AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Les gâteaux c'est bon

Invité
Invité


Sam 23 Mar 2013 - 13:04

Suite à la rencontre de la future mère de mes enfants, je n’ai plus de haine en moi. Je suis en paix. Une sensation que je découvre pour la première fois. C’est dans cette période que j’ai découvert les gâteaux. La meilleure nourriture au monde ! Je me promène normalement, puis je passe devant une pâtisserie. Je me dis que je n’ai jamais goûté leur aliment. Etant de bonne humeur, j’entre confiant et me disant que je vais payer pour une fois ! Je regarde un peu tout ce qu’il y a. ça m’a l’air gras. De la crème gentille et d’autres choses qui font que ces gâteaux sont bien gros. Je prends donc une bouché d’un au chocolat poire. Mes yeux s’écarquillent, mais c’est
TROP BON MERSHI
Les gâteaux c'est bon Images?q=tbn:ANd9GcSuAZqRn4ibC04AxzoCjXHApcs9TO0ExPf5kXPo9bLP1Bl3Te30

Alors j’en prends d’autres, je m’arrête plus. Le vendeur sent qu’il va se remplir les poches. Il me sert avec un grand sourire tout en me proposant d’autre chose. C’est … Arg, j’ai pas de mot. Si je meurs maintenant c’est pas grave j’aurais eu le deuxième plus grand plaisir que j’ai jamais eux.
Les gâteaux c'est bon Images?q=tbn:ANd9GcSRCgt-GNGYBLzAL4Ux2PER4DzBpxQ5l4VHA8vrf2uJ7uCndJfw

Trop d’excitation c’est pas bon pour la santée ! Je paye le monsieur ! Si c’est vrai j’ai payé. Je sors avec des sacs remplis de bons gâteaux. J’avance à grands pas, heureux. Mais mon bonheur ne semble pas plaire à tout le monde. Un groupe de pirate vient d’arriver sur l’ile et il se trouve sur mon chemin. Moi la tête en l’air je ne regarde même pas où je vais. Je rentre donc sur leur leadeur et le salis par la même occasion.
Les gâteaux c'est bon Yakuza10

-Oups, j’vous avais pas vue ! Eh petit conseil la pâtisserie c’est le meilleur restaurant du monde. A plus.

Je repars comme si de rien n’était. Mais je me fais attraper par derrière par deux hommes qui me font tomber. Heureusement que j’suis pro en équilibre, je fais pas tomber mes gâteaux. Ouf c’était cho.

-Alors, tu vois pas que tu m’as sali ? Je passe l’éponge si tu lèches mes bottes remplies de boue, ça fera au moins une chose propre.

Moi, allongé je le regard la tête à l’envers. Je prends un gâteau et lance un croc en ralentit. Puis j’étouffe, je me redresse, tousse. Au final je vomis sur ces bottes. Beurk. J’avais trop mangé. Je me sens mieux d’un coup. Ça fait du bien. Je me relève. Il me parle mais je me tourne et me remets en route. Je l’ai complètement ignoré alors qu’il m’hurle dessus ce qui attire pas mal de regard. J’entends des lames qui sortent de leurs fourreaux. Les cinq qui l’accompagnent viennent pour me faire la peau. Je me retourne, et j’hurle

-Vous pouvez pas la fermer un peu j’suis en train de manger !

Surpris par un telle crie ils s’arrêtent et semblent s’excuser en penchant la tête. Leur chef s’énerve de nouveau et sort aussi son arme. Il tente de me trancher avec un coup horizontal. Moi avec un gâteau crème gentille et cerise dessus, je me penche en arrière et je vois ma petite cerise se couper en deux.

-Hep hep hep ! J’ai payé pour avoir ça ! Alors maintenant soit tu m’en achète une, soit … Ben tu m’en achète une.

Honnêtement j’avais rien trouvé d’autre. Mais bon, il accepte pas ma proposition. Je comprends pas pourquoi. J’ai été gentil pour une fois. Bon finalement j’ai pas trop le choix. Je vais poser mes gâteaux sur le côté, alors que la foule augmente petit à petit et se met à crier.

-Une bagarre, une bagarre !

Je me rapproche de la foule et garde mes gâteaux finalement. Je monte sur les épaules d’un gars et m’assieds.

-Youhou une bagarre une bagarre ! Eh, qui qui va bagarrer ?

Les gens me regardent comme si j’étais un abruti. Je les comprendrai jamais. L’autre me fait descendre de mon perchoir, j’suis pourtant bien placé pour admirer le spectacle. C’est vraiment des égoïstes les gens. Les six bretteurs foncent vers moi. Je descends et commence à esquiver les attaques. Je cours contre un mur et pose mes précieux sur le toit histoire que personne ne m’en prend pendant que je bagarre. L’un me fonce dessus la lame en avant, j’effectue une vrille ainsi qu’un balayage ce qui l’envoie au sol.

-TA TA TA TA TA TA TA TATATA

-Holé !


Trop bien, ils sont trop nuls. J’vais bien m’amuser. Ils effectuent des combinaisons les bougres. Ils courent autour de moi à cinq. Puis ils attaquent tous en même temps en sautant et en pointant la lame vers le bas. Je saute sur un côté et m’en sort par chance. J’me suis fait couper au bras droit mais c’est pas très grave. J’me lève et prends la posture du toréador.

- TA TA TA TA TA TA TA TATATA

-Holé !


Par contre je dois passer à l’action si je veux pas finir embroché. Je m’approche de leur chef qui me lance une attaque, j’esquive, saisi sa main et casse le coude. Je prends son arme et la pointe en direction des cinq restants. Le bras tendu, je bouge légèrement l’arme pour les perturber. Ils me regardent, finalement je me tourne et bouge mes fesses pour les provoquer. Je tape même dessus avec la lame que je viens de ramasser. La foule rigole et les bretteurs vexés viennent à la charge. Je bloque, esquive et les frappes avec ma main non armée. J’arrive à les écraser. Puis je prends une pose de toréador et fais une révérence au public qui a apprécié le spectacle.

-Pas mal, ça te dirait d’intégrer mon groupe ?

Un homme tranquillement assis sur le toit en train de manger mes gâteaux, il les a tout mangé l’enfoiré ! Il me montre même le dernier avant de l’avaler. Naaaan ! Mes gâteaux …

-Bon alors, si je te bats tu nous rejoins sa marche ?

-T’es un méchant tu m’as mangé mes gâteaux *Snif snif* Ouinnnnn !

-Quels individus sans cœur, manger les sucreries d’un jeune.


J’ai seize ans quoi. Bon c’est pas grave, j’vais me venger alors. Je lui fonce dessus et donne un coup d’épée, il esquive en me frappant la main ce qui me fait relâcher l’arme. Le combat au corps à corps commence. Je donne un coup de poing et lui passe sous mon bras et me donne un énorme coup dans l’estomac. Je crache du sang. Il me pousse avec son pied et je tombe sur le dos.

-Alors tu me rejoins ?

-J’SUIS GOLD ROGER ! UN JOUR TU SERRAS A MES PIEDS! *keuf*

-Hey, calme toi. Je t’achète des gâteaux si tu veux.

-Ça marche !


Nous partons direction la pâtisseries !
Invité
Invité


Lun 27 Mai 2013 - 12:45

Pendant le repas, le vrai boss âgé d’une quarantaine d’année me demande des renseignements sur le lieu. S’il y a une façon de se faire de l’argent sans trop se faire remarquer par les autorités. C’est des vieux loups de mer qui évitent les problèmes. Ils font des petits trafics et change d’ile quand on les repère pour éviter de se faire primer. Ils sont fans des armes blanches parce que tout le groupe porte un katana et personne n’a d’arme à feu. La raison de cela est toute simple, ils viennent de Shimotsuki. La dernière escale avant ici n’est autre que le Royaume de Bliss. Ils faisaient quelques trafique de bois et ce sont finalement fait infiltrer par deux jeunes marines. Deux petits novices qui ont neutralisé tout leur commerce qui a duré trois années. Il ne reste qu’une dizaine en liberté et ils sont tous ici. Voilà l’histoire.

Moi ce que j’ai entendu, pas grand-chose en réalité, j’étais face à un morceau de gâteau. Il savait qu’il ne pouvait me vaincre. Malgré sa consistance je le finirais. Je lance un croc en plein centre pour lui faire comprendre c’est qui le chef. Le bougre contre-attaque avec la crème chantilly. Il m’en met plein sur le visage. Hé hé hé. Ah d’autre.s Il croyait que je ne le mangerais pas s’il se collé a ma peau, c’est mal me connaitre ! Je m’essuie avec la main et mange tout ! Il comprend que je suis pas un simple mangeur de gâteau mais the mangeur de gâteau. Maintenant il se remémore mon dernier passage dans la boutique et ce que j’ai fait à ses frères et sœur. Je réattaque ! J’enchaine les boucher. Il ne va pas tenir longtemps, je lance un sourire en même temps que l’autre me dis qu’il cherche un moyen tranquille pour se faire de l’argent. Il croit que ça lui était destiné… Alors il commande un autre gâteau. Hum des renforts. C’est pas pour autant que je laisserais en vie la première victime, je la termine, je l’extermine, je lèche l’assiette avant de regarder mon nouvel adversaire.

Celui-là, c’est pas n’importe qui. Je le connais très bien. Il me nargue régulièrement. Je n’ai jamais eu l’audace de m’en prendre à lui. J’ai la petite goutte de sueur sur le front. Une bonne inspiration. C’est partie ! La tête au centre, on change pas de stratégie, une main à droite l’autre à gauche pour éviter les débordement sur les ailes. J’ai endigué l’ennemie. Je ressers petit à petit les mains vers le centre et continue à miamé tout ça. Il s’emblerait que j’ai sous-estimé l’adversaire car il est enfaite encore plus lourd que prévu. Boaf, mon ventre me dit arrête fait pas le con. Mais je peux pas perdre, pas maintenant. Je prends mon gâteau à deux mains, j’assemble le tout ce qui forme une bonne boule. The boule. Elle doit peser au moins un kilo. Je passe la langue sur mes dents histoire d’enlever la nourriture coincée, j’utilise des techniques avec la salive et tout. Voilà, mon arme est de nouveau opérationnelle. Je vais pour lancer l’ultime attaque, j’ouvre grand la bouche tout d’un coup !



Un trou noir, j’me lève dans un endroit, j’sais pas trop ou j’suis. J’ai la tête qui tourne. J’me souviens que j’ai galéré à manger la dernière boule ensuite… Euh j’sais plus trop. Le pirate vient me dire que j’suis tombé par terre après avoir avalé. Hé hé hé, j’ai gagné ! Maintenant tous les gâteaux du monde savent qui c’est le boss. Je peux dormir l’esprit léger, le ventre lourd.

Après un beau petit repos, le chef du nom de Jocho vient me chercher personnellement pour qu’on parle affaires. J’lui dis qu’il y a une zone ou on peut se faire une bonne somme d’argent. Ça s’appelle la Zone. Un endroit de combat avec des règles étranges. Le mec se débrouille bien au combat il pourra probablement gagner un bon pactole. Mais bon apparemment c’est pas ça qui l’intéresse. Lui il veut devenir le chef de la Zone.

On se met donc en route avec ses dix hommes dont l’un a le bras emplâtré, on se demande pourquoi hé hé hé. Un secteur en plein air caché par de nombreuses maisons. C’est ici que se retrouvent tous les voyous pour en découdre. Des mecs maîtrisant des arts martiaux bien évidemment. On sait jamais sûr quoi on va tomber ici et surtout sur qui.

Pour commencer voilà l’organisateur, the organisateur.
Les gâteaux c'est bon 3d66b159
Petit punk avec la crête qui va avec ainsi que les vêtements. Tranquillement assis au sol il attend l’heure. Bien évidemment tous les combats se passe le soir puis ça n’a rien d’illégal sachant que les hommes qui combattent ont signé les règles. Il y a même des marines qui participent des fois. Ils s’en sortent pas trop mal, mais bon c’est jamais des gradés qui viennent.

-Il est où ton boss ?

Le mec toujours aussi direct. Il tourne pas autour du pot. Mais le punk tranquillement entrain de fumé, tire un coup et souffle une belle tête de mort. Comment il fait ça ? Aucune idée mais il a dû en fumer des clopes avant d’arrivée à ce niveau. Les yeux déjà rouges pourtant c’est son état normal, personne ne l’a vue avec les yeux normaux. Donc on suppose que c’est ça normal.

-C’est pour ?

-On veut bosser pour lui.

-Aucun poste. Puis si vous voulez je mets votre dossier dans la file d’attente comme tout le monde.

-Alors j’veux devenir associé, appel ton patron.

-Wow wow wow. Tu changes vite d’idée là. Tu veux le saigner c’est ça ? J’veux pas être dans ce genre d’histoire. Foutez le camp.


Le boss me demande si je pense qu’il a le niveau pour prendre le contrôle du lieu avec la force, j’lui réponds d’un hochement de la tête pour dire oui. En réalité j’en ai aucune idée. Comme si j’pouvais connaître la force des responsables et celui de ce gars. Lorsqu’on vient ici c’est pour se faire des sous pas pour buter le groupe qui organise. Surtout qu’ils ont une bonne réputation. Donc ça risque de créer pas mal de grabuge cette histoire.
Jocho sort sa lame et menace le punk. Celui-ci ne réagit même pas. Enfin, après quelques secondes il écrase son join par terre et se lève. Il a un regard de zombie fatigué. Comme s’il en a rien à faire de la lame sous la gorge.

-Calmez vous, si vous avez des problèmes avec le patron, c’est lui qui faut aller piller. Moi j’suis qu’un simple employé, vous me butez y’aura un autre qui prendra ma place. Ça change absolument rien.

C’est donc le soir que la Zone se remplit. Il n’y a pas beaucoup de monde car ce n’est pas une soirée spéciale avec une grosse récompense. Une soirée ordinaire avec combat libre pour de l’argent.

-BONSOIR à tous ! Amourez des combats, ce soir encore nous allons voir qui sont les brutes et qui sont les punchingball. Sans plus tarder je vous propose le premier combat…

Le punk continue son blabla et donne le départ d’un combat. Deux gaillards s’en donnent à cœur joie. Jocho la main sur son arme fixe le punk pour lui dire, alors déballe ton sac. Le punk vient à lui et montre un type. Enfin il lui décrit un mec. Un jeune blond aux longues jambes.
Les gâteaux c'est bon Images10
Il est l'héritier de l'ancien chef de la zone. Tout le monde le connaît dans le coin. Un mec plutôt agréable qui passe de temps en temps voir si tout se passe bien. Ce qui est sur c'est qu'il n'y a jamais eu de problème pendant son commandement. Enfin, il y a eu quelque embrouille, mais les responsables de cela ne refont jamais la même erreur.

C'est donc avec les armes aux fourreaux que les pirates s'approchent du boss. Ils lui proposent gentiment une discussion en privé. Mais le grand blond semble apprécier le spectacle et ne souhaite pas être dérangé pour le moment. L’insistance des sabreurs pousse les gardes du corps à entrer en action. Ils étaient dissimulés dans la foule. Les pirates décident de se retirer calmement en s’excusant. Ils sont là pour poser une retraite par pour se faire poursuivre par les forces de l’ordre.

Le chef me demande de trouver les zones de fréquentations du blond. La flemme un peu. J’lui dis non. Il me dit que j’aurais des gâteaux… Je réponds toujours négativement. J’ai pas envie de faire ça c’est pas drôle. Alors le bonhomme me saisit au cou et me plaque contre le mur.

-Ecoute moi bien merdeux. T’as accepté de devenir un des nôtres alors maintenant t’as plus le choix. Tu travailles avec nous jusqu’à la mort ou tu meurs.

Je fais le mec qui a compris genre eurêka. Si c’est pour des gâteaux ben oui, je pensais à autre chose et blablabla je sors des excuses pourrîtes et me met en route. Pff le mec me prend vraiment pour son chien. J’me mets à la recherche du blond. Pour commencer j’vais voir le punk. Celui-ci me dit qu’il sait rien du tout… Puis apparemment il n’y a rien de prévu ce soir car demain y’a un petit évènement. Boaf, ça fait toujours une petite info.

Du coup je pars trainer un peu dans les petites rues. Je demande à gauche et à droite. Bon c’est pas normal que personne ne connaisse les lieux où se trouve le boss de la zone. Au final je rentre avec l’unique info qu’il sera à la zone pendant la grande soirée. Le chef pense que j’ai pas foutu grand-chose pour avoir cette info alors que j’ai cherché pendant au moins une heure des informations ! Ben oué c’est beaucoup trop longtemps…

Pendant la soirée. Le spectacle est bien au rendez vous comme le nombre de participant. Pour être discret, je suis seul avec Jocho. Il me parle de stratégie pour prendre le pouvoir… J’sais pas ce qui raconte, moi je regard un combat entre un gros et un tout fin.

-Allé le GROOOOOOOOS PORC YOUHOU !

J’enlève ma chemise, je saute sur un bonhomme et me pause sur ses épaules. Je fais tourner ma chemise et encourage le gros sac qui écrase son adversaire ! L’homme sur lequel je me trouve bouge pour que je tombe et me dit de descendre en m’insultant. Je mets une main sur sa tête tout en continuant à faire tourner ma chemise !

-Rodéo YIII HAA !

La foule commence à me regarde et à rire tandis que le combat fini sans surprise. Jocho recul discrètement pour ne pas se faire repérer dans ma connerie. Alors que j’ai bien captivé l’attention du public, je finis par tomber. Aie ai aie. J’me relève alors que les gens rigolent. Je vais au centre, dans la zone de combat.

-Mesdames et Messieurs ! J’ai avec moi un homme qui souhaite prendre le contrôle de la zone par la force ! Il dit qu’il vous écrase tous sans problème et qu’il tuera l’organisateur pour prendre sa place, j’ai nommé JOCHO !

Je le pointe du doigt alors que les hommes autour de lui s’écartent.
Invité
Invité


Lun 3 Juin 2013 - 12:40

Surpris par ma réaction, il ne se laisse pas faire pour autant. Il tape la main sur son visage et avance vers moi avec un regard de désespérer.

-Veuillez l’excuser. Il n’a pas toute sa tête. Je voulais le sortir en public pour l’habitué un peu du monde, mais j’ai été trop naïf, c’est trop tôt pour ce pauvre malade mental. Allez vient nous rentrons.


Pour tout le public, la situation est bien claire. L’enfoiré m’a bien eu. Hors de question que je sorte avec lui. J’ai pas envie de finir en pièce détachée. Avec le léger sourire mesquin qu’il m’envoie, il semble se moquer de moi. Peut-être parce qu’il en a plus dans la tête et plus dans les bras ? Me faut une idée vite. Alors que sa main arrive approche de la mienne pour m’emmener. J’ai une idée. Je me mets dans tous mes états et pique une crise.

-Je veux plus être enfermé et travaillé dans l’obscurité. JE VEUX PLUS. Puis j’veux plus que tu me frappes, ça fait trop mal.

J’me recroqueville et fais semblant de me protéger par réflex a l’approche de sa main. Un petit tremblement du corps pour bien montrer mon niveau de peur. Le vent est en train de tourner hé hé hé. Je lui rends un sourire alors qu’un gros bras nous attrape tous les deux par le col et nous sort de la place car on gêne le déroulement du tournoi. Le combat qui suit est spectaculaire et plus personne ne se soucie de nous. Autant dire que j’suis dans …

BIM


Grand claque qui m’envoie au sol. Puis il sort son sabre en montrant sa maitrise en le bougeant rapidement avec quelque rotation.

-A quoi tu joues ? Lèves-toi, on va régler ça ailleurs.

Il place sa lame sous ma gorge, puis la retire et la range toujours avec classe et une gestuelle qui montre son impatience. Forcée de marcher devant lui, je cherche une solution et tente de gagner du temps en ralentissant le pas, mais rien à faire, j’me fais bousculer par ce Jocho. Leur petit repère est à une cinquantaine de mètres. Si j’entre, je meurs. Mais, il est peut-être plus fort que moi, qui me dis qu’il est aussi rapide ? Après tout, ma vitesse et un de mes atouts. Avec son âge avancé. Hé hé hé. Dans une ruelle large de trois mètres, je me dirige à toute vitesse. Mon départ est coordonné avec un bruit non loin qui a réduit l’attention que me porte Jocho. Je prends de l’avance.

L’ancien me cours après, à ma grande surprise je suis rattrapé. Je saute sur le mur de droite, puis gauche et redroite. Je monte grâce à ce déplacement et monte finalement sur le toit. Hé hé hé j’suis trop agile. Enfin c’est ce que je croyais… Parce que l’autre sur le bord du toit m’attend en tournoyant la pointe de sa lame sur le bois.

-Ho tu es là ? C’est pas trop tôt. J’ai failli attendre.

Je baille et me gratte le ventre en le regardant avec le dos courbé.

-Boaf, c’est l’heure de la sieste papy. Pense à aller au toilette j’ai pas envie de changer encore t’es couche.

-Quelle insolence…


Je m’allonge et fais mine de dormir. L’autre approche et tente de me planter à la tête. Au même moment j’me tourne sur le côté droit. Sa lame légèrement enfoncé dans le bois, il la retire, puis réitère son attaque que j’esquive en me tournant à gauche. Marre de cela, il vise le cœur pour la prochaine attaque. Sauf que j’lui jette ma gourde en pleine poire, ce qui ralentit légèrement son mouvement et me permet de l’esquiver. Sa lame se replante sur le bois, j’me lève comme dans les films d’art martiaux et donne une rapide série de coups de poing au visage qui le fait reculer.

Son arme en moins, j’ai sans doute plus de chance de gagner. Mais j’suis pas stupide, j’me rappelle du coup de poing qui m’a placé il y a quelques jours. Alors j’avance et donne un coup de poing gauche, il passe sous mon bras et donne un puissant coup au niveau du ventre. Comme la dernière fois sauf que… J’ai placé ma main droite sur la trajectoire du coup. Mon impact dial est caché sous les bandages de ma main. Sur la paume de ma main droite. Même si j’ai prévu le coup, j’encaisse un minimum. Sauf que mon premier coup était un leurre. Je ramène mon bras gauche et attrape sa tête sous mon bras. Il me soulève et me plaque au sol violemment. Il monte sur moi et commence une série de coups de poing, je me prends le premier, le deuxième est décalé avec un coup de la paume de la main sur son avant-bras ce qui me donne une légère ouverture et place l’impact sur son visage.

IMPACT DIAL !


Le coup l’étourdi légèrement, j’en profite pour donner lancer un puissant coup de vertige. Je tape avec mes deux bras sur ces oreilles, puis je le pousse avec mon pied. Jocho se trouve debout et a du mal à tenir. Sur ses jambes. Il faut que je profite de cet instant, je n’aurais probablement pas d’autre chance.

La quatrième dimension.
Roger fonce sur son adversaire, lorsqu'il est a porté de l'ennemie il fait un pas en arrière tout en gardant la même vitesse, l'attaque de l'ennemie est dans le vent et lui a une ouverture. Cela donne l'impression qu'il a remonté le temps.

L’esquive est réussie au millimètre près, le poing de l’adversaire ma ouvrit légèrement la joue.

Ombre
Roger donne un violent coup de pied dans le menton de l'ennemi et plane en dessous de lui. Il s'enroule avec l'ennemi dans des bandages et se retourne pour percuter violemment le sol (la tête la première). Juste avant l'impact, Roger se sépare de l'opposant.

La violence de l’impact casse le toit qui envoie Jocho quelques mètres plus bas. Il a bien dégusté. Mon attaque la plus puissante.
Invité
Invité


Jeu 20 Juin 2013 - 12:38

J’suis trop fort hé hé hé. Je jette un œil pour voir l’autre. Toujours à terre. Après tout j’suis Gold Roger. Enfin, surtout un usurpateur d’identité mais bon. Tout ça m’a épuisé. J’vais donc dans un hôtel tranquillement. Ça fait longtemps que j’ai pas participé à un tournoi donc j’peux pas me payer l’hôtel de luxe, sinon j’aurais pas assez d’arranger pour le petit déjeuné du lendemain. Les gens disent que l’argent est important. Pff c’est des conneries. Suffi d’être un minimum agile pour ne pas se faire remarquer lorsque tu prends un bien. Enfin bref. Une fois a l’hôtel j’tombe sur charmante mamoizelle. Lèvres pulpeuses, cheveux semi-long. Petite mèche qui tombe sur le visage. Un regard qui vous plonge dans une autre dimension. Apparemment ma petite chemise et mes muscles ni trop gros ni trop petit lui plaisent. Hé hé hé j’suis un tombeur. Alors elle me parle avec sa voix la plus sexy.

-Salut. C’est pour louer une chambre mon beau ?

Non c’est pour faire la danse de la pluie… Abruti. Alors là c’est simple, j’vais surenchérir histoire de réduire le prix. J’lui lance un tendre sourire. Je place une main sur la tête pour faire style j’me recoiffe met en vérité, j’lui montre mes biceps. Puis j’pose mes deux mains sur le bout de bois qui nous sépare.

-Hey poupée, ta deviné.


-Vous êtes seul ?

Non, on est dix, regarde derrière moi…

-Pour le moment, mais j’aimerais bien qu’une certaine brune, cheveux semi long au corps de rêve m’accompagne pour une folle nuit.

Elle sourit et se tourne pour me chercher une clef. Pendant ce temps j’peux enlever mon faux sourire. J’me gratte l’œil et baille bien tranquillement.

-Chambre sept et j’vous souhaite une excellente soirée. J’espère que vous aimez les visites nocturnes.

J’lui fais un sourire avec un clin d’œil et pars. Elle voulait me montrer le chemin, mais j’lui sors que je connais le chemin et que c’est trop tôt. Elle devrait fermer la porte principale avant de se lancer dans ce genre d’aventure. Enfin des clients étaient encore susceptibles d’arrivée. Alors j’ai le temps de me mettre à l’aise dans ma chambre. Puis elle a oublié d’encaisser. Elle est vraiment BAKA …

Une petite pièce charmante avec un grand lit pour les couples au centre avec une fenêtre derrière. Sur le côté droit une table avec un vase contenant des pâquerettes. Une petite pièce à gauche qui contient une douche et les wc. Je réfléchis pas plus longtemps. Je pose mon sac proche du lit. Je ferme la porte à clef et prends une chaise pour bloquer la porte, on ne sait jamais. YIII HAA ! J’saute sur mon lit à moi tout seul et pique un bon gros somme.

Pendant la nuit j’entends des petits bruits. C’est la porte. J’vois bien qu’on essaie d’entrer, mais rien à faire c’est bloqué. J’me recouche en ignorant totalement.

Le lendemain, après une belle nuit. J’me lève et fait ce que j’ai à faire. Tu veux que j’te fasse un dessin ? Ensuite une fois débarbouiller et tout, je débloque la porte et sors pas la fenêtre. Finalement j’ai pas envie de payer. Ça change pas de d’habitude. Bon direction la pâtisserie. J’me mets en route alors que le soleil se lève. Une belle journée est annoncée. Une fois dans ma petite pâtisserie préférée, le vendeur me reconnait très bien et m’accueille comme il se doit. Encore des fabuleux gâteaux. Ce ne sont pas tous les mêmes. Je sors avec des sacs remplis. J’avance à grands pas, heureux. Mais mon bonheur ne semble pas plaire à tout le monde.

-C’était facile de te retrouver.

J’ai même pas calculé Jocho en face de moi en pleine forme. J’le bouscule et continue ma route. Il tranche mon sac rempli de mes précieux. Mes précieux tombent au sol. J’me mets à genoux devant mes précieux et lève les bras.

-NOON pourquoi ? Pourquoi ?! Non je déconne. Vous croyez vraiment que j’allais pleurer ? Par contre c’était mes gâteaux à moi. Donc tu me rachètes immédiatement les mêmes.


-Sinon quoi ?


-Hein ? Tu parles à qui ?

J’me retourne pour faire style alors que ça l’énerve. J’aperçois le chef de la zone. Le longue jambe approche. Il se trouve derrière Jocho.

-Haa tu parles de la zone. Oué je sais très bien que tu veux tuer le chef pour prendre sa place. Mais je t’ai déjà dit que je veux pas faire partie de ce plan.


-Avec ou sans toi, je prendrais le contrôle de la zone. Puis malheureusement tu ne seras pas là pour le voir. J’aurais une petite pensée pour ton corps en enfer.

Il se lance sur moi avec une vitesse supérieure à la mienne. Il donne un coup horizontal. Je saute en arrière pour esquiver, mais j’me fais couper au niveau de l’épaule droite. Il relance une attaque. Comment j’ai fait pour le vaincre hier ? Il est bien trop fort et son coup va séparer la tête de mon corps. Mais bon coup de chance, grâce à ma petite manipulation, le chef de la zone intervient en donnant un puissant coup de pied dans la tête de Jocho. Celui-ci est sonné et est envoyé plus loin.

-Merci, jeune homme. Tu m’as évité quelques problèmes.

Il me jette quelque berry et pars chasser tout le groupe de Jocho qui tente de s’enfuir en portant leur boss K.O. ‘tin le longue jambe est un monstre. Moi j’ai galéré contre l’autre et j’ai eu pas mal de chance grâce à mes techniques sournoises, lui il est encore plus rapide et avec un coup il a fini. Bon j’ai assez d’argent pour me racheter mes gâteaux. Miam miam.
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1