AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[RP Équipage] Il y a du courant, des récifs et du sang

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nakajima D. Aoi
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses, Grand Line.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 7902
Popularité: -1015
Intégrité: -808

Lun 21 Jan 2013 - 23:07



Il y a du courant, des récifs et du sang



Combat acharné sur Reverse Mountain en 1624


Sur Le Bel Espoir




Voilà qu'on montait férocement sur Reverse Moutaine. La brume se formait toujours, mais on pouvait encore voir lisiblement les environs, voir que cette cascade inversée nous portait loin vers le ciel telle une ascension divine. Sautant de ma corde, je dégainai, Senkō kirameku kasai, ma gunblade. C'était plus calme par-ici. Disons que je n'avais pas encore vu d'hommes pour l'instant. Je commençais alors ma procession avec détermination, je n'avais pas peur d'affronter le danger. Je portais sur moi mon canon portatif, j'aimais bien avoir un petit plus histoire de faire plus mal. Une silhouette apparut face à moi. Mon premier adversaire était un jeune garçon aux cheveux noirs et qui était plutôt sexy. Sans réfléchir, j'ouvris le combat. Même prit en traître, il riposta aisément. Cela me surprit. Je sentais que le duel allait être très intéressant. On s'échangeait nos premiers coups tranquillement dans notre coin. Pour l'instant, c'était moi qui dominais, je testais ses capacités, voir jusqu'où il pouvait tenir, ahahah. Je n'avais pourtant pas encore commencer le vrai duel que je l'admirais déjà. Après avoir tenté une attaque, puis une seconde de revers, je fis un bond en arrière pour reprendre de la distance. Un rictus se dessina sur mes lèvres. Je ne pouvais pas m’empêcher d'exprimer ma joie débordante.


    Tu te défends bien petit, dommage de mourir jeune. Hélas, tu ne peux décidément rien contre la Déesse que nous sommes! Cela dit, nous te faisons la grâce de pouvoir jouer un peu avec nous.


Mon sourire cessa lorsque je repris l'affrontement. Je m'élançai en première sur ma cible. Je portais un coup horizontal circulaire, mais mon adversaire se baissa à temps pour éviter et enchaîna une contre attaque. Belle agilité.

Pendant ce temps, de l'autre côté du navire, la bataille se faisait rage sous les bruits des fers qui s'entrechoquèrent. Le combat n'allait pas être aussi facile qu'on pouvait le penser. Des secousses éphémères et soudaines déstabilisaient parfois les combattants, aussi bien sur un navire que dans l'autre. D’ailleurs, sur l'Inferno aussi ça se frottait sévère... Un seul équipage ne terminera pas la traversée sans encombre. Et à l'heure actuelle, il était impossible de savoir quelle équipe remportera sur l'autre, surtout que des facteurs incontrôlables comme des récifs ou des secousses qui faisaient pencher la faveur tantôt à l'un, tantôt à l'autre. Reverse Montaine aura bien des âmes à prendre...

Un coup d'estoc par-ci, un autre par là, puis un coup tranchant à la hanche, un autre à la tête et tout cela fut évité, dévié ou paré avec une excellente habilité. J'inversais maintenant ma position, laisser croire mon ennemi être le plus fort, pour mieux le surprendre. Comment ce jeune homme se comportait? Était-il arrogant au point de croire être le meilleur? Il fallait qu'il se gagne en confiance et qu'il relâche sa garde de manière subtile, ahahah.

Nonchalant, je reculais, j'esquivais moi aussi ses assauts. D'un coup, nos lames se chevauchèrent et sous le choc, par reflex, on se dégageait l'un de l'autre rapidement d'un bond en arrière. C'était une occasion de placer une autre réplique.


    Finalement, tu mérites plus d'être honoré. Est-ce toi le capitaine de cet équipage?


~~ Page 1 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Hathor le Lun 11 Mar 2013 - 15:05, édité 4 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
Blake Redhorn
Blake Redhorn

♦ Localisation : A la recherche de la Poitrine de Jouvence !
♦ Équipage : Les Etrangers

Feuille de personnage
Dorikis: 2160
Popularité: -121
Intégrité: -107

Mar 22 Jan 2013 - 20:53




– AAAAAAAAAAAAH ON VA MOU'LI'L ! AU SECOU'LS ! AAAAAH !
– Oh ! Trop fort ! T'as vu ça Kiki ? Contact ! C'est énorme !
– AAAAAAAH !
– Trop cool !
– OUUUUUUUH ! BOUHOUHOUHOU !
– Hé Ishii, t'as vu ça ? C'est trop classe ! On est des pirates et on fait notre première baston navale ! Je savais qu'on avait bien fait de jouer notre avenir aux dés ! HAHA quand j'pense que si t'avais gagné, on serait devenus des chasseurs de prime...
– AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
– Hahahaha ! L'heure est venue pour Blake, l'héritier des plus grands peloteurs de ce monde, de s'avancer !

Alors il se mit en retrait, grimpant sur une petite caisse située sur la poupe afin d'être correctement et sublimement mis en valeur. Là, tel un ange tombé du Paradis Pervers et apportant la divine parole aux sombres profanes foulant la terre de leurs pieds sales, Blake leva un bras en direction du ciel puis pointa du doigt les voiles noires qui flottaient près du Bel-Espoir.

– Mes amis ! Oui, vous tous qui me vénérez depuis des années, sans avoir jamais eu la possibilité de me rencontrer avant ce moment fatidique remontant à il y a quelques jours... Que ce soit toi, Ishii, ma grosse baleine moustachue, ou toi Pectoseins, ou toi Jambe en Bois, ou toi, Poitrine Plate, ou encore toi, Jevounette, ou toi, Luciette, voire même toi, C-4 je sais plus combien, et toi, mon bon Tentacule-Man, et surtout toi, mon super Iwa avec mini-Monster-Shishou sur la tête, vous voilà désormais membres de cette grande famille qu'est le fan-club de Blake Redhorn.

Blake marqua une courte pause, au cours de laquelle il passa une main dans ses cheveux, conférant à son corps – et donc son discours – une marque aussi bien épique que magnifique.

– Vous l'attendiez tous, le moment où votre sublime idole, c'est à dire moi, l'homme destiné à peloter la plus belle des poitrines, aurait le moyen de briller et montrer toute l'étendue de ses talents...
– Blakou...
– Et nous y voilà ! Ne craignez pas l'adversité, car je la combattrai ! Ne craignez pas les tétons imparfaits, car pour vous épargner ce calvaire, je les peloterai !
– Blakou !
– Ne craignez rien, vous tous, car Blake le grand pirate Pervers, va vous sortir de ce mauvais pas...
– PUTAIN BLAKOU !
– Kiki, je parle là, d'accord ?

La tête tournée vers son entrejambe, Blake fut forcé de mettre fin à son discours préparé dans la plus belle des improvisations, et dut se contenter de discuter avec sa seconde personnalité plutôt que de rassurer ses fans. Chose qui avait le mérite de l'exaspérer. Au plus haut point.

– Mais Blakou...
– Non, y a pas de « mais Blakou » qui tienne... Je parle, c'est TOUT !
– ALO'LS 'LEGA'LDE DE'LLIE'LE TOI ! MALOT'LU ! OLE !
– Quoi ? Mais de quoi tu parles, encore ? Y a rien derr... OH TROP FORT !

Kiki avait eu raison d'alarmer Blake et de le couper dans son discours ; car s'il ne l'avait pas fait, sans doute n'aurait-il même pas remarqué la présence d'une femme, derrière lui, toute lame dégainée. Celle-ci n'attendit d'ailleurs pas longtemps pour montrer ce qu'elle était venue faire sur un bateau qui ne lui appartenait pas. Apparemment, elle n'était pas à la recherche des « mains d'or » de Blake le Magnifique, ni là pour jouer à la nouvelle version du « Peloti-Pelota sur Reverse Mountain ».
Oui, parce qu'ils étaient sur Reverse Mountain. Cette montagne dont le seul accès se limitait à une cascade géante et qui avait l'air de particulièrement s'amuser en contredisant les règles de pesanteur. De l'eau qui grimpait au sommet d'une cataracte, c'était rarement le genre de choses que l'on pouvait rencontrer en sortant de chez Joe, le tavernier de Bikini Island. Mais ça Blake ne pouvait même pas l'apprécier, non. En fait, il était plutôt occupé à apprécier quelque chose d'autre, d'un peu différent, de légèrement plus... Rebondi.

– Oh trop cool, t'as vu ça, Kiki ? Elle se parle à « nous » comme la vieille folle aux chats, à côté du bateau de papa ! Mais bon, elle est au moins elle a l'air d'avoir des seins plus fermes.
– Hihihihihihi ! Ah mais c'est v'lai, la vieille aux chats ! Hihihihi ! Mais elle fait peu'l la femme, non ?
– HAHAHAHA !
– Mais concent'le-toi quand même su'l le combat ! AAAH ! Esquive ça espèce d'ab'luti ! Olé !

Evidemment, les personnes situées tout autour de Blake ne pouvaient entendre Kiki... Les Etrangers avaient bien entendu fini par s'habituer à ses monologues dialogués, mais il semblait plus qu'indubitable qu'ici, cette « étrangère » risquait de ne pas y comprendre grand chose.
Cependant, cela ne sembla pas suffire pour perturber le moins du monde leur assaillante. Violente, oui, c'était bien le mot. Il n'était d'ailleurs pas particulièrement dur de déceler la force de ses coups quand elle faisait vibrer leurs lames entre elles. Au bout d'un moment, néanmoins, elle s'arrêta, sourire aux lèvres. Ce fut là l'occasion pour Blake de constater qu'en plus d'avoir des seins d'apparence plus ferme que ceux de la vieille aux chats, elle était aussi plutôt jolie.

– Finalement, tu mérites plus d'être honoré. Est-ce toi le capitaine de cet équipage?

Question piège ? Question piège du piège ? Ou piège de la question piège du piège ? « Dans le doute, passe pour un héros » disait son père. Et il ne fallait pas s'y répéter à 69 fois pour que Blake le suive, ce conseil. D'ailleurs, il le faisait déjà naturellement.

– Moi ? HAHAHA ! Evidemment, c'est moi l'chef ici ! Ishii pense que parce qu'il a la plus grosse prime, qu'il est gros et fort, que les gens le prennent pour le capitaine, et que parce que le drapeau montre sa tête, qu'il est capitaine. N'importe quoi... Faut pas chercher bien loin pour comprendre que c'est moi, le plus beau et le plus classe, qui suis le vrai commandant ! HAHA...HA...
– Espèce de mytho !

Etrangement, une image assez horrible de Pectoseins lui collant une gifle convainquit Blake de ne pas aller plus loin dans sa démonstration, et même de reprendre le combat. Il soupçonnait grandement Kiki d'être à l'origine de cette apparition, mais, ne pouvant rien y faire, il se contenta de suivre ce que lui dictait son cœur, tel un héros des mers.

– Je suis tout à toi Moyens-Seins sous Chapeau Pirate ! Approche, gnahahaha !

Puis l'affrontement reprit, encore plus violent, rapide et étincelant qu'à ses débuts.

– Blakou, pa'le à d'loite ! Saute à gauche ! Olé ! Esquive ! Ah ! Non ! Pas çaaaaa ! AAAAH !

Presque simultanément au cri désespéré en provenance de son entrejambe, Blake reçut un coup de cette étrange arme pointée vers lui, qu'il réussit à éviter in extremis mais condamnant un morceau de son T-shirt.

– Hééé ! C'est pas cool ça ! J'ai pas beaucoup de T-shirts « moule-Pecs » !
– ON S'EN FOUT DU T-SHI'LT ! MEEEEEE'LDE ! AAAAAAAAAAAAAAAAH !
– Mouais, ben non, non, non ! NON ! Alors dans ce cas...

Blake fit tournoyer son vieux katana récupéré sur Callelongue avec toute la majesté de Pervers qui lui était relative. Il leva ensuite les yeux au ciel, avant de les repousser brusquement sur sa soudaine adversaire, pour enfin s'exclamer :

– Pour toi, public, je vais révéler pourquoi on me surnomme le Divin Peloteur ! Moi, Blake Redhorn, te présente aujourd'hui, en exclusivité... L'EROTICO-STYLE !

Alors dans un mouvement que rien au monde n'aurait pu surpasser en grâce et en beauté, Blake se débarrassa de son T-shirt qu'il lança sans aucune retenue sur son adversaire. Jusqu'ici, il n'avait fait que parer les estocades, sans jamais tenter quoi que ce soit. Mais l'activation de l'Erotico Style prouvait qu'il comptait bien s'y prendre au sérieux. Déjà parce que c'était bien plus marrant de se mettre sur la tronche en y mettant tout ce qu'on pouvait... Mais aussi et surtout parce que cette femme qui lui faisait face maniait son étrange arme avec une facilité assez déconcertante, et qu'elle menait la danse ici, assurément.
En fait, Blake avait très bien compris qu'il risquait de se faire bien mal quand elle aurait décidé que la phase du « j'observe pour peloter/attaquer après » serait achevée.
En fait, Blake avait aussi compris que son petit moment d'avantage avec l'adversaire légèrement gênée par son T-shirt puait le piège à plein nez.
En fait, Blake savait tout ça. Parce que Kiki le lui avait hurlé à s'en arracher les poumons (chose assez improbable, mais facile à comprendre pour faciliter la compassion). Sauf que Blake n'écoutait sa seconde personnalité – très – légèrement alarmante, paranoïaque, mais surtout mille fois plus intelligente que lui, qu'une fois sur cinq. Et malheureusement, il avait déjà épuisé son quota d'écoute en suivant ses conseils de combat, tout à l'heure.

– Et maintenant... ARCANE DU PERVERSE-STYLE ! I love you !

Sans attendre plus longtemps, il lui fondit dessus, toutes mains en avant, poussé par l'appel du pelotage. Kiki était peut-être effrayé, mais il restait fidèle à lui-même, et la perspective de s'endurcir en touchant des seins lui était plus qu'alléchante.
Et Blake pelota donc. Et le voilà qui, à présent, se retrouvait presque complètement sans défense, ses bras tendus sur cette poitrine d'ennemie.

– Oh des seins... AAAAH BLAKOU, TA GA'LDE ! Oh, des seins... P'LOTEGE-TOI !
– Pelote j'toi ? Oui je sais, je pelote !

Néanmoins, partagé entre la sensation de pelotage et sa peur constante et maladive, Kiki ne parvint à transmettre aucun message suffisant à Blake.



http://www.onepiece-requiem.net/t5419-redhorn-blake-finihttp://www.onepiece-requiem.net/t5468-perverse-style-redhorn-bla
Jackie Un' Becky
Jackie Un' Becky

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Etrangers

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: 140
Intégrité: -76

Dim 27 Jan 2013 - 11:22

J'étais pénard à ma table, dans une des salles qui abritait deux canons. J'avais posé ma table et démonté un gun. J'le nettoyais. Mon gun perso. J'en prends soin tu vois. 'fin, ceux qu'je r'vends aussi. Mais bon, pas d'la même manière. J'm'arrange pour qu'i's'enraient plus vite et qu'on m'en rachète plus vite, j'fais vivre le biiz, tu vois. Ha! Genre ces armes de la marine qui étaient stockées sur le bateau... Bah, j'en ai pas dit un mot à boobsy-buch', hein... Parc'que bon, voilà, j'commence à la connaître, la meuf. Puis quand on en a parlé à Ishii, avec Lucio, après qu'on ait trouvé ça en explorant les soutes, il m'a dit d'en garder quelques unes en bon état pour nous. C'pas con, ça. Mais avec les autres... Ha! On va s'faire un max de tunes. Les gens vont les tester, deux trois jours après, i'r'viendront, et i'rachèt'ront d'autres armes, puis on s'tirera. Easy money! Et si i'sont pas contents, on leur pétera la gueule. En mode facile, wesh.

'fin bon, i'avait toutes ces p'tites molettes étalées, triées comme i'fallait pour que j'm'y r'trouve pour remonter tout bien mon gun qu'j'ai piqué parmi ceux d'la marine. Un truc à canon scié. Un truc bien qui fait pas mal de boucan. Haha. Le p'tit engrenage, bien graissé, la p'tite pièce qui r'ssemble à rien, bien graissée. Je rappe à voix basse en même temps. 'faut jamais perdre le fil quand t'es au top. Et puis...

Et puis, ça commence à gueuler. J'espère que ces guignols se sont pas fait rattraper par le navire qui nous course depuis un bail. Et puis, t'imagines même pas... J'm'apprête à gueuler un bon coup pour savoir c'qui s'passe... J'me lève même, et j'ouvre la porte pour qu'on m'entende en haut... Quand tout à commence à valser. Des bruits d'explosions et tout. Ca pue. Moi, j'te l'dis, ça pue vraiment. Alors, j'change d'avis, et j'vais voir à l'écoutille. J'louvre juste au moment où... BOUUUUUM. Ouais, au moins. Voire BOUUUUUUUUUM. Le choc des flancs des deux navires me souffle en arrière. L'écoutille est toujours comme fermée. En fait, i'a un putain d'navire qui est contre le nôtre. Mais comme j'te l'disait, mec, j'sens que ça pue. J'me relève et je jette un œil à ma table de travail...

- Bordel de cul du mur du quartier!

Tout s'est peté la gueule. Toutes les vis, les écrous, les engrenages, les trucs sans noms... J'sais même plus où i'sont dans l'bordel qu'i'y a au sol. Alors ça, ça m'pèle la moule. Nom d'un rappeur d'la campagne, sérieux. Une demi-journée que j'astiquais ces merdes! Brrrrr... On va plus m'arrêter, j'vais tous les éclater, là. Alors j'repasse ma tête dans l'couloir. Et j'gueule.

- CHAAAAAAAN! Ramène-toi aux canons! Et chope-moi une arme au passage!

J'me rapproche rapidement de l'écoutille, et comme i'a un petit espace entre les deux navires, j'passe la tête, et j'observe. A gauche, à droite, que dalle. En haut, boarf... Ils ont des canons sur le pont supérieur. Sur leur navire, mais pas sur le mien, hein! I'vont voir la différence. Quand j'me retourne, la frangine est là, elle me jette un autre canon scié que j'met direct en bandouillère. C'est classe quand même, ces trucs, c'est aussi grand qu'moi quasi. Hahaha.

- Wesh Jackie! On fait quoi? Parait que i'a un navire pirate qui veulent notre peau... J'dois faire quoi?

- ON VA LEUR TROUER L'FION! Wesh! On r'cule le canon un peu vers le centre, là...

Et j'vois qu'elle comprend pas tout à fait, d'abord. Puis i'a l'berry qui tombe. Et elle rit. Elle commence à m'connaître. Faut pas m'faire chier! Ha!

- Toi-même tu sais, frangine!

Alors on recule le canon à deux. Et puis j'tape le boulet dedans après qu'elle aie ramoné l'truc avec la brosse. Paraît qu'c'est comme ça qu'i'faut faire. Et ça a plus ou moins bien marché les aut' fois. Puis, j'allume la radio et j'mets un gros son bien fat, un son d'la rue. J'prends la radio sur mon épaule, j'monte le son à fond, et j'me tape à califourchon sur l'canon. Ca va péter!

- Vas-y frangine! Allume-ça! On va leur mettre la fièvre, ouais... Et pas pendant des heures! Ca va êt'vite réglé! Wiiiiiiiiiiiiiiihaaaa!

Et le coup part dans une explosion terrible! Avec le r'cul du canon, j'me trouve à moitié projetée en avant. Tout mon corps en tremble encore et j'ai mal à la nuque. Mais quand j'mate par l'écoutille, j'suis satisfaite, ouais. 'fin, l'écoutille a un peu volé en éclat avec les débris de l'autre navire qui a exploooosé juste à côté. Mais on a bien bien troué leur navire, ha! Jackie, un, les cons, zéro!

Spoiler:
 
Ulcky Yuan
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3372
Popularité: -225
Intégrité: -170

Dim 27 Jan 2013 - 11:43

Les ordres toujours les ordres… Avec la vieille c’était comme ça ! Allons piller ici ! Allons tuer par-là ! Moi qui n’étais pas vraiment de ce tempérament-là, je suivais quand même mon groupe. Oui ce groupe d’énergumène au grand cœur, malgré leurs furieux problèmes psychologiques… Et croyez-moi, ils étaient tous à mettre dans le lot ! Dans tous les cas… Les ordres… Et cette fois c’était la navigatrice qui avait décidé de mettre son grain de sel… Plier les voiles qu’elle disait… J’ai donc fait… Non pas que je voulais lui obéir, mais j’étais sans doute celui qui avait la plus grande capacité à vouloir survire. N’oublions pas que face à nous une mer indomptable et de l’autre un navire inconnu rempli de gus inconnu. Donc partir du principe que le plus facile à maitriser c’était le navire ennemi, … , ok ! Mais de là à y aller le premier au casse-pipe…, …, non ! Alors les voiles… Je me suis dépêché de grimper sur le cordage pour détacher les nœuds en hauteur. N’ayant pas le vertige c’était facile, mais la houle rendait quand-même les choses difficiles… Mais après quelques bonnes minutes de combat acharné face au vent, tout était maitrisé ! J’étais arrivé en haut du mat, comme un vigie prêt à annoncer le moindre mal approchant. Mais devant moi la montagne faisait face et je me retrouvais complétement subjugué.

****

Ulcky : Tu as vu ? C’est dingue cette capacité volumique d’eau qui nous entraine de façon inversé vers le sommet de la montagne…

Yuan : J’ai rien compris, mais c’est jolie l’eau qui monte tu ne trouves pas ?

Ulcky : Crétins ! Dis, si on reste là, Kusa risque de tout découper et on va être tranquille non ?

Yuan : On a déjà tenté ce stratagème, sans succès… A ton idée d’ailleurs… Donc j’ai envie de dire … Nakano va peut-être mieux faire le travail que lui… On attend donc…

Ulcky : … Moué …

****

Bateaux, eau trouble et boulet de canon, ça faisaient pas bon ménage ensemble… Surtout après le fracas d’une collision… Je ne voulais pas regarder en bas, rien à faire…, l’important était de croire en son équipage ! Ces compagnons de route qui étaient tous de valeureux gaillards bien plus motivé que moi à faire le sale travail ! Ce qui devint le plus étrange c’était de voir la montagne pencher vers la droite. J’avais pas bien saisi le problème, mais en réalité c’était moi qui penchais vers la gauche et le mat qui avait cédé sous le choc…

Ulcky et Yuan : ET MERDE !!!!

A un moment donné, je n’avais plus rien de palpable sous moi… Logique de circonstance, je chutais donc… Et ce, en direction du navire ennemi… Moi qui ne voulais pas m’y mêler… Loupé ! Encore ! Mais le pont de leur caravelle arrivait à grande vitesse et je ne me voyais pas retomber comme un chat sur ces pattes. Coup de reflexe « mode survie », j’ai utilisé mes talents de charpentier pour découper le bois. Mais en m’approchant, je voyais un homme allongé en train de tousser et une espèce de chose multi bras a ces cotés… A moins d’un mètre d’eux j’avais éclaté le planché et j’étais tombé dans une pièce en dessous… Moelleux… Oh ! Que ? Oh ! Un matelas ! En regardant au-dessus de moi, le trou que je venais de faire laissait passer des silhouettes… Une ? deux ? Ça brille trop le soleil pour deviner…


Pendant ce temps, Porco lui avait écouté… que dis-je... avait bus les paroles de sa dulcinée, la capitaine des ombres ! Aoi. Mais cette dernière n’y faisait presque pas attention… Ou pas du tout d’ailleurs… Mais lui ne voulant que bien faire pour son aimé, continuant à chercher à attirer son attention. Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais Aoi à donner l’ordre à ces gamins de ce cacher et est partis combattre ? N’est-ce pas ? Et bien Porco lui… avait compris ce qu’il voulait comprendre…

Porco : Oh oui ma belle, je vais aller rejoindre nos enfants et les protéger…

Voilà, au pire il aurait été plus utile comme sacrifice… Mais bon. Il c’était donc hâté d’aller les rejoindre. Mais en ouvrant la porte c’étaient des cris de détresse qui émanaient de la bouche de ces chérubins, qui n’en n’étaient plus trop pour certains… Dans un coin de la pièce, les enfants ne voulaient clairement pas de l’aide du Porco !

Le fils : Crétin ! Dégage !

Porco : Mes enfants ne bougez pas ! Je vais nous protéger !

Le fils : T’es pas notre P…


Porco ce mis donc à bloquer la porte avec les outils qu’il avait sur lui. Chose facile pour ce maitre charpentier. Mais quand ce dernier jette ses outils au sol et que le sol est craquelé par endroit laissant la vision de la mer… Et bien les outils ont des chances de tomber dans ces craquelures et donc de tomber à l’eau… Alors maintenant devinette ! Qui est chanceux et malchanceux ? Vous lecteurs ! Chanceux de ne pas être à la place de Porco …

Derrière la porte, Rose essayait de rentrer…


Dernière édition par Ulcky Yuan le Sam 4 Mai 2013 - 8:31, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuanhttp://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
Adrienne Ramba
Adrienne Ramba
Soeur Marie-Thérèse

♦ Localisation : Helliday Island [Voie 3]
♦ Équipage : Etrangers

Feuille de personnage
Dorikis: 6027
Popularité: 370
Intégrité: -164

Dim 27 Jan 2013 - 18:10

Loin de toute civilisation, loin des iles habitées, loin de Callelongue qu'on a quitté récemment et tout prêt de Reverse Mountain ; le cimetière de nombreux navire ; le Bel Espoir semble balloté par le courant qui force et les attaque des marines. On pourrait croire qu'on est dans la merde. On pourrait dire que l'on morfle. On pourrait s'apitoyer sur notre sort. Mais on le fera pas. Et pourquoi ça ? Il suffit de regarder Ishii. Et tous les autres. Même le visage assoupi de Lucio ou la truffe humide de Gnuh. Il suffit de regarder pour comprendre. Ouais. Les Étrangers voguent vers leur nouvel espoir. Un bel Espoir. Un espoir par delà Reverse Mountain. Et malgré le courant sauvage, malgré les forces de la marine, cet espoir est fort. Bien plus fort que les barreaux avec lesquels on a cherché à abattre notre détermination ; cet espoir. On a vu bien pire. On a déjà eu bien des misères. Chacun d'entre nous. Ce fut dur. Ouais. Mais maintenant, on est ensemble. Et ça, rien ni personne ne pourra le briser. C'est ça les Étrangers. Et c'est ça qui me donne envie de les protéger. 'Fait pas longtemps que je suis des leurs, mais j'ai appris à les connaître. Un peu. GrandLine brisera définitivement la glace. Et on deviendra des frères d'armes par les épreuves que nous passerons. Il y a pas de doute à avoir.

En ce moment, c'est uni que l'on riposte marine. Parait que c'est un groupe de marine qu'Ishii et d'autres ont déjà rencontré. L'homme poisson ne semble pas fan à l'idée de les affronter de nouveau. Les autres non plus. Par contre, le robot, C-404, a failli sauter à la mer pour les rejoindre. J'ai pas trop compris le machin, mais il s'est fait ceinturer. À part ça, je le trouve amusant, ce robot. C'est un peu contre nature niveau création de vie, j'sais, mais j'commence à apprendre la tolérance. Même les cyborgs ont besoin d'espoir, non ? Et puis, j'en ai déjà croisé par le passé, c'est pas comme si c'était nouveau pour moi. En parlant de robot, le v'là de nouveau à passer au milieu du pont sans trop qu'on sache ce qu'il fait. Il manque de faire trébucher le duo d'hommes poissons alors que les boulets pleuvent. J'ai mal aux poings et au torse à force d'en renvoyer, mais faut tenir le coup. C'est pas avec un bateau en miette qu'on va passé Reverse. Un boulet arrive et fonce sur le cyborg. Regard aux autres, tout le monde est occupé. Je me décale rapidement pour sauter sur la trajectoire. J'balance mon poing pour le renvoyer et j'suis chanceuse. J'fais mouche et j'le renvoie à la mer. J'me relève et le cyborg est déjà reparti ailleurs, baragouinant que j'ai osé attaquer un agent de la marine. Vraiment bizarre. Tant pis, je continue à faire comme les autres. Renvoyer du boulet. Et j'me sens bien. J'travaille de concert avec les autres. Tous avec le même objectif, on est indissociable. Il en manquerait un, on aurait échoué. C'est étrange ce sentiment. J'ai jamais eu l'occasion de le ressentir. Comme quoi, il semblerait que j'ai l'opportunité de nourrir pas mal d'Espoir de cette aventure. Si Papa me voyait... il me casserait la gueule, certainement. Ouais. Mais il serait un peu fier, au moins, tant que j'm'approche pas de lui.

Rapidement, les marines stoppent leurs attaques. Ils ont certainement pas la folie de nous attaquer en plein Reverse. Tout le monde a déjà entendu parler de ce passage obliger pour GrandLine. Tout le monde sait comment c'est difficile de passer et que nombre de navires se sont déjà fracassés sur ces récifs aiguisés. Une bataille navale dans ces conditions, ça serait du suicide. Certains que ça va maintenant être calme ; en dehors du fait qu'il va falloir manœuvrer correctement ; j'fais un rapide tour des blessés. Rien de bien grave pour tout le monde. J'le dis à la pieuvre. On a plus qu'à attendre les instructions pour diriger vers le bateau et survivre au passage. Sauf que je suis rapidement mise au courant. En même temps, t'as le Ishii qui fait son discours. J'pensais m'attendre à des instructions et v'là qu'on a un autre pépin en face. Un bateau pirate avec des gus tellement cons qu'ils croient que c'est le bon moment pour se foutre sur la gueule. On est en plein Reverse, quoi, merde ! Pas dans un bar quelconque ! Pour ces conneries, on risque de finir comme boustifaille pour les poissons. Enfin, j'suis pas sûre qu'il y ait beaucoup de poissons dans le coin : Courrant trop violent. Par contre, peut-être qu'il y a des trucs vachement moins commun et beaucoup plus dangereux. Et donc beaucoup plus moche. J'demanderais aux hommes poissons quand on aura survécu. Si on survit. Et j'dis pas ça pour les traiter de monstres. C'en est pas. C'est des frères maintenant.

On s'organise du coup sur le pont. Ishii et Blake semblent bien partis pour aller faire mal directement chez l'adversaire. J'vois pas Monster faire ça. J'le vois plus carrément. Il a dû préparer l'antenne médicale. J'chope Ishii, alors que les bateaux sont tout proche.

Ishii. Je reste sur le navire et j'le protège. Et j'fais en sorte qu'on garde la trajectoire.

Il acquiesce. J'me casse. Et puis je tombe parce que le navire pirate vient de percuter le Bel Espoir. Le bois du bateau crie littéralement sous les forces qui s'abattent sur sa structure. Ça tire, ça se contracte, ça se compresse, mais le navire tient. Mieux, c'est le navire adverse qui prend cher. Le mat tombe sur le Bel Espoir. Ça va être rapidement le bordel dans le coin. Les secousses redoublent d'intensité et c'est dur d'avoir une vision d'ensemble. Des tirs de canons que j'entends. Des explosions aussi. Ils tirent sur le Bel Espoir, ça craint ! J'parie que Jackie est déjà devant son canon pour leur envoyer le retour. Faut qu'on augmente notre puissance de feu aussi. Et là, je zieute Lucio et Gnuh qui pioncent toujours autant sans se soucier de l'agitation. Pas le choix, ils vont pas être content. Je m'approche et je secoue légèrement Lucio.

Hé ! Lucio, tu te reveilles ? On est attaqué ! Faut riposter !
C’est la guerre ? Appelez… quelqu’un d’autre… Je dors…
Quelqu'un d'autre ? Mais y a que toi pour tirer !
Gnuh ?
Et Gnuh aussi ! On a besoin de vous !
Pas mes oignons… Terminez votre guerre tout seul… Sommeil sacré… ‘Vous faire foutre…

Quel chieur ce Lucio. Et Gnuh qui me regarde, intrigué. J'lui parle de sucre, ça éveille sa curiosité. Du coup, il se laisse faire quand je le prends sous un bras. Pareil pour Lucio, mais il proteste, évidemment. Je traverse le bateau alors que les premiers pirates débarquent tandis que des Étrangers passent de l'autre côté. Je dépose le duo insolite sur la gaillarde arrière. J'prends un sac pour servir de coussin, histoire qu'ils ne soient pas trop mécontents. Son arme dans une main, Gnuh pas loin, j'pense qu'ils auront la présence d'esprit de faire du dégât. J'espère. Toute façon, on ne peut pas faire autrement. J'les abandonne et j'cours dans la mêlée qui vient de s'engager. Hache dans la main, je fais de l'espace. Plus qu'à servir dans ce merdier.
http://www.onepiece-requiem.net/t2888-adrienne-ramba-fini-et-test-rp-postehttp://www.onepiece-requiem.net/t2984-fiche-de-la-buche
Ishii Môsh
Ishii Môsh
Gentlefish


Feuille de personnage
Dorikis: 6235
Popularité: 392
Intégrité: -325

Mer 30 Jan 2013 - 19:04

La guerre est déclarée. Les canons tremblent et les épées claquent mais l’Ishii, lui, reste stoïque, comme à son habitude. Son air presque tranquille au milieu du capharnaüm ambiant sonne comme un cheveu dans la soupe et pourtant, il prend le temps ; de rallumer son cigare, remettre en place son costard tout humidifié par les vagues et il va même jusqu'à remettre sa moustache en place. Il est comme ça, l’Ishii. Pas pressé. Il fait les choses bien mais à son rythme.

Alors quand il sort enfin son épée pour répondre à la jolie miss qui se permet une visite, le lecteur sait déjà. Il sait déjà que les vacances sont finies pour les Ombres et qu’ils n’auront maintenant du repos que lorsque leurs gueules auront fini sur le plat de sa lame. Parce que sur ce bateau :

-Hmm, ici, c’est moi, le capitaine.

Il sort ça d’un ton calme et si sa voix n’avait pas traversé toute la coque de son ton immensément grave, on aurait presque pu croire à un mot doux. Mais non, et l’Ishii le prouve d’un coup d’épée qu’il envoie directement dans le visage du capitaine adversaire. Sans fioriture, le coup part couper l’air entre elle et lui et il faut tous les réflexes de son adversaire pour esquiver la lame. Lâché par la miss, le pauvre Blake fait un pas de recul, sortant de sa paralysie amoureuse. Il ré-ouvre enfin les yeux pour observer son capitaine. Pour observer le capharnaüm ambiant.

Tout autour, le combat fait rage et malgré le peu d’ennemis, les canons pleuvent de chaque bord. Un boulet vient raser la coque du Bel Espoir, une énorme vague manque de faire chavirer le navire et un autre coup de canon fait valser tous les hommes sur le pont. De chaque coté, sur les deux vaisseaux, les épées s’entrecroisent dans un bordel sans nom alors que l’Ishii, lui, continue à garder son calme Olympien.

Oh oui il est énervé, il ne faut pas croire, on ne touche pas à sa famille sans supporter le contre coup. Et avec Ishii, le contre coup, il fait mal.

-Hmm… Il vous reste une chance de garder la vie, c’est de fuir. Loin.

Il sort ça à la miss, pas sûr qu’elle apprécie, mais il en a cure et plutôt que de continuer à palabrer, il préfère faire parler son épée qui vole de nouveau vers la gueule du capitaine adversaire. Cette fois elle part, et presque facilement. Plus aux prises avec Blake, elle peut faire valoir toutes ses qualités d’épéiste et déjà, l’Ishii comprend qu’elles sont grandes, ses qualités. Mais il est trop tard, oh oui. L’Ishii combattra jusqu’au bout s’il le faut, mais il combattra. Dès les premiers passes d’armes, il comprend qu’il faudra jouer sérré alors il se donne la prudence nécessaire. Il prend le plus grand recul qu’il faut, augmente son allonge pour ne plus être à porté des petits bras de la miss et surtout,

Continue à délecter son cigare.
http://www.onepiece-requiem.net/t3356-ishii-moshhttp://www.onepiece-requiem.net/t3508-ishii-mosh
Nakajima D. Aoi
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses, Grand Line.
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos.

Feuille de personnage
Dorikis: 7902
Popularité: -1015
Intégrité: -808

Dim 3 Fév 2013 - 23:21



Il y a du courant, des récifs et du sang



Combat acharné sur Reverse Mountain en 1624


Sur le Bel Espoir


Il devenait agaçant le bougre! Ses attitudes commençaient à m’exaspérer. Prétendre que mon "nous" frisait la schizophrénie, il ne s'était pas regardé à se parler tout seul celui-là. D'autant plus que mon "nous" était royal, alors que lui, on ne savait même pas à qui il s'adressait. Donc entre lui et moi, qui était le plus fou des deux? C'était plus qu'évidement qu'il s'agissait de ce fréluquet!

Je me sentais complètement idiote quand le jeune homme me montrait leur pavillon. C'était bien sûr un autre le capitaine. Lui, ce n'était qu'un misérable sot qui pensait être à la hauteur. Ce gamin ne savait pas à qui il avait à faire. Bien qu'il m'énervait dans sa façon d'être, il avait un certain charme et un côté assez amusant qui me fascinait. C'était le genre de mec qui ne devait pas s'approcher de ma fille. De toute façon, il n'avait aucune chance face à moi.


    Je suis tout à toi Moyens-Seins sous Chapeau Pirate! Approche, gnahahaha!
    Laisse notre tricorne en dehors de notre relation, petit. Mais tel est ton plaisir, nous ferons une joie de te voir de plus près.


Décidément, il ne savait pas ce qu'il faisait, il ne savait pas à qui il s'adressait. Il jouait vraiment avec le feu. C'était plaisant, mais... Il était hors de question qu'on me dévalorise mon corps de Déesse! Moi? Moyens-Seins? Il allait le regretter. Le bout de ma lame déchira son T-shirt, mais je ne pu enfoncer mon arme dans son corps, car suite à cela, mon adversaire s'était reculé d'un bond. On dirait que j'avais provoqué quelque chose dans le fond de son être, une âme de combatant sauvage? Cet imbécile retira sans considération son haut et me le balança. Je n'allais pas me faire avoir par cette action ridicule. J'appuyais alors sur ma gachette, mais la balle le manqua de peu. Bordel, je faiblissais. Je ne savais plus viser correctement ou quoi?!


    PaANnn !! !!!


Son jet inutile ne fit que m'énerver davantage. Je rabaissais ma pistolame. Je soupirais d'avoir échoué sur une cible qui était si près. Je profitais de cette pause, pendant que lui, semblait être au taquet pour reprendre de plus belle.


    Et maintenant... ARCANE DU PERVERSE-STYLE! I love you!
    Tu es pathétique! Ce que tu fais là, petit, ne nous affecte pas. Qu'est-ce?!


Rah, il était vraiment bizarre ce type. Il ne devrait pas baisser sa garde comme ça, il m'excitait ce con, maintenant. Malin, manquait plus que je sois "en chaleur" pour être hors d'état. De toute façon, ce n'était pas parce que je m'autorisais à me faire peloter les seins que j'allais perdre.


    Hmm, ici, c’est moi, le capitaine.


Voilà qu'une tierce personne venant s'emmêler à mon duel surgissa de nulle part. Et ce n'était pas n'importe qui! Finalement, ça sentait le combat intéressant, s'il prenait vraiment part. Juste que le gamin était un pot de colle. J'aurai dû m'en débarrasser, car je ne connaissais pas le niveau de l'autre. Et un deux contre un, ne pouvait qu'être contraignant... Sans plus attendre, le chef des lieux n’hésita pas à m'attaquer. Heureusement que j'avais encore mes réflexes! Un peu plus, cet enflure allait me défigurer! Lui non plus ne savait pas ce qu'il venait de faire. Je lâchais alors le jeune homme que je tenais, folle de rage par le geste déplacé de l'homme-poisson. Le torse-poil réalisa alors l’ambiance générale qu'il y avait sur leur navire. Le bordel.


    Inconscient!! Nous sommes Hathor, Déesse Mère de ce Monde! S'attaquer à nous directement est une erreur que nous ne laisseront pas indifférent.


Bon sang! Entre les coups de canons, les récifs et le vacarme, il y avait de quoi perdre son sang-froid. Les secousses déséquilibraient les occupants, mais on tenait bon, toujours face à l'adversité. Un son que je reconnaissais siffla au travers le pont. Le boulet de l'Harmagédon vint s'exploser contre Red Line. Des débris de roches volèrent de toute part sur le bateau et dans l'eau. Des pierres abîmèrent leur mât principal, mais il était difficile de voir si c'était mineur ou non. Ça faisait deux tires manqués maintenant, mais que faisait Tao, bordel de merde?! Si elle était aux commandes, elle aurait longtemps déchiqueté cet équipage en deux. Les munitions n'étaient pas infinie!!


    Hmm… Il vous reste une chance de garder la vie, c’est de fuir. Loin.


Il rêvait là. Si on subissait tout ça, c'était à cause de lui. S'il n'était pas arrivé sur Reverse en même temps que nous, jamais, ô grand jamais on aurait galéré à passer cette traversée sans encombre. Le cachalot refit la même attaque, portant son épée sur mon beau visage, seulement, je bloquais aisément. Rien de plus facile que de barrer un coup déjà vu. Après quelques échanges, le capitaine su que je savais me battre. Son matelot profita pour s'en prendre également à moi. Pas de problème mon coco, le duel singulier sera pour plus tard. Je sortis alors la lames de ma manche gauche pour pouvoir parer l'un et attaquer l'autre ou vice versa. J'avais de quoi suivre deux cibles en même temps.

Ainsi, le combat reprit. J'évitais d'un bond l'assaut de l'un tout en donnant un coup à l'autre. Je donnais un coup de gunblade, mais elle fut bloquée par celle de l'homme-poisson. Sous le choc violent, l'onde nous propulsa en arrière, même pour le môme. En vol, je profitais de cet instant pour rétracter ma seconde lame afin d'être plus libre dans mes prochains mouvements. J’atterris alors en posant ma main gauche pour amortir ma chut, mais surtout pour contre-attaquer rapidement. Je me relevais presque instantanément. Puisque j'étais à distance, je voulais voir ce qu'ils allaient faire pour éviter ma nouvelle technique. Je fonçais donc sur eux tout en visant leur ventre et je portais Senkō kirameku kasai d'un coup horizontal très puissant pour fendre l'espace autour de nous. Une lame d'air se créa alors. Le disque était projeté vers l'avant, provoquant ainsi, une vague capable de fissurer le sol et de faire valser ce qui se trouvait sur sa trajectoire.


    Sufure netsuretsuna!!


~~ Page 2 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Hathor le Lun 11 Mar 2013 - 15:08, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
Monster
Monster
Dr.Octopus

♦ Équipage : Etrangers

Feuille de personnage
Dorikis: 2572
Popularité: -168
Intégrité: -84

Lun 4 Fév 2013 - 19:13

-Me-merci. Vous pouvez me dire ce qu'il se passe sur ce navire ?

Monster reporta son attention sur cet inconnu qu'il avait sauvé de l'étreinte assassine des abysses. Autour de lui, la bataille était éminente. Une femme venait même de bondir sur le pont du Bel Espoir pour échanger quelques passes avec Blake qui, Monster le savait, ne tiendrait pas longtemps face à une belle inconnue potentiellement pelotable. Il finirait par baisser sa garde et par se faire avoir. L'homme-Pieuvre garda un œil sur lui et se prépara à voler à son secours en cas de blessure.

-C'est simple. On est en pleine bataille entre deux équipages pirates. Nous sommes les Étrangers. Et on vient de nous aborder.

Monster était inquiet. Le blond venait à peine de reprendre connaissance, et voilà qu'il allait vite devoir prouver ses compétences en combat, s'il en avait. Car lui ne pourrait pas indéfiniment le protéger. Mais c'était ainsi, il n'y pouvait rien. Alors, profitant du cours laps de temps qu'il lui restait avant que ça ne soit véritablement le chaos sur le navire, il lui dressa un rapide portrait de ses alliés afin qu'il sache de quel côté être, si tant est qu'il voulait les aider.

-Le mec qui se bat là-bas, c'est Blake. Il affronte ce qui semble être le capitaine de l'autre navire. Le cyborg qui se ballade est avec nous aussi, même s'il a un comportement bizarre. Jevta, c'est le blond, je sais pas où il est actuellement. Jackie et Chan, c'est la naine qui parlent bizarrement et la rousse qui l'accompagne. Pareil, je sais pas où elles sont. L'humaine à la musculature développée, c'est Adrienne, et... OH MERDE !

Saisissant son patient de l'instant, Monster effectua un bond en arrière de deux mètres et pivota pour se placer au dessus de l'homme. Le mât du navire adverse s'écrasa violemment à l'endroit où ils se tenaient une seconde avant. Cette partie du pont du Bel Espoir vola en éclat, et d'énormes poignards de bois vinrent écorcher le dos et les tentacules de l'Homme-Pieuvre. Mais l'humain n'avait rien. Lui se força à refouler la douleur et à finir son topo, indispensable pour la bataille à venir.

-Adrienne qui traîne Lucio et Gnuh. J'espère que tu sais défendre ta peau, l'ami, parce que ça va devenir relativement difficile de te couvrir plus longtemps.

Alors Monster se redressa et contempla le champs de bataille. Ses yeux tombèrent sur Shishou et Iwa, qu'il avait volontairement oublié de mentionner. Il s'était dit qu'en ne les citant pas, ils se feraient peut-être attaqués par le blond qu'ils allaient certainement considérer comme un allié, vu que sans doute tout le monde avait constaté sa présence avec Monster. Néanmoins, cela posait un problème. L'Homme-Poulpe avait conscience que cette bataille allait être difficile, et il ne désirait pas la chute des Étrangers. Seulement celle des Hommes-Poissons. Et il ne remettait pas en cause les compétences d'Ishii qui était un combattant chevronné. Sans lui et sans Iwa, qu'il n'avait jamais vu combattre cela dit, la victoire semblait improbable. Et la défaite signifiait probablement la mort de tous les humains Étrangers. Cruel dilemme, en somme, comme d'habitude.

Avec un clapotis de tentacule buccal trahissant son agacement pour qui le connaissait bien, Monster se retourna à nouveau vers l'humain blond qui s'était redressé.


-Les Hommes-Poissons sont avec nous, aussi.

Ses mots lui déchirèrent la gorge, mais il n'avait malheureusement pas le choix dans les circonstances actuelles. La bataille faisait maintenant rage tandis que les secousses du navire qui percutait l'autre se faisaient de plus en plus fortes. Ajouté à ça la puissance du courant qui portait le navire vers le sommet de Reverse Mountain, les conditions devenaient inquiétantes. Les deux navires collés serrés étaient en train de parcourir cette terrible -et étroite!- voie à grande vitesse, et il ne fallait pas être fin navigateur pour comprendre qu'il y avait peu de chances que les deux finissent entier. L'un ou l'autre, si ce n'est les deux, finirait bien par s'écraser contre la falaise, si proche des deux côtés.

Doutant de ses capacités de combattant contre des pirates aguerris, Monster avait une idée de ce qu'il pouvait faire pour aider son équipage à remporter la victoire. Lui qui avait passé si longtemps à faire couler des navires, il était temps de voir s'il n'avait pas rouillé. Cependant, il n'avait jamais tenté ce qu'il allait faire dans un courant si puissant qu'il ne pourrait probablement pas nager... Mais c'était soit ça, soit risquer d’affronter n'importe quel sabreur chevronné qui viendrait à bout de lui facilement.

Un dernier coup d’œil à Blake... Ishii était venu à sa rescousse. Plus besoin de s'inquiéter pour lui. Un dernier coup d’œil et un dernier mot à l'homme qu'il avait sauvé de la noyade et qui semblait avoir récupéré de sa perte de connaissance.


-Essaye de ne pas mourir. Je voudrais pas avoir usé mes forces et ma salive pour rien !

Suivi d'un sourire plus terrifiant qu'autre chose sur le visage de Monster. Puis il s'élança. Il parcourut le pont en trois grandes foulées tentaculaires pour atteindre l'avant du Bel Espoir et plonger juste devant la figure de proue du navire ennemi...


Dernière édition par Monster le Lun 4 Fév 2013 - 23:44, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4261-doc-monster
Taroa Crowley
Taroa Crowley

♦ Équipage : ETRANGERS

Feuille de personnage
Dorikis: 386
Popularité: -4
Intégrité: -5

Lun 4 Fév 2013 - 22:50

Voici l'arrivé du héro ou du blérot, les deux marches... mais tadaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah me voici !


«  Ooooooooooh secours » criai-je dans une boite d'où la raison de ma présence de cette objet m'était totalement inconnu.... Enfin... je n'avais vraiment aucune idée. J'essayais de taper dans tous les sens pour m’échapper de cette endroit, mais en vain. Puis ça sentais bon, un peu comme du parfum, je sentais une odeur de fruit, à vrais dire, j'étais englouti par ça... Mes bon c'était pas si dérangeant que ça, ou presque.


D'un coup, l'endroit où j'étais se mit à trembler fortement, puis je me retrouvai secouer dans tous les sens. Pour finir écraser violemment contre une paroi puis la caisse se brisa. J'eu une impression vertige... Je ne savais pas du tout où j'étais. Vue le décors, mur en bois, poutre, caisse de marchandise, j'étais peut-être dans entrepôt... mais d'après les secousses... j'étais dans un bateau ! Plus précisément dans la soute... Mais pourquoi j'étais dedans...


musique d'ambiance : https://www.youtube.com/watch?v=UlGUYT_zk5o

souvenir...

Un jour plus tôt...


Dans une île, où le nom m'avait complètement échapper... J'étais en train d'observer un Wanted d'un pirate que je cherche depuis longtemps... Je ne savais vraiment pas quoi faire, et je m'ennuyais franchement... 2 mois que j'avais plus revus Romario et les autres... ils allaient vraiment manqué. Je marchais dans une direction inconnue. Je me retrouvais vers les côtes, notamment le port, j'étais complètement perdu, à la base je voulais trouver une auberge pour y passer la nuit... aaaaaah dans quelle merde je mettais fourrer encore une fois. Je trouvais un poteau d'une taille assez imposante, Je grimpais dessus, pensant que c'était le point culminant. J’observais tout ce qui était autour de moi. Mais je ne vis pas grand chose, mais un autre point culminant non loin de là... une église.


J'y allais de ce pas, allant de bâtiment en bâtiment. Mais malheureusement, arrivant un toit pas très solide et très pentu, mon pied glissa, j'essayais de rattraper mon équilibre en allant sur le côté. Sauf que je ne vis pas la limite du bâtiment et tombai aussitôt. J’eus le réflexe de m'accrocher avant de chuter dangereusement. Je me tenais avec une seul contre le boue d'un toit, en dessous de moi, le vide, si je tombais, ça allais bien faire mal et abîmer mon costume qui coûtaient cher... Mais une mouette arriva et se posa sur ma main, en me fixant étrangement. Elle se retourna, montra son arrière-train, je ne compris pas tout de suite ce que l'animal allait faire... mais avec un peu de recul, l'idée fut claire, elle allait me chier dessus sur mon visage. Je répondis : « Barre toi salle mouette à la con ! Dégage ! Va chier ailleurs bon sang ! Un peu de retenu ! Hey ! Non, non, non fait pas ça ! Nooooooooooooon ». L'animal fit alors son geste naturelle en posant son excrément sur moi. Par répugnance, j’eus un spasme qui me fit lâcher. Du coup je tombais aussitôt au sol. Mais au lieu de toucher le béton, je me retrouvais dans une grande caisse bien ouverte. Le ciel bien en face de moi.


Une vulgaire personne arriva, avec une autre caisse remplis de fruit. Il m'avait pourtant vue, mais cela ne le choqua point. Donc, il jeta tout ses fruits sur moi, me recouvrant complètement. Puis il ferma la boite. Je criai de toute mes forces, mais personnes ne m'entendaient... j’abandonnai l'idée et me mis à m’endormir.


Un jour plus tard...

Je me souvenais de tout à présent, donc alors, j'avais dormis dans cette boite, et me voilà de ce bateau... pas très grave... Vue le truc, ça doit être un simple navire de transport.


Je sortis de la soute, montai des escaliers, puis ouvrit une porte. Mais avant de faire le geste décisive. J'entendis des bruits étranges, des grincements d'épée, des tires de canons et de pistolet, ça puait la poudre, mais aussi le poisson, il y avait des cris de souffrance et d'horreur. Il y avait une voix féminine assez forte qui n'arrêtait pas de dire des conneries... Par curiosité j'ouvris donc la porte, et là, j'avais fait la plus grosse connerie de ma vie … ou la meilleur ?
http://www.onepiece-requiem.net/t6793-taroa-crowley-the-crowhttp://www.onepiece-requiem.net/t6999-taroa-crowley-the-crow-vul
Rydd Steiner
Rydd Steiner
Le Tigre Rouge
Bounty National Agency

♦ Localisation : Karantane
♦ Équipage : B.N.A

Feuille de personnage
Dorikis: 6156
Popularité: +520
Intégrité: 115

Mar 5 Fév 2013 - 20:22

    Rydd reprenait peu à peu conscience et constatait avec surprise que le type qui l’avait repêché était un poulpe. Enfin un homme poisson de type poulpe indiscutablement. Il n’avait rencontré que peu d’hommes de cette espèce sur les Blues. Ce n’était pas monnaie courante il fallait l’admettre. Il ne fut pas décontenancé outre mesure compte tenu du fait que c’était la guerre sur le pont du navire et qu'il n'y avait pas trop de marge de temps pour s'extasier. Il entendit les quelques recommandations de son sauveur tandis que les bruits d'épées et de canons envahissaient le pont supérieur. Il y avait des alliés et Rydd n'était pas esseulé, on pouvait recenser pêle-mêle un mec qui se battait contre une femme, d’autres hommes poissons, un cyborg, des femmes baraquées… Beaucoup d’informations à ingérer en un minimum de temps alors que les deux navires étaient dangereusement proches. Pour avoir déjà emprunté Reverse Mountain Rydd savait à quel point une mauvaise navigation pouvait conduire à une mort rapide. C’est donc avec une certaine appréhension qu’il accueillait les dernières informations obtenues lors de son analyse.

    C’est alors que subitement le mât du navire adverse vint choir sur le bastingage à quelques mètres seulement d’un Rydd déplacé in extremis par le poulpe. Un grand fracas se fit entendre mais le cela résultait exclusivement du bastingage, le navire avait tenu le choc. Agacé Steiner se releva et fit craquer ses doigts, cette situation commençait à devenir trop dangereuse. Le mât rendait solidaire les deux bateaux pirates et aggravait la difficulté de navigation. Il fallait réagir rapidement et expédier ce mât hors du pont. Le pirate homme poisson termina son petit briefing et invita le rescapé à ne pas mourir trop rapidement. Rydd afficha un large sourire alors que son interlocuteur avalait les mètres avec célérité pour disparaître du navire. Il murmura alors plus qu’il ne parla.

    [RP Équipage] Il y a du courant, des récifs et du sang 274193Sanstitre2
      -«Ouais… Je vais essayer.»

    Dans ce décor de guerre il fallait prendre rapidement ses marques. Le problème c’est que l’ancien chasseur de primes se retrouvait confronté à deux camps différents dont il ne discernait pas aisément les appartenances. Il mit la main à la poche intérieure de sa veste et attrapa sa boite à cigare, quitte à prendre quelques secondes de réflexion autant que cela soit en fumant. Quelle ingénieuse invention que celle des boites étanches songea-t-il. Il attrapa un cigare SW le « Reverse Mountain » qu’il trouva fort approprié en ce moment. Il l’alluma à l’aide d’un briquet tout en scrutant attentivement le pont. Manifestement le mât qui venait de chuter abritait quelques inconscients puisqu’émergea, non loin de la vigie, un individu qui ne pouvait être qu’un membre de l’équipage adverse. Rydd tira une bouffée en regardant rapidement si d’autres personnes semblaient avoir un besoin évident d’aide. Il discerna un autre homme-poisson qui combattait avec une femme décrite comme ennemie. Rien ne semblait critique, il pouvait donc se livrer à une attaque plutôt qu'à une défense.

    Nouvelle bouffée tirée par Rydd et il s’élança vers le gaillard qui était à proximité du mât. Il arriva rapidement à hauteur de sa cible. A cet instant, quelques secondes avant l'impact de son attaque, il dégageait une formidable aura meurtrière. Son regard était devenu assassin et son poing n'allait pas tarder à finir sur l'infortuné de l'équipage adverse. Une chose était certaine, il valait mieux pour lui ne pas prendre cette attaque de plein fouet.
http://www.onepiece-requiem.net/t3468-rydd-steiner-terminehttp://www.onepiece-requiem.net/t3753-rydd-steiner
Ulcky Yuan
Ulcky Yuan

♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 3372
Popularité: -225
Intégrité: -170

Ven 8 Fév 2013 - 21:22

C’est sans doute avec quelques bleus que mon levé de l’ex-lit se fit… Dans l’idée, j’ai eu un sacrée coup de chance. Pourvoir découper du bois a pleine vitesse… C’était vraiment unique. Mais avec le vacarme de dehors… Impossible de prétexter pouvoir dormir sur un matelas complètement fichu ! Il fallait bien sortir par l'ouverture la plus proche, donc le trou d’entré. Et ce chemin faisant je continuais de découvrir moult choses… La bagarre, la bagarre et les remous ! Bref un beau bordel ! Et moi de mon coté ? Et bien je continuais à m’extasier devant ce merdier… Là où je me suis retrouvé bête, c’est lorsque j’ai découvert mon premier homme poisson… Alors là ! Dans les livres c’étaient une réalité, mais pour moi cela restait de la fiction. Alors que là ! Pouha ! C’est comme quant un enfant découvre un nouveau jouet pour la première fois, mais qu’il ne peut pas y jouer… Il cherche à le faire malgré tout… Et bien au départ c’est ça que je voulais faire.

****

Ulcky : Ouhaaa !!! Un vrai gros poisson qui vie hors de l’eau. C’est incroyable quand même ! Je pensais que c’était comme les poissons rouges… Qu’ils devaient rester dans l’eau !

Yuan : Et tu crois qu’il possède la même mémoire que les poissons rouges ? Genre trois secondes ?

Ulcky : Indubitablement… Regarde, il attaque la patronne avec la même technique… Il a forcément dû oublier qu’il l’avait déjà fait…

Yuan : Tu as raison… La preuve est là devant nos yeux !

****


Ce que je ne pouvais pas prévoir, c’était une attaque surprise d’un inconnu aussi imposant que ma découverte surprise. Je ne l’avais pas vu venir. Son attaque si foudroyante devait atteindre son but. L’impact si proche faisait de moi la première victime de ce massacre… Mais l’aura meurtrière de ce dernier m’avait donné un frisson inexplicable… Le genre de frisson que tu as quand tu viens de te faire attraper par ta mère en faisant une connerie…

****

Ulcky : C’est quoi ça… Dernière nous... !.. !.. !

****


Je commençais à faire un demi-tour par reflexe pour voir le coup arriver… Mais ce mouvement d’instinct ne pouvait rien faire d’autre que de voir venir le coup de poing sur mon visage. En faisant ce demi-tour… Je ressentais l’un de mes pieds sur un appui différent de d’habitude…

Yuan : Oh ma sandale…

Je me suis baissé… La situation avait alerté Ulcky du danger, mais Yuan n’avait fait attention qu’au pied nu. Et ce dernier avait pris le contrôle du corps pour s’abaisser et remettre la sandale… Le poing de Rydd avait effleuré ma tête… Mais mon long bandeau c’était prit dans le mouvement de l’attaquant. S’enroulant malencontreusement sur le poing, il m’entraina dans la fin du geste, me sortant du trou et me colla contre son dos… Ce dernier était un peu surpris par se revirement de situation. Mon second reflexe était de m’agripper à lui et ensuite de vérifier si mes sandales étaient bien à mes pieds.

****

Yuan : C’est bon toujours là…

Ulcky : Crétin ! On nous attaque !!!

Yuan : Gloups…

****

Telle un cavalier sur son cheval fou, je tentais de ne pas tomber, mais Ryd’ avait dégagé sa légère constriction et profité d’avoir mon bandeau en main pour me coller violement contre le plancher du bateau. Premier constat, grosse douleur, deuxième constat… Mes pieds pouvaient toucher sa tête… Donc… J’ai frappé la tête… Il grogna en lâchant le bandeau et je me suis relevé pour cogner du mieux que je pouvais, dans cette situation délicate et emprunte aux instincts de survie, son visage. Mon poing s’enfonça dans sa joue… Au départ son visage était grincheux… Puis… souriant et déclinant son visage de nouveau vers moi, avec un message dans le regard, qui me disait que j’allais maintenant vraiment souffrir… Ce simple échange de coup, avait donné deux informations. La première, c’était que j’avais compris que je ne faisais pas le poids contre lui. La seconde, qu’il avait compris que je ne faisais pas le poids contre lui…

Yuan : Bah pourquoi tu m’as attaqué d’abords ?

Oui, même devant la mort, je continuais à vouloir utiliser les coups de bluff verbale de dernier recourt en reprenant une pause presque plus gêné que lui…


Dernière édition par Ulcky Yuan le Sam 4 Mai 2013 - 8:35, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuanhttp://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
Jouvence Cythérée
Jouvence Cythérée


Feuille de personnage
Dorikis: 800
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 8 Fév 2013 - 23:20

Une chute d'eau à l'envers ?
Un navire pirate qui attaque sans se soucier de rester en vie ?
Un humain qui s'approche de tout ça avec une barque ?
Le navire pirate qui non content de se faire harceler par les vagues se fracasse contre le Bel Espoir ?

Et dire qu'on la jugeait folle !
En tout cas, elle avait assez d'esprit pour regagner rapidement la cuisine pour finir son histoire.
Son interlocuteur semblait renversé par les évènements. Aussi, elle le remit sur son séant avant de continuer tranquillement leur dialogue, son monologue donc.

« - … Et c’est ainsi que la grand-mère a roulé sur ses deux fils blonds avant que ceux-ci ne la transforment en potiron sur les coups de minuit. Elle a donc libéré les souliers en cristal du joug du prince démon et a redonné leurs terres aux cigognes mangeuses de fées. Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. Sans baiser, hein. Puisqu’elles se faisaient livrer leurs chiards par des belles-mères qui chevauchent des souris cracheuses de feu. Tu as compris ?
- …
- T’es vraiment conne comme un meuble, en fait. »

Jouvence s’était cachée lorsque le grabuge avait commencé, mais avec le second impact qu’elle ressentit, ses idées se mélangèrent. Comme si son esprit avait mélangé le paquet pour en tirer des cartes choisies au hasard, une nouvelle Jouvence sortait du cocon. La version antérieure était relativement pépère, absorbée dans le conte qu’elle essayait d’expliquer à une chaise qui restait marmoréenne malgré la beauté du récit.

La femme-cachalot post-secousse était vindicative, mégalomane au possible. Le hasard avait pioché allègrement dans toutes ses facettes celles qui donneraient le plus de plaisir ou de déplaisir aux acteurs de la scène. Il était certain que tous seraient marqués de voir jaillir ce mastodonte en robe de chambre qui, brandissant son éternel sac poids lourd, hurler perceptiblement malgré le fracas des vagues :

« Bélitres ! Brelandiers ! Marauds ! Turlupins ! Je n’aurai de cesse de tous vous passer au fil de l’épée. Et à défaut, de vous livrer aux vautours présentés sur une potence. »

Elle courut en trombe vers le capitaine ennemi. Comme Blake et Ishii étaient en travers du chemin, ils se firent bousculer et la vieille femme trébucha. Le capitaine ennemi reçut un projectile qui faisait pas moins d’une demi-tonne, lancé à grande vitesse.

Puis, Jouvence atterrit la tête première sur la balustrade qui tire au ministère avant de crouler en foule et de mouler à ras tour tant guirlandant :

« JE SUIS UNE AUBERGINE ! »

Et c’est ainsi que la grand-mère roula sur ses deux fils blonds…
Jevta Cofresi
Jevta Cofresi

♦ Localisation : Les mers bleues.
♦ Équipage : À l'écoute des propositions.

Feuille de personnage
Dorikis: 2370
Popularité: -160
Intégrité: -135

Sam 9 Fév 2013 - 19:26

« C'est quoi tout ce bordel ? » Telles sont les premières pensées qui ont traversé l'esprit de Jev' quand ses yeux se sont ouverts. Quand il s’est endormi, le bateau était amarré à Callelongue et il était silencieux, enfin aussi silencieux qu'il peut l'être. Quand il s'est réveillé, le bateau avait vraisemblablement levé l'ancre, et il y avait un bordel monstre . Au début il avait pas compris ce qu'il se passait, pourquoi il y avait autant de bruit, il pensa d'abord que Blake avait encore organisé une expédition dans le tiroir des sous vêtement d'Adrienne... Cependant, il y avait des coups de feu et Adri est plus du genre Chokeslam que Magnum... Il pensa ensuite qu'Ishii avait encore une fois donné à manger un plat trop poivré au tapir.... « C'est vrai qu'Ishii assaisonne vraiment trop la nourriture... nous faut un cuisinier »... Cependant, les coups de feu était lourd et puissant, ça ressemblait plus à un canon qu'à un fusil à pompe... Il finit par se dire que ça devait encore être Jackie qui faisait joujou avec les canons.... Cependant il n'entendait pas de musique hiphop agrémenté de paroles creuses...

Au final, il alla jusqu'au bord du nid de pie, tenant toujours sa bouteille de rhum à la main. C'est alors qu'il vit un autre bateau, collé au Bel Espoir, sur lequel il se trouvait un mât sur lequel se trouvait un pavillon pirate, il avait aussi plein d'autre personnes sur le bateau, personnes que ne connaissaient Jevta. Quelqu'un de normal aurait compris de suite, que le mât qui était tombé sur le pont du navire des Étrangers, appartenait à l'autre bateau et que, donc, c’était un navire pirate et que par conséquent les nouveaux arrivants étaient venus piller le Bel Espoir. Mais Jevta n'est pas un humain normal. C'est un ÉTRANGER! Qui plus est, c'est un étranger avec le gueule de bois... C'est donc tout naturellement qu'il demanda ce qui se passait et c'est tout aussi naturellement que personne ne lui répondit... Il retenta l’expérience, même résultat, apparemment personne ne l'entendait ou il se faisait snober par tout ses compagnons.

« Je les retiens, particulièrement l'aut' tache, c'est pas parce qu'il essaie de peloter une femme qu'il a le droit de m'ignorer... »

Soudain, le canon du navire d'en face, tira un boulet, qui traversa le pont en rase motte avant de toucher les récifs se trouvant sur le coté du navire. En explosant contre Reverse Mountain, le boulet propulsa des rochers. Parmi ces rochers, il y en a un qui toucha la vigie de plein fouet. Ce qui eu pour effet d'en écraser une bonne partie, de faire tanguer le navire et d'expulser Jev' de son nid de pie. Il passa à travers le pont et finit sa chute dans la cale. Un être humain lambda se serait sûrement protégé durant la chute, mais Jev est un ÉTRANGER! Qui plus est, il est un étranger avec un petit problème d'alcool. C'est donc, instinctivement, qu'il protégea sa bouteille durant sa chute, malheureusement cela ne servit à rien, la bouteille avait malencontreusement trépassé quand ils ont explosé le pont. Afin de combler sa perte,Jevta se dirigea vers la cave de l’équipage. En fait c’était pas vraiment une cave, c’était juste deux caisses et un tonneau de rhum posés dans un coin de la salle des canons. Enfin bref,alors qu'il se dirigea vers ce qui servait de cave à l’équipage il put constater 2 choses : la première était que la cave était vide, la seconde était qu'il y a un gros trou à coté du canon menant au bateau d'en face. Il décida de traverser le trou dans la coque du navire : avec de la chance, ils auront ptet' du rhum.
http://www.onepiece-requiem.net/t5700-jevta-cofresihttp://www.onepiece-requiem.net/t5877-this-is-jevta
Ishii Môsh
Ishii Môsh
Gentlefish


Feuille de personnage
Dorikis: 6235
Popularité: 392
Intégrité: -325

Mar 12 Fév 2013 - 22:46


    Sufure netsuretsuna!!


L'énorme attaque d'air vole vers la gueule du monstre et il lui faut tous ses réflexes pour l'expulser haut vers le ciel. Les nuages se trouent, le vacarme continue et l'Ishii respire un grand coup, les mains tremblantes affaiblies par le coup porté. Parce que la miss avec ses airs de princesse, elle a de la force. Son attaque a volé avec tant de virulence qu'un homme lambda serait sûrement mort. Mais l'Ishii n'est pas qu'un monstre de laideur et son horrible corps lui a aujourd'hui permis de survivre une seconde de plus. Une seconde où tous ses nerfs se contorsionnent. Où son regard perce de ses deux yeux plats la belle demoiselle se croyant capitaine là où elle n'est qu'étrangère.

Le cigare fume. Un ange passe. Et l'Ishii court. Bondit même. Ses deux énormes jambes percent le sol du bateau et se crispent pour bondir. Oh non, pas haut et fort. Juste fort. Pour voler vers la gueule de la pauvre minettes plus si minette.

_Death Jump !

Tout son lourd corps bascule en un infime instant les deux grosses jambes en avant pour venir percuter le torse d'Aoi sans lui laisser d'autres solution que de parer du plat de sa lame l'étrange attaque. Son épée et les deux grosses chaussures s'entrechoquent dans un énorme fracas où le Monstre toise de toute son horrible face la déesse au sourire vicieux. Les jambes de la miss se font pousser en arrière, manquant d'arracher le bois du ponton sous le choc. Mais ça ne dure qu'un instant, le temps à la miss de contre-attaquer par un coup d'épée.

Et alors que l'Ishii voit sa vie défiler, la lame venir rogner vers son immonde nez, un homme sort de sa torpeur, et avec, offre une chance au monstre. Le Blake à l’esprit ravivé braille une insanité en parant le coup d'épée. Il bombe le torse, frappe le sol de son pied, s'impose une pose et nargue la femme.

Sauf que l'Ishii est déjà à vouloir recogner la miss d'un « Death Dance », tournoyant incroyablement vite et faisant voler son épée avec lui. Les deux lames se rencontrent faisant jaillir une giclée d'étincelles sous le choc.

Cela fait à peine quelques minutes qu'ils combattent et déjà, le monstre sue. Son torse sailli, ses tempes au bord de l'explosion. Il n'en peut plus.

_Hmm... Tu combats bien. Mais la rage n'a aucune chance face à la fureur de vivre.

Sans même laisser à Aoi le temps de répondre, l'Ishii prépare déjà son attaque. Les deux bras tendus, les jambes fléchis, il va bientôt bondir d'un coup sur la pauvre dame pour lancer quatre coups de lame successifs.

_Square Death !

Sauf qu'au même moment, une immonde ombre surgit et le bousculé d'Ishii ne peut qu'annuler son attaque tandis que l'adversaire, elle, se fait envahir par plus de cinq cent kilos.

« JE SUIS UNE AUBERGINE ! »



Dernière édition par Ishii Môsh le Jeu 14 Fév 2013 - 8:21, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t3356-ishii-moshhttp://www.onepiece-requiem.net/t3508-ishii-mosh
Rydd Steiner
Rydd Steiner
Le Tigre Rouge
Bounty National Agency

♦ Localisation : Karantane
♦ Équipage : B.N.A

Feuille de personnage
Dorikis: 6156
Popularité: +520
Intégrité: 115

Jeu 14 Fév 2013 - 10:42

    Miracle, coup de chance, impossible à déterminer. Une chose certaine le poing du blond venait de rater sa cible de quelques centimètres. En définitif l’esquive conduisit à un bref numéro de rodéo. Mais Rydd, peu enclin à jouer les taureaux de foire, vida la selle avec aisance avant de s’en prendre directement au cow boy. Celui-ci tenta vainement de distribuer quelques coups qui avaient probablement eu autant d’effet que d’enfoncer une porte avec un cure-dent. Passablement irrité le Tigre s’apprêta à administrer un soufflet dont il avait le secret lorsque la voix du malotru vint le couper dans son élan. « Pourquoi tu m’as attaqué ? » disait il d’un air interloqué. Toujours cigare en bouche, Rydd cracha sa fumée dans le visage de son interlocuteur avant de s’exprimer d’une voix caverneuse qui en disait long sur ses envies du moment.

    -«J’aime pas ta face de fillette.»


    Et sans attendre il lui donna un coup de pied fulgurant qui ne laissait que très peu de possibilité d’esquive à cette distance. Alors que le coup entra en contact avec l’individu, celui-ci fut propulsé plus loin. Sans attendre Rydd chercha donc une nouvelle cible, une personne éventuellement plus à même de combler ses attentes en terme de combat.

    Selon son sauveur tentaculaire, les hommes poissons étaient des alliés. Justement il se trouvait que non loin de là, un de ceux-ci s’escrimait avec une femme. Il avait le mérite de porter en bouche un cigare, preuve que même les hommes poisson ont du gout en certains domaines. Et celui combattait avec fougue et une certaine habileté tout en ne parvenant pas à prendre le dessus, il était sans doute venu le temps d’une intervention Rydd Ex Machina.

    Mais alors qu’il allait prendre part au combat, voilà qu’un informe amas de chair fit son apparition. Gesticulant, braillant la masse commença à prendre de la vitesse par un inexplicable prodige. Il ne fallut que quelques secondes pour que la boule vienne donner dans le jeu de quille. Et ce fut la débandade tous les combattants semblaient avoir quitté en un instant le précédent lieu de bataille. Dans le même temps le projectile, manifestement doté de la parole, affirmait être une aubergine. Il se tramait à n’en pas douter des expériences bien particulières au sein de ce navire… Après quelques secondes de réflexion Rydd en vint rapidement à la conclusion que le boulet-aubergine était en réalité un boulet-humain/poisson.

    Comprenant rapidement que l’aubergine était donc un légume allié, il n’y avait plus que la femme comme cible potentielle. Après un bref coup d’œil il l’identifia et sans attendre alla à sa rencontre.

    Difficile de se déplacer sur le pont alors que celui-ci était presque à la verticale. Mieux que marcher, il valait donc mieux bondir. Et le tigre attaqua donc avec son aisance habituelle. Ses pieds quittèrent le sol et il se dirigea donc vers la femme. Son poing droit se plaça presque parallèlement à son épaule, le coup allait être formidable. Encore quelques secondes et c’était l’impact.
http://www.onepiece-requiem.net/t3468-rydd-steiner-terminehttp://www.onepiece-requiem.net/t3753-rydd-steiner
Blake Redhorn
Blake Redhorn

♦ Localisation : A la recherche de la Poitrine de Jouvence !
♦ Équipage : Les Etrangers

Feuille de personnage
Dorikis: 2160
Popularité: -121
Intégrité: -107

Mar 19 Fév 2013 - 16:13




Sabre en main, tel un samouraï ou un héros des mers, Blake tentait de parer chacune des attaques de son adversaire. A ses côtés, Ishii – qui l'avait rejoint avec toute la finesse dont était capable un cachalot – montrait que, justement, sa réputation de cachalot n'était pas déméritée.

– Olé Blakou, il est en t'lain de te piquer la vedette ! Olé !
– Tu te trompes Kiki ! Nul ne peut me surpasser ! Aucun être au monde n'a la possibilité de briller plus intensément que la plus belle des étoiles, que l'astre ultime du PLUS GRAND PERVERS DE TOUS LES TEEEEAAAAAAAAH !

Blake n'avait pas eu le temps de finir sa phrase, projeté en avant avec la violence d'un boulet de canon. Quand il releva les yeux, il se rendit compte que l'origine de ce qui venait de lui arriver n'était autre qu'une sorte de rocher violet, hurlant à s'en rompre les poumons (les branchies ?), qu'il était une aubergine...
Jouvence...

– Ishii, je te préviens, débrouille-toi pour éduquer ta mamie ou j'le ferai moi-même, quitte à la fouetter avec Kiki s'il le faut ! Personne ne brise mes moments de gloire !

La vieille femme-cachalot n'était que peu appréciée de Blake, voire même pas du tout, en fait. Il faut dire qu'en décidant de porter un nom pareil, elle avait commencé à ruiner sa côte de popularité durement gagnée, mettant en place une série de quiproquos assez énervants. Parce que non, il n'avait pas pour objectif de peloter la poitrine de Jouvence Cythérée, mais bien la Seule et Unique Poitrine de Jouvence, véritable Joyau des Pervers. Et, évidemment, ces abrutis d'Etrangers avaient décidé de se foutre de lui pour cette raison dès qu'Ishii avait décidé d'accepter que sa mémé les rejoigne.
Une mémé dans un équipage de pirates... Une mémé dans l'équipage du Pervers Ultime... Une mémé appelée Jouvence dans l'équipage de celui destiné à peloter la Poitrine de Jouvence !
Blake se sentit obligé d'expliquer ses pensées à Ishii et son adversaire pelotée,sans doute s'agissait-il d'une manière de se justifier. Oui, il le faisait bel et bien en plein abordage, alors que leur bateau grimpait Reverse Mountain. Et non, il n'avait pas grand chose à faire de la situation, tant que sa réputation de Peloteur toute catégorie (sauf pour les travelos et les grosses, question d'éthique) restait intacte.

– Elle s'appelle Jouvence, et ce n'est PAS ELLE que je veux peloter ! Comprenons-nous bien là-dessus, d'accord ? Je sais ce que tu te dis, moyens-gros-seins, et détrompe-toi : Je suis bien celui qui va peloter la Poitrine Ultime qui rend les gens immortels, pas ces espèces de trucs flasques qui tombent du corps flétri d'un vieux cachalot mauve ! Sans vouloir t'offenser, Ishii.

Puis il agrémenta ses mots d'une série de poses de bodybuilder destinées uniquement à mettre en valeur ses muscles travaillés. Ishii et la femme le regardèrent l'espace d'un instant, réagirent par ce qui semblait être un soupir d'agacement, puis reprirent le combat en enchainant les estocades et les frappes violentes.

– Heu... Blakou ?
– Ouais Kiki ?
– On di'lait qu'ils t'igno'lent... Olé...
– Non... Ils sont juste trop gênés et timides pour admettre que je les ai impressionnés par mon corps et mes tirades de Pervers Poétique... P.P, pour les intimes.

Sur cette phrase qui était censée dissimuler l'agacement de Blake quant à l'ignorance dont ils faisaient preuve à son égard, il sauta vers la pirate afin de lui montrer que lui aussi savait se battre. Sauf que Blake était un abruti de première, incapable de comprendre que quand un abordage avait lieu entre deux équipages de pirates relativement nombreux, que quand le bâteau fonçait sur Reverse Mountain dans une pente des plus raides, et que quand des gens un peu bizarres trainaient par-ci par-là, il ne fallait pas bondir comme un naze en criant « Poitrine », fût-ce sur son adversaire.
Évidemment, en tant qu'abruti-en-chef et digne héritier de Jean-Albert Redhorn, Blake n'avait pas pris en compte tous ces éléments en sa défaveur et s'était jeté toutes mains en avant pour peloter et éventuellement déchirer les tétons de la pirate.

Mais...

– AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

A deux doigts d'attraper son adversaire, Blake reçut de plein fouet un coup de poing d'une puissance phénoménale qui redonna à la gravité tout son pouvoir, soit, le faire tomber en contrebas à cause de la pente. Ainsi il chuta : passa au-dessus de Lucio et Gnuh qui dormaient/tiraient, regarda un mât qui venait de s'écraser sur le Bel-Espoir, survola Jouvence, fila par-dessus les eaux, puis tomba tête la première sur une petite femme.

– Tiens... Jambe-de-Bois, merci de m'avoir sauvé, j'ai cru que je m'arrêterais jamais ! Haha... ha !

Blake, qui l'avait littéralement écrasé, se releva enfin, provoquant la colère du petit gnome rappeur. Néanmoins, il n'y prêta pas attention, bien trop occupé à se rendre compte de la situation dans laquelle il se trouvait.

– Blakou... On est... On est...
– Sur le navire ennemi...
– Olé !





Dernière édition par Blake Redhorn le Mar 19 Fév 2013 - 20:13, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t5419-redhorn-blake-finihttp://www.onepiece-requiem.net/t5468-perverse-style-redhorn-bla
Adrienne Ramba
Adrienne Ramba
Soeur Marie-Thérèse

♦ Localisation : Helliday Island [Voie 3]
♦ Équipage : Etrangers

Feuille de personnage
Dorikis: 6027
Popularité: 370
Intégrité: -164

Mar 19 Fév 2013 - 18:02

Il y a une chose que j'oublie, parfois, c'est de réfléchir. Surtout avant d'aller dans la baston, parce que dans la baston, on risque sa vie et on a pas toujours l'occasion de se fendre d'une dissertation sur ce qui est bien ou mal quand on a des gus qui tentent de vous faire passer des lames au travers du bide, de vous couper vos membres ou même de vous cribler de balles. Et plein d'autres façons de trucider que je citerais pas. Là, j'ai foncé dans le tas. Réflexe premier : on est attaqué, je défends le navire. Normal. Après quelques coups échangés, je finis par me rendre compte que je mouline plus dans le vide qu'autre chose. Pas d'adversaires pour moi ? Tant mieux, c'est dans ce moment-là qu'on peut ouvrir les yeux et voir ce qui se passe. Et Reflechir aussi. Ishii semble affronter la capitaine adverse. Des Étrangers ont du passé sur l'autre navire. Les dégâts et les blessures s'accumulent de chaque côté alors que le courant nous emporte toujours plus vite vers les sommets. C'est presque un miracle qu'on s'est pas encore fracassé sur les rebords de Reverse Mountain tellement personne s'occupe de la navigation. J'vais pas m'en occuper, j'suis infirmière. Et si miracle il y a, c'est surement grâce à moi... enfin, grâce à toi. Je te laisse l'embarcation entre tes mains. Me plante pas. Du coup, la navigation, c'est réglé. Tout le monde combat aussi. C'est l'attraction du moment. Je pourrais m'y joindre comme je viens de le faire, mais non. Après réflexion, il faut rien faire. Pourquoi ? C'est pour tester les Étrangers. Ouais, il faut toujours tester les Étrangers. J'ai accepté de suivre Ishii sur ces mots. Je veux aussi voir les actes. Contre les innocents, il a semblé honnête et bon. Contre les criminels, comment sera t'il ? Parce que ouaip, il me semble bien qu'on ait à faire avec des scélérats des mers. Des pirates au sens le plus vicié. Est-ce que l'homme poisson va se transformer en un monstre assoiffé de sang ? Va t'il chercher à commettre des souffrances injustes ? Parce que la Justice, c'est bien, mais la Justice par la violence, c'est nul. C'est mauvais. Ça conduit sur les chemins de l'ombre, corrompant l'âme et détournant son esprit de ses valeurs. À trop côtoyer la violence, Ishii pourrait exporter sa violence sur les innocents. Là est tout le problème de la violence. C'est pour ça que la violence doit être Juste. C'est ce que j'ai appris. Je suis autorisée à user de la Juste Violence. Une violence qui n'a rien de personnel. Une violence qui se veut le remède du mal le plus incrusté.

Attendre donc. Et observer. Pour l'instant, ça semble bien se passer. Que faire en attendant ? La question ne se pose même pas. Je suis infirmière, je dois soigner des gens. Bon, sans matériel, c'est difficile, alors, j'fonce récupérer ma trousse de soins et quelques linges. C'est une absence d'une minute. C'est long par rapport aux souffrances qui sont infligées durant ce laps de temps, c'est court par rapport à la durée de la bataille. Heureusement, je reviens vite sur le pont. Pas grand monde s'intéresse à moi et c'est tant mieux. Alors que j'essaie d'apercevoir Ishii, une porte s'ouvre devant moi et quelqu'un sort. Je le connais pas. Je tais trop tard mon premier instinct qui exige de mettre hors d'état de nuire un potentiel agresseur. Sans le moindre avertissement, l'inconnu aux yeux rouges et cheveux bruns se prend mon épaule dans le torse et je l'envoie valdinguer sur le pont. Oups. C'est pas très Juste ça. J'accours vers lui et je m'agenouille à ses côtés. Je fais rapidement le point sur ses fonctions vitales ; pas de gros soucis. Il est juste légèrement groggy. Bref regard autour de moi. J'suis dans un espace dégagé vierge de tout combat ; endroit parfait pour établir mon antenne médicale. L'inconnu sera mon premier patient. Certes, c'est surement un membre de l'autre équipage. Et alors ? C'pour ça qu'il mérite de souffrir le martyr. Ça tombe, il est dans cet équipage par hasard. Comme moi avec les Walkyries. On a peut-être les mêmes buts. Qui sait ? Je lui demanderais plus tard. Pour l'heure, je récupère dans mon sac une seringue remplie d'un antidouleur moyennement soft. Mon patient gémit légèrement. Il souffre un peu, autant l'apaiser. Sans prévenir, encore, je lui plante la seringue dans la cuisse et je la vide d'un trait. C'est un poil brutal, mais il aura plus mal après. Le mec le sent passer.

Et j'ai même pas le temps de m'en occuper plus ; certes, il manque plus que du repos et attendre que l'antidouleur fasse son effet ; et j'ai déjà un autre patient sur les bras. Son nouveau patient, il lui arrive dans le ventre, propulsé par un individu qu'il ne connait pas, plus loin. Un grand gaillard blond. Celui-ci se désintéresse de sa victime et je me désintéresse provisoirement de lui parce que récupérer un gars projeté dans les airs avec son ventre, c'pas la meilleure chose à faire. Une fois receptionner, je le prends dans mes bras et je le couche à côté de l'autre. Je connais pas le balafré. Je connais pas ce type-là ; plutôt grand avec un bandeau sur la tête ; ça en fait du monde que je connais pas. Et ils se battent entre eux ? C'est dingue. Comme pour l'autre, je fais un rapide pronostic pour le nouveau gus. Il s'est pris un rude coup dans le torse. Il y a peut-être un truc cassé. Dans le doute, je préfère appliquer un pansement. Le type veut bouger, alors je lui colle une gifle. Ni trop forte, ni trop faible : suffisamment pour qu'il reste tranquille quelques instants. Des deux mains, je déchire ses vêtements pour avoir de l'espace, exposant son torse à l'air. Sans me soucier de son intimité, j'applique un onguement sur sa blessure afin d'aider les fractures à se former. J'enchaine sur un bandage que j'applique autour de lui. Cinq couches suffisent. Une fois faite, je refous une claque. Pas trop forte. Juste pour le réveiller. Je soulève une de ces paupières et j'essaie d'y voir de la vie.

Hey ? Y a quelqu'un ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2888-adrienne-ramba-fini-et-test-rp-postehttp://www.onepiece-requiem.net/t2984-fiche-de-la-buche
Taroa Crowley
Taroa Crowley

♦ Équipage : ETRANGERS

Feuille de personnage
Dorikis: 386
Popularité: -4
Intégrité: -5

Mar 19 Fév 2013 - 23:06

musique d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=S5FCdx7Dn0o


Je ne savais où j'étais, comment j'y étais et pourquoi surtout ? J'avais l’impression qu'une musique de reggae tourné dans ma tête en boucle... Je voyais tout en trouble... Le passage dans la caisse m'avait pas fait du bien.. Je me souvenais d'une femme qui m'avait frappé... C'était une femme montreuse...une blonde bodybuildé... à mon avis elle m'avait frappé car elle était tellement désespéré de sa laideur qu'elle a voulu s'en prendre sur quelqu'un de plus beau...arf pourquoi moi !



J'avais l'impression d'être un zombie, comme dans le clip de Trriller de Mikeal Jackson... mon malle de crane était assez violent, je voyais des hommes poissons qui se battaient ! Haha depuis quand ça existe ses merde là ! Mais qu'est-ce que je racontais, évidement que je savais que ça vivait... Quelqu'un me regarder bizarrement avec son fusil à la con, d'un air machiavélique remplis d'une aura meurtrière pesante... Mais... mais... le détail qui tuait tout... c'était une femme pardi ! Oui une femme !


Elle pointa son arme vers moi et je commençai à flipper. J'hurlai dans tout les sens et je ne pouvais pas du tout bouger car j'avais l'impression d'être drogué... on m’avait anesthésié ?


Puis j'voyais une autre femme arrivé, avec une chevelure grisâtre, un corps mince et le détail qui tuait tout, elle puait le chien mouillé, quelle horreur ! Saloperie de pauvre ! Ils se proliféraient de plus en plus ! Saloperie ! Elle fonçai vers moi pour je ne sais quelle raison ! Et j'entendis la détonation d'une arme, celle de la femme brune qui était de l'autre côté. La balle partit sur celle aux cheveux gris qui s'éffondrait sur le sol. Sur le coup j'étais super content car ce n'était pas moi qui l'avait pris ! Je criai un gros "Wouhou !". Je m'approchai pour la remercier, elle commença à ouvrir la bouche pour dire je ne sais quoi... mais une horrible odeur sorti et je décidai de la pousser sur le côté, en disant: " Tu pues de la gueule ! Pas si près bah !"

Mais l'ennemi était encore là, et aussi tôt quand je compris le pétrin où je m'étais fourré, j'hurlai intelligemment: Yippie ki yay mother fucker !


Dernière édition par Taroa Crowley le Mer 20 Fév 2013 - 23:49, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t6793-taroa-crowley-the-crowhttp://www.onepiece-requiem.net/t6999-taroa-crowley-the-crow-vul
Tao Song
Tao Song

♦ Localisation : Quelque part !
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 1306
Popularité: -55
Intégrité: -67

Mer 20 Fév 2013 - 14:09

Définitivement, ça sentait un peu beaucoup le roussi.
Ou le mouillé, ça correspondait plus au milieu !

Y'avait des coups de feu, y'avait des bruits d'armes et des cris de guerre.
Et j'crois même que le bateau prenait l'eau, mais c'tait p't'être qu'une impression. Ce qui était sûr, c'était que tout le monde était dehors en train de se battre. Pendant que moi, je restais planquée à l'intérieur du bateau, en attendant que ça passe.
Dans le meilleur des cas, tous les connards de mon équipage mourrait et je pourrais faire croire que je suis une prisonnière, et donc je serai libérée de leur joug, soit dans le pire, je dirai que j'ai été attaquée par surprise par un assassin furtif qui sabotait notre coque !

Bref, j'étais gagnante sur tous les plans, comme d'hab j'ai envie dire ! Pour changer je rajouterai même ! C'est qu'une est Tao, une est géniale, et une ne peut être que du coté des vainqueurs !

Bref, je m'aime, mais alors juste un peu ! Quoi que beaucoup tout compte fait.

Ah et, aussi, on est sur Reverse Mountain. Donc le gouvernement et autres laquais d'Urea, ils risquent pas de m'atteindre !

Bref, j'suis joyeuse, j'suis heureuse, comme rarement je l'ai été depuis que je suis rentrée dans l'équipage ! Parce que, je vous le dis, je déteste cet endroit. Il y a des rats et il pue l'humidité et autres effluves corporelles, j'suis obligée de dormir dans un hamac inconfortable avec des gens que je méprise et qui sont des tueurs !

Bon okay, je suis une tueuse aussi, mais j'ai aucun plaisir là dedans moi ! C'est juste professionnel, je suis pas un boucher ! J'ai aucune joie en voyant des massacres, ça me dégoûte même ! C'est ... C'est pas une bonne chose. Je le sais, vous le savez, alors arrêtez de me juger !

Bref ... Restons tranquille dans notre coin, et attendons que la tempête passe.
Même si en fait nan, c'trop dur. Je me sens obligée de jeter un coup d'oeil, quitte à me faire repérer.
Et là, j'vois ce que j'aurai jamais imaginé voir ! Un mec brun aux yeux rouges, ressemblant beaucoup à Kusanagi, avec une inconnue penchée au-dessus de lui et visiblement en train de le rafistoler.
Bon déjà, j'arrivais pas à comprendre pourquoi NOTRE ennemie (parce que cette body-buildeuse, de mémoire, elle était pas sur notre navire avant le clash !) faisait du zèle pour soigner SON ennemi, mais je m'en moquais des détails.
Nan, c'tait juste que, elle venait de me moquer une magnifique excuse pour le tuer, le Kusa ou qui que ce soit qui soit au sol et dont la gueule lui ressemblait 'achement, même à cette distance.

Hey, une fait ce qu'il y a à faire, n'est-ce pas ?
Une arme son fusil, et visse le silencieux.
Et une vise, et une vise pour tuer.

Personne le regrettera d't'façons, nan ?
Puis, ça sera pas ma faute ! La vile infirmière est la coupable ! C'est elle qui l'a tué !
Personne le regrettera, ce déchet.
Invité
Invité


Mer 20 Fév 2013 - 15:58

Je devais me rendre à l'évidence, la décision qui avait été la mienne était l'unique, la seule solution possible pour me sortir de là. Je venais d'échapper aux geôles maritimes du navire de la marine. J'étais libre, fière et forte comme une louve. Le courage avait été mon meilleur allié. Le destin avait guidé mon bras jusqu'à cette manette qui avait déclenché une réaction en chaine impliquant des rouages simples produisant une force mécanique sous l'impulsion d'une force de type élastique par compression puis relâchement d'un ressort. La science était réellement délicieuse. Sous l'action de cette force mécanique relayée par les rouages, l'imposant levier en bois s'était relevé et avait envoyé le projectile contenu dans sa cuillère taquiner les nuages. Le projectile en question mesurait un mètre soixante-neuf, pesait une cinquantaine de kilos, disposait d'une silhouette fine et élancée, portait un haut noir, une fourrure de loup, des bottes noires, une jupe assortie, un sabre à la ceinture, une chevelure chenue contrastant avec ses yeux ébènes et de prodigieuses cordes vocales. Ce projectile, c'était moi...

"Bwaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!"

Je tentai d'évaluer mes chances de survie tout en hurlant à m'en faire exploser les poumons. Je pris de l'altitude encore et encore. Rien n'indiquait que je puisse un jour m'arrêter de voler. Au loin, le navire duquel je m'éloignais de plus en plus. Devant moi se dressa bientôt la fameuse Reverse Mountain. Si je ne m'écrasais pas contre les flancs de cette gigantesque montagne, j'allais probablement périr dans ses courants impitoyables. J'avais eu l'occasion d'étudier bon nombre d'ouvrages concernant ce miracle de la nature et d'en évaluer tous les dangers. Je devais bien admettre que mon destin était scellé, car la mort paraissait inévitable. Je profitais des derniers instants de ma courte vie en pensant à mes rêves, Ma, mon village...

Ma trajectoire s'affina et je poursuivis mon inexorable voyage vers le centre de Reverse Mountain, où s'écoulaient les eaux mortelles muées par l'un des plus puissants courants de ce monde. Je pris de la vitesse, amorçant ma descente. J'allais probablement mourir à l'impact quand je percuterais la surface de l'eau. A ma grande surprise, je distinguai la silhouette de deux navires bord à bord d'où s'échappait des bruits de combat. Une bataille était en cours et selon mes calculs de trajectoire, j'allais sans aucun doute m'écraser sur l'un de ses derniers. Ma mort aurait donc lieu sur un navire. Hurlant de plus bel, je me rapprochai de plus en plus des navires, l'impact était imminent. Une lueur d'espoir jailli quand je percutai ce qui me sembla être une voile. A moitié assommée par le choc, je fus propulsé en rebondissant sur la voile, avant d'échouer dans les cordages. Achevant ma chute, je me retrouvai pendu par un pied au-dessus du pont en me balançant au gré des mouvements du bateau. Je repris mes esprits , tâtant mon visage pour vérifier si j'étais bel et bien en vie. Je laissai mon regard se perdre en récupérant progressivement mes sens.

*Le choc doit m'avoir complètement retournée, voilà que je vois le monde à l'envers*

Mon regard se posa tout autour de moi et je compris enfin où je me trouvais.

"Ghyaaaa !!! Qu'est-ce que c'est, qu'est ce qui se passe ???"

A mes pieds se déroulait une véritable bataille. J'avais sans aucun doute mobilisé l'attention de la troupe avec ma chute mais, ces derniers étaient repartis dans leur affrontement. Affichant une moue désabusée tout en croisant les bras, je continuais de me balancer. Je me décidai à descendre. Saisissant mon kitetsu, je coupai le cordage qui me retint le pied et descendis sur le pont avec la grâce naturelle d'une Louve qui s'écrase lamentablement. Je me relevai bien vite, prête à en découdre. Mon regard parcouru le pont et s'offrit à moi un spectacle tel que je n'en avais pas vu depuis l'attaque des bandits sur mon village. Les pirates combattaient, tranchaient et tiraient en tous sens. Reculant de quelques pas, je demeurai sous le choc. Instinctivement, je pris mes jambes à mon cou dans l'espoir fou d'éviter à tout prix une mauvaise rencontre. En plein milieu d'un champ de bataille, je pouvais toujours courir. C'est ce que je fis jusqu'à atteindre une partie du bateau ou la bataille ne faisait pas rage. Quelque part sur le pont en effet, une zone échappait à la charcuterie. Deux hommes étaient allongés au sol aux bons soins de ce qui semblait bien être une pirate. J'hésitai à m'approcher. Je ne savais pas comment la "médecin" allait réagir. Ma curiosité et mon premier défaut prenant le dessus, je me décidai à venir apporter mon aide à la jeune fille. L'un des deux jeunes hommes allongés semblait recouvrer ses esprits. Je m'approchai en dévoilant les paumes de mes mains légèrement levées pour indiquer que je n'étais pas hostile. Je m'apprêtai à parler lorsque j'entendis une détonation derrière moi. Une seconde plus tard quelque-chose vint percuter mon flanc gauche et à sa suite, une douleur atroce me parcouru tout le corps. Je m’effondrai sans un cri alors qu'une grimace défigurait mon merveilleux visage. Je percutai le sol lourdement. Quelque peu groggy, je portai une main tremblante jusqu'à mon flanc gauche. Un liquide tiède s'en échappait. Je ramenai lentement ma main vers mon visage: cette dernière était recouverte de sang.

Une silhouette se rapprocha de moi. Je ne réussis pas à saisir ce qu'elle me dit mais, cette dernière me repoussa brusquement, m'arrachant un gémissement. Je recouvris rapidement mes sens. Tentant de me relever avec ma main droite, je dégainai mon katana de ma main gauche. Quelqu'un m'avait tiré dessus. Quelqu'un s'en était pris à moi. Vacillante, je me retournai vers mon agresseur. Je tendis la pointe de mon katana dans sa direction et prononçai quelques mots inaudibles :

" Approche lâche. Voyons ce que tu vaux dans un face à face."

Vacillant une fois de trop, je m’effondrai aux pieds de la pirate médecin. Je disposai d'à peine assez de force pour rengainer mon katana. J'étais salement touchée. La balle avait fait des dégâts. Mes derniers paroles étaient adressées à la pirate, avant que je ne sombre dans l'inconscience :

" Vous êtes femme de science comme moi... aidez-moi..."



Dernière édition par Léténa D. Vilkas le Jeu 21 Fév 2013 - 3:49, édité 2 fois
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant