le principal. Je tournai les yeux vers la petite ange et attendit de savoir si elle était prête pour des petites épreuves. Moi, je ne refusais jamais un défi, mais elle? Je ne la connaissais pas. Même pas son nom d’ailleurs !

-Au fait, moi c’est James ! Et non, les anges ne mangent pas de nuages…
avatar
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Jotunheim

Feuille de personnage
Dorikis: 9099
Popularité: 724
Intégrité: -503

Lun 7 Jan 2013 - 18:18

Des épreuves ? Ma foi, pourquoi pas… Enfin, ça dépend, j’ai pas spécialement envie d’aller risquer ma vie juste pour avoir le droit de passage pour grimper à un arbre. James, lui à l’air partant. James… C’est comme ça qu’il s’appel cet ange… J’avoue que je suis un peu déçu, c’est un nom si banal… Nombreux sont les humains qui le portent, comme quoi, les anges sont peut être pas si différent que ça des humains ? Si ça se trouve, quand j’arriverai sur une île céleste, mis à part que les gens auront des plumes dans le dos, ils seront semblables au humains ? Ce serait bien décevant… Ai-je vraiment envie d’y aller a final ? … Raaah, faut pas que je me base sur le premier ange que je croise ! Voilà, si ça se trouve, il est pas représentatif de l’espèce !

Et moi c’est Izya.

Avant de décider si oui ou non, j’accepte le deal des épreuves, j’demande quand même en quoi ça consiste.

Et bien, ces épreuves permettent de savoir s’il se cache un oiseau au fond de vous.
Un.. oiseau ?
Oui ! Car seul les grands oiseaux sont autorisé à en gravir les branches !
Il vous faut donc devenir comme ces oiseaux !
Ou du moins, montrer que vous êtes digne d’eux !
Heihein… Et sinon, les épreuves, c’quoi au juste ?
Mais attendez ! On y viens, on y viens !
Ce sont des épreuves dangereuse, mais seulement si vous n’êtes pas des oiseaux !
Parce qu’on a des gueules d’oiseaux peut être ?!

Silence… Un ange passe… Les deux espèces de lézard humanoïdes plutôt moche me regard avec un air blasé. Puis, l’un d’eux, vexé, reprend.

Si vous n’êtes pas des oiseaux, vous ne serez pas béni !
Non, vous ne serez pas béni !

Nouveau silence, nouvel ange… le compte est bon ! (blague pourri, je m’en fou !) Cette fois, les rôles s’inversent et ce sont les anges qui regardent les reptiles avec un air blasé…

Nan mais c’est bon, on est des piafs !
Haaaaan !! Comment elle insulte les oiseaux !!!
Aucune chance qu’elle soit bénie… aucune…

Ils commencent sérieusement à me taper sur le système ces deux zigotos ! J’souffle un coup, histoire d’évacuer l’énervement, en face ils l’ont compris, et ils se recroquevillent un peu sur eux même pendant mon geste… Des bouseux peureux, voilà ce qu’ils sont !

Bon, vous nous laissez faire ces épreuves, qu’on en finisse !
Oui, oui…
Veuillez nous suivre dans l’autre salle…

On suit. Ils nous font passer dans différentes salles contenant des accessoires en tout genre, des animaux en cage, des hommes entrain de se maquiller, des costumes… Bref, rien de bien intéressant comparé au fait que j’ai trouvé un ange. Ange avec un prénom banal, certes, mais ange quand même !
Puis, nous arrivons enfin à la salle d’intérêt. Y’a une grande cage en cercle et à l’intérieur Deux grandes colonnes avec, sur l’une d’elle, des prises pour grimper. Ces deux colonnes sont espacer d’environ 7 mètres et, à environ 5 mètres du sol, il y a une corde tendu faisant la jointure entre ces deux piliers.
L’unique fenêtre de la pièce laisse passer un rayon de soleil allant se refléter sur une sorte d’étoile en or se trouvant au sommet de la colonnade ne possédant pas de quoi l’escalader. Au sol, entre les deux piliers et sous la corde, il y a une piscine d’environ un mètre cinquante de profondeur.

Comme les oiseaux, vous devez convoiter des trésors !
Rapportez nous l’étoile et vous pourrez passez à la seconde épreuve !
Et c’est quoi, la deuxième épreuve ?
Ne soyez pas si hâtif jeune fille !
Vous le saurez uniquement si vous réussissez !

J’regarde ma main endolorie par mes actions de la veille. Hm, je ne pense pas que grimper soit une très bonne idée. A la rigueur, p’t’être que James peut faire ça tout seul et je f’rai l’épreuve suivante ?
Je lui propose donc cette idée, mais à peine ai-je fini de parler que les deux gus verts bougent leurs bras et leur tête en signe de « Non » le tout accompagné du mot qui va avec.

Nan, nan, nan
Vous devez faire les épreuves ensembles !

L’un deux nous choppe un bras chacun.

Et vous entraider !

En même temps qu’il dit ça, il me menotte à l’autre ange… J’lève mon bras menotté à hauteur de mes yeux, je tire la gueule… Je suis DÉ GOU TÉE ! D’où il me menotte ces deux lézards là ! D’où ! Bordel ! C’est nul ! Injuste ! C’était pas dans mon contrat !!!
Bon, j’me calme, l’autre ange risque de se vexer si je râle… C’pas contre lui mais bon, merde quoi ! Non ! Même si c’est un ange, j’aime trop ma liberté et mon intimité pour partager des menottes avec lui !

Enfin, bref, s’il le faut vraiment, allons y, qu’on en finisse !
http://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
avatar
James Fermal


Feuille de personnage
Dorikis: 4530
Popularité: +256
Intégrité: 121

Ven 11 Jan 2013 - 0:26

Ainsi donc cette petite beauté s’appelle Izya. Izya… Bon. Tant pis, je la garde quand même. Personne n’est parfait à part moi, je ne dois donc pas être trop exigeant envers les gens. Enfin bref, notre première épreuve allait commencer ! Cool ! J’allais pouvoir montrer à la gonzesse que j’étais un vrai ange qu’à pas peur du danger et tout les machins machos de bases que les femmes adorent mais critiquent sans arrêt. Et puis, ça n’avait vraiment pas l’air d’être le cumulonimbus à manger cette épreuve. Suffisait de grimper à un pilier et marcher en équilibre sur une corde. En cinq minutes, je serais de retour avec une étoile dans la main.

-Hahaha ! Trop facile ! Bouges pas Izya, je m’en occupe en quelques secondes.

Alors que j’allais m’élancer, une paire de menottes se referma sur mon poignet et me retint en arrière. Hein ? Mais c’était quoi ce bordel ? Les deux prêtres venaient de me lier à Izya ! Il fallait qu’on fasse ça ensemble ? A deux sur le fil ? Mais c’est super dur ! Je jetai un coup d’œil à celle qui m’était désormais liée. Elle semblait aussi dégoûtée que moi. Mais cela semblait inévitable. Et puis après tout, ce n’était que temporaire. Je lui fis un clin d’œil et nous nous mîmes en direction du pilier. Il était assez haut, mais pas insurmontable. La seule difficulté c’était que mon bras droit et le bras gauche d’Izya devaient forcément bouger simultanément.

Bon, allons-y… je plaçai ma main sur une des prises et attendis tranquillement qu’elle soit prête. Alors qu’elle mettait sa main elle aussi, je lui fis un signe de tête pour que l’on démarre ensemble. Nous commençâmes à grimper doucement, lentement. Parfois c’était assez difficile, surtout qu’elle était très lente à grimper. Elle semblait souffrir à chaque fois qu’il fallait forcer. Bizarre… Je remarquai soudain que la pierre du pilier que l’on était en train d’escalader sentait vraiment bizarrement. Je posai mon nez contre la paroi et fronçai les sourcils devant la mauvaise odeur. Ca sentait… Non, je pouvais pas décrire, j’avais jamais senti un truc pareil, mais en tout cas, ça puait.

-C’est quoi c’t’embrouille ?

Les deux prêtres intervertirent leur place de façon parfaitement synchro en faisant une roue magnifique. Le plus petit s’avança vers nous et s’immobilisa sous nos pieds. Il sortit un truc de sa poche et s’accroupit pendant que le plus grand se mit à parler.

-Bien, maintenant que vous êtes en position, l’épreuve peut commencer. Le pilier est recouvert d’une petite couche de pétrole, héhéhé ! Allez Scrathy !
-Gnoui Itchy ! Parti !!!

Une chaleur dérangeante se fit soudain sentir sous nos pieds. L’autre enfoiré avait foutu le feu au pilier et ça montait rapidement. Au même moment, une plaque s’ouvrit sous la corde, laissant apparaître une grande piscine. Des flammes se mirent à cracher en travers du chemin que l’on avait à parcourir sur le fil tendu. Le feu se calma et repartit de plus belle. Il allait falloir faire vite. Pour fignoler le tout, les deux prêtres s’étaient mis en tête de nous balancer des œufs. Ca faisait mal ce truc, surtout qu’à force de bénir des gens, ils visaient sacrément bien ces salauds.

-Euh… Izya, je voudrais pas t’inquiéter, mais il va falloir qu’on se magne là… Mais genre, vraiment !


Dernière édition par James Fermal le Mar 7 Mai 2013 - 10:57, édité 1 fois
avatar
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Jotunheim

Feuille de personnage
Dorikis: 9099
Popularité: 724
Intégrité: -503

Dim 20 Jan 2013 - 20:05

Haha, haha, haha… Très drôle… C’te bande de comique quoi… Bordel.

Tin, pourquoi j’n’ai pas été faire examiner ma foutu blessure à la main avant de m’engager dans des épreuves pareilles ?! Pourquoi je l’ai suivit si vite cet ange ! Raah, ça m’apprendra à être trop impatiente tient.

Bon accélérer pour ne pas brûler… Dans l’idée, ça parait facile hein, facile… Mon cul ouais ! J’ai mal bordel ! Et j’sais pas trop c’est quoi ce liquide qui imbibe le pilier, mais ça n’arrange pas du tout notre affaire, d’jà qu’on n’est pas aidé à cause des liens. Mais le James, il a l’air plus motivé que jamais avec des flammes qui nous courent après… Tellement qu’il porte à moitié mon coté gauche et que moi, franchement, je n’arrive pas à suivre là. J’suis obligée de me donner à fond, voire plus, pour arriver à sa cadence. Et ça fait mal. Et quand j’ai mal, ça titille mon caractère de merde…

Et je glisse, l’entrainant presque dans ma glissade, mais il arrive à tenir… Forcement à me tirer comme ça, moi je fais des conneries. Enfin, au final, il arrive le premier sur la passerelle et m’aide à me hisser à sa suite. J’vous raconte pas comment c’est trop la merde, et aussi comment j’ai franchement envie d’aller désosser les deux zigotos qui nous regardent faire d’en bas…

Avec la fumée due au feu, l’air est irrespirable. Faut qu’on se casse de là en vitesse. Mais pour se barrer, on doit traverser cette foutue corde pour arriver à l’autre pilier. Et franchement, jouer les équilibristes, ça me réjouit pas du tout. Déjà sans les menottes, je ne suis pas sûre que j’aurais fait des merveilles, mais alors là… Là ! C’est vraiment la merde.

James s’engage le premier sur la corde, les jambes vers sa destination et la tête vers moi. Je fais l’inverse. On est bien obligée de faire ainsi avec ce lien à la noix. Bref, on arrive à avancer même si on n’arrête pas de se cogner l’un l’autre. Mais forcement, le feu ne s’arrête pas à la passerelle et commence à rogner la corde. Alors qu’on n’a même pas fait un quart du chemin, *clac*, la corde cède.*Plouf* Nous tombons comme des glandus dans l’eau de la piscine qui se trouve en dessous de nous.

On remonte rapidement à la surface, reprenant notre respiration. J’regarde rapidement les alentours histoire de savoir si on est encore dans une situation de merde ou si on peut souffler deux minutes. J’vois juste une grosse boule de fourrure dans un coin d’la pièce, rien de grave. Qu.. Merde ! C’pas une boule ! C’t’un ours ! Et il est entrain de se réveiller ce con ! Mais qu’est ce qu’il fout là bordel de chiotte de merde !

La bête noir tourne la tête vers nous et commence à se relever. C’t’as ce moment là que j’peux entre la vois des deux zouaves d’organisateurs…

Tu étais censé le ramener dans sa cage celui là !
Mais il dormait ! J’n’aillais pas le réveiller !
Depuis hier ?!
Mais mais… Oups ?
Tu l’as nourri au moins !
Euuh, c'est-à-dire que…

Quel bande de crétin fini sérieux…
http://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
avatar
James Fermal


Feuille de personnage
Dorikis: 4530
Popularité: +256
Intégrité: 121

Mar 7 Mai 2013 - 11:36

Bon, on avait foiré ! La corde avait lâché et on était tombé comme des grosses bouses ! Et dans de l’eau en plus ! Mais je ne savais pas nager, moi ! Je me mis à me débattre en m’accrochant à Izya. Mais elle savait pas nager non plus visiblement, puisqu’elle avait du mal à remonter à la surface lorsque je m’aggripais à ses jambes. Pfff… On peut compter sur personne. Peut-être que les anges ne pouvaient pas nager. Physiquement je veux dire. Enfin, après quelques minutes, elle parvint enfin à nous ramener au bord. Je me hissai hors de cette fosse mortelle et me secouait pour virer toute la flotte qui imbibait mes vêtements et mes cheveux.

-Ha ba quand même ! T’en as mis du temps pour nous remonter !

Elle tenta de me frapper, mais je l’esquivai. Je remarquai alors que l’eau sur sa tunique blanche laissait voir de sacrés ropl… GGGRRRRROOOOOAAAARRRRRR !!!! Un rugissement coupa court à notre début de combat. La vache ! Enfin plutôt… L’ours ! Il était absolument énorme ! Je me mis devant Izya pour faire rempart de mon corps magnifiquement sculpté ! Mais comme on était toujours accroché par la main, je me retrouvai face à elle. Et du coup, dos à l’ours. Ha ouais… Ca va être chaud de se battre qu’avec la main gauche ! Je pris une balle et la lançai sur le monstre poilu ! Elle rebondit sur sa truffe et tomba mollement sur le sol. L’ours me regarda d’un air intrigué. Une attaque aussi pitoyable semblait le dérouter.

-Ouais… D’habitude, frappées avec la batte, ces balles sont sacrément efficaces. Mais là, lancées à la main… Hey Izya ! Tu danses ?

Sans lui laisser le temps de répondre, je me plaquai à elle et lui saisit la main qui m’était liée. De l’autre, je pris ma batte et nous nous mîmes à tourner sur nous même. Je n’avais encore jamais testé ma technique « Vade Retro » avec quelqu’un. Logiquement, ça devait marcher aussi. Le tourbillon que nous représentions s’approcha de l’ours et la batte se mit à le frapper à chaque tour que nous faisions. La bête féroce sembla très mal le prendre car elle poussa un hurlement qui nous fit vibrer et nous donna un coup de patte qui nous fit valdinguer à l’autre bout de l’arène.

Les deux crocodiles se mirent à chanter en dansant aux limites de la zone de combat. Ils se foutaient carrément de notre gueule en fait !

-Hahaha ! Ils y ont cru !
-Le coup de la corde, du feu et du bassin !
-Hahaha ! Ils y ont cru !
-La véritable épreuve elle démarre bien !
-Hahaha ! Ils y ont cru !
-Vous passerez pas tant que l’ours sera pas vaincu !
-Hahaha ! Ils y ont cru !
-A ce rythme là, vous l’aurez dans le..


GGRRROOOOAAAARRRR !!!!!

Ouais… On était franchement mal barrés. Déjà, en tant normal, j’aurais galéré, mais avec une gonzesse aguichante accrochée au poignet, ça allait vraiment être coton !
avatar
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Jotunheim

Feuille de personnage
Dorikis: 9099
Popularité: 724
Intégrité: -503

Jeu 18 Juil 2013 - 18:03

Ca y est. Ils ont réussit. Je suis énervée.

Non mais franchement… Une connerie d’ours à vaincre en étant menotté à un autre ange. Et y’a trois épreuves ?! C’est une mauvaise blague hein ! Ils ont réussit à prévoir des trucs encore plus con que ça ?! Sérieusement, putain ! On n’a pas besoin de savoir tuer une connerie d’ours pour grimper dans un arbre !!! Merde alors ! Et ces deux connards qui chantent au fond de la salle. Je crois que je vais changer de cible, oui. L’ours ? Rien à foutre de lui ! C’est ces deux péquenots que je veux buter moi ! Oh que oui ! Les éviscérer, les étriper, leur faire ravaler leurs dents une par une après les avoir arrachées de la même manière…

Tiens, un truc de lancé de couteau dans le coin… Aller, esquivons l’ours par là James… Oui, suis-moi… Suis-moi…

*Ziiioup*

Un des couteaux vole entre les deux créatures vertes, les stoppant dans leur chant.

Maintenant, vous allez M’ECOUTER ! La plaisanterie a assez durée ! Vous nous sortez de là immédiatement ou le prochain que je lance c’est dans le crâne de l’un d’entre vous QU’IL ATTERI !

Et pendant que je gueule, l’ours se prépare à charger. Et quand je m’arrête, il agit. Alors je continue sur ma lancée. Oui, là, j’en ai marre.

Toi, TU BOUGES PAS !

Ah oui ? Tu ne m’écoutes pas ? Vraiment ? Tu es sûr ? Très bien, très bien… j’suis plus habituée au lancé de marteaux mais puisque tu insistes…
*Ziiiiioup*
*Spouik*


En plein dans le nez ! Ah, tu fais moins le malin là ! Sale bête va ! Ouais, c’est ça, frotte toi le nez en couinant, c’est ça. Allez, casse-toi.

Bon, bon… Vous avez vaincu l’ours…
Pas la peine de s’énerver…
Non, pas la peine…
Vous pouvez donc sortir…
Oui, vous pouvez…
On va les enlever…
Les menottes, oui.

J’espère bien.

*GROOOOAAAAA*

C’t’une mauvaise blague, hein ? Oui… Très mauvaise la blague. Surtout eux.

Ah bah vous ne pouvez pas sortir en faite !
Bah non, vous ne pouvez pas !

Je me retourne vers eux avec la bonne intention de leur balancer chacun un couteau, mais ces andouilles choppent chacun une plaque de métal blindée avec juste une petite visière vitrée où l’on peut voir leurs yeux…
Mon poing se serre autour de mes munitions. Je jure qu’en sortant, la première chose que je ferai est de les dézinguer, tous les deux !

L’énervement poussé dans lequel je suis me fait balancer tous les couteaux d’un coup sur la bête. Certains se plantent, d’autres ricochent et d’autres ratent simplement la cible. Le monstre est en colère et pisse le sang de sa truffe. Il coure vers nous. Moi je dégaine mes armes. James tire sur mon bras pour esquiver une nouvelle fois l’assaut, mais je reste plantée là. Je l’attends. Je vais le couper en petits morceaux !

NE LE TUEZ PAS !

Trop tard mon petit… Trop. Tard.

Hein ?
Qu’est ce que… ?
Je suis au sol, l’autre ange sur moi et l’ours, lui, vient de se jeter sur le sol pour finalement faire une glissade jusqu’aux grilles de l’arène.

James ! Putain ! Pourquoi tu m’as poussée ! Je l’aurais tué et on en aurait eu fini avec lui !

Fini avec lui, mais pas avec les deux zigotos… D’ailleurs, lui… Il bouge encore ou pas ?


Dernière édition par Izya le Ven 11 Mai 2018 - 21:21, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
avatar
James Fermal


Feuille de personnage
Dorikis: 4530
Popularité: +256
Intégrité: 121

Sam 20 Juil 2013 - 3:00

Quel bordel, dis donc, Izya avait pris la mouche et avait envoyé une salve de couteaux dans la tronche du monstre qui avait commença par se calmer pour finalement revenir à la charge, encore plus énervé. Avec sa bonne tonne et sa vitesse, rien ne semblait pouvoir l’arrêter. Sauf Izya peut-être, vu son air de défi. Elle restait là, en plein milieu de la course du prédateur, sans bouger. Moi, j’avais pas l’intention de rester là pour me faire piétiner… Je voulus courir, mais la menotte me retenait à cette angelette suicidaire. Comment ferait le monde si je disparaissais ? J’avais un devoir de survie ! Au dernier moment, je sautai sur elle pour la mettre au sol, laissant l’ours continuer sa charge pour aller s’exploser la tronche contre une grille de l’arène. Le son qui résonna pendant plusieurs secondes ne laissait aucun doute quant à l’état du crâne du mammifère. Je profitai de la proximité pendant l’espace d’une seconde, mais elle se releva vite.

-James ! Putain ! Pourquoi tu m’as poussée ! Je l’aurais niqué et on en aurait eu fini avec lui !
-Tu parles, on allait finir tous les deux en tapis de sol en plumes, voilà ce qui nous attendait, ouais. Et puis… mon super plan a marché non ? Héhé ! Il est K.O. !

En effet, l’ours ne semblait plus vouloir se battre. Il trouvait tout de même la force de pousser une plainte par moment. Les deux mecs bizarres nous regardèrent avec de grands yeux. Ca ne devait pas arriver souvent que quelqu’un réussisse la première épreuve. Le plus gros se précipita vers la créature pour s’assurer de son état.

-Bon, ouais, c’était plutôt bien joué… Que la deuxième épreuve commence !

Il fit un flip-flap en arrière et une cage tomba du plafond pour nous enfermer tous les deux. La cage était en verre ultra résistant et ne laissait aucune ouverture sauf un cercle juste au milieu du plafond. Les gars montèrent sur le cube avec des seaux et un immense sourire aux lèvres qui laissait apercevoir des rangées de dents pourries. Qu’est ce que c’était que ce plan foireux ? Le plus fin farfouilla dans sa poche et en sortit une clef qu’il nous jeta par l’ouverture.

-Hey, bande d’enfoirés ! Laissez nous sortir d’ici, bordel ! C’est quoi cette embrouille ?
-Voici la clef des menottes. Vous avez montré que vous pouviez travailler en équipe !
-Gnoui équipe ! Maintenant, vous montrer que pas peur ! Vous défendre autre. Gnoui !
-En gros, maintenant que vous avez montré être capable d’agir ensemble, vous devez prouver que vous pouvez agir l’un pour l’autre.

Ils sourirent de plus belle et vidèrent leurs seaux par l’ouverture avant de la fermer de façon étanche. L’air ne passait plus. Nous allions finir complètement étouffés dans cette prison transparente. Ce n’était plus qu’une question de temps. Et pourtant, sur le moment, nous n’en avions absolument rien à foutre. Nos yeux étaient fixés sur le sol. Ces enflures venaient de nous balancer de nombreuses créatures très dérangeantes. Le sol était à présent jonché de mygales, scorpions, mille-pattes, serpents et autre bestiole dégueulasses et très venimeuses. Il y en avait plusieurs centaines.

-J’espère que tu n’as pas la phobie de ce genre de trucs parce que tu as une énorme araignée qui te monte sur la jambe…
avatar
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Jotunheim

Feuille de personnage
Dorikis: 9099
Popularité: 724
Intégrité: -503

Ven 23 Aoû 2013 - 0:21

Qu… ?

Héhé… Oh bonne blague…
Héhéhé… Partout sur le sol, des insectes et arachnides en tout genre grouillants.
Héhéhéhé… Et celle là, sur ma jambe…

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! ENLEVE LA ! ENLEVE LA ! ENLEVE LA !

D’habitude, j’ai pas spécialement peur des petites bêtes dans ce genre… Quand elles sont une ou deux, je les écrase simplement et puis basta ! Mais là ! Là… C’en est TROP ! Il y EN A TROP !

Alors je sautille sur moi-même, je gesticule, je tape des pieds pour en écraser le plus possible… Et je cris, oh oui, je cris. Et avec la résonnance, c’est insupportable aux oreilles de quiconque entend. Mais je m’en fou, je panique et plus rien ne compte si ce n’est sortir de cette fichue cage de verre ! Et comme la sortie est au dessus… Bah…
J’escalade ce que je peux.

Et mis à part James dans la cage, il n’y a pas grand-chose.

FAITES MOI SORTIIIIIIIIIIIIIIIIIIIR !

Ah, et y’a un autre problème aussi. C’est que la clé, bah elle est tombé avant même qu’on est le temps de faire quoi que ce soit. Ce qui est très emmerdant, parce qu’en étant toujours reliée à son poignet, je ne peux pas l’escalader comme je veux. D’autant plus que lui aussi gigote.

Du coup, ce qui doit arriver arrive, et notre duo de choc tombe sur une des parois en verre avec une telle force qu’elle en déséquilibre toute la structure et que quelques insectes passent en dessous. Mais ce n'est pas suffisant pour la faire tomber.

Pas de problème, maintenant que je sais ça, je me jette corps et âme contre ce mur, quitte à avoir des bleus en plus ! J’en ai rien à foutre ! Je veux juste sortir de là !!! Et le James n’a certainement pas son mot à dire l’a dedans ! Alors, oui, oui, c’est vrai qu’il se fait tirer de partout au fur et à mesure de mes allers-retours à me jeter sur la vitre. C’est vrai. Mais là ! C’est une question de vie ou de mort ! D’être enfermé avec des milliers de bestioles dégueulasses ou pas ! Alors au diable le libre arbitre et on fait ça et PUIS C’EST TOUT !

*Bam*

LIBRE ! ON EST LIBRE !

Sans autre forme de procès, je cours à l’autre bout de l’arène, loin de cet amas de bestioles répugnante, pour reprendre mon souffle. Bien entendu, avec moi, j’ai toujours cet ange accroché à mon poignet.
Cet ange, qui me regarde, s’apprête surement à dire quelque chose mais…

*Sbaf !*
OUPS ! Pardon.

C’est partie tout seul ! Le pauvre n’a rien pu faire ! En même temps, je l’ai sauvé en quelque sorte. Si je n’avais été assez rapide, je suis sur que cet insecte l’aurait piqué. Bon, après, c’est vrai… J’aurai pu taper moins fort… J’aurai pu… Mais bon… J’avais un surplus d’adrénaline dans les veines à cause de cette horrible épreuve qu’on vient de passer…

Tu m’en veux pas un, dis…
J’suis vraiment désolé, mais à la vue de ce truc.
Tiens, regarde ma main et la bestiole explosée… D’ailleurs tu en as encore sur la joue… C’est tout rouge…
J’ai pas pu m’empêcher d’intervenir…

Donc, tu m’en veux pas hein ?...
http://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
avatar
James Fermal


Feuille de personnage
Dorikis: 4530
Popularité: +256
Intégrité: 121

Ven 29 Aoû 2014 - 1:08

Wouah ! La vache ! J’venais tout juste de reprendre mes esprits. La gifle qu’elle m’avait collée avait été si forte que mon cerveau s’était déconnecté… J’venais tout juste de reprendre mes esprits. La menotte à mon poignet, le magnifique petit ange de l’autre côté de la menotte. Les deux gogoles en train de faire des acrobaties et l’ours en train de couiner. J’avais aucune idée de combien de temps c’était écoulé depuis qu’on s’était échappé.

-J’suis resté comme ça longtemps ?
-T’imagines même pas…

Ouais bah en même temps, il fallait pas me balancer contre les murs et me gifler SANS LA MOINDRE RAISON ! Bon, au moins on était libre, c’était déjà un côté positif. J’ai levé la main pour saisir ma batte mais la menotte m’a retenu. Mais au fait… J’ai regardé Izya. Elle m’a regardé. J’ai regardé les menottes. Je l’ai regardé. Elle a regardé les menottes. Elle m’a regardé. On a regardé la boite de verre remplie de bestioles…

-Et merde, la clef…
-Pas question que je retourne dans ce truc.

Les prêtres se sont mis à glousser en se foutant de notre gueule. Je commençais vraiment à en avoir plein les plumes de ces deux là. J’allais aller chercher cette clef, quoi qu’il arrive. Je voulais conclure cette cérémonie débile. C’était quand le moment où j’embrassais la marié, bordel ? Si on voulait avancer, il allait falloir récupérer cette clef, c'est-à-dire farfouiller dans les bestioles avec plein de pattes de partout. Je les trouvais plutôt rigolotes moi, mais après la scène qu’on avait vécu, il valait mieux qu’elle s’en approche pas trop. Je m’suis mis à avancer mais l’angelette ne bougea pas. Je m’suis mis à tirer, mais rien n’y faisait. Je m’suis mis à gueuler, mais elle s’en foutait.

-Mais, bordel Izya, on va pas rester là comme des cons !
-M’en fous, j’irais pas.

Oh et puis merde ! J’ai forcé et j’ai commencé littéralement à la traîner pendant qu’elle freinait des quatre fers en m’insultant de tous les noms. Plus je m’approchais, plus elle résistait et plus j’avais du mal à m’approcher. J’ai fini par ramper en tendant la main pour tenter de la plonger dans la cage de verre renversée. Pas mal de bestioles avaient pris la fuite mais il en restait quand même pas mal. J’attrapais un scorpion et le soulevai. Rien, pas de clefs… Une mygale ? Rien. Un serpent ? Rien. Punaise ! Mais elle était où bordel ? Soudain, les prêtres se sont mis à s’agiter.

-Sors ! Sors !
-La clepsydre, bordel !!

Je savais pas de quoi ils parlaient, mais j’ai été pris de panique. J’ai plongé la main comme une cuillère et j’ai commencé à balancer les bestioles grouillantes dans tous les sens. J’entendais Izya hurler chaque fois qu’elle s’en prenait un dans la tronche. Bwéhéhé ! Vengeance ! J’ai fini par sentir un truc froid. Je saisis la clef et me relevait en vitesse. Un petit cou et hop ! On était libre ! J’aidai ma future femme à se relever et lui dit :

-Bon… Ils me gonflent les deux là. On leur pète la gueule et on va dire au gardien qu’ils nous ont béni. Ca te va ?
avatar
Izya
Reine Céleste

♦ Localisation : Jotunheim

Feuille de personnage
Dorikis: 9099
Popularité: 724
Intégrité: -503

Ven 11 Mai 2018 - 23:20

Oh que oui ça me va.

*BIM*

Et le premier à qui je pète la gueule n'est autre que lui, James. Non mais il a cru quoi lui ?! Qu'il pouvait me balancer des saloperies de bestioles dans la tête sans en payer le prix ?! Et puis quoi encore ! Alors mon poing a atteri dans sa joue à pleine puissance, l'assomant sur le coup.

Franchement, lui un ange ? Je n'y crois pas. Je ne veux pas y croire. Les anges sont censés être des créatures célestes, gentilles et attentive aux besoins des autres, pas des petits cons qui balancent des rampants sur leur coéquipier, leur semblable !

Mon coup l'a assomé. Bon débaras.

Vous devez vous entraidez pour être béni, on vous l'a dis !
Cela dis, il nous voulait du mal alors peut être qu'on peut fermer les yeux ?
Oui, on doit pouvoir fermé les yeux, pour cette fois seulement...

Je me rapproche des deux gusses, assemblant mes lames jumelles en même temps que je franchis la distance qui me sépare d'eux.

Oui cette fois seulement. Mais si vous nous attaquez, on pourra plus vous pardonnez.
Oh non, plus du tout, plus du tout.
Mais si je vous tue, la tout de suite et que je vous change en sac à main, vos yeux seront fermés et votre peau prouvera que j'ai votre bénédiction...
Oh non non non !
Non non ! Très mauvaise idée !
Il ne vous laissera pas passé !
Alors je le zigouillerai lui aussi.

J'arme mon attaque et positionne une de mes lames sous le menton du premier zouave.

Un dernier mot ? Choississez bien...

Les deux frères se regardent dans les yeux, celui que je menace avale sa salive bruyamment puis les deux en même temps hoche la tête d'un commun accord.

Tu as gagné.
Notre bénédiction.
Pour grimper.
Au sommet de l'arbre.
Sacré.

Et pendant que je reste menaçante sur l'un des deux, le second se retourne et sors de sa besace un ticket qu'il me tend.

Donne le au gardien.
Et tu pourras grimper.

Je réfléchi un instant. Ils m'ont quand même vraiment énervée. Est-ce que j'en reste là ?
Oui. Je baisse ma lame et choppe le fameux ticket. Tout ça pour ça... Et tandis que j'attrape le bout de papier, je remarque ma main que je n'ai toujours pas faite soignée. Ma colère a inhibé la douleur jusque là mais je ne peux plus laissé trainer cette plaie...

Soit. Vous vivrez. Mais une dernière chose : où je peux trouver un médecin qui me soignera gratuitement ?
Gratuitement je ne sais pas.
Mais Nova habite en bas.
A deux rues, non loin de là.
Il vous oscultera et vous soignera.

Hm. Reste donc le problème de l'argent. Mon attention se reporte sur le faux ange, au sol. James... Il m'a tellement manqué de respect qu'il me doit bien un petit dédommagement... Alors je m'approche de son corps toujours inerte sous le coup que je lui ai mis et le fouille pour trouver sa bourse à berrys. De quoi m'assurer une consultation digne de ce nom.

Sans plus de formalité, ni même de parole, je pars de ce cirque où je crois bien que je n'aurai jamais du entrée et vais me faire soigner. Et une fois ma main finalement recousue, je m'attèle à l'ascension de l'arbre géant. Sans même adressé un mot au gardien, je lui jete le fameux ticket à la figure. Qu'il ose tenter de m'arrêter et toute ma frustration de la journée se déversera sur lui. Assurément, il mourra dans d'atroce souffrance.

Mais il ne dit rien et me laisse passer. Tant mieux. Je commence à me dire que lui et les deux zigotos étaient de mèches, sans doute m'auraient ils demandé des sous pour avoir le fameux ticket. Pas de chance pour eux, ils sont tombés sur moi.

Alors je grimpe, et plus je monte, plus je me dis que tout ceci est stupide... Comme s'il était si facile d'aller chez les anges... Si c'était le cas, on en croiserait beaucoup plus dans les rues et sur les mers, non ?

J'aurai dû vérifié tout à l'heure, vérifié les ailes de ce James... Je suis sûre que j'aurai pu les lui enlever. Plus j'y pense, et plus je me dis que c'était un faux. Il a sans doute voulu faire son intéréssant et a imaginé ce stratagème lorsque je suis passé sur Torino la première fois. Alors plus je grimpe dans les branches, et plus je rale. Tout ça n'est qu'une perte de temps, tout ça ne sert à rien. Et plus je monte, plus je vais devoir redescendre.

Et le pire, c'est que quand je regarde le ciel, je le vois bien, qu'il  n'y a rien. Pas un nuage, pas un chemin, pas un ange.

Non, vraiment, c'est sûre, c'est qu'une sale farce.

Alors je m'arrête et regarde le paysage, à mi chemin entre la terre et le sommet. Au loin, le soleil décline. Le capitaine du vaisseau à dit partir au crépuscule, je n'ai clairement pas le temps de grimper jusqu'au sommet et d'en redescendre à temps si c'est une blague... Bien sur, si ce n'en ai pas une, je n'aurai pas besoin de naviguer jusqu'à Grand Line...

Mais soyons sérieux, il n'y a aucune chance que ce ne soit pas une blague... Non ?

Je souffle, lassée de tout ceci.

Et je redescends.

Tout ça pour ça. Quelle perte de temps !
http://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1