AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Une vie en chanson.

avatar
Kiril Jeliev
Donneur de cailloux
☭ K ☭

♦ Localisation : Paumé sur Nebelreich
♦ Équipage : L’Équipage

Feuille de personnage
Dorikis: 7262
Popularité: -910
Intégrité: -430

Sam 23 Mar 2013 - 15:43

Elle n’a fait que me rendre barge. Lana. Je pense à elle, ses yeux, son corps. Puis je pleure des yeux, j’ai mal au corps. Difficile, oui, de penser qu’moi, fagot vicieux comme un cheval borgne puisse avoir des sentiments. Pire, l’amour. J’y songe devant mon verre remplit au demi. Ça fait longtemps que je le fixe et je me demande : est-ce que Lana aurait apprécié l’homme que je suis devenu ? Charpentier ivrogne. Un longé de presque 30 ans combattant pour un gang de malfrats dans une île de malfrats. Qu’est-ce que j’les hais tous, ces habitants d’Dead End. Du gérant d’bar vénal au p’tit vieux sénile des journaux. Il a des trous dans ses feuilles de choux pour observer les balustrades d’sa clientèle. Tout le monde le sait, personne dit rien. A croire qu’les gamines aiment s’faire reluquer par un fossile. Beurk. J’fais tourner le liquide dans ma bouche, c’est fort, j’suis à deux doigts d’tout recuracher mais au lieu de ça j’avale puis j’plisse les traits d’mon visage et en redemande. La gnôle ? C’est ma prêtresse, j’me confie à elle. J’suis pas certain qu’ça me lave de mes pêchés, mais ça fait du bien.

J’murmure.

Tu sais, depuis mon arrivée à Dead End, j’ai fait que m’obscurcir. Tuer des gens, m’battre, te boire. C’est ma vie. J’aspire à c’que ça change mais ça veut pas. Parce qu’au fond, t’sais, j’suis faible. L’impression de tuer la seule femme que j’aime et que j’ai eu avec toi parce que des fois dans les moments d’vides c’est pas à elle que j’pense mais à toi en sortant ma topette, m’humectant le gosier d’ce sale alcool. Y a quand même des sacrés numéros sur ce cailloux, j’ai fait d’belles rencontres. Le Scott contre qui j’ai perdu la dauble, la version humaine de la faucheuse sauf qu’lui il s’occupe personnellement d’enterrer ses victimes. C’son boulot, ouais. Puis y a Crack l’Joe. Lui, un p’tit blond avec un sourire à déranger un aveugle, jeune mec du Python, j’ai gagné contre lui mais l’était pas en bon état, faut dire. J’aimerai bien le recroiser pour qu’on s’échange les politesses, ça m’a fait plaisir la première fois, ça me ferait plaisir la deuxième. Y a aussi les mauvaises, de rencontres. J’aimerai t’en parler mais elles sont toutes mortes, héhé. Ben ouais, faut pas m’faire chier.



# Premier Objectif.
Rejoindre un équipage d’aminches sympas.


# Deuxième Objectif.
S’être foutu sur la gueule avec au moins quatre d’l’équipage. Non PNJ.


# Troisième Objectif.
Avoir retapé l’navire d’ses propres pognes.


# Quatrième Objectif.
Parcourir Grand Line avec l’équipage.

# Cinquième Objectif.
Se faire trois aminches.


# Sixième Objectif.
S’taper une prime d’au moins 100 millions de Berrys.


# Septième Objectif.
Inspirer la terreur. (PP -500)


# Huitième Objectif.
S’être foutu sur la gueule avec au moins trois équipages pirates différents.

# Neuvième Objectif.
Montrer son majeur à un Amiral.


# Dixième Objectif.
Retrouver Harry et lui casser la bobine.


# Onzième Objectif.
S’faire sept aminches.


# Douzième Objectif.
Avoir fait tous les bistrots d’Grand Line.

# Treizième Objectif.
Battre au moins une fois Jack, Walters et Joseph au bras de fer.


# Quatorzième Objectif.
S’rendre dans le Nouveau Monde.


# Quinzième Objectif.
Trouver le bois parfait .


# Seizième Objectif.
Avoir côtoyé toutes les merdes d’ce monde. (RP avec tous les groupes).

# Dix-septième Objectif.
Être capable d’achever un monstre en une droite.


# Dix-huitième Objectif.
Revenir du Nouveau Monde.


# Dix-neuvième Objectif.
S’taper une prime de plus de 400 Millions de Berrys.


# But, rêve.
Retrouver Lana, la bien-aimée.


J’essaie d’me trouver quelque chose à faire pour revoir Lana, mais ça m’semble impossible. Faudrait qu’je retourne en arrière. Puis j’me demande si j’ai pas d’autres choses à faire avant. Y a que, Crack m’a parlé d’un Jack, le second des Saigneurs des Mers, et je parie mon poing qu’c’est lui qui l’avait amoché la gueule. Donc, faudrait qu’je batte l’Scott, l’Crack et ce Jack au bras d’fer, sinon j’me sentirais mal, sûr. Avant aussi, faut qu’j’croise un amiral pour lui exprimer cordialement mes sentiments bien coordonnés ou j’sais pas comment ils disent dans les courriers… Fin bon, lui montrer mon majeur. J’en profiterai pour aller défoncer Harry ce macaron. Et j’veux aussi goûter à la gnôle de tous les bistrots sur ma route, pouvoir achever une grosse bête avec ma naturelle. Tout ça, quoi. Et le bois d’Adam. J’veux travailler l’bois parfait et l’faire voguer sur les océans. Tant qu’j’ai pas fait ça, j’pourrais pas m’présenter à Lana. Et ouais, même une machine à tuer à des buts. (MàJ). Faut aussi qu’elle sache que j’existe et pour ça… les primes. J’ferai tout pour qu’elle sache que j’suis en vie. Y a qu’elle qui compte, c’est mon but final. Pour les primes, ça risque d’être un peu compliqué d’me faire tout seul. Faut qu’j’trouve un équipage, ouais. Crack m’a dit un truc pendant qu’on s’daublait… Hm… V’là.

T'sais quoi l'punk, plus j'te cogne et plus j'me dis que tu m'plais bien. T'as d'bonnes beignes et d'beaux jouets. C'est con qu'tu doives payer, j'connais un gars à qui t'aurais plu. Mais j'vais quand même être cool avec toi. J'vais t'donner mon nom qu'tu meurs pas comme un con d'ignorant que t'es. J'suis sympa pas vrai ?

Bon après l’a fait qu’raconter d’la merde mais c’gars a qui j’aurais plu, ça m’botte bien d’le connaitre. Parait qu’les clans vont s’effondrer en plus, Dead End deviendra alors une île sans maître ? M’faite pas croire ça. Doit bien avoir quelque chose qui s’trame. Fin bon. Tout ça pour dire qu’faudrait que j’recroise Crack à l’avenir pour qu’il m’présente c’type. Faut qu’j’me barre au plus vite, en plus. Avec c’qu’il s’est passé au chantier, j’ai les industries Faypher aux roubignoles. L’est temps que j’quitte ce navire pour un endroit où y a ni maison ni buron, hé. Puis avec la mafia éradiqué, l’équilibre deu l’île est menacé… les gars en costard m’cherchent d’ailleurs. J’me sens à peine dans la merde. A peine.

Longtemps qu’j’ai pas croisé le Scott aussi. M’semble que quand j’enterrais des corps, j’ai vu sa bobine mais plus rien après. C’qu’il a fait d’Palof et Pète-tasse ?... Moi j’leur dit bon vent et qu’elles reposent en pièces, la pète-tasse… héhé, l’y était pas allé d’main morte. Oh merde, pas bien d’faire des jeux d’mots sur son aspect d’zombie. J’plaisante un peu, mais j’suis toujours mal. J’repense à la liste d’mes objectifs et j’me dis qu’hélas ça prendra pas qu’un mois. Lana m’manque, hein. Atrocement.

J’reprends un coup, puis un autre…puis plusieurs. Et j’deviens fou, mes châsses se noient, j’tombe raide sur le comptoir et l’piollier tente de me réveiller. J’réagis violemment en lui foutant une mandale du revers qui l’envoie direct dans les loges. J’me retourne en regardant la compagnie. J’fonds dans mes larmes. J’regarde le sol humide d’celles-ci. Puis j’m’avance vers eux. A chacun d’mes pas j’fous des coups au plus proche. Personne n’ose bouger. Lana me manque. Son caractère, ses gestes, ses paroles. L’pas lourd, mes coups l’deviennent aussi, l’impression que j’vais m’ramasser. J’avance encore, mon but étant la dernière des tables du rade. Une fois l’objectif atteint, j’grimpe sur celle-ci en r’gardant l’auditoire. Le piollier s’est relevé ainsi qu’tout ceux à qui j’ai foutu une petite baffe.

J’les fixe. J’sais pas c’que je veux faire et puis finalement, dans ma tête s’dessine un cabaret, un joueur d’accordéon, un d’harmonica et des pintes qui volent. J’souris et ferme les yeux. Là, Lana entre et l’type que j’suis devenu l’attend. Il veut s’confesser. Le clou du spectacle, le piano accompagné du violon arrive et balance un fond du tonnerre…

Et moi, j’veux m’confesser.


Dernière édition par Kiril Jeliev le Mer 3 Avr 2013 - 23:18, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t7044-kiril-jeliev#87541
avatar
Kiril Jeliev
Donneur de cailloux
☭ K ☭

♦ Localisation : Paumé sur Nebelreich
♦ Équipage : L’Équipage

Feuille de personnage
Dorikis: 7262
Popularité: -910
Intégrité: -430

Lun 1 Avr 2013 - 19:17




J’ai pas de mots à dire, j’aimerai bien que tes yeux
soient dans la ligne de mire de mon cœur malheureux
J’ai rien d’grand à donner sans compter mon amour
J’voudrais être pardonné d’mon obscur par l’p’tit jour.

J’suis d’v’nu un charpentier qui manie la scie
Beaucoup mieux que sa vie, je t’en prie aie pitié
J’suis v’nu me reposer dans tes bras maudissant
Ma venue imposée, ton r’gard attendrissant.


J’ai pas beaucoup d’vécu, j’aim’rai l’vivre avec toi
Des marmots sous not’toit, vie banale invaincue
J’suis pas rempli d’écu, mon trésor se trouve là
car rien que ton visage, vaut de l’or j’en suis sûr.

Puis tu sais excuse-moi, de ces futures emmerdes
J’suis souvent en émoi à cause d’mon caractère
J’ai pas grands choses à faire, à part me purifier
J’suis loin d’être raisonné, bien sales sont mes affaires.

J’suis d’venu c’belliqueux qui aime la gnôle
Beaucoup disent que la taule, c’est son père, absous-le
Mais il est amoureux, il a quitté sa piaule
Pour te faire l’aveu qu’dans ton cœur s’trouve son vœu.


J’cache une figure à bière derrière ma fausse belle mine
Comment dire « je t’aime » quand on est une vermine ?
Si toi tu es la vie, moi je suis la mort
Tu m’as donné la vie, je me donnerais la mort.

Maint’nant j’suis bagarreur, j’aime pas des masses les autres
« Une dariole dans la gueule, ça rafraichit les os »
Maint’nant j’suis même forban, j’aime pas des masses les eaux
Mais dans les océans, y en a des masses des eaux.



J’cache bien des sentiments derrière ma gueule d’empeigne
Je me fais de la peine, m’inflige mon châtiment :
Celui d’être un gredin dans ma vie à jamais
Sauf si celle que j’aimais par magie me parvient.

D’v’nu un sentimental qui aime ta voix
Pourquoi t’a décidé d’me faire du mal à moi ?
Rupture insurmontable que je pleure tous les soirs
En perdant d’mon espoir, j’ai perdu ma Lana.


D’v’nu un sentimental qui aime ta voix
Pourquoi t’a décidé d’me faire du mal à moi ?
Rupture insurmontable que je pleure tous les soirs
En perdant d’mon espoir, j’ai perdu ma Lana.


J’ai rien d’grand à donner sans compter mon amour, ma venue imposée, ton r’gard attendrissant car rien que ton visage, vaut de l’or j’en suis sûr. J’ai pas grands choses à faire, à part me purifier pour te faire l’aveu qu’dans ton cœur s’trouve son vœu. Comment dire « je t’aime » quand on est une vermine ? Maint’nant j’suis bagarreur, j’aime pas des masses les autres sauf si celle que j’aimais par magie me parvient.

Pourquoi t’a décidé d’me faire du mal à moi ?

Pourquoi t’a décidé d’me faire du mal à moi ?



Le rêve s’effondre laissant place au bulldozer qu’est la réalité… J’vois plus seulement des gars qui passent leurs vies au comptoir mais des pères, des fils, des maris. Je les avais frappés, il me semble. Mais apparemment, j’suis pardonné. Ils me regardent comme si j’les avais libérés. Possible, parce que je me sens mieux, là. Même si tu peux pas entendre, même si tu veux pas entendre, cette goualante t’ai adressé, Lana. Maintenant, je vais t’oublier un moment. Pas trop, mais un peu. Je marche de travers sur le chemin qui me mène à toi, peut-être. Parfois, je suis à genoux. Mais jamais je n’cesse d’avancer.

Je descends d’la table, un gars commence à applaudir, puis un autre, puis tous. On m’envoie des sourires, on m’tapote l’épaule, on m’pleure. J’hoche la tête et esquisse un sourire forcée.
J’repense à ce que j’ai dit tout à l’heure, faut que j’avance. Pas seulement pour elle mais pour moi aussi. Si j’crève, ce serait malheureux, j’crois. C’est dit. J’sors du rade après avoir remplit ma topette, cadeau d’la maison. Et puis comme tous les soirs, j’me faufile dans Dead End tel un scélérat qui n’a pour compagnie que les rats. Z’ont les mêmes problèmes que moi, eux.
http://www.onepiece-requiem.net/t7044-kiril-jeliev#87541
Page 1 sur 1