AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Grand Line nous voilà !

avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Jeu 30 Mai - 19:53

La sale tronche du  Susano se dessinait de nouveau à l’horizon. Il avait laissé Kelly à ses pérégrinations archéologiques, sans réussir d’ailleurs à conclure. Quant à lui fini les explorations de temples et leurs pièges pourris, il allait retrouver l’immensité des mers, les beuveries maritimes, ces salopards de marines mais aussi les goélands. Au fur et à mesure qu’il se rapprochait du navire, le retentissement métallique d’un marteau se faisait entendre. Le charpentier taciturne devait être en train de réparer le navire. Au moins, il y en avait un sur le navire qui n’était pas nourri à rien foutre. Là où le borgne fut plus surpris ce fut le champ de cadavres qui s’étalait devant le navire. Les blessures par sabre ne laissaient aucun doute sur celui qui s’était chargé de leur cas. Zarechi et l’une de ses personnalités psychopathes avaient encore fait des leurs. Il regarda par reflexe à l’avant du navire, où le toubib était à présent en train de se taper une sieste. Galowyr sourit, il rentrait à la maison. Enfin si on pouvait appeler cette carcasse de navire une maison. Le passage de Reverse Mountain et la bande de pillard qui les avait attaqué, avaient bien fait le boulot. La coque du navire avait bien était amoché, comme l’équipage d’ailleurs. Et là où Heimdall pouvait retaper la coque, il aurait bien du mal à faire revenir Grey des profondeurs de Reverse et sortir Drogo de son coma.  Le borgne soupira. Ce n’était pas le moment de faire le sentimental ou la pleureuse. Ses petits camarades ne tardèrent pas à remarquer sa recense enfin, ceux qui étaient réveillés. Le borgne lui fonça vers la proue du navire attrapa le toubib par le col et le secoua vigoureusement. Tant que Drogo n’était pas réveillé, c’était le second qui était en charge du navire. Et comme déjà dis personne ne roupillait sous son commandement ou en tout cas sans son autorisation. La feignasse réveillée, il beugla des ordres, qui étaient d’un subtil mélange de vulgarité et d’autorité.   Ses équipiers ne tardèrent pas à se mettre au boulot. Que la coque ne soit pas déjà réparée c’était un véritable scandale. Fallait vraiment qu’il se bouge le cul cette bande de branleur.  Il attrapa de nouveau Zarechi par l’épaule pour lui demander où se trouver Drogo. La question était des plus stupide, mais ça lui donnait un côté autoritaire et c’était important.

Drogo était bien entendu dans la cabine du capitaine. Et il n’en bougerait pas avant qu’il soit capable d’en sortir par lui-même. Contrairement à sa mauvaise habitude, il n’ouvrit pas la porte de la cabine à coup de pied. La porte émit un court grincement lorsqu’il l’ouvrit avec un calme qui ne lui ressemblait pas. La cabine était étrangement lumineuse. La pièce semblait hors du temps. Elle n’avait pas changé d’un iota depuis que le Susanoo s’était retrouvé en rade du Cap des Jumeaux. Drogo aussi était resté le même. Ses longs cheveux rouge se présentaient toujours sous la forme d’une  longue tresse qui semblait elle aussi de se reposer au côté du capitaine pirate. Car ce dernier donnait l’impression de dormir d’une façon extrêmement paisible. De façon bien plus paisible que ce dont il avait l’habitude. C’était sans doute ce qui lui manquait plus. Cette dose de folie, d’excitation de connerie même. Le navire sans lui s’avérait extrêmement calme beaucoup trop calme. Plus de petit con pour chanter bourrer sur le pont du navire ou vous rappeler constamment qu’il est le descendant d’un clan d’assassin le tout d’une démarche des plus chancelante.

Ça te dérange que je fume un coup gamin ?

Voilà qu’il se mettait à causer tout seul, c’était pas bon signe.  Il alluma sa clope tout en s’adossant à l’un des murs de la cabine.

Tu t’souviens quand Aïo avait essayé de me chourer une clope et qu’il s’était étouffé avec la fumée. Qu’est ce qu’on s’était marrer ce soir-là ! On était que quatre à l’époque quand on s’est rencontré dans ce vieux bouiboui de Luvnell. Je t’ai d’ailleurs jamais dis ça auparavant mais j’ai envie de te le dire depuis un bout de temps. Simplement merci. Tu m’as tiré d’une vie de petit vaurien sans avenir. Tu m’as donné la fierté  des pirates, tu m’as rendu une famille. Une famille de demeurés, deux sales gosses à cheveux roses, un odieux rouquin, un toubib totalement débile, un navigateur un peu niais, un charpentier qui tient presque du fantôme et un chef de famille qui tient plus du sale gosse pourri gâté. Ouai une famille sacrément pourrie mais une famille quand même.

Il s’arrêta brusquement. Il n’allait quand même pas déblatérer un monologue sentimentale à un type dans le coma. C’était parfaitement ridicule. De la part de tout autre, il s’en serait moqué. Non si il devait tenir ce genre de propos, il les tiendrait en face de Drogo pas devant un type dans le coma. Il tira le fruit du démon de ses poches.

Regarde ce que j’ai choppé. Si ça se trouve c’est le fruit de la taille. Tu auras bien la haine en te réveillant et en voyant que c’est moi qui ai mangé le fruit de tes rêves. Ouai je vais le manger. Depuis le moment où j’ai eu ce maudit fruit entre les mains, j’ai su que c’était un signe du destin. Ce fruit est pour moi. Pour me donner la force de conduire cet équipage au bout de Grand Line. J’ai réfléchis à cela tout au long de mon absence. J’ai longtemps pensé que nous devrions attendre que tu te réveilles pour lever les voiles, que ce navire, cet équipage c’était ton aventure pas  la mienne. Mon rôle dans l’histoire ce n’était que te permettre d’atteindre tes objectifs ni plus ni moins. Un simple outil pour te permettre de réaliser ce que tu désirais. Je m’en serais contenté. Mais avec tout ce qui s’est passé, j’ai pris une décision. Je ne peux laisser cet équipage, notre famille disparaître. Je ferais raisonner le nom des Bloody Sorrow dans l’immensité des mers. Alors écoute moi bien gamin, tu peux rester à roupiller pendant des années, moi je t’amènerais le One Piece. Avec ce putain de trésor, on devrait bien pouvoir réussir à te soigner. En attendant que tu te réveilles sale gosse, je m’occuperais de la garderie sur navire que tu appelais ton équipage c’est la promesse que je te fais.

Et merde il avait recommencé à parler tout seul. C’est qu’il devenait presque sentimentale bordel. Il regarda de nouveau son capitaine. Tout était clair, il ne pouvait laisser l’équipage dans cet état lamentable. Il devait aller de l’avant. Non ils devaient aller de l’avant. Il sortit de la capitaine de façon plus brutale qu’il n’y était rentré. Une fois sur le pont, il beugla à tous les membres de l’équipage qui s’activaient.

Bougez votre cul, bande de mollusque. Demain on met les voiles, on n’a que trop trainer ici, le one piece va pas nous attendre tranquillement pendant des années. Alors je m’en fous, si vous devez bosser tout la nuit, mais ce navire doit être en état de naviguer demain sinon je vous colle mon pied où vous savez.

Le borgne cracha avec un air de dégout. C’est donc pas une légende alors, ces fruits  avaient vraiment un gout immonde.


Dernière édition par Galowyr Dyrian le Jeu 30 Mai - 20:03, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
avatar
Galowyr Dyrian
Le Sable Rugueux
Mousse

♦ Équipage : Fantine et les garçons

Feuille de personnage
Dorikis: 6726
Popularité: -442
Intégrité: -278

Jeu 30 Mai - 19:59

Les premiers rayons du soleil l’éveillèrent. Le borgne s’était endormi adossé au mat principal de la jonque, une bouteille à côté de lui. Il se massa la tempe. Sa bouche était pâteuse mais au moins il s’était débarrassé du sale goût laissé par le fruit. Et Dieu sait qu’il était tenace celui-là. Il y en avait fallu des clopes et de la gnole pour le faire disparaitre. D’une certaine façon heureusement qu’ils étaient maudits ces fruits sinon personne n’en voudrait. Ah mais du coup on ne pouvait plus tellement parler de malédiction non ? Enfin ce n’était pas le moment d’avoir un conflit de vocabulaire interne. Il était à la tête d’un équipage maintenant. Fallait qu’il se comporte avec le prestige qui découle de la fonction. Tu me diras là c’est pareil, niveau prestige s’endormir bourré contre le mat, ce n’est quand même pas au top niveau. Il se releva en allumant sa cigarette du matin. Sa réserve de tabac commençait à s’amenuir de façon extrêmement inquiétante. La dernière fois qu’il avait été sevré de clope, il avait tenté d’étriper un toubib. Comment il s’appelait déjà ? Oh trop fatiguant de se souvenir. Le plus important s’était de rapidement trouver un endroit où s’en acheter. Ce qui signifiait en vocabulaire pirate : voler. Encore fallait-il que ce maudit navire soit en état de fonctionner. Il avait fait bosser ses subordonnés comme des forcenés hier soir. Mais ses qualités de surveillant s’étaient rapidement atténuées quand il avait tenté de faire passer le goût du fruit du démon à gout de boutanche.

Le borgne s’adonna à un petit tour du propriétaire, histoire de vérifier qu’il ne restait plus de trou dans la coque. Mais inspecter les trucs, bah c’est chiant. Si bien que le capitaine par intérim, s’en alla plutôt réveiller le charpentier du groupe pour obtenir la confirmation que les réparations avaient bien été bouclées. Heimdall lui répondit que le navire était bel et bien en état de naviguer. Cela décrocha un sourire carnassier au borgne qui s’empressa de faire un maximum de bruit. Ces feignasses avaient bien assez roupillé, et plus vite ils se mettraient au boulot, plus vite ils pourraient retourner dormir dans un coin.

Tout le monde sur le pont bande de moule ! Celui qui n’y est pas je vous jure sur ma main droite que je le laisse croupir sur ce maudit cap. Et que ça saute.

Quelques minutes plus tard, les Bloody étaient tous réunis sur le pont. Même Zarechi que le borgne avait personnellement sorti du lit. L’équipage formait une masse désorganisée sur le pont du navire que le borgne dominait depuis le gaillard arrière du navire. Il était totalement désespéré par le manque de discipline de ces lascars. Drogo avait vraiment fait n’importe quoi. Soit, on allait continuer dans le bordel, mais dans un bordel qu’il contrôlerait. Les matelots discutaient entre eux se demandant ce qu’il pouvait bien se passer pour qu’on les réveille ainsi.

Écoutez-moi bien les raclures !

Une partie seulement de l’équipage répondit favorablement à la demande, le reste semblait plus absorbé dans des discussions métaphysiques sur ce qui pouvait bien rester à manger et à boire sur le navire. Le borgne agacé fouilla dans les poches intérieurs de son long manteau noir et en sortit son flingue doré. Il tira en l’air. La méthode s’avéra plus efficace que la demande précédente, l’attention des matelots lui était dorénavant acquise. Mais connaissant la débilité de ces derniers, garder leur attention plus d’une minute s’avérerait être un sacré exploit.

Je disais, écoutez-moi bien les raclures … Nous avons rencontrés pas mal de soucis pour arriver jusqu’ici. Notre capitaine est encore inconscient. Certains des notre n’ont pas survécu à Reverse Moutain et reposent maintenant au fond de la mer et un beau jour nous les y rejoindrons. Mais pas encore. L’heure n’est plus à l’apitoiement. Nous avons pensé nos blessures, nous avons réparé notre navire. Nous avons plié mais pas rompu. Nous sommes blessés mais bien en vie. Et dorénavant notre voix va résonner dans le monde tout entier. Notre pavillon flottera sur toutes les mers du monde. Notre nom sera sur toutes les lèvres. Nous deviendrons, crains et haïs, enviés et admirés, riches et puissants. Nous deviendrons un équipage tel qu’on n’en a plus vu depuis un siècle.

Car aujourd’hui est un jour tout particulier. Aujourd’hui nous commençons la plus grande aventure de vos misérables et pitoyables existences. Aujourd’hui se trace devant nous, une route semée d’embuches,de dangers, mais aussi de gloire et de fortune. Oui ! Aujourd’hui nous commençons notre aventure sur la plus dangereuse des mers, nous partons pour Gran Line

Il leva son crochet en l’air, et le geste fut suivi d’un yeah général. Bon c’est déjà pas mal, ils suivaient encore à peu près. Expulsant la fumée de sa cigarette et quelque peu grisé par l’enthousiasme qui semblait se dégager dans son équipage il reprit.

Cet équipage n’a qu’un et unique chef. Il est actuellement dans un état des plus graves. Mais sa force, son courage et son rêve demeure. Et en attendant qu’il revienne parmi nous, je commanderais la bande de vieilles canailles que vous êtes. Nous amènerons Drogo jusqu’à Rough Tell. Je jure ici et maintenant d’en faire le Seigneur des Pirates et de faire de vous le plus célèbre équipage de forbans que le monde n’ai vu depuis Gold Roger et les Mugiwaras. Regardez bien cette montagne au loin. Elle nous a vus subir une blessure des plus profondes et des plus graves. La prochaine fois qu’elle nous verra, elle ne sera que le simple témoin de notre gloire immortelle.

Je n’ai plus qu’une chose à vous dire … Tout le monde à son poste les pignoufs ! Nous larguons les amarres.


A la grande surprise du borgne, ses camarades semblaient non seulement avoir tout écouté mais en plus compris. Ce n’était plus qu’une question de temps avant que le Susanoo ne se mette en route sous les indications précises de Raito. Heimdall tenait fermement la barre et Zarechi cherchait comme à son habitude à éviter de bosser. Le borgne quant à lui se tenait fièrement à l’avant du navire. Il sera son poing en regardant l’horizon. Son imagination fertile, l’amenait déjà loin au-delà de ce mur immense qu’était l’horizon. Rien ne l’arrêterait lui, son équipage et ce nouveau et inconnu pouvoir qu’il avait en lui.


http://www.onepiece-requiem.net/t2897-galowyr-le-balafre-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t3000-fiche-galowyr
Page 1 sur 1