AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


One hospice - Archipel de Boyn

avatar
Pr Donor Jinx

♦ Équipage : compagnie des chats noirs

Feuille de personnage
Dorikis: 3800
Popularité: 332
Intégrité: 218

Mar 8 Jan 2013 - 9:57

Schlonk


« Voilà en douceur… Tout doucement… C’est çaaaaAAAAAAAAA ! Doudjidju de doudjidju ! Non pas à gauche ! »

Schtrompf

La tête en bas et les monocles pendouillant au bout de leur chaînette, Jinx venait de coincer son parachute dans les branches d’un majestueux arbre à fruits. Notre bon professeur avait pourtant prit soin de suivre à la lettre les instructions de Santa, mais visiblement il était le seul à avoir foiré sa descente. Trente huit mètres plus bas, la voix zozotant de Garou se fit entendre.

« Zahaha ! Z’est plus de ton âge z’es mécaniques hien Jinx ? Zahaha ! »

« A quoi te servent ses ailes qui encombrent ton dos vieux chanceux, pas une fois je ne les ai vu bouger pendant le voyage ! »

« J’y ai pas penz’é »

« Bah voyons, c’est du fake voilà tout »

« Du ? »

« Et c’est moi qui ne suis plus à la page ! »

Non, la bonne utilisation de ce terme entendu dans ses anciennes salles de classe tenait évidemment du pur hasard. Toujours était-il que le sang commençait à lui monter à la tête.




L’onde traversa la branche et celle-ci craqua avec violence entrainant Donor dans une longue chute branches après branches qui trouva sa finalité dans les bras gélatineux de Peuleu. L’escargophone resta un instant plus plat qu’une crêpe avant de redevenir aussi gastéropodiens qu’on le pouvait. Tout en défripant ses vêtements, Jinx examina le lieu dans lequel la compagnie venait de tomber.

« C’est la jungle ici »

C’était peu dire à en juger par l’épaisse végétation monstrueusement luxuriante qui foisonnait aux alentours. Des feuilles de la taille de voiles, des fruits plus gros que des boulets et une faune qui semblait démesurée à en juger par la carrure du papillon qui virevoltait en déplaçant d’importantes nappes d’air à chaque battement d’ailes. Déboulant de derrière un buisson grand comme une maison, Santa et Rudolphe avançaient tout en s’engloutissant une portion de pastèque.

« Bienvenue à Boyn mes amis ! Yohoho ! Le voyage n’a pas été trop long ? »

Jinx s’arracha une ration de bananes et s’en dépiauta une et donna le reste à Peuleu.

« 23 heures ça passe comme une nuit de sommeil »

Il craqua ses lombaires tout en s’enfilant le dernier morceau du fruit, le taux d’humidité ambiant réveillait ses vieilles douleurs. Enfin, c’est ce que disaient tous les vieux et ils étaient tous assez bons comédiens pour le simuler.

« Bien ! Nous avons une troupe de pirates à retrouver ! Lisa ! Si tu nous préparais une petite infusion aux fruits rouges ? hummm ? Lisa ? »



« Me regarde pas comme z’a, j’étais en tête de vol ! »

« Pour nous, c’est à peine si on vous apercevait là-haut »

« Fichtre ! Elle était derrière Peuleu et moi, où diable s’est-elle fourrée ? LISA ? FÉLIXIA ?»



***


Plus loin, sur l’îlot voisin composant l’archipel de Boyn.

« ‘spèce d’cordelette d’mes deux, t’vas m’lâcher la guibolle foutre dieu d’foutre dieu ! »

Coincée comme un moustique dans une toile, Lisa se débattait dans bien que mal avec les nœuds de son parachute.

« Félixia ? Viens m’dépiauter d’s’t’affaire ! Félixia ? »

Le regard de Lisa plongea dix mètre plus bas et c’est sur les poils frisés de Félixia plus hérissés que jamais qu’elle aperçut. En face de son amie, la plus hideuse des bestioles, bave aux chicots. Cinq mètre les séparaient niveau gabarit.



En un mot : Bienvenue.



Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t6781-scab-tournebroche-a-l-anciennehttp://www.onepiece-requiem.net/t1772-fiche-de-dettes
avatar
Pr Donor Jinx

♦ Équipage : compagnie des chats noirs

Feuille de personnage
Dorikis: 3800
Popularité: 332
Intégrité: 218

Sam 12 Jan 2013 - 22:03

La sorcière de la Compagnie se démenait comme une diablesse pour dénouer les nœuds qui entravaient ses variqueuses guibolles. Elle passait du fameux nœud des trois mâts au nœud de la veuve coquetée et finissait par s’entremêler les cheveux dans les fils par un nœud dît du borgne ciselé, fameux entremêlement qui transcenda l’art de l’amarrage en 1584. L’ensemble de ces données est pure réalité. Il n’empêche que Lisa Scoumoune pestait comme une diablesse sénile en tentant d’agripper du bout de ses doigts crochus le manche de son ombrelle qui se balançait au bout d‘un filin à un mètre d’elle.

Plus bas, c’était Félixia, le caniche Okama de la compagnie qui pestait, toutes griffes dehors à l’encontre de la bestiole menaçante qui avançait vers elle en claquant des pattes avant. D’un coup de cisailles, la chose fendit l’air et les quelques pousses d’arbres à Rukobarbe, fruits riches en ruko et si vous ne savez pas ce que c’est tant pis, qui poussaient aux alentours. Félixia sauta au-dessus du coup de fendoir et agrippa la tronche de son opposant en la lacérant de plusieurs coups de pattes. L’écart de taille permettait à l’agile félin d’éviter les assauts répétés de l’animal.


« Félixia ! T’vas m’lâcher parachute d’mes … Gné ? »

CRRRR CRAAAAAAAAAAAAAC

« GIHIIIIII »

La branche lâcha dans un bruit sinistre, entrainant dans sa chute le corps de Lisa et l’ombrelle débarrassées de ses liens. La partie de Dominos s’entama entre chacune des branches et trouva sa finalité dans la nouille du couple de combattant dans un bruit délicat.

SPROACH

Tout en retirant les feuilles qui encombraient sa bouche, Scoumoune extirpa son ombrelle du massacre forestier.

« Félixia ? »

D’un bond, la féline chatte, terme redondant s’il en est, ressortit sa bouille d’un résidu de glaire sanguine verdâtre. Après une bonne secousse, elle se plaça au pied de Lisa qui tâtait le sol de la pointe de son arme.

« Moué… J’sais pas bien où qu’c’est qu’on est, mais c’n’est pas p’tit et on n’pas seules »

Les yeux de Scoumoune allaient de droite à gauche en observant avec attention les gargantuesques portions de fruits et la multitude de végétaux différents qui peuplaient son champ de vision. Une foutue forêt pour géant où la moindre graine semblait pousser à la vitesse d’un furoncle sur une peau de vieux.


Clong



Un son métallique venait de retentir derrière un gros bosquet, d’un pas décidé elle fendit la plante d’un coup d’ombrelle. Elle s’arrêta alors net et après une large inspiration, elle courut tout droit en poussant les mêmes cris qu’une vieille qui chasse les oiseaux sur son champ de citrouilles.

« GOUZI GOUZI GOUZI !!! »

Les coccinelles curieuses s’envolèrent dans un battement d’ailes impressionnant qui déplaça d’imposantes nappes d’airs. Les bestioles se questionnaient sur l’origine et l’utilité de la grosse masse d’acier bombée qui venait du tomber du ciel. Tout en caressant l’encolure de l’objet métallique du bout des doigts, Lisa s’adressa à Félixia dans un large sourire.

« Pour une fois qu’la chance nous laisse pas t’côté ! Gihihi »

D’un geste assuré, elle vint caler sa marmite sous son bras et, après un rapide regard vers le Sud, elle cueillit une baie sauvage de la taille de son poing et se l’enfila aussi sec dans le museau.

« J’vais encore avoir la diarrhée...»


***



Au nord.


BROOOOOOOUUUUUUAAAAAAM


« Humpf… JE VOUS AVAIS DIS QUE FALLAIT PAS ALLER AU NORD ! »
« ZAHAHA… Umpf… HAHA… »
« Par ma barbe ! Pfff… Humpfff… Vous avez vu la taille de ces bestiaux ?! YOHOHO»

Les six compagnons couraient à en perdre le peu d’haleine dont ils disposaient. Derrière eux, un troupeau de scarabées défonçaient les arbres et les troncs morts comme des enragés.

«Hop ! … Humpf… Impossible d’atteindre l’extérieur de l’île Jinx, les bêtes sont de plus en plus grosses »
« Tshhh… Rien à voir avec la proportion du Papillon de tout à l’heure, c’est certain… Humpff… »
« Zahahaha ! Taho Taho ! »

Le petit centenaire était sur le dos de Rabb et tapait sur les flancs de son ami pour doubler l’allure. Santa, lui, avait posé ses grosses fesses sur le dos étroit de Rudolphe qui ne semblait pas peiner le moins du monde pour avancer. Jinx quand à lui, avait opté pour la course après avoir jeté un coup d’œil sur la carrure molle de Peuleu. D’un saut à plat ventre retourné, ultime, Donor tendit ses deux mains vers les insectes de l’apocalypse.




Une nuée de chats noirs lumineux sprintèrent vers les assaillants et chacun se vit traverser par une attaque de poix. L’un se prit l’une de ses pattes dans une racine noueuse et s’étala sur le flanc d’un second dans une nappe de poussières épaisses. Puis une écorce tricentenaire se décrocha d’un tronc et enterra littéralement deux bestiaux. Trois autres réussirent à atteindre le corps à terre du professeur et avant qu’ils ne plantent leurs mandibules dans sa chair, ils tombèrent raides morts. D’une paume posée sur leur caboche, Garou déballa son stéthoscope.

« Morts de vieillezz’es, les trois »
« Il est violent ton pouvoir mon vieux, par mes pantoufles ! »
« Coup de bol »

Tout en se remettant sa redingote en place, Donor fronçait ses gros sourcils broussailleux.

« T’étais pirate avant Snow, n’est-ce pas ? Tu ne sais rien sur cette île ? »
« Il en circulait des rumeurs, mais aucune qui semble se justifier ! Juste de la bonne bouffe ! »
« Certes »


A ces mots, ils chopèrent tous une bonne tranche de fruits gras à leur portée et se l’enfilèrent dans le creux de la glotte. A ce petit jeux de gourmandise, Rabb était le plus fort. Le lapin des neiges s’engloutissait des portions gargantuesques de nourritures et semblait avoir pris plus d’une dizaine de Kilos. Rudolphe et Santa suivait de près, puis Jinx et Garou. Enfin, Peuleu semblait être le moins goinfre de la bande.

« Il n’a pas faim ton gaz’téropode ? Z’crunch ! »
« C’est le sucre et le sel… Ca le fait … Glompf… Fondre ! »
« Dites ? Crunch crok… L’un de vous fait du 58 ? »

Les deux compères marquèrent un temps d’arrêt et esquissèrent un regard à Santa qui était agenouillé au-dessus d’une grosse trace de bottes. Il leva ses yeux et pointa du doigt une haute branche dont on pouvait distinguer un parachute emmêlé.

« L’un de nos hommes est tombé là, j’en mettrais ma barbe à couper ! Sgourf ! Excellent ces steaks fruités ! »
« ROOOOH ! Pardon… Laissons la chance guider cette chère Lisa ! Les traces vont au Sud Ouest, en route ! »
« Z’est qu’il les aime les fruits ! Hein mon Rabb ! Zahaha ! Z’est parti ! »


Cette aventure va être lourde.
http://www.onepiece-requiem.net/t6781-scab-tournebroche-a-l-anciennehttp://www.onepiece-requiem.net/t1772-fiche-de-dettes
avatar
Pr Donor Jinx

♦ Équipage : compagnie des chats noirs

Feuille de personnage
Dorikis: 3800
Popularité: 332
Intégrité: 218

Lun 28 Jan 2013 - 23:57

GO GO GADGETO MARTEAU

La masse gélatineuse prit la forme d’une serpe rosâtre sur pattes.

GO GO GADGETO FILET

Un escargot sur roulettes.

GO GO GADGETO PASSE-PARTOUT

Un fouet.

“Z’est une cataz’trophe zahaha ! »

« T’es marrant, ce n’est pas simple comme pouvoir pour un petit jeune comme lui vieille buse ! »

« C’est quoi exactement comme fruit mon bon Donor ? »

« Le fruit des gadgets selon les dires de l’équipage que nous avons vaincu sur mon Royaume, Peuleu l’aurait becté alors que le capitaine avait le dos tourné »

« Peleu ! »

L’étrange gastéropode de la compagnie des chats noirs venait de reprendre sa forme de base, un petit mètre de haut et la moitié de large, mucus collant et regard énergique pour compléter la bestiole. Gageons que l’ingestion du Fruit avait dû modifier sensiblement sa forme de base en le rendant bien plus agressif qu’un vulgaire téléphone.



Jinx tendit son bras vers son ami et lança une onde lumineuse verte qui fendit le petit être de part en part.

GO GO GADGETO BANCO CISEAUX

La masse rosâtre se mua en une paire de ciseaux pour le plus grand plaisir de tous ce qui déclencha un applaudissement soutenu.

CLAP CLAP CLAP

« Zahaha Z’est tellement émouvant !»

« C’est un peu long surtout, non ? »

« Vrai qu’en situation de combat, ce n’est pas pratique héhé »

« Peuleu… »

« Non, mais ce n’est pas de ta faute fiston ! »

Cela faisait maintenant une grosse heure que la compagnie marchait vers l’Ouest en suivant les traces, malgré quelques animaux agressifs, ils n’avaient pas eu à se plaindre d’une trop grande vélocité de la faune locale. Pour dire vrai, un lapin géant, un escargot flippant et un renne cinglé constituaient déjà une sacrée faune dérangeante. Frappant sa bedaine monstrueusement remplie, Santa décrocha une grappe de raisin qui se trémoussait sous sa barbe blanche et sa pipe fumante.

« Cette île est une bénédiction, si Miss Lisa était là, elle nous régalerait d’un potage divin »

Il lança alors un regard au-dessus de son épaule en scrutant le bide de Rabb qui s’engloutissait une branche de rhubarbe gargantuesque. Le lapin des neiges était plus rond qu’une lapine qui attendait treize gosses.

« Il a un sacré coup de fourchette ton lapin mon vieux Garou »

Tout en tapotant le ventre de Rabb, Lucky lâcha un rire zozotant.

« Zahaha ! il est jeune qu’il profite ! »

GO GO GADGETO PARACHUTE



Le tentacule de Peuleu se transforma en marteau. Fail again.

« Peuleu… »

« Gaougouuuu ! »

La truffe bleutée de Rudolphe pointait un gros buisson qui bougeait bizarrement. Le loufoque tapa un sprint et d’un coup de bois, il fit voltiger un animal qui retomba face au groupe d’un air menaçant.


Rabb se posa sur le cul et le reste de la compagnie fit de même. Seul Peuleu demeura face au bestiau. Jinx replaça ses monocles et interpella le gastéropode.

« Bon, on va s’entraîner mon grand »

GO GO GADGETO FOUET

Le corps rosâtre se mua en un bouclier, le sanglier chargea et fit voltiger Peuleu à une dizaine de mètres de là. Peuleu se releva aussitôt en brandissant une sorte de poing.

GO GO GADGETO LANCE

Le compagnon de Jinx se mua en une tronçonneuse au bruit assourdissant et une nouvelle charge l’envoya valser plus loin. Le mucus aux lèvres, le petit rose roula vers l’avant et sauta sur son ennemi. Il se reprit un coup de tronche qui le boula contre un arbre.

Tout en s’envoyant des fruits, la compagnie restait spectatrice tandis que Jinx se massait les tempes, les vieux étaient patients, le sanglier peut être moins. Au diable la cellulite, on est vieux qu’une fois.
http://www.onepiece-requiem.net/t6781-scab-tournebroche-a-l-anciennehttp://www.onepiece-requiem.net/t1772-fiche-de-dettes
avatar
Pr Donor Jinx

♦ Équipage : compagnie des chats noirs

Feuille de personnage
Dorikis: 3800
Popularité: 332
Intégrité: 218

Mar 29 Jan 2013 - 15:04

« Bordel d’nouille d’bordel nouilles ! T’vas m’lâcher la guibolle ‘spèce d’plante d’mes aïeux ! »

Une liane géante venait d’agripper la cheville de la sorcière et elle l’emmenait à plusieurs pieds d’hauteur, tandis qu’elle frappait dessus comme une vieille qui tente de récupérer son sac à main auprès de son agresseur. Elle bouffait des feuilles grosses comme un chaudron à mesure que la liane secouait notre bonne amie et pour couronner le tout, sa robe lui retombait sous le menton, horrible vision s’il en était. Quinze mètres plus bas, Félixia suivait l’avancée de sa maîtresse en sprintant de gauche à droite. Soudain Lisa laissa retomber son regard vers le sol et elle aperçut l’origine de la liane, un bulbe monstrueux à la gueule béante.

« C’quelle va m’bouffer les miches s’te saloperie ! »

Au moment où elle comprit la situation, la liane lâcha son étreinte et Scoumoune tomba d’un trait au fond de la glotte de l’énorme plante. La chatte resta en arrêt une fraction de secondes avant d’entreprendre de fendre la chose en deux avec ses griffes acérées. Une succession d’attaques de lianes fouetta le cul noir de l’animal, repoussant sans cesse son avancée vers la plante mère.




Soudain la plante se figea et ses tentacules se muèrent en une avalanche de boutons, puis c’est son bulbe central qui devint monstrueusement gros et finalement dans un éternuement sauvage, elle expédia une femme gluante dans un tas de plantes épineuses. Félixia déboula aussi sec pour tirer la sorcière du mauvais pas.

« Bordel… J’perdu mon ombrelle d’dans… M’voilà bien… T’as pris la marmite au moins ? »

« … »

« Poisse… Nous v’là bien »

Tout en retirant les épines qui meublaient son épiderme ridé, Scoumoune lança un regard aux alentours. La jungle était toujours aussi riche en fruits et plantes exotiques, après un rapide examen d’une des épines qu’elle venait de retirer, elle regarda son bras qui rougissait à vue d’œil.

« Hmmm… Keuf… D’poison ? »

D’une main agile, elle arracha une petite plante du sol et la frotta contre son membre rouge. Il prit aussitôt une teinte violette.

« D’ l’urticaire ? Intéressant...»

Soudain les poils frisés de Félixia s’hérissèrent et une boule verte fendit la végétation en direction de nos deux amis. D’un mouvement de rein, Scoumoune se baissa vigoureusement et le projectile alla s’exploser contre un arbre, arrachant la moitié du tronc.

« Bordel d’…. »

Une seconde bille vint fendre l’air et s’explosa contre la mâchoire de la sorcière qui vola à plusieurs mètres de là. Félixia se fit rétamer de la même manière aussi sec. Elles se relevèrent d’un bond, Lisa se colla à un arbre, la chatte à ses pieds.

« Fais l’tour, j’l’occupe d’ici »

En un éclair, Félixia disparut derrière une broussaille et un nouveau pois vert vint frôler la joue de Scoumoune, elle entreprit une roulade en évitant un nouvel assaut et d’un bond elle envoya son pied contre une boule qui lui fit faire un demi-tour. Le cul par terre et les reins désaxés, Scoumoune attendit une nouvelle frappe quand elle vit Félixia débouler avec une petite plante fraichement déracinée entre ses chicots.


« Mais c’quoi s’t’île ? Gihihi… »

Scoumoune s’allongea un instant contre l’herbe grasse de la petite île de Boyn. Elle se gratta longuement son cuir chevelu grisâtre en regardant les rayons de lumières qui perçaient de temps à autres entre les feuilles des arbres centenaires. Puis elle passa sa main dans le pelage de Félixia, la chatte caniche ronronna en faisant sa toilette. Le fond de l’air était frais, pour l’une des premières fois, Scoumoune n’avait pas les traits tirés qui lui collaient à la peau d’habitude. Elle faisait plus jeune, comme si dans son esprit s’opérait une réflexion profonde.

« Il est temps pour nous d’évoluer… Un p’tit chang’ment d’la manière d’frapper… T’crois pa…. »



PROUUUUUUUUUUUUUUUT

Chiasse. Foutus fruits. Retirez de votre esprit la précédente descritpion.
http://www.onepiece-requiem.net/t6781-scab-tournebroche-a-l-anciennehttp://www.onepiece-requiem.net/t1772-fiche-de-dettes
avatar
Pr Donor Jinx

♦ Équipage : compagnie des chats noirs

Feuille de personnage
Dorikis: 3800
Popularité: 332
Intégrité: 218

Mer 30 Jan 2013 - 0:06

Une semaine plus tard, Ouest profond d’une des îles de l’Archipel.



« Voilà doucement… Douuuucement… Fais-moi rouler jusque l’arbre mon petit Peuleu… Voilàààà ! »

« Et Hop ! Et Hop ! Et Hop ! Oupla ! YoHoHo ! »

« AGOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU »

« RUDOLPHE NON ! PAS DANS RABB ! »


BOOOOOOOOOAAAAAAAAAM
CRRRRR PAOUM
(chutes d’arbres)
Cui Cui Cui Cui !! (Oiseaux qui s’envolent)

« Z’est pas possible… »

La végétation de l’ouest de l’archipel était aplatie sur un bon kilomètre. Cinq boules monstrueuses. Voilà ce qu’était la fameuse et terrifiante compagnie de chasseurs de primes endoctrinée par le Professeur Donor Jinx. Le seul être à avoir gardé sa ligne n’était autre que Peuleu, le gastéropode était relégué au rang d’auxiliaire de vie des plus imposants vioques au monde. Il tentait de faire évoluer du bout des tentacules les boules de flipper géantes afin de gagner le centre de l’île, où ils espéraient mettre la pince sur les traces qu’ils suivaient sans relâche depuis près de sept journées et trois cent quatre pauses repas.

« J’ai bien peur que mon pouvoir ne nous sauveras pas la prochaine fois que l’île s’élèvera mes amis »


En effet, il y a trois jours, alors qu’il s’empiffrait parfaitement callés sur les flancs d’un insecte huit fois plus gros qu’eux même, l’île s’était comme soulevait à la verticale. Une dizaine de bestioles n’eurent pas eu le temps de s’accrocher et elles filèrent droit vers l’épicentre carnivore de l’île. Jinx eu juste le temps d'envoyer une salve de chance sur tout le monde qui se révéla salvatrice, ils se raccrochèrent à des lianes et Rabb tomba sur le dos d'une coccinelle titanesque. Une sorte de grosse plante affamée, voilà ce qu’avaient conclu les Chats Noirs sur la nature de la terre qu’ils foulaient d’un ventre bien rond. Santa Snow avait alors lâché son gros rire puissant en tapotant péniblement sa pipe sur son nombril.

« Les rumeurs étaient donc vraies ! YoHoHoHo ! »


En effet, voilà ce qu’était Boyn, un archipel de plantes géantes qui engraissaient leurs proies avant de les engloutir tout rond. Malgré cela, la consommation de certains membres n’avaient pas freinée pour autant et Rabb dépassait maintenant les quatre mètres de diamètres, Lucky lui tapait avec peine la patte métallique du bout de son arme à chaque fois que le Lapin tentait d’engloutir un nouveau fruit. Santa n’était plus qu’une balle en salopette rouge, Rudolphe rebondissait en chassant du bout du museau les papillons gargantuesques qui pullulaient et Jinx venait de déboutonner le dernier bouton de sa redingote. Soudain, un tremblement de terre fit tourner la tête, enfin rouler la tête du groupe.
Un éléphant, plus gros qu’un navire, chargeait au milieu du jeu de quilles.

« Boudiou de sacrebleu ! »

SHPINK

Strike.

Rebondissant contre les arbres, Jinx tenta de lancer une de ses ondes vers la bête, mais il se prit aussitôt une caillasse sur la trogne et roula face contre terre. La bedaine de Santa vint le retourner dans un rire puissant dont seul le jovial personnage avait le secret. Les ailes de Garou, normalement aussi grandes que sa petite taille, n’étaient plus que des minuscules organes plumés. Il tenta de les agiter pour se remettre à son tour droit, sans aucunes réussites. En même temps, elles n'avaient jamais servie à rien.

« Zahaha… Je z’uis coinz’é auzz’i ! Zahaha ! »

L’éléphant chargea une nouvelle fois et prit Rabb pour cible, le lapin arma un coup de poing qui se traduisit par une mimique de petit gros sans souplesse. Les défenses du pachyderme s’emplafonnèrent le gras du rongeur et Rabb fendit la jungle en ligne droite, écrasant tout sur son passage.

GO GO GADGETO CORDE

Le petit gastéropode sauta dans les pattes du géant et se mua en une corde qui entrava l’espace d’un instant le prochain assaut du monstre. L’éléphant tomba sur la trompe dans une glissade qui fit voler Rudolphe à une dizaine de mètres de hauteur. Le renne gloussait en tentant de choper les oiseaux avec ses chicots, un gosse.

GO GO GADGETO MARTEAU

Un tentacule devint une énorme masse qui alla s’enfoncer profondément dans le crâne de l’animal qui s’immobilisa dans un GLOP puissant.

Roulant boulant, tout en s’essuyant le front avec le vieux mouchoir que sortent toujours les vieux en toutes circonstances, ils regardèrent Rudolphe rebondir au loin et Rabb défricher la forêt en s’engloutissant une portion de pamplemousse à chaque tour de ventre.

Silence.

« Z’est bon… Je vais m’en occupé…pfff »

D’un coup de tête, Garou entreprit des roulades pour rejoindre son compagnon déjà à plus de cent mètres d’eux.

Regard sévère vers Santa.

« Oui oui… Par ma barbe… »

D’un coup de tête, le gros père roula vers la zone de rebond du renne. Jinx se massa les tempes en regardant Peuleu qui posait fièrement en montrant ses muscles gélatineux sur la carcasse inconsciente du pachyderme.

« Tu ne vas pas t’y mettre non plus petit… J’ai un de ses mal de crânes moi… »


GLOYP

« hmm ? »

Revenant en tenant Rudolphe par les bois, Santa remit son bonnet rouge en place avec de pointer une direction de son gros doigt.

« Ça vient de là où Rabb et ce vieux Garou ont roulé »

En effet, une centaine de mètres plus loin, deux masses de cellulites s’entrechoquaient l’une contre l’autre, toutes deux coincées entre deux pentes qui se faisaient faces. Rabb rebondissait contre la bedaine aussi imposante que la sienne d’un gros pirate à la barbe et au tricorne blanc.

GLOYP GLOYP GLOYP GLOYP

Dix mètres plus loin, Garou pointait la pointe de son parapluie sur le bide d’un moustachu aussi large qu’un tonneau de rhum.

« Coloski ! Oune petit coup de main serait la bienvenoue ! дерьмо ! »

« T’sais que j’fais s’que j’peux l’ruskov ? T’ferais mieux d’maigrir ! »

Tout en dépliant l’avis de recherche, Jinx zieuta les deux protagonistes.



« C’est nos hommes mes amis »

« Mais c’n’serait pas l’remplaçant d’Bulgemore qui nous a propulsé sur s’t’île ? T’as appris à viser où vieillard de mes deux ?! »

« Disons que c’est de ma faute, par mon bonnet ! YohOHO ! »

D’un violent coup de bide, le ruskov envoya valser Rabb plus loin et se fixa enfin, de toute son imposante stature. Le moustachu lâcha un large sourire en laissant siffler un fin filet d’air entre ses dents.

« Mais dis moi l’ruskov, c’n’erait pas ce bon vieux… »

« … Santa Snow… Oy ! »
http://www.onepiece-requiem.net/t6781-scab-tournebroche-a-l-anciennehttp://www.onepiece-requiem.net/t1772-fiche-de-dettes
avatar
Pr Donor Jinx

♦ Équipage : compagnie des chats noirs

Feuille de personnage
Dorikis: 3800
Popularité: 332
Intégrité: 218

Jeu 28 Mar 2013 - 18:58

« Kof Kof… C’est fort mes aieux… Kof »

« Ca être alcool de chez moi, Vodka ! »

« YOHOHOHO ! Toujours la descente d’un ponton à la place de la trachée mon vieux Erwin ! »

« Toi, toujours gros Snow ! »


Le petit groupe de gros était assis sur un régiment de troncs couchés au sol, une pinte de spiritueux en main et chacun avec du tabac sortant de leurs naseaux. Mise à part Peuleu, il supporte mal la nicotine. Bizarre pour un gastéropode. Le moustachu interpella Santa.

« Mais dis voir mon vieux, tu t’es fais discret depuis dix ans… Tu t’es fait choper ? »


Tout en bourrant sa pipe d’une nouvelle rasade de tabac, le gros navigateur des chats noirs lâcha un sourire bien large.

« Par ma barbe, non ! Des affaires personnelles… »

« Tant mieux que tu sois revenus alors ! Mais tu es avec des têtes qui ne me reviennent pas… »

« Yosh ! … Ils sont invités aussi par le Gouverneur ? »


Santa fit tomber son tabac au sol et l’espace d’un instant l’air semblait lui manquer. Les sourcils broussailleux de Jinx s’élevèrent, il écrasa son cigare contre le bois de son assise.

« C’est cela même »

Le regard du vieux Snow était perdu dans le vague, derrière lui, Rudolph continuer à rouler de sa forme de boule de gauche à droite en lançant un petit « YAGOUUUUUUU » à chaque passage près du groupe. Con de renne.

Jinx venait de mettre les pieds dans un plat dont il ne voulait pas sortir avant d’en connaître tout les ingrédients. Cependant, les deux pirates venaient de prendre l’espace d’un instant pour échanger un regard sombre. Le gros ruskov de North Blue vida sa chope et prit la bouteille pour se resservir, tout en resservant un gros verre à Donor.

« Bizarre vieil homme… Je ne me souviens pas de vos têtes, vous étiez où à l’époque ? »

« Z’ur une petite île de West Blue ! Yip ! Zahaha… »


Les yeux de Jinx fusillèrent Garou et notre professeur manqua de balancer sa semelle dans la tronche du vieil ange. Lucky s’enchainait son troisième verre d’alcool et il commençait à baver son saoûl sur sa barbe blanche en zozotant bêtement. Rabb, quant à lui, semblait dans un autre univers, toujours entrain de bouloter.

« West hein ? Bizarre, nous étions tous sensés être sur South à l’époque. »

« En effet, mon compagnon voulait dire qu… »

« Z’outh Blue ! Z'est z'e que j'ai dis! Dijudjuzuuu ! Vous voulez-vous battre bandes de menteurs ? »


Il se releva mollement et dégaina son parapluie en titubant d’avant en arrière. Rabb se redressa aussi, enfin, il agita ses grosses pattes qui ne touchaient déjà plus le sol.

« Dîtes voir, OUnE gars aves des ailes, je m’en serais souvenOU. SNOW ! Montre ton invitation ! »

Santa releva sa tête et frotta son bonnet contre son crâne avec un grand sourire vers son interlocuteur.

« Yoho… Par mes chaussettes, je n’ai reçu aucune invitation de ce genre. Je vous l’ai dis, mes affaires m’ont éloignées du milieu et j’ai été assez discret pour qu’IL ne me retrouve pas »

L’oreille de Jinx tiqua une nouvelle fois. Le professeur se releva, Peuleu à ses côtés.

« Et eux ?! »

« Ce sont de nouvelles affaires. »


Les deux pirates se relevèrent, l’ambiance sentait le mauvais, une goutte de vodka tomba sur le sol poussiéreux depuis le godet du gros Amidovich. Le plus petit à la longue moustache et au petit tricorne, Coloski, posa sa main sur le pommeau de son sabre.

« TOU as changé Snow… Et je n’aime pas beaucoup tes nouvelles affaires… »

Donor releva le menton et esquissa un regard à Lucky, qui tailladait un tronc depuis une minute en hurlant des menaces contre le bois, puis un air plus dur à Santa.

« Santa, mon ami, nous t’écouterons avec attention à la fin de cet entretien… »

« Je crois que certains vieux démons sont inévitables mon bon Donor… »


GOGO GADGETO MAILLET


Dernière édition par Pr Donor Jinx le Mar 2 Avr 2013 - 17:33, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t6781-scab-tournebroche-a-l-anciennehttp://www.onepiece-requiem.net/t1772-fiche-de-dettes
avatar
Pr Donor Jinx

♦ Équipage : compagnie des chats noirs

Feuille de personnage
Dorikis: 3800
Popularité: 332
Intégrité: 218

Ven 29 Mar 2013 - 22:48



« Dis moi Ping, ça ne serait pas la vieille qui nous a balancée ici ? »

Flatch Flatch Flatch (bruit d’une patte qui se gratte l’oreille).

« Mais oui Jong… Sneuuuuuf »

« Gihihihi… En v’là d’beaux spécimens, hein ma Félixia ? »


Chapeauté d’un couvre-chef en fourrure et drôlement pointu, l’un des deux pirates qui faisait face à Lisa souriait de toutes ces dents. Le primé tapotait le crâne de son frère qui se tenait assis en tailleur, le pied grattant l’arrière de son oreille. Les deux hommes ne semblaient pas s’être pris un seul petit kilo et il transportait un long drap blanc, surement leur parachute, dans lequel ils avaient coincé plusieurs énormes insectes à l’aide de lianes.


Lisa Scoumoune leur faisait face, la tronche recouverte de feuillages, de terre et de ronces. Elle se tenait debout grâce à un long bâton torsadé et elle semblait parler à un chaudron. Le genre de chaudron en fonte qui ne se trouve pas n’importe où sur un archipel comme celui de Boyn.



FDD DU CHAUDRON : Son utilisateur peut se transformer en un chaudron, il peut contenir de plus en plus de liquides au fur et à mesure de sa puissance (ne souffre pas de problèmes de débordements). De plus, il se déplace comme s'il n'était pas un objet. C'est bizarre et magique.


« Cette île est une bénédiction pour des gars de notre trempe, hein Ping ? »

« Floch ! Pour sur, Jong … HIIIIIP »

« Dis moi, ce ne serait pas un beau trophée à capturer que cette femme là ? »

« Djeuf Djeuf Djeuf ! Hipa hop ! »

A la minute même où le petit trapu commença à mugir de la plus bizarre des manières, une sorte de chenille énorme se détacha de la cordée d’insectes pour se positionner à côté de lui. Il se roula alors par terre en léchant la terre et en se frappant l’aisselle avec une branche.

« C’pas bientôt fini l’zouave ? »

Lisa releva son menton prêt à aller envoyer paître ailleurs ce clown quand la chenille géante se redressa sur le bourrelet arrière avant de fondre de toute sa largesse sur Scoumoune.

« Peste d’asticot ! Qu’est ce qu’il lui prend à s’t’engin ! »

La sorcière eu juste le temps de rouler sur le côté avec son chaudron avant de sentir le sol vibrer à moins de deux mètres d’elle. La grosse larve pivota sur son flanc comme un rouleau compresseur géant, Scoumoune se redressa vivement en courant, la robe remontée jusqu’à la culotte. La chenille écrasait les arbres et plantes qui étaient sur son chemin tout en poursuivant la fuyarde en robe courte.

DOOM SHROOM

Lisa frappa le sol de la pointe de son bâton et aussitôt un gros champignon noir poussa à une vitesse folle. La grosse larve roula dessus et la drôlesse de moisissure explosa aussi sec en un nuage violet épais. Lisa s’arrêta en lâchant son rire strident. La nappe de fumée retomba au sol en dévoilant une chenille-compresseur plus immobile qu’une statue de pierre.

« GIHIHIHI ! »

« Eh bien fréro ? Nous allons devoir y aller, non ? Vois-tu vieille femme, mon frère est passé maître dans l’art de se faire comprendre de tous les animaux et insectes qui peuplent ce monde ! »


Silence.


« Nous sommes des pirates primés et réputés dans le monde entier ! Nous sommes les plus grands chasseurs de t… »



SBOOOOOOOOIIIIING


Le crâne du grand jaune frappa le sol avec violence, une bosse de la taille d’une palourde géante au sommet du front. Il venait de se manger la marmite en fonte en pleine trogne, celle-ci retomba au sol avec une agilité déconcertante, on parle d'une marmite, avant de partir en courant vers Lisa à l’aide de ses pattes métalliques.

« C’t’une belle chatte ça hein ? C’est la petite à sa mémé ça ? Gihihihi ! »

La bouche béante, le petit imitateur secouait son frère comme un prunier.

« Oh ! Oh ! JONG ! Qu’est-ce que c’est que ton animal… ???? YAAAAAAAAAAAAAAA ! Saquiquqiqua ! Sbouloubaka… »

Il se remuait dans tous les sens en jetant de la terre dans son caleçon et dans un élan commun, les animaux encordés chargèrent vers Lisa et la Félixia chaudronnée.

PEA SHOT FACTORY

Dans une succession de coup de son étrange bâton dans le sol, Lisa fit naître une dizaine de plantes vertes à la bouche en rond. Soudain, les assaillants se firent mitrailler de centaines de pois verts de la taille de balles de fusils. Lisa était assise le cul sur le chaudron, derrière son armée de mitrailleuse pois-tomatique. Les plantes finirent par faner aussi vite qu’elles étaient nées, les animaux d’en face étaient K.O au sol.

« GAYAHAAAAAAAAAAAAAA !!! »

Lisa se redressa et porta son bâton à hauteur de son épaule à la manière d’une lanceuse de javelot et le lança vers son agresseur avec puissance.

Le nain jaune esquiva sur la droite dans un roulé magnifique, il s’arrêta et lâcha un grognement moqueur.

« Raté la vieille ! Sboaf ! »

« C’toi qui l’dit »

PIRANHA

Le pirate tourna lentement la tête vers l’endroit où le bâton s’était planté, une plante de plus de deux mètres à la mâchoire bien fournie le reniflait bruyamment.

« Toute douce ma grande ! Gihihihi ! Il nous le faut entier ! »

SBOOOOOAAAAM (crâne qui se fracasse au sol)

« C’est une bonne chatte ça ! Hein ?!! C’est ma Félixia à moi ça ! »
http://www.onepiece-requiem.net/t6781-scab-tournebroche-a-l-anciennehttp://www.onepiece-requiem.net/t1772-fiche-de-dettes
avatar
Pr Donor Jinx

♦ Équipage : compagnie des chats noirs

Feuille de personnage
Dorikis: 3800
Popularité: 332
Intégrité: 218

Mer 3 Avr 2013 - 10:18

« Le gros s’enfuit vers l’Ouest mon cher Donor ! »

« Il est trop loin pour mes rayons ! Didju ! »

« Et je peux pas atteindre mes armes ! Par ma pipe, Rudolphe est parti rouler trop loin avec les sacoches ! »

« Zahaha ! On z’en charge ! »


Lucky sauta sur le bras d’acier de son compagnon aux grandes oreilles, la pointe du parapluie repliée vers l’avant.


RABBIT AXE FROZ


Le vieil ange fendit l’air comme une flèche grâce à la puissance de lancer de Rabb. La grosse bedaine du pirate au tricorne blanc dévalait la pente de l’île de Boyn en terrassant les plantes carnivores trop petites pour gober une telle carrure. La pointe givrante du parapluie s’enfonça profondément dans le bide du pirate. En un instant, le ruskov devint plus congelé qu’une vodka frappée. Il s’immobilisa vite et le reste du groupe roula tranquillement vers le glaçon et Garou tout en poussant le corps inanimé du pirate aux moustaches. Peuleu Peuleu rampait tranquillement en se boulottant une tranche de salade entre ses chicots de mucus.

« Tu deviens un vaillant combattant mon Peuleu ! Héhéhé »

« Par ma barbe ! Je n’ai jamais vu un gastéropode battre quelqu’un en se transformant en cuillère ! »

« Héhéhé »


Frustré de ne pas avoir vu ça ? Je comprends. C’était vachement bien en plus. Vraiment.


Arrivé à hauteur de Garou, le groupe s’immobilisa en cercle pour écouter les récits de Santa, conformément à sa promesse.

« Nous t’écoutons mon gros am… »

« BON DIEU D’BORDEL D’MERDE D’LIANES ! »

Une voix résonnait derrière un énorme buisson à la gauche de Donor.

« Zahahahaha ! Je reconnaîtrais cette voix mélodieuz’e entre mille ! Zahaha ! »

Déboulant depuis les feuillages, une femme de la nature, aussi laide qu’horrible.

« Un ange… »

Les yeux en cœur, Garou soupirait d’amour.

« Lisa ! Ma vieille amie ! Quel bonheur de te voir ! Aussi radieuse qu’horrifiante ! Héhéhé »

« Arrêtez d’faire l’charme ! Bon dieu ! Garou, vieux centenaire d’mes deux ovaires, t’as vu l’bide que la compagnie tire ? Et tu t’dis médecin ?! »

« Zahaha ! Un peu de fruits n’a jamais fait d’mal à per… »

C’est alors que la carcasse de Rabb s’effondra en arrière, le sol vibra si fort qu’un cocon de papillon s’explosa par-terre.

« Par mes souliers ! Qu’est-ce qu’il a ? »

Les instruments autour de son cou, Garou cherchait à écouter le cœur de son camarade à travers son épais pelage et sa graisse impressionnante.

« Hyperglyz’émie fatale »

« Pustules d’vipères ! »

Lisa plongea sa main dans une des poches de sa robe déchirée pour en sortir des feuilles séchées.

« Félixia ! J’besoin d’toi ! »

Traversant les feuillages, un chaudron articulait ses pattes de fonte en transportant les corps inanimés des deux jaunes primés.

« C’bien ma fille ! »


Silence.


D’un tour de bras, elle ressort les deux pirates en les balourdant au sol. Le chaudron se frotte contre la hanche de Scoumoune en ronronnant dans un son métallique.


Silence.


« Pshhh… Santa… Elle a perdu la boule la vieille… »

« Je ne sais pas… par ma barbe… J’ai l’impression que son chaudron est … Vivant… »

Après avoir balancé les feuilles dedans, elle alluma un feu qui fit bouillir la mixture en moins de temps qu’il n’en fallait pour dire « Abracadabra ». D’un coup de louche, elle apporta le liquide à la bouille du lapin.


« C’est une plante aux propriétés amaigrissantes, v’nez donc en boire tas d’gros. »




Dix minutes plus tard. Six cent soixante-quatre kilos en moins.



« Un fruit du démon ? C’est vraiment pas de bol »

« Comme j’te l’dis ! Elle n’mange pas un seul fruit et le seul qu’elle goûte… PAF ! GIHIHIHI ! Mais… Elle est très susceptible, faites comme si de rien était ! »

« Quel genre de fruit transforme en chaudron ? Un zoan ? »

« Le zoan du chaudron ? Zahaha ! Je penz’e pas qu’il existe celui-là ! »

« Il doit juste faire partie de ses fruits plus handicapant qu’avantageux… »

« T’façon elle savait d’jà pas nager ! »


Silence.


«Qu’en est-il de ce mystérieux « Gouverneur » mon cher Snow ? »


Tout en caressant le haut du crâne de Rudolphe, Santa tapotait son bide redevenu à sa taille démesurément normale. Son visage n’était pas celui d’un homme serein.

« Vous êtes-vous déjà demandé s’il existait un lien entre tous les primés de votre liste ? »

Silence.

« Eh bien ma foi… C’est une vieille liste que la Marine a ressorti… »

« Des têtes primées de plus de dix piges même… »

Tout en bourrant sa pipe de tabacs, Santa reprit la parole.


« Dix ans… C’est exactement ça. Ecoutez-moi bien mes amis, je vous avais dis que par le passé j’ai été pirate, encore pire, mon visage figurait sur cette liste que vous suivez aveuglement. Je n’avais pas fais le lien entre tous ces visages, mais maintenant, je suis dans la lumière. Une sale lumière sombre et chargée de poussière par ma barbe ! »

« Cela ne peut pas être si horrib… »

« Bien pire même mon ami… Il y a dix ans, j’ai participé avec ces quatre hommes et quarante-six autres pirates, capitaines ou indépendants, au plus grand kidnapping de l’histoire de South Blue. Durant six jours et sept nuits, les 51 avaient pour mission de bonder leur cale d’humains, homme-poissons, géants, long-bras et j’en passe…. »

« Bande de z’alopa… »

« … l’homme qui nous avait embauché n’avait qu’une exigence concernant ces rapts de forces : qu’aucun ne soit âgé de plus de 12 ans… »

Le poing de Garou partit en flèche vers la mâchoire de Snow qui ne prit pas la peine d’esquiver. La pipe vola plusieurs mètres plus loin avec le reste du corps, la barbe humide de sang et les bretelles de son froc détachaient.

« Ez’pèz’e de pourri ! »

Le bras de Jinx se tendit devant le buste de Lucky qui était prêt à en découdre au sol. Les larmes du charpentier des Chats Noirs perlaient avec lourdeur sur le sol de Boyn.

« Laisse-le finir »

« Kof Kof… Pourri ? Ça oui… Mille fois j’aurais pu dire non à mes hommes et repartir tranquillement en mer, mais… Le Gouverneur, comme nous devions l’appeler, nous avez contacté par Den Den et nous avez promis à tous… un abandon des primes sur nos trognes… Nous n’avions qu’un devoir, emmener les enfants à fond de cale jusque le cap des jumeaux. Ce que nous avons fait, là c’est un bateau avec un homme encapé qui avait chargé les gosses et qui avait repris la mer comme si de rien était… Le nombre… Le nombre d’enfants… C’était horrible… Le lendemain, les 50 capitaines et moi-même étions radiés des têtes primées… Comme ça, pour une semaine de rapts… »

« … Et finalement, voilà que cette liste resurgit. Votre Gouverneur n’avait pas le bras suffisamment long pour berner le gouvernement aussi longtemps. »

« … Je payerais Jinx, je vous l’ai dit sur Bulgemore… »

« Chaque chose en son temps… Pourquoi cet homme souhaite-il vous revoir maintenant ? Dix ans plus tard ? »

« Ca je l’ignore… Par mes chaussettes ! A l’époque, cette grâce m’a permis de me retirer et mettre ma famille à l'abri jusqu'à ce que ma femme partent avec mon fils... Mon passé... j'ai déjà commencé à payer depuis qu'ils sont partis... Par... Par mon cœur... »



Scrunh croch (fouille)


« C’pour l’fric ! Tiens ! »


D’un coup de poignet, Lisa envoie au professeur une missive fraichement dépouillée du corps inconscient du pirate au tricorne blanc.


http://www.onepiece-requiem.net/t6781-scab-tournebroche-a-l-anciennehttp://www.onepiece-requiem.net/t1772-fiche-de-dettes
avatar
Pr Donor Jinx

♦ Équipage : compagnie des chats noirs

Feuille de personnage
Dorikis: 3800
Popularité: 332
Intégrité: 218

Jeu 4 Avr 2013 - 9:42

« Hellidays Island ? »

« Je ne connais pas toutes les îles de Grand Line… »

Santa remettait son bonnet avec difficulté tandis que Rudolphe l’aidait à se relever, le charpentier regardait chacun de ses compagnons dans le blanc des yeux. Soudain, Jinx posa une main sur l’épaule de son ami.

« Tu n’as plus à nous prouver ta valeur mon ami, le passé n’est que pour les vieux infirmes qui n’ont pas de futur à écrire… N’est-ce pas Lucky ? Héhéhé »



« … »



« ZAHAHAHAHAHAHAHA ! »
« Band’vieux shnock ! GIHIHI !»
« Par ma barbe ! YOHOHO ! »
« Groumpf ! »
« PEULEU !! »
« YAGOUUU »
« … »

Silence.

« Je ne suis pas sur que la discussion avec cette bonne Félixia sera aussi simple qu’avant… »

« Peuleu… »

« Il semblerait que ton gastéropode comprenne le langage du chaudron »

En effet, le mucus sur gélatine semblait en pleine discussion avec la masse de fonte qui se grattait avec sa patte le fond de la bassine. Débat auquel le renne et le lapin vinrent se greffer.

« Ils sont solidaires quand même ces braves petits ! Zahaha ! »

Tout en reboutonnant sa veste, Jinx jeta un coup d’œil à la liste des primés sur laquelle il barra quatre nouvelles têtes.

« On ne va pas pouvoir se trimbaler ses quatre là »

GOGO GADGETO PHOTO

« Gihihi ! Ils ont fait du progrès ces deux là ! »

Peuleu devant ses monocles, Jinx ajustait le réglage au niveau de la coquille de son compagnon avant de lâcher quatre clichés dans un « peuleu » numérique.


« Voilà qui est fait… La prime avant toutes choses… Maintenant, nous allons devoir trouver comment sortir de cette foutue Archipel carnivore ! »

BROOOOOOOOOOOOOO

« Par mon caleçon ! Donor ! C’est la plante ! Elle va se redresser ! »

Santa cala Rudolphe sous son bras pour ne pas que le foldingue à bois ne puisse s’éloigner en suivant un papillon comme à chaque fois que les choses tournaient au vinaigre.

« Balanz’e tes rayons de chanz’es Jinx !!! »

« Impossible ! Lisa et Félixia sont insensibles à mes rayons de chances ! On va devoir plonger mes amis ! »

« Si c’pas malheureux d’tomber dans un piège d’plantes ! »

La sorcière coinça l’anse de son récipient de chat sous son bras, Garou sauta sur le dos de Rabb et Jinx prit le tentacule de Peuleu dans sa paluche.

« Mes amis… »

« …Z’est… »

« … Parti… »

« …MON KIKI ! GIHIHIHI ! »



GROAAAAAAAAAAAAAAA
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH

SPLOACH
SPLOACH
SPLOACH
SPLOACH



« Tout le monde va bien ? »
« Check ! »
« All Right ! »
« Ouep »

La tronche de nos retraités baignait dans une soupe peu ragoutante de débris gastriques et de sucs digestifs. Jinx et Peuleu avait atterri en même temps qu’une fourmi géante si bien qu’ils s’étaient posé aussitôt sur son dos. La cavité sombre dans laquelle ils venaient de tomber était large comme un estomac de roi des mers. La plante s’était redéployée aussitôt après son repas englouti et une gigantesque feuille verdâtre était venue recouvrir son piège à une trentaine de mètres au-dessus de la compagnie.

« C’bizarre, j’viens d’perdre Félixia et elle devrait flotter que’qu’part ? Non ? »

« C’est un chaudron, tu l’as dis toi-même, elle ne nage pas »

« Z’est z’urtout une utiliz’atriz’e d’un fruit démoniaque comme les deux chevaucheurs de fourmi »

« Voulez-vous que je plonge pour la récupérer ma bonne amie ? »

« Je doute qu’on puisse mon bon Santa, on ne sait pas combien il y a de mètres de fond… Et puis, regardez… »

Le doigt de Jinx pointait un coléoptère qui commençait petit à petit à dégager une fumée blanche depuis son corps immergé.

« L’az’ide gaz’trique attaque le corps »

Silence.

« BORDEL D’NOUILLES ! »


La fourmi géante avait presque la tronche sous le suc, sept zouaves sur le dos, comme quoi, certaines journées sont franchement mauvaises. Même pour une fourmi. La pauvre commençait à dégageait une fumée nauséabonde qui montait aux museaux des Chats Noirs.

« Jinx, vieille bique, t’crois qu’un chaudron ça respire sous l’flotte ? »

« Eh bien, ce n’est pas de l’eau salé, donc j’imagine qu’elle est encore sous sa forme chaudronique, alors je dirais qu’elle n’a pas besoin de respirer. Vous en pensez quoi ? »

Garou et Santa levèrent leur main.

« Oui ? Hummm… Santa ? »
« Je suis d’accord avec vous professeur ! »
« Tu auras une image Santa ! »
« Merci professeur ! »
« Z’est qu’un sale fayot ! Zut ! »

Silence.

SBWAF (Rafale de trempes)

« C’PAS LE MOMENT DE FAIRE D’L’HUMOUR ! »

La fourmi n’était presque plus qu’un dos, un radeau pitoyable sur lequel la compagnie tenait tant bien que mal.

« C’est la fin mes amis »

SBEUM (Bruit sourd)

« Qu’est-ce que.. ??? »

Les pieds des membres venaient de toucher un sol spongieux, plus aucune trace de liquide gastrique aux alentours, juste la ferrailleuse Félixia qui avançait sur ses pattes grinçante jusque Lisa en ronronnant.

« Où est passé l’acide ? »

« Regardez ! Zahaha !»


La tête de Garou était penchée avec celle de Rabb au-dessus du récipient félin, celui-ci finissait de faire disparaitre dans son fond une petite quantité de liquide. Tout en passant un coup de mouchoir sur ses monocles, Jinx tapota l’encolure du chaudron.


« Je retire tout ce que j’ai dit, ce pouvoir est plus utile qu’aucun autre ! Héhéhé »

« Il faut qu’on trouve un moyen de se faire la belle, par mon bonnet ! »

« YAGOUUUUUUU ! YAGOUUUU ! YAGOUUUU ! »

Le renne au pif bleu sautait autour d’une sorte de sphincter à une dizaine de mètres de là. Du bout de son parapluie, Garou tâtonne l’étrange fermeture spongieuse tout en se grattant la barbe.

« C’t’un fion d’plante ? »

« Z’est un fion de plante »

« Il doit donner sur la mer, ce n’est pas la meilleure des solutions comme échappatoire, on est trois enclumes sur huit, qui sait à combien de mètres sous la surface de la mer on peut être »

Le renne s’approcha de la fente close du rectum carnivore et cala sa truffe contre, un petit souffle lui gaza la tronche.

« YAGOU ?!!! »

Il se recula vivement en penchant les bois en avant, ses sabots frappèrent le sol avec force. Santa eu à peine le temps de réagir que Rudolphe était lancé dans une charge vengeresse vers le trou farceur.

« NOOOOOOOON ! »

SPLOACH !

Le trou s’ouvrit à une taille démesurée pour laisser entrer suffisamment d’eau saline dans l’estomac qui entamait sa purge annuelle. Huit silhouettes plongèrent dans les bas-fonds marins sous l’Archipel de Boyn.

Une retraite anticipée et définitive ? Nous verrons.


http://www.onepiece-requiem.net/t6781-scab-tournebroche-a-l-anciennehttp://www.onepiece-requiem.net/t1772-fiche-de-dettes
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1