AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Comme un grain de sable [quête]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Mar 5 Mar 2013 - 0:35

Rappel du premier message :

Le borgne avait laissé les Bloody Sorrow pour explorer un peu les îles au large du cap des jumeaux. Non pas par amour de l’exploration mais pour se changer les idées. L’équipage se remettait difficilement des dégâts reçu lors du passage de Reverse, de lourd dégâts même. Le navire était sévèrement endommagé, le capitaine dans le coltard et Grey disparu. L’équipage n’était plus qu’une ruine. Une ruine dont il se retrouvait gardien malgré lui. Il avait confié Drogo et le navire à Zarechi avant de partir dans une chaloupe exploré une petite île qui pointait à l’horizon. Il avait besoin d’être seul. L’atmosphère qui régnait à bord du Susanoo était plus que morbide et ça se comprenait. Il n’aimait pas ce genre d’ambiance pas plus que tout le monde, mais ayant une très mauvaise tendance à tomber dans la nostalgie gratuite et les dépressions chroniques, il avait préféré s’évader un petit moment de tous ses problèmes histoire d’avoir l’esprit tranquille. Le capitaine était entre de bonnes mains, Zarechi était peut-être pas le plus malin de l’équipage (place que Galowyr se réservait), mais sous ses airs d’ahuris et d’attardé  se cachait un toubib compétent et un combattant plus que valeureux. Qu’un abruti tente de s'en prendre au capitaine et le gosse lui ferait la peau. Non, il pouvait les laisser quelques jours. Lui ça lui changerait les idées, et les autres ça leur éviterait de se taper un borgne bourré et désagréable toute la journée.

Alors qu’il ramait tranquillement, il réfléchissait à tout ce qui c’était passé depuis ce jour à Luvneel, où il avait abandonné sa vie de petite crapule pour la vie de pirate. Il marchait sur les traces de son défunt père. Mais les Dieux ne semblaient pas pour autant avoir oublié à quel point ils prenaient un malin plaisir à lui pourrir la vie. Sa jeunesse, son œil, sa main, son père et ses équipiers et maintenant voilà qu’il venait de lui prendre Grey. Le rouquin avait disparu dans la descente de Reverse, sans doute mort à l’heure qu’il était. Lui et Galowyr n’avaient jamais cessés de s’engueuler, mais depuis qu’il n’était plus là, le borgne se rendait compte à quel point cette pseudo rivalité entre lui et le canonnier lui tenait à cœur. Il avait perdu un frère ce jour-là. Voir Drogo titubé sur le pont après qu’il ait descendu une bouteille de rhum cul-sec lui manquait aussi, peut-être ne se réveillerait il jamais ce sale gosse. Il stoppa la barque et jeta un coup d’œil à l’océan qui s’étendait à perde de vue tout en allumant une cigarette. Ce monde immense se dressait devant lui, comme une promesse de milliers d’aventures et de rencontres. Pour son père, pour Grey et pour tout le reste de l’équipage, il se devait de ne pas baisser les bras, il explorait ce vaste monde et en découvrirait tous les recoins. A commencer par cette maudite île.
 
Beaucoup de coups de rame (j’aimerais bien vous y voir avec un crochet en train de ramer) et quelques cigarettes plus tard, il posa enfin les pieds sur cette maudite île. Il avait débarqué sur une plage sablonneuse recouverte de cocotiers épars qui aurait fait un malheur sur une carte postale. Ce n’était pas sur ce genre de décor qu’il allait vivre quoi que ce soit d’excitant ou de surprenant. Enfin du moment que ce foutu sable ne lui rentrait pas dans les bottes, saloperie, il n’aimait pas le sable ça se foutait partout dans les vêtements et en plus ça collait. Cigarette toujours au bec, il commença à s’éloigner du littoral et à s’enfoncer plus profondément. La végétation se faisait de plus en plus dense au fur et à mesure qu’il avançait et ce fut un miracle qu’aucune des cendres incandescentes de ses cigarettes ne mettent le feu à ce tapis de feuilles et d’herbes hautes. D’ailleurs si ça n’aurait tenu qu’à lui il aurait cramé tout ça. Et oui, il n’aimait pas non plus les forêts. Enfin forêts, disons plutôt petite jungle, les arbres se faisaient de plus en plus touffu et rapprochés. Les rayons du soleil peinaient à percer  le feuillage des arbres et l’endroit se faisait de plus en plus sombre. Bah, un peu d’ombre n’avait jamais fait de mal à personne. Par contre ces foutues branches commençaient à vraiment l’emmerder. Il se fraya un chemin à grand coup de crochet à travers la végétation. Si Mère Nature voulait l’emmerder, elle allait déguster.

Alors qu’il s’apprêtait à prendre une énième pause clope de la journée, il lui sembla entendre des voix au loin. Ah, tant pis pour le cliché de l’île déserte, du moment qu’il le troquait pas pour celui de l’île peuplé d’anthropophage ça lui allait. Curieux de nature, sa curiosité fut encore plus attisée lorsqu’il lui sembla entendre une voix féminine. Et bien si la tribu qui vivait là manger les explorateurs, au moins il aurait peut-être la chance de croiser un ou deux jolies minois. Il se remit en marche mais cette fois en direction des voix qui se révélèrent être plutôt proche. Soulevant encore une de ces foutues branches, il finit par tomber sur les responsables. Il fut doublement et heureusement surpris. D’une, il échappait à l’habituelle tribu cannibale, et de deux se dressait devant lui une ravissante créature qui d’après ses critères semblait bien être une fille. Par contre les loustiques qui lui tapaient la discute étaient non seulement bien moins agréable à regarder mais en plus beaucoup moins amicaux. Il en tenait pour preuve leurs sales trognes mais en plus les armes qu’ils avaient à la main.

Vs’ en faites du bruit les gars, on vous entend à des mètres à la ronde. Vous êtes au courant que pour les rendez-vous galants il y a des endroits plus classes que les îles désertes ?

Non mais très sérieusement, qu’est ce qu’il pouvait bien foutre ces gaillards sur cette île paumée ? Il avait bien envie de le savoir tiens. Puis bon pour une fois qu’il y avait une nana dans les parages, il n’allait pas la lâcher trop vite.


Dernière édition par Galowyr Dyrian le Sam 28 Déc 2013 - 16:34, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Ven 10 Mai 2013 - 1:01

Faudrait qu’un jour on lui explique pourquoi les constructeurs de temples adorent  tant les pièges. Bon à la limite, les pièges avant la salle du trésor bah c’est normal faut pas non plus que le premier pignouf venu vienne choper tout le magot. Mais après bordel de merde, vous n’allez pas me dire que ce n’est pas une marque de pure sadisme ça ? Non mais sérieusement le pauvre type qui passe le couloir de la mort et les murs rétractables pour se retrouver en chute libre entouré de gros bras peu sympathiques. Vraiment pour cette histoire de mécanisme foireux dans la salle du trésor, c’était forcément, les constructeurs qui s’étaient fait refourgué une trappe géante et qui n’avait pas voulu gâcher. Ce mauvais gout architectural mis à part, les débats  familiaux de l’archéologue et du type au nom imprononçable ne l’avait guère intéressaient. A part peut être la mention d’un fruit du démon. Ça avait fait tilt dans sa tête. L’imagination débordante du manchot, formait dans son esprit des images de lui balançant boules d’énergie et autres lasers. Oui, le borgne n’avait jamais entendu parler du fruit du murmure. Il lui fallait absolument ce fruit. Enfin … ce n’est pas forcément évident quand on n’a pas les deux pieds sur le sol. Et il avait beau se creuser la tête, il ne parvenait pas à se souvenir d’avoir combattu sans avoir les pieds sur terre. Il allait falloir innover dans ce cas-là. Son cerveau édifia au plus vite un plan de bataille. Etape 1, défoncer les hommes de mains de Kosta, étape 2, défoncer l’autre enfoiré de Kifflepastis, étape 3 choper le fruit et si possible avoir enfin son ticket avec Kelly. Simple mais efficace.

Tout en tombant il regarda autour de lui. Le tunnel dans lequel les explorateurs tombaient était beaucoup plus sombre que la salle du trésor. Il fallut d’ailleurs un court instant pour que son œil s’adapte à la pénombre ambiante. C’est alors qu’il sentit soudainement une pression sur son dos. L’autre enfoiré avec la tête de fouine venait de s’accrocher dans son dos. Le surplus de poids fit accélérer sa chute tandis que son fardeau avait le mauvais gout de lui envoyé des coups de poing dans les côtes. C’était le moment où il fallait se décider à être créatif en matière de combat aérien. Surtout que si le type à tête de mustélidés était déjà littéralement sur son dos ses petits copains devaient pas être bien loin. Bien décidé de se libérer de l’étreinte de son adversaire qui commençait à vraiment le chauffer. D’un geste brusque du cou, il expédia le haut de son crâne dans le menton de son adversaire obligeant ce dernier à stopper ses attaques. Usant de la vitesse de sa chute, il pivota sur lui-même faisant face à la Fouine. Il tendit de suite la jambe, laissant l’estomac de l’autre enflure s’embrochait sur son pied. Tournant de nouveau en l’air, il expédia son autre jambe dans le visage du bandit. Alors que le borgne se croyait enfin débarrassé, vla que la silhouette des trois autres lascars se dessinait dans la pénombre. Sans parler des sabres dans lesquels se reflétaient le peu de lumière ambiant. Le tout fonçant bien entendu sur lui à pleine vitesse. Puis quand trois types vous foncent dessus à pleine vitesse sabre au clair, vous imaginez comment ça finit. Mal le plus souvent. Mais le borgne n’avait aucune envie que ça finisse mal. Et autant qu’il s’en souvenait ce n’était pas inscrit dans ses plans de se faire savater par des hommes de mains. D’un geste devenu quasi mécanique, il enclencha le mécanisme caché de son crochet. La chaine ne tarda pas à filer vers le sale type le plus proche, s’enroulant autour du bras tendu de l’un des vauriens. Toujours dos à la fosse béante dans laquelle il tombait, Galowyr tira violement sur la chaîne. Son adversaire fut attiré vers lui à pleine vitesse, le poing du borgne s’enfonça dans l’estomac du type qui poursuivit sa descente inconscient.  

C’est alors que ses deux collègues surgirent l’un et l’autre, l’un à gauche l’autre à droit. Leurs deux lames tracèrent une croix ensanglantée sur le torse du borgne qui cria de douleur. Serrant les dents, il sentait sa chute s’accélérait de plus en plus, tandis que la douleur engourdissait son corps. Calme, il devait rester calme. Il avait déjà vaincu ses types une fois, il pouvait tout à fait recommencer. Mais comment ? Ses deux types avaient des lames acérés, et ils étaient au-dessus de lui. Et ils ne se laisseraient pas surprendre par le coup de la chaine à moins que …

Le borgne lança de nouveau sa chaine dans les airs faisant siffler l’air. Passant bien loin des deux hommes de mains qui tête la première fonçait vers Galowyr à une vitesse impressionnante. Elle fila s’enrouler autour d’un piton rocheux. La chute du borgne se stoppa brusquement lui arrachant une douleur atroce dans son bras crocheté.  Bah il avait déjà perdu un œil et une main il était plus à ça près. Cet arrêt soudain surpris les deux épéistes qui se retrouvèrent en dessous du borgne qui se laissa volontairement tombé après leur passage. Profitant de cet effet de surprise, il leur expédia ses deux coudes dans leur dos respectif. Pas de jaloux.

Etape 1 terminé. Il fallait maintenant qu’il s’occupe du patron. Poursuivant sa chute, il se laissa tomber tête la première en tentant de ne pas se laisser griser par la vitesse. Il lui sembla soudain distinguer droit devant lui, la silhouette de l’odieux individu et de Kelly. C’était le moment où il aurait fallu une musique hippique comme dirait l’autre. Le borgne serra le poing. La douleur de son torse était toujours vive, mais son envie d’en découdre avec l’odieux metteur en scène était plus forte. Il allait lui montrer que certes il était un borgne manipulable, mais qu’il ne fallait mieux pas qu’il s’en aperçoive. Puis de toute façon, un type avec un nom pareil ça ne pouvait que mériter des tartes en pleine tronche.


Dernière édition par Galowyr Dyrian le Sam 28 Déc 2013 - 16:49, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Lun 20 Mai 2013 - 13:40


    Kelly qui une fois de plus n'a besoin de personne et qui mord sauvagement la main qui la menace avant de se libérer et d'aller te heurter de plein fouet et de t'attraper pour te hurler dans l'oreille.

    -Si tu attrapes le fruit ne le mange pas tout de suite ! Il va falloir nager !

    Nager ? Nager dans un trou ? N'importe quoi...

    Tu en es la de tes réflexions quand Kropopolakis, le fruit, toi, Kelly, tout le reste de la bande et plein de bouts de trésors percutez en ordre dispersé une surface tout ce qu'il y a de plus liquide. La surprise est de courte durée, c'est de l'eau, et elle est tout ce qu'il a de glacé.

    Il vous faut quelques instants pour vous remettre du choc, remonter à la surface et constater que vous êtes tout au fond d'un énorme puits et qu'un lichen fluorescent tapisse les parois et vous permet d'y voir. Quelques instants qui permettent au plus rapide ou au plus obsessionnel de renouer avec ce qu'ils étaient en train de faire juste avant la chute...

    Kosta repère le fruit qui flotte et se met à brasser furieusement dans sa direction, les hommes de main estiment qu'en milieu aquatique ils auront surement l'avantage, et tentent immédiatement de t'empoigner en groupe pour t'envoyer apprendre à respirer sous l'eau.. Quand aux deux filles, Kelly a visiblement trouvé un nouveau truc a observer et compte a rebours de façon tout à fait énigmatique, et Merylin de son coté, tiens ou est Merylin ?...

    -4... 3... 2... 1... Attention, on remonte !

    Et a zéro tout le monde découvre avec plus ou moins d'étonnement que le puits est avant tout un nid de geyser. Et que vous êtes arrivés au moment précis ou celui ci décide de se manifester pour prendre l'air à l'extérieur. Un bruit de siphon vous emplit les oreilles et vous retrouvez a remonter à toute vitesse le conduit que vous venez de descendre. Droit vers cette petite lueur de ciel que vous apercevez très loin au dessus de vos têtes...

    -HIIIIIIII !

    Ah... Tout va bien, elle est encore la...


avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Mar 21 Mai 2013 - 20:45

De l’eau au fond d’un trou en voilà une bonne idée. Tellement bonne que ça en devenait presque étonnant même. D’habitude les salopiauds qui construisent des temples maudits et autres joyeusetés collent piques et autres pieux au fond des trous. Dispositif des plus simples, mais qui présentaient le double avantage d’être facile à installer et de combiner l’efficacité des armes blanches et des fosses. Le tout donner un piège simple à utiliser et incroyablement efficace. Cela expliquer surement son succès. Par contre l’intérêt de l’eau au fond d’un trou … Bah là il le voyait pas. Enfin pas pour tuer, à moins que la personne piégée ait les pieds coulés dans le béton …. Voilà le genre de pensée qui occupait l’esprit de Galowyr lorsque les mains des odieux hommes de main l’agrippèrent. Ces saloperies étaient coriaces. Ils les avaient déjà vaincus deux fois, c’est trop difficile pour ces abrutis de comprendre qu’il n’avait aucune chance ? L’obstination chez les autres provoquer l’énervement chez le borgne autant que la sienne pouvait à bien des égards le rendre fier. Peu importer, qu’il essaye encore une centaine de fois cette bande d’abrutis, ils se prendraient une centaine de coups de pied au cul ça les calmerais. Ce fut à ce point de réflexion qu’il était arrivé quand un bruit sourd résonna dans la caverne. Un vrombissement d’origine inconnu qui donna l’impression que les murs de la caverne vibraient d’eux même. Un râle provenant de la terre, elle-même. Connerie de hippies oui, aurait répondu le borgne. Car ce n’était pas la terre qui grondait mais l’eau. Ce fut le moment où le borgne découvrit que les geysers n’étaient pas qu’une simple légende urbaine comme pouvait l’être les crocodiles dans les égouts ou les politiciens honnêtes. Non cela existait bien. L’eau glaciale devint brulante lors de la remontée de l’eau chaude, la vapeur remplit peu à peu la caverne puis le borgne sentit une force colossale le tirer vers le haut, lui et les autres raclures qui le tenaient mais aussi Kosta, Kelly et la bonnasse dont il avait oublié le nom. Et là tout se passa très vite. Trop vite même. Il fut projeté à vitesse grand v vers le sommet de la fosse d’où s’échapper les rayons du soleil. Lorsque le jet d’eau franchit le sommet du trou qui s’avéra être un trou perçait à même a pyramide, la lumière l’éblouit. Puis la force qui le tirait vers le haut s’arrêta, la suite et simple à deviner et tiens en un mot. La chute. Et ensuite plus rien, le noir.

Lorsqu’il rouvrit les yeux, il était toujours trempé et un papier de clopes de foutu un. Sans parler du briquet. Sans parler des heures qu’il allait devoir passer à repasser cette putain de manteau. Il dégagea les mèches de cheveux trempées qui obstruaient sa vision et se releva. La chute avait apparemment dispersé le groupe. Ou en tout cas personne n’était dans son champ de vision. Cherchant Kelly des yeux, il regarda à droite à gauche dans l’espoir de l’apercevoir et de pouvoir enfin récolter le fruit de ses efforts. Le fruit de la passion comme l’aurait dit un chanteur populaire. Le borgne se situait sur un promontoire rocheux à proximité de la pyramide qui donnait sur l’immense mer de végétation luxuriante qui s’étendait à perte de vue, une véritable carte postale. Et c’est là qu’il le vit.  Ce maudit fruit. Là comme un petit prince sans aucun dommage, luisant au soleil. Pour le borgne le fruit s’apparenta soudainement à un petit bourge  toisant avec mépris, un vieux clodo trempé par la pluie et sentant le chien mouillé. Il se sentit étrangement en colère, mais se rendant rapidement compte du ridicule que pouvait avoir le fait d’être énervé contre un fruit, il se ressaisit rapidement et s’avança bien déterminer faute de pouvoir récolter le fruit de la passion celui du démon. Ce dernier présentant autant si ce n’est plus d’intérêt que le premier. Mais alors qu’il se baissait pour saisir cette nourriture de gonzesses maudite, il reçut un violent coup dans le dos. Bordel de merde deux fois dans la même journée. Ça ne pouvait être que cette sale crapule de Dostoïevskis. Le coup bien plus puissant que le précédent l’avais envoyé mordre littéralement la poussière.

Saisissez-vous de cet abruti.

Kosta apparemment fier de lui commença à caresser le fruit comme l’aurait fait Mamie Joëlle avec Miaous son petit chat préféré. Les hommes de mains de Kosta le soulevèrent alors du sol pour le saisir fermement.

Le voilà enfin, le fruit du démon de mon arrière arrière …. Arrière grand papi est entre mes mains. Et je n’ai même pas eu à me salir les mains, je suis le meilleur.

S’en suivit un rire maléfique des plus convaincants accompagnés d’un sourire carnassier comme le voulait l’usage avant de lâcher la réplique culte de tout bon méchant manipulateur.

Vous êtes tout à fait inutile maintenant Monsieur Battor. Débarrassez-moi de ce type.

La rage qui bouillait à l’intérieur du borgne explosa à ce moment-là. Ce sale type l’avait roulé dans la farine du début à la fin. Plus que d’avoir été manipulé, il y avait aussi le fait que sa carrière de brillant acteur de film populaire n’aurait sans doute jamais lieu. Et cela, il ne le pardonnerait pas à Kosta. Même si bien sûr et comme toujours, même si c’est moins romanesque, il y avait bien entendu une furieuse envie de rester en vie. D’un mouvement brusque du coup, il frappa de la tête le menton de celui qui le tenait, à trois reprises jusqu’à ce que celui-ci cède. Et sans se préoccuper des larbins se ruèrent directement sur le chef pour le saisir d’un superbe plaquage qui les projeta tous deux dans le vide. Kosta tenait le fruit aussi fermement que l’aurait fait une mère pour son enfant. Chutant tout deux du promontoire sur lequel ils se trouvaient, ils chutèrent au sein d’une jungle extrêmement dense. Il n’en fallut pas longtemps pour que les deux adversaires se relèvent. Le faux réalisateur et son faux acteur se jetèrent mutuellement un regard de haine qui leur épargna un fastidieux discours du type « je vais te casser ta sale petite tronche ». Tenant le fruit d’une main, et sa canne de l’autre à la manière d’un bretteur, Kosta entendit patiemment un assaut de son adversaire. Le borgne souleva un sourcil. Ce sale con pédant savait il se battre ?

Plus que bien oui, Le premier assaut du borgne fut un échec cuisant, d’un simple mouvement du poignet, le pilleur de temple bloqua le crochet du borgne avant d’expédier un coup de pied au borgne l’obligeant à reculer. Un sourire narquois se dessina sur ses lèvres tandis qu’il faisait tournoyer sa canne dans sa main droite. Cet abruti attendait patiemment que ses larbins arrivent. Ce type se plaçait définitivement dans la catégorie salaud. Le borgne qui comme déjà dis était du genre obstiné lança un autre assaut puis un autre et encore un. Sans parvenir à passer la garde de son adversaire dont le sourire auto satisfait n’avait pas cessé. Une idée lui vint alors, d’un geste devenu mécanique, il déploya sa chaine non pas pour lancer son devenu célèbre Galowyr Tornado, mais pour quelque chose d’un peu plus simple. Comme un pêcheur qui lance sa ligne, il lança son crochet qui alla se planter devinez ou ? Dans le fruit du démon, qu’il ramena vers lui à l’aide du mécanisme de rembobinement de la chaine. Saisissant le fruit de la main, et sans piper mot le borgne prit ses jambes à son cou et fila dans la jungle. Ou du moins il essaya avant de se payer une de ces fichus de racines noueuses et de chuter lourdement sur le sol. Il n’esquiva la canne de Kosta que de justesse. Evitant sans doute de voir sa cervelle se répandre sur le sol. Fin bien préférable à bien des égards. Le borgne se relevant habillement regarda Kosta d’un sourire des plus amusés.

C’est fini Kroquettepourcanis je l’ai croqué. Ce truc est aussi inutile que des lunettes de soleil pour aveugle.  Dit-il tout en désignant l’encoche laissée par le crochet.

La réplique fut un succès modéré. Certes le vilain de l’histoire sembla croire ce que lui racontait Galowyr, mais l’excès de rage qui s’en suivit fut on ne peut plus préjudiciable au pirate. Kosta dans une colère noire lança une série d’attaque furieuse à l’encontre du borgne. Le borgne para les attaques de son adversaire comme il pouvait, reculant irrémédiablement. La canne le frappa a niveau des côtes la douleur le fit lâcher le fruit qu’il tenait de sa main valide. Il répliqua au coup immédiatement en frappant Kosta au visage de sa main nouvellement libérée. Une rixe violente s’en suivit. Les coups de poings succédaient aux coups de cannes à un rythme effréné. Kosta qui s’était toujours montré distant et supérieur, s’était totalement lâché et se battait avec une rage et une colère insoupçonnée. Il ne tarda pas à prendre le dessus sur le borgne malgré un combat qui semblait équilibré. La blessure fais par les larbins de Kosta à Galowyr lui donnait l’avantage. Grimaçant de douleur le borgne opposait une résistance farouche mais qui s’atténuait de plus en plus en plus. Un revers de la main de Kosta l’envoya heurter un arbre. Adossé à celui-ci le borgne regarda Kosta s’approcher lentement, sa canne tournoyait entre ses doigts et le regard que lui jetait l’enfoiré en costume vert était sans équivoque. Le type avait une furieuse envie de lui écraser la tête à coup de canne. Le borgne voulut se relever mais son corps semblait peu disposer à l’écouter. Usant de toute sa volonté il parvint à se remettre sur pieds mais sa démarche chancelante ne laissait aucun doute sur le résultat de l’ultime passe d’arme qui allait suivre. Kosta arma son coup, mais celui-ci ne vint pas son bras fut soudainement retenu par un objet qui ressemblait à s’y méprendre à un fouet. Au bout de celui-ci Kelly sourire aux lèvres tentait de retenir le pilleur de tombe de toute ses forces. Elle y parvint l’espace d’un court instant. Instant qui fut suffisant à un Galowyr à bout de force pour mettre à bas son adversaire d’un puissant coup de crochet verticale maculant de rouge le costume vert impeccable de Kosta.

Qu’est-ce que …

Ce furent les seuls mots que Galowyr entendit avant que son adversaire ne s’écroule. Le borgne se tourna vers l’archéologue un sourire crispé par la douleur aux lèvres.

Mort ?

Non, juste un mauvais coup il devrait s’en sortir. Enfin si ses larbins ne mettent pas trop de temps à le retrouver. Je crois qu’on est quitte mademoiselle en détresse. J’avais bien dit que le fouet s’était une bonne idée.

Tout à fait monsieur le beau brun ténébreux.

Ce fut là qu’elle lui expliqua tout, qu’elle avait expulsé du geyser plus loin que les autres avec Kelly dont elle avait réussi à se débarrasser à l’aide de ce superbe fouet expulsé avec eux de la salle du trésor. Elle avait ensuite était attiré par le bruit de combat jusqu’ici. Par contre lorsque le borgne lui demanda où elle avait bien pu apprendre à se servir d’un fouet, la seule réponse qu’il put obtenir fut un « vas savoir » le tout accompagné d’un sourire des plus équivoques. Ce qui fit rougir le borgne sans qu’il s’en rende compte. Il lui fallut quelque seconde pour remettre la main sur le fruit du démon qui était toujours étrangement immaculé alors que lui était couvert de boue. C’est à croire que cette saloperie se fouttait de sa gueule en plus. Il le saisit. C’était une prise intéressante, il pourrait bien se la péter en revenant sur le Susanoo. Si avec ça il ne devenait pas un vrai caïd c’est qu’il y avait un problème. Enfin ces histoires de pirates attendraient. Il se tourna vers Kelly avec un sourire.

Faudrait mieux qu’on file avant que ses larbins ne débarquent.

La jeune fille acquiesça de la tête. Et les deux nouveaux compagnons s’enfoncèrent dans la jungle, le borgne ne savait pas vraiment où il allait mais bon Kelly devait bien savoir elle.

Sinon tu connais l’histoire de l’aveugle et de la rappe à fromage ?




Dernière édition par Galowyr Dyrian le Sam 28 Déc 2013 - 16:33, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mar 21 Mai 2013 - 23:22


    -Argghhh...
    -Maitresse, on l'a retrouvé ! IL est vivant !
    -Est ce qu'il a le fruit ?
    -Argghhh...Mon amour...
    -Non je crois pas maitresse. C'est surement le borgne qui a mis la main dessus...
    -Abrutis consanguins ! Mon plan était parfait et vous avez encore tout fait louper ! Je retiendrais le prix de ce fruit sur vos cinquante prochaines années de salaire !
    -Pupuce...
    -Oh toi ça suffit hein ! Relèves toi et arrête de geindre ! Tu as fait assez de dégâts comme ça...
    -Oui mon lapin, pardon. Je suis désolé...
    -Et bien ce n'est pas assez ! Comment vas tu payer mon train de vie maintenant hein ? Et mes bijoux ? Et mes esclaves ?
    -Gnnh... gne film ?
    -Et articule ! Tu sais très bien que je supporte pas plus cet accent bidon que ce nom ridicule !
    -Je suis désolé mon soleil... Je disais que peut étre... On pourrait euh... Monter les images ? Après tout, l'escargoméra a tout en réserve...
    -C'EST N'IMPORTE QUOI ! Qui paierait pour voir des types éviter des pièges dans un temple perdu hein ?
    -Ben euh, moi maitresse...
    -Moi... Moi aussi je pense...
    -Ah oui ? Humm... Alors peut être que j'ai parlé trop vite... Chéri ? Qui c'est qui va faire un beau film a son amour hein ? Oh mais... Mais tu es blessé ! On rentre à la maison tout de suite !
Contenu sponsorisé



Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2