AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Mission 1623, des gens bizarres partout.

Yukikurai
Yukikurai
No-Body
♠ Cavalier de la révolution ♠

♦ Localisation : Clock Work

Feuille de personnage
Dorikis: 5464
Popularité: 465
Intégrité: -280

Ven 25 Jan 2013 - 22:19

1623, Niklas Aldo est leur héros!

Nous sommes en 1623, une semaine après l’annonce du gouvernement mondial que Niklas Aldo venait de tuer un membre du conseil des cinq et qu’il devenait par la même occasion l’ennemi public numéro un. Nous sommes aussi quelques mois avant le départ pour l’Archipel Vert de notre jeune héros. A cette époque, une certaine euphorie régnait au sein des rangs révolutionnaires. Tout le monde ne parlait que d’une chose, de Niklas Aldo et de ce qu’il avait réussi à accomplir. Il avait réussi à porter atteinte à ce gouvernement que tous haïssaient plus ou moins fort. C’était leur héros du moment. Tous n’étaient pas content de la méthode utilisée, pour certains c’était trop violent comme solution, pour d’autre il avait utilisé des méthodes de tapettes. Mais au final tout le monde pensait que ça allait commencer à changer le monde.

Le problème d’une euphorie collective, c’est que l’on fait moins attention à ce qui nous entoure. Là où la révolution avait gagné en assurance et en détente, la marine, elle, avait gagné en paranoïa et en nervosité. Même sur la petite ile d’Inu Town cela se percevait. On voyait plus de groupe de soldats patrouiller. Ils étaient plus nombreux dans les patrouilles qu’avant et ils jetaient de regard anxieux par-dessus leur épaule de temps à autre. Cette nervosité faisait bien rire dans les salles du QG révolutionnaire. Mais cela ne laissait rien augurer de bon.

Quelque chose commençait cependant à tracasser le jeune forgeron. Le gouvernement n’allait pas rester sans rien faire, certes les patrouilles avait été augmenté, mais il n’allait pas en rester là. Yuki commençait lui aussi à être gagné par la paranoïa. Il avait l’impression de voir des hommes louches partout où il allait. Des gens avec des costumes qui faisaient tache dans les rues de la petite ile. Ce qui énervait Yukikurai c’est que personne ne prenait ce qu’il disait au sérieux. Tant pis, il était grand assez maintenant, il mènerait sa propre enquête sans ordre de ses supérieurs.

Comme on lui avait un jour appris, toute enquête qui se respecte commence dans un bar, c’est là que l’on peut glaner le plus d’informations. Bon après faut trier un peu, car l’alcool ça aide pas à avoir de l’information de top qualité, mais on a une base au moins. Alors, hop, direction le bar, on prend une petite bière pour la discrétion et parce que c’est si bon. Puis, on parle avec le barman. Ha voilà la bière, on peut commencer.

« Ho merci bien. Dites-moi, ils sont bien tendus en ce moment les marines de l’ile, on dirait que quelques choses les agitent. Non ? »
« Ben oui, tu sors d’où toi. Tu n’as pas entendu parler de la mort de Basara, membre du conseil des cinq étoiles, par Niklas Aldo. Depuis, cet évènement la marine est un peu sous pression. »
« Oui, c’est vrai j’en ai entendu parler. Mais à quoi bon tout cette agitation sur de petites iles des blues. C’est quand même pas ici qu’il se cache leur meurtrier ? Y a peut-être autre chose non ? »
« Ça c’est sûr qu’il est pas ici l’Aldo sinon je saurai, fois de barman. C’est vrai que la dernière fois que j’ai vu autant d’agitation à la base de la marine c’est quand ils ont reçu la visite d’un supérieur ou d’un espèce d’inspecteur. Je ne sais pas trop comment ça marche chez les marines. En tout cas, ils s’agitent rarement pour rien. »
« Ok, merci bien. Je vais vous laisser travailler tranquillement. »
« Vous en faites pas, j’aime parlez sinon je ne serais pas barman. »

Les barmans disposent toujours de plus d’information qu’ils n’en sont eux-mêmes conscient. La visite d’un supérieur, ça se tient comme hypothèse. Il faudrait arriver à avoir une confirmation. Un marine un peu saoul devrait faire l’affaire. Reste à en trouver un. Ce ne sera pas le plus facile. Dans l’absolu, faudrait arriver à savoir pourquoi un supérieur serait envoyé ici.

Yuki passa une bonne partie de cette nuit-là, les oreilles à l’affut de la moindre information. Les yeux, eux, étaient à la recherche d’un soldat en permission qui viendrait abreuver sa soif. Il dut malheureusement se résoudre à aller se coucher sans avoir pu avoir de confirmation. Il recommença deux nuits de suite, mais sans plus de succès. Le lendemain, en croisant un de ces types en costume qu’il trouvait louche, il eut un éclair de génie. Ça devait être eux, ces gens bizarres qui faisaient office de supérieur. Ce n'était donc pas des supérieurs hiérarchiques, mais plutôt des bureaucrates, comme à Tsor. Yuki avait de vague notion sur le fonctionnement de l’ennemi, mais il était temps d’en apprendre plus sur eux. Il alla donc au quartier général et posa des questions sur le fonctionnement de la marine et du gouvernement mondial. Il apprit l’existence d’un groupe appartenant au gouvernement mondial qui aurait différents rôles dont celui de contrôler la marine. Les informations qu’il avait reçues, étaient minces, mais en même temps ce ne serait pas un groupe top secret gouvernemental si tout le monde connaissait son existence autrement qu’à travers des rumeurs.

Tant qu’il était au QG, il en profita pour regarder s’il n’y avait pas des missions en attentes. Il y avait justement une petite mission pas urgente que personne ne voulait prendre, car trop chiante. Il suffisait d’amener du matérielle pour faire de la propagande. En gros il fallait escorter une machine à écrire du papier et de l’encre jusque Luvngraad. Yuki se porta volontaire pour cette mission, ainsi il pourrait mener l’enquête ailleurs aussi. Il n’avançait à rien ici, rien ne filtrait. Il partit donc sur un bateau marchand contenant deux grosses caisses de matérielles à acheminer à Luvneel. Durant la traversée, ils essuyèrent une grosse tempête qui, malgré l’expérience du capitaine, arriva à déchirer l’une des voiles du navire. Le vent c’était mis à souffler fort d’un seul coup et les marins n’arrivèrent pas à remonter la grand-voile à temps. Ayant déjà bien vécue, elle se déchira en son milieu. N’ayant plus leur grande voile pour naviguer après la tempête, ils durent faire escale à Tanuki. C’était la fin de l’après-midi quand ils accostèrent. D’après les dires du capitaine, ils étaient coincés sur l’ile pour au moins 24h, s’ils avaient de la chance et que le temps était calme demain, il pourrait réparer sommairement la voile et en racheter une, une fois arrivé au port de Luvneel qui, lui, abritait un chantier naval.

Yuki fut donc libre de faire ce qu’il voulait jusque demain même heure, 18h. Bien sûr, ce qu’il voulait c’était faire avancer ses investigations. Autant joindre l’utile à l’agréable, comme il commençait à avoir faim, il se mit à la recherche d’une taverne. Ne connaissant pas la ville, il erra guider par ses pieds. Il trouva, ainsi, la rue commerçante de l’ile, dans laquelle il trouva une taverne du nom de « Le Mouton Frit ». C’était une petite taverne qui offrait une partie restauration et une partie bistrot. Yuki s’installa à une petite table propre, mais sobre. Tout était massif dans cette taverne, même le serveur un vrai montagnard. Yuki prit le plat du jour, c’était un ragout de mouton avec une sauce bien brune et de belles patates à côté. Après avoir vidé son assiette qui lui sembla très bonne comme en attestait le fait qu’il eut léché son assiette pour ravoir toute la sauce, il se rendit au bar. En passant au milieu des tables de la salle de restaurant, il eut l’impression de voir un marine à une grande table de civils. Arrivé au bar, il commanda une bonne mousse et fit un peu la causette au barman pour essayer d’avoir des informations.

« Voici votre bière, Monsieur. »
« Merci bien. Dites-moi c’est un marine que j’ai vu à une table là-bas, non ? C’est plutôt rare d’en voir un en dehors de leur garnison pour le moment non ? »
« Oui, vous avez raison, d’ailleurs cela nous fait un manque à gagner. Celui-ci est en permission, sa femme vient d’accoucher de leur premier enfant. Il est venu avec sa famille fêter ça ici. Si vous attendez, je ne serais pas surpris qu’il offre un verre à tout le monde, connaissant le coco. »
« Ok merci du tuyau, je n’ai rien de prévu, je vais passer la soirée ici. En plus votre bière est bien bonne. »

Comme l’avait prédit le barman, le petit groupe accompagnant le jeune père se retrouva au bar pour boire un dernier verre. Avec l’émotion et l’alcool, ils étaient tous très joyeux. Le soldat arriva au bar, il jeta un œil à l’assemblée dont faisait partie Yukikurai. Il n’y avait qu’une dizaine de personnes de présente ce qui sembla décider notre homme.

« Allez, tournée générale de bière pour la naissance de mon fils. T’inquiètes j’ai de quoi payer, alors sert nous nos pintes. »
Certains habitués ne se firent pas prier pour aller chercher leur godet. Yuki attendit qu’il y ait en peu moins d’agitation pour pouvoir féliciter l’heureux papa.
« Merci beaucoup pour le verre. Et tous mes vœux de bonheurs à vous et votre famille. Ça fait plaisir de voir un marine si content. Ces derniers temps tous ceux que je croise sont si tendu. Santé. »
« Je ne vous le fais pas dire. Ça fait du bien de décompressé un coup surtout avec une si bonne nouvelle. La présence de ce type du CP en costume qui vérifie tout nous met la pression à crever, mais assez parler boulot, ce soir c’est la fête. »

Yuki n’avait jamais pensé en apprendre autant, aussi facilement. Comme quoi un peu d’alcool et de politesse et vous obtenez des informations. Il venait d’avoir confirmation de la raison de cette agitation, la présence de membre du CP en était la cause. Il savait aussi maintenant à quoi il ressemblait grosso-modo. Yuki passa la soirée dans cet établissement et remis un verre au soldat qui venait de l’aider. Il l’avait bien mérité.
Yuki retourna passer la nuit sur le navire, c’était quand même bien moins cher que de prendre un lit dans une auberge miteuse.

Le lendemain après un petit déjeuner sommaire sur le bateau, il repartit en ville. Il s’assit sur un banc dans une rue fréquentée. Il observa le flot des passants en cherchant après des gens qui ne se fondaient pas dans le décor. Il resta ainsi toute la matinée. Il put voir passer à plusieurs reprises des groupes de soldats étonnement nombreux et stressé comme sur Inu Town. Cela confortait Yuki dans l’idée que quelque chose allait se passer et que ça rendait nerveux les marines. Les informations de la vieille se confirmaient, elles aussi. Pour les hommes bizarres, il eut plus de mal à en repérer que chez lui. En effet, il ne connaissait pas vraiment la population typique de l’ile, alors comment dire qui en faisait partie ou pas. Il vit cependant passer une dizaine de personnes louches. La moitié devait être des vagabonds ou de petits voleurs, l’autre moitié était des hommes imbus de leur personne, mais jusqu’à preuve du contraire ce n’était pas un crime. Cependant, ces derniers correspondaient à la description qu’il avait eue, un type en costard. En début d’après-midi quand il vit passer ce type, quelque chose en lui, lui disait de le suivre.
Mission 1623, des gens bizarres partout. Superbi.Ichiro.240.1400696
Était-ce son air hautain, était-ce la menace qu’il ressentait en le voyant ou la façon dont il se déplaçait. Yukikurai décida de le prendre en filature. Il lui laissa quelques mètres d’avance, puis il se leva et se mit à la suivre. La discrétion étant son fort, Yuki se déplaçait au milieu de la foule sans que celle-ci ne s’en rende compte. Sa proie semblait trop absorbée pour le remarquer. Puis, de toute manière au milieu de la foule de la rue principale, Bakasaru était couvert. Ce devint plus délicat quand ils quittèrent les rues principales pour se diriger vers le QG de la marine. A partir de ce moment-là, il eut l’impression qu’il avait été repéré. Cependant, le CP ne put jamais identifier sa position, bien que se sentant suivi et épié. Il n’y avait pas à dire, ses gens qu’on appelait CP c’était un autre niveau comparé à la marine classique. C’était la première fois qu’il avait l’impression qu’on l’avait repéré en pleine filature. Yuki se réfugia sur un toit pour observer sa cible entrer dans le QG de la marine comme s’il en faisait partie. Il n’y avait pas de doute là-dessus, c’était son homme.

Comme il n’avait quand même rien d’autre à faire en attendant 18h, il attendit de voir si sa cible ressortait. Elle ressortit une heure après son arrivée. Cette fois Yuki la suivit, mais il enfonça sa tête dans le grand capuchon brun de son manteau réversible. S’il n’avait pas repris la filature aussi vite, il aurait pu remarquer le groupe de cinq marines qui sortit quelques instants après. Quelque chose sembla vite bizarre à notre révolutionnaire. Contrairement à la première fois qu’il l’avait suivi, il n’empruntait pas de grands axes, mais plutôt une succession de ruelle. Il ne comprit malgré tout que trop tard. Tournant au coin où le CP venait de tourner, il se retrouva face à celui-ci. Par réflexe, il tira sur son capuchon pour qu’on ne puisse pas distinguer son visage. Jetant un œil derrière lui, il vit le groupe de cinq le prendre en tenaille. A force de chasser et de se concentrer sur sa proie, il n’avait pas vu qu’il était lui-même chassé.

« Alors, on suit en douce un agent gouvernemental en mission. Vous allez apprendre ce qu’il en coute. »

A peine, son petit discours fini que les trois marines armés de fusil le mettait en joue. Yuki commençait à être aguerri au combat contre les troufions. Il passa donc tout de suite à l’action. D’un bond en avant, il propulsa vers les canons qui le tenaient en joue. Il dégaina son arme et plaça un Tenshi Kage qui vint les frapper dans le ventre avec assez de force pour les propulser en arrière. Les deux autres réagirent aussitôt, abattant leur sabre vers la capuche de Yuki. Il para la lame de droite avec sa propre lame et dévia l’autre d’un habille coup de pied. Il devait en finir au plus vite avant que le CP ne s’en mêle. Repoussant son adversaire encore au contact d’un coup d'épaule, il enchaina avec un Kitai qui mit de la vitesse dans la rotation qu’il effectua pour venir coller son talon gauche dans la mâchoire du pauvre homme qui perdit connaissance comme les trois autres.

Le dernier soldat se rua sur lui, Yuki lui saisit le poignet et effectua son Rokku Saru. Lui tordant le poignet, il lâcha son arme qui se planta dans le sol. Bakasaru le plaça alors devant en bouclier juste au moment où l’agent l’attaquait avec un Shigan. Celui-ci se planta dans le torse du soldat qui tomba alors inconscient. Le combat devint un contre un. Yuki aurait bien voulu essayer de fuir, mais son adversaire possédait une technique de déplacement plus rapide que la sienne et se trouvait toujours dans son chemin.

« Tu n’es pas mauvais, mais tu ferais mieux d’abandonner. Je suis là pour veiller à la récolte d'informations qui mèneront à l’attaque contre la révolution et à de multiples arrestations. »
« C’est donc cela que vous êtes venu faire. Merci de l’information. »
« Ce n’est rien, tu n’en feras pas grand-chose derrière les barreaux d’une prison. »


Son adversaire se battait à mains nues et pourtant Yukikurai n’arrivait pas prendre l’avantage. Les doigts de son ennemi étaient redoutables comme en attestait le pauvre marine qui avait servi de bouclier. Le style de Yuki à l’épée lui permettait généralement de se débarrasser assez vite de son opposant. Cependant, s’il les premières attaques étaient infructueuses, il se trouvait généralement dans une position délicate. L’agent avait esquivé sans trop de problèmes le Tenshi Kage et la salve de coup d’Ude Surudoi. Le problème, c’est qu’en maniant son sabre dans le sens opposé, certes il bénéficiait d’un effet de surprise, mais si l’assaillant avait du métier, il jugeait bien assez vite la portée des coups. C’était le cas ici. Il venait même de se faire mordre le flanc par un Shigan. Il fallait qu’il réagisse vite. Heureusement, il avait développé une technique pour ses cas-là,Switch. Il se laissa reculer jusqu’au niveau du sabre planté dans le sol. Il fit une attaque ample du bras droit invitant son opposant à contrer, pendant ce temps, il se saisit du sabre de la main gauche, pointe vers le coude également. Il contra le contre, lui tranchant son costume au niveau du ventre. Yuki profita de l’effet de surprise pour faire reculer son opposant. Un nouveau coup du droit, esquivé par un saut en arrière du CP. Une nouvelle feinte cette fois du gauche, il retourna alors habillement son sabre pour le tenir dans le sens conventionnel. Il porta alors une estocade qui faillit faire mouche. La pointe de l’arme se planta dans le tissu de la veste de costume, mais également dans la palissade en bois qui trouvait derrière.

L’agent gouvernemental voulu placer un Shigan, se trouvant au corps à corps. Cela en devenait prévisible, Yuki réussi à contrer l’attaque d’un coup de genou qui éjecta le bras de son adversaire en arrière. Dans le même temps, il retourna l’épée du soldat qu’il tenait de la main gauche et la planta dans la main droite du CP qui se retrouva partiellement crucifié contre la cloison en bois. Bakasaru dégagea sa lame à lui et prit la poudre d’escampette. Il profita du temps qu’il faudrait à l’agent pour libérer sa main pour se trouver le plus loin possible. Tout en courant, il retourna d’un geste habille son manteau et l’enfila du côté blanc. Son ennemi n’ayant pas vu son visage et cherchant un type en manteau brun, il pouvait se fondre dans la masse sans trop de risque. Il reprit un rythme normal et une attitude de promeneur une fois, la « foule » de la grande rue retrouvée. Il vit passer le membre du cipher pole comme une furie pas loin de lui sans qu'il ne le remarque cela tira un sourire au forgeron. Il se rendit directement au port et se cacha dans le navire dont la voile avait été recousue sans problème grâce au beau temps.

La traversée jusque Luvgraad se fit sans problème. Une fois la cargaison déchargée, il dut louer une charrette pour transporter les caisses. Il lui aurait été impossible de se déplacer facilement avec deux boites aussi encombrantes. Il arriva sans difficulté au lieu qu’on lui avait indiqué. On lui avait donné un plan sommaire, mais qui s’avéra des plus utiles quand même. Les gens qui l’accueillirent étaient certes méfiants, mais le jeune homme commençait à avoir l’habitude. Il discuta longuement avec les révolutionnaires, qui le recevaient, des informations qu’il avait recueillies. Ils l’emmenèrent voir l’un de leur chef et après le compte rendu de ce que Yuki avait découvert, le chef déclara qu’il transmettrait l’ordre d’une mission d’infiltration d’un QG du Cipher Pole pour y récupérer la liste des cibles d’arrestations.
http://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-termineehttp://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
Page 1 sur 1