AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


 [FB Solo] Un meurtrier? Enquête, il y aura
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Mar 2 Avr 2013 - 20:42

Aoko avait été rappelé de l’île de Sirup. Cette fois-ci, on ne lui laissa pas la place pour quelque jour au soleil. Un meurtrier courait sur North Blue et les supérieurs voulaient absolument l’attraper. Un colonel avait été assassiné. On ne lui laissa pas le temps de faire son rapport sur sa mission précédente. Elle se disait intérieurement que l’air qu’elle respirait sur l’île sentait mauvais. Peu-être que le meurtrier s’y trouvait encore mais ce n’était pas sûr du tout. Ce qui était sûr de son côté, c’était qu’elle savait pertinemment qu’elle allait passer plusieurs jour à devoir se casser la tête pour mener l’enquête. Elle entra dans la caserne où on lui avait indiqué une salle d’interrogatoire. Elle passa dans les couloirs s’y retrouvant facilement. Elle entra dans la pièce et s’assit sur la chaise juste en face.

Elle prit son air sérieux pour examiner le premier rapport qu’on lui apporta. D’après ce qu’elle pouvait lire, le meurtre c’était passé durant la visite du colonel. Quelqu’un était au courant de cette visite. Logiquement, ce genre de visite n’était connue que des gens importants et pas de marin basic. Aoko pensait aux détails qu’il y avait d’inscrit dans le rapport. Celui-ci mentionnait les différents problèmes qu’ils avaient rencontré dans la visité. Au lieu que celle-ci se soit passée sans problème, elle avait été changée un tantinet. De quoi retenir le colonel assez longtemps dans un endroit que l’on pouvait atteindre de loin. Il y avait aussi une estimation de ce qui avait pu le tuer. Une balle tirée de loin. Un sniper? C’était bien possible. Aoko avait la main sous son menton, ses yeux remontèrent peu à peu vers le commandant. Il était assez impressionné par l’aura que dégageait Aoko. Elle avait un physique impressionnant. Même si on la trouvait jolie - voir même une bombe -, elle avait quand même des cicatrices de guerre sur son corps. Ce qui dénotait qu’elle savait ce qu’elle faisait la plupart du temps pour revenir en vie. Elle s’adressa au commandant en face d’elle qui devint pâle de peur de ce qui allait arriver.


- « Commandant, je viens de parcourir le rapport que l’on m’a fait sur ce qui c’est passé. Je vois que la sécurité n’était pas au top... Je ne suis pas ici pour vous critiquer ni vous rabaissez ou quoi que ce soit, je suis présente pour pouvoir comprendre la situation dans laquelle on se trouve. D’après ce que j’ai pu comprendre, un sniper a tué le colonel Behmwu. On ne sait pas d’où il a tiré ni qui il est... Cela ne m’avance guère, donc j’aimerais connaître votre partie de ce qui c’est passé. »

Le commandant se relaxa un tout petit peu. Finalement, Aoko n’était pas si horrible que ça. Elle avait juste besoin de plus ample détail que ce qui était écrit dans le rapport. Elle n’avait pas encore d’idée précise sur où commencer. Le commandant enchaîna par la suite après son petit fil de pensée sur le chemin à suivre pour son enquête.

- « Et bien, c’était juste une visite protocolaire connue uniquement d’officier et officier supérieur. D’après ce que j’ai pu voir durant la visite était le faite que personne ne faisait trop attention au colonel. Ils avaient l’habitude de voir des marines se déplacer ici et là sans problème. En commençant la visite, j’ai eu un tic... Je l’attrape quand je sens que quelque chose ne va pas mais je n’arrivais pas à définir d’où ça venait. » Il prit une pause et pouvait observer qu’Aoko avait croisée les jambes et prenait des notes. Elle remarqua que le commandant c’était arrêté et le regarda direct dans les yeux. Il reprit de suite, - « Plus tard dans la journée, j’ai vérifié de nouveau le chemin qu’on devait suivre normalement pour la visite. bien sûr, il y avait toujours des problèmes qui pouvaient se poser, mais pas autant que ce que l’on avait eu. On avait du retard pour la dernière visite que le colonel annula. Il voulait partir de cette île le plus vite possible, il n’aimait pas north blue et ça se sentait déjà depuis qu’on y était entré. Et puis, juste en face du navire, on entendit un violent coup de feu ou non, plus un écho d’un coup de feu. Le colonel était tombé avant que l’on l’entende. Il était vraiment éloigné, personne ne voyait le tireur ou quoi que ce soit. On ne sait même pas si cela vient de l’île elle-même... Après ça, et bien, on m’a assis ici en attendant votre retour. »

Aoko arrêta de prendre note. Elle fouilla sa mémoire pour se rappeler certain détail que le commandant avait prononcé. Elle reprit quelque note sur le côté puis déposa le carnet sur le bureau en face d’elle. Elle était silencieuse. Sa respiration se fit lente sur le moment. Elle croisa les jambes dans l’autre sens et réfléchit durement sur tout ce qui avait été posé devant elle. D’un coup, sans prévenir, ses yeux jaunes percèrent de part en part le commandant. Elle tourna la tête pour le regarder bien droit dans les yeux pour s’adresser à celui-ci. Allait-il s’attendre au pire? Peu-être qu’elle avait conclu qu’il n’était pas une victime mais qu’il faisait parti du complot contre le colonel?

- « Très bien commandant, je vais mener l’enquête. Je connais déjà l’endroit où je vais pouvoir commencer. Rester disponible, il se pourrait que je revienne pour d’autre chose. Merci. »

Elle se leva et prit son carnet de note. Elle en avait besoin pour pouvoir ses détails à portée de main. Elle quitta la pièce sans dire au revoir au commandant, sachant que celui-ci cachait sûrement quelque chose. Quand il avait parlé, c’était comme-ci il avait déjà préparé son discours à l’avance. Sa cachait quelque chose, elle le sentait. Elle donna des ordres au sergent à l’extérieur de la pièce, le commandant ne devait absolument pas quitter la caserne. Après tout ça, elle sortit du bâtiment et s’alluma une cigarette... Elle toussa assez fortement avec la première bouffée... Bizarre ça ne lui était pas arrivée avant. Une pensée lui traversa la tête lui disant qu’elle devait peu être arrêter de fumer. Ce serait une bonne idée, mais en attendant, elle descendit vers le lieu du meurtre.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshot http://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Jeu 4 Avr 2013 - 20:46

Après une petite marche sur la route. Aoko pensa que tout allait se passer tranquillement. C’était une affaire d’assassinat dont tout le monde s’en fichait sauf la marine qui avait posé une prime sur la tête d’un inconnu. Le temps qu’elle finisse son enquête, le gars devait normalement être retrouvé - et encore ce n'était pas sûr. Elle ne se doutait pas que le meurtrier n’avait même pas atterri sur l’île. Personne ne l’avait vu. Tout le monde avait entendu un écho du tir, mais ça ne venait pas de l’intérieur de l'île - et puis avec un écho c'était difficile d'en connaître l'origine.

En arrivant sur le lieu du crime, elle remarqua pas mal de monde autour. La marine gardait encore la place du meurtre - qui se trouvait le long des quais vingt-sept B. En passant la barrière de marine - en montrant son autorisation - elle s’avança vers le tracé de craie blanche qui notait l’emplacement du meurtre. C’était clair, net et précis, un coup dans la tête. Ce fut mortel pour le colonel. Aoko souriait. Elle voyait dans ce meurtrier quelqu’un d'expérimenter - en tant que sniper. Un tir aussi précis, même un fusil de la marine ne pouvait faire cela - surtout que la distance devait être grande. Un tir si rapide que le son lui-même fut dépassé ? était-ce possible? Aoko réfléchissait à la possibilité de la création d’une telle arme. Elle ferait des recherches plus tard pour trouver ce genre d’information.

Deux pas plus loin, elle prit son carnet et nota une série de chose dessus. Comme la vitesse du vent, La trajectoire possible de la balle, l'emplacement du colonel etc. D’après ce qu’elle pouvait observer de ce qu’on lui a dit, la balle avait traversé la tête du colonel et en était ressorti juste derrière, donc de part en part quand celui-ci avait le regard tourné vers la mer. Normalement à cette distance, on aurait pu la retrouver dans son corps, mais pas ici. Bizarre, elle regarda autour d’elle et vit toujours autant de gens rassemblé autour de la scène. Refermant son carnet de note, elle s’avança vers le sergent responsable de la sécurité du site.


« Sergent, j’aimerais que vous agrandissiez le site de recherche, je suis sûr que l’on a manqué quelque chose », elle regarda un peu plus loin et vit le mur d’une maison le long des quais. Elle n’était pas si éloigné que cela, quelque mètre à peine. - « Agrandissez moi ça jusqu’au mur la-bas. »

« Oui commandante »

Le sergent donna ses ordres aux marine et ceux-ci s’activèrent pour agrandir le lieu du meurtre et de recherche. Les gens s’écartèrent peu à peu laissant la place aux marines pour faire leur boulot. Aoko apprécia la chose sur le moment puis reprit son air sérieux pour avancer dans son investigation. Elle observa la scène plus en détails. En laissant la trace de craie derrière, elle s’avança vers le mur de la maison. Il y avait un beau trou dans celui-ci. Ce qu'elle trouva n'était pas rond comme une balle, mais long et fin. On pouvait supposer que c'était l'objet du meurtre du colonel. Il y avait encore des résidus de poudre mélangé à cette balle, ainsi que du sang dessus. Elle la prit comme preuve. ça lui servirait plus tard aurpès du commandant responsable de la sécurité. Aoko pensa à quelque chose d'autre. Elle se demandait si la personne était très forte en tant que sniper, ou si c'était de la chance. Après ce moment de réflexion, elle regarda vers le lointain bleu de la mer. Il y avait des navires qui passaient ici et là. D’après la trajectoire de la balle ainsi que le trou dans ce mur, c’était clair et net que le tireur se trouvait sur un bateau.

Elle en avait fini avec ses affaires ici. La légère brise de la mer secoua ses cheveux et un doux parfum de cigarette s'échappait de ses vêtements. D'ailleurs, ça commençait à l'embêter. Elle devrait changer de vêtement dans un proche futur et voir pour prendre aussi une bonne douche. Elle le ferait après en avoir fini sur le QG de north blue. Tant qu'elle trouve ce qu'elle cherche, ca irait.

Le quai allait devenir un véritable champ de bataille sur le restant de la journée vu que les gens se lassaient de regarder cette scène de crime en se demandant ce qui se passait. Aoko réfléchit sur la manière de faire parler le commandant. Il y avait plusieurs type de torture mais ce n’était pas accepté par la marine contre l’un des leur. Sauf peu-être si elle prouve qu’il était responsable de cet assassinat. Détestait-il le colonel à ce point? Elle n’avait ramassé qu’une balle sur le lieu. Mais celui-ci n’avait pu faire ça tout seul - surtout en tirant d’un bateau - il avait besoin de quelqu’un venant de l’intérieur et connaissant les plans de la visite. Sur ce, elle fit demi-tour et retourna à la caserne fermant son carnet et tenant fermement la balle dans sa main. Elle devait faire cracher le morceau à ce commandant.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshot http://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
avatar
Aoko Longshot
•• Lieutenant d'élite ••

♦ Localisation : Dans le cimetière

Feuille de personnage
Dorikis: 2321
Popularité: +154
Intégrité: 132

Dim 21 Avr 2013 - 3:34

Après être revenue dans la caserne, elle pu remarquée qu’il y avait du mouvement dans tous les sens... Elle s’adressa à la personne la plus proche pour avoir plus d’information.

« Sergent, que ce passe t’il ici? »
« Le commandant de l’escorte du colonel est mort. Il vient d'être assassiner commandante. »

Impossible, ce n’était pas possible. Son seul suspect venait de mourir dans sa salle. Elle avait deux choix de son côté. Soit elle essayait de chercher l’assassin du commandant qui devait sûrement travailler avec le premier assassin ou bien être lui-même l’assassin du colonel venant finir le boulot.

Elle se devait de réfléchir pendant qu’elle parcourait les couloirs de la caserne pour aller voir la pièce où elle avait laisser le commandant. Peu-être avait il laissé une note ou bien encore un indice... Elle l’esperait au fond d’elle-même pour pouvoir continuer son enquête. Ce n’était pas facile du tout de pouvoir faire son boulot quand quelqu’un foutait autant le bordel autour d’elle. Puis les assassins n’avaient pas la réputation d’être con. Ils avait sûrement une tactique. D’autant que avec le flair de sa panthère qui était rester à la caserne, celui-ci devait bien se méfier. D’ailleurs, celle-ci rejoignit sa maîtresse pour l’accompagner et la protéger, elle avait été éduquée pour ce genre de chose. Rasor courait au côté d’Aoko dans la caserne. Cette panthère était vraiment fiable, pas aussi forte qu’on pourrait le croire mais très utile.

Arrivé devant la pièce, Rasor commença à grogner doucement, son flair lui avait indiqué quelque chose d’étrange. Le corps du commandant était toujours là avec un poignard dans le dos. Aoko entra pour s’apercevoir du silence pesant qu’il y régnait. Elle sentait surtout la lourdeur de l’atmosphère qui s’en dégageait. Elle sortit son pistolet de north blue dernier modèle. Elle regarda tout autour d’elle. Rasor de son côté restait derrière pour agir en dernier et pouvoir sauter sur un ennemi qui prendrait par surprise sa maîtresse.

Aoko s’avança vers le commandant en continuant à faire attention à tout ce qui l’entourait. Elle vit un couteau planté dans le dos du commandant l’ayant atteint dans la colonne vertébrale. Ce fut fatale, du sang coulait encore assez fortement de la blessure. C’était frais... Trop frais. L’assassin n’était pas loin du tout, peu-être même qu’il préparait un mauvais coup dans la caserne. le commandant était encore assis sur la chaise, la tête sur la table. L’atmosphère s’emplissait petit à petit de l’odeur du mort. ça ne plut pas à Rasor qui sorti de la pièce et s’assit à l’extérieur attendant que sa maitresse finisse d’inspecter les lieux. Aoko pensa que l’assassin c’était déjà enfuit, mais par où était-il entré? Par la porte? non, c’était bien trop visible et il y avait des gardes. La seule issue serait alors le plafond. Elle tourna la tête en l’air alors qu’une ombre descendit sur elle.

Aoko se retrouva à terre, retenant une main. Sur cette main se trouvait un poignard qui atteignit presque l’iris de l’oeil d’Aoko. Encore un centimètre et s’en était fini d’elle. Deux secondes plus tard, une ombre plongea sur l’assassin. Elle reconnu le grondement familier de sa panthère qui essaya de griffer comme elle pouvait son adversaire. De son côté, Aoko se releva assez énervé de s’être faite humilier de la sorte. Ce n’était pas tous les jours qu’on la foutait à terre sans son autorisation ni après avoir déclaré vouloir un duel avec elle. La panthère continuait a essayer de griffer l’assassin, mais au lieu de ça, elle reculait. Ce salopard était assez dur à toucher. Alors, Aoko sortit son pistolet et tira une balle dans la jambe de l’assassin qui n’eut pas le temps de pouvoir esquiver.

La balle traversa son genou et la jambe plia sous la douleur. Rasor prit l’opportunité d’attaquer l’assassin, mais la patte fut esquiver et un violent coup de couteau se fit sentir dans son corps. Résistante comme elle était, elle put encaisser suffisamment. Par contre, Elle du se retirer du combat. Aoko n’apprécia pas qu’on abime son petit chat. Elle sorti son deuxième pistolet et commença à bombarder de balle les jambes de l’assassin. Il esquivait la plupart des balles, mais pas toute. Après quelque seconde, il tomba à terre cribler de balle. Par contre, Aoko avait subit quelque coupures au niveau de ses bras. Elle dut laisser tomber ses pistolets par terre et attendre que des marines se ramènent enfin pour nettoyer ce bordel.

Pour résumé, Le colonel est mort assassiné par un autre assassin que celle qu’elle avait rencontré. Le commandant avait certaine chose à cacher étant donné qu’il avait été éliminé. Aoko pu découvrir par après certains indice en fouillant le corps de l’assassin. Il avait encore un bout de papier concernant un rendez vous sur l’île du QG de la marine de East Blue. Elle en informa son supérieur qui l’envoya immédiatement dans le premier navire. Cette tuerie d’officier devait cesser.
http://www.onepiece-requiem.net/t6664-aoko-longshot http://www.onepiece-requiem.net/t6717-aoko-longshot
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1