AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Tropa de Elite [OneShot 1615]

avatar
Tahar Tahgel
PNJ
Chien fou
♦♦♦ Ombre de Ravrak ♦♦♦

♦ Équipage : Ca se mange ?

Feuille de personnage
Dorikis: 12 000
Popularité: -1200
Intégrité: -1150

Mer 15 Mai 2013 - 22:28

Alors, tu vois. Ca s’est bien passé, non ?
Mh…
Woah, quel enthousiasme pour un homme qui vient de rencontrer le gratin parmi le gratin ! Tu es conscient que certains tueraient pour ne serait-ce que passer dans l’ombre des gens à qui tu viens de serrer la main ? Allez, souris, tu veux ? Souris-moi… Fais risette à Jenv, fait ris
Arrête…
Qu’est-ce qu’il y a ? Dis-moi… C’est parce qu’ils ne t’ont pas re-promu malgré tout ? Tu boudes ? Vraiment ? Ca t’intéresse, tout ça ? Toi, Tahar ? Le clinquant, la paie, l’état-major ? Ca te fait envie ?
Pff…
Tu sais, j’en ai discuté un peu avec les autres, et même si Kenpachi ne te pardonne toujours pas… Oui, oh, tout le monde ici a entendu au moins une fois l’histoire du petit lieutenant-colonel qui a insulté la mère de l’amiral en chef… Même s’il ne te pardonne toujours pas, il se rend bien compte qu’il ne pourra pas te garder dans un placard encore très longtemps. Tu es trop précieux pour le monde.
Mouais…
Mais si ! Et puis maintenant que tu as fait aussi forte et bonne impression auprès de tous ces gens, il ne pourra plus vraiment justifier ses décisions de contenir ta progression. Et colonel, c’est déjà bien, en soi, non ? Un début.
Barf…
Bon, tu m’énerves. Sois patient, et tu verras.
Un jour, toi et moi amiraux, et on gouvernera le monde, c’est ça ?
Oui, parfaitement Monsieur, comme dans les livres… Hahaa… Non, arrêter les méchants, ça, pourquoi pas, mais gouverner le monde ce n’est pas si bien, tu sais…

Un blanc s’installe. Lui, il s’est un peu décrispé. Elle, elle est détendue aussi, comme depuis le début de l’entrevue canapé. Mais ses yeux sont soudain partis se perdre là-bas dans le ciel où les mouettes sont encore libres. Comme la première fois qu’ils se sont revus dans les jardins de Marie-Joa, un ou deux jours plus tôt, le tatouage sous son œil gauche a un reflet brillant qui résonne comme une larme dans son champ visuel. Les femmes.

Le stupre de l’atmosphère laisse place au frais d’après la cabriole. Même les appartements d’une amirale ont des problèmes de chauffage.

C’est Flermet, ton problème à toi ? Je peux lui
Ne parlons pas de lui, tu veux ? Cet homme n’a aucun intérêt.
Oh, à ce point ? Hinhin, j’aime.
Tu aimes quoi ?

Regards.

Que tu lui casses du sucre sur le dos comme ça.
C’est mesquin.
Très bas, même. Il n’est pas là pour se défendre.
C’est mieux, plus confortable. Moins bruyant.
Sans doute…
Je n’avais pas dit qu’on ne parlait pas de lui ?
Il rentre quand ?
Demain.
Hm.
Il sera occupé. Rapports, comptes-rendus, conseils.
Moi aussi. J’ai un régiment à prendre en main.
Ton aide s’en est bien chargée pour toi jusqu’à présent. Comment s’appelle-t-elle… Ella ?
Ela. Serais-tu jalouse, Amirale ?
Et toi ?
Mh…

A nouveau, les autres n’ont plus d’importance. Il n’y a plus qu’eux deux et les deux papillons sur la rambarde du balcon en pierre, à l’extérieur. Marie-Joa est plus belle que jamais en cette période de l’année, en cette période du siècle. Ne pas en profiter serait péché. Les insectes en profitent. Longtemps. Ils s’envolent. Haut. C’est l’éternelle balade des temps empruntés. Si hauts. Leurs ailes deviennent translucides aux rayons du soleil levé. Ephémère, c’est leur nom.
http://www.onepiece-requiem.net/t2249-http://www.onepiece-requiem.net/t2280-
Page 1 sur 1