AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Wu et le plat de pâtes : le cul bordé de nouilles ou le plat dans la gueule ?

Invité
Invité


Lun 20 Mai 2013 - 12:36

Wu apparut au large de l'île du Royaume de la Veine. Il ramait, assis dans sa petite barque, en chantant une chanson à ramer qu'il avait bien des fois fait chanté à son équipage.

- Haul on the bowline, the bowline, haul !


Enfin, il rejoignis la berge où il tenta d'amarrer son petit bateau, mais les deux pieds sur la proue, le bateau cédait sous son poids, laissant l'eau monter à bord.

- Nan ! Pas la flotte bordel !

Il regarda sa gourde de saké et la lança sur l'herbe de la berge pour la sauver. Mais elle se mit à rouler, comme animée d'un volonté à tomber elle aussi à l'eau.

- Nyop ... hop ... hop ... Fiou !

Wu s'était penché pour la sauver des autres, ce qui l'avait mis dans une mauvaise position, les mains sur la berge, se retenant sur quelques touffes d'herbe et les pieds dans la barque qui s'éloignait et son corps qui s'étirait. Mais il parvint à faire revenir ses pieds prêt de la berge et de finalement amarrer.

Après ce périple qui aurait bien valu à Wu une décuite providentielle et fâcheuse pour lui, il se mit en marche vers le seul village qui s'était repeuplé récemment. Il était assez actif et indépendant, les denrées foisonnaient, il ne manquait de rien et chacun s'entraidait. Et puis il y avait la boutique de chance et de poisse, la non moins célèbre Legs of Rabbit !

- Tiens tiens ! Le vieux Wu ! Qu'est ce que me vaut le plaisir de ta visite ?
- Haha, vieux pendard de Filimers ! Toujours dans les coups tordus ?
- Ah non, je donne dans les affaires maintenant ... Et toi alors, la Marine t'a pas encore foutu à la porte avec les remerciements de la dame ?
- Héhé, bah si ... Mais bon, l'temps m'tue plus que j'le tue ...
- Ah, l'appel de la mer ! Le bon vieux temps ! Combien de fois tu m'as traqué, hmm ?
- Boarf, j'compte plus ... Pis c'est du passé. Alors, tu vends d'quoi maint'nant ?
- De la chance et de la poisse en bouteille mon gars ! Y'a Violet avec moi, pareil, un équipage, ça soude ...
- Ah ce propos, t'aurais pas vu passé un kangourou à tout hasard ?
- Un kangourou ? Euh ... nan, pourquoi ? Attends, dis moi pas qu'tu traines avec ça ! Y'a que toi pour faire ça !
- Garyou c'est pas un objet ! Enfin ... si, à l'origine mais c'est pas l'important ! Il vit ! Il a une âme !
- Eh, relax papy, tu vas perdre ton dentier ! Hahaha !

Pour toute réponse, Wu lui sourit de toutes ses non-dents. Enfin, il lui en restait bien quelques unes mais personne ne savaient combien de temps elle resterait encore ancrées dans sa bouche ...

- Tiens, suis moi. Achète moi une fiole de chance, si ça se trouve, tu le retrouveras ton kangourou !
- Tu pourrais m'l'offrir ...
- Hé puis quoi encore ? Les affaires sont les affaires ! Tiens, Violet ! Je dois m'absenter, montre nos fioles au vieux Wu !

Gräss montra du doigt l'échoppe Legs of Rabbits. Wu s'y rendit et l'ancien pirate s'éloigna.
Invité
Invité


Mar 21 Mai 2013 - 6:44

Wu s'approcha de l'étal, Violet l'attendait avec le sourire.

- Oh oh ! Regardez qui voilà ! Un vieux Marine !
- Chuis pas vieux !
- Héhé, si tu veux ... Alors comme ça tu es intéressé par les fioles de chance ?
- Je ... euh ... nan, c'est juste ...
- Bien !

Violet s'était déjà retourné pour lui montrer les différentes fioles, sans que Wu ne s'en intéresse.

- Tu as deux types de fioles, celles à 25 lumens et celles à 75 ...
- Woh ! C'est beau !


Wu Lin a effectué 1 lancé(s) d'un dé à 6 faces (Image non renseignée.) :
4

Violet fit volte-face et écarquilla les yeux en voyant un faisceau vert en forme de trèfle à quatre feuilles.

- Wu ! Tu dois payer pour ça !
- Ouais ouais ... Violet ? Tu sais ce qui a huit pattes, quatre yeux, deux ailes, deux mandibules et une trompe ?
- Oh, une Fourmistique ? C'est commun dans la région. C'est assez pénible, ça se pose sur ta peau, et ça pompe le sang ... Et c'est sur mon épaule, c'est cela ?
- Comment t'as deviné ?
- Elle est connue celle là ! A d'autres, vieux Wu, à d'autres !
- T'as l'air confiant ...
- Bon, d'accord, je vais tourner la tête, je vais avoir peur et je vais crier, d'accord ?
- M'en fout.


Violet s'exécute et s'aperçoit qu'effectivement un fourmistique tente de se sustenter à son cou. Il se met donc à beugler dans son échoppe, en essayant de l'empêcher de s'implanter sur sa peau. Pendant ce temps, Wu s'en va en riant, quelques fioles à la ceintures.


- Mhéhéhé ! Bon, il se fait faim, chuis sur que j'peux travailler pour m'tailler un bout d'gras ...
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mar 21 Mai 2013 - 13:21




“Je hais le thé de cette bourgade »

« Pourtant, c’est fait avec les meilleurs trèfles à quatre feuilles du globe Lieutenant Colonel Hach »

« Mouéééé… C’est aaaaamer… Vivement que la cargaison de café arrive »

Le jeune bleu tourna les talons du bureau du Lieutenant colonel et alla s’informer à propos des arrivages prochains dans le port du Royaume de la Veine. Hacch, quant à lui, restait pensif  et de mauvais poils. Le jeune supérieur s’était vu confié une base en construction sur un royaume tranquille de South Blue. Les lattes de parquet de son bureau n’étaient pas encore toutes posées et quand il passa la tête par la fenêtre, il s’aperçut que le petit baraquement qui servait à l’accueil administratif n’avait toujours pas de toit. Il souffla longuement sur la vapeur chaude que libérait son infusion et en but finalement deux gorgées d’une moue peu enjouée.

« Monsieur ? »

« Hmmm ? »

« C’est Gräss Filimers qui… »

« Aaaah ! Ce gredin n’ pas tenu et s’est finalement barré avec la caisse ! Aaaaaaah ! Enfin de l’actiooooon ! Que… »

« Non monsieur, il désire juste vous parler mon lieut… »

« Oué bah c’est bon, j’rentre hein ! »

La tasse du jeunot frappa le sol en terre battue et l’explosion de théine chanceuse lui mouilla le froc. L’ancien pirate semblait avoir piqué un sprint, il s’essuya la barbe avec la manche du marine qui l’accompagnait.

« Merci l’jeune… Bref, j’ai des ordres, j’suis pas une balance, mais j’ai pas l’choix et ça m’enchante pas d’vous en parler bande de bleusailles… »

« Le but, Gräss, allez au buuuuut… Pfff »

« Ya un vieux shnock, Wu lin, il vient de prendre pour plus de 5 millions d’marchandise dans l’échoppe et y doit être dans l’saloon à l‘heure actuelle »

« C’est un truc à voir avec votre assurance »

« Mon assurance c’est le Roi Jinx, c’est aussi pour ce genre d’choses qu’il vous paye l’bleu… Mais j’rentre l’appeler sur son escargop… »

« Ooooolaaaa… On s’en charge de l’ancêtre… N'inquiétons paaaas Monsieur Donor pour si peu... »

« … »

«  Hmmm ? »

« Et le merci ? »

« … »

« J’déconne Zagajaja ! »

*Vivement le kawa...*
Invité
Invité


Jeu 23 Mai 2013 - 6:49

Wu disait vouloir travailler pour manger un bout, les quelques fioles pendant à sa ceinture s'entrechoquaient dans un cliquetis cristallin ce qui lui rappelait comment il les avait obtenues et se mettait à ricaner à chaque fois. D'ailleurs, elles lui donnèrent une idée : pourquoi payer quand on avait la chance de son côté. Mais en réalité, il se dirigea dans le saloon de l'île parce que marcher sous le soleil, il n'aimait pas cela, ça lui donnait encore plus soif. Alors il poussa les portes battantes pour entrer.

- 'Lut tavernier, un bon gros steak et un verre d'saké s'teu plait !
- De suite.
- Et du bon hein ! S'il est moins bon que celui dans ma gourde ...

Le barman grommela quelques mots dans sa non-barbe et se mit à l'action, essuyant son verre poussiéreux. Wu se mit à table, un large rictus fanfaronnait sur ses lèvres. Quelques minutes plus tard, le tenancier du saloon arrivait vers lui, un steak juteux fumant dans une main et le verre de saké dans l'autre. Wu trempa ses lèvres dans le saké mais pour lui, peut lui importait la qualité tant qu'il était buvable, mais il commença son petit cirque, en se mettant dans un semblant de colère dans lequel il claqua une fiole de chance sur la table pour savoir si la veine ferait que le patron lui cède le repas. La faisceau lumineux en forme de trèfle à quatre feuilles vint s'évanouir dans le visage du barman.

Wu Lin a effectué 1 lancé(s) d'un dé à 6 faces (Image non renseignée.) :
4

- Quoi ? C'est quoi c'saké ?! Il est juste dégueulasse ! En plus, il est tiède ...

- Ah, monsieur, je ne comprends pas ... Il sort de la cave, je ne vous ai pas donné le meilleur, il est très cher ... Vous ne me semblez pas ... comment dire ... avez la possibilité de vous l'offrir mais d'habitude, il n'est pas si mauvais que ça ... Eh bien, toutes mes excuses, en dédommagement, je vous offre votre repas.
- Bien ! Euh, bah ... R'mettez moi un steak et un verre !
- Quand même pas, il ne faudrait pas abuser ...
- Oh, ça va ... J'ai ben l'droit d'essayer ouais ...

Wu sortit du saloon en maugréant mais satisfait au fond de lui, ayant dans l'idée de se poser dans un coin à l'ombre pour s'allonger et digérer.
Invité
Invité


Mer 19 Juin 2013 - 8:42

Voilà quelques minutes que Wu était allongé à son aise -allez, disons vautré magistralement- dans l'herbe, le sourire aux lèvres, satisfait de ses petits méfaits. Il prit une bouteille de chance qui était accrochée à sa ceinture, la détacha et se mit à scruter par à travers les rayons du soleil qui passaient à travers le flacon de verre.


- Mhéhé, chouette truc ... Ca m'donne une idée, chuis sur que j'peux tout obtenir avec ça !

Puis il éructa. Ce signe sonore et légèrement odorant lui rappela qu'il fallait mieux attendre la fin de la sieste et avec elle, la fin de la digestion pour se mettre en marche. Alors il s'endormit paisiblement pour quelques heures, au grand air.



- Gnééé ... Garyou !

Il se releva en sursaut de sa longue sieste, réveillé par la mort en cauchemar de son ancien compagnon de route, son fameux slip kangourou-kangourou, Garyou. Il se dit qu'il ne fallait pas qu'il oublie ce pourquoi il avait repris la mer, à savoir retrouver ce Garyou avec lequel il s'était faché. Il n'y a que Wu qui puisse se fâcher avec son slip fétiche. Finalement, il se releva péniblement, et se mit en marche quand l'idée de son plan diabolique -selon lui- lui traversa enfin la tête.


- Avec ça, pas possib' qu'il m'ignore !

Il se rendit donc chez le forgeron, avec un énorme rictus affichait sur ses lèvres. Nullement besoin d'autres apparats pour voir qu'il tramait quelque chose, étant donné la taille de son sourire mesquin. En fait, seul un aveugle aurait pu ne pas voir qu'il avait quelque chose derrière la tête. Et encore, il aurait entendu l'excitation dans sa voix, c'est dire.


- B'jour ... Vous avez un Meitou ?
- Bien le bonjour, cher client ... Hmm ... Je dois avoir ça ...
- Oh ! Vous pourriez m'l'montrez siouplait ?
- Bien sur, mais êtes vous sur que vous ... comment dire ? Avec tout le respect que je vous dois ... Que vous avez le moyen de vous l'offrir ?
- Mais bien sur !
- A la bonne heure !



Le forgeron partit chercher ce fameux Meitou et revint assez vite, la fameuse lame en main.

- Très bien, j'vous l'achète !

Wu claqua une bouteille de chance sur le comptoir. Le forgeron le regarda, l'air blasé, et explosa une fiole de malchance à son tour sans émotion aucune. Choqué, Wu déboucha une nouvelle fiole de poisse dans le visage de l'artisan, puis lui deux, et ainsi de suite. Le bruit du verre qui se casse résonnait dans tout le bâtiments à cause de leur querelle enfantine. Puis dans tout le voisinage, puis dans toute la rue, les noms d'oiseaux fusaient ...

Finalement, comble de la malchance, Wu n'avait plus de fioles de chance ou de poisse et bien pire, la forge s'était écroulée sous eux, laissant un immense vide dans la petite ruelle commerçante, envahie d'une fine poussière après le choc terrible et son fracas qui résonnait encore sur toute l'île.

Wu parvint à se tirer des gravas péniblement.


- Haha, bien fait !

Il but d'un trait toute sa gourde de saké pour se mettre de ses émotions et quelque chose lui disait qu'il fallait mieux déguerpir d'ici en quatrième vitesse; direction le port.

Il partant en courant, même s'il boitait, mais surtout, il ricanait encore. Il était fier de son joyeux bordel ... Avec un peu de chance, on parlera de lui. Et la chance, dans ce royaume, c'est pas ce qu'il manque. Alors, pour lui, il fallait bien montrer sa patte, se faire connaitre et faire connaitre ses intentions.

- Attends ton vieux Wu Lin, sale canaille de Garyou !

avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Mar 2 Juil 2013 - 10:07


    Se reposer sur la chance c'est rarement une bonne idée. Ce n'est pas pour rien qu'on dit que c'est une dame capricieuse. Surtout dans le Royaume de la Veine...

    Tu cours vers le port a toute jambes et tu loupes complétement la tasse de thé aux armes de la marine qui t'arrive dans la gueule et vient t'exploser sur la tempe, le choc n'est pas très douloureux, le liquide brulant un peu plus. Mais la aussi ce n'est pas le pire, le pire c'est cette meute de chats noirs qui te traversent soudain le crane avant de filer dans les ruelles en emportant ta chance.

    Ton pied nu se pose soudain sur un clou bêtement posé à l'envers dans la boue et que ta course t'enfonce dans la plante du pied assez fort pour que tu le vois ressortir de l'autre coté. Sautillant comme un beau diable au milieu de la rue, tu tombes malencontreusement sur un râteau abandonné qui, avec la fourberie bien connu de son espèce se redresse immédiatement pour venir t'écraser le nez et t'envoyer t'étaler contre le mur d'une maison. Pas le temps de te relever que le choc fait vaciller le mur de bois, délogeant au premier étage une vaste jardinière de balcon pleine de pissenlits qui s'effondre sur ta tête comme une avalanche de briques. Fini ? Pas du tout. Derrière toi la porte s'ouvre, révélant un duo de molosses pas content du tout d’être dérangés pendant la sieste et qui te sautent immédiatement dessus pour te mordre les jambes...


    -Dix fioles de chance en bouteille, cinq millions de Berrys, destruction de matériels de forge un million quatre cent vingt trois millions de Berrys, un repas plantureux et un saké de haute qualité quatre vingt mille Berrys, frais d'acostage dix sept Berrys, et un mug personnalisé huit cent Berrys...

    L'officier lanceur de tasse et son sous officier traversent la rue, suivi de prés par tous les types que tu as croisés dans la journée.

    -Ce qui nous fait donc six millions cinq cent quatre mille huit cent dix sept Berrys. Disons sept millions pour le préjudice moral et le trouble de l'ordre public. Vous payez comment ?
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1