AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Comme un grain de sable [quête]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Mar 5 Mar 2013 - 0:35

Le borgne avait laissé les Bloody Sorrow pour explorer un peu les îles au large du cap des jumeaux. Non pas par amour de l’exploration mais pour se changer les idées. L’équipage se remettait difficilement des dégâts reçu lors du passage de Reverse, de lourd dégâts même. Le navire était sévèrement endommagé, le capitaine dans le coltard et Grey disparu. L’équipage n’était plus qu’une ruine. Une ruine dont il se retrouvait gardien malgré lui. Il avait confié Drogo et le navire à Zarechi avant de partir dans une chaloupe exploré une petite île qui pointait à l’horizon. Il avait besoin d’être seul. L’atmosphère qui régnait à bord du Susanoo était plus que morbide et ça se comprenait. Il n’aimait pas ce genre d’ambiance pas plus que tout le monde, mais ayant une très mauvaise tendance à tomber dans la nostalgie gratuite et les dépressions chroniques, il avait préféré s’évader un petit moment de tous ses problèmes histoire d’avoir l’esprit tranquille. Le capitaine était entre de bonnes mains, Zarechi était peut-être pas le plus malin de l’équipage (place que Galowyr se réservait), mais sous ses airs d’ahuris et d’attardé  se cachait un toubib compétent et un combattant plus que valeureux. Qu’un abruti tente de s'en prendre au capitaine et le gosse lui ferait la peau. Non, il pouvait les laisser quelques jours. Lui ça lui changerait les idées, et les autres ça leur éviterait de se taper un borgne bourré et désagréable toute la journée.

Alors qu’il ramait tranquillement, il réfléchissait à tout ce qui c’était passé depuis ce jour à Luvneel, où il avait abandonné sa vie de petite crapule pour la vie de pirate. Il marchait sur les traces de son défunt père. Mais les Dieux ne semblaient pas pour autant avoir oublié à quel point ils prenaient un malin plaisir à lui pourrir la vie. Sa jeunesse, son œil, sa main, son père et ses équipiers et maintenant voilà qu’il venait de lui prendre Grey. Le rouquin avait disparu dans la descente de Reverse, sans doute mort à l’heure qu’il était. Lui et Galowyr n’avaient jamais cessés de s’engueuler, mais depuis qu’il n’était plus là, le borgne se rendait compte à quel point cette pseudo rivalité entre lui et le canonnier lui tenait à cœur. Il avait perdu un frère ce jour-là. Voir Drogo titubé sur le pont après qu’il ait descendu une bouteille de rhum cul-sec lui manquait aussi, peut-être ne se réveillerait il jamais ce sale gosse. Il stoppa la barque et jeta un coup d’œil à l’océan qui s’étendait à perde de vue tout en allumant une cigarette. Ce monde immense se dressait devant lui, comme une promesse de milliers d’aventures et de rencontres. Pour son père, pour Grey et pour tout le reste de l’équipage, il se devait de ne pas baisser les bras, il explorait ce vaste monde et en découvrirait tous les recoins. A commencer par cette maudite île.
 
Beaucoup de coups de rame (j’aimerais bien vous y voir avec un crochet en train de ramer) et quelques cigarettes plus tard, il posa enfin les pieds sur cette maudite île. Il avait débarqué sur une plage sablonneuse recouverte de cocotiers épars qui aurait fait un malheur sur une carte postale. Ce n’était pas sur ce genre de décor qu’il allait vivre quoi que ce soit d’excitant ou de surprenant. Enfin du moment que ce foutu sable ne lui rentrait pas dans les bottes, saloperie, il n’aimait pas le sable ça se foutait partout dans les vêtements et en plus ça collait. Cigarette toujours au bec, il commença à s’éloigner du littoral et à s’enfoncer plus profondément. La végétation se faisait de plus en plus dense au fur et à mesure qu’il avançait et ce fut un miracle qu’aucune des cendres incandescentes de ses cigarettes ne mettent le feu à ce tapis de feuilles et d’herbes hautes. D’ailleurs si ça n’aurait tenu qu’à lui il aurait cramé tout ça. Et oui, il n’aimait pas non plus les forêts. Enfin forêts, disons plutôt petite jungle, les arbres se faisaient de plus en plus touffu et rapprochés. Les rayons du soleil peinaient à percer  le feuillage des arbres et l’endroit se faisait de plus en plus sombre. Bah, un peu d’ombre n’avait jamais fait de mal à personne. Par contre ces foutues branches commençaient à vraiment l’emmerder. Il se fraya un chemin à grand coup de crochet à travers la végétation. Si Mère Nature voulait l’emmerder, elle allait déguster.

Alors qu’il s’apprêtait à prendre une énième pause clope de la journée, il lui sembla entendre des voix au loin. Ah, tant pis pour le cliché de l’île déserte, du moment qu’il le troquait pas pour celui de l’île peuplé d’anthropophage ça lui allait. Curieux de nature, sa curiosité fut encore plus attisée lorsqu’il lui sembla entendre une voix féminine. Et bien si la tribu qui vivait là manger les explorateurs, au moins il aurait peut-être la chance de croiser un ou deux jolies minois. Il se remit en marche mais cette fois en direction des voix qui se révélèrent être plutôt proche. Soulevant encore une de ces foutues branches, il finit par tomber sur les responsables. Il fut doublement et heureusement surpris. D’une, il échappait à l’habituelle tribu cannibale, et de deux se dressait devant lui une ravissante créature qui d’après ses critères semblait bien être une fille. Par contre les loustiques qui lui tapaient la discute étaient non seulement bien moins agréable à regarder mais en plus beaucoup moins amicaux. Il en tenait pour preuve leurs sales trognes mais en plus les armes qu’ils avaient à la main.

Vs’ en faites du bruit les gars, on vous entend à des mètres à la ronde. Vous êtes au courant que pour les rendez-vous galants il y a des endroits plus classes que les îles désertes ?

Non mais très sérieusement, qu’est ce qu’il pouvait bien foutre ces gaillards sur cette île paumée ? Il avait bien envie de le savoir tiens. Puis bon pour une fois qu’il y avait une nana dans les parages, il n’allait pas la lâcher trop vite.


Dernière édition par Galowyr Dyrian le Sam 28 Déc 2013 - 16:34, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 11 Mar 2013 - 14:41


    Qu'est ce qu'ils peuvent bien foutre ? Et bien a vu de nez la scène est claire. Entre les massues que brandissent ostensiblement les deux colosses à l'allure patibulaire et l'allure furibonde ainsi que l’œil au beurre noir de la jeune fille aux mains attachées qu'on vient visiblement de jeter sans ménagement sur le sol, il n'y a pas besoin de sous titre pour comprendre que ce qui se trame ici n'est pas net. Et ne correspond pas du tout aux rituel classique d'une ballade en amoureux sur une plage paradisiaque.

    A ton arrivée les deux types se retournent d'un bloc pour te lancer une paire de regards tout ce qu'il y a d'inamicaux. Et de brandir leurs matraques de concerts avant de s'avancer vers toi..

    -Y'a pas de rencart pour toi dans le coin le borgne, alors si tu veux pas te retrouver avec mon gros doigt dans ton œil tu ferais mieux de te tirer fissa...
    -Ouais, ou sinon on va te faire passer l'envie de jouer les explorateurs... A coup de manches de pioche dans ta gueule !

    Tentative de communication, échec...
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Ven 15 Mar 2013 - 0:43


Premier enseignement du jour, les types du patelin n'aimaient pas la plaisanterie, ou en tout cas pas celles se reportant aux rendez vous galant. Le borgne jeta un coup d’œil à la fille qui semblait ravi de voir un nouveau visage. Une demoiselle en détresse. Quelle originalité … Lui personne ne venait le secourir au dernier moment quant il était dans la merde. Putain de discrimination. Le borgne était pas du genre à aider les gens, qu'ils aient ou non un jolie minois et des mensurations plutôt agréable. Chacun sa merde comme dirait l'autre. Bon inutile de le cacher, en tant que mâle alpha à tendance alcoolique. Lui était arrivé de se cartonner pour les regards d'une belle et plus d'une fois hein, mais il n'avait pas vraiment le cœur sur la main, quoi de plus normal pour un manchot. Mais bon, il était de relativement bonne humeur, suffisamment pour avoir envie de sauver de la donzelle, enfin surtout de maraver la tronche à ses deux types qui lui avaient si vulgairement rappeler qu'il n'avait plus qu'un œil. Chose qui avait tendance à l'agacer au plus haut plus point. Le manchot tourna son regard sur les deux gros bras. Ils étaient pas bien jojo. Du genre hommes de mains payés pour faire du sale boulot, ou alors de piteux dragueurs vexés par un échec amoureux. Enfin, de toute manière, il s'en contrefoutait de ce que ces types voulaient à la donzelle. Une femme a toujours quelque chose à se reprocher c'est bien connu.

Et bien dis donc c'est que j'ai affaire à des durs dit donc … C'est d'avoir enfin réussi à approcher une fille d'aussi près vous vous sentez bien burnés maintenant ?

Il leur recracha la fumée de sa cigarette à la tronche. Un petit sourire tout à fait énervant sur les lèvres. C'était toujours marrant d'emmerder des types qui voulaient vous taper dessus à coup de manche de pioche sans savoir que vous êtes un pirate émérite.

C'est le moment où vous me sortez que vous êtes spécialiste des combats en 2 contre 1, ou qu'il y a une dizaine de vos copains dont votre boss hyper puissant qui vont venir me tuer si je fait pas ce que vous dites. Avec d'autre les gars, j'ai fait le même job que vous … Avec sans doute un peu plus de talent que vous.

Ta gueule, le cyclope on va te tuer !

Simple, concis et non sans quelques marques de raffinement. C'était typique du métier. Au moins, c'était clair maintenant, ça allait finir avec ces deux là sur le sol inconscient. Les deux types bondirent, l'un à sa gauche, l'autre à sa droite. Classique mais souvent efficace. Au moins, n'étaient ils pas trop stupide pour s'imaginer pouvoir le battre sans profiter de leur supériorité numérique.

T'es foutu !

On est à deux contre un c'est trop facile.

Tu l'as dis oui …

Ah les tendres idiots … Le borgne fléchit les genoux, un cliquetis mécanique se fit entendre, puis le borgne pivota sur place en criant.

Galowyr Tornado.

En pivotant le borgne libéra la chaîne de son crochet qui décrivit un cercle autour de lui et qui frappa les deux adversaires les envoyant dans le décor. C'était agréable de maraver des petites frappes comme ça, décidément la journée s'annoncer parfaite pour oublier ses petits soucis. Il commença à reprendre son chemin dans les bois quand une voix féminine lui rappela qu'il n'était pas encore tout à fait tout seul.
La gonzesse, il avait failli oublier le plus important. Il s'approcha d'elle d'un peu plus près et la reluqua de bas en haut et de haut en bas. Mignonne, c'était décidément le jackpot. D'un coup de crochet, il découpa les liens qui l'entravaient. Bien qu'il n'en avait effectivement rien à secouer, il demanda à sa charmante nouvelle rencontre.

Qu'est ce qui peut bien amener une aussi charmante créature à se retrouver dans un lieu aussi paumé et en aussi mauvaise compagnie ?

Oh ça va hein … Il ne vous est jamais arrivé de faire semblant de vous intéresser aux activités de quelqu'un juste parce que ce quelqu'un avait un physique qui ne vous était pas désagréable ? Bon bah voilà. Ne vous moquez pas. Puis tout le monde aurait fait comme lui … à part peut être quelques sociopathes particulièrement virulents et les individus peu attirés par les jeunes filles. Mais là on s'éloigne un peu du sujet.
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Ven 15 Mar 2013 - 22:28


    -Quelle journée ! D'abord les deux abrutis patibulaires et maintenant le beau ténébreux sauveur de jeunes filles en détresse ! Le prenez pas mal hein, merci de m'avoir aidé, mais franchement, la matinée à été difficile. Alors si on...

    Mais la miss n'a pas le temps de développer qu'un cri strident vient vous interrompre. Un cri aigu et désespéré propre a mettre instantanément en émois tout male doté d'oreilles et visiblement poussé par une gorge fort exercée.

    -HIIIIIIIII ! A MOIII ! A L'AIIIIIDEEEE !

    C'est dingue non ? Elles se sont donnés le mot ou quoi ? Deux agressions quasiment au même moment sur la même ile ?

    -AU SEEECOUUUUURS !

    Tu regardes la mignonne qui a l'air décidément moins potiche que celle qui hurle un peu plus loin. Elle sourit, ricane, puis hausse les épaules avant de te faire signer de passer devant en indiquant la direction probable des cris, juste par la...

    -C'est vous le beau ténébreux... Alors à vous de jouer...

    Incapable de résister à un joli sourire tu obéis et suis le mouvement. Comme le laissait supposer la puissance des cris il ne vous faut que quelques pas et une poignées de buissons de plantes touffues a écarter pour arriver sur la scéne du drame qui se rejoue un peu plus loin.... Et quelle scéne...

    D'abord il y a cette fille... Cette fille ? Non ce n'est pas assez fort pour la décrire, plutôt LA fille. Rousse, pulpeuse, parfaite. A la fois follement désirable dans sa robe moulante dont les déchirures laissent apparaitre des zones de chair terriblement suggestives et atrocement vulnérable attaché comme elle est à un poteau planté au milieu d'une clairière...


    Les bras levés et attachés au dessus de sa tête dans une position qui rehausse de façon provocante son opulente poitrine, la pauvre fille a l'air terrifiée. Elle réussit à transpirer sans faire couler son maquillage et haléte, cherchant visiblement assez d'air pour un nouveau cri de détresse... Il faut a tout prix faire quelque chose. Personne n'a le droit de maltraiter une telle créature.

    Et les coupables sont la !


    Deux affreux gnomes dans le costard bas de gamme de ceux qui veulent faire croire qu'ils travaillent pour la famille... Un gros à l'air de brute aussi coriace et méchante qu'un sac de clou, et un petit à l'air de fouine et au sourire vicelard et mesquin...
    Couteau en main, le petit en est visiblement au moment ou il va passer du découpage des habits au premier sang. Le gros lui s'assure chaine en main que la prisonnière reste bien à moitié suspendue à son poteau de torture. L'un comme l'autre ne semble absolument pas vous avoir repéré...

    Les infâmes monstres !

    -Vous me faites mal !
    -Et maintenant tu vas nous dire ce que nous voulons savoir... Ou alors je te saigne comme un truie !
    -Pitié !

avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Sam 16 Mar 2013 - 18:01

Le borgne, calculait dans sa petite tête la probabilité de tomber sur deux demoiselle en détresse dans la même journée, au même endroit. Deux jolies demoiselles en détresse même. Les mathématiques étaient loin d'être sa spécialité mais les vagues notions qu'il en avait concordaient pour dire que sur ce coup-ci il avait une chance de cocu. Il aurait mieux fait d'aller miser aux combats de coqs que de faire une promenade sur cette maudite île.

Enfin ça c'était si on ne comptait pas les hommes de mains extrêmement peu sympathique qui semblaient eux aussi ne pas vouloir le lâcher. Puis pas n'importe quelle catégorie d'homme de main, celle qui prends un malin plaisir à torture de la gonzesse, dans le genre pauvre type c'est le top. Le borgne soupira, il allait être obligé de la sauver celle là aussi. Cela lui ferait son cota de bonne action pour l'année, si ce n'est plus. On l'avait pris pour un super héros ou quoi ? Enfin c'était tout de même incroyable de vivre la même scène à quelques minutes d’intervalle. Cela lui rappelait les histoires d'un vieux pochard qu'il avait rencontré à Manshon, comme il s'appelait Nietch, Nitche non c'était Nietzsche, qui bassinait toute la taverne avec ses histoires sur l'éternel retour, quel vieux con celui là. Il se tourna vers sa nouvelle petite camarade et lâcha en lui expulsant sa fumée de cigarette à la figure:

Bon je sauve celle là, et après t'as intérêt à m'expliquer ce qui se passe dans cette putain d'île.

Le « beau ténébreux » comme disait l'autre, s'avança en direction des deux loubards, même si son regard avait la fâcheuse tendance à se détourner sur la poitrine quelque peu découverte de la kidnappée. A la réflexion, il serait bien rester à regarder. Non parce que ce genre de nana, ça traîne pas sur les mers, le fantasme dit de la « Nami »c'était une belle connerie. La pluspart des gonzesses qu'on croisait sur les mers, étaient soit des vrais bonhommes soit des machines à tuer, ou encore des saloperies de militaires voulant égorger des pirates, bonjour la mer c'était bien loin d'être un agence matrimoniale. Alors bon pour une fois qu'il pouvait lorgner sur une jolie fille sans risque de la voir lui refiler un coup de sabre, il aurait tort de pas en profiter. Oui réflexion faite, il allait mater un …

Qu'est ce que tu fais là toi ?

Et merde cramé … Bon bah tant pis, ça allait encore finir en marave général. Fallait espérer que ces deux là étaient pas plus costauds que les deux derniers.

Cela vous apparaître totalement incroyable mais je passais dans le coin complètement par hasard et que j'ai entendu crier la demoiselle. Et figurez vous qu'ayant entamé une carrière de bon samaritain,il y a quoi trois bonnes minutes j'ai bondit sur l'occasion pour réaliser une nouvelle bonne action.

Le regarder lui pas la fille, le regarder lui pas la fille …

Donc du coup si vous pouviez relâcher genre tranquillement la dame et vous en aller sans que j'ai à vous tabasser la tronche ça serait plutôt sympa.

Inutile de vous préciser qu'il s'en suivit chez les deux lascars, une belle tirade riche en propos peu respectueux vis à vis des personnes n'ayant qu'une main et souffrant de déficience visuelle, le tout bien entendu ponctué de quelques menaces des plus subtiles. Tirade qui déboucha logiquement sur une rixe.

Le borgne fut surpris, par la vitesse de celui qui avait une tête de vicieux, qu'on nommera par commodité « la Fouine », et n'eut pas le temps d'esquiver la frappe fulgurante de ce dernier et fut obligé de se protéger à l'aide de ses bras. Le mustélidé à l'apparence humaine, enchaîna une série de coup qui ne laissèrent aux borgnes aucune ouverture pour contre-attaquer. Le borgne en oublia même le second qu'on appellera « la Brute ». Or, si il y a bien une règle immémoriale que se doivent de connaître les combattants c'est qu'il ne faut jamais perdre son adversaire des yeux. La Brute se retrouva en effet dans son dos et joignant ses mains le frappa dans le dos,l'envoyant bouler dans le décor.

Le borgne se releva péniblement, ses deux adversaires semble-t-il satisfaits de leur dernière attaque voulurent répéter la même attaque. En effet, la fouine fonçait déjà dans sa direction, tandis que la brute lui attendait le bon moment pour lancer un beau coup de poing. Or si il y a bien une règle que se doivent de connaître tout les méchants, c'est qu'« une même attaque ne fonctionne pas deux fois sur un chevalier ». Et malheureusement pour eux, Galowyr en sauvant deux demoiselle n'avait jamais été aussi chevaleresque qu'en ce jour. Il courut en direction de la Fouine, puis d'une impulsion du pied droit, il bondit tête en avant.

Galowyr canon !

Moins impressionnant que la version avec son crochet, le coup de boule atteignit l'horrible homme de main au torse et lui fit mordre la poussière à l'homme au sourire mesquin. Mais la brute lui n'avait pas dis son dernier mot, et trouva dans l’évanouissement de son camarade et une parfaite opportunité pour frapper de nouveau. Son énorme poing, faillit percuter Galowyr encore au sol. Le manchot s'évita toutefois une vilaine ecchymose en roulant de côté. Comme pour faire de nouveau écho à la répétition des demoiselles en détresse, la scène se répéta trois quatre fois avant que Galowyr ne parviennent à se remettre sur pied. Les deux adversaires se retrouvèrent face à face, il commençait à la gaver sévère le gros abruti. Gros abruti, qui se rappela soudainement avoir un couteau, qu'il balança promptement en direction du borgne. Le cuistot l'esquiva in extremis et le projectile lui entailla partiellement la joue. Une cicatrice de plus ou de moins, ça changeait pas grand chose. Il fonça sur lui. Un échange de coup s'en suivit, un coup de poing donné un coup de poing reçu. Puis le borgne décrocha un coup de pied circulaire, puis prenant appui sur la jambe qui venait de frapper il en enchaîna un deuxième, puis un troisième. Il répéta l'opération et lorsque vint le moment du sixième coup de pied, ce ne fut pas sa jambe droite qui frappa mais son crochet, qui traça un sillon sanglant dans le costard bon marché de la Brute qui s'écroula. Un air satisfait aux lèvres, le borgne s'en alla détacher la jeune fille, non sans bien sur admirer longuement la vue au passage.

Je vous préviens si vous avez une troisième copine qui crie à l'aide. Vous vous débrouillez toute seules.

Il se retourna vers l'autre donzelle qui semblait être la plus intelligente du lot.

Bon maintenant si la demoiselle en détresse voulait bien m'expliquer ce qu'il se passe dans ce maudit patelin, ça srait pas mal du tout. C'est quoi ce bordel ? Un camp d’entraînement pour sauveur de dame ? Le congrès annuelle des kidnappeurs de jeunes filles ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mer 20 Mar 2013 - 21:01


    En tout cas, vu la façon dont elle hausse les épaules, la plus intelligente des deux a l'air aussi perplexe que toi. Probable qu'elle doit aussi gérer les probabilités...

    -Mais j'en sais rien, moi je venais pour le temple, et ceux la je les connais pas... Mais elle par contre j'ai l'impression de l'avoir déjà vu quelque part...

    Vos deux regards se tournent de concert vers la potiche qui on ne sait comment à profité de l'altercation pour se libérer les mains et qui vous regarde avec, stupeur ? Horreur ?

    -HIIIIIIIII !

    Décidément, sacré organe, mais manque cruel de vocabulaire... L'explication promet d’être complexe et la situation n'a visiblement pas fini de s'épaissir malgré l'arrivée d'un nouveau protagoniste qui surgi lui aussi des buissons avec un acolyte...

    -COUPEZ COUPEZ ! Mais enfin... Mais qu'est ce qui vous a pris ?


    Costard et canne classe, le type à l'allure nette propre sur lui des types qui n'ont jamais portés autre chose que du sur mesure et qui trouvent ça normal. Et sans avoir l'air d'une foudre de guerre il n'a pas l'air content du tout. Le souci classique des types assez riches pour avoir totalement oublié leur instinct de survie élémentaire en quelque sorte...

    -Vous venez de massacrer mes acteurs ! Vous vous rendez compte du fric que ça va me couter ? Chaque prise me coute une fortune et vous avez tout foutu en l'air... (il passe a coté de vous sans s’arrêter et va tapoter la joue de la fille en larmes) ça va aller poupée, ça va aller. Arrête de pleurer tu vas gâcher le maquillage, t’inquiète pas tonton Kosta s'occupe de tout...
    -Mais j'ai eu si peur...

    La fille s'effondre par terre en s'efforçant de retenir ses sanglots pendant que le type l'abandonne pour revenir vers vous en se recomposant un visage excédé et hautain...

    -Je suis Kosta Kropopolakis ! Producteur, réalisateur et scénariste de DenDenVision... Vingt mille lieux au dessus d'un nid de coucou, A la poursuite du diamant vert de la momie,, le retour de la vengeance du fils maudit... Mais vous m'avez surement reconnu, et croyez bien que je ne vous salue pas monsieur !

    Il a l'air tellement crédible dans son rôle que tu en viens même à douter. D'autant que le gars derrière lui tien effectivement une certain quantité de matériel ainsi qu'un énorme visiodenden sur l'épaule...


    Alors, tout ça serait du chiqué ??

    Une main consolante se pose sur ton épaule. La premiére fille qui se retient visiblement d'éclater de rire devant le grotesque de la situation...

    -T'en fais pas trop hein, pour moi c'était vrai, promis.. Et au fait, je m'appelle Kelly...
    -Alors ? Qu'est ce qu'on fait pour mon film ?
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Jeu 21 Mar 2013 - 18:11

Sérieux là … Un Den Den vision. C'était genre une sale blague ? Il avait fait une B.A pour rien là. C'était particulièrement dégueulasse. Faut dire c'est quoi cette idée à la con d'aller filmer derrière les fourrés on doit rien voir. Enfin après lui il y connaissait rien en cinéma il allait pas juger, puis ça lui apprendrait à se la jouer chevalier servant. Il avait retenu la leçon la prochaine fois qu'il tomberait sur une demoiselle en détresse, il demanderait au préalable si c'est pour de vrai. Le seul vrai soucis en l’occurrence c'est que le type au nom imprononçable avait l'air d'être de sacré mauvaise humeur. Faut dire que vu le prix que pouvait compter des bons acteur ça devait bien lui foutre les boules. Puis il exagérait, ces deux bonhommes seraient de nouveau en état de jouer d'ici un ou deux jours. Le problème avec les gens riches, c'est, et ce n'est rien de le dire, qu'ils ont plein de thunes. Du genre à te coller la marine ou des chasseurs de primes au cul si tu les emmerde. Il jeta un coup d’œil vers sa compagnonne d'infortune mais celle ci semblait tout aussi surprise que lui. Le borgne se gratta la tête l'air penaud. A la limite ce qu'il pouvait faire ça serait lui casser la tronche. Les types riches normalement, ils sont pas très costauds la preuve c'est qu'ils ont des hommes de mains. Le soucis c'est que si ce type était le cinéaste favori d'un quelconque Dragons Céleste il allait avoir des emmerdes surtout qu'il avait déjà la marine et les chasseurs de prime pour l'emmerder pas la peine d'en recoller une couche. Puis bon c'était un gars du show-business, genre célèbre et tout c'était la classe d'avoir rencontré un type de son genre puis ça pouvait toujours servir de connaître ce genre de type si il envisageait une reconversion professionnelle. Et en plus fallait garder bonne figure devant la petite Kelly, maintenant qu'il passait pour un chic type c'était pas le moment de montrer qu'en réalité c'était une véritable petite ordure.

Il fouilla dans les larges poches de son manteau noir pour en tirer une boite métallique qu'il ouvrit sous les yeux de l'homme en costard. La dites boites contenaient un certain nombre de cigare de bonne qualité. Le borgne lui en tendit un avec un sourire gêné.

Ecoutez Monsieur Kropopa … Kropopolo … (quel nom de merde) Écoutez Monsieur, je regrette que tout cela est commencez d'une aussi mauvaise manière. Je vous offre un cigare histoire de repartir sur de meilleure base ? Ils sont très célèbre dans le coin, ce sont les cigares du phare à On. Ne me demandez pas qui est On j'en ai strictement aucune idée.

Le type accepta le cigare, mais son regard laissait présager du pire. Au moins le type était suffisamment poli pour accepter les cadeaux qu'on lui offrait. Le borgne réfléchissait à une manière de s'en sortir de cette piteuse situation la tête haute devant ces dames. Mais oui, c'était ça. Il s'approcha de la rouquine l'air mauvais. D'une geste puissant il l'attrapa à la gorge de sa main valide, la soulevant au dessus du sol. Un infâme rictus aux lèvres.

C'est à cause de cette petite cruche que nous avons eu des problèmes.

Il resserra son étreinte.

Laissez moi lui arrachait deux trois doigts et elle ne recommencera plus ses conneries croyez moi.

Puis il relâcha prise brusquement, la laissant tomber au sol. Son regard de tueur laissa place à un petit sourire satisfait et d'un ton quasi enfantin il regarda celui qu'il prenait pour un réalisateur.

Convainquant n'est-ce pas ?

D'un geste de sa main valide, il repoussa la longue mèche qui couvrait son visage, dévoilant à tous la longue cicatrice et le bandeau qui masquait son œil manquant. Cherchant à se donner un ton le plus hautain possible.

Je suis Al Battor, aventurier et acteur, je voyage en ces mers pour sauver les femmes de leur malheurs. Mon nom ne vous dis sans doute rien car je suis homme de scène et non de den den. Toutefois en pénitence mon ami, je suis prêt à jouer devant vous ce rôle d’infâme bandit.

Si avec ça l'autre était pas convaincue, que pouvait il donc faire de plus. Faut dire que personne ne pouvait résister à ses talents d'acteurs.

Alors je vous remplace vos deux bras cassés, et on est quitte ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Dim 24 Mar 2013 - 12:35


    -Génial ! C'était Génial ! Embauché !

    Il tête son cigare comme si c'était un biberon et te serre brièvement la main avant de s'adresser aux deux autres.

    -Prenez en de la graine vous autres ! Jusqu'a ce que vous soyez de nouveau en forme c'est sur vos salaires que je payerais le sien, allez donc cherchez quelque chose à boire dans les bagages, vous n’êtes plus acteurs, vous êtes des larbins !

    Dans les minutes qui suivent Kosta te rend ton cigare de politesse en t'offrant à toi et à Kelly un excellent brandy dans de petits verres en cristal. Visiblement, Kosta ne se déplace pas sans un minimum de confort. Ou pas d'ailleurs, rendu méfiant par la mise en scéne tu passes un doigt rapide sur le sommet du verre, pas de bruit, pas du cristal, juste du toc...
    Kosta vous présente aussi le reste de l'équipe, Coco, le cameraman aux lunettes venus d'ailleurs, Merylin, la star pulpeuse a la voix stridente, Boris et Igor les deux acteurs de seconde zone que tu as malmenés...

    -Vous savez, je ne pense pas que vous cantonner à un rôle de méchant soit une bonne idée, vous avez quelque chose de ténébreux que le public va adorer, il vous faut un rôle de premier plan... Je vois déjà le titre, quelque chose comme... "Le vengeur ténébreux dans le temple maudit" ça envoie non ?
    -Le temple ?
    -Oui oui, le temple, d’après mes renseignements il y a un temple mystérieux dans le coin, un lieu parfait pour mon prochain film...
    -Vous n’êtes pas sérieux ? Écoutez, je suis archéologue, et je vous assure que c'est une mauvaise idée, il faut être préparé pour entrer la dedans...
    -Archéologue ? Mais c'est formidable ça, avec vous pour nous guider il n'y aura aucun risque. Vous nous indiquerez les pièges, Al Battor nous protégera des dangers, et ça fera des images grandioses ! Allons y tout de suite !

avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Dim 24 Mar 2013 - 23:15

C’était toujours pareil. A chaque fois qu'il cherchait à faire une promenade pénard en solitaire, les gens semblaient décidé à lui taper la discute et plus si affinité. Il ne fait pas bon d'être un solitaire sur Grand Line. Enfin, ça avait ses avantages, parce que bon là il allait devenir une véritable célébrité. Du genre un acteur méga célèbre, en plus il avait déjà son nom de scène. Non une grande carrière s'ouvrait à lui. Il se voyait déjà en haut de l'affiche, en dix fois plus gros que n'importe qui son nom s'étalait, il se voyait déjà adulé et riche. Se disant que cela ferais un très bon thème pour une chanson, il se concentra sur la forêt qui s'étendait devant lui pour éviter de se payer une branche sur le coin de la tête. Il regarda la petite troupe qui avançait à bon rythme en direction du fameux temple, s'attardant avec insistance sur la rouquine qu'il trouvait décidément agréable à regarder. Les deux lascars en costard, eux semblait ne pas avoir apprécié de se faire taper sur la tronche et ne déseraient pas les dents. Ah les pauvres jaloux, c'est sûr que tout le monde n'avait pas talent d'acteur ni ce côté T nébreux même si il n'était pas sur de bien comprendre le sens d'une telle expression. Sans doute un mot dans le patois des gens du coin, parce qu'on ne lui avait jusqu'alors jamais fait un tel compliment. Soudain sa curiosité lui fit commencer à s'interroger sur ce fameux temple. Qui pouvait bien avoir construit un temple dans un coin aussi paumé ? Il se mit alors à élaborer maintes théorie farfelue, sur des sectes admiratrices d'un dieu démoniaque ou des tribus locales qui sacrifiaient des nouveaux nés pour une divinité cruelle. Le borgne d’aperçu rapidement des limites de ses théories et se rappela soudainement qu'il avait sous la main une « spécialiste » du sujet en la personne du second personnage féminin du groupe, la charmante petite archéologue. Il s'approcha d'elle tout en allumant une énième cigarette. Il tenta de se donner un air sympathique et charmeur, autant que pouvait l'être un pirate borgne à crochet.

Kelly c'est ça ? Moi aussi je me passionne d'arachéonologie et tout le bazars qu'est ce que tu peux me dire dessus ?

La jeune fille, qui fit mine sans doute par politesse de ne pas avoir entendu la grossière erreur de vocabulaire se lança dans un long discours ,qui donna l'impression au borgne, d'être prononcé dans une autre langue tant il n'en bita pas un mot. Tout ce qu'il cru comprendre dans ce charabia de conjoncture sur la date de construction et les marqueurs architecturaux typiques des peuplades primitives qui vivaient ici des siècles auparavant, c'était que le temple était dédié à Salah Quisse, divinité à tête de brebis. Dieu de la fertilité, des bonnes récoltes et des fromagers, dont la particularité était d'avoir un clergé particulièrement friand d'offrandes en or et que la plupart de ces temples contenaient de formidables trésors ainsi que le plus souvent de très très bon fromages. Enfin le borgne retint seulement le mot trésor. Et oui les pirates borgnes sont comme les femmes des créatures vénales …

D'ailleurs en parlant de fromage, tu connais la blague de l'aveugle et de la rappe à fromage ?

Et alors qu'il allait commencer à raconter cette histoire particulièrement hilarante croyez moi, le temple émergea d'entre les arbres, provoquant chez sa camarde une quasi crise d'hystérie, cette dernière sans vouloir entendre l'histoire fonça comme une dératée vers le temple comme un affamé se jetterait sur un steak frite. Le borgne, vexé et beaucoup moins enthousiaste, examina le temple en question.

Ouai pas de quoi en faire un fromage non plus.

On aurait pu taxer le borgne de mauvaise foi tant le bâtiment était impressionnant. Une gigantesque pyramide de pierre noire, le temple imposait le respect, un défi lancé par l'Homme au temps. Le temple semblait avoir toujours été là et il donnait l'impression qu'il serait encore là des siècles encore. Quatre longs escaliers construits avec la même pierre noire escaladaient chaque côté de la pyramide. Tout le long de ses derniers, des dizaines de statues de marbre à tête qui malgré le fléau des ans tenaient encore debout. La végétation avait toutefois recouvert en partie le bâtiment qui était couvert de mousse et d'autre saloperie verte qui masquaient en partie les bas reliefs qui décoraient l'extérieur du temple. Le borgne était au fond impressionné par le temple, mais ça hors de question de l'admettre pas après que ce tas de pierre lui ai chipé l'attention de la demoiselle. La demoiselle avait déjà commencé à gravir les marches et semblait gratter la mousse pour voir ce qui pouvait se cacher en dessous. La donzelle semblait avoir une attractivité pour les vieilleries qui lui échappait totalement, la blague de l'aveugle était quand même plus intéressante bordel. Quelques instant plus tard, toute la petite équipe se tenait au pied de l'escalier. Escalier qui d'après Kelly comptait 365 marches, une pour chaque jour de l'année. Le borgne pressait de débuter sa brillante carrière d'acteur demanda à son nouveau patron :

Bon alors on commence par quoi Monsieur le metteur en scène ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 25 Mar 2013 - 22:31


    -Hé bien nous y allons évidemment ! On va commencer par un petit plan avec les méchants qui entrainent sauvagement la pauvre fille, qui est une riche héritière orpheline et la derniére d'une longue lignée maudite et...

    Devant l'affligeant complexité du scénar tu perds très vite le fil au profit d'une observation discrète et comparative des deux beautés du coin. La potiche superficielle et aussi naturelle qu'un sympa de noël? Ou la chercheuse intrépide et mignonne ?

    -On va commencer par le plan ou tu arrives, tu sors de la jungle tu vois, l'air conquérant, on va mettre un peu de fumée pour faire genre. La tu t’arrêtes, tu lèves les yeux comme ça, de trois quart, genre tu regardes le temple d'un air méchant, mieux, d'un air ténébreux, et puis tu nous refais le coup avec la mèche, ça, ça va te rendre célèbre ! Ou je m'appelle pas Kosta Kropopolakis. Et puis... Faudrait un truc de plus... Je vais trouver...

    Tu te prêtes sans sourciller à la mise en scéne, sous le regard dubitatif de Kelly, et celui de plus en plus éperdue d'adoration de Merylin. Adepte de la prise unique Kosta ne fais pas trainer l'affaire et après quelques vues entrecoupés de "Filme Coco filme!" et Autres 'Cut Coco Cut!" le gros vision den den finit par te lâcher pour passer à la séquence suivante, celle ou les deux méchants trainent de force la pauvre héritière vers le sommet du temple.

    Une scéne qui te permet une fois de plus d'apprécier l'organe vocal de la demoiselle, tout comme son aptitude à pleurer sur commande et à bouger sans déchirer ses fringues pourtant si légères qu'elles semblent prêtes à lâcher à chacune de ses inspirations...

    Suivi par toute l'équipe le trio arrive en haut. Une Baraque carré en pierre sculptée de cranes de chèvres hurlantes, un autel ou on a du jadis coucher des gens de force pour leur faire des choses affreuses... Un coin charmant.

    -Maintenant vous rentrez dans le temple et vous faites comme si vous connaissiez les lieux, tiens, t'as qu'a faire genre que ce truc la actionne un passage secret, vas y tire dessus...
    -Euh non, mauvaise idée...

    Mais Kelly n'a pas le temps d'aller plus loin dans les explications techniques, en homme de main obéissant, Igor obéit aux ordres et tire sur la seule tête de chèvre qui tire la langue en clignant de l’œil d'un air vicelard...

    Un cliquetis sinistre retentit et hop, le sol s'ouvre soudain sous vos pieds et avant de pouvoir dire attention au trou vous tombez tous dans le noir profond d'un souterrain glissant qui vous emmène on ne sait ou.

    Comme l'a dit Kelly, c'était une mauvaise idée...
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Ven 29 Mar 2013 - 23:29

C’est une drôle de sensation que de voir le sol se dérober sous vos pieds. Sentir l’impitoyable loi de l’apesanteur se rappeler à vous. Le borgne tenta vainement de s’accrocher à la paroi, mais il était déjà trop tard. Il tomba. Il tomba comme tous ses compagnons autour de lui. Quelle triste fin, alors qu’il venait tout juste de commencer une brillante cardère d’acteur, il chutait avant même d’avoir atteint les sommets. Il pesta contre ces conneries de pièges et de boutons secrets, contre les architectes de ce temple de merde. Puis plus rien. Il rouvrit les yeux quelque peu sonné, mais à sa très grande joie en relativement bon état pour un borgne manchot et encore mieux que ça en vie. Le sol lui apparut de façon surprenante doux et moelleux. Une sorte de matelas mais en genre en mieux vous voyez ? Quoiqu’un peu bosselé quand même … Complètement aveuglé par la pénombre ambiante, il tâtonna autour de lui, le sol était vraiment composé d’une bien étrange matière, il se demandait bien à quoi ça pouvait ressembler. Fouillant désespérément dans ses poches bien trop grandes, il chercha son briquet et fini par lui mettre sa main dessus. D’un geste d’une précision qui ne pouvait être acquis que par des centaines et des centaines de répétions il tira une cigarette à l’aveugle et l’alluma. La faible lueur ne l’éclaira pas plus que ça, jusqu’à ce qu’il se rappelle que le briquet lui pouvait tout à fait servir à éclairer faiblement. Il approcha le feu du sol pour se rendre compte, que ce fameux sol bosselé était la bimbo rouquine et brailleuse, il en devint tout à coup rouge vif, même si son âme de mâle était finalement déçu de ne pas s’être attardé plus longuement dans l’obscurité. Il sentit soudainement une main sur son épaule. Surpris il se retourna brusquement, et pointa son crochet au niveau de la gorge de son interlocuteur … Avant de s’apercevoir qu’il s’agissait de la deuxième productrice d'ostrogène du groupe. L’archéologue eut un mouvement de recul, mais le borgne lui répondit par un sourire rassurant. Alors comment pouvait il savoir que c’était l’archéologue, et bien figurez vous que Kelly était pleine de ressource. Un Lumini dial, pendait à sa ceinture éclairant d’une faible lueur ce qui l’entourait.

Comment on sort de ce bordel ?

L’archéologue ne semblait absolument pas l’écouté, comme totalement absorbée par tout ce qui l’entourait. Le borgne leva les yeux au ciel, où plutôt en l’occurrence l’œil au plafond. C’était de l’ordre de l’habitude chez elle de le snober ? Expulsant la fumée de sa cigarette, il se rapprocha d’elle et lui hurla dans les oreilles.

Comment on sort d’ici ?

La méthode sembla porter ses fruits, mais la réponse qu’il obtenu ne lui plut pas vraiment. La bougresse en savait rien, tout ce qu’elle put lui dire c’était que qu’ils se trouvaient dans une pièce complètement fermée mais qu’il devait bien exister un moyen de sortir. Mais que si on lui hurlait dans les oreilles, elle aurait bien du mal à le trouver.

Le borgne se gratta la tête d’un air gêné et se trouva comme mission d’aller réveiller les autres. Il les secoua avec vigueur les un après les autres, rien de mieux pour se lever du bon pied. La petite troupe fut rapidement remise sur pied, ce qui gratifia l’archéologue de cinq nouveaux comment sort on d’ici, ce qui décrocha un sourire au borgne. Sauf que cette fois-ci, Kelly finit par y répondre. Mais encore une fois par une réponse qui ne satisfaisait toujours pas le borgne, une énigme. Il n’aimait pas les énigmes, pire que ça il n’aimait pas chercher tout court. C’est chiant de chercher, surtout une réponse à une question foireuse inventée par un peuple disparu et amateur de trappe piégée. En réalité c’est surtout qu’il ne les trouvait jamais et que ça l’emmerdait. Mais bon pour faire bonne figure, il félicita l’archéologue la gratifiant d’un grand sourire. Elle leur expliqua qu’il était écrit sur l’un des pans de mur que les trésors. Trésor, elle avait bien dit trésor là ? Voilà que ça devenait intéressant si ce n’est plus. C’est bien connu que les peuples disparus ont pour principale caractéristique de disparaître en laissant agréablement toutes leurs immenses richesses derrières eux. Il s’imaginait déjà se baigner dans une rivière d’or. Mais reprenons.
Les trésors de Sallah Quise ne s’ouvriront qu’à ceux qui auront démontré leur valeur, à toi qui viendrait les chercher, commences donc par répondre à cette humble énigme :

''Jamais je ne suis loin de mon autre jumelle, on m'associe souvent au parfum nauséabond d'une partie du corps qui n'est pas vraiment belle, localisée fort loin de l'organe olfactif'' ? C'est ce qui est écrit sur ce mur là, enfin de ce que j'en ai compris.

Houla aucune idée.

Le contraire m'eut étonnée, monsieur le ténébreux.

La réplique cinglante de l'archéologue bien que dites sur un ton moqueur mais gentillet, piqua tout de même le borgne au vif. Mais quelle petite c**** celle là, elle allait voir ce qu'elle allait voir. Non mais oh, elle était bien mignonne celle là mais bon il n’allait pas la laisser le traité comme une vieille chaussette. Ce n’était pas un chien non plus. Tiens ça lui donnait une idée. Son cerveau tournait à plein régime, il allait la trouver sa réponse. Il posa la main contre le mur où était écrite l’énigme. Il se retourna en direction de l'archéologue qui semblait toujours se creuser les ménages.

La réponse est chaussette !

Il eut presque eut pu avoir l'air classe si le mur sur lequel il s'appuyait ne s'était pas ouverte en deux, le faisant tomber à la renverse. La chute ne semblait pas avoir entaché son moral, puisqu'il se releva un sourire satisfait. Deux questions doivent se poser à vous à la lecture de ces lignes. Comment Galowyr connaissait il la réponse? Et pourquoi une énigme sur les chaussettes dans le temple d'une société aujourd'hui disparue ? Et bien pour répondre à la première question, bah il faut bien croire que le bougre était plus malin qu'il n'en avait l'air et était plus doué en égnime qu’il ne les appréciait. Pour la deuxième et bien figurez-vous, que les fidèles de Salah Quisse étaient des éleveurs de moutons qui donnaient une exelente laine, laine qui servait à faire toute sorte de choses notamment des petits vêtements pour protéger les pieds des froides nuits d’hiver, les bonnes vieilles chausettes. L’archéologue lui addressa un sourire complice, et passa devant lui pour s’enfoncer dans l’obscur tunnel qui venait d’apparaitre. Le borgne la suivit, du même que le reste de la troupe qui suivait la lueur formée par le fameux coquillage. Quels mystères pouvaient-ils bien les attendre dans l’obscurité du temple ?
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 1 Avr 2013 - 23:27


    Dans une autre salle, plus haut...

    -HIIIIIIIIIIII !
    -C'est bon c'est bon, ils sont partis tous les deux, inutile de faire semblant de jouer... Piotr ? Serguei ? Vous êtes la ?

    Sortant de l'ombre, deux gorilles qui ne sont autre que les deux premier agresseurs de l'archéologue rejoignent l'équipe de tournage...

    -Bon, pour l'instant tout marche comme sur des roulettes, on a qu'a les pousser a avancer devant nous, ils enlèveront tout les pièges jusqu'au trésor, et la, on leur saute dessus et on les pille sauvagement !
    -Héhé sauvagement, ça c'est un bon plan patron...
    -Évidemment crétin, puisque c'est mon plan !

    Penaud devant le patron l'équipe de choc fait silence pendant que Kosta continue a développer le programme...

    -Moi, Coco et Merilyn on va descendre les rejoindre pour les surveiller de prés. Vous vous suivez de loin, et vous intervenez quand je vous le dis. Coco vous donnera les ordres avec le den den. C'est compris ?
    -Bien compris Patron...
    -Bon, alors en avant. Et faites gaffe à ce que vous faites...

    Et pendant que les quatre hommes de mains restent en retrait, le trio entame la descente vers le tunnel ou ont atterrit les deux cibles...

    -Coco, vérifie que ces abrutis ont bien compris comment fonctionnait le den den ?
    -Hé les gorilles ? ça roule pour vous ?
    -Euh ? ça roule ?

    Livrés à eux même quelques cinquante mètre plus haut les quatre gros bras en cercle autour du den den s'échangent quelques regards perplexes.

    -Qu'est ce qu'il a voulu dire ?
    -Je sais pas... Qu'est ce qui roule ?
    -Ben, y'a bien ça qui roule...


    Plus observateur que les autres, Boris a repéré tout de suite la grosse boule spécialement taillé pour rouler dans le tunnel en pente et écraser tout ce qui s'y trouve et qu'un constructeur attentionné à placé la juste a portée de main.

    -Ouais, ça ça roule...
    -Bon, on envoie alors ?
    -Ben, les ordres c'est les ordres hein...


    Et cinq minutes plus tard, Galowyr et sa nouvelle amie on la joie de retrouver péle méle le brave cinéaste, son premier role féminin, son équipe de tournage, ainsi qu'une boule de pierre de deux tonnes qui arrivent tous aussi vite que possible droit sur le duo...

    -HIIIIIIIIIIII !
    -Fuyez pauvres fous !
    -Elle est bonne celle la patron, il faut la noter !
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Mar 2 Avr 2013 - 12:29

Un long couloir en pente douce descendait devant eux vers les profondeurs de la pyramide. L’intérieur du temple n'avait décidément rien à envier à l’extérieur. Il était tout aussi somptueux. Mais là où l'extérieur impressionné par son aspect massif et majestueux, l'intérieur surprenait par le raffinement de sa décoration. Fresques et bas reliefs recouvraient l'ensemble des murs, brebis, humains, soleil, lune, et tout ce que l'esprit humain pouvait imaginer d'images, formaient ici un océan de symbole, riche en histoires et anecdotes sur ceux qui vivaient ici et sur leur croyance. Enfin ça c'était ce que lui racontait Kelly, parce qu'il ne voyait pas vraiment comment un mouton pouvait représenter la fertilité ou un poisson l'inconnu … Mais ça ne l’empêchait pas d'écouter avec attention, ou tout du moins de faire semblant de le faire. La donzelle semblait si heureuse d'avoir une oreille prête à entendre ces histoires sur le patelin qu'il s'en serait voulu de la couper. Après tout , aujourd'hui il n'était plus pirate, il était un chevalier volant au secours des demoiselles en détresse. Les saloperies pouvaient bien attendre demain. Ou tout du moins, quelques petites heures.Quitte à se taper une bonne flopée d'anecdote sur l'avancée majeure de cette maudite peuplade au niveau de l'affinage de fromage. D'ailleurs,c'était enfin le moment de lui raconter, sa super et superbe blague sur l'aveugle et la rappe à fromage.

D'ailleurs en parlant de frometon, tu connais l'histoire de l'aveugle et de la rappe à fromage ? En fait c'est un aveugle....

-HIIIIIIIIIIII !

Et merde … qu'est ce que ça pouvait encore être que ce bordel ? Voilà que le metteur en scène leur hurler de fuir, mais fuir quoi bon sang ? Le problème de ce genre de question, c'est que la réponse ne tarde que très rarement à arriver et elle n'ai jamais au goût de celui qui a demandé. Une immense roc de pierre dévalait à la pente vive allure et ne semblait pas avoir envie de s'arrêter en si bon chemin quitte à écraser deux trois personnes au passage. Le borgne pesta de nouveau pas possible d tenir une conversation historique pénard sur cette putain d'île ? C'est pas comme ça qu'il allait pouvoir raconter ses blagues. Le borgne fléchit les genoux, il allait exploser ce putain de rocher, avec son poing, aucun doute qu'il ne viendrait plus l'emmerder une fois qu'il serait réduit en un misérable tas de petits cailloux.

Je m'en occupe !

Il inspira profondément. Frapper en même temps que l'expiration pour donner le maximum de puissance à son coup. Des saloperies de petits chauves en tunique orange parvenait à briser la roche il devait bien en être capable. Il arma son poing prêt à frapper. Le rocher se faisait de plus plus proche. Le borgne sourit d'avance en pensant à son futur succès et à la classe qu'il en retirait. Il sentit soudain une main sur son épaule qui l'agrippa et le tira dans le sens de la pente.

Cours sombre abruti !

Qui c'est qu'elle traite d'abruti la fouilleuse de ruine, j'allais d’exploser ce rocher.

Je vous laisse imagine la suite du dialogue qui s'avéra des plus crus. Le borgne n'avait de toute façon plus le choix, il fallait qu'il coure au risque de finir aplati. Mais il courait pour aller où au juste, c'est pas comme si la pierre allait fatiguer et s'arrêter de rouler pour aller au bistrot boire une pinte. Ne dit on pas d'ailleurs que Pierre qui roule ne boit pas de mousses ? Alors c'était à propos de Pierre l'ivrogne de Manshon, qui buvait toujours trop et finissait par se rouler par terre si bien qu'on ne lui servait même plus de bière. Ces réflexions étymologiques furent toutefois interrompus prématurément lorsqu'il failli chuter. Courir en pente c'est plus compliqué que ça en a l'air, faut être sacrément concentré. Tout en continuant de s'engueuler copieusement avec sa camarade, il réfléchissait à un moyen de se sortir de ce pétrin, lorsqu'un immense précipice s'invita devant eux à la fête. Et remerde. Connaissant comme tout le monde le sadisme très poussé des constructeurs de temple il y avait fort à parier qu'ils avaient eu le bon goût de garnir le fond de ce trou de piques acérés et autres joyeusetés. C'était vraiment la merde. C'est à se demander comment on pouvait bien prier tranquillement dans un temple pareille, pas étonnant que cette religion soit tombé dans l'oublie. De toutes façon il y avait pas trente six solutions.

J'espère que vous savez sauter aussi bien que courir Monsieur Kropolo … Kropalo … Monsieur le metteur en scène. Moi je m'occupe de ses dames.

D'une main ferme, il attrapa la rouquine de sa main valide. Et hurla à Kelly de s'agripper à son cou. Elles pesaient lourd, les deux mais rien de bien insurmontable. Il bondit. La bimbo quant à elle ne semblait pas vouloir s'arrêter hurler, cela aurait d'ailleurs était plutôt surprenant. Il se voyait déjà atterrir fermement sur ses deux pattes comme un félin, lorsque son instinct de conservation lui indiqua qu'il était bien trop court. Tant pis pour l'atterrissage en douceur. Dans un effort monstre, il lança en arrière.

Appuis sur l'interrupteur !

L'ordre hurlé à l'archéologue était ferme. Elle appuya dessus sans tarder, n'ayant malgré son affection pour les ruines aucune envie d'en faire partie. Le clic caractéristique du mécanisme se fit entendre. Et d'un geste digne des plus grand pécheurs à la ligne, il balança son bras en avant. Et alors qu'ils tombaient tout les trois la chaîne s'enroula autour d'une statue du dieux brebis qui se dressait fièrement là. Il allait finir par l'aimer ce maudit dieu. Suspendus au dessus du vide et des piques, il suffit juste à la rousse d'appuyer à son tour sur l'interrupteur du crochet pour que toute la joyeuse bande se retrouve de l'autre côté du vide. La pierre quant à elle, s'était lancer dans un combat inégale avec l'apesanteur et avait perdu. Un bruit sourd avait indiqué à tous qu'elle se trouvait maintenant au fond du précipice. Kosta et son comparse s'avéraient être bien meilleurs sauteurs qu'ils n'en avaient l'air et étaient passés de l'autre côté au dépend de tout les pronostiques du borgne.

C'est sportif l'exploration de temple, mais quelque chose me dit que j'aurais un truc en plus avec un chapeau et un fouet.

Oui et moi en short moulant avec deux flingues.

Le borgne jeta un regard méprisant à l'archéologue mais si la tenue décrite eut été à son goût. L’archéologue lui repassa devant apparemment vite remise de ses émotions, suggéra de reprendre l'exploration du temple si personne d'autre n'avait de remarques pertinentes à faire. Gardant dans un coin de la tête, l'idée de surnommer l'archéologue Tombe Laideur, pour l'énerver,le borgne lui emboîta le pas se demandant bien quelle autre saloperie ce maudit temple pouvait bien receler.


Dernière édition par Galowyr Dyrian le Mer 10 Avr 2013 - 17:31, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mer 10 Avr 2013 - 15:51


    Marylin finit a ton grand regret par se décoller de ton cou, non sans te faire remarquer une fois de plus son impressionnante poitrine...

    -Pas bête le coup du fouet, faudrait un truc avec une idole aussi... Hum... Je vais y réfléchir... Mais ne me faites plus le coup de la boule hein ! L’exposer d'un coup de crochet aurait été vachement plus classe... Si vous voulez que des fans hystériques vous jettent leurs petites culottes, il va falloir le mériter !

    Ignorant le regard noir de désapprobation de Kelly qui vous foudroie tous les trois avant de tourner les talons comme on vous claquerait une porte dans la gueule, Kosta, qui semble très bien vivre le fait d'avoir manqué de se faire écraser comme une crêpe par une boule géante, continue de détailler les lieux en indiquant à Coco les endroits ou filmer...

    A partir de maintenant ça va devenir dangereux, alors faites bien attention ou vous mettez les pieds.

    Kelly, quelques pas devant vous vient de s’arrêter et toute l'équipe s'empresse de se rapprocher pour observer ce qui bloque. Devant vous, le tunnel s'incline franchement, et la lueur de vos torches suffit largement pour constater que l'absence visible de joints entre les pierres qui composent le sol doit transformer ce coin en un vrai toboggan...

    D’après mes renseignements, ce tunnel est truffé de pièges en tout genre, des flèches qui sortent des murs, des mâles qui sortent du sol, et en bas on est précipité dans un bain de fromages bouillant. La seule manière de descendre sans risque étant de posséder un Saklakis mâle...
    -Et euh, c'est quoi un Saklakis mâle ?
    Absolument aucune idée... On va utiliser une corde...

    C'est a ce moment de la discussion que quelque chose te heurte discrètement par derrière. Debout à la limite de la pente il n'en faut pas plus pour te faire perdre l'équilibre. Tu te cambres, te tournes, moulines désespérément des bras en tentant de t'agripper à quelque chose, mais peine perdue...

    Tu n'as que le temps de faire un tour d'horizon de tes compagnons, Kelly qui tend la main vers toi, Coco qui zoome sur ton air surpris, kosta qui sourit méchamment et Merylin qui prend une grande inspiration...

    -HIIIIIIIIII !

    Et tu tombes...
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Ven 12 Avr 2013 - 1:24

Le borgne après avoir maugréer qu'il aurait tout à fait pu exploser le rocher si l'autre ne l'avait pas empêcher, était encore en pleine réflexion interne sur ce que pouvait bien être que une saloperie de Saklakis mâle, il se sentit poussé en avant, deux trois gesticulations maladroites ne l’empêchèrent pas de se précipiter droit dans ce qu'on lui avait décris comme un véritable toboggan de la mort. De nombreux plaisirs en perspectives me direz vous … Les pierres qui pavaient le sol étaient en effet étrangement glissantes. Les types qui avaient construit cette partie du temple devait être des fanatiques du cirage ou d'autres produits du même genre, car le borgne avait l'impression que le sol était fabriqué en savonnette. Alors qu'il glissait sur le ventre, son instinct de survie, lui rappela que l'autre râleuse mais néanmoins sympathique archéologue avait parlé entre autre des pâles sortant du sol, autrement dis au premier pic qui sortait, ses entrailles risquait de se faire la malle …

D'un geste de la main, il planta son crochet dans le sol. Ou tout du moins il essaya parce que sa prothèse ripa pathétiquement sur la matière glissante qui composait le sol. Il choisit donc de tenter de se remettre sur ses jambes d'une impulsion de la main gauche. Se projetant de son unique main dans les aires, il exécuta un superbe salto avant d'atterrir sur ses deux pieds. Mais sa glissade n'en était pas pour autant terminée, mais cette fois-ci, il était bien campé sur ses appuis prêt à esquiver les pièges que ces vicelards de constructeurs de temple avait placé. Et comme les pièges aiment bien s'inviter quand on les attends pas, c'est à ce moment là qu'un cliquetis mécanique se fit entendre, puis le bruit de l'air qui siffle. Le spécialiste en piège avisé, aura reconnu le très classique mais néanmoins efficace, lanceur de fléchettes empoisonnées. C'est là où avoir une partie du corps faite de métal, les fléchettes se retrouvèrent figées dans son crochet. Il eut à se protéger plusieurs fois de ce genre de piège vicieux, mais soudain des pointes commencèrent à émerger du sol. Des vieux piques rouillés et acérés. Le borgne se projeta en avant, un peu trop tard. L'extrémité des piques lui écorcha les jambes, mais à peine s'estimait il sauvé qu'une nouvelle surprise l'attendait. Deux immenses scies circulaires étaient sortis des deux murs latéraux. Pivotant sur lui même, il se retrouva à glisser de coté. Les lames tournantes lui effleurèrent le dos et le ventre. Combien de piège allait il donc encore devoir supporter. Puis c'est là que ça lui revint en mémoire.

"en bas on est précipité dans un bain de fromages bouillant."

C'était peut être pour ça tiens qu'il commençait à faire un peu chaud. Et là pour le coup, il allait devoir faire mieux qu'esquiver deux trois fléchettes et des piques. Non, là il allait falloir sortir le saut de l'ange, si ce n'est mieux. Le borgne plia un peu plus ses genoux pour prendre de plus de vitesse. Cette fois ci pas de bobonnes pour l'alourdir, il allait réussir son bond tranquillement.

La chaleur et l'odeur infâme de fromage bouillant qui traînait là depuis des années. L'odeur piqua le nez du borgne, à côté de ça même sa cabine sur le Susanoo sentait la rose. Une rivière jaunâtre et bouillonnante apparut au bout du tunnel.Rien qu'à l'aspect du truc on devinait qu'il fallait non seulement pour son intégrité personnel mais aussi pour son odeur ne pas tomber dedans. L'apprenti aventurier, bondit à la manière d'un félin. Mis à part que ces sympathique quadrupède à moustache atterrissent toujours sur leur pattes. Le borgne lui se posa plus brusquement, en exécutant une roulade grotesque. Toujours est il qu'il s'était pas si mal débrouillait au final. C'est pas le premier péquin de basse qui pouvait se la jouer aventurier avec autant de classe que lui, ça c'est sur. Enfin, il suffisait de voir l'état lamentable de ses vêtements pour voir que c'était pas passé loin.

Il regarda autour de lui, sans trop savoir quoi faire, oh bah la chieuse et le snobinard devrait pouvoir réussir à descendre. Mais ça l'emmerdait un peu de devoir les attendre. Il regarda un moment l'ouverture du tunnel, puis se retourna vers la porte derrière lui qui s'ouvrait sur un passage qui s'enfonçait un peu plus à l’intérieur du temple. Il regarda l'un et l'autre en faisant la moue et pesant le pour et le contre. L'éventuel danger inconnu qu'il devrait affronter en solitaire lui parut beaucoup plus intéressant que poireauter comme une donzelle à qui on aurait poser un lapin. Puis, si il trouvait la chambre du trésor avant la petite archéologue, ça serait le meilleure. Il imaginait déjà l'air aigri que prendrait son visage, surtout qu'il aurait pu l’exposer ce maudit rocher. Il s’enfonça donc un peu plus à l'intérieur du temple qui était étrangement bien mieux éclairer grâce à d'immenses cristaux qui reflétaient et amplifiaient le peu de lumière qui arrivait jusque là grâce à ce qui ressemblait vaguement à des cheminées. Drôle de façon de s'éclairer, enfin pas pire que leur façon de construire leur lieu de culte. Le borgne regardait toujours attentivement autour de lui, attendant avec impatience le moment où il parviendrait enfin à la salle du trésor. Son esprit toujours aussi imaginatif, lui envoyait des images de lui même se baignant dans des montagnes d'or et de rubis. Mais tout ce dont il avait le droit c'était ces foutues mosaïques et bas reliefs représentant des fromages et des brebis, ça lui rappelait qu'il avait toujours pas raconté à Kelly l'histoire de l'aveugle et de la rappe à fromage. Puis soudain, une dalle s'enfonça sous ses pieds, et le bruit d'un mécanisme qui s'enclenche résonna dans le couloir quasiment désert.

Si le spécialiste en piège avisé est toujours ici, il aura cette fois ci sans doute reconnu le must en matière de piège de temple abandonné. Ce piège est au temple maudit, ce que la moustache est à l'amiral en chef, accessoire indispensable qui rend le tout crédible, authentique et kitsch à la fois. Vous l'avez reconnu, c'est le roi des pièges, les fameux murs rétractables. Deux immenses panneaux de pierre sortirent du sol empêchant le borgne d'aller de l'avant comme de revenir sur ses pas. Mais l'on reconnaît le vrai vicieux à son sens du détail, et le type qui avait construit le temple en était un. Puisqu'au lieu de se contenter d'enfermer ses victimes vivantes dans son temple, il préférait ne rien laisser au hasard. Il ne fallut en effet pas longtemps au borgne pour se rendre compte que les murs latéraux commençait étrangement à se rapprocher l'un et l'autre. Il eut pu rester bouche bée devant un si ingénieux mécanisme. Pas de bol, c'est lui que le superbe dispositif tentait d’aplatir méchamment. C'est dans ce genre de moment, où ceux qui sont septique quant à l'existence de l'instinct de survie se rendent compte à quel point ils peuvent avoir tord. Le borgne lui se jeta instinctivement sur le mur en face de lui bien décider à le faire reculer. Tout idiot qu'il était, il ne fallut pas longtemps pour qu'il se rende compte que ça ne servait à rien. Son cerveau fouillait toute les options possible et imaginable pour se sortir de là. Malheureusement, il n'avait aucune capacité lui permettant de se transformer en un guerrier du genre super, ou même de faire brûler sa cosmo énergie pour réaliser un miracle. Oui, l'instinct de survie fait penser à tout et n'importe quoi. Il frappa le mur brutalement, bordel. Il allait pas crever ici, c'était trop moche. Sa vie fallait mieux que ça. Il ne mourrait que de deux façons, au combat ou dans son lit de mort une clope au bec. Pas question que l'on raconte que Galowyr le pirate ait été tué par un mur. Sinon, il allait vraiment passer pour le roi des pignoufs au paradis des pirates. Et c'est pas comme ça qu'il pourrait draguer dans l'au delà. En parlant de drague Kelly connaîtrait forcément un moyen de s'en sortir. Le visage aux lèvres pincées de l'archéologue lui revint en mémoire.

"La seule manière de descendre sans risque étant de posséder un Saklakis mâle... "

Oui l'approche de la mort provoque chez certains des flashs back intempestifs. La marque des grands héros disent certains. Enfin là pour le coup, ça lui parut tout à fait inutile. Ces foutus murs étaient bien trop prêt. Il pouvait même en voir les gravures légères qui avait été faites dessus. Et ce fut là qu'il le vît, le Saklakis mâle, enfin ce que le désespoir et l'adrénaline lui firent croire comme étant l'être. Une drôle de bestiole, un étrange croisement entre un mouton, un gorille et un ours, je vous laisse imaginer la grâce de l'animal. Quant au sexe de la bête, les attributs dessinés, ne laissaient que très peu de doute à ce sujet. C'est d'ailleurs sur ces mêmes attributs que le borgne frappa du poing. Cette partie du mur s'enfonça, déclenchant dans un même temps, un nouveau mécanisme mais aussi un soupire de soulagement chez le manchot. Et oui, c'est un peu ça la vie d'aventurier … Enfin on y va il y a un trésor à rafler comme dirait l'autre.

Le mur devant lui commençait à s'ouvrir en deux, tandis que l'autre commençait à reculer. Et tandis que tout les pièges se désactivaient et qu'un pont se déployait par dessus la rivière de fromage, Galowyr s'enfonçait dans la pièce fraîchement ouverte de laquelle se dégageait une vieille odeur de renfermé. Signe que personne depuis bien longtemps n'y avait foutu les pieds. Une pièce aux proportions dantesques s'ouvrait devant ses yeux, ou plutôt son œil si on veut se montrer moqueur. Si le reste du temple, impressionnait par son aspect massif et inébranlable, la pièce dans lequel il se trouvait désormais était un bijoux en matière d'abondance de matières précieuses et de luxe. Deux immenses statues du dieu Salah Quisse trônaient là, mais à la différence de leurs homologues du reste du temple, ces dernières étaient toutes en or et serties de pierres précieuses en tout genre. Le genre de truc, tellement bling bling que le plus excentrique des Dragons Célestes hésiteraient à coller dans son salon. Le reste de la pièce n'en déméritait pas moins, tant les moulures d'or et d'argent étaient raffinés. D'un bout à l'autre de la pièce, un véritable capharnaüm de statuettes en jade, de plats en argents et autres poteries gisaient au milieu de petites dunes d'or.

Une véritable chambre au trésor, mais ce qui intrigua le plus le borgne, ce n'était pas l'or, ni l'argent d'ailleurs. C'était l'étrange objet qui trônait au milieu de cette caverne aux merveilles. Une immense joyaux pensez vous, un vase ancien, le dernier exemplaire du grand livre de recette de Salah Quisse aux milles et une recette à base de fromage de brebis. Non, un objet que le borgne n'aurait jamais imaginé trouvé là, un truc qui ressemblait vaguement à un cactus rouge sans épines. Au milieu de cette pyramide truffé de piège, de cette sale du trésor, trônait non pas un objet précieux, mais un simple fruit. Enfin c'est tout ce dont il avait l'air au regard du borgne qui n'était pas un grand spécialiste en nourriture de femmes …
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mer 17 Avr 2013 - 22:53


    -Vous avez une chance incroyable vous savez ça ?

    Le fond d’écœurement qui se ressent dans la voie de Kosta te rappelle soudain que tu n'es pas tombé dans ce tunnel piégé. Mais bien que quelqu'un t'a poussé... Kosta ? Coco ? C'est quoi cette embrouille ?

    Cela dit, c'est peut être juste une impression... Une impression très fugace car déjà Kosta semble de nouveau tout à fait normal et te congratule généreusement sur la façon dont tu t'es tiré avec brio de ta chute et glorifie la séquence superbe que ça va faire.

    Puis comme toi il capte le décor et s’arrête net pour observer avec une avidité soudain on ne peut moins dissimulé. Tu vois presque les Berrys défiler dans ses yeux. Même Coco derriére ses lunettes de soleil a l'air de regarder ailleurs que dans son escargophone. Merylin a déjà un collier dans les mains et il n'y a guère que Kelly qui semble étonnée et un brin suspicieuse. Visiblement pour elle, quelque chose ne colle pas...

    Mais au milieu de cette richesse, qui s’intéresse à l'archéologue.
    Surement pas Kosta...

    -Il manque encore un truc... Tiens, prenez donc une pose de ce coté la... Oui oui, juste la... De profil... Parfait... Allez y, posez donc la main sur la tête de cet énorme serpent et prenez un air de vainqueur...
    -Euh... Il a bougé non ?
    -Non... Les statues ne bougent pas....
    -Les statues non. Mais les serpents géants...
    -HIIIIIIIIIIII !
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Ven 19 Avr 2013 - 1:47

De toutes les saloperies que la création avait pu porter en son sein, il y avait fallu qu’on lui envoi un serpent. Non mais c’est vrai ça, des plus de un million deux cent cinquante mille espèce qui peuplait ces mers, il aurait pu se faire emmerder par une galinette cendrée, un scolopendre, une drosophile, une bactérie ou même par une pomme de pin mangeuse d’hommes. Non, il y avait fallu qu’il se coltine une saloperie d’horrible reptile. Puis fallait voir la bestiole, elle mesurait facilement une bonne dizaine de mètre. A part sa taille démesurée, le reptile n’avait par contre rien de bien particulier, deux yeux plein de vice, deux crochets que personnes n’auraient eu envie de voir enfoncés dans sa peau et la peau recouverte d’écailles. C’était peut être là, qu’était la particularité de la bestiole. Là ou les membres de la famille des serpentes était la plupart du temps unicolore voir bicolore, celui là devait à sa façon être un extravaguant. Les rayons de lumières qui parvenaient jusqu’au cœur de la pyramide se reflétaient sur sa peau écaillée en un vaste panel de couleur, le tout donnant à la créature l’aspect d’un arc en ciel vivant et prêt à vous bouffer tout crue , pour la poésie il faudrait repasser. Mais toutes ces considérations, n’auraient pas eu beaucoup d’importance si le monstre géant, avait appartenu à une autre espèce de l’ordre animal. Pas de bol pour le borgne, c’était bel et bien un serpent.

Et le moins que l’on puisse c’était que le borgne détestait les serpents, pour ne pas dire qu’il en avait une peur quasi phobique. Il n’était pas du genre peureux, mais il y avait chez ces bestioles quelque chose qui ne lui plaisait pas. Qui le dégouttait même. Déjà qu’est ce que c’était que ces choses qui n’avaient ni jambes ni bras. Ce n’était pas normal ça, tout le monde a des bras et des jambes, même les rois des mers ont des nageoires après tout. Puis cette façon qu’ils avaient de se déplacer aussi, à ramper sur le sol en sifflant, c’était horrible aucune créature normal de ne se déplacerait de cette manière. Sans parler du reste, le poison, le fait d’avaler et de digérer ses victimes vivantes, ou de manipuler les gens pour qu’ils mangent des fruits interdits … Non en plus d’être bizarre c’était des créatures incroyablement vicieuses. C’est bien pour ça qu’il avait peur des serpents mais pas des limaces et autres mollusques d’ailleurs. Bref, là où le borgne aurait promptement enfoncé son crochet dans la tête de toute autre membre de l’ordre animal, il resta là figé à regarder la bestiole avec un dégoût prononcé. Il voulait bouger, défoncer cette horrible bestiole, mais son corps n’était pas disposé à suivre le mouvement. Il ne parvenait pas à faire autre chose que de fixer cette saloperie dans les yeux pendant qu’elle s’enroulait petit à petit autour de lui. Merde, il n’avait pas traversé ce maudit temple et tous ses pièges pour perdre comme ça face à une phobie ridicule digne d’un gosse de cinq ans.

Enfin c’était facile à dire, mais la peur et le dégoût paralysait toujours son corps, il était incapable de bouger. L’étreinte de la bête, elle se resserrait peu à peu. Ce n’était pas bon cette saloperie allait finir par étouffer complètement. Mais il n’y arrivait pas, peu importe ça ne voulait pas. Bordel, bordel, bordel. Il se sentait enveloppé d’un voile obscur qui le coupait de tout ce qui l’entourait, il ne voyait plus Kosto, ni la rouquine, ni même Kelly. Seuls les yeux étincelants du reptile semblaient alors exister. La bête resserraient encore son emprise, la respiration devenait difficile. Ce n’était plus seulement la peur et le dégoût qui paralysait ses mouvements, c’était maintenant la pression du serpent. Puis soudain le voile d’obscurité qui l’entourait se déchira. Ce qui lui avait paru durer une petite éternité, n’avait en réalité été que l’affaire d’une cinquantaine de seconde. Kelly avait immédiatement attrapé le couteau qui pendait à sa ceinture et l’enfonça dans la peau écaillée de la bestiole qui sous l’effet de la douleur relâcha son étreinte. Ce fut un flash, comme un éclair qui apparaît dans un ciel sans nuage. La peur le quitta soudainement, qui pouvait donc bien avoir peur des serpents, ils n’ont même pas de jambes. D’un geste précis et rapide, il dégagea son bras crocheté du ligotage reptilien, puis enfonça promptement son crochet dans la tête d’immonde bestiole. Elle s’avéra du genre coriace, un peu trop même.Alors qu’il croyait s’en être débarassé, la bestiole tenta alors de le mordre au visage. Le borgne recula par réflexe, et vit la machoire de la bête claquer à à peine un centimètre de son visage. Saloperie. Il renfonça sa prothèse dans la tête de la bestiole qui sembla cette fois ci en avoir eu pour son compte.

Il s’appretait à faire une remarque caractéristique des beaux bruns ténébreux du type « je n’avais pas besoin de ton aide », lorsque Kelly lui coupa l’herbe sous le pied, lui expliquant que le serpent était un Torsé d’Oume, un serpent géant capable de provoquer une peur phobique des serpents à tout ceux qui avaient le malheur de le fixaient dans les yeux. Voilà qui expliquait bien des choses. C’est à ce moment là qu’on le frappa dans le dos, un coup de ce qui ressemblait à un bâton pour être précis. La puissance du coup et l’effet de surprise le firent tomber au sol. Il se releva cependant promptement, pour faire face à ce nouvel ennemi qui décidément pullulaient dans cette foutue pyramide. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il vit que le dit agresseur était Kosta.

Qu’est ce que c’est que ce bordel Monsieur Krapolakis ?

Le suspens était chez le borgne double, qu'est ce que pouvait bien lui vouloir le metteur en scène, il savait que dans le show bizz on aimait bien les bébés phoques et autres bestiaux, mais de là à vouloir le tuer. Puis il se demandait aussi si il était finalement arrivé à prononcer le nom du gaillard correctement, ce qui n'aurait pas été un mince exploit.
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Sam 20 Avr 2013 - 14:10


    -Kropopolakis... Qu'est ce que vous allez imaginer ? Vous aviez une sorte d'insecte qui vous courait dans le dos. D'ailleurs il revient !

    Et Bim ! Kosta te recolle un coup de bâton en plein milieu du front !

    -Ah la sale bête !

    Et Bam, coup de baton !

    -Arrêtez de bouger, je vais l'avoir !

    Le troisième coup ne t'atteint jamais, tu bloques le coup de ton crochet avant d’envoyer voler le bâton pour fixer Kosta d'un regard noir et méchant, allure inquiétante malgré tout légèrement atténué par la grosse bosse qui commence à pousser sur ton front. Cela dite, Kosta à le bon gout de paraitre désolé, et te fait un beau sourire hypocrite et étincelant de blancheur.

    -Coco ! Action !

    Derrière Kosta Coco laisse tomber son den den géant sur le sol. Une de ses mains descend à la taille et il effectue un superbe saut vrillé sur place, retombant sur un pied exactement au même endroit dans une de ses postures complexes qu'adorent les spécialistes des arts martiaux. Et tendu entre ses deux mains il tient maintenant sa ceinture dont les deux boucles ont l'air étrangement aiguisés.

    -HIIIIIII !

    Et pendant que Meylin balance brusquement un énorme collier en or autour du cou de Kelly avant de lui sauter dessus pour l'étrangler, que Kosta sort un den den et se met à y hurler des ordres à toute vitesse, Coco se jette sur toi avec la vitesse et la souplesse d'un serpent à sonnette pour te découper avec son arme improvisée.

    Non mais ? C'est quoi ce script ?
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Dim 21 Avr 2013 - 0:50

La petite tête du borgne se trouvait être le théâtre d’un combat acharné entre un profond sentiment d’incompréhension totale et d’une forte envie d’écraser son poing de la petite tête de Kopakolalis qui commençait à vraiment le prendre pour le dernier des cons. Il jeta un coup d’œil à Kelly, l’archéologue était aux prises avec l’Hurleuse aux deux airbags. Dans un tout autre contexte, il aurait pu regarder la scène longuement en fumant une cigarette. Mais là, la rouquine avait l’air de vraiment vouloir se faire l’archéologue, sans esprit mal placé hein … Il ne pouvait pas la laisser crever là, c’était indigne d’un preux chevalier … Mais il devait déjà se débraser de l’autre binoclard caméraman qui jouait au ninja. Cela doit être un truc ça encore chez les binoclards, d’être des petits nerveux excentriques. Enfin celui ne pourrait jamais être pire que celui qu’il se coltinait quotidiennement sur le Susanoo … Non parce que niveau chieur à lunette, Hayato se posait là. Il n’y avait plus qu’à espérer que celui qu’il avait en face de lui ne pouvait pas changer ses membres lui aussi en ressort. Toujours est-il que le bougre avait une arme bien emmerdante. C’était quand même un peu glauque de se battre avec une ceinture non ? C’est le genre de truc qu’on utilisait pour frapper une donzelle un peu récalcitrante ou un gosse un peu trop bavard, mais pour un combat viril d’homme à homme … Cela ne fait quand même pas bien classe. Toujours est-il que c’était une arme qui s’avérait à sa grande surprise extrêmement efficace. La trajectoire des coups était en effet extrêmement difficile à anticiper, et la souplesse de la ceinture permettait d’enchainer les coups rapidement. C’était une sorte de nunchaku mais en mieux en somme.

Le borgne se contentait d’esquiver les coups qui pleuvaient sur lui, et cela de façon suffisamment habile pour s’en sortir qu’avec des petites coupures bégnines. Ce type était plutôt doué, il parvenait à garder ses distances à la perfection tout en l’empêchant de s’approcher de Kelly. C’était peut-être pas si con finalement de se battre avec une ceinture, faudrait qu’il y pense. Quoi que ça doive quand même avoir ses désavantages … Oh ça y est, il avait un plan pour immobiliser ce type suffisamment longtemps pour voler au secours de Kelly. Il attendit un nouvelle attaque du dénommé Coco. Elle eut le bon goût de ne pas trop se faire attendre. Un ample mouvement du binoclard, et sa boucle de ceinture filait dans sa direction du bas vers le haut. Il l’esquiva en pivotant sur le côté. Puis il bondit en direction de son adversaire, au niveau de ses genoux. D’un geste ferme il attrapa le pantalon du bougre, et tira vers le bas. Pour ceux que ça intéresse, Coco portait un petit caleçon à pois rouges du meilleur goût. C’était sa chance. Il fonça en direction des deux gonzesses. Coco occupé à remettre son pantalon n’eut pas le temps de l’intercepter. Le borgne frappa la rouquine du genou sans vergogne. Preux chevalier oui, mais pas trop hein … Après tout on se refait pas. Il jeta un coup d’œil à la petite archéologue. Bon au moins elle n’avait pas un teint de peau violacée, c’était qu’elle n’avait pas trop manqué d’air. Au sens propre, hein les petits malins.

On est quitte pour le serpent. Lui dit-il un sourire de coin aux lèvres.

Coco et sa rouquine de collègue ne semblèrent pas vraiment être touchés par l’aspect romanesque de la situation, jetant tous deux un regard noir au borgne. Ce dernier cherchait Kosta des yeux mais ne parvenait pas à la trouver. Où est ce qu’il était celui-là ? Pas le choix, fallait qu’il se débarrasse de ces deux-là avant que l’autre n’ai le temps de finir lui foutre un nouveau coup de canne. La ceinture de Coco lui offrait une portée importante mais pas autant que ce que pouvait lui offrir sa chaîne quant à la rousse … Il ne lui laisserait même pas le temps de bouger. Le borgne sauta, il balança sa chaine en direction de Coco qui surprit se prit le crochet en pleine tête. Il alla s’étaler dans un tas de pièces. Il y avait pire comme lieu de repos vous me direz. A peine avait-il les deux au sol que la rousse était sur lui, enfin prenez pas ça au pied de la lettre. L’échange qui s’en suivit, fut d’ailleurs bien loin d’être galant. Là où l’autre voulait le saloper avec sa ceinture, elle était plus classique, elle frappait avec longue chaine en or. Ah les femmes et leur amour des bijoux. Enfin il n’en fallut pas longtemps pour qu’il s’en débarrasse d’un revers de crochet. Il jeta un regard dépité à la rouquine allongée sur son lit dorée. C’est quand même bien dommage de devoir assommer une aussi jolie fille … Cela lui faisait penser qu’il n’avait pas entendu de remarque acerbe de l’archéologue. Il se retourna brusquement. Kosta tenait Kelly fermement, le même sourire de snobinard arrogant qu’à l’habitué. C’était officiel il ne pouvait pas le blairer.

Je vais reposer la question une fois, après si je n’ai pas la réponse qu’il me plait, je serais beaucoup moins sympathique croyez-moi Monsieur Kopacabanis. Qu’est-ce que c’est que ce bordel
?
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 29 Avr 2013 - 10:51


    -Kropopolakis ! Faites un effort au moins ! Sinon je la tue !
    Kosta recule lentement en continuant de menacer Kelly… Vu ses fréquents regards en arrière il attend quelque chose, ou quelqu’un. Une attente rapidement comblé puisque un instant plus tard débarquent en courant tes quatre premiers adversaires, les deux vrais agresseurs qui étaient peut être des faux et les deux faux qui sont finalement surement des vrais…

    -Ah ben quand même, j’ai failli attendre ! Tabassez moi ce type, et ne vous manquez pas cette fois ci !
    Et pendant que les quatre types se dispersent un peu pour essayer de t’attaquer un par un en venant d’angles d’attaques différents, Kosta ne peu s’empêcher de se lancer quelques fleurs..

    -Tu vois, j’avais tout prévu depuis le début ! Je suis le dernier descendant vivant des constructeurs de ce temple, tout cet or est à moi ! A moi tout seul ! Et je ne laisserai aucun archéologue me le prendre ! AHAHAH ! Je vous ais piégés et utilisés depuis le début !
    -Vous dites n’importe quoi ! Vous n’avez utilisés personne, et de toute façon c’est moi la dernière ! Votre ancêtre à vous était juste un voleur qui s’est fait viré de l’ile !
    -Pas du tout, c’était le grand prêtre ! Et vos sales ancêtres l’ont jeté dehors avec sa famille !
    Les quatre gros bras se rapprochent et tu es obligé de te détacher un instant de l’intéressante querelle générationnelle du moment pour te concentrer sur le combat à venir. Après tout, ils sont quatre et pourraient parfaitement avoir fait exprès de perdre tout à l’heure. Et ils sont d’autant plus dangereux qu’ils viennent de s’équiper de certaines des armes ornementales qui trainent au sol dans le coin… Et il faut aussi compter avec le retour de Coco, qui, plus coriace qu’il n’y parait s’est redressé et te balance sur la gueule tout ce qu’il peut trouver, couteau, machette, pierre précieuse, coupe, statuette de brebis en or, fruit pourri...

    -Non !
    -Non !
    -Hein ?
    -Malheureux, il ne fallait pas jeter la statue !
    -Ni le fruit !
    -Non, surtout la statue !
    -Ah oui ? Et pourquoi la statue ? C’est le fruit du démon qui est important espèce de cruche !
    -Pas du tout, ce qui était important c’était de ne pas déplacer la statue qui déclenche la cérémonie d’offrande !
    -Ah oui, et pourquoi mademoiselle je sais tout ?
    -Parce que ça précipite tout le trésor dans les entrailles de la terre ! Et nous avec !
    -Ah…

    Et profitant de l’instant de silence, le cliquettement d’un mécanisme probablement animé de très mauvaises intentions retenti sinistrement dans la salle..

    -HIIIIIII !

Contenu sponsorisé



Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant