AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[1623] Chasseur de prime ? Ca sert à quoi ?

Invité
Invité


Ven 8 Fév 2013 - 13:24

-Grooooooooooooa !

Tout le monde dans la salle se retourna pour regarder le jeune homme. Il était assis tout seul sur une table du fond, avec une pinte vide et un verre d’eau, le front posé sur la table et les mains ballantes dans le vide. Son ventre venait de gronder à en percer les tympans au beau milieu des discutions et des bruits de verres s’entrechoquant. Le silence. Petit à petit, quelques mots s’envolent pour ne finir qu’en un brouhaha tout aussi identique que le précédent.

A sa pauvre table, Gai n’en pouvait plus. La faim lui tiraillait l’estomac depuis maintenant près de 48 heures. Il avait quitté son île depuis quelques mois et n’avait jamais gardé un travail toute une semaine. A non, désolé, une fois il réussit à tenir presque deux semaines entières mais seulement car la patronne avait un petit faible pour lui. D’ailleurs ça en reste un très mauvais souvenir qui le marqua à vie. Au final, malgré les coups de bambous et les leçons de morales, on y était bien. Il se rappelait encore des délicieux repas préparés avec soin et ô combien tout cela lui manquait. Il n’avait pas assez d’argent pour se payer un vrai repas mais seulement une bière et un petit pain. Pour cela il avait dû livrer des journaux ce matin. Au final cela l’avait plus assoiffé qu'autre chose.

-Jvais mourir avant d’avoir pu éclater cet enfoiré de Lang.

-C’est qui ce Lang ?

Gai se redressa d’un seul coup, méfiant et vit un homme avec une assiette dans les mains. Gai ne le regarda quasiment pas, trop occupé à admirer l’assiette qu’il tenait entre les mains. Une montagne de purée s’érigeait autour d’un lac de sauce où flottait un morceau de viande. L’assiette se posa toute seule sur la table ainsi que des couverts. Le jeune garçon blond leva les yeux pleins d’étoiles et vit l’homme qui se dressait devant lui faire un hochement positif de la tête. En une demi-seconde, Gai engloutit le morceau de viande et il ne fallut pas plus pour finir la purée. Une fois rassasié, il but son verre d’eau d’une traite et regarda plus sérieusement l’homme qui s’était assis en face de lui. Il s’agissait d’un homme noir et chauve. Il avait l’air costaud et plusieurs marques de batailles étaient visibles… en même temps, il ne portait qu’un simple marcel blanc.

-Alors, rassasié ?

-Parfaitement, merci pour le repas. Je crevais littéralement de faim. Pour appuyer son remerciement Tao inclina la tête en avant.

-C’est normal ! Haha ! En plus tu m’as l’air d’un bon gars non ? Des problèmes avec ce Lang ?
Gai laissa couler quelques secondes avant de répondre. –Lang ? Non, juste un rival que je me dois d’éclater pour lui montrer qui est le meilleur. J’ai surtout des problèmes d’argent voyez-vous. Et ça c’est plus compliqué.

L’homme sourit en entendant le mot rivalité et repris un air grave une fois le réel souci de Gai entendu. Lui aussi été passé par là durant sa jeunesse et ne souhaitait cette situation à personne… sauf à ses concurrents. Il aurait pu reprendre leur boutique et agrandir son commerce. Mais cela est une autre histoire, une autre vie. L’aubergiste s’avança au dessus de la table et parla plus doucement.

-Chasseur de primes, tu connais ? Il se rassit et recommença à parler normalement. –Va devant la mairie et tu comprendras. Mais pour avoir ta licence, il faudra demander là-bas. Après c’est pas un boulot pour n’importe qui. Tu m’as pas l’air très costaud comme gars.

Sans broncher, Gai se leva et serra la main du gérant qui en resta bouché bée. –Merci pour le conseil ! Tao attrapa son sac, et se dirigea vers la porte. Avant de sortir, il regarda en direction de l’homme qui venait de lui sauver la vie et cria à travers la salle. -Une fois ma première prime touchée, je viendrais régler ma dette et vous offrir à boire.

Puis il sortit le sourire aux lèvres par cette journée commençant aussi bien. Mais derrière lui, un petit groupe d’hommes à l’aspect pas très commode se leva et se dirigèrent en direction de la sortie.
Le soleil brillait incroyable fort aujourd’hui. Le simple fait de recevoir un rayon réchauffait le corps. La mairie se trouvait à une dizaine de minutes à pieds de l’auberge où Gai se trouvait quelques minutes plus tôt. Marchant tranquillement, il sentit une présence derrière lui. Mais cela ne devait être qu’un des habitués de l’auberge partant faire leur travail de tous les jours. Baissant la tête, il remarqua que son lacet était défait et se pencha donc pour le relacer. A ce moment là, une lame passa horizontalement à l’ancienne place du cou de Gai. Ce dernier fit une roulade, qui ressembla plus à une esquive paniquée, pour se retrouver face à la troupe qui venait de l’attaquer par derrière. Ils étaient 5 à tout casser.

- Un souci messieurs ?
-Mouai ! On a un souci. C’toi mon ptit. T’es chasseur de prime et nous on’ aime pas ça les chasseurs de primes.

Une fois sa phrase finie, un homme plutôt maigre avec une cicatrice sur l’œil gauche et les dents jaunes s’élança sur Gai pour le trancher. Tao recula son pied gauche ainsi que son épaule pour éviter le premier coup vertical. Même chose sur la droit et se rebaissa pour éviter une troisième attaque horizontale. Puis, tout en remontant, il enfonça son poing dans le plexus de l’idiot devant lui et lui assena un violent coup dans le cou. Le corps de l’homme tomba, comme une pomme de l’arbre, par terre, se cassant surement le nez au passage.

Ce fût au tour de deux autres brutes de foncer vers lui. Assenant chacun un coup avec leur épées, ils tranchèrent Gai qui s’ouvrit en deux avant de disparaitre pour réapparaitre derrière eux. Deux attaques dans le cou permirent aux idiots de s’endormir tranquillement. –Vous n’avez pas le niveau, c’est pas drôle. Il ne restait plus que deux hommes qui regardaient Gai complètement dénues de toute agressivité. Lâchant leurs armes, ils s’enfuirent les bras en l’air courant comme une petite fille avec des couettes… *Le monde est vraiment rempli de personnes lâches* pensa Gai avant de se remettre en route vers la mairie.

Une fois devant, il vit un panneau avec de nombreuses affiches. Chacune d’elle représentait une personne avec une somme en dessous. Tao compris aussitôt, grâce au DEAD OR ALIVE, qu’il fallait capturer cette personne pour toucher la somme indiquée… Enfin un boulot dans lequel il pourrait peut-être percer. Déchirant une affiche au hasard, il regarda la personne à capturer.

-Jean-Albert "Bras de buffle" Redhorn : Capitaine des Gro'Lar Pirates,
PRIME: 3.000.000 Berrys
Dernière localisation : South Blue, Bikini Island
Parfaiiiiit, c’est juste à côté


Un homme habillé de blanc et de bleu se précipita vers Gai et lui enleva l’affiche des mains. –Je ne vous ai jamais vu dans le coin, vous avez votre carte professionnelle ?
-Ma quoi ?
-Carte professionnelle. Vous êtes obligé de l’avoir pour pouvoir capturer un fugitif.
-Ba … non. Ca fait chier, comment on l’obtient ?
-Vous devez vous inscrire dans le bâtiment de la marine qui est juste derrière et attraper un premier criminel pour enfin être totalement accepté.

Gai repris la fiche de prime des mains du marin. –Je m’appelle Tao Gai, 20 ans, originaire d’East Blue. Voila. Puis il reprit sa route en direction de Bikini Island, laissant l'homme sur sa fin en espérant trouver son futur revenu ainsi que des jolies filles en maillot. Avec un nom comme celui-ci, il devrait forcement en avoir sur l'île.
Invité
Invité


Dim 17 Fév 2013 - 23:55

Gai venait d’embarquer sur un petit navire en direction de Bikini Island. Par chance, il avait trouvé un pêcheur se dirigeant sur cette île. Bon, il devait l’aider à mettre le filet à l’eau, le ramener et trier le poisson. Apparemment, c’était un métier difficile surtout avec les nouvelles lois pour ne pas exploiter toutes les ressources en une décennie. Enfin, Tao était content quand même car le voyage ne lui couterai pas un rond. Petit à petit, l’île apparaissait dans l’horizon. Entourée presque totalement par des plages, Gai regardait du mieux qu’il pouvait pour trouver, en premier lieu, le navire Gro'Lar Pirates et ensuite, une jolie fille à qui faire la cour. Mais vu sa situation financière, il n’aurait certainement pas beaucoup de chance avec la gente féminine. Il n’aurait même pas pu offrir un café à une belle inconnue.
Une fois les pieds dans le sable, Gai salua la personne qui l’avait généreusement conduit et se dirigea vers les premières maisons.

Le soleil commençait à quitter son zénith pour entamer sa longue chute. Arrivé à hauteur des demeures, Tao enleva ses chaussures pour enlever le sable qui s’était coincé à l’intérieur. Il détestait, et déteste toujours, cette sensation de millions de petits grains coincés sous ses pieds. Une fois son bien être intérieur revenu, il arpenta doucement les rues de île, d’une taille moyenne, à la recherche d’un indice quelconque. S’arrêtant plusieurs fois pour demander des renseignements aux probables habitants, personne ne lui répondu. Ils préféraient tracer leur chemin en s’excusant de ne pas vouloir être mêlés à des affaires concernant des pirates. L’aspect peu entretenu de Gai semblait laisser penser qu’il faisait parti de l’équipage qu’il était venu capturer.

Le soleil était maintenant bas, presque au dessus de l’horizon, et ses rayons amorçaient un léger changement de couleur. Gai commençait à se demander s’il allait réussir à trouver une quelconque information sur cette île. Peut être que sa paye était parti sur une autre mer ou encore pire, que quelqu’un venait de les attraper. Cette pensée donna un petit coup de stress à Gai qui accéléra le pas. Quelques minutes plus tard, il remarqua un homme plutôt mal en point. En effet, celui-ci se tenait à un poteau pour ne pas tomber et chantonner quelque chose d’inaudible, surement une chanson. Tao Gai s’approcha de cet énergumène alcoolisé à une heure si précoce.

-Hey mon brave, vous allez bien ?
-Mm..oi ? L’homme sentait le saké à plusieurs kilomètres à la ronde.-Parfai… parfaitement biiien. Tu devrais te tenir aussi sinon tu vas… hic… Tomber.
-Pas de soucis pour moi, dîtes moi, où je peux trouver l’équipage des Gro’Lar ?

-Arf, j’étais sur que t’étais un pirate. Jvu ça au premier coup d’œil. Pour tout tdire, foutrement aucunes idées. Adresse-toi à Joe "Pue des Pieds". Il saura te renseigner. Bon… jvais aller...
A ces mots, l’homme se redressa et roula en arrière avant de s’endormir, ivre mort, sur le pavé.

*Joe "Pue des Pieds" … jvais pas aller loin avec ça. Au moins je sais à qui parler.*

La nuit prenait le dessus sur les derniers rayons du soleil entrainant avec eux la fermeture des magasins. Il fallait qu’il trouve quelque chose de plus chaud à se mettre. S’approchant d’un magasin, il fit semblant de regarder les différents articles, proposés dehors, pendant qu’il regardait la vendeuse ainsi que le magasin en lui-même. Il trouva une paire de chaussure de clown et s’approcha de la commerçante en demandant la taille 41. Il s’agissait d’un magasin de déguisements. Celle-ci regarda le jeune homme qui avait l’air de ne pas avoir d’argent. Hésitante, elle s’exécuta quand elle vit que le jeune homme était sûr de lui. Lorsqu’elle rentra dans la remise, Gai s’empara d’une paire de lunette teintée en rouge avec de grosses bordures bleues. Puis sorti du magasin et s’en alla laissant les chaussures sur le comptoir. Plus loin, il emporta un sweet noir à capuche. Les lunettes ainsi que le pull furent ses seuls méfaits.

La nuit s’était désormais installée laissant que peu de lieux ouverts, un bâtiment attira l’attention de Tao. Lorsqu’il fut assez prêt, il put lire l’inscription « Chez Joe ». Peut être s’agissait-il de l’homme en question. Gai eut une petite pensée pour l’ivrogne, se demandant ce qui avait pu lui arriver. Il entra après avoir enfilé ses nouveaux habits et s’être fait une queue de cheval. L’intérieur était beaucoup plus vaste que ne le laissait supposer la façade. Beaucoup de monde était réunis en groupes allant de deux à plus de dix. Il se dirigea vers le comptoir pour demander l’emplacement du groupe de pirate. Lorsqu’il atteint son but, il se retrouva face à un homme bien en chair. Il s’agissait d’un homme dégarni sur tout le sommet du crane ainsi que le front. Ses cheveux gris se mélangeaient avec deux rouflaquettes pour ne former qu’une sorte de crinière légèrement dégarnie. Son nez en patate, ses petits yeux marron et son double menton donnaient à son visage un côté plat. Gai posa son avant bras sur le comptoir et avant de regarder le tavernier droit dans les yeux.

-Je cherche Joe « Pieds qui puent», vous savez où je pourrais le trouver ? L’homme fronça les sourcils. Gai s’était intentionnellement trompé dans le nom. Et d’après ce petit excès de colère de l’individu, soit il connaissait ce fameux Joe soit il était ce Joe.

-Et qu’est ce que vous lui voulez ?
-Je dois rencontrer les Gro’Lar Pirates.

-HAHAHAHA, et en quel honneur mon petit ? Si jpeux demander

-Jvais intégrer leur équipe. L’homme éclata de rire encore une fois.
-Si ma défunte femme t’entendait, elle te rigolerait aussi au nez. Tu as l’air trop maigre et pas assez robuste pour devenir pirate… Désolé petit.

Un sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme. – Tant pis ! dit-il en se retournant l’air dépité. –Vous ne devez pas être Joe « Pieds qui puent », jle trouverai bien.

Le gérant se leva d’un seul coup faisant tomber son couteau avec lequel il confectionner des tranches de jambon. –Mon nom est Joe « Pue des Pieds » !

Gai se retourna et regarda l’homme avec un grand sourire. –Salut Joe, je m’appelle Ico. Je réitère ma question. Où je peux les trouver ?

- HAHAHa, tu manques pas d’air, ma femme t’aurais surement apprécié. Mais pour ma part, jpense pas que t’es la carrure pour le métier. Désolé mais je répondrais pas à ta question.
D’un rapide coup d’œil de la salle, Gai remarqua qu’il n’y avait personne semblant très forte.

- Si je bas le gars le plus fort du bar, tu me le dis ?
-Pourquoi pas Haha mais je doute que tu y arrives.

Et c’est ce qui se passa. Tao Gai, après avoir défié la plus forte personne sur les lieux, mit à terre seulement deux concurrents car il n’y avait plus de volontaires. Une fois la « bataille » menée à bien, le vieil homme dû s’incliner et honorer son contrat en révélant la localisation des Gro’Lard Pirates tout en impliquant sa femme à tout moment. Cette manie commençait à énerver Gai qui se dépêcha de partir en direction du navire.
Page 1 sur 1