AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


La loi d'la Jungle (PV Azraël)

avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Ven 28 Déc 2012 - 19:28

[Grey n'est pas encore pirate, force estimée à 600 D]

Shell Town. Enième arrêt sur le parcours des livraisons de marchandises de la Compagnie de Prosperity Island, origine North Blue ! Parmi les joyeux lurons de cette assemblée de matelots et de marchands, un jeune homme aux cheveux rouges, Grey. Rendu complètement amorphe par le voyage, il ne fait qu'attendre sur le pont, les yeux dans le vide, qu'on lui donne l'autorisation de pouvoir quitter le navire le temps des transactions et du ravitaillement. Avoir la possibilité de partir avant qu'on ne lui donne le repas du midi serait un plus. Il ne reste plus grand chose aux cuisines, et le Chef concocte toujours un truc avec les restes. Si d'ordinaire, il est doué avec une recette déjà crée, quand il improvise, c'est une autre affaire. Aussi le jeune homme fut-il extrêmement content quand on lui donna l'autorisation de partir, avec pour seul ordre de revenir d'ici le lendemain midi. Il s'empressa de prendre sa veste dans la cabine mais avant d'avoir pu poser un seul pied sur la passerelle...

- Heep ! Où tu comptes aller comme ça ?

*Zut...*

Grey savait qui lui parlait. Le Chef cuistot ! Le jeune homme se retourna, l'air de rien, mais écarquilla les yeux en voyant ce que tenait l'homme dans les mains. Une espèce de panier repas fait à la va-vite dont l'odeur ne donnait pas super envie.

- Tu ne vas pas partir sans rien prendre à manger quand même !

- C'est bon, j'ai de l'argent...

- De l'argent ! Mais tu ne sais pas ce qu'ils pourraient te refiler dans leurs recettes locales ! Pt'être des trucs dégeux ! Tandis que là...

- C'est encore pire ?, se murmura le jeune homme sans être entendu.

Ayant compris qu'il n'avait pas le choix, Grey se résigna, et prit le paquet qu'on lui tendait. Satisfait, le Cuistot repartit. Le garçon aux cheveux rouges quitta donc le navire, un paquet à la main. Mais il le fourra immédiatement dans sa poche et se dépêcha de ne plus y penser. Il l'aurait bien jeté dans la poubelle la plus proche, l'ennui c'était qu'il avait déjà eu recours à ce stratagème une fois, et malheureusement pour lui, le Chef avait senti son plat parmi les autres ordures lors d'un précédent arrêt. Il avait été tellement vexé cette fois-là que tout l'équipage avait dû se préparer à manger seuls pendant deux semaines. Et ils s'étaient vengés sur Grey... Pas question de revivre ça !

- Alors, alors... Où pourrais-je donc aller ?, fit-il en regardant autour de lui.

Des passants, des boutiques... La banalité absolue. En plus de ne plus supporter de rester sur un bateau où il ne se passait jamais rien, Grey aimait bien découvrir les spécialités locales, autant pour la nourriture que pour les activités. C'était ça, non ? Découvrir le monde ! Mais là... Et zwiiip ! Grey glissa sur un bout de papier et manqua de se casser la figure. Le papier en question étant resté collé sous la chausse, le jeune homme l'attrapa sans ménagement, et regarda à cause de quoi il aurait pu se péter quelque chose.

*Zoo O'Tarie...Nin nin nin... Des créatures uniques...Nin nin nin... Dans un espace aménagé spécialement.... Hun hun...*

- Bon, on dirait que j'vais commencer par là.

Suivant le plan qui était indiqué au dos, mais un peu crade du fait d'être resté par terre, le garçon aux cheveux rouges arriva au bout d'une dizaine de minutes devant le dit Zoo. Pas moyen de se tromper sur le lieu. De grandes grilles de plusieurs mètres de haut faisaient office de protection, en plus de toutes les affiches souhaitant la bienvenue aux visiteurs. Une petite queue devant le bâtiment principale attendait, avançant assez vite. Grey se plaça derrière un petit garçon et son père. L'enfant était tout excité d'y aller, le père, plutôt anxieux.

Quand vînt son tour, Grey se retrouva face à un homme équipé de lunettes grossissantes et de gants en caoutchouc. Il regarda à peine le jeune homme, et tapota ensuite sur sa machine en marmonnant pour lui-même.

- Une place donc...

- Euh... oui..., fit Grey en s'accoudant au comptoir.

Le caissier appuya sur une touche qui déclencha un éclair bruyant et lumineux tout autour de la caisse. Le visiteur aux cheveux rouges se recula aussitôt sous l'effet de la surprise. Le caissier lui, n'avait pas l'air d'être tellement choqué que sa machine envoie des éclairs. Pire, il gloussa.

- Ouh ouh, pas facile l'électricité...

Grey ne s'approcha pas plus que nécessaire quand il eut à donner l'argent du ticket, et il eut raison. Au moment de l'ouverture du tiroir caisse, trois touches sautèrent hors du clavier, dont deux frôlèrent la tête du client. La dernière tapa le caissier au front, mais il ne s'en formalisa pas.

- Oups, fit-il dans un autre gloussement. Tenez, bonne visite !

Grey attrapa son ticket du bout des doigts tellement l'encre coulait encore dessus. Préférant ne pas faire de commentaire qui aurait pu le retenir encore un long moment à la caisse, il passa son chemin en entendant un autre "Oups ! Pas encore au point." derrière lui. Avec une qualité d'accueil comme celle-là, c'était à se demander si les animaux ne seraient pas en carton. Enfin, Grey allait vérifier par lui-même bien assez tôt, il entrait dans le Zoo.


Dernière édition par Grey le Ven 8 Fév 2013 - 19:25, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttp://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Azraël


Feuille de personnage
Dorikis: 1076
Popularité: -36
Intégrité: -34

Ven 28 Déc 2012 - 21:31

Le zoo, un vieux rêve d’enfant que gardait Az au plus profond de son être. Il avait si souvent voulu en arriver là, pouvoir aller s’émerveiller devant des créatures plus étranges que lui et/ou les sucreries étaient réputées pour être si délicieuses. Le genre d’emplacement touristique ou une journée se n’est pas assez, vous voyer le genre. Enfin, Az arrivait devant le grillage d’entrée, juste avant lui, un jeune homme aux cheveux rouges prit place. Déjà il avait volé sa place, mais bon il était de bonne humeur aujourd’hui. Quand arriva son tour à la caisse, le garde l’interpella d’un ton trop certain, Az cria alors un peu sur le pauvre homme, histoire de le tester et de voir s’il ne pouvait pas entrer gratuitement, voyer vous, passer la nuit dans un bordel et se payer des dizaines de filles simplement pour laver son épée avec l plus grande attention n’était plus donné de nos jours.

- Bonjour, une place ?

- Non.

- Combien mon cher monsieur ?

- Aucune, je suis, attend, c’est une blague c’est ça, tu sais qui je suis non ?

- Euh excuser moi se doit être les chocs électriques je n’ai aucune idée…

- Regarde-moi un peu, j’ai rendez-vous cette semaine tu voies le genre ?

- Attendez je regarde dans ma base de données…

L’agent se retourna ouvrir un petit classeur où y résidait un agenda, il parcourut quelques lignes et trouva l’information qu’il croyait chercher.

- Ah saillait, pardonner moi, je croyais que le dompteur d’animaux exotique ne commençais que demain !

- Oui c’est bien demain, mais je viens faire un petit tour pour me familiariser, tu vois.

- Oui c’est certain, tenez alors !

L’agent pitonna de nouveau sur quelques boutons et fit sortir un morceau de papier pour le dompteur. Azraël le mis dans une poche puis passa la grille en riant, trop facile non de dieu.

Une heure après son arrivé, il avait eu le temps de faire un bref tour des lieux quand le garde de l’entrée l’aperçue de nouveau, il était en pause déjeuner et demanda au nouvel employé s’il avait vu l’intérieur des bureaux pour employer. La réponse fut bien évidemment négative et alors qu’il s’apprêtait à refuser l’invitation il fut tiré de force à l’intérieur.

L’intérieur était décoré avec mauvais gout, des répliques peintes un peu partout, comme si le zoo n’était pas assez peuplé d’animaux, bref… Par contre l’emplacement était très bien organiser, moniteur den den vidéo dernier crie et sirène d’alarme pour les urgences. Plan du parc et divers boutons de toutes les couleurs, l’employer lui présenta le tout comme étant la tour des opérations. Alors qu’il s’en allait vers la sale suivante, le pauvre imbécile se pris les pieds dans l’un des fils et tomba su le panneau de contrôle.

BIP, BIP, BIP, BIP, BIP, BIP, BIP, BIP, BIP, BIP, ALERTE, ALERTE, ALERTE, CODE GL7 ROUGE !
Les écrans sautèrent les un après les autres dans un fracas de petite explosion. L’agent mal à l’aise se retourna alors vers son invité, malheureusement il venait d’ouvrir toutes les cages de tous les animaux… Il demanda évidemment l’aide du pseudo dompteur et mis la faute sur la technologie, à cette foutue technologie. Bon, Az allait devoir jouer les nounous, le bon côté des choses s’était que toutes les cages bien qu’ouverte n’était que déverrouillé, il suffirait pour les animaux stupides de la refermer manuellement avec les clefs obtenues.

- Euh avant que vous ne sortiez, pardonner moi de vous demander ceci, mais voilà prenez ça, profitons de la situation pour calmer les Pingouins Ninjas, l’heure annuelle de leur vaccin arrive et ils seront bien évidemment les premiers au courent pour l’accident, n’oubliez pas, aucun animal ne doit être blessé gravement, mais pour eux je crois que nous devrons nous contenter de, ramener les vivent et au complet. Merci d’avance.

Azraël prit le pistolet automatique et tranquillisant qu’il venait de lui tendre, en fait il était semi-automatique et disposait de vingt munitions par recharges. Il ne comptait pas l’utiliser, mais avec les animaux, et s’il ne devait pas les tuer, se serais peut-être plus facile ainsi.

Une fois dehors, il bouscula un jeune homme qui trébucha au sol, c’était un accident ça aussi, mais Az l’aida à se relever. Le jeune homme aux cheveux rouge n’était pas blessé heureusement, car là les choses n’auraient vraiment pas été simples pour une journée qui avait aussi bien débuté.

- Pardonne-moi petit, je ne t’avais pas vue. Euh, pourquoi tu marches contre le courent des gens, je veux dire les animaux sont a moitié sortie de leur cage, tu devrais suivre tes semblables vers la sortie non ?

C’était vraiment étrange, cet homme aurais dû avoir la peur de sa vie en entendant le gros avertissement, mais bon un peu de courge ne fessait jamais de mal et Az aurais surement besoin d’aide pour retenir tous les animaux, autant le prendre avec lui s’il était capable de se défendre.
http://www.onepiece-requiem.net/t6576-azraelhttp://www.onepiece-requiem.net/t20361-fiche-technique-de-azrael
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Sam 29 Déc 2012 - 18:16

Un bref coup d'oeil au plan, et c'est parti ! Direction la Zone 1 ! Un chemin est tout indiqué, fait de pierres, encadré de plantes vertes et moins vertes, aussi grandes que belles. Plusieurs personne sur le chemin, mais la circulation est fluide. Et les premiers animaux que rencontre Grey sont... Des chats ! Mais ! Des chats à...

* Deux...quatre...six pattes ?! Et des gros bestiaux en plus !*

Et par gros, il voulait dire, grand, mais leur bide collait bien à leur taille, tout aussi énorme. Leur enclos n'avait quasiment pas de barrière. Une simple petite grille, histoire de délimiter la zone où les passants ne devaient pas aller, mais qu'est-ce qui aurait pu empêcher ces matous d'aller au-delà ? Non pas qu'ils avaient l'air d'avoir envie où que ce soit d'ailleurs. Leur attention était entièrement tournée vers vers une espèce de gros chaudron posé en plein milieu de leur territoire, d'où s'échappait des vapeurs vertes. L'un des chats, un orange tigré, tournait une espèce de grosse louche avec sa queue, et un autre au poil noir mettait quelque chose qu'il venait de rapporter d'un passant. Trouvant tout cela plus que louche, Grey se décida, enfin, à lire la pancarte.

- Oh... Des Chats-Gourmets. Me demande qui fait le pire repas. Eux ou le Cuistot quand il n'a pas de recette sous le nez.

Grey se pencha un peu plus en avant pour lire la fin de ce qui était écrit sur les Chats quand une voix de vieillard retentit derrière lui.

- Je vous préviens ! Vous n'avez pas intérêt à donner à manger !!

Grey se retourna, et constatant qu'il était à présent le seul visiteur dans les parages, supposa que c'était à lui qu'on s'adressait. Avec un léger froncement de sourcil, il répliqua :

- Mais je ne leur ai rien donné !

Le vieil homme était plus petit que Grey de trente bons centimètres, avec une carapace de tortue sur le dos. Drôle de décoration. Il tenait également un journal roulé sous le bras.

- C'pas à vous que j'parle, c'est à eux !, fit-il en pointant les matous de son doigt desséché.

Le regard sceptique du jeune homme allant du vieux aux chats et inversement dut être remarqué, car le vieil homme ajouta :

- Je connais bien leurs habitudes depuis le temps. Je suis le Gardien ici ! Papy Wapiti qu'on m'appelle, p'tit ! Et eux, ils avaient le regard fixé sur toi. Tu étais leur prochain goûteur.

- Et faut pas prendre ce qu'ils nous donnent ?

- J'te le conseillerais pas, mon gars, fit-il en se grattant la tête. Y'a eut des fois où c'était franchement pas dégueux, mais c'est rare. La plupart du temps, c'est pas fait pour l'humain ce qu'ils mélangent.

Les deux humains regardèrent quelques temps les Gourmets en train de touiller leur chaudron d'un air déçu, Wapiti apprenant à Grey deux ou trois choses sur le Zoo, que les animaux avaient de grands espaces, presque sans grilles en temps normal, mais qu'en ce moment, pour certains d'entre eux, ils avaient aménagés des cages à cause de la saison. Les gérants soupçonnaient que c'était hormonal, une espèce de saison des amours, qui les rendait un peu plus sauvages et dangereux, mais que le reste du temps, y'avait pas de soucis. Et finalement le vieil homme laissa Grey tout seul, expliquant qu'il avait autre chose à faire. Le jeune homme le regarda partir et sentit bientôt qu'on lui tapotait l'épaule. En se retournant, il constata que trois chats étaient devant lui, l'un avec une cuillère tendue vers l'humain.

- Oh... euh... je..., commença Grey. Il se rappelait très bien l'avertissement de Papy Wapiti. D'un autre côté, il avait déjà goûté des trucs infects, et il pensait que ce serait dur de faire pire que ses expériences précédentes. BEURK !!!

Perdu, c'était l'un des trucs les plus ignobles qui n'ait jamais passé sa langue. Les Chats eurent l'air de se marrer, mélangé à des miaulements c'était dur à dire, mais en tout cas, ils repartirent en sautillant. Le vieux l'avait prévenu ! Il l'écouterait peut-être la prochaine fois ! Mais pour se venger, Grey retira de sa poche le casse-croûte de son cuistot, et le balança fort sur le chat qui l'avait fait goûter à sa mixture. Grâce à leur instinct, les Gourmets se retournèrent, mais la cible fut atteinte. Le drôle de sandwich tomba en plein sur le pif de l'animal. D'abord offensé, le chat passa sa langue sur le jus qui coulait. Si il fit une grimace exprimant son dégoût, ce qui fit plaisir au jeune homme, il prit néanmoins le reste et le fourra dans sa marmite. Les autres félins regardèrent avec curiosité leur compagnon qui ajouta un autre ingrédient mystère avec sa queue, et la couleur verte des vapeurs devînt soudain rouge. Alors le chat revînt vers Grey, et lui tendit une nouvelle cuillerée.

Grey n'était pas sûr de vouloir accepter. Il s'était déjà fait avoir une fois, et ce coup-ci, il n'aurait plus rien à balancer en guise de représailles. Toutefois, il inspira profondément, et sans vraiment savoir pourquoi il le faisait, prit la cuillère et mit son contenu dans la bouche.

*C'est trop bon !! Quelle explosion de saveurs !*

C'était tellement différent du précédent essai ! Un régal ! Il s'apprêtait à en demander encore quand il réalisa, et le Chat-Gourmet aussi, que les autres avaient dévalisé la marmite. Plus une seule goutte... Avec fureur, le Cuistot retourna vers ses compagnons pour leur feuler dessus ! Déçu, Grey décida de changer de coin. Mais cet amuse-gueule avait réveillé son appétit. A l'entrée, il y avait de la nourriture. Et ce ne serait qu'un petit détour. Décidé, Grey retourna à l'entrée, mais avant d'avoir pu acheter quoi que ce soit, une alarme retentit.

La poisse ! A peine le temps d'aller voir des Chats Cuistot et de revenir pour un casse-dalle que tout est perturbé. En plus c'était le genre d'alarme forte et bruyante, qui, même si rien de grave n'arrive, suffit à foutre les pétoches à tout le monde. Ce qui ne tarda pas à arriver. La foule se rua hors du Zoo comme si la mort était à leurs trousses. A se demander qui étaient les animaux dans le coin. Grey, trop surpris par ce mouvement de panique, n'eut même pas le temps de s'écarter, et dut se protéger du monde qui le bouscula de tout les côtés, avant d'être finalement envoyé au sol. Mais pas de casse, nice. Quand il se releva, il prit le soin de bien s'épousseter, avant de répondre au type qui, comme lui, n'était pas parti en courant.

- J'sais pas. Pas eu le réflexe sans doute.

Grey prit le temps de détailler son interlocuteur. Un jeune homme aussi, mais avec des trais tirés, et un air un peu effrayant. Si le jeune homme aux cheveux rouges n'avait pas déjà vu pire au cours de sa vie, il aurait peut-être flippé. Autre détail intéressant, la grande épée qu'il portait dans le dos. Elle devait peser son poids celle-là. Les longues armes n'avaient jamais été le point fort de Grey. Petit, il avait une faible constitution, ne lui permettant pas de soulever les sabres. Il s'était rabattu sur autre chose, mais sans remords ! En plus de cette épée, il avait un pistolet à la main le type. Que diable faisait-il donc avec ça à découvert dans un Zoo ? Si Grey n'avait pas entendu l'alarme, il aurait pu croire que c'était à cause du mec armé que les gens avaient fuis. S'apprêtant à lui demander des informations à ce propos, le jeune homme aux cheveux rouges fut toutefois interrompu par Papy Wapiti, qui courrait comme un damné dans un chemin menant dans le Zoo.

- Allez voir les Pingouins ! Ne perdez pas plus de temps, fit-il en s'adressant au type avec l'épée dans le dos. Je vais voir les Cochons Volants, z'ont dû paniquer !

- Parce qu'il y a des Cochons Volants ? C'est pas vrai... J'vais tout louper à cause de cette alarme ! Sauf si...

Le jeune homme se tourna vers l'autre. Lui, il allait rester pour aider avec les animaux. Alors pourquoi Grey ne pourrait-il pas faire de même ? Non seulement, il aurait l'impression d'avoir payé son billet pour quelque chose, mais en plus, il verrait peut-être des choses que les visiteurs normaux n'avaient pas la chance de découvrir en général. Sans oublier que le garçon aux cheveux rouges avait passé dix ans à se balader, et survivre, dans une forêt qui n'avait rien d'une promenade de santé. A cause des plantes locales, mais aussi à cause de ses habitants sauvages. Il savait y faire avec les bêtes !

- Ils sont où vos pingouins ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttp://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Azraël


Feuille de personnage
Dorikis: 1076
Popularité: -36
Intégrité: -34

Dim 30 Déc 2012 - 17:05

Un peu désorienter, Az n’écoutait plus se qui se passais autour de lui, il ne vit pas le moins du monde le vieux a la carapace, au lieu il cherchait déjà un chemin pour traquer les bestioles des neiges. Le rouquin piqua ensuite sa curiosité, il voulait voir les pingouins…

- Tien attrape, si tu m’aides je te revaudrais sa ! au fait je suis Az.

Az venait de lui tendre le pistolet tranquillisant, lui il n’aurait même pas pu atteindre une cible immobile à un mètre. Bon les choses sérieuses allaient débuter, il interdit d’abord au mec de l’entrée de ne plus bouger, il avait fait assez de dégât ainsi.




De l’autre côté du parc, dans un souterrain peu éclairer, une horde de pingouins s’était rassemblée. Leur chef enturbanné d’un ruban rouge prit la parole de sa petite voix aiguë.

- Mes frères, aujourd’hui arrive le moment tant attendu ! nos efforts pour dérégler le courant du parc est arrivé à destination, euh, oui nous avons déréglé la caisse de l’entrée et le cours circuit arrivé aujourd’hui nous permet de commencer le plan (Œil de Dieu).

Une foule d’acclamation ou de clapotis de nageoires se firent entendre, plusieurs sifflèrent et puis d’un seul geste le silence revint.

- Moi Ping cinq, je donne donc les directions quand a l’attaque sur le parc. Comme vous le savez, ce plan consiste à dompter toute personne se dressant sur notre chemin, voici donc par quoi nous allons commencer. Équipe un vous aller prendre le contrôle des Chats-Gourmets, utiliser leur connaissance culinaire pour empoissonner toutes les sucreries, nous utiliserons notre réserve de hareng sécher pour les appâter dans notre plan.

Une section se détachât et partit a pas d’oiseau, s’était la section première armée de poisson pourri. C’était aussi le début d’un plan diabolique qui ferait bien des dégâts.

- Unité deux, occuper vous des Yacks rieurs, ont doit soie les mettre à l’écart, ils doivent être emmené dans une pièce ou ils s’occuperont de la torture des quelques survivants. Promettez-leur des gens laids et faciles à insulter au point de rendez-vous ! Unité trois, les Scarabées cleptomanes, ils serviront de monture a votre escouade qui doit trouver toute menace, mais vous ne combattez que si la situation est désespérer, nous devons les maintenir en vie pour la deuxième phase, celle du vol de tout se qui peut être utile, avec ça nous agaceront un butin considérable et pourrons dominer le parc. Pour les convaincre, on les laissera voler dans la réserve !

Une autre acclamation se fit entendre puis les deux nouveaux détachements partirent ensemble.

- Pour la dernière unité de la zone un il faudra faire plus attention, les Cochons volants sont imprévisible, donc aller chercher les laisse que nous avons fait confectionner et mettez en au plus grand nombre possible, nous n’avons aucun autre moyen de les contrôler, donc énerver les plus débiles ils voleront et nous servirons de couverture. Pour ceux qui réussiront à monter, faites la reconnaissance du ciel pendant que l’équipe technique brouillera le signal des escargots pour qu’on puisse vous entendre partout dans le parc.

Les deux escouades partirent encore une fois avec la détermination imprimer sur leur visage.

- Débutons rapidement la zone deux, les Taupes Légionnaires seront les plus faciles à contrôler, sufi de leur donner des ordres sous forme de missions, dites leur qu’il serve le nouveau pays, mais ils ne pourront que s’occuper des zones sombres, donc les tunnel le jour et les rues la nuit ! Les Chauves-Souris chocolatières, elles seront difficiles à contrôler, mais promettez-leur le chocolat des médailles que possèdent les taupes, ça et une recette nouvelle au cas où. Elles s’occuperont de rester cacher un peu partout et utiliseront leur sens aiguiser pour trouver les ennemis !

Ping pris une pose pour boire un ver d’eau fraiche, puis il mastiqua une sardine et repris la parole d’un ton grave, pendant cette pause la sale s’était encore une fois vidé, il ne devait plus qu’en rester la moitié.

- Pour les derniers dans la sale, vous savez se que vous avez à faire, je resterais ici pour diriger les opérations avec mes quatre subordonnés et nos gardes personnels, faites tout se qui est en votre pouvoir pour reprendre se parc et nous libérer du gouvernement ! Redonnons au peuple ce qui lui appartient !




De retour en haut, Az et Grey venait d’arriver en face d’une petite maisonnette, selon les dires de papy machin, ils seraient capables de trouver à l’intérieur le moyen de contrer tout type d’animaux, mais le problème c’était les petits hommes cravates, comme disait le vieux. Ils profiteraient à coup sûr de leur moment de faiblesse pour attaquer, du coup Az laissa Grey rentrer dans la maisonnette et surveilla la porte tout en attendant son compagnon provisoire.
http://www.onepiece-requiem.net/t6576-azraelhttp://www.onepiece-requiem.net/t20361-fiche-technique-de-azrael
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Lun 31 Déc 2012 - 0:56

La petite baraque qui se tenait devant eux était tout sauf normale. On l'aurait dit sortie d'un cartoon ! Des formes même pas droites, un toit rouge vif, des planches marrons jaunes, et des petites fenêtres vertes. D'une manière générale, elle est aussi trop petite. La porte, rose, était à la taille du Papi Wapiti, environ un mètre cinquante. Grey la poussa doucement, n'étant pas sûr de ce qu'il trouverait à l'intérieur, et avança prudemment dedans, quasiment plié en deux pour pouvoir passer. C'était sombre, très sombre. Le jeune homme releva la tête mais se cogna contre un truc. Probablement ce qui faisait office de lampe. Il se décala un peu, pour laisser entrer la lumière naturelle, puis détailla ce qu'il voyait. Des pancartes sur une petite étagère, avec le nom des animaux, et en dessous, des seaux dans lesquels étaient entassés différents trucs.

*Donc ce qu'il y a là-dedans doit nous permettre de les calmer...*

Il n'avait pas tort. Sur la rangée de gauche, on trouvait de l'herbe à chat pour les Gourmets, photos compromettantes et mecs laids pour les Yacks Rieurs, ou encore plein de petits objets brillants pour les Scarabées Cleptomanes. Au milieu, pour les Cochons Volants, seau de boue et d'épluchures de patates. Et à droite, c'était médaille en chocolat pour les Taupes Légionnaires, fèves de Cacao pour les Chauves-Souris Chocolatières, et enfin, ce que cherchait Grey, le seau des Pingouins Ninjas. Dans celui-là y'avait...

- Rien ? Comment ça se fait ?

Le garçon aux cheveux rouges prit le seau, regarda au fond, le retourna, chercha dessous, mais effectivement, pas la moindre trace du calmant à pingouins.

- Evidemment, sinon ça aurait été trop facile, grommela-t-il.

Mais des fois qu'ils doivent ensuite aller voir les autres animaux, Grey attrapa quelques médailles en chocolat, deux ou trois fèves des plus petites fèves de cacao, une paire de photos compromettantes, ainsi qu'une montre chacun, pour lui et Az. Par contre, il s'épargna la charge d'un seau de boue, et comme le Gardien partait pour les Gourmets, l'herbe à chat ne leur serait probablement pas utile. Par contre, il tomba sur des filets de captures. Ca, il le prit. Une fois ressorti de la cabane, la lumière fit mal aux yeux du garçon. Pas longtemps, heureusement. Il partagea ensuite son butin avec son camarade, des fois qu'ils soient séparés, et consentit à lui révéler son nom.

- Moi c'est Grey. Voilà tout ce qu'on a pour les calmer. Mais y'avait rien pour les pingouins. Un bruit indistinct s'éleva un peu plus loin devant. On devrait y aller.

Le jeune homme étudia l'arme qu'on venait de lui transmettre. Il regarda les balles qui n'en étaient pas vraiment. Juste des tranquillisants. A moins de trouver leur petit point faible du seau, c'était leur seul moyen de calmer les pingouins. Le duo marchait, mais Grey ne savait pas où ils allaient. Il avait juste jeté un coup d'oeil rapide à la carte située à l'entrée du Zoo, et n'était pas allé plus loin que les Chats Gourmets. Toutefois, le bruit de tout à l'heure s'accentua. Le spectacle qui se déroula alors devant les yeux des humains fut pour le moins surprenant. A bonne allure avançaient des scarabées taille chien, bleus, rouges, noirs, ou encore verts, avec sur leur dos, des pingouins. Si beaucoup de pingouins ne dépassaient pas les soixante centimètres, deux autres par contre avaient un bon mètre quarante, à qui il fallait deux scarabées pour tenir convenablement dessus.

- Alors ça..., lâcha Grey tandis que les bestioles arrivaient autour des deux humains.

- Qui êtes-vous ?, demanda un des grands pingouins d'une voix pas naturelle, plutôt robotique. Identifiez-vous !

Le garçon aux cheveux rouges fronça les sourcils. Il venait bel et bien d'entendre un pingouin parler, pas de doute. Comment avait-il fait ? Mais pas le temps de s'interroger plus que ça, un scarabée lui saute à la jambe, essayant de s'emparer d'un de ses couteaux de jet à la ceinture. Grey le repousse d'un coup de bras. Il ne revient pas à la charge.

- Tenez votre scarabée !, lance le grand pingouin.

L'autre lui fit un vigoureux signe de tête affirmatif, tirant les rênes pour dompter son insecte.

*Ils chevauchent les scarabées Cleptomanes donc...*

Mais Grey le sentait, tout les scarabées remuaient sur place. En voyant leur congénère s'attaquer à un objet, ils avaient envie de faire pareil. C'était dans leur nature.

- Humains ! Repartez d'où vous vanille ! Cet endroit est gâteau Lenôtre désormais !

Ah, quelques fausses notes dans la matrice. Soit ils avaient appris la langue humaine de travers, soient ils avaient avec eux quelque chose qui...

*Les colliers...*

Il n'y avait pas prêté attention jusqu'à maintenant, mais les pingouins avaient autour du cou une lanière de cuire avec une espèce de petit micro. Toutefois, tous n'en possédaient pas. En fait, à part les deux grands, personne n'en avait. Un privilège de Supérieur hiérarchique sans doute. Il devait le dire à Az.

- Ils parlent pas vraiment notre langue. Ils ont un truc autour du cou qui doit faire interprète. Puis, baissant le ton, il ajouta : Les scarabées n'y tiennent plus. Ils veulent nos objets. Si on se débrouille bien, on peut faire tomber tout les pingouins d'un coup, et capturer les scarabées. Faut juste leur donner envie.

Grey enleva sa veste, révélant à tout le monde ses couteaux de jet à sa ceinture, et ses lames de combats fixées aux bras. Ajouté à cela une fausse montre en or qu'il exhiba en la remuant grossièrement en faisant mine de lire l'heure.

- Désolé, on ne peut pas partir, fit-il en continuant de bien montrer ce qu'il possédait.

- Et pourquoi çaaaaaa....?

- On a des choses à régler.

- Pingouins, saisissez-vous d'eux !

Mais avant d'avoir pu tenter quoi que ce soit, les scarabées bondirent sur les deux humains, faisaient tomber par terre tout les cavaliers. Il faudrait dans un premier temps se débarrasser des insectes pour ensuite aller attraper les oiseaux. Ca s'annonçait galère !
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttp://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Azraël


Feuille de personnage
Dorikis: 1076
Popularité: -36
Intégrité: -34

Mar 1 Jan 2013 - 15:18


Alors que tous les scarabées sautaient sur Grey, Azraël en profita pour assener quelques coups de lame aux plus petits pingouins, ne vous inquiétez pas, seulement du dos de sa gigantesque lame. Au meilleur des cas, ils auraient un bleu sur la tête… voyant que la situation ne s’arrangeait pas pour son camarade, il prit la montre qu’il venait de recevoir, la jeta au sol et l’écrasa du talon. Heureusement la mauvaise qualité de cette fausse réplique avait grandement aidé la réalisation du projet, Az ramassa les quelques morceaux et les jeta aux insectes multicolores, l’effet ne fut pas instantané, mais au moins un peu moins que la moitié lâchèrent Grey pour s’occuper des petits bijoux au sol. Ça fonctionnait !

- T’en fais pas Grey je reviens t’aider après m’être occupé des deux mastodontes.

Pas une seconde d’hésitation, Az fonça directement sur le premier et assena un coup de pommeau directement dans son gros ventre velu. Il tomba à la renverse et émettant un petit son électrique, quant au deuxième il s’était de son plein gré jeté au sol pour pouvoir se mouvoir plus facilement. Les enfoirées étaient beaucoup plus habile au sol il glissait sur leur ventre en avançant avec leur pied…

- Eh merde.

Les cibles devenaient de plus en plus dures à toucher et les coups d’épée dans le vide pouvaient s’avérer dangereux. Az décida donc de ranger sa lame malgré la forte envie qu’il avait de trancher ses petites créatures en deux, il recula un moment avant de percuter une petite barrière.

- Parfait !

Il venait de trouver un manche à balai dont la tête fut tranchée en une fraction de seconde, avec ça, il pourrait frapper à pleine puissance, être plus efficace et éviter de tout découper en rondelle. De son côté, Grey avait l’air de bien s’en tirer. Il prit donc le chemin du premier gros tas. Le combat ne dura pas bien longtemps, le premier coup derrière la tête avait déjà eu raison de la bête, mais lui avait décidé d’en assener un deuxième dans le dos de l’animal pour qu’il ne puisse pas se relever. Le deuxième pingouin fut malheureusement plus rapide et le fit même tomber sur les fesses en fauchât ses jambes avec sa nageoire.

- Grey, j’espère que s va mieux de ton côté, moi je suis furieux maintenant !

La rage n’était certes pas la meilleure arme, mais elle aida Az à se ressaisir, il pue ainsi planter le manche de bois au sol créant un obstacle inévitable pour la créature. Quand le premier combat de la journée fut terminé, Az regarda les scarabées un peu partout autour, le môme s’était bien démerdé, il faux avouer qu’il n’avait pas l’air bien coriace, mais bon, euh attendez un instant, ou sont les ?

- Dis, l’ami t’aurait pas remarqué ou sont les mini demi-portions ?

Ouais, quel merdier, à peine avaient-ils le temps d’attacher leur première prise qu’il se rendait compte de la disparition des petits pingouins. Où était-il bien parti ?

http://www.onepiece-requiem.net/t6576-azraelhttp://www.onepiece-requiem.net/t20361-fiche-technique-de-azrael
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Mar 1 Jan 2013 - 19:14

Coup de paume, coup de coude, coup de genou ! Tout les moyens sont bons pour repousser cet afflux d'insectes cleptomanes qui ne désirent qu'une chose, voler toutes les babioles que possède le jeune homme. Et ils y mettent du coeur ! Ils s'agrippent sur Grey, le font remuer dans tout les sens, si bien qu'il manque de tomber une fois ou deux. L'ennui, c'était que les scarabées ne laissaient pas un centimètre de peau tranquille, ainsi le garçon aux cheveux rouges était dans l'incapacité de réagir efficacement. Heureusement, Az vînt à son secours, ce qui permit d'avoir d'abord un bras libre, pour prendre des insectes et les balancer au loin, pui sun pied, pour repousser ceux qui revenaient à la charge, et petit à petit, tous furent expédiés loin du corps du garçon. Comme son camarade, Grey explosa sa montre et balança les restes par terre. Ni une ni deux, il sortit un des filets récupéré dans la cabane et le balança sur la meute. A part un ou deux qui réussirent à passer entre les mailles et disparaître dans la nature, la pêche fut plutôt bonne.

Du coin de l'oeil, Grey vit les petits pingouins s'enfuir, et sortit son arme tranquillisante pour les arrêter, mais si un tir en toucha bien un, les autres étaient trop loin. Il fallut bien dix secondes pour que le sédatif fasse effet, permettant à la petite bête de parcourir quelques mètres de plus avant de s'effondrer. Az de son côté avait neutralisé les deux gros pingouins, et c'était l'essentiel. Car si c'était bien eux qui donnaient les ordres, les autres ne pouvaient qu'avoir fuis. Ils ne se tiendrait pas cent mètres plus loin pour tendre une embuscade.


- Ils sont partis. Sûrement retournés auprès du grand chef. Me demande si c'est aussi un pingouin.

En vérifiant l'état des dégâts, Grey se rendit compte qu'il avait pas mal de petites morsures un peu partout. Dans le feu de l'action, il n'en avait pas ressenti de douleur, mais maintenant, au vu de toutes les petites tâches de sang, il se rendit compte que sa manoeuvre n'avait pas été des plus prudentes. Au examen, son attirail. Ses lames de combat n'avaient rien, mais il lui manquait deux ou trois couteaux de jet ! Ah, ces insectes...

Grouiiiiiik !


Oh, un cochon ! Enfin, le son d'un cochon. Et l'image aussi ! Loin. Loin à l'est de la position des humains. Sûrement à l'autre bout du Zoo même. Mais véridique, au-dessus de la cime des arbres se détachaient les silhouettes de porcs ailés, avec autre chose encore au niveau du dos. Si Grey n'avait pas été témoin de la scène à laquelle il avait participé un peu plus tôt, il n'aurait pas deviné ce que c'était. Sauf que du coup, il savait. Les pingouins. Ils s'emparaient vraiment de cet endroit !

- On ferait mieux de continuer. Si les petits manchots sont allés prévenir leur Boss, on ne va pas tarder à les recroiser.

Grey aurait bien jeté un coup d'oeil au dispositif de traduction des colliers, mais Az les avait bousillés en arrêtant les piafs. Tant pis. Le duo se remit en route, suivant le chemin tout tracé par les créateurs du parc. Le jeune homme pensa au vieil homme. Est-ce que tout allait bien pour lui ? Les chats n'avaient pas l'air de mauvais bougres. Mais si les pingouins s'en mêlaient, ça pouvait être une toute autre histoire. Enfin, préférant faire confiance au Gardien, il chassa les pires scénarios de sa tête.

Ils réussirent à marcher cinq minutes avant de voir la deuxième bizarrerie de la journée. A un croisement, le duo dut s'arrêter pour voir passer un petit pingouin qui marchait à reculons avec une photo entre les ailes, suivi par tout un troupeau de Yaks allègres qui avaient les yeux rivés sur l'image. Derrière, un autre pingouin avec un air parano vérifiait que toutes les bêtes restaient dans le rang. Puis il aperçut les deux humains. Aussitôt, il siffla à son compagnon le problème, qui arrêta sa marche. Il bondit sur place ! Le coup de la surprise sans doute. Après quoi il jeta l'image en l'air et partit en gesticulant. Le parano se mit en position de combat, prêt à affronter ses adversaires. Grey tendit le pistolet paralysant devant lui, et tira. Plaaf ! La bestiole, face contre terre, était neutralisée.

- Bon, j'sais pas trop ce qu'ils voulaient faire des Yaks, mais on devrait peut-être pas les laisser traîner au milieu du chemin.

Grey sortit alors de sa poche des photos qu'il avait pris dans la cabane, alla se poster devant les bêtes, et leur montra. Celles-ci se mirent immédiatement à sourire. Si si, elles souriaient, je vous assure. Elles avaient l'air même encore plus contentes que quand c'était le pingouin qui avait une image. Mais étrangement, elles ne regardaient même pas ce qu'on leur montrait. Elles avaient les yeux rivés sur Grey. Sur...

- C'est mes cheveux qui vous font marrer ?!!

Meeeeeuuuuuhaaaaaaaha Meuuuuuuuhaaaaaaaha Meuuuuuuhaaaaaaha !!


D'un coup, elles se mirent en marche, même à courir, passant sur les côtés de Grey, et filant sur la promenade. Alors qu'elles filaient, on les entendait toujours ricaner.

- Bandes de... Vous allez voir !!!

Et Grey se mit à leur poursuite. Il en oubliait complètement son compère, leur objectif, pour se concentrer sur l'insulte qui lui était faite. Il avait pris l'habitude d'ignorer les remarques des gens. Bon, des fois, il remettait en place un mec ou deux, mais dans l'ensemble, il s'y était fait. Mais que là, des grosses vaches s'y mettent, c'était trop. Et Az se retrouvait seul..
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttp://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Azraël


Feuille de personnage
Dorikis: 1076
Popularité: -36
Intégrité: -34

Sam 5 Jan 2013 - 0:57

Une fois les vaches et le mec aux cheveux rouge partit un peu plus loin, Az lui décida de parcourir un bon bout de chemin, tapant sur tout se qui bougeait pour être sur de ne laisser personne de conscient derrière lui, il arriva bientôt à l’enclos des cochons. Les pauvre se fessait harceler par de petit oiseau qui ne savait pas voler, quelle ironie quand même… Enfin, il massacra tous les pingouins, un coup de bâton par ci par la et toute la place se retrouva bien calme, les bêtes roser s’était même rassembler en un point bien précis affin de se resserré et ainsi probablement se protéger du gros bourrin.

- Vous n’inquiétez pas, leur répondit Az. Mais si j’étais vous, je me mettrais en vole et je ferais tomber toutes ses bêtes diaboliques du dos de vos amis. Si vous vous aidez, ils seront impuissants et je ne vous frapperais pas.

Aussitôt dit que les cochons ange s’envolais aider leurs semblables. Voilà une bonne chose de faite. Puis alors qu’il se retournait il n’eut le temps de dire que :

- Toi ?

Qu’il ressue un coup sur la tête. L’épéiste se fit ensuite emmener bien loin, quelque part ou le public ne peut généralement pas aller, sous terre et encore bien plus loin qu’ou se terre les taupes légionnaires.

Grey s’en tirait-il mieux ? Se ferait-il avoir lui aussi ? Mais que diable se passait-il dans se zoo, c’était bien plus qu’une révolution, un vrai complot fessaient rage et une guerre inévitable était sur le point de s’enclencher !
http://www.onepiece-requiem.net/t6576-azraelhttp://www.onepiece-requiem.net/t20361-fiche-technique-de-azrael
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Sam 5 Jan 2013 - 20:00

Le jeune homme rattrapa les moqueurs un peu plus loin sur le chemin. Les bêtes s'étaient arrêtées à une espèce de rond point qui envoyait, suivent la direction choisie, vers différents endroits du zoo. Apparemment, elles n'étaient pas d'accord sur le chemin à suivre. D'après les panneaux, certains Yacks voulaient aller du côté des Chats, d'autres quitter le parc, et encore d'autres retourner à leur enclos. Mais quand ils virent débarquer Grey, tous se rassemblèrent, et recommencèrent à se moquer.

- Nan mais ça va bien, oui ?! Arrêtez maintenant, bande de grosses vaches !

Effet pas super puissant. Certains animaux s'arrêtèrent de rire pour méditer sur l'insulte, mais la plupart repartirent de plus belle. Un des Yacks voulut s'approcher dans le dos de Grey, mais ses sabots faisaient tellement de bruit qu'il fut grillé direct. Dans sa bouche, il tenait du gravier ramassé...où ? Bonne question ça. Donc, il avait du gravier dans sa bouche ! Ce n'était sûrement pas leur régime alimentaire habituel, les cailloux. Alors soit c'était pour lui bousiller les dents, soit c'était pour jouer un mauvais tour à l'humain. Lui cracher dessus ou autre connerie du genre. Dans le doute, et pour se venger comme il pouvait, Grey sortit ses lames cachées sur ses avant-bras, et en quelques coups bien placé, il avait tondu le Yack !

Meuuuhaha ! Meuuuuuheiiiiiiinnnnn ?!


Les rires étaient retombés. Avec de gros yeux ronds, les bêtes regardaient leur camarade à poils ! Gêné comme pas possible, le Yack croisait les pattes, comme pour se protéger de la vue de tous. Les autres se tournèrent vers Grey. L'ambiance avait bien changé d'un seul coup ! Si beaucoup avaient peur de subir le même sort, d'autres étaient énervés. Et quelques uns se foutaient même de la trogne de leur compagnon.

- Je vois...

Grey fusa sur les moqueurs, et quelques coups habiles et précis plus tard, ils étaient à la même enseigne. Cette fois, devant les têtes gênées à mort, ce fut l'humain qui se mit à rire ! Et ça ne plu pas à tout le monde. Plusieurs Yacks chargèrent. Mais visiblement, c'était pas leur genre de se la jouer bête sauvage qui fonce ! Ils étaient gros, mais malhabiles. Grey, avec sa souplesse et sa rapidité, n'avait aucun mal à les esquiver. Mieux encore, il donnait un coup de lame dès qu'il pouvait. Bientôt, presque tout le troupeau fut "à découvert". Les derniers étaient partagés entre la peur d'être tondus et l'envie de rire sur les copains. Finalement, l'envie l'emporta.

Meuuuuhaaaaaaaaaaha ! Meuhaaaaaaaaaha !


Grey apprécia le spectacle. Deux clans s'étaient formés. L'un riait, l'autre fusillait du regard le premier. Mais le plus comique arriva après. Les tondus jetèrent un oeil à l'humain. Ils le suppliaient de mettre les derniers au même régime. C'était tordant ! Néanmoins, le jeune homme était partagé. Les laisser comme ça, ou tous les tondre. Finalement, Grey préféra faire en sorte qu'aucun Yack ne puisse plus rire. Alors il bondit sur les survivants, et fit tomber les derniers bouts de laine. Fier de son travail, le jeune homme croisa les bras pour l'admirer. Plus aucun animal ne riait. Et ils continueraient de la fermer jusqu'à la repousse complète. Autant dire pour un long moment !

Riant toujours alors qu'il reprenait la route inverse, Grey s'aperçut que Az n'était plus là. Il avait dû continuer sa route. Qu'à cela ne tienne, il le rattraperait !

- Zut, un croisement...

Les cochons à droite, les taupes à gauche. Cruel dilemme... Grey s'apprêtait à prendre à droite, parce qu'il valait mieux pas que les pingouins bénéficient de reconnaissance aérienne. Mais alors arriva quelqu'un.

- Vous ? Papy Wapiti !!

- Oh ! Salut gamin ! Qu'est-ce que tu fous là ?, fit-il en se posant devant le jeune homme, pelle à la main.

- J'aide à ramener le calme. J'étais avec quelqu'un, mais on s'est séparés. Vous l'auriez pas vu, un grand type avec une épée dans le dos.

- Oh, lui ! Huuum. Nan, pas vu. Si tu as perdu de vue le dompteur d'animaux, ça craint.

*Alors, il bosse ici.*

- Qu'est-ce que vous faites avec cette pelle ? Je croyais que vous étiez allé voir les Chats Gourmets.

- J'y étais, mais ils avaient reçu la visite d'autres animaux.

- Les pingouins ?

- Nan, les taupes.

- Elles sont aussi dans le coup ?

- Le cou de qui ?

- Pas le cou, le cou. Le coup ! Les pingouins veulent s'emparer du coin ! D'ailleurs, il y en avait sur des Cochons tout à l'heure.

- Nom d'un balai ! Pourtant, y'avait personne chez les Cochons Volants mon p'tit ! Personne d'autre qu'eux.

- Et les taupes alors ?

- Chui pas sûr, mais y'a un bout de temps que ça sent le complot là-dedans. J'crois qu'ils veulent s'allier aux Chats contre les Chauves-Souris Chocolatières. Elles leur ont fait tellement de crasses...

- Euh... Je... vais aller directement voir chez les pingouins dans ce cas.

Grey ne devait plus perdre de temps, et de toute évidence, le Pépé n'avait pas toujours toute sa tête. Il reprit sa route, direction les taupes, espérant tomber ensuite sur un autre chemin pour les Pingouins Ninjas, mais le vieil homme n'allait pas rester là.

- Attends, je viens avec toi ! Jte montrerai un chemin dérobé !

Alors qu'ils s'engageaient dans la nature, Grey ne put résister à la question qui lui brûlait les lèvres.

- Pourquoi la Marine n'intervient-elle pas ?

- Elle n'intervient jamais ici ! Ca a été décidé d'un commun accord. Aussi longtemps que le Gardien ne requiert pas leur services, c'est-à-dire moi, ils ne doivent pas entrer. Tu comprends, ces animaux ne sont pas considérés comme dangereux. En plus, je dois avoir le soutien d'un autre employé. Et je ne sais pas où ils sont.

La situation ne s'améliorait pas vraiment...


Dernière édition par Grey le Sam 26 Jan 2013 - 13:39, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttp://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Azraël


Feuille de personnage
Dorikis: 1076
Popularité: -36
Intégrité: -34

Jeu 10 Jan 2013 - 22:46


Dans l’antre de la bête, Az se réveilla ligoter et malheureusement séparer de sa tendre lame d’acier. Devant lui, le noir total, jusqu’à ce petit clic qui déclenchât l’allumage de la pièce. L’endroit était encore mal éclairé, mais son tortionnaire se tenait là devant lui. Qui penserez-vous ? Le mec de l’entrée, celui-là même qui donnait autrefois les billets d’entrée. Il était donc le manipulateur derrière tout se petit cirque ?

- Merde pourquoi tu traites tes employer comme ça vieux débris ?

L’homme s’empressa de lui mimer de se taire afin d’éviter les gardes de l’entrée, il n’était pas très convainquant, mais le sabreur joua le jeu, c’est donc ainsi qu’il pue comprendre un peu plus ou tout déraillait, mais surtout comment tout s’apprêtait à s’effondrer. En fait s’il se fiait au murmure pathétique du vendeur, on lui aurait mis un collier ou un truc dans le style, tu deviens mon esclave comme ceux que portaient les précédents adversaires. Depuis qu’il le porte, il peut réfléchir et agir comme avant, sauf quand le pingouin suprême intervient et parle, seule sa petite voix aiguë lui fait perdre la raison et le tien dans l’obligation. Il se sent donc automatiquement obliger de l’écouter et cette situation est trop dangereuse pour simplement retirer le collier.

- Mouais, alors on fait quoi ? répondit Az d’un ton plus qu’incertain.

- Je te rends ta liberté et sabote les cordes, ainsi ils ne penseront pas à moi, tu sais ils sont intelligent, mais pas trop…

- OK, merci l’ami et pour les arrêter ?

- Je sais pas, probablement en arrêtant le cerveau… aller là. Lui répondit l’employer en lui donnant le plan du parc.

Aussitôt libre, son sabre récupérer et les deux gardes mis en état de sommeil forcé, Az se faufila aux traves des galeries lugubres pour après une bonne demi-heure de marche tomber nez à nez avec une lumière étincelante. Il espérait franchement que tout se temps à combattre de drôle d’oiseau volant et quelques nains bruns ne se terminerais pas avec un nouvel aller pour la prison la plus proche, mais se qui l’inquiétait le plus était certainement de ne pas pouvoir utiliser son arme dans se trou à rat.

- Qui est là ? Grey c’est toi ou c’est encore un animal complètement détraquer ?

Sa réponse il l’aurait bientôt, mais est-ce que ce serait celle qu’il voulait entendre ou se serais l’explication qui confirmerait la facilité avec laquelle il avait pu d’enfuir…


http://www.onepiece-requiem.net/t6576-azraelhttp://www.onepiece-requiem.net/t20361-fiche-technique-de-azrael
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Sam 26 Jan 2013 - 17:16

Les deux humains venaient de s'arrêter près d'un buisson grossièrement taillé, presque collé contre une paroi de roche de belle taille. Grey ne voyait pas vraiment pourquoi ils faisaient une pause si loin du chemin principal, sensé les mener droit aux pingouins. Le papy allait plus mal qu'on ne pouvait le croire visiblement. Ou pas ! Hiiha ! D'un geste délicat, il avait attrapé le feuillage, et l'avait décalé sur le côté ! Derrière, un trou était creusé dans la roche, de quoi laisser passer des personnes, à condition de se mettre à genoux. Le petit vieux laissa Grey passer devant, puis le suivit à l'intérieur, remettant le buisson en place avec soin. A l'intérieur, il faisait noir. On ne voyait rien de rien. Il faisait plus frais que dehors aussi, mais ce n'était pas grave. Pour palier au manque de lumière, Papy Wapiti donna au jeune homme une petite bougie.

- Même avec ça, on ne verra pas grand chose.

- T'en fais pas gamin ! Avec ta tignasse, le flashy rouge devrait étendre un peu la visibilité !

Grey se serait bien passé de ce commentaire, et préféra ne pas répondre. Il se contenta de caler la bougie entre ses dents, et d'avancer. Au moins, il ne risquait pas de se prendre un bout de rocher ressortant un peu trop du tunnel. Il leur fallut une bonne dizaine de minutes pour que le chemin débouche dans une petite caverne tout aussi sombre que ce qu'ils venaient de traverser. Apparemment, il n'y avait pas d'issue.

- Et maintenant, on fait quoi ? On attend que les taupes nous creusent un passage ?

- Oh oh, j'ai affaire à un petit comique, dites-moi ! Tu te doutes bien que je ne nous aurais pas fait passer par là si c'étai juste pour se retrouver coincés.

Il s'approcha d'un des des murs et posa sa main sur un rocher.

- Il suffit de pousser la pierre qui est... ici !, fit-il en joignant le geste à la parole.

Plusieurs secondes passèrent, mais rien ne bougea, pas même le rocher à pousser.

- Oups, ça doit pas être le bon rocher, ah ah.

- Comment ça, "pas le bon rocher" ? Il est où, le bon rocher ?

- Bin j'sais pu trop. Tu sais, la vieillesse, la mémoire qui flanche, tout ça... Mais t'affoles pas gamin. Il doit pas être loin, ajouta-t-il en voyant la mine légèrement courroucée de Grey. Suffit d'appuyer sur les autres pierres, pour voir !

Grey s'apprêtait à lui répondre quelque chose, mais avant d'avoir pu envoyer le moindre réplique cinglante, il fut interrompu par des bruits qui venaient d'un endroit autre que leur petite caverne fermée. Le jeune homme chercha l'origine du bruit avec Papy Wapiti, et finirent par tomber d'accord sur l'origine des sons. Déjà, il s'agissait de cris de pingouins. Et d'après la position, ils se trouvaient à cinq mètres sur la gauche de l'endroit où le vieux avait actionné le mauvais rocher. D'après le nombre de cris, il y avait deux bestioles. Le jeune homme colla son oreille contre le mur, pour écouter, mais aucun des animaux n'avait un traducteur. Des sous-fifres en somme.

- Ah, c'est là !

Et l'instant d'après, Grey était par terre. Sur sa gauche, Papy Wapiti avait la main posée contre un caillou. L'ouverture du passage était à l'endroit où Grey s'était collé. Les deux pingouins étaient juste devant le garçon aux cheveux rouges. Aussitôt, ils se mirent en position de combat, façon ninja. Le premier sauta sur Grey, qui esquiva sans mal, et quand l'autre suivit, il fut arrêté d'un coup de poing. Papy Wapiti donna un coup de pelle pour calmer celui encore réveillé. Après quoi, ils furent déposés dans le passage secret, dont l'entrée fut scellée par le gardien.

- M'étonnerait qu'ils arrivent à en sortir. Bon, droite ou gauche ? Pour l'instant, ça revient à peu près au même.

- Allons par là. A droite.

Les galeries étaient éclairées, il n'y avait plus besoin de bougie, qui de toutes façons s'était éteinte. La progression se faisait facilement aussi. On pouvait tenir debout sans problème.

- Faut prendre à gauche maintenant.

- C'est bizarre qu'il n'y ait personne. Depuis les deux pingouins de tout à l'heure, on n'a pas recroisé quoi que ce soit.

- Ca gamin, c'est parce qu'ils ne s'attendent pas à recevoir de la visite depuis l'intérieur ! Ils pensent forcément que pour entrer, il faut prendre le chemin officiel. Ils ne connaissent pas mon passage.

- Et comment ça se fait qu'il existe ce passage ?

- Ahah, très bonne question ! Tu es le genre curieux à ce que je vois ! Hé bien en fait... jm'en rappelle plus...

Grey se demandait vraiment si le fait que le vieux connaisse le passage secret ne soit pas juste un coup de chance. Il oubliait plein de trucs, et si ça se trouve, il les conduisait tout droit dans un piège !
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttp://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
avatar
Grey

♦ Localisation : Armada

Feuille de personnage
Dorikis: 7131
Popularité: -434
Intégrité: -356

Ven 8 Fév 2013 - 22:04

Comme Papy Wapiti l'avait dit, les pingouins attendaient du monde dehors, et non pas dedans. Ce qui fit que lorsqu'ils croisèrent à l'occasion un pingouin ou deux, ces derniers furent prit au dépourvu et facile à mettre à terre sans qu'ils aient le temps d'alerter les autres. Bientôt, ils arrivèrent à un croisement, mais manquèrent de rentrer en collision avec... Az ! Grey manqua de tomber, mais le petit vieux le rattrapa. Az leur expliqua rapidement comment il était arrivé là. Les deux autres apprirent donc la trahison, apparemment involontaire, d'un des employés du parc.

- Ah, celui-là ! Je lui avais bien dit d'arrêter ses expériences avec les machines douteuses ! Maintenant il s'est fait avoir !

- Oui, mais visiblement, c'est réversible, s'il arrive à lutter contre leurs ordres. Az, fais voir la carte, qu'on aille en finir.

Grey et Papy y jetèrent un oeil. Le vieil homme comprit tout de suite où se rendre, ce qu'il fit, d'un pas rapide. Les trois compagnons marchèrent encore cinq minutes avant d'arriver à l'entrée d'une cavité bien plus grand que le reste. A l'intérieur, un pingouin énorme, un collier autour du cou, discutait avec ses subordonnés. Après avoir vu celui qu'ils cherchaient, les humains battirent en retraite un moment.

- Bon, on va aller régler ça tout de suite.

- Essayez quand même de pas trop les brutaliser. Ils font parti du parc, les clients aiment bien les voir s'agiter.

- On peut rien promettre... Mais on essayera.

Alors qu'ils s'apprêtaient à entrer dans la "salle", deux pingouins plus gros que la moyenne sortirent de l'ombre. Bah oui, c'étaient des pingouins ninjas après tout. Ils se mirent en position de combat. Grey et Az se regardèrent un instant, et leur foncèrent dessus. Les pingouins sautèrent sur les humains, mais y'avait pas photo, ils se prirent une torgnole phénoménale et furent projetés dans la cavité, devant leurs camarades, et leur leader...

- C'est râpé pour la discrétion ! Et je vous avais dit de pas les brutaliser !

Le leader pingouin regarda ses compagnons au sol. Il était énervé...

- Alors c'est vous qui nous empêchez de mener à bien notre plan. Mais ici, c'est notre territoire !

Le pingouin frappa ses ailes l'une contre l'autre. Aussitôt, comme précédemment, des volatiles apparurent hors des ombres de la paroi de roche. Une dizaine. Ils étaient plus gros, ceux-là. En comptant ceux qui étaient près de leur Boss, ça en faisait une quinzaine. Plus le Chef, seize. Papy Wapiti grommela quelque chose dans sa barbe, pelle en main. Lui qui rechignait à leur faire du mal, il n'avait pas le choix. Tout d'abord, trois pingouins, un pour chaque humain, s'élancèrent sur leurs adversaires. Grey n'eut pas trop de mal à se débarrasser du sien. Il savaient beau être appelés "ninjas", ça n'en restaient pas moins des manchots. Az aussi en finit rapidement. Wapiti eut besoin de quelques coups de pelle en plus pour en venir à bout. Les trois premiers n'étaient là que pour jauger le niveau. Et les pingouins avaient compris que ce ne serait pas de la tarte.

- Tous ensembles !

Les combattant se regardèrent les uns les autres. Ils avaient l'air moyennement chaud pour exécuter cet ordre.

- Vous ne voudriez quand même pas que je me fâche ? J'ai dit, "Tous ensembles ! Tous ensembles ! Hé ! Hé !"

Ah, encore un problème de collier. Ils n'étaient vraiment pas au point. Alors qu'ils s'apprêtaient à passer à l'attaque, les pingouins s'arrêtèrent subitement à cause d'un énorme bruit venant de l'entrée de la cavité. Un tremblement secouait faiblement les lieux. Puis débarquèrent le reste des pingouins qui avaient dû être affectés à la surveillance de l'entrée de la grotte, en surface. Ils étaient nombreux. Là, les trois humains n'avaient aucune chance. Le chef pingouin ne manqua pas de s'en apercevoir, car il commença à pousser des beuglements, que Grey assimila à un rire.

- Cette fois, vous êtes cui-cui ! Nous n'allons... Pardon ?

Un autre pingouin équipé d'un collier avait commencé à lui parler.

- Les Taupes et les Chats arrivent, Chef ! Nous avons dû battre en retraite !

- Quoiiiiiiii ? Mais qu'est-ce que vous avez fichu ? Et les Chauve-souris, elles sont où celles-là ?

- Bin justement, elles ont été écrasées en premier, par vengeance. Et maintenant, ils viennent pour nous !

Grey n'en revenait pas. Alors Papy Wapiti avait vu juste... Les Taupes et les Chats Gourmets avaient formé une alliance contre leur ennemi commun. Et maintenant qu'ils avaient assouvi leur vengeance, ils détrônaient ceux qui foutaient le boxon dans le parc. Et en effet, quelques instants plus tard, une bande de gros Chats apparaissent à l'entrée de la cavité. Grey reconnut le Chat qui lui avait transformé sa mixture dégueux en plat raffiné. Apparemment, il menait les troupes. Par contre, il n'y avait pas trace des taupes.

*Même avec les greffiers, on n'est pas assez.*

Le leader Chat jeta un oeil aux humains, puis aux pingouins, et commença à miauler pour les autres félins. Vu que ce sont des chats, et qu'ils ne possédaient pas de collier traducteur, pas moyen de comprendre ce qu'ils se racontaient. Après quoi, le Chat Gourmet frappa du sol avec sa patte plusieurs fois, de manière irrégulière. Tout le monde attendit. Les chats se préparèrent à bondir, mais ne le firent pas. Pas tout de suite. Ils attendirent que les pingouins tombent les uns après les autres dans des trous qui se formaient tout seuls. Et seulement là, ils sautèrent sur les oiseaux ! Les humains par contre, ne furent pas affectés. Ni par les trous mystérieux, ni par les chats. Ils se contentaient de regarder la scène la plus étrange qu'ils aient jamais vu. Et enfin sortirent de terre les taupes, qui se mirent elles aussi à s'en prendre aux pingouins.

*Alors ce sont eux qui ont creusé les trous !*

Remotivés par ce retournement de situation, les humains allèrent aider à tabasser du pingouin, mais de façon modérée, bien sûr. Ou pas. Certains, les plus gros, devaient vraiment s'en prendre plein la tronche pour arrêter le combat. Le Chef, lui, était entré dans la bataille aussi. Comme on pouvait s'y attendre d'un Boss, il tenait tête à ses opposants.Le chef des chat, et une grosse taupe, étaient ses adversaires. Coup de nageoire, coup de patte griffue ! Coup de pied palmé, morsure ! Les trois leaders se renvoyaient les coups sans s'arrêter. Grey s'apprêtait à intervenir, mais Papy Wapiti le retint par la manche. Les pingouins devaient comprendre qu'ils ne pouvaient pas si aisément imposer leur dictature, et que si besoin était, les autres animaux pouvaient tout à fait rétablir l'ordre. C'est comme ça en tout cas que Grey lu le regard du vieux Gardien. Après dix minutes de bataille acharnée, c'était terminé. Les pingouins avaient perdu. Grey était épuisé, comme tout le monde d'ailleurs. Le chef des piafs gisait à terre, inconscient.

-------------------------

En fin de journée, les pingouins avaient été emmenés dans un espace sécurisé. Le mieux qu'on pouvait faire en terme de prison en tout cas. Papy Wapiti avait décidé de les placer en isolement pendant quelques temps. Les taupes avaient regagné leur trou, mais les Chats Gourmets avaient clairement fait comprendre qu'une petite fête était organisée pour fêter leur double victoire. D'abord contre les Chauve-Souris, puis contre les Pingouins. On avait retrouvé l'employé possédé, et bon an mal an, débarrassé de son casque lobotomisateur. Grey et Wapiti avaient été vachement intéressés par les colliers traducteurs, mais malheureusement, dans la bataille, tous avaient été détruits, d'une manière bien trop barbare pour essayer d'en recréer un. L'employé, lui, ne se rappelait plus comment il avait fait. Il croyait que d'une façon ou d'une autre, les pingouins l'avaient aidé, mais pour le moment, ils refusaient toute forme de sympathie avec les autres races. Dommage, ça aurait pu être une beau progrès pour la science...

Une autre surprise fit son apparition juste avant le banquet. Un homme se pointa, tout alarmé d'après ce qu'il avait entendu dans les rues, expliquant qui il était. Hé bien, rien de moins que le nouveau dompteur ! Quand ils apprirent cela, Grey et le Gardien cherchèrent Az pour demander des explications, mais il s'avéra introuvable. Il avait dû filer en douce. La Marine aussi avait ramené son nez, mais Papy Wapiti avait assuré que tout était rentré dans l'ordre. Le lieutenant, pas trop convaincu, avait insisté pour aller faire un tour d'inspection, mais le Gardien lui tint tête sans relâche jusqu'à ce que le soldat abandonne.

Puis arriva l'heure du banquet. Papy Wapiti avait accepté l'invitation des Chats-Gourmets, "juste pour cette fois !", mais quand vînt le moment de goûter les préparations, il appréhenda pas mal. Grey, qui avait goûté un truc fabuleux, était beaucoup plus détendu. Papy Wapiti goba une lichette, et reconnut que c'était pas dégueulasse. Quand on tendit une assiette fumante parfumée à Grey, ce dernier attrapa sa cuillère et commença à manger sans se poser de questions. Il le regretta.


- Beuuuurk !

Les Chats étaient pliés de rire, y compris le Chef. Ils avaient réussi à donner une odeur délicieuse à un plat ignoble. Ils étaient très fier de leur coup.

- Miiia !! Miaaaa ! Miaaaa !

- Vous allez voir bande de sales chats !!

Ce qui aurait dû être un innocent banquet ne tarda pas à se transformer en bataille de bouffe, qui dura un bon moment. Grey en prit autant dans la tronche qu'il en envoyait. Du coup, sans le faire exprès, pas mal d'aliments entraient dans sa bouche. Le lendemain, il était malade comme un chien. Quand on le rapatria sur le navire marchand, et que le cuistot le vit dans un tel état, il était trop content de lui balancer à la figure :

- Tu vois, je te l'avais bien dit ! Recettes locales, trucs dégueux...
http://www.onepiece-requiem.net/t2811-grey-is-coming-finiehttp://www.onepiece-requiem.net/t2977-grey-s-abilities
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1