AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[FB] - Savoir chasser sans son chasseur

avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Lun 10 Juin 2013 - 12:12



INFORMATIONS HORS RPS


Rappel des couleurs et des noms de codes


    Aoi, Hathor. Darkred
    Muchacho, Satis. Deeppink
    Yumi, Nephtys. Darkkhaki
    Ichimaru, Thot. Yellowgreen
    Chasseur de prime Jack. Darkgreen
    Chasseur de Prime Franky. Limegreen
    Barman. Goldenrod
    Témoin 01. Darkorange
    Caporal Tom. Darkcyan
    Soldat Marine 01. Blue
    Caporal Judith. Blueviolet
    Caporal Jeff. Darkslateblue
    Lieutenant d'élite. Darkblue




Dernière édition par Hathor le Mar 18 Juin 2013 - 20:13, édité 11 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Lun 10 Juin 2013 - 12:15




    Hé mais... Serait-ce donc notre prochaine proie? Je crois qu'on a une prise aujourd'hui, Franky. Regarde donc voir.
    Hmm, ça doit être A... Aoi... Aoi D. Nakajima. Voilà, c'est elle. Mais euh, c'est plutôt maigre comme prime patron, non?
    Alors se sera vite torché, n'est-ce pas? Aller, ne t'en fais pas. On pourra dormir et manger ce soir dans un hôtel plutôt bon. Ok?
    Si tu le dis. Cela dit, tu sais que les pirates sont assez fourbes, donc moi je dis prudence quand même.


Les deux chasseurs de primes qui était de passage dans la ville s’avancèrent alors vers leur cible. Cette dernière se trouvait un peu plus loin sur la terrasse couverte d'un bar, dos à eux. Habillée comme la plupart des habitants, elle sirotait un verre tranquillement, tout en cherchant dans ses notes des informations. Les clients semblaient être des ignares pour rester dans le bâtiment comme si Aoi était une simple civile... Il fallait dire qu'elle était dans la ville pour la première fois. Elle venait pour une petite affaire. Elle pensait la résoudre très rapidement. Et pour un travail vite fait, elle n'avait pas peur de s'exposer publiquement, puisqu'elle s'imaginait déjà en train de finir son job. Mais aujourd'hui, ce qu'elle prévoyait n'allait pas se passer comme prévu.

Entre l'absence de butin intéressant et la présence d'un officier de la marine d'élite, l'île était plutôt évité par les pirates. Avec un côté assez touristique, le coin était quasiment dépourvu de toute criminalité. Bref, c'était un endroit idéal pour un forban à la retraire ou qui cherchait à se faire oublier par des gens comme lui. Je traquais un individu depuis un tout petit peu de temps. D'après les informations que j'avais avant d'arriver ici et les quelques unes du patelin, j'étais maintenant sûre que ma cible se trouvait sur cette île. Je le trouverais sûrement dans des fermes un peu plus reculées. C'était l'heure pour moi de quitter ce bar et de me mettre en route. Je me levais avec le sourire. Je récupérais mon jolie manteau rouge en peau de bête sur ma chaise et le passais sur mon épaule. En me retournant, je vis deux types assez grands qui se dirigeaient vers le restaurant. Je rangeais la paperasse que j'avais sortie et... Et d'un coup, je sentis une main tenir ma tête pour la pousser contre la table. J'avais le nez un peu tordu, mais pas éclaté. C'était un des gus qui s'était avancé jusqu'ici. L'uns d'eux s'adressa à moi.


    Aoi D. Nakajima... Tu es nettement plus belle sur l'avis de recherche que dans la réalité. Dommage d'avoir le nez en sang. Franchement, j'en suis déçus...


Au moins, ça c'était clair. J'avais affaire à des putains chasseurs de primes. Et qui plus est, pas à des rigolos. Je ressentais des picotements à mon pif. Bordel, ils allaient le regretter. Je ne savais pas vraiment qui étaient ces gus, mais une chose était sûre, je leur ferai payer cet affront. Tant pis pour ma cible, je voulais d'abord me défouler sur ces freluquets. Je prendrais tout le temps pour leur montrer qui était le patron entre nous trois.

Les gens dehors et la clientèle du bar qui virent le petit remue-ménage se demandaient si cette scène allait éclater en baston. Certain, préféraient s'en aller, d'autres, rester pour voir ce qui allait suivre. Les deux bouffons qui voulaient ma prime étaient plutôt costaud dans leur apparence, tous deux grands d'au moins deux mètres avec un corps bien musclé. J'étais tellement sûre de mon coup dans ma traque, que je n'avais même pas garder ma vigilance. Bordel! C'était vraiment idiot de ma part. Je n'aimais pas du tout être dans une mauvaise passe. L'un des deux hommes me tenait fermement par les cheveux, tendis que l'autre se plaça en face de moi. Il me regarda avec un large sourire.


    Tu vois Franky. C'était même plus simple qu'on aurait pu croire. Tiens la bien fermement, que je puisse lui passer les menottes.
    Un problème messieurs, dame?


C'était l'imbécile de serveur qui revenait. Il n'était pas témoin de ce qu'il s'était passé tout à l'heure. Ne savant pas ce qu'il c'était déroulé tantôt, il croyait sûrement qu'un règlement de compte se réalisait dans sa propriété. Je saisissais alors cette opportunité. Je parvenais à prendre l'homme qui me tenait les cheveux par la nuque et je me courbais afin de le basculer par-dessus moi. Il s'étala de tout son long sur son camarade, ce qui le fit bousculer en arrière, entraînant avec lui le barman. Aussitôt, je sortis ma gunbalde.


    Bande d'ignares, je suis la capitaine Aoi D. Nakajima. Il en faut bien plus pour me prendre.



~~ Page 1 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Hathor le Jeu 5 Sep 2013 - 20:30, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Mer 12 Juin 2013 - 22:22



Sans plus attendre, je m'élançais sur les deux bouffons, ma lame prête à trancher de biais. Les soûlards sautèrent dans tous les sens, ils couraient vers la sortie, ils étaient semblables à des vulgaires animaux. Pathétiques civils sans cervelle... Leur panique allait soit attirer une foule de petits curieux, soit une patrouille de Marines. Toutefois, je n'allais pas fuir. Cela souillerait mon honneur et ma réputation. Je devais donc laver l'affront de ces deux couillons. J'avais le temps de toute façon. Cela m'échaufferait un peu avant de passer voir ma cible.

    Vous allez regretter de vous en prendre à moi!


Franky se prépara à donner un puissant coup de ses deux talons. Le chasseur de primes disposait de bottes plutôt spéciaux dont le fer enrobait la semelle. Il savait parfaitement manier l'art du style de combat Kuroashi no Waza, techniques avec les jambes uniquement. Quant à son patron, il arma ses deux Gants Shot. C'étaient des gant d'armures qui couvrait chacune l'avant-bras. Dans le même état d'esprit que la gunblade, les deux bracelets avaient un fusil intégré à l'intérieur. Et pour couronner le tout, les deux gantelets mécaniques possédaient un système de multiplication de force pour chaque frape.

Quelle bande de cons! Ils feraient mieux de se décaler au lieu de rester là. Ils avaient beau armer leur engin, ça ne changera rien. Au moment où j'allais découper l'idiot qui voulait me menotter, je sentis une puissante douleur dans l'estomac. Je venais de recevoir juste à temps pour eux deux pieds. Le choc fut si violent que cela m'envoya valser au plafond, je traversais carrément les planches de bois pour retomber maladroitement de l'autre côté dans la rue. Putain de merde!! Et comme si cela ne suffisait pas pour m’humilier, le mec au bracelet de force arriva pile au moment où j’atterrissais pour me donner un coup de poing fatal au niveau de visage. Je bloquais d'instinct avec mon gantelet. L'onde me fit reculer encore au loin, mais je tenais bon. Pendant qu'ils revenaient à la charge, je crachais une chic de mollard mêlé de sang.

    Ne la laisse pas reprendre ses esprits, Franky!!
    Ouais, ouais! Facile à dire qu'à faire. Elle se débrouille plutôt bien cette salope!


Bordel, ils étaient non seulement super forts, mais en plus, ils se complétaient en duo parfait. Il fallait que je les sépare ou que je trouve autre chose pour les calmer, car là, ça commençait sérieusement à me chauffer. Le dit-Franky sauta d'un bond vers moi, tournant sa jambe de côté. Il allait m'asséner par ma gauche un kick au visage. Tendis que le poltron de patron se rua sur moi avec frénésie, les mains visant mon abdomen, je roulais sur le côté opposé de "kickman". Je parvenais alors à éviter les deux coups simultanément. Je profitais de la situation pour contre-attaquer illico vu que j'étais maintenant derrière leur dos. Mais le colosse aux poings avait anticipé mon mouvement et bloqua de justesse ma lame avec ses engins de fer.

Il y avait de plus en plus de gus dans les environs. La foule cherchait certainement à voir ce qu'il se passait. Mon combat était assez spectaculaire. Je me demandais dans combien de temps la Marine allait se pointer... Journée de merde. Et dire que rien ne devait me déranger aujourd'hui... Je ne demandais rien à personne, je ne faisais même pas du mal aux gens qui m'entouraient. Mais laissez-moi tranquille, bordel!! Je cherchais rapidement une voie de sortie, au moins une rue ou un accès quelconque pour que je puisse fuir si jamais c'était vraiment insupportable. Je n'avais pas le temps de réfléchir que le combat reprit de plus belle.

Et ça y allait franco. Deux contre un. Sûr que ces couillons menaient l'orchestre avec brio. Je n'étais que dans la défensif depuis tout à l'heure. Ils me donnaient aucun moment de répit. Je mis ma gunblade face à moi pour me protéger, mais le choc me fit traverser le mur d'une maison. La poussière des débris voila légèrement le troue. J'en profitais pour tirer deux balles.

    PaANnn !! PaANnn !! !!!


Les civils recommençaient à bouger dans tous les sens. Au moindre bruit anormal, ils détalaient comme des lapins. Heureusement pour eux qu'une patrouille arriva enfin. Les témoins expliquaient l'origine de bordel à l'officier. Globalement, ceux qui avaient suivi le combat depuis le début, prétendaient que les deux chasseurs de primes maîtrisaient la situation.

    Les deux mecs qui entrent dans le troue là-bas traquent une pirate.
    Et? En attendant, ces trois rigolos sont en train de détruire la ville.
    Voyez par vous-même. C'est cette peste de criminelle qui saccage tout. Eux font justement tout pour l'arrêter...
    Très bien. Restez derrière. La Marine s'occupe de tout, maintenant.


Il fallait dire que voir un pan de mur s'écrouler tout d'un coup, ça devait faire de l'effet. Les propriétaires étaient complètement choqués. Le couple chercha à fuir par derrière, pendant que mes deux adversaires arrivaient par le troue. Je n'avais pas le temps que la baston reprenait. Le fer de leurs engins s’entrechoquait avec ma lame dans un fracas étincelant.

Pour comprendre à quoi ressemble exactement l'arme:
 

~~ Page 2 ~~

D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Hathor le Ven 14 Juin 2013 - 20:35, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Ven 14 Juin 2013 - 15:40



Après quelques échanges brèves de coup et d'esquives, je parvenais à faire valser Franky contre le reste du mur qui n'était pas encore écroulé. Son corps traversa alors dans un nouveau fracas les briques et roula sur le pavée de la grande rue. La poussière et les débris se répandaient sur le sol. C'était maintenant ou jamais! Laissant de côté l'autre gaillard, je retournais à l'extérieur le plus rapidement dans l'espoir d'achever mon adversaire. Avec tout le bordel qu'on avait fait à l'intérieur de la maison, où des morceaux des pierres étaient manquants et d'autres éléments porteurs effondrés, l'habitation risquait de tomber d'un moment à l'autre. Une fois dehors, je fus interpellée par des Marines, ce qui laissa le temps à ma victime de reprendre ses esprits.

    Rend-toi, pirate. La rue est bouclée, tu ne peux pas t'enfuir. Enfin... Avec cinq péquenots c'était vite dit...
    C'est ce qu'on va voir, imbécile.
    Dernière sommation!


Voyant que je me dirigeais toujours vers Franky, l'officier ordonna de tirer une salve. Mais c'était facile d'anticiper les procédures, j'avais anticipé la réaction et l'ordre. De ce fait, je plongeais d'un coup pour éviter les balles, puis en me relevant, je tirais deux fois. Et deux soldats morts, deux.

    Rentrez chez vous si vous voulez vivre bande de misérables.


D'un coup, la maison à moitié déglingué, s'écroula dans un boucan infernal. Finalement, elle n'avait pas pu tenir à notre précédente lutte. Si seulement ça pouvait ensevelir le boss... Le fou-furieux des coups de pieds se jeta sur moi d'un saut impressionnant. S'aidant des mains en mode poirier. Ainsi, on s'affronta en duel. J'avais peut-être plus de chance de le maîtriser seul à seul.

En attendant, pendant que les civils quittaient la zone rouge, les Marines ne se tournaient pas les pouces. Déjà qu'ils avaient perdus bêtement deux braves hommes, ils appelaient du renfort. Le soldat qui restait encore près du caporal demanda les ordres. Il venait de terminer son appel.

    Monsieur, les caporaux Jeff et Judith vont venir d'un moment à l'autre, ils sont pas si loin. Eux aussi on entendu les coups des feux. Du coup, on fait quoi?
    Ce n'est pas assez, je le sens mal, là. Rappel-moi qui est cette pirate? Il nous faudra certainement plus d'effectifs... Mais pourvu que je me trompe.
    Comment ça, Monsieur? Vous avez peur?
    Contente-toi d’exécuter mes ordres.
    C'est Aoi D. Nakajima, caporal...


Les deux soldats à l'opposés de leur chef s'impatientèrent et ne savaient trop quoi faire. L'un deux hésita une seconde, puis finalement, préféra prendre l'initiative de tirer. A cause du stress, il manqua sa cible. Il tenta à nouveau, il se mit en joue.

Bordel!! Il était con ce type! On ne stoppait pas un duel comme ça. D'ailleurs, ça faisait longtemps que je n'avais pas vu l'autre chasseur de prime. Ça m’inquiétait. Comme par réflexe, Franky et moi s'étions retourné vers le tireur.

    T'es malade ou quoi?! A cause de toi j'ai failli y passer!!!
    Chien! Tu ne perds rien pour attendre!!


Mon adversaire fit un enchaînement qui me forçait à me déplacer. Un second tire retentit. Cette fois, c'en était trop. Tant qu'il restait peu de Marine, autant les éliminer avant que d'autres viennent grossir les rangs. Et merde. Une nouvelle patrouille se ramena. Et comme si ça ne suffisait pas, une seconde arriva de l'autre côté. Il y avait maintenant une dizaine de Marines. C'était encore jouable. Du coup, plus le temps de m'amuser. Sans plus attendre, je pénétrais dans une maison voisine à l'autre détruire.

~~ Page 3 ~~


D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Hathor le Sam 15 Juin 2013 - 0:45, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Ven 14 Juin 2013 - 20:21




    Crèèèèèèèèèèèèèvvveeeeee!!!!!!


Le colosse aux poings venait de sortir de la maison en lambeau dans un excès de colère, comme s'il attendait que je revienne. Il avait carrément traversé le mur mitoyen comme une simple vitre. D'un bond, il m'asséna un méchant punch sur ma joue, la puissance emmagasinée dans son engin me propulsa jusqu'à la troisième bâtisse sans problème. Ma tête était en sang. A force de me cogner partout, traverser des pierres, recevoir des coups, je commençais à sentir la douleur. J'avais quelques bleus et éraflures. J'en revenais pas, j'avais trop mal. C'était tellement violent que j'avais crue que mon crâne allait se détacher! Mon nez me faisait à nouveau mal. Je crachais du précieux liquide rouge par la bouche. Je me redressais avec peine. Avant qu'il ne recharge encore, je devais me ressaisir!! Heureusement, je n'étais pas sonner et ma vu n'avait pas baissé.


    Putain, l'enfoiré. Il va payer pour ça. J'avais rien demandé à personne moi, bordel!!!


La Marine servait enfin à quelque chose. Les soldats bouclaient vraiment le quartier. Cela dit, les hommes manquaient pour faire le devoir bien. Mais, si rien ne se passait comme prévu, la justice avait encore de quoi surprendre Aoi. En tout cas, la pirate était pour de bon cernée. Elle devait trouver un moyen pour fuir avant que les choses empirent...
Depuis la grande rue, les quelques civils encore en retard pour l'évacuation et les Marines pouvaient voir au travers des fenêtres comment le combat faisait rage à l'intérieur des maisons. Franky profitait l'instant d'être seul pour avoir la criminelle par dernière. Le vilain. Il se disait qu'il arriverait sûrement à l'avoir pendant qu'elle était occuper à "survivre" contre son patron. Il sprinta à fond dans l'allée pour arriver au niveau de la baraque qui commençait à souffrir.



    Tu n'es qu'une peste Aoi. Moi qui croyais en finir en deux deux avec toi... Mais tu ne perds rien pour attendre. Je vais te tuer!


Toujours en train d'enchaîner les coups avec ses bras, le gus me donnait du fil à retordre. Les vases et autres conneries volèrent en éclat par moment. Des murs et des cloisons se fracturaient... Bref, une pure partie de plaisir... Soudain, alors que je parais une attaque, son bracelet ripa sur ma lame et un coup de feu fut déclenché.


    PaANnn !! !!!


L'enculé! La balle sortit de son truc et m'effleura la joue. Déstabilisée, je perdis presque l'équilibre et dans un mouvement de panique, je tentais une frappe aveugle. Cela me coûta également un nouveau coup dans le ventre. Putain de merde! Bordel! Encore une fois rien n'allait normalement. Je devais à tout prix me ressaisir. Décidément, à chaque fois que j'avais une cible seule, je ne parvenais pas à l'avoir. Je faiblissais, pour sûr. Tout d'un coup, Franky entra dans la demeure. Venant dans mon dos, il allait m'asséner un puissant kick par derrière, le bougre. Mais dans ma lutte contre son chef, je m'étais arrangée pour que ce soit mon adversaire qui se fasse shooter par son ami. Le choc nous bouscula d'une force monstrueuse. J'en perdis presque ma gunblade.


    Bordel!! Dégage Franky!


Un nouveau duel se fit. J'attrapais ce con avec les mains histoire de le calmer. Finalement, en y allant avec les poings, je réussissais à le toucher une seule fois. Une tape dans la mâchoire le fit reculer contre la fenêtre. Je m'élançais contre lui et on traversa la vitre comme des merdes...


    Feeeeuuuuuuuu!!!!!!



~~ Page 4 ~~


D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Hathor le Sam 7 Sep 2013 - 16:12, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Sam 15 Juin 2013 - 18:58




    JAAACCCKKK!!!!


Les Marines tirèrent à vue sur les corps qui venaient de traverser la baie. Tant pis pour le chasseur, le sous-officier qui avait déjà perdu ses hommes demanda à ses collègues de ne pas hésiter à faire feu sur la pirate, même si l'autre "civil" était collé à elle. Il se sentait déjà mal d'avoir fait l'erreur d'être dans l'indécision tout à l'heure, alors il tenta de réparer sa bêtise. Il espérait pouvoir régler ce problème très vite, déjà que ça partait beaucoup trop en couille, il était sûr que ça allait retomber sur sa pomme. Adieu les promotions...

Par instinct de survie, Aoi utilisa sa poudre d'escampette pour se couvrir d’épaisse fumée noire. Cela laissait le temps pour elle et éventuellement Franky (Mais lui, on s'en fout) pour s'enfuir. C'était impossible pour les soldats de viser leur cible dans un écran pareil. Toutefois, même après avoir raté une première fois, les tires se firent à nouveau entendre. Elle avait lâché son adversaire pour s'occuper uniquement de sa fuite. Maintenant qu'elle était "seule" dans la grande rue, elle devait vite retourner dans une maison si elle voulait partir libre. La fumée commençait à se dissiper peu à peu, dévoilant petit à petit le résultat. Les militaires avaient-ils fait mouche? Bien sûr que non. Les hommes de la loi se rapprochaient vers la position du pirate tout en se méfiant. Les cinq gaillards de la caporal Judith s'avançaient donc doucement. Cette dernière restait en retrait pour superviser ses deux collègues.


    Faites gaffes, les mecs!! Cette femme est dangereuse.


Je ne m'étais pas rendue compte, mais on était revenu exactement au point de départ. Je me situais juste à côté du restaurant où je sirotais tranquillement mon verre quand ces deux couillons de chasseurs de primes voulaient me faire la peau. Il y avait encore cette terrasse au toit déglingué complètement vide. Plus personne ne traînait dans le coin à part ces foutues Marines. D'ailleurs, puisque j'avais enfin réussi à me débarrasser de Franky, il était grand temps que je m'occupe des -bleus- si je voulais partir en paix. Un troupeau de cinq gus était près de ma position. Vu que la fumée se volatilisait, j'étais maintenant à découvert. Les soldats qui étaient extrêmement vigilants, m'attaquèrent à l'épée. J'étais trop proche pour tirer avec le fusil. Un des militaires tenta un coup d'estoc avec la baïonnette de son arme. Je coupais le canon en bois sans peine et avec ma deuxième lame je tranchais de côté. J'enchaînais pour pourfendre un deuxième tout en bloquant un troisième. Les deux autres profitèrent de l'occasion pour me tuer, mais je parvenais à les éviter en poussant mon adversaire que j'avais paré sur eux, ce qui l'embrocha aussitôt. Ahahaha, quel bande de nazes! Ça fait toujours bizarre de porter sa lame sur son ami. Il y eut quelques échanges de coups, mais je gagnais le combat en désarmant l'un tout en tirant sur l'autre.


    Ne bouge pas, Marine! Tu vas me servir d'otage, alors sois fière.


Me voilà au milieu de la rue avec un con sous les bras. Grosso modo il n'y avait plus beaucoup de Marines, maintenant. Je pouvais toujours m'en sortir. De l'autre côté les caporaux se parlaient entre eux. Pendant ce temps-là, je me faisais la malle avec le soldat. Ce con n'arrêtait pas de crier, je devais l'assommer pour qu'il se taise. Etrangement, les sous-officiers n'étaient pas préoccupés par ma fuite, même s'ils me tenaient à l'œil. Méfiance. Maintenant, ça m'inquiétait. Peut-être qu'ils étaient sûr de leur coup. Bordel, se serait con qu'il m'arrive une tuile à ce stade. Je sentais que le danger allait me sauter dessus d'un instant à l'autre. C'était trop beau...


    Bon sang, mais que fait la base?! Où sont les renforts, non de non?
    Judith, je te compati. Cette pirate est trop forte.
    J'ai perdue quatre hommes sur les cinq en deux secondes, je ne peux pas la laisser tranquille, Tom.
    Tom. Il ne faut pas que mes hommes restent sur le terrain tant que la base nous envoie pas d'autres soldats, se serait du suicide pour eux. Elle a déjà fait trop couler de sang. Et en plus, elle détient Joseph.
    Mais tu réalise de ce que tu dis, Jeff? Faut pas la laisser se barrer coûte que coûte.


La cavalerie arriva enfin. Le lieutenant d'élite décoré et expérimenté fit son entrée en scène avec ses hommes. Les nouveaux soldats s’exécutèrent pour boucler convenablement et définitivement le quartier. Une dizaine de militaires armées de minon canon se mettaient en position de combat. D'autres avec leur fusil se mettaient en joue. La difficulté venait de monter en flèche d'un coup. Il n'y avait plus d'échappatoire pour Aoi, désormais.


    Oulah, pirate! Ne bouge plus. Tu es prise au piège. Je suis lieutenant d'élite, tu sais ce que ça veut dire? Si tu tentes quoique ce soit, tu peux être sûre de mourir sur-le-champs.
    Et alors? J'en ai rien à faire que tu sois d'élite ou non. Je veux juste qu'on me laisse tranquille, sinon tu peux être sûr que tous tes hommes vont y passer.
    Détrompes-toi. Tu n'es pas en mesure de revendiquer mes ordres. Alors, laisse partir l'otage et on te laisse filer.
    Vraiment? Ne te paie pas de ma gueule, Marine! Je sais que c'est faux.



~~ Page 5 ~~


D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor




Dernière édition par Hathor le Lun 9 Sep 2013 - 14:39, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 29 Aoû 2013 - 13:46

Le lieutenant d'élite qui se dresse devant toi est assez jeune et très sûr de lui dans son uniforme impeccable bardé de médailles. Il braque sur toi un regard froid et calculateur, comprend que tu ne tomberas pas dans le panneau et te souris finalement. D'un sourire digne d'un animal sauvage prêt à attaquer, un sourire qui te fait froid dans le dos et fait sonner en toi un signal d'alerte.

D'un simple geste, le lieutenant met en branle ses hommes qui s'activent avec une efficacité toute militaire. Pendant qu'un petit groupe de soldats s'éloigne en courant, les canons portatifs sont rangés, les fusils levés et les hommes se retirent dans un ensemble parfait de la zone de combat.
Le soldat d'élite respecte-t-il sa parole ? Retire-t-il ses troupes pour t'inciter à coopérer ? Pendant que le doute monte en toi, le groupe de soldats parti en courant revient, toujours au pas de course mais en portant... une table de billard ?
Les marines déposent leur fardeau juste devant l'homme de l'élite, lui tendent une queue de billard et plusieurs sacs contenant les boules permettant de jouer.

" Alors... Aoi D. Nakajima, n'est-ce pas ? Presque une célébrité pour une petite île comme la nôtre... Et vous, vous êtes Francky et Jack, les chasseurs de primes. Bien bien. Soldats, veillez agrandir le secteur bouclé de plusieurs pâtés de maisons. Je ne veux personne dans un large rayon autour de cette rue. "

Les hommes ayant déposé le billard s'éloignent encore en courant, pas le moins du monde essoufflés. Seraient-ils eux aussi de l'élite pour être aussi endurants ? Le lieutenant sort de sa poche du bleu et l'utilise sur la queue de billard. Etrange comportement pour un lieutenant décoré et expérimenté... c'est alors que des rumeurs te reviennent en mémoire. Des rumeurs disant que, pour éviter de nouveaux événements comme l'attaque des Shynnoryu, on a placé à la tête de Tanuki un lieutenant, certes, mais un lieutenant particulièrement puissant. Un homme dont la force est telle qu'il aurait pu prétendre à un poste de commandant, ces monstres de l'élite, s'il n'avait pas la fâcheuse manie de tout détruire lors de ses combats.

" Soldat, manoeuvre numéro 28. "

La voix autoritaire du lieutenant te tire de tes rêveries et tu resserres instinctivement ta prise autour du cou de ton otage qui a hoché la tête en réponse à son supérieur.

D'un geste vif, le marine d'élite lance trois boules en l'air et les frappe comme s'il jouait au billard avant qu'elles ne retombent au sol. Sauf que là, les boules partent avec la puissance de balles de pistolet frapper des murs de maisons proches. Tu observes médusée les impacts lorsque ton instinct te pousse à lâcher ton otage et à bondir en arrière. Juste à temps, une boule de billard tombant du ciel à la vertical s'écrase avec fracas là où tu te trouvais quelques dixièmes de secondes plus tôt.

Aussitôt lâché, l'otage se barre en courant, dépasse son supérieur et disparaît dans les rues à présent désertes.
Dans les environs, il ne reste plus que toi, les chasseurs de primes et le marine d'élite.

" Bien... Aoi D. Nakajima, vous êtes une pirate avérée. Quand à vous, Jack et Francky, je vous juge coupable de dégradation de biens publics. Vous êtes donc tous en état d'arrestation mais vous êtes bien évidement libres de résister. Histoire que, moi aussi, je m'amuse un peu... "

Devant le marine se dresse déjà un mur de boules de billard toutes prêtes à partir vous canarder comme des rafales ininterrompues de boulets de canon. Que tu choisisses de t'allier aux chasseurs de primes ou de combattre à un contre trois ou même de fuir, la situation est critique.
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Lun 9 Sep 2013 - 15:21




    Bien... Aoi D. Nakajima, vous êtes une pirate avérée. Quand à vous, Jack et Francky, je vous juge coupable de dégradation de biens publics. Vous êtes donc tous en état d'arrestation mais vous êtes bien évidement libres de résister. Histoire que, moi aussi, je m'amuse un peu...


Un peu plus loin, Francky, enragé d'être jugé comme un vulgaire criminel s'écria.


    Vous n'êtes pas bien, non? C'est elle qui ne se tient pas tranquille, vous voyez? C'est elle la responsable de tout ce raffut!!


Jack se fichait complètement de sa réputation. Salie ou non, ce qui comptait pour lui maintenant, c'était de capturer mort leur cible. Ce dernier jugeait comme responsable de ses malheurs la femme pirate et il préférait tuer Aoi avant la Marine dans l'espoir que le lieutenant d'élite veuille bien changer son fusil d'épaule vis-à-vis de tout ce cirque. Il ordonna à son compagnon de se calmer afin d'être plus concentré sur la capitaine.

Cela devenait pénible. Je devais garder mes réserves de poudre d’escampette vu que mon dernier n'avait rien servi. La situation était tendue. Rien n'allait comme il faut. J'avais encore peut-être des chances d'atteindre mon but avant de repartir de l'île. Il était hors de question de quitter l'île comme une lâche. Sinon, je ferai parler de moi pour que les Marines se calment... Avec un officier sans doute plus fort que ces deux gus de chasseur de primes, c'était dangereux de rester ici. Surtout dans un espace aussi dégager que cette grande rue! Je préférais me déplacer à l'intérieur des maisons et ainsi me faufiler vers la sortie. Sans perdre un instant, je me ruais vers une épicerie. J'allais de l'autre côté des habitations détruites.

Une boule de billard vint passer devant moi à toute allure. Signe d'un avertissement ou d'un tire raté? L'homme de la justice était très habille, donc je ne croyais pas en un coup manqué. En tous cas, j'avais l'impression que les chasseurs étaient retenues par le lieutenant, ce qui m'aida à m’éclipser. Seulement, les sous-officiers ne perdirent pas de temps.


    Feu!!


Une peste de caporale ordonna aux soldats armés de canon portatif de faire feu avant que j'entre dans l'épicerie. Heureusement que je traversais à temps la vitrine. Une série d'explosion survint alors près de la façade. Il y avait de quoi faire tomber le mur! Bordel, des débris tombèrent sur moi. J'étais ralenti. Je pouvais entendre des hommes arriver avec un autre caporal. Visiblement, ils allaient faire feu au travers l’épaisse fumée...


~~ Page 6 ~~


D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor


http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
avatar
PNJ Requiem


Feuille de personnage
Dorikis: XxXxX
Popularité: +/-XxX
Intégrité: +/-XxX

Jeu 12 Sep 2013 - 13:44

" BOUUUM !!! "

La deuxième salve de boulets part et cette fois le mur de l'épicerie tombe entièrement. Seul ton instinct qui t'ordonne de te jeter au sol te permet de survivre en évitant le gros de l’avalanche. Mais tu ne peux tout esquiver.
Pendant que tu te retrouves donc, sonnée, sous un tas de décombres qui t'entravent, les marines commandés par le deuxième caporal s'approchent et te mettent en joue. Tu comprends alors que la partie est finie.

Pendant ce temps, de l'autre côté de la rue, les deux chasseurs de primes sont en difficulté  face au lieutenant d'élite. Après avoir tenté de discuter, Jack et Francky, littéralement dos à un mur, se  trouvent obligés de se défendre face à des rafales de boules de billard destructrices. Et alors que les poings de l'un et les coups de pied de l'autre répliquent et brisent chaque boule arrivant sur eux, le marine se rapproche implacablement, les obligeant à se défendre sans pouvoir s'échapper. Finalement, le Lieutenant arrive à leur portée et frappe deux fois de sa queue de billard.
Les chasseurs de primes s'écroulent au sol, assommés.

L'air satisfait, le marine de l'élite tire du bleu d'une de ses poches et en badigeonne l'extrémité de son arme tout en marchant d'un pas lent vers toi. Il sait que tu n'as aucune chance et savoure sa victoire. A sa ceinture pendent deux sacs encore pleins de ses redoutables balles. Il s'arrête à quelques pas de toi et tes yeux se lèvent lentement de ses chaussures impeccablement propres malgré la poussière de la bataille à son visage. Au rictus méprisant qui te toise et qui frappe au coeur ta fierté. Toi, la Déesse, te retrouves sans défense au pied de cet homme.

" Soldat, repliez-vous. "

Les marines lèvent leurs armes et s’exécutent sans un mot. En moins d'une minute, la place est de nouveau vide. Seuls restent les deux chasseurs de prime inertes, le marine d'élite et toi.

" Bien... Aoi, on va se tutoyer, hein ? On se connait un peu mieux maintenant avec ce combat. On sait tous les deux que tu ne m'arrives pas à la cheville. Tu ne m'en voudras pas trop d'en finir vite j'espère. Histoire d'éviter les tracasseries administratives, la gestion des cellules, tout ça..."

Une nouvelle boule s'élève, et tu rugis de colère et de dépit, toujours bloquée dans les décombres.
Le marine tire.

Et la boule de billard vient s'écraser à deux bons mètres de toi.

" Quel nom viens-tu de prononcer, pirate ? "

Tu ne remarques pas tout de suite que tu viens d'échapper à une mort certaine, trop occupée à rager contre celui pour qui tu es venue sur cette île. Ce pirate que tu voulais traquer et à cause de qui tu as rencontré le marine d'élite.

Ce dernier prends appui sur sa queue de billard pour te regarder avec attention et t'écouter pester à son aise.

" Je vois... c'est donc la raison de ta venue ici, Aoi. Eh bien, pour tout te dire, je m’intéresse aussi à ce pirate. Il se cache dans les montagnes de Tanuki et je n'ai jamais réussi à lui mettre la main dessus. C'est une tâche sur mon dossier. Ce qui est très agaçant, parce que je ne doute pas de pouvoir le battre. Mais toi... toi c'est différent. Tu es du même bord que lui et tu le connais. Peut-être te laissera-t-il venir à lui... Connais-tu le Haki, Aoi ? Non, bien sûr que non... Le Haki, c'est ce qui m'a permis de te vaincre si facilement, toi et les deux gus chasseurs de primes. Il me permet de te localiser, de savoir ce que tu vas faire à l'avance. Vois ça comme un super pouvoir. Un pouvoir que notre connaissance commune possède aussi, Aoi, alors il va te falloir être prudente. Car j'aimerais que tu fasses quelque chose pour moi. "

De plusieurs coup précis de son arme, il dégage les débris qui t'empêchent de bouger.

" Voici le deal, Aoi. Je ne te tue pas et tu me retrouves ce pirate. Partante ? "
avatar
Nakajima D. Aoi
La Reine Rouge

♦ Localisation : Les Précieuses
♦ Équipage : Les Ombres du Chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 7174
Popularité: -879
Intégrité: -700

Dim 22 Sep 2013 - 12:01




    Pourquoi tu as besoin de moi pour le localiser ? Et puisque tu me détiens, que je suis à ta merci, pourquoi tu tiens absolument à le retrouver? Tu as une dent contre lui? Il s'agit d'une affaire personnelle?


J'avais de quoi me poser des questions. C'était la fin du combat. J'avais perdue. Il avait gagné. Quoi de plus? Un deal? Je ne comprenais vraiment pas pourquoi... Le Marine me répondit alors.


    Une affaire personnelle... plutôt une tache sur mon dossier. J'ai horreur qu'un pirate avec un tant soit peu de compétence m'échappe. Et, honnêtement, niveau compétence, tu n'arrives pas à la cheville de ce pirate, Aoi... Donc j'estime que toi contre lui, c'est un bon échange.


Une tache? Ahahah, une tache... Bordel, c'était son problème s'il n'arrivait pas à chopper ce pirate, pas le mien. Si c'était pour monter en grade, ce con pouvait se foutre son doigt dans l’œil. Il comptait vraiment sur moi? Ça m'énervait d'être aux pieds de cet officier juste pour satisfaire une affaire comme cela. Il se foutait de moi, ça se voyait gros comme une maison son désire de mettre notre cible sous les verrous juste pour gagner du galon. Et moi j'étais malheureusement bien obligé de l'aider... C'était le monde à l'envers! Et pourquoi pas aider ce lieutenant d'élite à devenir colonel tant qu'on y était? Bien sûr, en contrepartie, je ne pouvais pas pour l'instant recevoir un avantage, j'étais forcée de rester son bon vouloir... Seulement, si je ne pouvais pas le duper ici, je pourrai le faire sûrement plus tard. Il ne perdra rien pour attendre! J'étais mal placée pour répliquer, mais je pris la parole sèchement, j'étais complètement outrée.

    Un... Un bon échange? Tu veux me voir mourir par un pirate, c'est ça?! Je commence à comprendre quel genre de type tu es. Tu préfères te laver les mains, plutôt que de passer à l'acte. Qu'est-ce qu'il ne va pas? Tu as peur du sang? Je suis à tes pieds comme une chienne, tu peux soit m'achever, soit me capturer... Il y a forcément quelque-chose derrière tout ça, hein? J'ai mes sources, tu as les tiennes. Très bien. Si nous voulons avoir ce criminel tous les deux, j'estime qu'on devrait se dire ce qu'on sait l'un, l'autre. Alors, tu en penses, quoi?
    Héhé... Tu as la langue bien pendue pour quelqu'un que je peux tuer à tout moment, Aoi... Mais d'accord, partageons nos infos. Le pirate que je veux que tu trouves se cache depuis des mois dans les montagnes de Tanuki. Je n'ai jamais réussi à l'approcher, ni moi ni mes hommes. Il me faut quelqu'un qui puisse l'approcher, le duper. Toi, il te connait. Il sait que tu n'as rien à voir avec la Marine. ça vaut le coup d’essayer... Tu t'en sens capable, Aoi, même si ce pirate possède le même pouvoir que moi, le Haki?

Le Haki? Depuis tout l'a l'heure il me parlait de ça. Si je suivais bien ses propos, ce pouvoir pouvait aider les personnes sachant l'utiliser à trouver une personne à distance? Une telle capacité méritait d'être dans la main d'une seule personne, un dieu! Si jamais je m'en sortirais, je cherchais plus à savoir sur ce sujet. Je devais à tout prix pouvoir faire ça. Ça m'évitera de tomber sur des officiers prétentieux comme maintenant... Il n'y avait qu'une personne que je connaissais avec ce Haki, ça ne m'aidait pas beaucoup si je voulais apprendre. Je verrais bien sur place. Il y avait toujours de quoi négocier, de toute façon. Je répondis alors.


    Hmm, ok. Moi je sais où il opère et je sais qu'il est assez fourbe pour nous avoir tous les deux. Il faut savoir aussi qu'il est très malin. Ce que tu me dis me confirme donc son pouvoir divin. J'avais un doute là-dessus, car à chaque fois il m’échappait... Donc, en gros, tu veux que je sois un leurre, très bien. Si je peux agir pleinement librement, j'accepte. Je compte sur toi pour faire le reste et que vous me le choppez. Mort ou en prison, ça m'est égal. Je veux récupérer ce qu'il m'a dérobé.
    Décidément... Tu es bien arrogante pour quelqu'un à ma merci... Mais soit. J'accepte. Trouve-le, affaibli-le comme tu veux, débrouille-toi pour me le faire et j'arriverai pour l'arrêter. Ah et, Aoi... Si tu envisages de trahir notre accord, dis toi bien que te retrouver pour te vaincre à nouveau ne me demandera pas beaucoup d'efforts...


Pour le coup il avait raison, mais d'une manière ou d'une autre, je devais trouver un arrangement avec le pirate afin de me ranger dans son camp. Ça m'évitera d'avoir la Marine au basque et peut-être, j'arriverai mieux à le surprendre s'il me faisait confiance, mais c'était impossible... Il ne voudra jamais. L'accord était donc signé. Certainement que le coup de main de la part des Marines allait m'aider ou tout bêtement, allait encore m'enfoncer dans la merde. On se mit en route pour la traque.

Des soldats vinrent demandé au lieutenant ce qu'ils devaient faire de Jack et de Franky. Mon visage s'assombrit quand l'officier leur indiqua qu'ils pouvaient les relâcher. Le gradé les voyait visiblement plus comme des fouteurs de troubles, ça me dégoûtait! Peu importe, ces chasseurs de primes seront morts la prochaine fois qu'on se croisera...


~~ Page 7 ~~


D'après les testaments de la Reine des Masques, dit Hathor.
©odage by Hathor


http://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validationhttp://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des-
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1